Jump to content

Elie l'Artiste

Membre
  • Content Count

    2,084
  • Joined

  • Last visited

About Elie l'Artiste

  • Rank
    Membre
  • Birthday 05/24/1943

Recent Profile Visitors

504 profile views
  1. Évidemment puisque c'est leur masse qui le fait. Donc, nous savons que les quarks ont une masse, nous savons que la masse produit un "champs gravitationnel", et cela ne nous permet pas de "comprendre" que les quarks se retrouvent dans un "champ gravitationnel". Dites-moi QUI peut se permettre de décider d'être celui qui délivre la "permission" d'user de notre jugement ?
  2. Ésothérismes? Vous blaguez! Prenez le temps de lire mes livres avant de vous avancer aussi loin. Bonjour Daniel Rosier Donc j'avais rien compris du tout. Il y a deux forces pour chacune des forces. Et ces "deux forces" sont ce qui s'appelle "une interaction". Alors là, ça explique absolument tout. Merci. Je blague et vous avez raison: Une seule petite question "scientifique": Étant donné que les quarks possèdent une "masse"; sont-ils entourés d'un "champ gravitationnel"?
  3. Alors là c'est un vrai tour de force! Bravo Chtit Bilou.
  4. "Infâme gloubiboulga" mais qu'est-ce que c'est que cette bibitte-là? Une définition s'impose. Mais finalement: Qui s'essouffle réellement? Pour une fois qu'on s'approche de données scientifiques, passons au deuxième souffle, que diable! Il sont là ces sujets de discussion; dans mon post: 1-La matière noire 2-Le repos absolu 3-Présence d'énergie cinétique sans perception de mouvement Ces sujets ne sont pas assez "alléchant" à votre esprit?
  5. Ne me dites pas que l'illogisme de mon affirmation n'est pas flagrante: "le plus" est l'antithèse de "humble". Joual-vert; je n'ai pas fini de fournir des explications ici!!! Aller "pinailler" Lavoisier dans ce cas. Alors celle-là vous devrez me l'expliquer très très clairement: une singularité à l'échelle de l'univers. Wow! Ce n'est plus étonnant que je ne comprenne pas. Alors; discutons-en. "En cosmologie, le modèle ΛCDM (se prononce « Lambda CDM », qui signifie le modèle « lambda - matière noire froide ») Évidemment puisque c'était un critère indispensable pour imaginer la matière noire. Ce n'est certainement pas une preuve d'appui. Vous avez observé de la matière noire vous? Personnellement, je ne crois même pas en Dieu, malgré toutes les "preuves" que les tenants de ce "modèle" me goupillonnent. Alors la matière noire... Je vais attendre qu'elle cesse d'être "hypothétique", si vous le permettez. Pirouette...floue? "E" représente l'énergie qui est égal à "M" qui représente l'énergie de masse "au repos" ce qui n'existe pas dans la réalité (par contre, tout est énergie donc oubliez les monceaux de matière baryonique) multiplié par la vitesse de la lumière à la deuxième puissance. Si cela n'est pas assez "cinétique" pour vous, je me demande ce qui pourra l'être. Je dis exactement la même chose que vous à une nuance près: sans absence de "repos absolu" (donc mouvement) point d'énergie cinétique. Ce qui ne veut pas dire, du tout, que le mouvement est toujours perceptible. Car, de toutes façon, l'effet de l'énergie cinétique est partout. Mais dites-moi, comment peut-il y avoir absence d'énergie cinétique si le "repos absolu" n'existe pas? Expliquez-moi ça très très clairement s.v.p. Je sens qu'on approche d'une explication de la source du "poids"; car un "non-mouvement" en présence d'énergie cinétique existe réellement; mais à une seule condition.
  6. On voit que la subtilité (ironique) de mon affirmation vous a échappé encore cette fois-ci; devrais-je vous l'expliquer?
  7. Bonjour MichelB Alors là, chapeau! Quelle trouvaille parfaitement applicable ici. Merci. Par contre, pour dire: Il vous faudra relire tous les échanges et bien authentifier la technique des interventions de chacun.
  8. Oh! J'avais cru lire; Great Concept Approach. Mais lorsque je fais "court", on me dit que je n'ai pas répondu. Et des réponses? Dites-moi: le fameux "pinaillage" est-il obligatoire sur ce forum? Si je me rappelle bien, ce n.était pas une question mais une évaluation psychologique qui ne tient qu'a vous, finalement. Il ne reste qu'à vous armer de patience. Pour moi cela n'a aucune importance; ce n'est qu'un "modèle" que je propose. Depuis des années? Le modèle n'est pas encore complet. Vous voulez certainement dire que j'y travaille "publiquement" depuis des années. Et vous avez raison. La dernière présentation est dans mon livre: "L'espace-temps et la vie". Un autre livre que vous pouvez obtenir gratuitement sur le net: http://manuscritdepot.com/a.andre-lefebvre.11.htm En tenant compte des qualificatifs: "non probantes, illogiques et incomplètes" des théories prouvées mathématiquement; il va sans dire, comme vous ne le dites pas. Mais comme vous dites: ce sont des "modèles" explicatifs et non des...mais des "quoi" au juste? Bon! Au revoir et à la prochaine question "scientifique".
  9. GCA = quoi? Et quel était le "sens global" de votre intervention au juste? Essayez en y mettant moins de "prose" et en procédant par A-B-C-D. Mon esprit est mieux habitué à ce procédé clair net et précis. Merci. Dommage; on aurait pu constater cette affirmation si vous n'aviez pas arrêté ma phrase à "...l'affirmation d'Einstein qui disait…" Au fait, vous disiez "souvent parcellaire; n'est-ce pas? "Avec ma massue" signifie que je ne les occultes pas. S'il y en a que j'ignore, je vous demande de me les rappelez. Vous savez très bien que je ne refuserez jamais d'y répondre. Disons que la psychologie, sans la dénigrer, n'est pas reconnue comme une science "exacte". Et vous avez parfaitement raison. J'ajouterais même qu'il est similaire à tout autre "modèle" que vous pouvez présenter. Ce "n'importe quoi" que je présente, n'est qu'un "modèle" pour expliquer un évènement ou un phénomène. Donc, je le répète: Vous avez parfaitement raison. Est-ce que cela vous installe dans une position adéquate pour discuter de ce "modèle", honnêtement sans pré-acquis?
  10. Y a-t-il une autre possibilité si l'expansion augmente le volume d'espace universel? Étant "figé", par la vitesse de la lumière, à une durée de 10^-43 seconde. Difficile de dire qu'il n'existe pas; vous ne croyez pas? Le temps de Planck signifie, pour lui, la même chose qu'il signifie pour vous actuellement; sauf que lui, il l'a "saisi"; ce que vous ne pouvez pas faire vous-même puisque vous n'avez pas la "vitesse" nécessaire pour capter le "moment présent" à l'instant où vous le traversez. Vous ne le captez qu'un "chouia" trop tard, tout juste après qu'il se soit transformé en "passé". C'est d'ailleurs la raison qui fait que tout ce que vous observez autour de vous est du "passé"; et plus vous regardez loin dans l'espace, plus vous regardez loin dans le passé. C'est un "fait" observé par tous. Assez curieusement, cela signifie également que nous "reculons" vers le futur en n'observant que le passé.
  11. Difficile d'y voir une "nuance" quand vous dites: Le temps d'un mobile ne peut être le mobile; c'est évident. Par contre, si vous acceptez de voir la "flèche du temps" comme une succession de "moment présents", vous devez admettre qu'en fait, l'écoulement du temps est le "trajet" d'un "moment présent" à partir du passé. Ce qui démontre une "mouvement". Que diriez-vous si je proposais que la "vitesse" de ce mouvement est affectée, comme tout autre "vitesse", par l'effet gravitationnel lorsqu'l traverse une "champ gravitationnel". Ne pourriez-vous pas expliquer ainsi toute les "nuances" du temps appelé "propre"?
  12. Bonjour jgricourt Vous avez dit: « Voilà comment on fait des raccourcis en partant de faits avérés et en y appliquant des raisonnements totalement faux par manque de connaissance sur le sujet. Je ne dis pas ça pour dénigrer Elie je lui souhaite de faire preuve d'un peu plus d'humilité et de nous rejoindre sur tout ces sujets en ayant conscience que challenger des pointures comme Etienne Klein ou des résultats issus de campagnes de mesures validées par toute une communauté ce n'est pas à la portée du premier venu » Au départ, il faut savoir que j’affirme être le plus humble des hommes qui existent sur cette planète. Voilà donc une chose d’établie. Au sujet de COBE WMAP et du Satellite Planck, ils ont tous décelé des variations de températures présentées en bleu et en rouge sur leur photo. Dire que c’est homogène et isotrope est de faire fi des faits et n’est qu’une interprétation « approximative » à tous le moins. Sinon à quoi sert-il d’augmenter la précision des photos, dites-moi? De plus, la polarisation E ou B (j’oublie laquelle) démontre un mouvement de « focalisation » pour les partie « chaude » (rouge) et un mouvement de « dispersion » pour les partie « froide ». Sachant que les parties « chaudes » sont celles où on trouve la matière et que les « froides » sont de « l’espace vide », il est assez clair que le mouvement de « dispersion » dans le « bleu » (vide) est un « effet d’expansion » et le mouvement de « focalisation » dans le rouge (présence de matière) est un « effet gravitationnel »; enfin c’est ce que je pense. Encore une fois, c’est très discutable. Autre chose; lorsque vous parlez du modèle standard et que vous y rattachez Lemaître; que voulez-vous dire exactement. Le modèle standard est celui de la physique des particules et je ne crois pas que Lemaître y ait travaillé; mais je peux faire erreur. En 1927, Georges Lemaître rédige un article intitulé : « Un univers homogène de masse constante et de rayon croissant ». Il établissait ainsi que l'Univers est en expansion. Lemaître émet ensuite une « théorie de l'atome primitif ». Il soupçonne également le rayonnement cosmique de porter la trace des événements initiaux. Il travaille à partir de 1933 sur un modèle d'Univers non homogène nommé, a posteriori, modèle de Lemaître-Tolman. Il semble qu'il s'était ravisé. Donc Lemaître disait que le fond diffus n’était pas homogène. Vous risquez de me faire perdre mon humilité tellement prodigieuse. J
  13. Bonjour Fred_76 Vous dites : "Question scientifique : L’énergie du vide ne serait elle pas, conjuguée avec l’expansion de l’univers qui a précédé le notre, l’origine même de toute la masse de notre univers ?" L’énergie du vide me semble bien être toute l’énergie qui existe et qui est responsable de l’expansion de l’univers qui est prouvé « plat ». Quant à la masse de l’univers, j’imagine que vous parlez « d’énergie de masse » (sinon ce serait le 5% de matière dans l'univers). Je pense que l’ère de Planck est également la « source » de cette « effet de masse » et que cet « effet » est apparu dans l’univers à 10^-36 seconde après l’instant zéro. C’est d’ailleurs ce qui aurait causé l’inflation qui dura jusqu’à 10^-32 seconde (sinon d'où viendrait l'énergie pour produire cette inflation?). Cette période serait celle où est apparue « l’effet gravitationnel » entourant les quarks « massifs ». Bonjour Giordano Vous dites précédemment : Peut-être la notion absurde de « temps figé » vient-elle de ce malentendu. Essayer de construire une explication de l'univers sur cette base est donc inconsistant. Faisons une petite « expérience pensée » si chère à Einstein. 1ère prémisse, vous êtes Superman. 2e prémisse, à vos côtés se dresse une série de poteaux d’un diamètre de 25 cm, plantés à 1 km d’intervalle qui s’étend sur 100,000 km. 3e prémisse vous vous élancez en volant parallèlement à la lignée de poteaux. 1er constat, à vitesse de 10 km/hre, les poteaux sont toujours distants de 1 km et vous prenez 1 heure pour aller d’un poteau à l’autre. 2e constat, vous doublez votre vitesse. Vous remarquez que la durée entre les poteaux est diminuée de moitié et que les poteaux semblent plus près les uns des autres. 3e constat, Plus vous augmentez votre vitesse, plus le temps du parcours entre les poteaux diminue et plus les poteaux semblent se rapprocher les uns des autres. 4e constat, ayant atteint une certaine vitesse, vous ne voyez plus qu’un seul poteau et le temps de parcourt entre les poteaux devient un « moment présent » continuel. Donc, à ce moment-là, vous avez un « poteau de 25 cm» et un « moment présent de durée nulle». C’est ce qui se produit à la vitesse de la lumière. Remarquez que si vous plantés les poteaux à intervalle de 2 km, vous devrez accéder à une vitesse supérieure. Mais ce n’est pas le cas à la vitesse de la lumière puisque la distance est établie à la distance de Planck. Voilà pourquoi je ne trouve pas que la vitesse de la lumière est une base absurde pour expliquer l’univers. Mais c’est évidemment discutable.
  14. Nous n'avons pas les mêmes informations, c'est évident. Celle que je possède dit que le Big-bang fut l'apparition même de l'espace et qu'avant, l'espace n'existait pas. Pas vraiment; je me base sur l'affirmation d'Einstein qui disait que la "force de gravité" n'existe pas et qu'elle est plutôt une "effet" de la déformation de la géométrie de l'espace Vous avez parfaitement raison. Et comme on ne peut les toucher etc.on peut dire n'importe quoi au goût de chacun.
  15. Bonjour Ygogo Je vous ai promis, au sujet des questions scientifiques : "Citez-en une à laquelle j'e n'ai pas répondu (si elle existe). Sinon reposez-là" Vous les reposez, alors j’y réponds. A-"Qu'est-ce qui permet d'affirmer que "toutes l'énergie existante s'est manifestée en "expansion", ? Et en quoi cela est-il "évident" ?" J’avais répondu : « Le simple fait qu’il n’y a pas eu d’énergie d’ajoutée depuis ». Mais cela ne semble pas être assez « évident ». Donc, j’élabore : Loi de Lavoisier (qui fut guillotiné mais pas à cause de sa loi) et que tout le monde connait. Elle est une loi fondamentale de la chimie et de la physique. Elles respectent d'autres règles (conservation du nombre baryonique, conservation de la charge de couleur, etc.) en plus de la conservation de l'énergie, et là encore la loi de Lavoisier apparaît comme un cas particulier de respect de ces règles. En 1777, Antoine Lavoisier énonce la loi qui porte aujourd'hui son nom devant l'Académie des sciences : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. » Ce qui signifie que dans notre univers, l’énergie ne se « perd » pas, ne se « crée » pas et ne peut que se transformer. Notre univers est apparu lors du Big-bang. Ce Big-bang fut nécessairement une manifestation d’énergie (sans que ce soit un « pétard ». Et comme l’énergie ne se « crée » pas et ne se « perd » pas, il n’y a pas eu d’énergie de « créée » depuis le Big-bang et toute l’énergie responsable de cette manifestation « Big-bang » est toujours là. Pourquoi s’est-elle manifestée en « expansion »? Parce que c’est la seule manifestation qui fut produite lors du Big-bang : une expansion continue qui fut responsable de l’apparition de l’espace. Ce que le satellite Planck a décrit comme une période initiale strictement de « radiance » jusqu’à 10^-36 seconde après l’instant « zéro ». Pour votre deuxième question, après une entrée en matière expliquant pourquoi vous hésitez entre « ridicule » et « pathétique » en deux paragraphe remarquables indiquant que tout ce que je dis est du « charabia » qui n’est pas rationnel et que je suis seul à comprendre, Vous demandez : B-"N'y a-t-il pas contradiction entre les deux affirmations "l'énergie (est) partie de zéro pour s'accumuler jusqu'à un maximum" " et "il n'y a pas eu d'énergie ajoutée" ? Si elle s'est accumulée, c'est bien parce qu'il y en a eu d'ajouté, non ? " Et j’ai répondu: “Ouf! On va avoir besoin d'un calendrier ou d'une horloge (tic-tac). Voici le Tic: Instant zéro = zéro Kelvin donc zéro énergie. Et voici par la suite le Tac: Temps de Planck = c'est-à-dire10^-43 seconde plus tard = maximum d'énergie produisant le Big-bang. Donc, il y a accumulation d'énergie entre l'instant zéro (Tic) et le temps de Planck (Tac) moment du Big-bang. Par la suite aucune énergie n'a jamais été ajoutée (Lavoisier) Est-ce là la "pseudo explication" que vous prévoyiez? Et, encore là, je n’étais pas assez clair. Donc j’élabore : Qu’est-ce que le temps? Le temps est le résultat du parcours d’un « moment présent » à partir du passé se dirigeant vers le futur. Ce qui s’appelle « la ligne du temps » et plus précisément « la flèche du temps ». Cette flèche du temps prend son départ nécessairement à l’instant zéro et se rend jusqu’à aujourd’hui, tout en continuant sa course vers le futur. Voyons un ti-dessin qui vous dira tout : On peut même alors comprendre que l’énergie du vide étant une énergie sous-jacente qui existe partout dans l'espace, à travers l'Univers est justement sous-jacente à cet « effet » que l’énergie de l’ère de Planck a créé et que l’on appelle « espace ». On pourrait même ajouter que puisqu’il n’y a pas d’énergie dans l’univers, il ne peut y avoir de « forces » non plus. Tout ce que nous observons, ne serait simplement que des « effets » de cette énergie de l’ère de Planck (du vide) qui se transforme selon la situation de l’environnement où l’effet » (ou le phénomène) se trouve. J’espère que j’ai répondu à votre question. Maintenant, passons à la dernière question qui est en deux parties: C-Question semblable reformulée vendredi à 23 h 25 :" Donc, il y a accumulation d'énergie entre l'instant zéro (Tic) et le temps de Planck (Tac) moment du Big-bang. (…) Et si je demande d'où provient cette énergie, vais-je avoir une réponse ?" et dans le même message : "Si la durée de10^-43 seconde est figée", / mais pourquoi donc le serait-elle ? (…) et c'est quoi, une durée figée ? D’où vient cette énergie? Elle vient de l’ère de Planck. Je viens de répondre à cette question précédemment. Pour la deuxième partie : Si la durée de 10^-43 seconde est figée", / mais pourquoi donc le serait-elle ? (…) et c'est quoi, une durée figée ? J’ai répondu : « Prenons la prémisse qu'à la vitesse de la lumière, le temps se "fige" (puisqu'il ralenti au fur et à mesure que l'on s'approche de cette vitesse) (Je pourrais ajouter : selon vos calculs). Selon encore vos calculs, À la vitesse de la lumière, la distance de Planck est parcourue en un temps de Planck. Donc, si le temps de Planck est « figé », cette durée devient le "moment présent" de notre « flèche du temps » rencontrée à la première question. Mais qu'arrive-t-il, alors, à la distance parcourue, dites-moi? Et je n’ai rien ajouté; j’aurais dû. Donc : la distance de Planck devient la longueur du diamètre du premier volume de l’univers qui apparut à l’instant de Planck (Big-bang). Et comme cette distance, lors de cette manifestation à la vitesse de la lumière, ne peut être « plus courte » puisqu’elle apparaît au tout premier « moment présent » appartenant à notre univers (et qu’il ne peut pas exister un demi moment présent), l’expansion de cet univers ne peut s’opérer que par reproduction de cette distance dans toutes les directions, produisant 12 nouveaux volumes à chacun des « moments présents » (temps de Planck) qui passent. Je suggère un truc, pour t'éviter de perdre ton précieux temps : ne te donne pas la peine de répondre et sors de cette discussion, tu as d'ailleurs déjà dit que tu allais le faire... Bof! Je suis à la retraite depuis longtemps et vous êtes un excellent professeur pour enseigner la patience. Donc j’en profite au maximum; sans oublier de vous en remercier. Mais vous avez loupé une de vos questions que voici : "Une question quand même, juste pour ma culture personnelle : y a-t-il aussi "zéro matière" ?" Ma réponse fut : « Essaie de trouver ce qu'il y avait lorsqu'il n'y avait rien ». Mais peut-être ne l’avez pas loupé et que vous avez compris la réponse. Au fait, je suis curieux de savoir : Que se serait-il passé dans votre classe, si vos élèves vous avaient présenté leurs objections de la façon dont vous le faites ici, dites-moi?
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.