kirks

Membre
  • Compteur de contenus

    212
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de kirks

  • Rang
    Membre
  • Date de naissance 01/02/1987

A propos

  • Résidence
    OUARVILLE
  • Intérêts
    Astro / Guitare
  • Matériel
    Lunette skywatcher 100 ED sur AZEQ6
    ASI294MC PRO

Visiteurs récents du profil

210 visualisations du profil
  1. kirks

    Traitement images avec ampglow

    Bon je reviens donner des news pour ceux qui sont dans le même cas. J'ai (enfin) réussi à virer l’intégralité de l'ampglow. Pour ce faire j'ai bidouiller le protocole de sauvegarde des fichiers fits dans prism. Voila mes réglages : Je me demande bien en quoi cela peut influencer mais en tout cas maintenant ça marche. J'ai utilisé un protocole classique de prétraitement avec Offset, dark et flats. Pas de darkflat. Par contre je n'ai pas fait de correction cosmétique et cela se ressent. J'ai plein de points noir sur l'image. Je vais essayer en faisant une correction cosmétique et je ressayerais ensuite en augmentant le pourcentage de rejection lors de l'empilement pour voir quel est la meilleur solution. Je vous met l'image en question ainsi qu'un crop beaucoup plus clair de la zone ou normalement l'ampglow apparait. Bon soyez indulgent sur l'image c'est loin d'être terminé.
  2. kirks

    Un essai en remote

    Ok
  3. kirks

    Un essai en remote

    Je soutien un argument tout en donnant des arguments contraire .... Effectivement tu ne peut rien pour moi et je m'en félicite.
  4. kirks

    Un essai en remote

    Pourtant c'est bien du matos d'amateur. Onéreux, pointu, sans doute ce qu'il se fait de mieux, mais d'amateur quand même car comme je le disais on équipe pas encore les observatoires pro avec du takahashi ou du ASA... Au niveau du droit il n'y a pas a être d'accord ou pas c'est comme ça et là ce n'est pas moi qui le dit. Ce sont les textes d'abord, puis plusieurs jurisprudences ont confirmés le texte ce qui est logique car c'est une partie du droit peu soumis à interprétation. Sauf disposition contraire établis à l'avance (par exemple quand tu parle de financement, même si des donnés ne sont pas considérés comme œuvres au sens légal), la photographie appartiendras à l'artiste. Au niveau de la juridiction cela dépend de beaucoup de chose. De la nationalité de la société qui loue le matos et de l'identification de la partie qui attaque. En réalité cela ne changerait rien car notre code de la propriété intellectuelle découle de la convention de Berne et de celle de Genéve. Tout les pays signataires pratiquent plus ou moins le même droit en la matière et tout ça est "contrôlé" par l'organisation mondiale de la propriété intellectuelle.
  5. kirks

    Un essai en remote

    Bien sur moi aussi j'aime mon matériel. C'est pour ça que je sais le régler et que je l'entretient. L’intérêt de la photo (pour moi) est de voir des choses que l’œil ne permet pas. Et dans le cas du remote longue distance, de voir des choses que tu ne peut voir que depuis l'autre hémisphère. Bien que bientôt l’intérêt du remote va être d'imager tout court car vu le temps ...
  6. kirks

    Un essai en remote

    Du détail, du renseignement, peu ou pas de bruit. Sa arrache le ciel du chili.
  7. kirks

    Un essai en remote

    C'est vrai que l'image est splendide. Mais c'est également dommage d'insinuer que la photo n'appartient pas entièrement à son auteur sous prétexte que cette fois il a loué le matos.
  8. kirks

    Un essai en remote

    Et je pense que vu ce que tu nous sort d'habitude, tu sais régler ton tube aussi bien qu'un "pro". Pour clore le débat : Article 111-1 du Code de la propriété intellectuelle : L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral ainsi que des attributs d'ordre patrimonial, qui sont déterminés par les livres Ier et III du présent code. L'existence ou la conclusion d'un contrat de louage d'ouvrage ou de service par l'auteur d'une oeuvre de l'esprit n'emporte pas dérogation à la jouissance du droit reconnu par le premier alinéa, sous réserve des exceptions prévues par le présent code. Sous les mêmes réserves, il n'est pas non plus dérogé à la jouissance de ce même droit lorsque l'auteur de l'oeuvre de l'esprit est un agent de l'Etat, d'une collectivité territoriale, d'un établissement public à caractère administratif, d'une autorité administrative indépendante dotée de la personnalité morale ou de la Banque de France. Les dispositions des articles L. 121-7-1 et L. 131-3-1 à L. 131-3-3 ne s'appliquent pas aux agents auteurs d'oeuvres dont la divulgation n'est soumise, en vertu de leur statut ou des règles qui régissent leurs fonctions, à aucun contrôle préalable de l'autorité hiérarchique. Article 111-3 du code de la propriété intellectuelle : La propriété incorporelle définie par l'article L. 111-1 est indépendante de la propriété de l'objet matériel. L'acquéreur de cet objet n'est investi, du fait de cette acquisition, d'aucun des droits prévus par le présent code, sauf dans les cas prévus par les dispositions des deuxième et troisième alinéas de l'article L. 123-4. Ces droits subsistent en la personne de l'auteur ou de ses ayants droit qui, pourtant, ne pourront exiger du propriétaire de l'objet matériel la mise à leur disposition de cet objet pour l'exercice desdits droits. Néanmoins, en cas d'abus notoire du propriétaire empêchant l'exercice du droit de divulgation, le tribunal de grande instance peut prendre toute mesure appropriée, conformément aux dispositions de l'article L. 121-3. De plus les tribunaux ont maintes fois rappelé que la propriété intellectuelle d'une photo appartient au photographe " si les choix du photographe obéissent à des impératifs artistique" évidemment. Exemple : Si on prend une image avec l'appareil photo du boulot l'image appartient à celui qui l'a prise et pas à l'employeur sauf accord contraire entre les parties et sauf si c'est l'employeur qui a demandé une photo bien particulière ou la "touche" de l'artiste ne figure pas.
  9. kirks

    Un essai en remote

    Et pourtant le remote au fond du jardin c'est la même contrainte qu'à 12000 bornes mais j'imagine que pour déclarer que c'est différent tu doit toi même disposer d'un observatoire en remote. Le miens est opérationnel bien qu'encore en phase de réglages (et oui tu vois on sait faire les réglages aussi). Et j'en ai suffisamment ch... pendant deux ans pour tout monter que je peut t'affirmer avec certitude que les contraintes sont les mêmes. Pour le matériel il me semble pourtant que j'ai raison sinon la plupart des observatoires professionnels de la planète serait équipé en planewave, takahashi ou autre mais il me semble que non donc partant de ce principe... J'ai bien dit matériel d'amateur loué par des professionnels. Il faut lire. Et tu n'a pas à m'inviter à faire quoi que ce soit au passage. Il faut être sérieux 5 minutes. Une photo appartient à celui qui la prend pas au propriétaire du matos.
  10. kirks

    Un essai en remote

    Alors désolé de te contredire mais le matériel que tu loue reste du matériel d'amateur. Loué par des professionnels certe mais du matos d'amateur quand même. Exemple de ce que l'ont peut trouvé sous le toit roulant de itelescope à siding springs : FSQ106 sur paramount ME avec camera FLI 16803 Televue 127 sur monture 10micron camera FLI 16803 Planewave CDK 430 sur paramount ME Camera FLI4710 ASA 400 mm sur paramount ME Camera apogee 16070 Il me semble que ce sont des set up, certe honereux, mais de plus en plus courant et facile à se procurer chez nos revendeurs préférés. Donc il s'agit bien de matos d'amateur. Et oui tu est entièrement responsable de la qualité du résultat vu que tu choisi les parametres d'acquisition. En en choisissant d'autre peut être que la qualité ne serait pas au rendez vous.
  11. kirks

    Un essai en remote

    Pas plus avancé mais je partage l'idée. Je n'aurais pas dit mieux.
  12. kirks

    Un essai en remote

    Ha ok. Je suis d'accord.
  13. kirks

    Un essai en remote

    D'accord mais pas dans ce contexte. Pas plus que la comparaison entre le pilote d'avion et celui de drone. Il faut bien comprendre que ce qu'on loue en remote est la même chose que ce qu'ont peux avoir au bout du jardin. C'est souvent du haut de gamme mais on peut parfaitement l'acheter. Je ne comprend vraiment pas où est la différence entre utiliser son matos ici ou le même matos à 12000 borne quand il est utilisé de la même façon. Hormis que le matériel n'est pas à lui c'est pareil. Et je ne vois pas en quoi cela remet en cause la propriété intellectuelle. C'est lui qui a pris la photo avec les paramètres et temps de pose qu'il a décidé. Si j'avais loue le même matos et pointer le même objet je paris que les résultats auraient été différents.
  14. kirks

    Un essai en remote

    D'accord. Tu dit que c'est différent. Alors hormis le fait que le matériel n'est pas à lui mais qu'il sagit quand même de matériel amateur, dit nous ou ce situe la différence entre le fait de programmer ses poses sur son matériel et aller se coucher et programmer les poses sur le matériel loué et allé se coucher. Ou alors on se trompe mais dit nous alors où est la différence car moi je vois pas où elle se situe.
  15. kirks

    Un essai en remote

    Entièrement d'accord. Et que cela soit à l'autre bout du monde ou dans ton jardin les moyens déployés sont les mêmes. Et je confirme que c'est les mêmes emmerdes... Ici la seule différence c'est que le matériel n'appartient pas à celui qui fait la photo mais il est installé et utilisé ( et je l'espère entretenu) de la même manière que si c'était le cas. Donc je ne vois pas en quoi cela remet en question la propriétés de l’œuvre.