edubois3

Membre
  • Compteur de contenus

    22
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de edubois3

  • Rang
    Membre

A propos

  • Intérêts
    De jour comme de nuit, l'astronomie et l'aviation.
  • Site Web

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. edubois3

    Mars est-elle tout le temps visible depuis la terre ?

    Bonjour roger15, bonjour à tous !! Roger15, qu'est-ce qui te fait penser que la question de oXmo est ta supposition ? Je ne vois rien qui aille dans ce sens, ni qui fasse intervenir une 2nde planète. J’interprète sa question simplement comme "peut-on voir une planète en plein jour ?". Si c'est cela, la réponse est oui, mais c'est difficile car le ciel est trop lumineux, mais c'est plus facile à l'aube ou au crépuscule, quand le ciel l'est moins (lumineux). Bons cieux, Éric
  2. edubois3

    Conjonction avec Saturne

    Mais la Terre, si 😄!! CQFD !! Ta formule est sympa aussi. Ce que j'adore dans les sciences, ce sont les multiples raisonnements pour arriver aux mêmes résultats. Comme les chemins et Rome en quelque sorte. Éric
  3. edubois3

    Conjonction avec Saturne

    Bonjour à tous !! Plutôt que de chercher dans les éphémérides, autant savoir calculer les conjonctions. En considérant en 1ère approximation les orbites circulaires, dans le même sens de rotation et à vitesse constante, le raisonnement est on ne peut plus simple. Soit une planète qui fait le tour de son orbite en une durée n (année, jours, millisecondes, machin, peu importe). Soit une autre planète faisant le tour de son orbite en une durée p (même unité que ci-dessus bien évidemment). Tous les combien de temps se rattrapent-elles ? Il faut donc trouver un nombre k qui satisfait à l'équation : k*n = (k+1)*p (avec n >p) Puisque si les 2 planètes se rattrapent, c'est que l'une a fait 1 tour de plus que l'autre. k représente alors la fraction de tour réalisée pour que les planètes se rattrapent. k*n = (k+1)*p Donc k = p / (n-p) Application pratique : pour Saturne n=29, et pour la Terre p = 1 si on calcule sur des durées en années. Donc k = 1/28 = 0.0357 tour Donc Saturne et la Terre se rattrapent tous les 1.0357 tour, soit tous les 1.0357 an, tous les 1 an et 13 jours, CQFD !! Je vous laisse faire les calculs pour les autres planètes, ou toute chose qui en rattrape 1 autre (les aiguilles d'une montre par exemple). Et amusez vous à compléter le raisonnement pour les oppositions !! Bons cieux, Éric
  4. edubois3

    Astrométéo

    Bonjour M73, bonjour à tous !! M73, dans ce cas, essaye le lien : http://aerometeo.fr/ Sur l'écran en haut à gauche, tu choisis "Cartes", puis tu sélectionnes l'une des 2 cartes TEMSI France. Si tu n'es pas dans le monde aéronautique, tu auras sans doute un peu de mal à l’interpréter au début, mais tu finiras par comprendre. Tu pourras aussi t'aider via le lien ici qui reprend la nomenclature Météo France pour l'aviation. Il te faudra apprendre, mais tu finiras par trouver ton bonheur !! Éric
  5. edubois3

    Astrométéo

    Bonjour à tous !! La météo aviation disponible sur le site de Météo France donne précisément toutes ces informations, accès via "Autres sites" actuellement tout en haut à droite de l'écran, puis "Aviation". Section réservée aux usagers aéronautiques, il faut un couple identifiant / mot de passe pour y accéder. Bons cieux, Éric
  6. edubois3

    Vers la fin de l'heure d'été ?

    Bonjour à tous !! Pour les pays qui sont entre les bandes tropicales, la durée du jour varie globalement entre 11h et 13h. Donc ce n'est pas ridicule de vivre en permanence à l'heure solaire du fuseau. Dans les contrées plus boréales ou plus australes (je suis à 50°N), la durée du jour varie globalement entre 8h et 16h. Du simple au double !! A partir de ce constat, cela ne me paraît pas du tout aberrant d'avoir un changement de fuseau entre l'hiver et l'été pour bénéficier d'une journée qui colle mieux la durée du jour au rythme de la vie quotidienne. Après, pour les pays étendus en longitude, il y a 1h, voire plus, de décalage entre les villes orientales et occidentales comme en France par exemple. Conséquence, l'un voit le jour plus tôt le matin, mais il voit le soleil disparaître plus tôt le soir. Pas de solution pour régler cette disparité. A l'est, on vit le matin, à l'ouest on vit le soir . Mais bon, on est bien d'accord, ces trivialités matinales n'engagent que moi !! Éric
  7. edubois3

    La gravité et l'altitude

    Merci pour tes précisions Bongibong !! En effet, j'ai fourché entre vitesse de libération et vitesse de satellisation. Quand je pense que je me suis pourtant relu... Arghh !! Pour les 23h56m04s, et vu les arrondis de calcul que j'ai pris, on parle bien de la même chose. Je ne me voyais pas expliquer des écarts de quelques secondes sur mon résultat avec les valeurs retenues pour g et Ro. On est bien à 1 tour / jour. Mais puisque l'on est dans les précisions, je me permets de reprendre alors également Sobiesky Mais à condition que l'accélération subie soit dirigée parallèlement et dans le même sens que la gravité, sinon cela ne colle pas : si la fusée dans laquelle je me trouve quitte la Terre avec une accélération qui vaut précisément g, je ressens une accélération globale de 2g, et je ne suis donc pas en impesanteur. Pourtant, l'accélération que je subis égale la gravité. Le mot "égale" est à prendre au sens vectoriel du terme, et non pas uniquement norme. Bonne journée à tous !! Éric
  8. edubois3

    La gravité et l'altitude

    Bonjour Sobiesky, bonjour à tous !! On peut s'amuser un peu plus encore... J'avais écrit plus haut M*g(R) = M*V²/R pour écrire l'équilibre entre le poids de l'ISS et la force centrifuge subie par cette même ISS située à la distance R du centre de la Terre. Soit en simplifiant par M : g(R) = V²/R L'accélération de la pesanteur est inversement proportionnelle au carré de la distance : g(R) / g(Ro) = Ro² / R², avec Ro le rayon de la Terre, et g(Ro) = g = 9.81 m/s² Donc g(R) = g * Ro² / R² Donc V² / R = g * Ro² / R² V² = g * Ro²/R soit V = racine(g * Ro² / R) Applications numériques diverses et variées : -à la surface de la Terre, Ro = 6 400 km V = racine(g * Ro² / R) d'où V = 7.9 km/s C'est la vitesse de libération d'un satellite sur la Terre. -à l’altitude de l'ISS, 400km environ par rapport au sol, soit R = 6 800 km V = racine(g * Ro² / R) d'où V = 7.7 km/s, vitesse communément admise. - à l’altitude d'environ 36 000 km par rapport au sol, soit R = 42 400 km V = racine(g * Ro² / R) d'où V = 3.1 km/s Mais aussi, V = R*w, avec w = vitesse angulaire de rotation D'où w = 7.3 * 10^-5 rad/s Des rad/s, tout le monde ne les maîtrise pas. Ramenons en une durée de 24h par exemple. w = 7.3 * 10^-5 rad/s * 3 600 * 24 = 6.28 rad/j = 2*pi rad/j = 1 tour/j Tiens, voilà l'altitude des satellites géostationnaires !! -et pour finir, à l'altitude d'environ 385 000 km V = racine(g * Ro² / R) D'où V = 1 km/s C'est la vitesse de rotation de la Lune sur son orbite. w = V / R = 2.6 * 10^-6 rd/s, soit 1 tour en un peu plus de 27 jours. Et voilà toute la magie de la science... Éric
  9. edubois3

    La gravité et l'altitude

    Bonjour Saturn57, bonjour à tous !! L'ISS, tout comme ses passagers, de masse totale M, est toujours soumise à un poids même à 408km d'altitude. Le poids est dirigé vers le centre de la Terre, et vaut M*g(R) à l'altitude R par rapport au centre de la Terre, avec g(R) l'accélération de la pesanteur à l'altitude R. L'ISS et ses passagers sont soumis également à la force centrifuge due à leur rotation autour de la Terre, et vaut M*V²/R, où V est la vitesse de l'ISS autour de la Terre. Comme l'ensemble est satellisé autour de la Terre, cette force centrifuge M*V²/R de même axe que le poids M*g(R), mais de direction opposée, est égale en intensité : en écriture vectorielle, M*g(R) = -M*V²/R Donc en écriture vectorielle M*g(R) + M*V²/R = 0, d'où l’apesanteur. CQFD !! Éric
  10. edubois3

    Pourquoi la nuit est noire?

    Bonjour bonjibong, bonjour à tous !! Bin non : l'intégrale de 1 à l'infini de dx / x² vaut précisément 1, et pourtant cette intégrale répond à ton critère ci-dessus. Ou alors, je n'ai pas compris ta définition. Éric
  11. edubois3

    Parallèles et méridiens

    Je complète mon post ci-dessus pour Arturo (dommage que je ne puisse pas éditer mon propre post). La longitude d'un point P de la sphère terrestre est la mesure de l'angle entre 3 points : -le centre de la Terre, situé par définition sur le plan équatorial -le point d'origine des mesures, c'est-à-dire la projection sur l'équateur (parallèle n°0, de latitude 0°) du méridien de Greenwich, donc usuellement point de coordonnées 0°:0° -la projection sur l'équateur du point P dont on veut mesurer la longitude (on "descend" ce point sur l'équateur via le méridien de ce point) Il est donc entendu que ces 3 points sur sur un même plan horizontal, matérialisé par le parallèle n°0, c'est-à-dire le parallèle équatorial. Tu constateras donc Arturo que ta définition de la longitude est différente de celle-ci. Éric
  12. edubois3

    Parallèles et méridiens

    Bonjour Arturo, bonjour à tous !! Comme le suggère 'Bruno, 2 dessins qui suivront scrupuleusement les 2 procédures te montreront la différence entre les angles ainsi définis. Hélas, je ne peux pas (ou ne sais pas ?) faire de dessin dans une réponse sur un post pour t'aider. D'ailleurs, je peux préciser qu'avec ta définition, un point situé "autour et à proximité" des pôles, aura une longitude qui oscillera systématiquement autour de + ou - 90°, alors que, même si le point reste "autour et à proximité" des pôles, sa longitude pourra être comprise entre 90° et 180° E ou O. Enfin, il n'existe aucun hémisphère Est ou Ouest sur la Terre. Les hémisphères sont Nord ou Sud, c'est tout. Les longitudes Est et Ouest ne définissent pas d'hémisphère correspondant. Éric
  13. edubois3

    Parallèles et méridiens

    Bonjour Arturo, bonjour à tous !! Si je suis d'accord avec cette définition de la latitude, je préfère écrire pour la longitude : 2) La longitude d’un point est la mesure de l’angle comprise entre 0° et 180° formé par : * le centre de la Terre * la demi-droite d'origine ce centre et passant le point d'intersection entre l’équateur et le méridien de Greenwich * la demi-droite d'origine ce centre et passant le point d'intersection entre l'équateur et le méridien du point dont la longitude est recherchée. De plus, lorsque : - le point est dans l'hémisphère Est, on fait suivre cette latitude par la lettre "E". - le point est dans l'hémisphère Ouest, on fait suivre cette latitude par la lettre "O". En effet, la longitude est un angle "horizontal", et non pas "incliné". Éric
  14. edubois3

    Vers la fin de l'heure d'été ?

    Bonjour à tous !! Nos amis anglais changent l'heure comme nous : GMT l'hiver, GMT+1 l'été. La latitude de la Grande Bretagne est quand même bien plus septentrionale que la nôtre. En conséquence, leurs soirées d'été (enfin, quand le ciel est dégagé) sont nettement plus longues que celles dont nous profitons. Comparez la durée du jour entre Perpignan, Londres, Leeds, et encore, sans compter l’Écosse. Ceci pouvant expliquer cela. GMT+1 est donc bien suffisant. Et a contrario, l'hiver, il fait tellement noir plus vite et plus longtemps... Vivent les longues soirées d'été au coin du BBQ !! Éric
  15. edubois3

    Renvois coudés 2"

    Hello !! Juste pour info, je suppose qu'un RC 2" passe bien dans la fourche d'un LX90, hein ? En largeur, oui, en profondeur très certainement ? Si certains parmis vous peuvent me confirmer... Eric