Jump to content

Créateur de bugs

Administrateur
  • Content Count

    17,690
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Créateur de bugs

  1. ah mais si tu veux je vais faire un tour de 6/7 secondes sur Facebook ou Youtube et je t'en ramène plein, des théories. Tu veux des exemples?
  2. Personnellement je "m'amuse" à suivre la température dans les réactions aux articles de presse, et depuis quelques semaines c'est l'invasion généralisée. Il n'y a pas un article de journal sur le thème qui ne soit pas envahi complètement de complotistes anti-vax, pro-Raoult, anti-big-Pharma, anti-5G, complot mondial pour décimer la population, etc etc. Et quand je dis envahi, ça tourne vers les 95%. C'est pas représentatif heureusement, mais WA est aussi de son côté une petite bulle pas représentative non plus. Par contre une étude récente avait montré qu'au rythme d'augmentation actuel les opinions anti-vaccins seraient majoritaires dans la population d'ici 10 ans (la France étant le pays le plus anti-vax au monde, aussi).
  3. Je dirais que c'est exactement comme ça que la plupart des "complotistes" fonctionnent, justement: ils prennent un truc qu'ils n'aiment pas, et inventent une explication manichéenne dessus pour se simplifier les choses. C'est beaucoup plus rassurant et moins fatigant de se dire que quelque chose qui fait peur n'est finalement que le résultat de grands méchants d'Hollywood, plutôt que d'accepter que cette chose effrayante est issue d'une réalité complexe et peut avoir inconvénients comme avantages. En plus, comme tu le dis, dans les cas pour lesquels "on ne peut rien", les personnes qui se sentent impuissantes se rassurent beaucoup en se croyant victimes d'un complot et en se donnant le rôle beaucoup plus glorieux de "celui qui sait". C'est aussi pour ça qu'un complotiste refusera de voir toute information n'allant pas dans son sens, ça casserait le schéma de pensée rassurant. Dans le cas du COVID, c'est particulièrement évident: un événement majeur, qui se révèle être une nuisance massive, avec une impuissance généralisée pour la quasi-totalité des gens. Résultat: complotisme partout à fond les ballons.
  4. Peut-être un bug à la mise à jour... Les deux n'auraient ensuite plus pu jouer du mois, il ne vous auraient pas désavantagé Je leurs ai corrigé les données, ils pourront rejouer dans 2 jours et n'auront pas de question en plus.
  5. "malgré lui" j'irai pas jusque là non plus, quand on est en interview tous les jours, qu'on sort un bouquin, qu'on intervient partout, y'a un peu de volontarisme derrière quand même
  6. Les conclusions définitives sont -elles venues de Lancet,n ou des médias qui s'emballent autant qur une étude démontant la chloroquine qu'ils se sont emballés sur la chloroquine elle-même à ses débuts ? A mon avis on en revient surtout au sensationnalisme et au manque de culture scientifique des journaliste s+ caisse de résonance des réseaux sociaux, dans cette histoire, le tout aid par le comportement très discutable de D.Raoult. Scientifiquement, ça n'a jamais été noir ou blanc
  7. N'oublions pas d'ailleurs que l'ESA avait eu aussi une petite augmentation https://www.esa.int/Newsroom/Press_Releases/Space19_un_budget_sans_precedent_pour_l_ESA Sinon pour la Space Force je peux pas m'empêcher, mais ça me fait penser à cette série qui vient de sortir sur Netflix (pas du tout réaliste spatialement parlant, mais plutôt drôle):
  8. Il y a le côté pub, et le côté développement. Côté pub c'est sûr que les US sont contents d'être à nouveau indépendants et pouvoir assurer toute la chaîne de lancement vers l'espace sans avoir besoin des Russes ou des Européens. C'est aussi un grand pas vers le projet Lune 2024. Côté développement, on a simplement une nouvelle étape dans l'accès à l'espace. Ce n'est pas juste un vaisseau de plus, c'est le premier vaisseau habité moderne depuis un bail, c'est le lancement plus optimisé et économe sur fusée récupérable, et donc une grande facilitation à venir de l'envoi d'humains dans l'espace. Que ça soit pour l'ISS, la Lune, ou n'importe quelle autre mission scientifique. Si envoyer des humains à la place de marchandises était facile, on aurait mis des astronautes dans l'ATV. Là, c'est clairement une étape d'importance pour l'exploration spatiale.
  9. Ca donne envie de revoir celle-la en boucle
  10. Parce qu'ils publient une étude qui a le malheur de ne pas aller sans le sens de l'avis populaire ? La science devrait-elle être démagogique pour être acceptée ? Sinon, un commentaire pas mal qui éclaircit certains points (pas de moi): ------ L'article de Mehra et al publié dans The Lancet a fait l'objet de deux corrections hier [1]. La publication de corrections n'a rien de rare dans la littérature scientifique, et celles-là sont vraiment mineures : on ne saurait parler d'un "rétropédalage" comme je l'ai vu évoqué ici ou là. Puisque ces corrections impactent le tableau de synthèse que j'avais fait, je poste ici sa version mise à jour et en profite pour décrire les corrections et ajouter quelques informations et commentaires. Premièrement, dans l'article lui-même, un détail a été modifié dans une phrase pour corriger l'attribution erronée à l'Australie des patients d'un hôpital asiatique. Si selon les auteurs, cette erreur provient d'une auto-description erronée dudit hôpital, je trouve quant à moi que c'est plutôt eux qui ont commis une erreur en rangeant dans "Australia" un hôpital déclaré comme "Australasian", mais peu importe. Dans les données supplémentaires en ligne, la table S1 a été corrigée pour faire passer un hôpital et ses 546 patients de l'Australie à l'Asie, le calcul des hazard ratios de l'Asie a été corrigé (table S4.e) et celui de l'Australie a été supprimé, l'échantillon étant trop petit pour qu'il ait un sens. La correction de cette coquille fait disparaître ce qui était la plus sérieuse source de soupçons concernant la véracité des données sous-jacentes à cette étude (les totaux auparavant indiqués pour l'Australie étaient incompatibles avec la réalité). Cette correction rend caduc le point n°5 de la lettre ouverte collective adressée aux auteurs le 28 mai, qui en soulève dix. Deuxièmement, la table S3 des données supplémentaires en ligne, qui était intitulée "Summary data by continent" et passait pour contenir une synthèse des données brutes, contenait en fait des données ajustées résultant selon les auteurs d'une "analyse statistique préliminaire". Elle a été renommée "Unadjusted summary data by continent" et contient maintenant la synthèse des données brutes. La relative homogénéité des données entre continents, qui paraissait étonnante et faisait l'objet du point n°7 de la lettre ouverte, est ainsi nettement diminuée et ne me semble pas manifestement suspecte. Ces corrections n'ont strictement aucun impact sur l'analyse présentée dans l'article : ni sur les calculs de hazard ratios, ni sur l'évaluation de la portée de cette étude ni sur les conclusions qu'en tirent les auteurs. Pour mémoire, pour eux ces résultats invitent à éviter d'utiliser ces traitements en dehors des essais cliniques et appellent à disposer (urgemment) de résultats d'essais randomisés. J'étais de cet avis [2] et le reste. Les équipes dont j'ai choisi de relayer l'évaluation du risque de biais et du niveau de preuve des études, à savoir une équipe de l'université de Lyon pour le premier et une équipe de l'université de Genève pour le second, ont estimé ceux-ci. Pour la première, le risque de biais est "sérieux" [3], principalement en raison de l'existence possible de facteurs de confusion soulignée par les auteurs eux-même. Pour la seconde, le niveau de preuve est "intermédiaire" [4], comme je m'y attendais [5]. Les huit autres points soulevés dans la lettre ouverte sont les suivants : n°1 - Ajustement inadéquat à la sévérité de la maladie, aux effets temporels, aux effets du site (hôpital) et à la dose du médicament. Cette critique me paraît méritée, et ce serait bien que les auteurs fassent l'effort de présenter des analyses complémentaires qui en tiennent compte, bien que rien ne les y oblige. L'absence de prise en compte des effets du site est à mes yeux un gros défaut (j'ai même du mal à croire que les auteurs ne l'aient pas fait) et c'est facile à corriger. Pour le reste, c'est un peu plus long à faire et ça relève d'un raffinement de l'analyse plutôt que d'une correction. n°2 - Les auteurs n'ont pas mis à disposition leurs données brutes ni le code informatique qui a été utilisé. C'est certes regrettable, mais très courant. Les auteurs ont déjà indiqué qu'ils ne mettraient pas à disposition les données brutes eu égard aux contrats régissant leur fourniture. Dont acte. Rien ne les empêche en revanche de fournir le code, ou au moins d'ajouter aux données supplémentaires en ligne la description détaillée de l'analyse statistique (à mes yeux ce serait d'ailleurs plus utile que le code). L'article n'est pas assez précis sur ce point, ce qui est assez fréquent mais il l'est également que les précisions nécessaires soient alors données dans les annexes en ligne. n°3 - Il n'y a pas eu de revue par un comité d'éthique. Quoi qu'il en soit de la pertinence éventuelle de ce point (qui ne me paraît pas évidente), il n'est pas de nature à remettre en cause les résultats de l'étude. n°4 - On ne sait pas de quels hôpitaux ou au moins pays viennent les données. A moins de soupçonner les auteurs de fabrication de données ou le système de centralisation de Surgisphère d'être défectueux malgré sa certification, et de vouloir ces informations pour pouvoir tout vérifier, je ne vois pas bien l'intérêt de les demander. n°6 - Les données de l'Afrique incluses dans l'étude indiqueraient que près de 25 % des cas et 40 % de décès de tous le continent auraient été pris en charge par les hôpitaux alimentant la base Surgiphere, nécessairement dotés de systèmes sophistiqués d'enregistrement des dossiers patients et de systèmes de suivi capables de détecter les tachycardies ou fibrillations ventriculaires, ce qui parait improbable. Sur ce point, la correction de la table S3 va dans le sens d'un renforcement de la remarque sur le nombre de décès, passé de 437 à 561. Toutefois, je trouve que ce point, qui relève encore une fois du soupçon de fabrication de données ou d'énorme bug, n'est pas solidement étayé compte tenu du décalage existant entre le moment où les décès surviennent et celui où ils sont déclarés par les autorités de chaque pays, ainsi que des probables sous-déclarations par ces dernières. n°8 - La dose moyenne d'hydroxychloroquine (589 mg/j) est de 100 mg supérieure à celle recommandée par la FDA alors que 66 % des données viennent d'hôpitaux nord-américains. Alors là je ne sais pas d'où ça sort car je n'ai pas vu de dosage indiqué dans l'autorisation temporaire donnée par la FDA fin mars [6], et le site de l'IHU-Méditerranée indique quant à lui que c'est 600 mg par jour qui était recommandé. De plus, dans l'étude de Geleris et al publiée dans le NEJM, le dosage était de 1200 mg à j1 puis 400 de j2 à J6, ce qui donne une moyenne de 600 mg/j sur 4 jours, or la durée moyenne de traitement dans Mehra et al est de 4,2 jours. Pour moi, il n'y a pas de contradiction, d'autant que les médecins n'ont pas forcément suivi à la lettre telle ou telle recommandation, et qu'il n'y a pas que les Etats-unis en Amérique du nord. n°9 - Le % d'usage de la chloroquine vs hydroxychloroquine "dans certains continents" leur semble peu plausible. Il faudrait qu'ils précisent. n°10 - Les intervalles de confiance à 95 % associés aux hazard ratio leur paraissent étroits. Il faudrait là encore qu'ils précisent. [1] www.thelancet.com/lancet/article/s0140-6736(20)31249-6 [2] www.facebook.com/OdileFillod/posts/2767657350029230 [3] http://metaevidence.org [4] www.hug-ge.ch/sites/interhug/files/structures/coronavirus/documents/hydroxy-chloroquine_et_covid-19.pdf [5] www.facebook.com/OdileFillod/posts/2763346903793608?comment_id=2764635073664791 [6] www.fda.gov/media/136534/download
  11. spacex.webm Avec une jolie peluche à paillettes
  12. Premier vol habité du nouveau vaisseau Crew Dragon ([https://reves-d-espace.com/le-premier-vol-habite-de-crew-dragon-pour-mai/)](https://reves-d-espace.com/le-premier-vol-habite-de-crew-dragon-pour-mai/) Live NASA TV en continu depuis 15h00 UTC
  13. Long March 11 (à confirmer) Xichang Space Center
  14. Aux malades du covid, parce que les études montrent un risque cardiaque aux doses prescrites. Pour ceux qui en ont réellement besoin, pas de souci. La plupart des satellites actuellement en orbite ne le sont pas pour la science.
  15. D'autant que l'IHU n'a à priori pas de service de réa, donc les patients en état critique sont envoyés à la Timone et disparaissent des stats, à l'instar de son étude initiale qui avait étudié 20 personnes en enlevant 4 morts parce qu'en plus d'abord. Ca doit aider un peu à avoir de bons chiffres. AU final avec son "argumentaire" basé non pas sur la méthode scientifique mais sur l'émotion et le poids médiatique, il est en train de faire incroyablement mal à la médecine dans son ensemble. Si les avis médicaux ne sont plus valables selon les études scientifiques mais juste par argument d'autorité et par consensus médiatique comme il le défend, ça dévalorise complètement le corps médical et ouvre la porte au grand n'importe quoi. Une étude est parue il y a quelques jours qui estimait que les croyances anti-vaccins seraient majoritaires dans la population d'ici 10 ans. Il est facile de voir aujourd'hui que les complotistes sur ce sujet ont envahi littéralement tous les espaces libres des réseaux sociaux (j'ai pas vu un seul journal encore dont les publis ne soient pas touchées par ce phénomène).
  16. ça a l'air de marcher ici Ca te le fait juste avec le contenu externe ? Quel type de gif ? Depuis quand ?
  17. Voilà. D'autant que même dans le cas des pays qui confinent peu, on ne pourra dire quelque chose qu'avec plus de recul, puisque ça veut dire simplement qu'ils aplatissent moins la courbe sans donner (pour l'instant) assez d'infos sur l'intégrale donc le nombre de morts final. Wait & see.
  18. Merci merci, mais je n'ai fait que presser quelques touches sur mon clavier. L'auteur de ce pavé est To be or not toubib, qui est un médecin pédiatre qui fait régulièrement des sujets instructifs et intéressants sur sa page Facebook. Si je peux me permettre de jouer à l'avocat général, le problème est peut-être cette mauvaise habitude qui s'est pas mal ancrée dans le pays de faire du "tout ou rien" et d'exagérer systématiquement vers les extrêmes. En l'occurrence ici le catastrophisme d'un côté qui encourage le négationnisme de l'autre, le tout rendant inaudibles les discours modérés et faisant fleurir les accusations et contre-accusations de moutonner. C'est une tendance que je vois et regrette souvent dans les médias français.
  19. On est un peu plus que dans le simple fait médiatique, ceci dit, quand des études sont de manière répétée réalisées avec des erreurs de base, et des procédés qui s'apparentent à de la falsification de données. Il y a eu une espèce de jusqu'au-bout-isme sur ce sujet assez dingue. Que le nombre de théories du complot monte en flèche pendant le Covid, limite on aurait pu s'y attendre. Qu'une parte de la sphère complotiste se fasse autour d'un scientifique renommé mais borné, c'est déjà plus inquiétant. Côté respect de la parole scientifique, cette affaire aura fait beaucoup de mal (bien aidé aussi par des journalistes à la masse en terme de formation scientifique et cherchant surtout le sensationnalisme, il faut avouer). J'étais pas entièrement sûr, vu que tu mélanges des propos ironiques et non-ironiques, mais c'est pour ça que j'ai tourné ma réponse de manière impersonnelle.
  20. Pour qui ? A quel niveau ? A partir de quelle distance ? Si on considère que les échanges commerciaux ont sorti des milliards de personnes de la pauvreté, à quel niveau cette limite devrait-elle être si on veut comparer au nombre de morts du Covid, et quid des autres maladies? C'est facile de dire qu'on ne "tire aucun enseignement" comme je le vois souvent, mais ça reste souvent très vague quand ça parle politique. C'est déjà plus facile sur l'organisation du système hospitalier, où on peut comparer avec les pays qui font mieux pour en tirer de vraies leçons concrètes (et souvent plus structurelles que budgétaires). Très gros résumé de To be or not toubib sur la Chloroquine, au passage: Chloroquine à la Marseillaise : fin de partie ! [ Avertissement : ceci est un long article qui ne cherche pas à vous faire croire mais tentera d’expliquer et, en toute fin, de lister des ressources pour aller vérifier par vous-mêmes les données scientifiques et pas celle de Gérard, médecin épidémiologiste depuis 3 jours après formation Doctissimo ] Qu’est-ce que c’est que cette histoire de Chloroquine ? Pour faire simple, la Chloroquine, c’est une molécule anti-paludéenne (utilisée contre le paludisme avec des propriétés sur la réponse immunitaire intéressantes qui font qu’on l’utilise aussi pour des maladies où les défendes de notre corps s’attaquent de façon excessive à notre propre organisme comme le lupus). Régulièrement, on ressort la Chloroquine du placard pour les infections virales nouvelles car il y a une action de cette molécule contre les coronavirus in vitro. Logiquement, on a donc immédiatement testé cette molécule sur le nouveau SARS-Cov-19 qui fait partie de la famille des coronavirus. PROBLÈME = Si la Chroloquine marche in vitro, elle n’a jamais marché in vivo dans tous les autres cas de coronavirus et virus-like. Pour vous expliquer concrètement, c’est pas la même chose de tester 8 pauvres cellules dans une boîte de pétri de 7 cm de diamètre qu’avec les milliards de cellules qui interagissent de façon ultra-complexes entre elles. Donc, quand tu prouves in vitro que ça marche, ça ne veut absolument pas dire que ça va marcher in vivo. C’est comme quand on fabrique des dinosaures pour un parc en les concevant stériles en laboratoire et boum, on découvre qu’ils se reproduisent quand même une fois en liberté parce que la vie trouve toujours son chemin (et les raptors aussi ). Pourquoi d’un coup tout le monde a commencé à dire que la Chloroquine était un remède-miracle ? Parce que le Professeur Didier Raoult, chercheur marseillais et directeur de l’IHU de Marseille a sorti de façon très précoce le 20 Mars une étude qui affirmait en conclusion que la Chloroquine était le traitement miracle contre le CoVid 19 en réduisant la virémie et le taux de mortalité. PROBLÈME = Cette première étude comptait 20 personnes traitées par la Chloroquine, des patients étaient sortis de l’étude sans être intégré aux statistiques finaux, tous les patients n’étaient pas au même stade de la maladie, pas de groupe contrôle… Bref, cette étude était de la….enfin une étude moisie . Je vais pas vous faire chier à analyser cette étude car c’est long (et que certains l'ont déjà largement fait, voir en fin d'article) mais je veux juste vous rappeler un élément essentiel. Lorsque vous avez un article scientifique, vous ne DEVEZ pas prendre pour argent comptant la conclusion de l’article en question, il faut analyser l’article et le critiquer. En médecine, c’est l’objet d’une discipline à part entière qui est la LCA ou Lecture Critique d’Article . Comprendre les articles scientifiques, c’est long, complexe, difficile et particulièrement chiant MAIS primordial sinon, on peut faire dire n’importe quoi sans règle claire ! L’étude du 20 Mars n’avait aucune puissance statistique (c’est-à-dire qu’il n’y avait que très peu de malades dans l’étude, moi aussi j’peux vous prouver ce que vous voulez avec 20 clampins), elle n’avait pas de groupe de contrôle (et je vais vous en reparler car c’est ultra-important) et elle avait des biais de la taille du Nebraska (ce qui fausse les résultats obtenus !) Mais deux autres études sont sorties par la même équipe, non ? Oui, en effet, chacune avec un nombre de patients plus importants et chacune avec…les mêmes erreurs de méthodologies statistiques, avec l’absence de groupe de contrôle, avec les mêmes conclusions anti-scientifiques. Ce qui est étrange et pour le moins terrible. PROBLÈME = Comment un Professeur comme Didier Raoult, qui connaît FORCÉMENT les règles méthodologiques pour que les études donnent de vraies résultats, a-t-il pu faire les mêmes erreurs trois fois ? Excepté s’il s’en fiche ou s’il l’a fait intentionnellement car il est convaincu que son traitement marche ? Moi je suis convaincu que je ressemble à Brad Pitt, et j’peux vous dire qu’à part dans le noir, de loin, de dos et avec une cagoule, c’est pas le cas. Pourquoi c’est important un groupe contrôle ? Le groupe contrôle dans une étude c’est celui qui ne prend pas de traitement OU un placebo OU le traitement de référence auquel on veut comparer le nouveau traitement tout neuf. Si vous comparez un médoc avec…rien, comment vous savez qu’il marche en fait et que le malade ne guérit pas seul ? Vous n'en savez rien. Imaginez, demain je fais bouffer des MMs à 15 patients qui ont une angine virale…et ils guérissent ! Youpi, les MMs guérissent l’angine. Sauf que si j’ai un groupe contrôle avec 15 autres patients qui ne prennent rien ou des bonbons haribo…et qu’ils guérissent aussi, j’ai démontré quoi ? Que y’a pas de différence entre rien, le MMs et les Haribos (même si les MMs c’est meilleur !) Et que disent les autres études ? Elle disent principalement deux choses : soit qu’avec les données actuelles, on ne peut pas conclure, ce qui était en réalité le cas de la première étude de Raoult qui, en fait, permettait de dire juste « Nous ne savons pas si la Chloroquine est efficace ou pas, il faut une étude de meilleure qualité ». Mais cela demande de l’humilité et de la modération. Ce qui ne semble pas être le point fort d’un homme qui clame dans les médias que « Le consensus, c’est Pétain. » Soit que la Chloroquine, associée ou pas avec l’Azithromycine (un antibiotique), ne marche pas mieux que…rien. Et là, même si on n’a pas encore une étude ultime (qui serait un essai clinique avec randomisation, groupe de contrôle et double aveugle), ça commence à faire beaucoup. Je vous ai listé toutes ces études de bien meilleure qualité souvent avec un mot sur chacune en fin d’article les gens. Sachez juste que la dernière ÉNORME étude en date du prestigieux The Lancet conclut non seulement que la Chloroquine n’a aucune efficacité mais qu’elle donne une surmortalité à cause…d’effet indésirables ! PROBLÈME : La Chloroquine, comme tous les médicaments avec un principe actif, bah ça a des effets secondaires ! Et en l’occurrence, des effets cardiaques avec allongement du Qt. Le Qt, c’est une mesure sur l’ECG (vous savez le truc qu’on vous fait quand on vous met des pastilles sur le torse), et ça mesure le temps que met le signal électrique qui fait battre les ventricules/auricules de votre cœur. Plus il est long et plus votre cœur risque de perdre le contrôle et de se mettre à battre n’importe comment. Ce qui mène à l’arrêt cardiaque. Non seulement la Chloroquine a ce genre d’effets indésirables mais l’Azithromycine auquel l’associe Raoult… aussi. Du coup, c’est la merde ! Mais alors pourquoi tout ce foin ? Parce que nous venons de passer une période désespérée et désespérante, que le Pr Didier Raoult a joué un coup de poker médiatique et qu’il l’a loupé mais, en plus, s’est volontairement enfoncé dans son erreur pour correspondre à un modèle très populaire à l’heure actuelle : le héros anti-système ! Pour les milieux complotistes et tous les autres anti-vaccins/extrémistes, c’est du pain béni. Voilà un mec qui n’est pas à Paris (on sait tous que les médecins parisiens sont d’affreuses personnes biberonnées aux laboratoires et qui mangent des nouveaux-nés à la cuillère), qui a un look non-conforme de rebelle, une attitude de rebelle, qui vous dit qu’il a une réponse ultra-simple à un problème super-complexe et qui se fonde sur un vieux traitement dont la recherche a depuis longtemps été amortie financièrement donc très peu cher. Un vrai héros du peuple en somme. PROBLÈME = Le héros du peuple a en réalité bafoué toutes les règles éthiques, méthodologiques et médicales de la recherche en pleine connaissance de cause, ce qui a fait un énorme foin médiatique relayé par des médias qui n’y connaissent rien pour la plupart, il a jeté en pâture des collègues sur Twitter à la meute populaire qui demandaient simplement d’être mesurés dans ce que l’on disait et de pas s’injecter de la Chloroquine par le fion, il a inclut des enfants (!!) alors qu’il n’avait pas le droit éthiquement et alors que l’on sait que les enfants sont très peu touchés par le Covid et ne développent pas de formes graves. Et dans la foulée, il a publié un livre, fait 12.875 interviews parce que, visiblement, il a assez de temps pour ça alors que l’ensemble des infectiologues que je connais ont été H24 sur le pont pendant l’épidémie. Voilà la réalité... Et je parle même pas des sanctions passées par de grandes revues médicales pour fraudes ou falsifications de données ! (Eh ouais) Pourquoi ces réactions si virulentes sur Internet ? C’est LA question ! Pourquoi plein de gens sont venus faire bloc pour Raoult ? Ils n’ont aucune compétence scientifique (seuls des médecins, des biostatisticiens et des chercheurs en médical peuvent avoir un véritable avis, les autres je vois pas comment) et on dirait que Raoult, sur le seul CV impressionnant, est un sauveur. Sauf qu’en médecine, un CV ne sauve pas, c’est le médicament ou le traitement et c’est donc la preuve scientifique qu’il marche qui sauve. Moi, quand j’applique mon CV sur un gamin aux urgences quand il fait un état de mal épileptique, ça le sauve pas. Quand je met du Rivotril ou du Valium, c’est déjà mieux. Ce qui me terrifie (et me stupéfie), c’est la capacité des gens à avoir une réaction épidermique quand on parle d’un domaine qu’ils ne connaissent pas ! Parce que soyons clairs, je sais qu’avec cet article, nombre de commentaires vont vouloir me violer avec une bûche avant de me mettre à rôtir dans un four à 220° avant de jeter le reste à leur teckel. Mais quand on dit que, non la Chloroquine ne marche pas, on a justement l’impression qu’on vient de violer le teckel de ces gens qui finalement ne savent pas mais croient ! Et on ne croit pas en médecine, on établit la preuve, fin de partie. À qui s’adresse ce message ? Chers complotistes et autres anti-systèmes gnagnagna, je sais bien que là vous allez dire que je suis payé par les labos (d’ailleurs en ce moment je suis sur un yacht en train de me faire tartiner de caviar par deux hôtesses de Sanofi), que sur le Charles de Gaulle on a guéri les mecs (Je débunke en fin d’article ça les gens), que Bill Gates veut dominer le monde avec le prochain vaccin (alors que le gars a déjà un Windows chez vous donc c’est déjà fait la domination mondiale) ou encore que ça cache la 5G. Les complotistes, je vais pas les convaincre et je m’en fiche de ces gens. C’est aux indécis et toute la masse de personnes perdues par ces déclarations et infos contradictoires que je m’adresse : même si la situation est désespérée, ne croyez pas les faux-prophètes ! La seule vérité à l’heure actuelle, c’est qu’il n’y a encore aucun traitement qui a prouvé son efficacité contre le CoVid mais que l’on cherche, que la Chloroquine n’est pas un traitement miracle et que faire désormais confiance à un scientifique comme Didier Raoult qui pense que YouTube c’est mieux et qui est soutenu par Donald Trump qui vous conseille lui de vous injecter du javel ou de faire des UVs, ça me parait la dernière des conneries. Pour finir, bravo, mille bravos à mes collègues qui ont tenu à garder raison dans cette tempête comme le Dr Calafiore ou le Dr Burgio (qui fait un putain de travail de vulgarisation sur Twitter) ou encore le Dr Christian Lehmann et son journal de l’épidémie sur Libération (que vous pouvez aussi écouter en podcast ici : https://podcast.ausha.co/c-est-plus-que-de-la-sf/10-christian-lehmann-no-pasaran-le-jeu). Mille bravos aux rares journalistes scientifiques qui malgré les insultes et les menaces ont démenti les fausses trouvailles récentes : Marcus Dupont Bertrand chez Numerama et Nicolas Martin sur France Culture. Maintenant, on va donc arrêter avec toutes ces conneries et repartir sur des bases plus saines pour la recherche. Pour les informations et articles, c’est par la suite dans la seconde partie de mon article. ----------------------------- Deuxième partie = Sources Débunk Les marins du Charles de Gaulle ont tous été guéris par Chloroquine ! Fausse info qui se base sur l’achat de Chloroquine par l’armée quand personne au début ne savait si ça allait marcher ou pas. L’information a été démentie officiellement par la Marine Française. Après, si vous pensez que c’est faux, réfléchissez. Les mecs sur le Charles de Gaulle, ce sont des militaires en bonne santé et jeunes, on imagine mal des obèses de plus de 60 piges sur ce bateau. On sait que dans plus de 80% des cas, c’est bénin chez les gens jeunes et en bonne santé sans traitement, alors pourquoi c’est incohérent que tous les militaires aient survécu sans traitement ?? Article France Inter (mais y’en a des dizaine) = https://www.franceinter.fr/societe/non-aucun-marin-du-porte-avions-charles-de-gaulle-n-a-ete-traite-a-la-chloroquine Y’a eu bien moins de morts à Marseille qu’ailleurs ? Les chiffres de l'IHU vous interpelle ? Explication très simple : On soigne des gens majoritairement en bonne santé et sans co-morbidités, qui n'ont donc à la base même pas besoin de traitement. C’est tout de suite plus facile. Moi aussi j'ai eu le CoVid et j’ai bouffé des MMs, je tiens surement un truc. Les patients graves qui nécessitent la réanimation sont envoyés à la Timone car l'IHU n'a pas de service de réanimation. Facile. Le nombre de cas/personnes infecté(e)s n'est pas le même. La population de Marseille n'est pas la même que celle de Paris ou Lyon ou de la France. Pourquoi du coup, en Suède ou aux Etats-Unis, la chloroquine est un échec et pourquoi les States ont plus de 1000 morts/jour si c'est un remède miracle ? Sources Dissection du Protocole Raoult par Nicolas Martin sur France Culture et retour sur pourquoi la première étude est mauvaise : https://www.franceculture.fr/emissions/radiographies-du-coronavirus/chloroquine-le-protocole-raoult Dissection des deux premières études de Raoult par Marcus Dupont Bertrand sur Numerama : https://www.numerama.com/sciences/614708-chloroquine-les-graves-erreurs-scientifiques-de-la-methode-raoult.html Article du Lancet Journal = https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(20)31180-6/fulltext?utm_campaign=tlcoronavirus20&utm_source=twitter&utm_medium=social Étude observationnelle, multi-centrique (671 hôpitaux sur 6 continents !!!!) avec groupes contrôle séparés et population comparable et ajustement des facteurs confondants. Sur des patients avec des formes légères ou modérées de CoVid ! Résultat : Augmentation du nombre de morts sans bénéfice pour les traitements par Chloroquine ou Hydroxychloroquine avec augmentation des arythmies cardiaques et des affections coronaires. Article du British Medical Journal = https://www.bmj.com/content/369/bmj.m1844 En résumé = Une cohorte de 181 patients, 84 traités par (Hydroxy)Chloroquine, 89 par les traitements symptomatiques standards, critère de jugement principal étant l’admission en soins intensifs. Les groupes sont comparables, on utilise le protocole à la Raoult… et résultat : aucune différence entre les deux groupes avec 10% en plus d’effets indésirables cardiaques pour le groupe avec la Chloroquine. Article du British Medical Journal = https://www.bmj.com/content/369/bmj.m1849 Seconde étude qui est multi-centrique (plusieurs hôpitaux) ouverte et randomisée. 150 patients en deux groupes avec Chloroquine ou sans. Groupes comparables. Pas de différence à la fin au niveau biologique et niveau charge virale. Article du Pr Christian Perronne, infectiologue et soutien de Raoult = https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.05.05.20088757v2 Article tellement mauvais qu’il a été retiré en ligne par ses propres auteurs et qui était sensé prouvé l’efficacité de la Chroloquine. En résumé : étude très peu puissante, tous les patients ne sont pas Covid 19 positif ( !!), Statistiques fait sur 2 groupes…alors qu’il y en a 3 ( !!!), Groupes Contrôles qui n’ont rien de groupes contrôles, patients qui changent de groupe en cours d’étude… Article du New England Journal of Medicine = https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa2012410?query=featured_home 1446 patients à NY, étude observationnelle, Chroloquine 24h après l’admission, 811 personnes traitées contre 565 en groupe contrôle non traitée, groupes comparables, Azithromycine dans le protocole, résultat ? L’hydrochloroquine fait pareil voire pire que le groupe sans. Article du Journal of the American Medical Association = https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2766117 1434 patients dans l’état de New-York avec protocole Azithromycine et Hydroxycloroquine ou l’un ou l’autre ou les deux, qui montre une mortalité égale…mais plus d’arrêts cardiaques avec les deux médocs ! Article du British Medical Journal : https://ard.bmj.com/content/early/2020/05/07/annrheumdis-2020-217690 En gros, je vous ai dit qu’on utilisait la chloroquine aussi dans le lupus ou certaines maladies rhumatismales ? Alors on a regardé si ces gens là avait moins de risque de Covid… et l'utilisation de base de l'hydroxychloroquine dans le lupus érythémateux systémique n'exclut pas l'infection par le SRAS-CoV-2 et le COVID-19 grave ! Article du Journal of the American Medical Association = https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.04.07.20056424v2 Première étude de Phase II en essai clinique avec la Chloroquine pour les patients sévères du CoVid. Aucune efficacité, arrêt des tests avec les hautes doses de chloroquine à cause de la toxicité cardiaque pendant l’essai ! Bisous à tous et toutes (de loin), et MMs à volonté !
  21. Heure annoncée de l'amarrage. Live NASA TV en continu
  22. Heure annoncée pour l'entrée des astronautes Doug Hurley et Bob Behnken dans l'ISS. Live NASA TV en continu
  23. Le nombre est très bas, c'est surtout pour éviter les robots spammeurs, tu auras très bientôt la possibilité.
  24. Grâce à ce message maintenant tu peux. Les membres avec peu de contenus ne sont pas autorisés à éditer leurs messages. C'est pour éviter les robots spammeurs qui utilisaient cette technique pour passer la détection.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.