Wargentin

Membre
  • Compteur de contenus

    434
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Wargentin

  • Rang
    Membre
  • Date de naissance 09/06/1968

A propos

  • Matériel
    Jumelles Fujinon 16x70 FMT SX II
    Jumelles APM APO 100 mm 45°
    Lunette Orion 80 ED
    Lunette Orion 120 ED
    Telescope Orion XT10g

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Wargentin

    eVscope Révolution astro-amateur ?

    Voilà pour te rassurer : Il ne sert à rien que je réponde à tes autres remarques, vu que la discussion ressemble à un dialogue de sourds. Pour ma part, j'attends avec curiosité les premiers comptes rendus d'observateurs, et pas les premiers images.
  2. Wargentin

    eVscope Révolution astro-amateur ?

    Tu ne fais donc aucune différence entre une image placée à quelques dizaines de centimètres de tes yeux, et une image vue à l'infini grâce à un oculaire ? Moi si
  3. Wargentin

    eVscope Révolution astro-amateur ?

    Non, ce n'est pas une "sorte" d'oculaire, mais un oculaire tout court. Tu continues à vouloir minimiser ce qui fait l'originalité du concept.
  4. Wargentin

    eVscope Révolution astro-amateur ?

    Je n'ai pas tout suivi, mais comme j'ai l'impression que la discussion tourne en rond, avec toujours les mêmes arguments de part et d'autre, je me demande s'il n'y a pas un problème de vocabulaire pour désigner les différentes approches en astronomie. Voilà comment je vois les choses pour ma part. - le visuel. Pas besoin d'expliquer longuement : on observe l'image donnée par l'instrument avec un oculaire. - l'imagerie classique. On remplace l'oculaire par une caméra ou un appareil photo, l'image est ensuite transférée dans un ordinateur pour traitements divers et observation sur écran. - le visuel assisté, qui est bien mal nommé selon moi et qui devrait plutôt s'appeler "imagerie en temps réel". On observe toujours l'image sur un écran, mais on n'a pas besoin de rentrer à la maison pour la découvrir, on obtient l'image tout de suite. - le "visuel simulé", ou "visuel amplifié", qui est représenté par l'eVscope. On observe dans un oculaire, comme pour du visuel, mais entre le foyer et l'oculaire se trouvent un capteur et un écran, comme pour l'imagerie temps réel. Cela n'en fait pas pour autant un instrument visuel ordinaire, ni une solution de visuel assisté. C'est une autre approche. Je ne vois pas comment on peut critiquer un manque de finesse des images de l'eVscope. Cela n'a aucun rapport avec une image qu'on regarde sur écran d'ordinateur… Les données théoriques suggèrent plutôt que le piqué des images à 50x doit être tout à fait satisfaisant, mais bien sûr c'est un point qui reste à confirmer.
  5. Wargentin

    Programme TV

    Ce soir sur Arte, à 22h40 : "le grand mystère des mathématiques" suivi à 23h30 par : "Cédric Villani – mathématique de la chauve-souris"
  6. Tiens donc ! Et pourquoi je n'ai pas vu ce trio sur Calsky ? Le site changerait-il ses résultats selon la tête de l'utilisateur ? Bon, en fait c'est presque le cas . Je me suis souvenu que lors de la première utilisation, il fallait renseigner le niveau de connaissances en astronomie. J'avais choisi "Hobby astronomer". Je suis donc allé dans le menu Setup, pour sélectionner cette fois "Astronomer", et comme par magie, le trio Yaogan 25 est apparu, à l'endroit et à l'heure exacts où je les ai observés ! Il n'y a que la direction qui ne correspond pas exactement à mes souvenirs, mais comme je ne suis pas certain à 100% sur ce point, pour moi il ne fait aucun doute que c'est bien ces satellites que j'ai vus. Mon problème est donc résolu. Merci @den Fort de cette victoire, j'ai essayé la même chose en rentrant les paramètres donnés au début par @cceeddrriicc . Bingo ! Le même triplet Yaogan est passé à droite de Jupiter, à peu près à l'heure dite. Les satellites Yaogan 25A et 25B sont même passés exactement aux coordonnées mentionnées (14h29m ; -10°), à 23h21m12s et 23h21m32s respectivement. Le satellite Yaogan 25C quant à lui est passé plus près de Jupiter. La correspondance me semble trop forte pour chercher une autre explication. J'avais bien du mal à accepter l'hypothèse des satellites géostationnaires. Si vraiment certains d'entre eux produisaient des flashs presque aussi intenses que Jupiter, cela se saurait depuis longtemps. Et puis ça ne colle pas non plus avec une formation en triangle. Les satellites géostationnaires doivent se trouver dans le plan équatorial, pour rester immobiles par rapport à la Terre. Ils sont donc forcément alignés, comme sur la vidéo postée plus haut. Si l'un d'eux se trouve au-dessus ou en-dessous de ce plan, cela veut dire qu'il oscille de bas en haut par rapport à la terre, et donc qu'il n'est pas géostationnaire. Cela n'aurait aucun sens. Enfin, une variation d'intensité rapide me semble incompatible avec un éloignement de 36000 km. Donc pour moi, c'est bien le même trio que nous avons vu, la surprise et la beauté du spectacle perturbant quelque peu la précision des observations.
  7. Merci pour les liens @den, très instructifs. Du coup, j'ai essayé Calsky, mais moi non plus je n'ai pas trouvé de trio concernant mon observation. De plus, les triplets Yaogan semblent avoir une orbite inclinée à 63°, ce qui a priori ne correspond pas à ce que j'ai observé. J'ai vraiment eu l'impression que ces trois satellites suivaient une orbite polaire.
  8. Je viens de tomber sur ce sujet un peu par hasard. Il se trouve que j'ai observé un phénomène assez similaire, mais pour moi les sources lumineuses étaient clairement en mouvement. Cela s'est passé dimanche 8 juillet, en Lot-et-Garonne, aux alentours de 22h44. J'ai repéré à proximité d'Arcturus 3 satellites, espacés de quelques degrés les uns des autres, à peu près aussi brillants qu'Arcturus, et se déplaçant lentement vers le nord. Ils se sont éteints rapidement l'un après l'autre, un peu comme des satellites Iridium. Il m'est déjà arrivé de tomber sur un trio de satellites aux jumelles, mais je n'ai jamais vu un tel trio aussi brillant ! J'ai recherché sur l'application Satellite Safari (qui s'appelle maintenant Orbitrack), et je n'ai rien trouvé. J'ai supposé qu'il s'agissait de satellites militaires non répertoriés, et je n'ai pas cherché plus loin. Serait-ce le même phénomène que nous avons observé ? Peut-être que le déplacement des satellites, bas dans le ciel, était suffisamment lent pour ne pas être facilement perceptible, alors que moi je les ai observés beaucoup plus haut, et donc avec un mouvement apparent plus grand…
  9. Wargentin

    APM 100 mm 45° ED-Apo

    Extension de la colonne sur Manfrotto 161MK2B : 25 cm Extension de la colonne sur Berlebach (Uni 19 ou Uni 29) : 39 cm Pour moi, la messe est dite.
  10. Wargentin

    APM 100 mm 45° ED-Apo

    Ces 18mm sont en principe des APM Ultra Flat, qui sont paraît-il excellents ! Je pense d'ailleurs que ce sera ma prochaine acquisition, pour s'intercaler entre mes Pano 24 et mes Nagler 13. Je trouve intéressant le fait que ces jumelles ont été améliorées depuis les premières versions : prismes plus grands (28 mm au lieu de 25), étanchéité et remplissage à l'azote, et oculaires APM UF 18.
  11. Wargentin

    Des objectifs triplets chinois et de leur tenue à l'alignement...

    Post super instructif ! Comme les autres, j'aimerais bien avoir un état des lieux similaire sur les doublets. Je possède un doublet 120 ED chinois de première génération : il n'y a aucune vis de réglage ! La seule solution est de démonter l'objectif et d'insérer des très fines cales entre les lentilles. Mais comme c'est un doublet, avec de la patience et de la méthode, cela reste faisable sans équipement. Je ne m'aventurerais pas moi non plus à régler un triplet, sauf à me contenter d'un gros "à peu près", ce qui est contraire à la raison d'être des triplets.
  12. Wargentin

    APM 100 mm 45° ED-Apo

    C'est une info intéressante en effet. J'ai remarqué que sur les miennes la bague de retenue était aussi vissée à bloc. J'ai essayé de la dévisser sans l'outil adapté, et comme elle s'est débloquée d'un coup cela a failli m'arracher l'ongle . Ce serrage d'origine me paraît injustifié. Concernant les oculaires, j'ai lu pas mal d'avis sur Cloudynights. Il ne me semble pas avoir lu que les ES 24 manquaient de confort. Ce qui ressort est une légère courbure de champ, ce qui pénaliserait la netteté des images sur les 20% extérieurs du champ. Pour avoir mieux en 24 mm, il y a soit les excellents Panoptics, que je possède, soit les APM Ultra Flat. qui font aussi bien pour moins cher. Sinon, pour un grossement un peu plus fort, mais aussi un champ apparent plus grand, il y a bien sûr les Morpheus 17,5 mm. Je commence à réfléchir de mon côté à l'acquisition d'oculaires de courte focale pour ces jumelles, dans une fourchette comprise entre 6 et 8 mm. Je n'ai pas l'intention de descendre en dessous. Ces jumelles sont fabuleuses pour les grossissements faibles à moyens, mais pour la haute résolution elles seront toujours surpassées par ma lunette 120 ED ou mon télescope XT10g. Je préfère utiliser mes instruments dans leur domaine de prédilection. En plus le suivi manuel devient compliqué à fort grossissement. Je n'ai pas de problèmes avec la lunette, mais elle est beaucoup plus longue que ces jumelles, ce qui facilite grandement le contrôle des mouvements. Il vaut mieux à mon avis utiliser ces jumelles en privilégiant le confort et le piqué d'image, quitte à perdre un peu de détails. Sinon, pour les oculaires Morpheus, la promo n'est valable que jusqu'au 15 mai…
  13. Wargentin

    Réglage parallélisme d'une paire de jumelles

    S'il n'y a pas de vis, c'est probablement que le réglage se fait par des anneaux excentriques, au niveau des objectifs. La monture des objectifs doit être constituée de deux anneaux légèrement décentrés, ce qui donne deux degrés de liberté pour chaque côté. La collimation se fait en orientant chacun de ces anneaux. Le document de référence sur la collimation des jumelles est certainement le site de Rafael Chamon Cobos : https://sites.google.com/site/rchamon/home Voir en particulier le paragraphe 5.2 sur cette page : https://sites.google.com/site/rchamon/home/sun-images-method-for-collimation-of-binoculars et aussi cette page pour une autre méthode : https://sites.google.com/site/rafaelchamoncobos5/home/collimation-of-binoculars J'ai trouvé aussi ce document, qui semble être une bonne introduction : http://www.oasi.org.uk/Events/AW/20150311_Bin_alignment.pdf
  14. Wargentin

    Jumelles stabilisées: Canon, Nikon, Fujinon, autres?

    Les jumelles Nikon et Fujinon sont identiques (source "observer avec des jumelles" de G. Blanchard et J.L. Dauvergne). Ces modèles ne sont pas très répandus, je crois qu'il y a une raison à cela, mais je ne sais plus trop laquelle : champ étroit, poids élevé, performances médiocres ? Je crois aussi avoir lu que le système de stabilisation était plus adapté aux conditions marines, où il faut compenser de grands mouvements. En tous cas la note du modèle 12x32 testé dans le livre en question n'est pas très élevée. Au contraire, les Canon 12x36 ont été améliorées récemment, avec un système de stabilisation encore plus performant. Les 12x36 sont à peine plus lourdes et à peine plus encombrantes que les 10x30, donc à mon avis elles sont préférables à ces dernières. Le revêtement qui fond comme de la mélasse, c'est une réalité, mais cela dépend des individus. Je sais que les objets que je touche régulièrement, comme les calculatrices, se dégradent assez vite, donc je ne suis pas très surpris d'avoir ce problème avec ces jumelles aussi. Ce revêtement une fois détérioré peut s'enlever avec de l'alcool. Ça reste moche, mais au moins les jumelles sont utilisables.
  15. Wargentin

    APM 100 mm 45° ED-Apo

    Je suis d'accord avec ces dernières remarques. Mon problème n'était pas dû au vignettage, mais à la présence d'une aberration de sphéricité pendant la mise en température. Cela peut surprendre mais c'est ainsi. J'ai le même souci avec ma lunette.