jvaillant

Membre
  • Compteur de contenus

    163
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de jvaillant

  • Rang
    Membre
  • Date de naissance 09/03/1974

A propos

  • Résidence
    Grenoble
  • Intérêts
    visuel, ciel profond,
  • Occupation
    Ingé opticien
  • Matériel
    114/900 Ganimede
    T200 fabrication perso (Lassort)
    T400 en cours...
  1. Y a t-il un tailleur de miroir dans la salle?

    Effectivement, les surpressions ça marche bien avec les outils D/2 et D/4, je n'ai pas réussit à faire quelque chose de bien avec l'outil plein diamètre. Ma poix était probablement trop dure pour cela. Sur un petit miroir de 150, je ne sais pas si les outils 3/4D ou D/2 fonctionne aussi bien que sur les grands miroirs => problème de tenu de l'outil qui n'est pas évidente en dessous de 10-12cm de diamètre.
  2. Y a t-il un tailleur de miroir dans la salle?

    Ok, pour les techniques de parabolisation, j'ai pour ma part lu et relu et rerelu le Texereau, et un peu le Leclerc. Et je n'ai pas trouvé de recette infaillible. Mais sur mon 400 à f/4 c'était très dur de dépasser une conique de 0.6 voir 0.7, le miroir restait elliptique avec un outil plein diamètre. Il a fallu que je passe à des outils plus petits pour arriver à déformer suffisament (D/2 et D/4). Je pense que l'outil de 0.75D est un peu grand. Ou alors il faut une poix molle pour supporter la déformation entre la sphère et la parabole. Sinon, je reviens sur l'écran : il faut faire assez de zones, avec ce diamètre et cette focale il en faudrait au moins 7 (voir Texereau ou par exemple http://w1.411.telia.com/~u41105032/couder/zcalc.htm). Faire les mesures avec moins de zone ne fait pas gagner du temps et même peut conduire à de fausse interprétation (voir par exemple ce qu'en dit Serge Vieillard sur la réalisation de son 400 http://www.astrosurf.com/magnitude78/telescopes/T400/miroir.html). Bon courage, on y arrive toujours, mais parfois c'est long.
  3. Y a t-il un tailleur de miroir dans la salle?

    Sans être un expert (2 miroirs à mon actif) voici quelques commentaires : Un peu plus de détail sur les problèmes ? Qu'observes-tu au Foucault ? Autre point, l'écran de Couder est plus qu'original. En général on mesure selon un diamètre (toute les ouvertures de l'écran sont alignées en quinconce) et on effectue plusieurs mesures pour avoir plusieurs diamètre. Ici tu mesure des zones dans des directions ortogonales et les zones suivant le diamètre vertical ne semble pas aller par paire => impossible de mesurer le rayon de courbure pour ces zones. Enfin, même si on n'utilise pas le centre du miroir, il est bien pratique de voir le centre.
  4. T 400 mm en F/4,5 ou F/4 ?

    J'ai la mienne faite maison, en bois, réglable et tout. C'est elle que j'utilise avec mon 200, mais avec le 400, je suis vraiment debout souvent et plus rarement debout appuyé sur la chaise en position haute et seulement assis pour les cibles relativement basses (comme les planètes cet été).
  5. T 400 mm en F/4,5 ou F/4 ?

    Tout a fait d'accord : pour ma part j'ai coupé la poire en deux à F/4.25 . Ayant réalisé le miroir, F/4.25 c'est déjà pas de la tarte alors F/4... Bref, lors de la conception cela me donnait un PO à hauteur d’œil au zénith (je mesure 1.75m). J'avais oublié l'option table équatoriale ! Résultat il me faut un marche-pied. Une fois, ma table est tombé en rade, j'ai donc ré-observé directement sur la base standard : c'est vraiment bien de pouvoir avoir les 2 pieds sur la terre ferme la nuit. Petit détail supplémentaire : avec mon 200, j'observe assis même pour les cibles hautes. Avec le 400 je suis presque tout le temps debout, c'est plus fatiguant. Donc prévois plutôt plus bas que trop haut => F/4
  6. Petit comparatif planetariums Android

    Bonjour, Intéressé par le sujet, je viens de regarder et de voir que SkySafari 5 est a 18.99€ en se moment. Je pense le laisser tenter.
  7. Début de la construction d'un T400.

    Je suis en train de reprendre mon 200 (déjà strockisé, mais pas bien fignolé). L'idée est d'utiliser les outils de fraiseuse numérique/découpe laser/impression 3D (toujours ce manque de possibilités de bricolage à la mano) et de peaufiner l'équilibrage avec une version compatible tête bino (2 versions de tubes) et puis pour le plaisir de tester/expérimenter aussi. Je posterai une fois la conception plus avancée pour avoir vos avis.
  8. Début de la construction d'un T400.

    Effectivement j'aurai pu couper droit vers les 2 points de réglages, l'optimisation d'un télescope n'est jamais vraiment finie et si c'était à refaire il y aurait des modifs. Le 3ème point (celui en bas de la photo) est bien au ras du miroir et jamais touché lors du réglage. Ici ma contrainte était que je suis très limité en capacité de bricolage (appart, cave minuscule, peu de temps...) hormis l'impression 3D et le design le reste était compliqué ! Ceci étant, le sujet étant le futur télescope de Patcubitus, je ne monopoliserai donc pas plus la parole à propos de mon télescope qui fonctionne bien depuis 2 ans. Mais je ne peux qu'encourager Patcubitus à suivre les différents conseils, à décortiquer toutes les constructions présentées sur le forum et à glaner le maximum d'idées.
  9. Début de la construction d'un T400.

    Pour : - avoir les butées latérales à 45° et au plus proche des systèmes de réglage - avoir la place de mettre les systèmes de réglage de la collim dans une caisse primaire pas trop grosse - faire joli
  10. Début de la construction d'un T400.

    Tout a fait d'accord, sur le mien également point d'alu pour le barillet. Et comme dit précédemment c'est tout le support de primaire qui s'oriente. J'y vois un avantage : les touches latérale du miroir sont toujours à la bonne hauteur sur la tranche. Et ça se collimate par l'avant ! Voici la photo extraite du post de 2016 (https://www.webastro.net/forums/topic/144949-mon-400-ça-avance), mais j'ai fait un support à 18points... on en a déjà parlé, sur un miroir d'épaisseur normale, 6 ou 9 devrait suffire.
  11. Début de la construction d'un T400.

    Tout à fait d'accord (difficile de contredire Maître Serge). Et aussi prévoir de faire la collimation par l'avant, c'est tellement plus confortable pour peaufiner avec un œilleton et surtout en star-test ! Même pour dégrossir avec un laser c'est plus facile. A noter qu'en soignant bien la mécanique, on retrouve une bonne collimation d'un montage sur l'autre. En général je n'ai qu'un quart de tour de vis à faire une fois sur la polaire. Jérôme
  12. Début de la construction d'un T400.

    Bonjour, Pour les vis de collimation, 8 c'est large, 6 suffirait. Sur mon télescope, c'est tout le barillet qui est orientable et qui est réglé par 3 vis de 8 + ressorts poussanst. Ça tient la collimation sans problème, mais c'est un miroir mince (25mm au bord) de moins de 7kg. Pour ma part je suis parti sur un barillet 18 points car une fois les bascules pour les 6 points fait, ajouté les triangles n'est pas un gros pb. Mais ça se discute. Effectivement c'est du costaud coté barillet. La contrainte de la récup est intéressante si le poids n'est pas un problème. Projet intéressant, à suivre... Tiens nous au courant des avancées. Jérôme
  13. Un miroir à L/43, possible ?

    Justement, y a-t-il d'autres information que ce fameux l/43 dans le bulletin de contrôle ? Notamment le critère de Couder (lambda.f/rho<1) qui est généralement le plus difficile obtenir sur des miroirs ouvert, car en plus de l'écart à la parabole, cela fait intervenir les pentes de la surface. Et quelle est la focale du miroir ? l/43 sur un miroir à f/4 me parait totalement irréaliste, sur un f/10...
  14. Debayeriser un capteur de 1000D (en boutique ?)

    Hello, et bien les interconnexion forment un réseau (lignes/colonnes) qui sert à piloter les pixels. Si on ne veut pas de court-circuit entre chaque ligne et chaque colonne, il faut isoler les interconnexions entre elles. C'est ce que fait l'oxyde. Puis l'oxyde est encapsulé par une couche de nitrure de silicium. Ça c'est pour capteur "front side illumination". Pour les capteurs "Backside illumination", il n'y a pas d'interconnexion du coté de la face qui voit la lumière, mais il y a quand même une couche d'oxyde (généralement, pas de nitrure de ce coté là). Le HF est dilué (je ne sais pas à combien) et est utilisé pour retirer les derniers résidus organiques, ce n'est pas indispensable si on ne prévoit pas de nouveau dépôt sur le capteur. Donc, normalement le plasma O2 suffit pour débayeriser un capteur et il n'y a pas de métal à nu (sauf les fils de bonding en périphérie de la matrice à protéger éventuellement avec de l'époxy). Un test pas trop cher consiste à tester sur des RaspberryCam. Des collègues ont essayé, je ne connais pas leurs paramètres de plasma, mais c’était assez long (1h). Bon courage... et tiens nous au courant !
  15. Debayeriser un capteur de 1000D (en boutique ?)

    Bonjour, Les microlentilles et les filtres colorés sont en résines polymères (=plastique), en dessous, le capteur est en oxyde de silicium (=verre). Voir Figure 2 de https://www.coventor.com/blog/cmos-image-sensors-cis-past-present-future/ La "vrai" technique (industrielle) pour les enlever c'est de faire subir un traitement au plasma 02 à la surface puis une dissolution à l'acide fluorhydrique... par vraiment à la porté de l'amateur ! D'où les méthode mécaniques que l'on trouve sur le web. L'idée est d'utiliser quelque chose qui gratte les polymères sans rayer le verre... Donc du bois, du plastique... Le mieux est d'essayer avant sur une lame de verre : si on ne la raye pas c'est bon, il y a peu de risque de rayer le capteur. Les photosites eux sont dans le silicium et donc protégés par les quelques micron d'oxyde de silicium qui est au dessus. Le risque principal est surtout de casser un des fils de connexion entre la puce et le boitier (fin fils en or). C'est pourquoi il est préconisé de les protéger en les recouvrant d'époxy. Bon courage