Jump to content
Sign in to follow this  
HUMAN GO TOO

sujet d' été : sea, SEXE and sun

Recommended Posts

Sujet de réflexion : Et vous , vous êtes mâle ou femelle ?

 

- « Pour nous ôter nos complexes , oh gué , oh gué

- On nous donne des cours sur le sexe , oh gué , oh gué

- Une institutrice très sympathi iique

- Nous en explique toute la mécani iique

- On apprend la vie secrète des angoissés d’ la bébêeete . . . . » ( Pierre Perret )

 

Nouvelle version :

 

- "Le sexe biologique nous identifie mâle ou femelle, mais ce n’est pas pour autant que nous pouvons nous qualifier de masculin ou de féminin. » (Manuel Hachette)

 

:?: :?: :?:

 

 

Suite à une circulaire parue au Bulletin officiel du 30 septembre 2010 définissant des programmes qui n’ont été soumis à aucune consultation nationale, ces manuels dénaturent profondément ce cours, en imposant ce qu’il est désormais convenu d’appeler la théorie du « Gender » qui est une théorie philosophique et sociologique et non scientifique.

 

Elle affirme que l’identité sexuelle (qui est un concept non biologique) est une construction culturelle relative au contexte du sujet.

 

Le gender ou la théorie du genre devenue science :

 

Le “gender” désigne un débat initialement anglo-saxon dans les milieux féministes lesbiens, en particulier aux Etats-Unis, lancé à partir des années 1970. Par opposition aux féministes mainstream qui revendiquent en même temps leur identité de femme et leur droit à diriger leur vie comme elles l’entendent en se délivrant des préjugés machistes, les tenant(e)s du gender considèrent qu’il faut aller plus loin et libérer l’espèce humaine de l’aliénation que constituerait l’attribution naturelle des organes génitaux en déconnectant ceux-ci de toute conséquence sur l’identité de l’humain.

 

Pour faire simple, il s’agit d’expliquer à un garçon qu’il n’a pas à se considérer comme tel parce qu’il a un phallus ou à une fille que ses seins et son vagin n’ont absolument aucune raison de l’empêcher d’être un garçon.

 

 

L’éducation nationale vient d’imposer un enseignement du gender au lycée en sciences et vie de la terre, une matière ayant vocation à expliquer le fonctionnement de la nature.

 

Pour autant , il s’agit un sujet d’intérêt général et l’on n’a pas besoin d’être “endoctriné” par qui que ce soit pour ne pas vouloir que l’on inocule à nos enfants, en” sciences pures” tout du moins, ce qui génère a minima une grande confusion dans la personnalité en devenir qui est celle d’un enfant.

 

 

Entorse à la mission de l’école :

 

L’école doit former l’esprit critique selon les exigences propres de la raison. Le lycée ne saurait dicter des comportements, mais bien former des intelligences. Il ne doit pas devenir une caisse de résonance des opinons ambiantes et versatiles de la société, sous peine de fragiliser les esprits.

 

Entorse à sa neutralité :

 

Notre code de l’éducation exige d’ailleurs le « respect de la personnalité de l’enfant et de l’action éducative des familles » (art. L. 111-2). Dans ce domaine extraordinairement intime qu’est la sexualité, à un âge où les jeunes sortent tout juste de l’adolescence et se construisent, ces manuels constituent une grave intrusion dans leur vie. En tout état de cause, les élèves n’ont pas à être examinés par l’Etat en ces domaines .

 

Entorse à sa liberté :

 

On ne peut pas obliger les professeurs de SVT à relayer un discours extra-scientifique. Comment pourront-ils évaluer les élèves et les préparer aux épreuves du bac sur de telles options partisanes ?

 

Il est clair, au moins, que la théorie du « gender » ne peut être présentée aux élèves QUE comme un choix philosophique (donc on voit mal ce qu’il vient faire dans un cours de SVT !) et non comme une réalité indiscutable.

 

… / …

 

 

Le défouloir est ouvert ( si les modos le permettent , bien sûr ! )

Share this post


Link to post
Share on other sites

non, rien

Edited by Estonius
Supression suite à confusion, je m'e expliquerais plus loin

Share this post


Link to post
Share on other sites

En même temps...

Attention, je suis contre l'intrusion de l'idéologie dans la science, hein, qu'on soit bien clair!!

 

Mais en même temps, le monde scolaire est d'une telle violence pour les filles un peu garçon manqués, et encore plus pour les garçons qui auraient tendance à préférer les autres garçons...

Bizarrement, 2 filles qui s'attrappent par la main, le cou, se bécotent etc etc, c'est fun en soirée... 2 garçons font de même et ils sont mis au ban et moqués...

 

Alors pourquoi pas une tentative de niveler cette violence?

 

Après tout, ce n'est pas si faux... J'ai parfois un comportement qui pourrait être qualifié de masculin, et les hommes ont tout à fait le droit d'avoir une part de comportement qualifié habituellement de féminin (le besoin de s'exprimer, d'exprimer leur douceur, de pouvoir pleurer etc...).

 

Compartimenter et sectoriser, ne sont-ce pas les bases d'un intégrisme qui fait beaucoup de mal dans nos sociétés en opposant les hommes et les femmes plutôt que de les faire avancer ensemble?

 

 

Mais bon, vous connaissez mes positions sur le sujet...

J'ai des amis très proches qui sont gays ou lesbiennes et ça me fait mal au coeur de les voir ramer afin de mener une vie normale et se faire accepter en tant que couple...

Et j'entends chaque année les plaisanteries bien grasses jetées aux grands ados qui se sentent attirés par les garçons... Le dernier en date que j'ai en mémoire a abandonné son école d'ingé en cours de route car il n'a pas supporté la pression (et sans doute la séparation d'avec son meilleur ami, qui était hétéro mais qui gérait super bien cette amitié).

 

 

Voilà quoi... tout n'est pas blanc, tout n'est pas noir... (comme les cheveux de HGT, en somme.... :p)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah chouette alors, j'vais enfin pouvoir tomber enceinte! Merci maman....

 

Je ne savais pas que d'être un mâle était du à l'éducation? Quand j'vais

dire ça à mon bouc il va faire la bouille... Ben oui, il a des petite mamelles,

avec du lait dedans. Je sens que je vais me prendre une tête au carrée. :D:D

Share this post


Link to post
Share on other sites
En même temps...

Attention, je suis contre l'intrusion de l'idéologie dans la science, hein, qu'on soit bien clair!!

 

Mais en même temps, le monde scolaire est d'une telle violence pour les filles un peu garçon manqués, et encore plus pour les garçons qui auraient tendance à préférer les autres garçons...

Bizarrement, 2 filles qui s'attrappent par la main, le cou, se bécotent etc etc, c'est fun en soirée... 2 garçons font de même et ils sont mis au ban et moqués...

 

Alors pourquoi pas une tentative de niveler cette violence?

 

Après tout, ce n'est pas si faux... J'ai parfois un comportement qui pourrait être qualifié de masculin, et les hommes ont tout à fait le droit d'avoir une part de comportement qualifié habituellement de féminin (le besoin de s'exprimer, d'exprimer leur douceur, de pouvoir pleurer etc...).

 

Compartimenter et sectoriser, ne sont-ce pas les bases d'un intégrisme qui fait beaucoup de mal dans nos sociétés en opposant les hommes et les femmes plutôt que de les faire avancer ensemble?

 

 

Mais bon, vous connaissez mes positions sur le sujet...

J'ai des amis très proches qui sont gays ou lesbiennes et ça me fait mal au coeur de les voir ramer afin de mener une vie normale et se faire accepter en tant que couple...

Et j'entends chaque année les plaisanteries bien grasses jetées aux grands ados qui se sentent attirés par les garçons... Le dernier en date que j'ai en mémoire a abandonné son école d'ingé en cours de route car il n'a pas supporté la pression (et sans doute la séparation d'avec son meilleur ami, qui était hétéro mais qui gérait super bien cette amitié).

 

 

Voilà quoi... tout n'est pas blanc, tout n'est pas noir... (comme les cheveux de HGT, en somme.... :p)

 

Oui , j' suis d' accord avec ton analyse et ta propo "d' ouverture" !

 

Mais le vrai débat est le classement de cette "information" et de cette "initiation à la tolèrance" dans les SVT !

 

Et de plus par décision gouvernementale !

 

La vraie déviance est dans ce nouveau "classement" , et loin de moi l' idée d' ouvrir un débat sur les façons de vivre de chacun et de chacune !

 

En fait , cette circulaire m' horripile par son aspect autoritariste et obligatoire !

Le même résultat aurait pu être obtenu en laissant le libre arbitre aux enseignants qui le souhaitent de développer ou non dans leurs cours "traditionnels" , ou en faisant entrer cette "notion" en philo !

 

C' est comme si l' enseignement de l' Histoire faisait l'apologie du communisme ou du capitalisme ou du socialisme !

 

Là n' est pas le but !

 

De mon temps , du moins , l' Histoire était une suite d' évènements ayant eu lieu , avec des dates , mais pas de jugement sur la royauté , ou la révolution , ou le colonialisme ! ( sauf un prof , communiste , qui "racontait" l' Histoire à sa façon ! Mais des parents d' élèves s' en étant aperçu l' ont vite fait remettre dans les rails ! )

 

Je rajoute que la ségrégation sexiste m' horripile encore plus ! Mais ce n' est pas le sujet !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, cette façon de faire entrer la psychologie dans la science (non, la psychologie n'est pas une science au même titre que la biologie, je vois les contradicteurs venir!!!) est une intrusion grave, mais la matière s'appelle "sciences de la vie et de la Terre"...

 

C'est un peu comme lorsque qu'on fait entrer l'écologie, le développement durable dans les écoles.

Pour moi, un établissement scolaire n'a pas seulement vocation à bourrer une tête de savoirs objectifs, mais à éduquer tout l'homme pour lui permettre d'avoir une place juste et responsable dans la société (attention, je ne supporte pas le délestage des parents sur l'école, mais je veux dire par là qu'elle peut favoriser la tolérance, l'esprit critique, l'ouverture...).

 

En ce sens, lorsqu'on parle de genre sexuel, on peut peut glisser en 30 sec qu'être homme ou femme ne se réduit pas seulement à une différentiation d'organes... Organes qui d'ailleurs, sous forme de gonades, sont strictement identiques chez les foetus jusqu'à 6 semaines.

Seul un caryotype est alors à même de différentier un foetus mâle d'un foetus femelle.

 

Prenons maintenant un bébé de 12 semaines:

images?q=tbn:ANd9GcRzlRroeWW8oy4pYKsYXIjT75Tg-KdQvEng0eD8lgby-7bvCaIc

Garçon ou fille?

 

Fille....

 

 

Sans compter qu'ensuite, il peut y avoir tout un tas de soucis biologiques... Je ne détaillerai pas pour éviter la curiosité malsaine, mais une recherche rapide vous apprendra qu'on peut très bien naitre XY et développer toutes les caractéristiques extérieures d'une fille, ou naitre XXY, ou XX avec exposition précoce à des androgènes... Et tout ça fait que le sexe n'est plus si facile que ça à déterminer...

 

 

Quant à l'histoire que l'on enseigne, rien n'est plus subjectif et manipulé que cette matière... Quelle place fait-on dans les programmes au régime de Vichy, à la décolonisation (française, parce que les autres, on les traite en long en large et en travers), la guerre d'Algérie...

Et Napoléon, il est vu comme suivant que l'on enseigne l'histoire en France ou en Allemagne/Italie/Belgique/Angleterre/Russie?

 

Bref.....

Edited by Lasilla

Share this post


Link to post
Share on other sites
Quant à l'histoire que l'on enseigne, rien n'est plus subjectif et manipulé que cette matière... Quelle place fait-on dans les programmes au régime de Vichy, à la décolonisation (française, parce que les autres, on les traite en long en large et en travers), la guerre d'Algérie...

Et Napoléon, il est vu comme suivant que l'on enseigne l'histoire en France ou en Allemagne/Italie/Belgique/Angleterre/Russie?

 

Bref.....

 

L'histoire de France a eu généralement tendance quand elle dressa le bilan du règne de ses souverains à ne retenir que certains critères :

- Toute politique en faveur de l'accroissement géographique du territoire national est positive

- Toute victoire militaire est au moins méritante, sinon glorieuse

- Tout activité en faveur de l'église (protection du clergé, construction d'édifices) est une preuve de piété et donc de sagesse.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sinon, je me demande si de façon toute involontaire, Human go too ne relaie pas une pétition lancé par des organisation traditionalistes (dont de toute façons les gosses ne fréquente pas l'éducaton publique)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tibo, le privé sous contrat d'association avec l'état (c'est à dire la très large majorité des établissements privés) sont soumis à la même obligation de respect des programmes. :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Quant à l'histoire que l'on enseigne, rien n'est plus subjectif et manipulé que cette matière... Quelle place fait-on dans les programmes au régime de Vichy, à la décolonisation (française, parce que les autres, on les traite en long en large et en travers), la guerre d'Algérie...

Et Napoléon, il est vu comme suivant que l'on enseigne l'histoire en France ou en Allemagne/Italie/Belgique/Angleterre/Russie?

 

 

L'histoire de France a eu généralement tendance quand elle dressa le bilan du règne de ses souverains à ne retenir que certains critères :

- Toute politique en faveur de l'accroissement géographique du territoire national est positive

- Toute victoire militaire est au moins méritante, sinon glorieuse

- Tout activité en faveur de l'église (protection du clergé, construction d'édifices) est une preuve de piété et donc de sagesse.

 

Oui , j' ai causé un peu vite , mais ça desservait bien ce que je voulais dire ! :(

 

Vous avez raison tous les deux ! :confused:

 

S'cusez ! L' Histoire est pas un bon exemple !

 

Par contre :

 

Sinon, je me demande si de façon toute involontaire, Human go too ne relaie pas une pétition lancé par des organisation traditionalistes (dont de toute façons les gosses ne fréquente pas l'éducaton publique)

 

Là , ça me gêne plus , car tu laisses entendre ( presque) qu' il faudrait être traditionaliste pour trouver cette directive .. . . . . . . . aberrante !

 

Je reconnais que certains "changements" me choquent , ou me gênent , ou m' énervent , mais certains progrès , ou évolutions m' enchantent positivement !

 

Alors , que suis-je ? Un androgyne hermaphrodite de l' analyse des directives des décideurs ? :p

 

Un coup mâle , un coup femelle ! Remarque que ça rentre dans le sujet ! ;)

 

( ah , oui , pour finir : je ne vous demande pas de signer quoi que ce soit ! )

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Julie Charland

,

Edited by Julie Charland

Share this post


Link to post
Share on other sites

Suite à une circulaire parue au Bulletin officiel du 30 septembre 2010...

 

la vache, le temps de réaction !! :D :D

Human, c'est sûr dans l'histoire c'est la Tortue, il arrivera mais ça prend du temps :D

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mais notre propre perception de notre identité sexuelle (ou du simple fait d'être sexué(e)) n'est-elle pas liée intimement au fonctionnement de nos organes biologiques bien plus qu'à l'image que nous réflète la société par rapport à notre sexualité? Et lorsque je parle d'identité sexuelle, je ne parle pas d'orientation sexuelle.

 

Je me souviens de ma grossesse. Aucune période de ma vie ne m'aura plus rappelé que je suis femme et sexuée. À aucun autre moment, non plus, le fait d'être sexuée n'aura été positif, quoi qu'à l'époque j'étais bien trop en détresse pour le comprendre puisque j'étais drôlement confrontée au fait d'être sexuée.

 

Bien au-delà de l'image et des rôles imposés par la société, il y a notre propre image qui, elle, est intimement reliée au vécu.

 

Alors, la psychologie dans le biologique... bien sûr! Et la psychologie avec la sociologie, tout autant! Le psychologique, le biologique et le sociologique sont interreliés.

 

- "Le sexe biologique nous identifie mâle ou femelle, mais ce n’est pas pour autant que nous pouvons nous qualifier de masculin ou de féminin. » (Manuel Hachette)

 

Ça mène à la réflexion... ce n'est même pas pour autant que nous pouvons nous qualifier de sexué(e)!

 

???

Toi, tu regardes le papier peint et tu trouves la boulangerie à la place du cimetière :D

 

Y'a pas à tortiller du :censuré: pour chier droit comme dirait un de mes profs de dessin, à moins d'en supprimer les organes les mamifères sont sexués qu'on le veuille ou non.

 

Après on en fait ce qu'on veut mais il n'y a pas de doute, nous sommes sexués.

 

Quant la réflexion mène à une assertion fausse c'est qu'il y'a un rouage pété kekpart.

Ton raisonnement est faux. Tu peux y mettre le verbiage que tu veux, les conclusions sont nulles et non avenues: revoies ta copie.

On peut s'amuser, écrire ce qu'on veut mais quant on arrive à la conclusion que l'eau coule vers le haut faut tout de même arrêter un peu la tisane.

 

Bon ciel

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bizarrement, 2 filles qui s'attrappent par la main, le cou, se bécotent etc etc, c'est fun en soirée... 2 garçons font de même et ils sont mis au ban et moqués...

?:p)

ça dépend dans quelles soirés tu vas (ce n'est qu'une boutade) ;)

 

Par contre... cette phrase me fait réagir :

 

Mais en même temps, le monde scolaire est d'une telle violence pour les filles un peu garçon manqués, et encore plus pour les garçons qui auraient tendance à préférer les autres garçons...)

 

Je suis exrémement réservé sur le rôle pédagogique de l'école en la matière. Je ne sais plus qui disait (Genet ? Boudard ? ça traine sur mon disque dur)

Les cours de récréations sont les lieux privilégiés de l'apprentissage de la bétise, de la cruauté et de la lâcheté. Les dominés choisis uniquement en raison de leur différences et données en patures aux caïds des préaux s'en sortent parfois en se concentrant sur leur vie intérieure, ça donnera des poètes ou des bourreaux... quand au dominants ils finiront chefs du personnels, ou porteur d'uniformes. C'est dans les cours de récréations que les enseignants devraient faire respecter le droit à la différence. Ils ne le font jamais.

Les actions pédagogiques recommandés par le ministère aideront peut-être ceux qui se sentent mal dans leur sexe à se sentir mieux dans leurs peaux, (c'est déjà énorme, ça, c'est vrai !) mais ne pourront gommer la cruauté environnementale .

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Julie Charland

.

Edited by Julie Charland

Share this post


Link to post
Share on other sites
la vache, le temps de réaction !! :D :D

Human, c'est sûr dans l'histoire c'est la Tortue, il arrivera mais ça prend du temps :D

 

C' est tout le drame de ce sujet !

 

Une circulaire . . . . circule , aussi diaphane qu' une nébuleuse de mag 28 dans un 114 chinois , et bizarrement pas de réactions , de personne , pas de relais par la presse , ou si peu , et si faiblement que le bruit de cette incongruité ferait pâlir d' envie une fourmi pétomane timide !

 

Et puis , j' entends parler d' une "théorie du gender" .

 

Intrigué comme pas deux , je me lance dans des fouilles curieuses (contrepèterie , dirait Maitre Capello) et je trouve lors de mes pérégrinations hasardeuses sur la toile , les éléments assemblés dans mon post initial !

 

Je ne me sens pas "tortue" , mais les victimes ( nos enfants et petits enfants ) représentés par leurs parents ; les acteurs ( enseignants et encadrants ) qui subissent ça , auraient dû , eux , réagir avant !

 

Je ne fais que relayer une info qui , pour beaucoup , était passée inaperçue !

 

On ne changera rien , ici !

 

Mais disons que , pour MA gouverne , je voulais savoir si certains d' entre nous ( enseignants ou parents ) avaient eu vent de cette directive !

 

Apparement , à part quelques avis éclairés , j' aurais aussi bien pu dire que la circulaire datait d' avant-hier ! Personne n' aurait détecté la supercherie ! *

 

Inaperçue , et pi cé tou ! ! ! ! ! !

 

* ce qui signifie , peut être , qu' elle a été peu ou pas du tout appliquée , pour vivre presque un an sans faire de vague !

( de toute façon , quel moyen a l' autorité pour vérifier ce qui se fait à l'école , et pour vérifier l' application de ce genre de circulaire ? )

 

Ce qui m' amène au fait que je suppose qu' il doit exister ainsi un nombre impressionnant de lois , alinéas , directives , qui doivent être validées en catimini , à l' instar de " l'affaire Pélican" , gérant notre vie , modifiant nos pensées , quelquefois , même peut-être , pour favoriser un groupe de pression ou pour des raisons peut-être inavouables !

 

Pour couper court au hors-charte qui tend l' oreille , je pense que ce genre de truc doit se pratiquer quel que soit la couleur politique du pouvoir !

 

Ce qui est troublant n' est pas le fait que JE réagisse lentement , mais que personne n' ait réagi avant ( encore qu' il doit rester , dans la mémoire de la toile , une supposée pétition "traditionaliste" , si j' en crois Tibo ! Mais quelle a été son efficacité ? )

 

PS : la "tortue , elle , est arrivée ! Ce qui n' est pas le cas de beaucoup ! ;):D

Edited by HUMAN GO TOO

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les cours de récréations sont les lieux privilégiés de l'apprentissage de la bétise, de la cruauté et de la lâcheté. Les dominés choisis uniquement en raison de leur différences et données en patures aux caïds des préaux s'en sortent parfois en se concentrant sur leur vie intérieure, ça donnera des poètes ou des bourreaux... quand au dominants ils finiront chefs du personnels, ou porteur d'uniformes. C'est dans les cours de récréations que les enseignants devraient faire respecter le droit à la différence. Ils ne le font jamais.

 

Les actions pédagogiques recommandés par le ministère aideront peut-être ceux qui se sentent mal dans leur sexe à se sentir mieux dans leurs peaux, (c'est déjà énorme, ça, c'est vrai !) mais ne pourront gommer la cruauté environnementale .

 

Là , un peu d' humour :

 

Doit on envisager des cours de récréation pour les garçons-garçons , une autre pour les garçons-filles , une autre pour les filles-filles , une autre pour les filles-garçons ?

Idem pour les chambrées dans les internats !

 

Et puis les filles-garçons s' entendront-elles avec les garçons-filles , et lycée de versailles ?

 

Si on rajoute à ça la couleur de peau , la religion , l' origine sociale , etc. . . . . cela fait un nombre de sous divisions impressionnant , mais l' école ( ou plutôt , le cours de SVT ) est-il / elle le bon endroit pour en parler ?

 

C' est ça , la question ! Pas de savoir si ces subdivisions existent ! Bien sûr qu' elles sont là , et bien là !

Share this post


Link to post
Share on other sites

ce qui me semble fou c'est que l'on se tricote autant les neurones avec ça.

il faudrait avoir le droit d'être juste soi sans s'attirer moqueries ou rejets.

après, tout viendrait naturellement pour les enfants qui ne se sentent pas forcément bien dans leur corps sexué : les rencontres, le constitution d'une famille avec la personne qu'elle souhaite, qu'elle soit du sexe féminin ou masculin

 

c'est ça qu'il faudrait enseigner à l'école : les situations difficiles à vivre pour des enfants qui ne se sentent pas dans la norme ne devraient pas entrainer moqueries et quolibets .

voilà ce qu'on devrait enseigner tous les jours : le respect de l'autre pour la personne qu'elle est et c'est tout.

 

Ceci cit, le sexe c'est bien mais le sun et la sea aussi et ça, malgré le titre du topic personne n'en parle ? y aurait-il gêne à ce sujet :D ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Justement, il ne faut pas séparer, il faut éduquer au "vivre ensemble" afin de faire accepter les différences.

Mais en cela, l'école, qui doit respecter et faire respecter les principes de la République -"Liberté, Egalité, Fraternité"- a bien du mal à lutter contre les idées reçues et les opinions véhiculées par certaines familles.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon, ok, j'avoue, j'ai parfois un comportement féminin envers ma femme : je lui pique de l'argent dans son porte-monnaie.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Justement, il ne faut pas séparer, il faut éduquer au "vivre ensemble" afin de faire accepter les différences.

Mais en cela, l'école, qui doit respecter et faire respecter les principes de la République -"Liberté, Egalité, Fraternité"- a bien du mal à lutter contre les idées reçues et les opinions véhiculées par certaines familles.

 

Bof, pas d'accord.

 

L'école doit s'occuper du savoir, elle ne peut pas réaliser à elle seule toute l'éducation d'un être humain.

On peut juger que telle ou telle famille n'a pas les valeurs qu'il faut mais ce serait nier le monde et sa diversité.

 

De toute façon la loi est déjà là pour sanctionner les dérives et je ne crois pas qu'une école qui ferait rentrer dans le même moule tous les individus serait souhaitable.

Quant au fameux liberté, égalité, fraternité, je préfère la version de Philippe Katherine bien plus réaliste :D

Honnêtement c'est un voeux pieux et il n'y a que le conseil constitutionnel pour vraiment s'en soucier.

 

La dureté de la cour de récréation, apprendre à avoir du répondant, se débrouiller avec des cartes truquées fait également partie de ce qu'on doit apprendre.

 

L'école comme modèle de société ?

Pourquoi alors envoie t'on des gamins de 14 ans en stage totalement inutile pour l'éducation mais productif en société sans les payer ?

Quant une gamine vend le pain chez intermarché pendant deux semaines sans toucher le moindre centime vous trouvez ça juste ?

 

L'école n'a pas pour mission d'apprendre aux gens à vivre ensemble par contre elle doit apprendre à lire, écrire et compter: ce qu'elle fait de moins en moins bien à force de s'occuper du reste.

 

Les médecins ont le complexe de dieu, les profs et éducateurs on le complexe de la déesse mère: ils s'imaginent toujours que les parents font tout de travers et qu'ils en savent plus long sur tout.

Je ne parle évidement pas de tous les médecins et de tous les profs mais de ces minorités qui quelquefois ont le pouvoir de décider et nous font bien chier.

 

L'humilité, savoir reconnaitre ses limites seraient des valeurs que l'école devrait peut être s'appliquer.

les gamins savent de moins en moins bien lire écrire et compter si leurs parents n'ont pas le niveau culturel pour servir de béquille.

Il faudrait peut être que ces grands décideurs se penchent sur ce problème là plutôt que d'y répondre par exemple en organisant des cours des bases de la grammaire et de l'orthographe en université.

Qu'ils laissent donc aux parents leur place et leurs erreurs et qu'ils s'occupent un peu plus du Besherelle et de Pythagore.

 

Bon ciel

Edited by Leimury

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bon, ok, j'avoue, j'ai parfois un comportement féminin envers ma femme : je lui pique de l'argent dans son porte-monnaie.

C'est marrant , j'aurai pas dis ça moi , mais plutot :

Bon, ok, j'avoue, j'ai parfois un comportement féminin envers ma femme : je lui pique de l'argent dans Mon porte-monnaie :be:

 

Surtout ne faites paslire ça a ma femme :rolleyes:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bof, pas d'accord.

 

L'école doit s'occuper du savoir, elle ne peut pas réaliser à elle seule toute l'éducation d'un être humain.

On peut juger que telle ou telle famille n'a pas les valeurs qu'il faut mais ce serait nier le monde et sa diversité.

 

De toute façon la loi est déjà là pour sanctionner les dérives et je ne crois pas qu'une école qui ferait rentrer dans le même moule tous les individus serait souhaitable.

Quant au fameux liberté, égalité, fraternité, je préfère la version de Philippe Katherine bien plus réaliste :D

Honnêtement c'est un voeux pieux et il n'y a que le conseil constitutionnel pour vraiment s'en soucier.

 

La dureté de la cour de récréation, apprendre à avoir du répondant, se débrouiller avec des cartes truquées fait également partie de ce qu'on doit apprendre.

 

L'école comme modèle de société ?

Pourquoi alors envoie t'on des gamins de 14 ans en stage totalement inutile pour l'éducation mais productif en société sans les payer ?

Quant une gamine vend le pain chez intermarché pendant deux semaines sans toucher le moindre centime vous trouvez ça juste ?

 

L'école n'a pas pour mission d'apprendre aux gens à vivre ensemble par contre elle doit apprendre à lire, écrire et compter: ce qu'elle fait de moins en moins bien à force de s'occuper du reste.

 

Les médecins ont le complexe de dieu, les profs et éducateurs on le complexe de la déesse mère: ils s'imaginent toujours que les parents font tout de travers et qu'ils en savent plus long sur tout.

Je ne parle évidement pas de tous les médecins et de tous les profs mais de ces minorités qui quelquefois ont le pouvoir de décider et nous font bien chier.

 

L'humilité, savoir reconnaitre ses limites seraient des valeurs que l'école devrait peut être s'appliquer.

les gamins savent de moins en moins bien lire écrire et compter si leurs parents n'ont pas le niveau culturel pour servir de béquille.

Il faudrait peut être que ces grands décideurs se penchent sur ce problème là plutôt que d'y répondre par exemple en organisant des cours des bases de la grammaire et de l'orthographe en université.

Qu'ils laissent donc aux parents leur place et leurs erreurs et qu'ils s'occupent un peu plus du Besherelle et de Pythagore.

 

Bon ciel

 

 

Si justement, la mission c'est d'apprendre à vivre ensemble. Et ce dès l'âge de

2 ans.

Pour Durkheim, l'école a un rôle de socialisation, car elle contribue à l'élaboration de la personnalité sociale.

L'école a un rôle plus important que la famille dans le phénomène de socialisation. La famille est trop prise par des relations affectives et cela nuit à sa fonction de socialisation. Au contraire, l'école inculque les normes et les valeurs de façon impersonnelle.

La fonction de socialisation de l'école est très importante car, aujourd'hui, l'école est traversée par un phénomène d'incivilité (c'est-à-dire le non-respect des règles de vie en société). Elle doit donc renforcer voire se substituer au rôle de la famille en transmettant des règles de civilité pour lutter contre la violence (cas de la violence scolaire).

Je ne vais pas m'étendre davantage.

L"école sera toujours le bouc émissaire de certains de toute façon, comme la gendarmerie ou autres fonctionnaires. Comme les arabes le sont pour d'autres raisons...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Qu'ils laissent donc aux parents leur place et leurs erreurs et qu'ils s'occupent un peu plus du Besherelle et de Pythagore.

 

 

Je crois que l'ensemble des profs ne demanderait pas mieux! Tu crois pas que ça les saoûle de devoir éduquer plutôt que d'instruire? Oui, à une époque l'éducation nationale s'appelait "instruction nationale". Autre temps, autre moeurs.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Si justement, la mission c'est d'apprendre à vivre ensemble. Et ce dès l'âge de

2 ans.

Pour Durkheim, l'école a un rôle de socialisation, car elle contribue à l'élaboration de la personnalité sociale.

L'école a un rôle plus important que la famille dans le phénomène de socialisation. La famille est trop prise par des relations affectives et cela nuit à sa fonction de socialisation. Au contraire, l'école inculque les normes et les valeurs de façon impersonnelle.

La fonction de socialisation de l'école est très importante car, aujourd'hui, l'école est traversée par un phénomène d'incivilité (c'est-à-dire le non-respect des règles de vie en société). Elle doit donc renforcer voire se substituer au rôle de la famille en transmettant des règles de civilité pour lutter contre la violence (cas de la violence scolaire).

 

Oui, mais ça n'est pas son rôle dans le sens ou ça n'est pas une mission à part entière mais un moyen nécessaire pour arriver à un but qui est l'apprentissage.

 

L'école représente de toute façon une société et évidement pour fonctionner il y'a des règles.

Toute le monde doit arriver à l'heure, l'enseignant a droit au respect etc etc.

Mais faire des règles pour sociabiliser est à mon avis une perversion qui mène à l'opposée du but puisqu'alors les règles n'ont pas de consistance réelle et aucune nécessité guidée par une réalisation, un objectif commun à tout ce système.

 

Bref, la sociabilisation est un effet de bord de toute communauté pour pouvoir simplement fonctionner.

La voir comme un but à atteindre est idiot et sans intérêt.

La sociabilisation est un travail personnel et on ne peut pas faire rentrer ça dans le crâne à coup de marteau.

 

Que ce soit une école, un cours de karaté, un club de foot, un club d'astro, l'armée, le travail... Tout rassemblement d'être humain impose de par son fonctionnement une sociabilisation.

C'est quant des éducateurs à la gomme sauce Françoise Dolto se mettent à élaborer des principes, des axiomes, des théorèmes à ces choses qui se font par nécessité et simplement qu'on arrive à un système qui voudrait structurer mais qui n'a aucune légitimité.

La légitimité est nécessaire à l'autorité car sans cela, sans le projet sous-jacent qui est le fonctionnement optimal de l'ensemble, la règle devient arbitraire et inutile.

 

Quant on se fixe pour but d'apprendre à vivre en société on va dans le sens opposé.

Vivre en société est utile pour réaliser quelque chose, ça n'est pas une fin en soi.

On peut très bien être sanctionné voir se faire dégager d'un club astro, d'un club de foot, d'un forum... parce qu'on a dépassé certaines limites.

Vous croyez qu'il est possible de fonctionner dans une structure quelconque sans en accepter les règles ? Non. La sociabilisation se fait donc d'elle même.

 

Par contre quant les limites ne sont pas dictées par la nécessité de fonctionnement mais par de grands principes on arrive à de l'arbitraire. Pire encore quant les limites varient en fonction des individus et de ce qu'on croit savoir sur eux.

Quant il n'y a aucun risque à franchir une limite, comment voulez vous qu'une quelconque sociabilisation se fasse ? Elle est déjà là pour ceux qui respectent et ceux qui décident de passer outre ne s'en portent pas plus mal, y'a un truc pourri au royaume du Danemark.

 

Quant j'étais gamin vous saviez qu'un instit pouvait vous en coller une si vous faisiez n'importe quoi et si ça vous était arrivé et que vous en parliez aux parents vous en repreniez une.

La société a décidé que c'était ma foi trop brutal et actuellement un instit qui giffle un élève passe au vingt heures.

Les enseignants n'ont absolument plus aucune autorité, tout doit être discuté en commission qui aboutira certainement à une réunion ou ils finiront par statuer sur la lettre à envoyer aux parents après consultation du chef d'établissement et du conseiller d'orientation.

Les parents qui demandent à leur petit dès la maternelle si l'instit a été gentil alors que normalement c'est au gamin d'écouter.

Des profs qui craignent les conséquences quant un parent d'élève conteste une décision parce qu'ils savent que leur hiérarchie baissera surement pavillon au moindre vent.

 

Rien n'est fait pour rétablir l'autorité à l'école.

Plutôt que de se préoccuper de sociabilisation et de bien et de mal sauce new age ils serait temps de trouver un moyen pour que l'instituteur ait à nouveau sa place au centre du village.

Les enseignants sont de plus en plus considérés par leur hiérarchie comme des prestataires de service.

 

Désolé mais pour cette fameuse sociabilisation il serait peut être nécessaire que l'instit et le prof soient considérés au niveau d'une personne assermentée et non pas en porte à faux permanent.

 

Les profs et instits se voient retirer de plus en plus d'autorité.

C'est la première structure et les gamins y voient des cadres faible et sans pouvoir.

Le bon vieux coup de pied au cul est peut être passé de mode mais est ce que quelqu'un se soucie de rétablir l'autorité par quelque moyen que ce soit ?

J'ai vu des instits et profs frapper quant des élèves dépassaient les borne, même avec le recul ça n'était pas mauvais et c'était bien le seul moyen d'arriver à un résultat et au respect.

 

Le bon vieux coup de pied au cul a été rangé mais on a rien trouvé pour le remplacer.

On parlait d'uniforme et de deux ou trois autres trucs mais en attendant tout est fait pour réduire les profs et instits à la taille d'un schtroumpf.

 

Bon ciel

Edited by Leimury

Share this post


Link to post
Share on other sites

Expliqué comme ça, je comprends mieux.

En même temps, ça serait si simple si cela pouvait se passer comme tu dis.

J'imagine un prof de zep tel un modérateur dans sa classe "allez hop, mon gars t'es hors chartre, je t'exclus de la classe". "Et surtout ne reviens pas, je t'exclus de mon collège aussi". "allez casse-toi pauv' con" houlala, je ris tout seul devant mon écran :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

je ne connais pas l'âge de Grand Wok mais moi ado dans les années 80, même sans s'en prendre une, si on faisait l'andouille et qu'on se faisait choper, on n'allait pas s'en vanter auprès des parents pour se faire enguirlander une seconde fois...

 

il faut du courage pour être prof maintenant...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Petite anecdote récente.

Au sortir du collège (centre ville de Narbonne), une bande de 5 collégiens décident de rentrer dans une maison. Ils entrent (normal, la porte est ouverte...), vont se servir dans le frigo (normal, ...). La grand-mère débarque et ils l'agressent (normal, pourquoi elle est là elle?)...la tapent (normal, elle avait qu'à pas la ramener). Toujours non conscients de leurs conneries, ils visitent une ou 2 autres maisons...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Expliqué comme ça, je comprends mieux.

En même temps, ça serait si simple si cela pouvait se passer comme tu dis.

J'imagine un prof de zep tel un modérateur dans sa classe "allez hop, mon gars t'es hors chartre, je t'exclus de la classe". "Et surtout ne reviens pas, je t'exclus de mon collège aussi". "allez casse-toi pauv' con" houlala, je ris tout seul devant mon écran :D

 

Je me rappelle de mon prof de maths de 5e.

Je connaissais quelqu'un qui l'avait dans une classe plus difficile.

 

Il rentre dans sa classe, il trouve deux gamins en train de se poursuivre et de foutre la merde avec toute une classe survoltée.

Qu'est ce qu'il fait ?

Il les attrape au vol, les cogne tête contre tête et leur dit d'aller s'assoir tout de suite.

 

Il a du mettre à tout casser 30s à régler ce gros chahut et son cours s'est déroulé sans aucun problème.

 

Je ne trouve vraiment pas ça brutal, c'est une réponse justifiée à une situation qui l'exige et par contre cet épisode ne figurait pas au dossier scolaire des deux intéressés et le chef d'établissement n'a pas été mis au courant: c'est ce que j'en vois avec le recul.

 

Même pour les gamins, vaut il mieux s'en prendre une petite pas bien méchante ou avoir des points noirs dans son dossier scolaire après passage en commission ?

 

Le gamin qui a eu un coup de lune et faisait n'importe quoi en classe n'est pas près de recommencer et il n'est pas marqué à vie, ça ne joue pas sur son orientation si ça ne se répète pas.

 

Quelquefois la brutalité n'est pas là ou on croit.

A force de rejeter la dureté on en met autant que dans un roman de kafka.

 

Bon ciel

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le dernier prof qui a gifflé un môme s'est pris 500 euros d'amende...par contre, il a le droit de se faire étrangler, taper ou pire poignarder.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.