Jump to content

Iznogoud

Membre
  • Content Count

    26
  • Joined

  • Last visited

A propos

  • Matériel
    Dobson 200mm

Recent Profile Visitors

148 profile views
  1. Je viens d'offrir une lunette 90/900 sur AZ3 à ma nièce de 9 ans. J'ai un peu hésité avec une 70/700, mais je me suis dis qu'elle verrait un peu plus de détails. J'étais assez limité de toute façon : elle vit en Belgique, donc avec la pollution lumineuse, inutile d'espérer de voir beaucoup plus que la lune et les planètes. Très clairement, elle observera avec ses parents dans un premier temps. Mais l'objectif est aussi qu'elle puisse rapidement sortir la lunette toute seule si elle en a envie. Pour tous ceux qui conseillent un Dobson 200 : j'en ai un, c'est très chouette, mais vous vous rendez compte du poids que ça fait ? C'est absolument impossible pour un enfant de le déplacer. Et je ne parle même pas de refaire la collimation...
  2. L'argument méritocratique ne tient plus quand le nombre de postes est réduit au point où il en est actuellement. Oui, le niveau actuel des chercheurs est très élevé, et j'ai vu passer des témoignages disant que certains candidats à des postes d'enseignants chercheurs avaient des CV plus fournis que ceux des membres des jurys de sélection. La mobilité internationale est une nécessité pour les post-docs, mais implique des contraintes fortes. Un post-doc, c'est généralement 3 ans et par exemple, pour les États-Unis, le conjoint ne peut suivre que si le couple est marié avant le départ, et le conjoint ne peut pas travailler les 6 premiers mois et n'a droit à aucune aide pour une inscription à l'Université sur place (donc soit prévoir une inscription en France avant dans une université jumelée, ce qui n'est pas toujours possible, soit payer le prix exorbitant d'une scolarité aux US). Donc sacrifices familiaux importants. Quand on est prêt à ce genre de choses, autant rester dans un pays avec une paye et des moyens conséquents. Tous ceux que je connais qui ont abandonné la quête d'un poste d'enseignant chercheur en France ont un point commun : ils ont un bien meilleur salaire, qu'ils soient à l'étranger ou dans le privé 😀 Quand à la "sécurité de l'emploi", elle ne vaudra plus rien après la réforme du statut des fonctionnaires qui se prépare. Les prix nobels français font partie de générations qui n'ont pas eu à subir ce que subissent les jeunes chercheurs français aujourd'hui (notamment la course aux financements). Bref, à un moment, ça se sentira sur les résultats scientifiques.
  3. Un post doc aux États-Unis touche le double (je ne parle même pas des chercheurs ayant un poste) et les moyens pour travailler sont sans commune mesure. Absolument rien n'indique une quelconque augmentation des moyens alloués à la recherche française ces prochaines années. Le temps des chercheurs français est de plus en plus consacré à monter des dossiers administratifs pour obtenir des financements (misérables). L'état global de la recherche est France est calamiteux et ça ne s'arrange pas. J'ai des amis avec des doctorats dans divers domaines et je n'en connais qu'un qui a obtenu un poste en France. Les autres sont restés à l'étranger ou ont renoncé à la recherche.
  4. Aujourd'hui, il n'y a plus de postes en France, même pour les meilleurs des meilleurs. Évitons d'envoyer des jeunes à la boucherie : même en bossant 100 heures par semaine pendant 10 ans, seule la chance ou le copinage les sauvera, pour un salaire à 1800 euros pour un titulaire débutant (en région parisienne, impossible de se loger décemment avec ça). Mais à l'étranger, oui, effectivement, c'est possible, avec même des salaires décents.
  5. Heureusement que la France est signataire de la charte de Venise, sans quoi on s'acheminerait droit vers un massacre architectural. La structure est fragilisée, rien que l'audit et la consolidation prendront plusieurs années. Le plomb de la toiture a fondu et s'est infiltré partout, des pièces métalliques tenant les blocs de pierre entre eux ont également fondu, du calcaire s'est transformé en chaux... parler de restauration/reconstruction est prématuré à ce stade. Les moyens techniques et financiers sont disponibles pour refaire à l'identique, mais dans ce cas, il faudra beaucoup de temps. Aucun spécialiste sérieux ne croît à un délai de 5 ans, et même 10 ans est optimiste. Mon avis très personnel : ça me paraît inconcevable de ne pas retrouver un aspect extérieur proche de celui de 2019. Pour ce qui ne se voit pas, c'est plus incertain. Même avec une charpente en bois, il faudra faire des ajustements pour intégrer au minimum un dispositif anti-incendies.
  6. Je n'y connais pas grand chose en filtres, mais j'ai cherché ce "filtre miracle" ( Duo Narrowband de Clyclops Optics) et je l'ai trouvé à 290€. Est-ce que ça les vaut, hors astrophotographie ?
  7. Je possède l'Ethos 4,7 et il est très bon. Mais pour le peu que j'ai l'occasion de l'utiliser, je trouve que c'est de l'argent jeté par les fenêtres. Je n'ai aucun regret d'avoir mis le prix sur l'Ethos 13 qui est mon oculaire de base, par contre.
  8. Tant que je lis ça, une question : pour les dobsons motorisés du commerce, c'est forcément non débrayable ?
  9. J'avais vu. Ce que je voulais dire, c'est que Saturne est certainement la plus belle chose qu'on puisse voir facilement dans un télescope. Il y a de belles choses à voir dans le ciel profond, mais dans une soirée d'observation avec des gens qui n'ont jamais mis l'oeil dans un oculaire, Saturne est un succès assuré (et mérité). Pour être honnête, en visuel, le plaisir avec les galaxies, c'est plus de réussir à les trouver (en manuel sans goto/pushto) que la tâche floue qu'on observe. (j'ai aussi un 200/1200)
  10. ça vaut même le coup d'acheter le télescope pour la voir 😀
  11. Le Nagler 31 est un oculaire fantastique. Un des avantages, c'est que la revente ne pose aucun problème.
  12. Si la NASA est impactée par le shutdown, ça pourrait retarder un peu les annonces.
  13. Il y a eu des photos des sites lunaires faites par des sondes en orbite, il me semble. L'intérêt scientifique de faire ça est quasi-nul. Je pense qu'en ce moment, ça doit se battre pas mal pour décider sur quoi pointer Hubble tant qu'il est opérationnel.
  14. Il ne faut pas exagérer non plus. Avec un 200mm, on voit très bien en visuel les couleurs des planètes. C'est sur le ciel profond (galaxies, nébuleuses) qu'on voit en gris.
  15. Ils sont là pour un moment. Par contre l'inclinaison par rapport à nous change, et dans quelques années (le pire est en 2022, je crois), on sera sur la tranche et on ne les verra quasiment plus depuis la Terre. ça ne va pas durer très longtemps, heureusement.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.