Jump to content

Arzack

Nouveau Membre
  • Content Count

    9
  • Joined

  • Last visited

A propos

  • Résidence
    Non loin de Foix, Ariège (09)
  • Matériel
    Lunette Celestron millésimée 1998 sur monture azimutale, oculaires 12.5, 8 et 6mm.
    Télescope Skywatcher N 200/1000 Explorer BD sur monture NEQ-5, oculaires 25 et 10mm, barlow x2.

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Merci pour les infos, je me renseignerai sur les frais de douane avant de commander. De toute façon ce ne sera pas avant juillet-août, je vais d'abord essayer de me familiariser avec la 290 qu'on va me prêter. Le déconfinement va marquer mes premiers pas dans le visuel assisté !
  2. Merci beaucoup pour ces infos. Je m'étais déjà renseigné sur les filtres, je pense partir un de ces quatre sur le filtre UHC de chez Astronomik. J'ai la chance d'avoir un ciel déjà très correct de mon jardin, mais ça reste très intéressant même en visuel d'après ce que j'ai pu lire. Ce que tu me dis sur la 533 m'interpelle. C'est vrai qu'avoir du champ c'est pas mal sur certains objets... J'ai vu qu'elle était actuellement à 840€ sur Aliexpress. Je n'aime pas trop ce genre de sites et je préfère privilégier des magasins plus locaux comme pierro astro, mais la différence de prix sur les caméras haut de gamme est assez importante (entre 100 et 200€), je ne pensais pas à ce point... Ça va nourrir mes réflexions d'ici à l'automne ; de toute façon, je ne compte pas me commander une caméra avant, je vais d'abord de roder avec la 290 MM. Pour les réducteurs x0.7 ou x0.8, un conseil de marques à privilégier ?
  3. Bonjour, Je profite de ces journées pluvieuses pour me renseigner un peu sur le visuel assisté. Un ami va me prêter quelques temps une ZWO ASI 290 MM après le confinement dans le but de me familiariser avec ce type de matériel car j'aimerais bien me procurer du matos pour VA un de ces jours. J'aurais donc plusieurs questions. Mon matériel est un Swywatcher 200/1000 sur monture NEQ5 motorisée sur l'axe AD. Cette configuration est-elle déjà correcte pour faire du visuel assisté avec la caméra qu'on va me prêter ? J'aimerais ne pas changer de monture pour l'instant, et après quelques soirées de test en visuel, aucun problème de suivi en une demi-heure avec mon matériel actuel. Ensuite, après m'être renseigné, je partirais bien à l'avenir sur une caméra couleur parce qu'utiliser une roue à filtres, en plus de rajouter du poids sur la monture alors que celle-ci est déjà limite, me semble un peu contraignant en VA. J'ai donc commencé à me renseigner, et une caméra qui rentrerait bien dans mon budget serait une ZWO ASI 385 MC. Est-ce que ce type de caméra permet du VA satisfaisant ? Éventuellement un peu de photo en poses courtes ? Ou est-ce qu'il vaut mieux attendre d'avoir le budget pour acheter une caméra refroidie type 533 MC Pro ? Allez, je m'arrête là pour le moment. J'aurai sans doute d'autres questions une fois que j'aurai la 290 MM en main. Bonne journée, Arzack
  4. Désolé, je me suis rendu compte que j'aurais dû publier ça dans le forum "Le Matériel", sous forum "Matériel Astrophotographique". Un modérateur pourrait-il le déplacer dans la partie idoine ?
  5. Bonjour, N'ayant que peu de connaissances en astrophotographie, je souhaiterais avoir votre avis concernant ce qu'il est possible de faire avec une ASI 290 MM. Voilà la situation : un copain possède une caméra (ce modèle : https://www.astroshop.de/fr/cameras-astronomiques/camera-zwo-asi-290-mm-mono/p,50243) et propose de me la prêter puisqu'il ne s'en sert plus depuis quelques temps. Or, j'ai un Skywatcher 200/1000 sur monture NEQ-5 non motorisée. Je me pose donc les questions suivantes : - puis-je utiliser cette caméra avec mon télescope pour faire de la photographie planétaire sympa ? - le fait qu'elle soit monochrome est-il gênant pour le planétaire ? - est-il envisageable de faire quelques photos de ciel profond en poses courtes si je rajoute une motorisation basique sur l'axe AD ? Je suis surtout branché observation visuelle, donc je ne souhaite pas investir dans du matériel d'astrophotographie, juste profiter de l'occasion pour tirer éventuellement quelques jolis clichés de mes observations. Sachant que je ne suis pas hermétique du tout au traitement par ordinateur. - quels logiciels me conseilleriez-vous d'utiliser dans les deux cas ? En vous remerciant, Bonne fin d'après-midi à tous !
  6. Re-bonsoir, J'ai continué à tester les capacités de mon télescope. J'ai réussi à trouver M81 et M82 sans problème. J'ai bien distingué la forme allongée de M82 et la forme ovale de M81. Là encore c'était assez diffus (merci la Lune à 86%), mais je ne m'attendais pas non plus à les repérer aussi facilement. J'ai aussi fait un test photographique à l'arrache sur M42 : smartphone Huawei Y6 à l'oculaire avec adaptateur bas de gamme pour le tenir, appli gratuite DeepSkyCamera en version beta, 8 poses de 3s et 8 poses de 2s, toutes à 800 isos. Oublié de faire des darks, flats et bias (je ne savais même pas ce que c'était il y a une heure encore). Empilement et traitement très très rapide sur DeepSkyStacker. Mille fois désolé aux puristes qui vont saigner de la rétine en regardant cette photo, c'est du travail de sagouin, je n'avais jamais fait d'astrophotographie ni utilisé DeepSkyStacker. C'est de l'astrophoto discount à l'arrache. 😃
  7. Bonsoir et merci pour ces réponses ! Je suis à 500m d’altitude en effet, mais je ne pense pas que ce soit suffisant pour changer réellement la donne non ? Un de ces jours je ferai 20 minutes de voiture et j'irai tester un ciel à 1400m d'altitude pour comparer. Sinon j'ai retenté un peu de ciel profond hier soir pour continuer à explorer les limites de l'instrument avec une Lune à 77%. J'ai réussi à attraper M51, mais je ne voyais que les deux noyaux de manière assez diffuse, et un très léger halo grisâtre autour d'un des deux noyaux. Autant dire que dans ces conditions d'observation, j'ai quand même été enchanté ! J'ai pointé de nouveau l'amas que j'avais observé avant-hier. C'est bien M53, j'ai comparé la disposition des étoiles proches sur Stellarium, ça colle. Clairement visible, mais non résolu (seulement quelques zones granuleuses en périphérie). Pas étonnant avec une Lune aussi brillante. Ce soir je m'adapte : Vénus, Pleïades et randonnée lunaire. Mais je vais quand même tenter M81 et M82. Si je réussis à voir quelque chose avec une Lune à 86% je sera content.
  8. CROA de la soirée du 3 avril 2020 Bonjour tout le monde, Mon premier CROA, c'est émouvant ! Je disais il y a quelques jours dans ma présentation que je venais d'investir dans un Skywatcher 200/1000 pour me lancer plus sérieusement dans l'observation du ciel profond. Ma vieille lunette datant de 1998 commençait à ne plus me satisfaire depuis quelques temps. Par chance, alors que j'avais reçu mon nouveau télescope mercredi, le ciel s'est soudainement dégagé hier après-midi. Ni une ni deux, vers 20h, je sors tout dans le jardin : télescope et lunette. Ce soir, c'est l'inauguration ! Je pose donc grossièrement ma lunette à quelques mètres du T200, et je me lance dans une mise en station plus fine de la monture équatoriale du télescope ; une première pour moi ! Eh bien, je trouve que je ne m'en suis pas mal tiré du tout : je n'ai eu aucun problème de suivi pendant toute la soirée. Puis vient le moment de la collimation. J'ai acheté un laser avec mon télescope ; après avoir vérifié que lui-même soit bien collimaté, je l'insère dans le porte-oculaire, et c'est parti. Miroir secondaire un peu déréglé, je ramène le point au milieu de l'oeillet du miroir primaire, puis quelques réglages sur la cible du collimateur et c'est bon ! 20h35, le soleil commence à être suffisamment sous l'horizon, les étoiles apparaissent progressivement, je me lance dans une première observation de Vénus. J'en profite pour régler le chercheur, petite mise au point, et là, je prends ma première claque ! A l'oculaire 25mm, un croissant d'une netteté impressionnante ! Petit réglage en déclinaison, les Pléiades apparaissent dans le champ, côtoyant Vénus de très près. Je les distingue au chercheur, je les vois parfaitement à l'oculaire, alors que c'est encore très difficile de les voir à l'oeil nu. J'ai sous les yeux une image d'une beauté que je ne soupçonnais pas : un fond bleu nuit (même un peu plus clair), un croissant blanc tirant vers le jaune, des étoiles nettes et lumineuses. Je pointe ma lunette pour comparer. La différence est incroyable. Dans la lunette, à l'oculaire 12,5mm, un fond noir, un croissant brillant mais aux contours un peu flous, quelques étoiles assez faibles un peu plus haut. Je remplace l'oculaire du télescope par un 10mm, petite mise au point, le croissant est deux fois plus gros (2,5 fois en réalité), et toujours aussi net ! 21h15, passons aux choses sérieuses. La Lune éclaire le ciel comme un lampadaire, et plus encore, l'horizon ouest est encore légèrement orangé, l'air est un peu brumeux dans ma petite vallée pyrénéenne, on a l'impression de baigner dans un nuage de photons. Mais tant pis, allons-y pour le ciel profond ! Après tout, c'est pour ça que j'ai acheté ce télescope, testons ses limites par une nuit aussi claire. Je commence donc facilement : M42 me tend les bras. A une hauteur de 30° environ, elle dépasse de 15° la petite montagne en face de chez moi. Je décide de l'observer d'abord à la lunette : faisons monter le désir. Comme d'habitude, je vois une étoile centrale (que je sais être le trapèze en réalité), entourée d'un nuage diffus qui me semble légèrement bleuté. Direction le T200... Deuxième claque de la soirée ! A l'oculaire 25mm, un nuage dont on distingue plusieurs parties, certaines lumineuses, d'autres plus sombres. Là où je ne voyais à la lunette que la partie centrale, je perçois maintenant sa forme d'oiseau, et je devine – certes un peu difficilement mais elles sont bien là – quelques bandes sur les côtés. Le trapèze est parfaitement résolu. Je passe au 10mm, et je plonge dans le nuage central. Je passe presque une demi-heure l'admirer, à alterner entre ces deux oculaires, à essayer de distinguer des détails en vision décalée. Je n'ose pas imaginer ce qu'elle m'offrira par une nuit sans Lune. 21h45, bifurquons au nord-est ! Rapide pointage sur Mizar et Alcor. Mizar A et B sont parfaitement résolues. Plusieurs étoiles dans le champ. C'est plutôt joli. Mais passons aux choses plus difficiles. Si j'ai ciblé Mizar et Alcor, c'est pour prendre la direction de M101. C'est donc parti pour un cheminement bricolé rapidement sur Stellarium : 81 UMa, 83 UMa, 84 UMa, on aoute 15min en ascension droite, et... rien ! Je suis à l'oculaire 25mm, et je sais qu'elle est dans le champ, mais pour paraphraser La Fontaine : « Pas un seul petit morceau », que ce soit mouche ou vermisseau... Et c'est normal, je m'y attendais : la Lune est bien trop brillante. Déjà que le noyau est apparemment difficile à distinguer avec un T200... Mais je voulais tout de même tester les limites, et me familiariser avec la monture équatoriale pour le cheminement : avant cette soirée je n'avais fait que de l'azimutale. Verdict : même si je ne vois rien (et pourtant je sais que j'y suis, j'ai bien HD 122865 et HD 122301 dans le champ), je peux maintenant confirmer que je prends goût à la monture équatoriale. 22h et quelque, autre tentative : on va se diriger vers la Chevelure de Bérénice. J'ai eu la tentation de cibler M51, mais je préfère laisser ça pour une autre soirée. Deux raisons à cela : le cheminement me semble plus compliqué, et surtout, je risque de ne pas pouvoir la distinguer avec une Lune aussi brillante. Je cible donc Diadem, et c'est parti pour M53. J'avoue qu'il commence à faire froid, alors je n'improvise pas un cheminement sur Stellarium, j'y vais un peu au jugé. Je bidouille donc en ascension droite, et je tombe sur une tache grise et très floue, plutôt ténue. J'observe en vision décalée, je mets l'oculaire 10mm. Cette tache est dense en son centre, plus diffuse sur les bords. Je devine quelques regroupements d'étoiles en périphérie plus que je ne les distingue vraiment (il s'agit surtout de nuances de gris – n'y voyez aucun jeu de mots !). Je fais une pause d'une petite demi-heure histoire de prendre quelques notes sur les observations de la soirée (et de prendre une petite bière pour fêter l'inauguration), mais aussi pour tester ma mise en station. Je retrouve ma tache floue avec une aisance déconcertante. J'en fais une déclaration d'amour à ma monture équatoriale. 23h, je termine par une randonnées lunaire pour tester le couplage oculaire 10mm + barlow x2. Troisième et dernière claque de la soirée. Je pointe la lunette pour comparer, même avec le 6mm le spectacle n'est pas aussi impressionnant. Je vois au T200 une quantité de cratères et de reliefs impressionnante. Je suis le terminateur, c'est magnifique. Puis le contour : je parvins à distinguer des reliefs, comme des petites montagnes qui se perdent dans l'obscurité du ciel. Belle façon de terminer la soirée (et de me cramer la rétine au passage, il faut vraiment que j'investisse dans un filtre). Je sors donc de cette soirée emballé. Comme je l'ai écrit plus tôt, je n'imagine pas encore ce que cet instrument va m'offrir avec un ciel sans Lune. Mais j'en sors aussi avec trois premières questions que le débutant que je suis en ciel profond vous pose humblement : Comment chiffrer l'impact de la Lune selon ses phases sur la magnitude observable limite (visuelle comme instrumentale) ? J'ai essayé vite fait de me renseigner mais je n'ai rien trouvé de très précis sur le sujet. La galaxie du Moulinet est-elle visible au T200 par un ciel sans Lune, et avec peu de pollution lumineuse (j'habite à quelques kilomètres au nord-est de la petite ville de Foix, qui éteint son éclairage public à minuit) ? Si oui, que peut-on envisager de voir ? Est-ce normal que je n'ai pas résolu d'étoiles hier soir dans ce que je suppose être M53 ? J'ai envisagé a posteriori de l'avoir confondu avec NGC 5053, mais vu la luminosité de surface de l'engin, ça me semble peu probable, je ne suis même pas sûr de pouvoir l'observer au T200 dans les conditions d'hier. En vous souhaitant une bonne journée à tous, et un bon ciel ce soir !
  9. Bonjour, je me décide à m'inscrire sur ce forum même si je le fréquente en tant que visiteur depuis quelques temps, parce je viens de franchir un cap dans ma vieille passion pour l'astronomie. Qui suis-je ? Où suis-je ? Où vais-je ? On va tenter de résumer un peu. J'ai trente ans depuis quelques jours, et je me passionne d'astronomie depuis mes huit ans. Passion intermittente, études et déménagements oblige, mais j'y retourne toujours. J'ai commencé l'astronomie quand j'ai eu pour mes huit ans une lunette Celestron 60/700, avec oculaires bas de gamme de 12.5 et 8 mm, et un oculaire un peu plus correct de 6mm. Ce vieux machin qui m'a pourtant offert de belles surprises et continue de m'accompagner dans mes soirées d'observation. La Lune est magnifique avec ce bidule, et j'ai souvent observé de manière tout à fait satisfaisante Jupiter et Saturne, quelques étoiles doubles, de manière un peu plus floue Mars et Vénus (pas grand chose à voir dans cet instrument, hormis les phases de Vénus), de manière encore plus floue M4, M31, et M42 (j'ai clairement pas assez de champ pour ces deux dernières). Je ne suis jamais passé à un matériel supérieur, jusqu'à ce que j'utilise il y a quelques jours ma cagnotte d'anniversaire pour commander un vrai télescope de grand. Je suis donc parti sur un Swywatcher 200/1000 Explorer BD sur EQ5, avec dans l'idée de me régaler en visuel pendant quelques années avant de faire évoluer mon matériel pour de l'astrophotographie si ça me branche. J'ai choisi ce télescope plutôt qu'un dobson, qui m'aurait offert un plus gros diamètre pour le même budget, parce que je souhaite m'initier à la monture équatoriale : j'ai pu en manipuler une deux ou trois fois, et il me semble que c'est un sacré confort une fois qu'on a fait une bonne mise en station. Et puis ça me laisse deux possibilités pour évoluer vers l'astrophoto si je souhaite m'y mettre un jour : motoriser la EQ5 et acheter un tube plus léger, ou rester sur le T200 pour la photo en achetant une EQ6. Mais là, on est dans de la fiction à longue échéance. J'ai aussi pris un support pour smartphone histoire de prendre quelques clichés à l'aide de l'application DeepSkyCamera qui me permet d'aller jusqu'à des temps de pose de quelques secondes. Rien de bien transcendant mais c'est là aussi dans une optique d'apprentissage : faire quelques clichés et découvrir les logiciels d'empilement et de traitement. Pour finir, j'ai la chance - enfin j'espère - d'habiter en Ariège, dans un village à côté de Foix. J'ai la possibilité de me retrouver dans un super site à 1400m d'altitude en 20-25 minutes de voiture, mais je compte passer la plupart de mes soirées d'observation à la maison. Histoire de vous donner une idée de mon site d'observation : depuis ma terrasse, à 500m d'altitude, j'ai un champ d'observation d'Est en Ouest en partie obstrué par la montagne en face, mais elle ne dépasse pas une élévation de 22° au point culminant plein sud (d'Est en Ouest, l'élévation varie entre 10 et 20°). Ça ne me permettra pas d'observer certains objets bas sur l'horizon, mais ça me semble quand même correct. Concernant la pureté du ciel, le site Light Pollution Map m'indique un SQM de 21,20 dans mon jardin, mais je ne sais pas dans quelle mesure c'est fiable. Quelques lampadaires dans mon village, mais le plus proche est à 300m de chez moi et ne me gêne pas vraiment. Le halo lumineux de Foix et alentours est bien visible à l'Ouest Sud-Ouest (à deux kilomètres seulement à vol d'oiseau), mais comme l'éclairage public y est éteint entre minuit et 6h du matin, ça n'est pas vraiment un problème. J'espère donc que ma situation et mon nouveau matériel, que je vais recevoir dans le courant de la semaine, m'apporteront entière satisfaction. Et j'espère pouvoir bientôt échanger avec vous autour de mes observations. J'aurai peut-être quelques questions à poser puisque je suis un quasi-débutant sur l'observation du ciel profond, et que je ne m'y connais pas énormément sur le matériel nécessaire (les filtres surtout...). En vous souhaitant une bonne journée et éventuellement une bonne soirée sous les étoiles (chez moi, pour l'instant, il neige, ce sera pour un autre jour).
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.