Jump to content

Daube-sonne

Membre
  • Content Count

    4,332
  • Joined

  • Last visited

2 Followers

About Daube-sonne

  • Rank
    Vincent

A propos

  • Résidence
    Marseille

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. La Star Adventurer sera bien pour une petite focale (150mm ok) avec des poses unitaires assez courtes (2min au mieux si l'erreur périodique est contenue, ça dépendra du modèle ; loterie...). Par contre avec plus de focale faudra un autoguidage, après reste le poids. A mon avis 72ed + autoguidage sur un guideur 30mm (ou diviseur optique) ça doit être le maxi. Amicalement, Vincent
  2. Beau travail ! Normalement oui, mais ça dépend quand même, faut que les nuits se ressemblent. Si une des deux nuits est clairement meilleure, tu ne pourras pas améliorer avec l'autre nuit, ça ne fera que dégrader. Pour que "l'addition" d'images améliore le rsb faut qu'elles soient proches en qualité... Cela dit en photo bande étroite les nuits se ressemblent plus souvent (sauf léger voile par exemple). On bouffe nettement moins de gradient déjà (sauf lOIII).
  3. Bonjour, Pour la couleur des étoiles Siril les gars ! Pour la réduction dans ces zones là c'est vite horrible... Elle me plait bien cette petite Redcat...
  4. Sauf si ton temps de pose unitaire noie déjà le bruit de lecture en bin1 dans la somme quadratique des bruits. Il faudra réduire ce temps unitaire pour voir un gain entre binning hardware et binning logiciel. Si ton temps de pose unitaire respecte les "4 sigmas" en bin1, le bruit photonique de fond de ciel est prédominant et noie déjà le bruit de lecture. Ce qui compte c'est le rsb ; tu peux poser moins longtemps aussi en bin1 et faire du bin2 après coup, logiciellement. De façon général avec un temps unitaire adapté pour le bin1, ton rsb sera identique (théoriquement) pour un même temps global que tu fasses du bin1 à l’acquisition et un équivalent bin2 logiciel, ou du bin2 directement. Avec une ccd avec un temps de pose unitaire adapté au bin2 (règle des 3 ou 4 sigmas), ça va te permettre de réduire ton temps unitaire, mais c'est tout ! en gros c'est du domaine du pratique. Et encore c'est pas toujours "pratique" puisque tu dois refaire une série de dark, manipuler plus d'images pour un même temps de pose global (fini le gain sur le poids total des fichiers)... etc Donc reprenons ce qui compte pour ton rsb c'est le temps global. Tu peux cumuler par exemple 1h en bin1 avec des temps unitaires adaptés et un faire un équivalent bin2 logiciellement. Ou tu peux poser 1h en bin2 (avec un nouveau temps de pose unitaire ou pas). Tu obtiendras grosso modo le même résultat.
  5. Une expérience à faire ; tu fais une brute bin1 que tu redimensionnes sous ton logiciel de traitement à 50% et une brute en bin2. Histoire de comparer les niveaux de rsb (sur les mêmes zones). Je ne l'ai jamais fait, ça pourrait être curieux : si y a un gain, à voir d'où il vient... Sur une ccd, voir ce gain s'il est significatif. Parce que le bruit de lecture est déjà bien noyé en général, sauf à jouer sur la corde ; trouver un temps de pose unitaire qui le noie dans la somme quadratique pour le bin2 et voir s'il a vraiment la tête hors de l'eau en bin1 de façon scandaleuse avec ce même temps unitaire... Et enfin comparer les temps de pose unitaire bin1 vs bin2 pour voir ce que ça pourrait apporter au final... Parce que poser 2min30 vs 3min ça change rien, on bouffe autant de turbu, autant d'Elon Musk, et ça demande grosso modo le même type de monture pour la qualité du suivi. Oui exactement
  6. Oui avec un capteur CCD mais pas avec un capteur CMOS. Sur un CMOS les photosites sont "lus" avant d'être regroupés donc tu as exactement le même bruit de lecture en bin1 et en bin2. Comme l’avenir ce sont les CMOS... Pour la réduction de bruit, un tuto : https://www.bastienfoucher.com/Tutoriels/Astrophotographie-Photoshop voir la partie Réduction de bruit sélective. Camera raw c'est juste un outil dans photoshop qui permet entre autre de réduire le bruit (c'est un peu comme Lightroom intégré dans Photoshop). Je préfère passer par lui plutôt que par l'outil réduction de bruit de Photoshop que je trouve bof... Mais tu peux aussi faire un flou gaussien à la place. Après pas de souci pour que tu fasses du bin2 sur les couches OIII et SII quand tu es sûr de ne pas avoir à t'en servir pour ta luminance, mais le gain ne se fera que sur le poids des fichiers, sur rien d'autre. Ce qui compte c'est le flux de photons accumulé d'une manière ou d'une autre. Si tu ne poses que 2h pensant qu'avec le bin2 ça sera mieux, c'est parce que déjà tu comptes regrouper des "pixels" et sacrifier de la résolution, tu peux le faire après coup et localement où il y a besoin sur les parties les plus bruitées (et ne pas être limité pas le bin2 d'ailleurs). Amicalement, Vincent
  7. Même pour la couleur, pas besoin de prendre les filtres RVB, tu peux la faire avec la caméra couleur (puisqu'elle cadre plus large, ça sera super simple)
  8. Non rien de précis, mais j'ai pu voir qu'en 3h de pose à f2,8, je commençais à peine à le voir sortir. Du coup quand il sera plus haut je compte 2 ou 3 nuits sur le OIII minimum. Attention comme je te disais, tu vas dégrader ta luminance en faisant ainsi. Sauf sujet particulier, compare tes couches ; normalement la Halpha est largement au-dessus des deux autres. Peut-être tu connais déjà : https://www.bastienfoucher.com/Tutoriels/Palette-Hubble-Photoshop Comprendre que la couche Halpha incorpore déjà les infos sur les couches OIII et SII en général. Et ce de façon bien plus marquée, avec un bien meilleur rsb. Tout rajout de détails au rsb moindre ne peut que dégrader. Donc l'OIII doit s'incorporer de façon très locale seulement sur des parties où l'OIII dépasse en signal l'Halpha. C'est rare qu'on en ait besoin. Souvent d'ailleurs c'est pour faire sortir une NP.
  9. C'est vrai que ce n'est pas très clair. Bon le truc à comprendre c'est que le bin2 ou plus c'est un échange : tu perds en résolution tu gagnes en rsb. C'est exactement ce que font les logiciels avec un filtre de réduction de bruit, c'est du lissage. Topaz le fait "intelligemment", donc en fonction des zones et de leur niveau rsb, il lissera plus ou moins. Dommage d'ailleurs qu'on ne puisse pas couper l'accentuation sur Topaz qui saccage les étoiles même au réglage minimum. Sinon sous Photoshop avec le jeu des calques tu peux le faire aussi "intelligemment"... Plein de méthode pour échanger de la résolution contre du rsb, Un simple ré-échantillonnage (réduction du nombre de pixels), un floutage... etc Donc puisqu'on peut le faire logiciellement il vaut mieux ne pas utiliser le bin2 sur la caméra, parce que si tu as besoin de ton bin1 pour ta luminance c'est foutu...
  10. Oulah comme Malik, je m'en garderais bien : les conditions (seeing, maitrise de son matériel, pollution) et le traitement font de trop grosses différences sur le résultat. A la limite si je peux proposer une idée : prends toi en neuf une 80apo (en occase si tu en trouves rapidement) et son réducteur (80 f6 + réducteur -> f4,8), c'est une valeur sûr qui se revendra très bien et qui te permettra de patienter jusqu'à dénicher la FSQ106. Puis mine de rien faut beaucoup de temps pour progresser en astrophoto, tu ne sortiras pas la super image en 2 mois... Y a beaucoup de choses à appréhender, à tester, aussi bien sur la partie prise de vue que sur la partie traitement. Donc faut se lancer. Amicalement, Vincent PS : J'ai idée que la 80 triplet à f6 est ce qui serait le plus qualitatif à moindre frais mais y a d'autre alternatives. Les petites proposées par Colmic au début seraient aussi très bien, mais je ne suis pas certain sur la qualité. Bon l'idée c'est soit, pouvoir revendre quand tu trouves ton occase (ce qui peut prendre du temps), soit même la conserver pour avoir une focale complémentaire.
  11. Oui 1 diaphragme c'est assez énorme. A la limite on peut constater dans les coins de gros écarts entre différentes optiques : un vignetage moins marqué d'un objo à l'autre. Mais même là, 1 diaphragme c'est beaucoup. Pour notre pratique c'est surtout entre les types d'instruments, réfracteur vs reflecteur où l'on peut voir de bons écarts. Un Newton à f4 "classique" (pas de super traitement particulier) ça doit être à peu près l'équivalent d'une lunette à f5 par exemple.
  12. Oui dans le sens où tu "échanges" de la résolution contre du rsb. Mais comme dis plus haut je ne te conseille pas de faire ça. Tu pourrais avoir besoin de la résolution de ta couche OIII voire SII. Que tu fasses du bin2 avec ta caméra ou après avec un logiciel (là tu as pas mal de choix plus ou moins équivalent, plusieurs dosages possibles etc...) c'est pareil. L'avantage de le faire après c'est que tu conserves la résolution si tu en as besoin pour la luminance. Sur la majorité des grandes nébuleuses, tu peux utiliser ton Halpha seul pour la luminance. C'est la couche avec le meilleur rsb et les étoiles les plus petites. En général rajouter le OIII ou le SII ne fera que dégrader ces deux points. En principe, là où on trouve du OIII et SII y a aussi du Halpha en masse, c'est pour ça que la couche Halpha suffit généralement pour la luminance. Mais pour certaines nébuleuses avec de fortes zones d'OIII tu peux avoir envie d'y rajouter l'OIII de la zone en question. Pour revenir à ta question sur le bin2 : il existe une technique pour réduire le bruit d'autant plus que la zone est bruitée. Réduire le bruit, c'est pareil que flouter ou faire du bin2, bin3, ...etc. C'est un truc très connu et très utilisé : tu fais une grosse réduction de bruit avec le filtre caméra raw et tu utilises pour calque de réglage ton image en négatif. Donc en gros sur les zones très bruitées (fond de ciel) tu vas avoir l'équivalent d'un bin4 (par exemple), sur les zones de très faibles nébulosité ça sera équivalent à du bin3, puis certaines zones encore un peu faibles, ça sera du bin2... Tu comprends le principe ? Donc tout passer en bin2 dès le départ c'est franchement dommage. A la limite faire du bin2 sans trop se poser de question pour les couches RVB quand on fait du LRVB, bien que ça n'ait pas vraiment d'intérêt (peut-être pour le poids des fichiers). Mais pour le SHO ça vaut le coup de garder sa résolution native au moins pour l'Halpha et l'OIII. L'exemple du Calamar dans sh2-129 par exemple, on a intérêt à rajouter l'OIII en luminance juste sur le Calamar si on veut le rendre structuré. J'ai fait un premier jet avec des poses insuffisantes pour le sortir (trop bas dans le ciel également), ce qui m'a permis d'évaluer le temps de pose qu'il me faudrait sur ma couche OIII, c'est balèze. Vincent
  13. Ta couche L est la couche Halpha c'est ça ? C'est ce qu'on fait en général en effet. Comme le montage SHO est destiné à la couche couleur tu peux y aller gaiement ; bin2, ou bin 1 + grosse réduction de bruit voire même flou gaussien. C'est au final plus ou moins équivalent. Je préfère perso la solution du bin 1, on ne sait jamais, de temps en temps pour certaines nébuleuses on peut utiliser un certain pourcentage de la couche OIII pour monter la luminance avec l'Halpha. Ça dépend des objets. Mais le bin2 sur une cam ne serait supérieur aux équivalent logiciel que dans le cas d'un gain sur le bruit de lecture (capteur ccd uniquement). Or le bruit de lecture c'est plus vraiment le souci notamment avec les derniers cmos (celui que tu risque d'acquérir bientôt)...
  14. On parle de rsb global mais en réalité sur une image il est variable. On choisit son sujet, son cadrage et on veut obtenir une vision agréable. On peut tricher : aux endroits plus faibles, où le rsb n'est pas suffisant, on floute (réduction de bruit sous Camera Raw par exemple). Si tu t'attaques à un sujets vraiment faiblards et que tu utilises trop de réduction de bruit sur de trop grandes zones de ton image, ça sera visible est pas très joli. Là, faudra poser plus longtemps. Mais ça ne sert à rien de poser plus longtemps sur un sujet "lumineux", pour améliorer son rsb, on ne gagne plus rien dessus. Mais l'intérêt peut être ailleurs. Prenons M42 cadrée large : Idéalement faudra poser longtemps pour les faibles extensions tout autour. A partir des poses unitaires faites, faire une sélection des meilleures du point de vue de la finesse et faire une deuxième image (à superposer ensuite) pour les parties lumineuses. On peut même imaginer réduire fortement le temps unitaire (pour moyenner moins de seeing) pour les parties lumineuses pour gagner en résolution en ne gardant bien entendu que les images chanceuses sur le seeing. Pour dire que les poses unitaires en trop peuvent être utiles pour leur nombre sur les parties où il n'y a plus à gagner sur le rsb, mais où on peut gagner sur la finesse par une sélection (en général sur le fwhm). Sur des sujets faibles bien entendu faudra poser longtemps, sans trop se poser de question, mais pour savoir combien, là c'est compliqué théoriquement (trop de paramètres à caractériser) mais facile en pratique : tu cadres bien la première fois, tu sors une première image et si tu vois que tu peux améliorer le rsb sur des parties trop visibles de ton cadrage, tu refais de nouvelles poses le lendemain ou plus tard. Sachant que si tu doubles le tout tu obtiendras 1,44 fois mieux, ça te donne une idée. Des fois c'est peine perdue via le temps de pose, faudra envisager un meilleur ciel, un nouveau capteur, une filtration plus fine (et plus coûteuse), ...etc Tout ça pour te dire qu'on fait de la cuisine en réalité, qu'il faut le voir comme ça (ça n'empêche pas de faire des calculs pour anticiper, comprendre, etc) ; le plaisir est là pour moi. Je te rejoins sur la démarche de vouloir économiser des étapes, optimiser les choses ; perso je fais pour l'instant un filtre par nuit sur un objet. Mais de mon côté j'ai de gros gains à espérer du côté du matériel (notamment du capteur et de la monture) avant de me poser trop de question ailleurs... Amicalement, Vincent PS : Très très belle ton image !
  15. Merci pour ta réponse ! En fait je ne focalise pas sur la FC100 particulièrement, c'est simplement un compromis "pas cher" il me semblait. Déjà parce qu'on peut la trouver neuve pas trop "chère" et donc il y a sans doute et il y aura beaucoup d'exemplaires vendus. Donc avec la TSA102 ça permet d'espérer les trouver d'occasion aussi. Parce que la FSQ106 neuve même pas j'y pense en rêve... Et d'occasion, même si je voulais mettre une telle somme faudrait encore la trouver... Bon j'ai conscience que ce n'est pas le même niveau de qualité, mais au final ça dépend du capteur envisagé ; ce que je disais au début (si on opte pour une fsq faut trouver le capteur qui l'exploite) et que tu disais également ("faut faire un choix de capteur, full-frame, APS-C ou plus petit"). Évidemment on pourrait s'appliquer le "qui peut le plus peut le moins", mais ici vu les sommes c'est plus raisonnable de viser juste Sur les caractéristiques "physiques" d'un capteur, sa taille et sa "finesse" la FSQ106 "performe" trop bien ; elle nécessite un très grand (24x36 au moins) et très fin (3,75µ et moins). Classiquement aujourd'hui l'ASI6200MM. Si on veut se contenter financièrement d'un format APC ou 4/3 quel choix pour l'instrument ? Si en plus on espère une bonne résolution (photosite de 3,75µ) quel choix pour l'instrument ? Puis me vient une réflexion quid de l'imx183, quel instrument peut l'exploiter en terme de finesse ; le champ n'a pas besoin d'être corrigé sur un grand cercle mais faut conserver le strehl. Je n'attends pas de réponses particulières à ces questions mais on nage dans le flou ; on veut simplement améliorer ses images sans se tromper quand on finance un projet sur une des pistes possibles. Pas étonnant que la FSQ soit si populaire mais aussi juste un rêve pour la plupart ; tu sais que tu ne te trompes pas et d'occasion c'est le graal... Bon reste la piste des newtons si un jour ma lunette s’essouffle sur des pixels trop petits... Amicalement, Vincent
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.