Jump to content

Daube-sonne

Membre
  • Content Count

    4,304
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Daube-sonne

  1. Pour le Ritchey-Chrétien je pense qu'il faut voir avec un réducteur, donc classiquement f/5,6. Dans mon esprit (et mon discours plus haut) le rapport f/d est à privilégier surtout avec tous les capteurs petits "pixels" qui sortent. Bien que je te suive tout à fait sur le bining (avant ou logiciellement). Mais reste le problème du champ qui se rétrécie si on conserve un f/d plus haut. Finalement, le deal n'est pas du s/b contre du champ si on a la possibilité d'avoir les deux avec un f/d le plus petit possible ! Ce qu'offre la formule Newton assez facilement jusqu'à f4 déjà. Ça permet d'avoir des capteurs plus abordable également comme tu le précises : Enfin peut-être un bémol en faveur du RC ; j'imagine que dans les gros diamètres sa compacité tire son épingle du jeu, parce qu'un Newton de 400mm même à f/4 c'est pas de l'astrophoto nomade... Vous me direz ce que vous en pensez mais il me semble qu'à partir de 300mm déjà un RC est bien plus confortable à utiliser qu'un Newton. Entre 150 et 200mm je trouve très dommage de ne pas utiliser les avantages du Newton.
  2. L'Epsilon n'est pas beaucoup plus lourd qu'une FSQ il me semble. Avec ce genre de matériel valant entre 5K et 7K€ la monture ne devrait pas poser de souci pour 4kg d'écart mais en nomade ça peut compter c'est sûr. La collimation ne me fait pas peur mais bon là chacun son truc. Par contre après je ne te suis pas, la mise en T°, la FSQ est assez capricieuse à ce qu'on en lit, je ne suis pas certain qu'il y ait un quelconque gain à ce niveau. Le champ de la FSQ est super intéressant à condition de l'exploiter sinon... Et va trouver un capteur de cette taille. Je serais curieux de savoir le nombre de personne exploitant ce champ. Enfin si rien n'empêche de poser plus longtemps, c'est la même chose avec l'Epsilon, il restera un meilleur rapport s/b. Mais je comprends bien l'argument de dire que tant qu'on arrive à sortir une belle image on a le temps pour y arriver... Bon de toute manière le but n'est pas de choisir entre les deux instruments, il s'agissait de donner un exemple concret de gain en s/b par augmentation uniquement du diamètre. Dire qu'en pratique c'est possible et que c'est sans doute une voie plus intéressante que de chercher à faire grossir ses photosites... Amicalement, Vincent
  3. Re, Si je fais une analogie avec un APN et son objectif photo pour voir si je comprends bien. Pour une même scène (un mur homogène) et une exposition donnée par exemple 1/250ème à f5,6. Ça sera la même exposition pour tous les objectifs, prenons un 50mm et un 200mm. Mais dans ce cas le 200mm (qui possède aussi le plus gros diamètre à f5,6) grossira plus ; donc n'est pas au même échantillonnage. Il faut changer le capteur, en prendre un avec des photosites plus gros, de façon à obtenir la même résolution qu'au 50mm (le même échantillonnage). Il est clair dans ce cas que que chaque photosite recevra plus de photons sur sa plus grosse surface. Il me semble qu'on fait en quelque sorte un troc : du champ contre du rapport s/b. Dans cette histoire on a décidé de ne pas toucher au f/d et de jouer sur le capteur, on voit que la solution "gros" capteur gros diamètre, sans doute onéreuse, nous fait perdre du champ. La solution qui consiste à changer d'instrument pour améliorer le rapport f/d ne serait peut-être pas plus chère et conserve le champ. Si je compare par exemple une FSQ106 @f5 à un Epsilon 180mm @f2,8 c'est sensiblement la même focale, donc je ne change pas de capteur (même échantillonnage dans les deux cas), j'ai un gros gain sur le rapport s/b grâce au rapport f/d (donc au plus gros diamètre pour une même focale) et je travaille à champ constant. Au final on revient un peu à ma toute première intervention ; ici c'est le rapport f/d qui apporte un gain sur le s/b (donc juste le diamètre sans toucher à la focale et au capteur), tout autre paramètre étant identique. Et en pratique si l'instrument est plus gros, un peu plus lourd peut-être, il reste sensiblement dans les mêmes dimensions de longueur. L'étude du cas où l'on augmente le diamètre sans toucher au rapport f/d, donc en augmentant aussi la focale, nécessite de changer le capteur pour récupérer le gain sur le s/b (qui vient toujours du diamètre), mais le champ varie (se réduit, si on ne compense pas par une taille de capteur souvent hors de prix), l'encombrement de l'instrument aussi (plus gros mais surtout plus long) sauf formule RC ou SC... Amicalement, Vincent
  4. Ah je viens de comprendre la subtilité de la question (m'aura fallu du temps)... Je me pose la question de savoir si le flux déterminé par le rapport fd correspond à des photons par cm² dans ce cas le plus gros capteur (donc le plus gros diamètre) recevra plus de photons sur chaque photosite. Ou si ce flux définit par le rapport fd est un nombre de photons par portion d'angle solide. Dans ce cas c'est identique pour les deux systèmes ? Donc en fait un même rapport fd, un même échantillonnage sur deux capteurs avec le même rendement. Le plus gros diamètre apporterait plus de photons sur chaque photosite (plus gros) donc un meilleur rapport sb dans le premier cas. Sans doute la contre-partie c'est le champ, le poids, le prix du capteur etc... mais il doit bien y avoir un gain. Amicalement, Vincent
  5. Intéressant ! A mon avis c'est pareil Mais quid du champ du coup avec le RC... sauf à avoir un capteur très grand pour compenser. En théorie la différence peut se faire sur le bruit de lecture plus faible sur le capteur 9µ mais pas sûr que ça impacte quoi que ce soit si tes poses unitaires sont assez longues.
  6. Mais si tu changes le capteur ça devient difficile de juger un paramètre. Puisque lui va avoir son rendement quantique propre... On peut voir les choses comme on veut mais on tourne en rond ; on parle de la même chose. C'est le rapport fd qui détermine le flux qui arrive sur le capteur. L'échantillonnage que l'on choisi (en changeant le capteur) détermine la résolution que l'on espère. Mais c'est le flux qui impact le rapport signal/bruit. Et en pratique le temps de pose global.
  7. LOL que veut dire échantillonnage identique avec un plus gros diamètre si ce n'est un fd plus petit (pour un même capteur évidemment)... C'est comique là les gars
  8. C'est le rapport f/d qui peut apporter un gain pas le diamètre dans l'absolu.
  9. Bonjour, Avec ce matériel tu peux faire de l'imagerie planétaire, pour ça il te faut une petite caméra (type zwo 120). Pour le ciel profond la caméra ira pour l'autoguidage mais pas pour la photo en elle-même car le champ est trop étroit. De façon générale tu ne peux pas vraiment faire de ciel profond avec ce matériel, sauf peut-être certaines nébuleuses planétaires mais c'est très très restreint. Il te faut (en tenant compte d'un budget prix serré) : - une monture équatoriale (typiquement une HEQ5 d'occase) - un instrument plus "ouvert" (typiquement un Newton de 150mm f5) - un APN défiltré (voir dans les PA un Canon) - un petit chercheur guide - une petite caméra (idéalement monochrome) Le budget de tout ça c'est déjà ~1000€ à la louche (avec monture, APN et caméra d'occase). Amicalement, Vincent
  10. Oui sans doute le Paracorr II a un rendu différent. L'écart entre nos focales n'est pas assez important pour expliquer la différence (j'ai 1200mm). Du coup c'est vachement pratique pour toi.
  11. Je veux bien que tu vérifies... J'ai le Paracorr 1, peut-être tu as la dernière version et ça ne rend pas pareil... Chez moi le spot reste plus petit que 5mm derrière le Paracorr.
  12. Ça ne marche pas du tout chez moi, le spot reste trop ponctuel pour éclairer la pastille entièrement. Peut-être ton œillet est tout petit et le spot légèrement élargi rempli bien le trou.
  13. C'est excellentissime ! Je l'ai en 2"... A mon avis ce qu'il y a de mieux et de plus simple pour régler son secondaire. On peut même mettre une feuille blanche derrière le secondaire pour faciliter la vision de son contour et c'est top. Après avec un Kinder surprise je fais presque aussi bien mais c'est un peu plus compliqué. Beaucoup moins cher évidemment.
  14. Bonsoir, Hein tu laisses le Paracorr pour collimater ? Je t'avoue ne jamais avoir fait ça. Je ne crois pas que ça soit une bonne idée. Sinon pour faire un topo très général des outils de collimation du moins bon jusqu'au meilleur pour la qualité, la précision de la collimation du miroir primaire avec une note de 1 à 5. Le secondaire est réglé avec un œilleton/cheshire/cercles concentriques. Un laser ne peut pas régler la position du secondaire (juste son inclinaison). - un laser quelconque seul en touchant au secondaire pour centrer le spot (note 2/5) biais : précisons sur le centrage du spot + dérèglement inclinaison du secondaire + précision pastille centrale - un laser quelconque seul que l'on titille donc sans toucher au secondaire (note 2,4/5) biais : précisons sur le centrage du spot + précision pastille centrale - un laser top collimaté seul (on peut toucher au secondaire pour centrer le spot) (note 2,5/5) biais : précision sur le centrage du spot + précision pastille centrale - un œilleton simple (mais faut de la lumière, peu pratique la nuit) note (4/5) biais : faut une bonne vue sur les longues focales + précision pastille centrale - un laser barlowté note (4,5/5) biais : précision pastille centrale - une étoile grossie 4~5xD (5/5) biais : uniquement les soirs exceptionnels... et si on compte faire de la haute résolution (planétaire). Bien sûr on pourrait en discuter mais juste pour éclaircir un peu les idées sur ce fameux laser, qui laisse imaginer la super précision de la mort, car le nom fait classe, mais qui en réalité techniquement est largement au-dessous d'un simple œilleton fabriqué à partir d'un Kinder surprise. Bon pour être tout à fait honnête sur un Newton à f/5 ou f/6 le laser reste bien précis. Mes notes seraient plus valables sur un f/4 et moins ; le point critique est le centrage du spot laser dans l’œillet qui se joue au millimètre près et moins. Le laser barlowté, comme l'œilleton n'ont pas ce biais. L’œilleton nécessite une bonne vue quand l'instrument est long, le laser barlowté va grossir l'image et gagner en précision ici. Toutes ces méthodes sont tributaires du parfait centrage de la pastille sur le miroir primaire et peuvent donc ne pas être totalement justes. Seul la collimation sur l'étoile pourra faire mieux mais uniquement les grands soirs. Enfin justement, un soir où la tache d'Airy se voit, peut être mis à profit pour valider le centrage de son œillet : si après une collimation laser barlowté la tache d'Airy est parfaite c'est qu'on a bien sa pastille dans le mil ! Conclusion qu'on ne pourrait pas tirer si on utilise le laser seul car on aurait toujours le doute sur le centrage du spot dans l’œillet. En conclusion, clairement je lis des posts entiers sur le problème de la collimation du laser lui-même, ok vaut mieux qu'il tire "droit" mais surtout d'un point de vue pratique. Parce que du point de vue de la qualité ce n'est pas ça qui fera grand chose. Une petite expérience de pensée : j'imagine deux gars qui ont chacun leur Newton à f3,3 (pour grossir le trait). L'un a un super laser grande marque bien collimaté, l'autre un truc à 30€ plus ou moins bien collimaté. Le premier confiant dans son matériel ne s'applique pas plus que ça pour centrer le spot (le laser c'est magique, ça marche tout seul), le deuxième lui doit titiller et se bagarrer mais s'applique pour centre le spot (il fait même une photo du spot dans son œillet pour être sûr)... Vous voyez où je veux en venir, c'est bien l'utilisateur qui fait la qualité de la collimation avec un laser car malgré ce que l'outil inspire, ça ne marche pas tout seul et faut s’appliquer. Sinon suffit juste d'utiliser une barlow (même premier prix) et le tour est joué ! Amicalement, Vincent
  15. Bonjour, Si le laser est vraiment décolimaté il vaut mieux le régler (super ce tuto). Mais s'acharner sur la précision de ce réglage c'est se tromper de combat. Amicalement, Vincent
  16. Tu le sais hein Pour la taille j'ai pris du L, c'est ma taille en T-shirt. Et pour le coup elle taille grand puisque je peux l'utiliser avec moult couches... En M elle aurait été juste pour les bras sans doute. Cela dit j'ai le modèle n°1 moins cintré j'ai l'impression. De toute manière c'est pas fait pour être sexy Faut peut-être chercher un site qui permette les retours sans frais histoire de tester la taille si on a un doute...
  17. Yes ! Quand on a froid aux pieds c'est en général qu'on est mal couvert en haut ; les pieds ne sont qu'un indicateur. Après y a des personnes plus ou moins sensibles. Je ne dis pas qu'il faille des sandales, mais une simple paire de chaussures de marche suffit si en haut on conserve bien sa chaleur : il y a peu d'échange (de perte) de chaleur au niveau des pieds, donc pas la peine de mettre le "paquet" à ce niveau. Il faut surtout être bien chaussé pour ne pas se tordre une cheville ou trébucher dans la nuit. Globalement le matériel de ski/hiver peut dépanner mais n'est pas à conseiller pour investir : c'est prévu pour bouger et donc produire un flux calorique à l'intérieur qui n'a absolument rien à voir avec notre activité. Le matériel de chasse et pêche est bien mieux pour nous. Dans l'ordre selon moi - couches externes : - un bonnet, chapka... - la McMurdo est une valeur sûre (payée 210€ en mai 2013) on la trouve quasi toute l'année "en promo", aujourd'hui à 270€ ici par exemple. - pour le pantalon, une salopette est top ; ça évite la coupure à la taille qui empêche à la chaleur de circuler (créant des zones trop chaudes et d'autres trop froides). Moi j'ai celle-là avec une taille au-dessus elle est super ! Chaude, coupe vent et très résistante. - une paire de chaussures de marche (semi-montante pour les chevilles) - en dessous : - option 1 : Un pull en laine et une bonne paire de chaussettes plus ou moins épaisses. - option 2 nuits très froides : à la place du pull, une combi polaire. Moi j'ai celle-là (chère mais pratique, faut bien regarder cet aspect...). D'où l'importance de prendre une taille au-dessus pour la salopette... - près du corps : - collants et tricot en Mérinos* ou en "technique" (mais ça sentira pas bon au bout de la 3ème nuit...) * Le Mérinos c'est génial, surtout si on a prévu du camping / gîte sur plusieurs nuits. Sans lavage ; il n'y a jamais aucune odeur même après 5 ou 6 nuits ; impressionnant... Un ami ne jure que par une combi de ski à la place de la doudoune + salopette, c'est moins modulable je trouve si on doit rentrer au chaud. Puis c'est assez difficile à trouver, faut vraiment pouvoir l'essayer. Et toujours en taille au-dessus pour pouvoir utiliser la combi polaire. Vincent
  18. Salut, Un conseil ; quand tu auras ta Star Adventurer, tu pourras tester quelques pose de 10min (la durée d'une rotation de la vis sans fin) avec ton 300mm. Puis sous photoshop tu pourras mesurer la longueur en pixel des trainés que font les étoiles. Ce qui connaissant ton échantillonnage te permettra de connaitre l'erreur périodique de ton modèle. A moins d'être tombé sur un modèle rare tu devrais avoir entre +-20 et +-30 arcsec. Ce qui en principe n'autorise pas l'usage d'une focale de 400mm et plus (lulu de 72mm) sauf associé à un Sony A7s pour des poses inférieures à 30s. Il existe des possibilité légère d'autoguidage qui pourrait permettre l'usage de ce genre de focale. Tout ça pour dire qu'un projet cohérent avec ce genre de focale en ultra nomade ce n'est pas tout simple... J'ai une Ioptron guider qui tourne à +-15 arcsec et qui permet des poses de 120s à 135mm de focale. J'avais une Star Adventurer + 200mm, je pouvais poser 90s mais avec 15~20% de déchets (images à jeter). Creuse un peu du côté de la nouvelle EQ35 également... Amicalement, Vincent
  19. Bon finalement j'ai "mesuré" la capacité de l'ensemble des 3 batteries en parallèle. Avec le confinement on a un peu rien à faire... on s'occupe 😉 J'ai donc 1046Wh après le convertisseur soit donc ~86Ah sous 12,2V (le nouveau convertisseur a une sortie 12V fixe +-10%). Les bms ne se coupent pas tous à 30V, les derniers coupent à un peu plus de 29V ; dommage j'aurais préféré qu'ils s’arrêtent à 31~32V. Enfin ce n'est pas grave dans le sens où je couperai moi-même avant. Le voltmètre réglé pour des Li-ion 10S considère une plage de 32 à 42V et donne une capacité correcte au début puis s'éloigne fortement de la réalité vers la fin. Donc à mon avis il ne tient pas compte de la courbe de décharge d'une Li-ion. Le réglage du type de batterie c'est juste un raccourci pour ne pas entrer les valeurs Vmin, Vmax manuellement. Dommage, mais bon clairement la seule chose qui intéresse c'est bien de pouvoir surveiller la tension.
  20. Moi j'ai trois batteries AGM à maintenir, je le fais surtout quand j'envisage d'imager, sachant qu'elles ont été rechargées à 100% juste après la dernière utilisation. Globalement ça prend quand même du temps surtout parce que je charge les petites de 18Ah à 0,7A. La grosse de 35Ah je la charge à 5A ça va plus vite, mais comme je n'ai que ces deux intensités au choix je préfère ne pas envoyer du C/3 sur les petites. Bref tout ça pour dire que je dois anticiper c'est clair la sortie astrophoto avec un seul chargeur pour 3 batteries. Avec ma nouvelle powerbox je n'aurai plus ce souci, mais on ne doit pas pour autant stocker les Li-Ion à 100%. C'est plutôt 70% et au frais. Mes chargeurs soi-disant 42V 2A mettent quand même 2 ou 3h pour remonter les batteries de 70% à 100%.
  21. Ah tu m'as fait peur quand tu evoquais 18mois... Bon du coup on peut compter quand même sur plus que ça, on ne va pas les stresser trop en utilisation astro...
  22. Ce n'est pas ce que nous dit Argonothe. L'argument du nombre de cycles ne nous intéresse pas vraiment en astro. Par contre il y aurait une usure avec le temps...
  23. Ok ça colle bien : la moitié du poids pour la moitié de la capacité par rapport au bloc 10s4p. Je reviens sur cette histoire de durée de vie ; que se passe-t-il concrètement quand la batterie vieillie ? En astro en 2 ans on peut imaginer avoir "usé" 30 cycles. En batterie gel, qui ont des durée de l'ordre de la dizaine d'années, on peut considérer que la batterie est quasi neuve après ces 2 ans d'utilisation et 30 cycles. En batterie Li-ion ? Est-ce qu'il y a une perte de sa capacité progressivement ou elle tombe en rade d'un coup ? Du coup je repense au tableau de Gehelem, si on y rajoute la durée de vie pour notre utilisation, le lithium devient carrément prohibitif...
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.