BBBenj

Membre
  • Content Count

    3,411
  • Joined

  • Last visited

About BBBenj

  • Rank
    Débutant acharné
  • Birthday 10/06/1970

A propos

  • Résidence
    Marseille
  • Intérêts
    Astronomie, JdR et GN, Kart
  • Occupation
    Arrêt maladie ! Mais sinon informatique pour Pharmacies
  • Matériel
    La Bête : Celestron C9,25 XLT
    La Belle : EQ6 Goto, trépied acier std
    25mm Celestron E-Lux, 13 mm Baader, 7mm TMB Planetary, Lumicon Deep Sky
    + polarisant
    Dew not (Tube+raquette) + Pare buée Orion
  • Site Web

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Euh... Alors ? Je fais quoi, moi, avec les ventillos ???
  2. Merci Olivier, Agrandir les pieds ? Malheureusement impossible sinon ils vont toucher le rocker... Donc conserver le ventilateur de 200 mm dessous, c'est impossible, donc je cherche une autre solution. Quant à mettre TOUS les ventilateurs, côté énergie, c'est possible, mais compliqué... D'où mes recherches. Et mes questions ici. @ Pascal : trop drôle !
  3. @VNA : Ce n'est pas un Obsession, c'est de type Obsession, nuance ! C'est un télescope "maison" (mais pas la mienne !) qui a le même format avec une très grosse caisse primaire, bien haute et bien fermée. Quant au miroir, c'est un GSO retouché chez TS et en Hilux. Après, effectivement, je n'ai pas "besoin" d'un ventilateur de 200 mm, mais il crée un flux très régulier avec extrêmement peu de vibrations, et je l'ai ! D'où l'idée de le réutiliser. Dessous est apparemment la meilleure solution mais il va prendre cher à chaque fois que je vais déplacer la caisse du primaire. Et sur le côté est la solution bis, pour traiter en même temps la couche limite. D'où mon dilemme. Après, on peut penser que la solution du 200 mm dessous est écartée (forcément...) et qu'on peut bien mieux faire avec 2 x140 mm latéraux (soufflant / aspirant) qu'un seul 200 mm (soufflant ? Ou aspirant ?). Et on peut revenir à une solution classique : dessous, mais avec 2 x 140 mm pour mieux repartir le flux car il va être difficile de le centrer... Donc, je fais quoi ???
  4. Merci tous les deux pour votre réponse. Donc, a priori, ventilo ! Je vais par contre oublier la solution du 200 mm dessous, à la première sortie, il est mort... Reste 200 mm sur le côté, 2 x 140 mm entre les barres du barillet ou enfin 2 x 140 mm sur le côté. Que pensez-vous de la couche limite à la surface du miroir ?
  5. Bonjour, Je suis l'heureux propriétaire d'un dobson de 400 mm, de type Obsession, c'est-à-dire lourd et bien fermé. Avec une utilisation répétée en moyenne ou en haute montagne, je suis confronté à des écarts de température assez importants et assez rapides. Or, un gros miroir de 400 mm en BK7 de 45 mm d'épaisseur enfermé dans une grosse boîte bien hermétique, ça ne varie pas facilement en température. Déjà, première question : à la vue de mes données, est-ce vraiment utile de le ventiler ? Ensuite, si c'est le cas, j'ai des questions d'ordre technique : Je peux fixer un ventilateur de 200 mm SOUS le caisson et à l'extérieur du caisson (pas de place à l'intérieur, le barillet est contre le fond), mais il ne me reste que 4 mm entre le haut des pieds (e=34mm) et l'épaisseur du ventilateur (e=30mm). Le risque est que j'abîme le ventilateur lors des manipulations en dehors du rocker. Donc, même si c'est la solution sans doute la meilleure, j'ai peur que le ventilateur ne dure pas bien longtemps. Je peux fixer ce même ventilateur de 200 mm à l'intérieur, mais sur un panneau latéral percé en conséquence, en l'occurrence sans doute celui qui se trouve en haut lors de l'inclinaison du télescope. Il tient à l'intérieur, mais va souffler latéralement sur le miroir. J'ai entendu dire que c'était une bonne solution dans des discussions ici, il faudrait peut-être que je retrouve ces sujets. J'aurais l'avantage alors de gérer au mieux la couche limite à la surface du miroir. Je peux remplacer ce ventilateur de 200 mm par deux autres ventilateurs de 140 mm qui, eux, tiendraient dans le caisson, entre les barres du serrurier. C'est sans doute la meilleure solution mais mon troisième choix actuellement étant donné que j'ai déjà acheté le ventilateur 200 mm... Et je double la consommation électrique (2 W vs 1 W, pas non plus des sommets). Enfin, dernière solution, pour moi la moins privilégiée, je peux installer deux ventilateurs de 140 mm (ou moins ?) sur le côté, à la façon du 400 mm d'Explore Scientific qui a placé deux ventilateurs côte à côte sur un même côté, l'un soufflant, l'autre aspirant. Ce qui semble assez efficace d'après quelques reviews... Donc, qu'en pensez-vous ? Ventilateur ? Or not ventilateur ? Et 200 mm dessous ? 200 mm sur le côté ? Ou 2 x 140 mm dessous ? Ou 2 x 140 mm sur le côté ? Déchaînez vos commentaires ! Le débat est ouvert.
  6. Merci beaucoup ! L'ordre de grandeur me suffira amplement. Grosso modo le Soleil, plus ou moins. Ça donne au moins une idée. Bonnes fêtes à tous !
  7. Euh... Si je te réponds "moyennariencompris", ça te va ?!! J'aurais dû préciser que ce que je voulais savoir, c'était la magnitude absolue dans le visuel, une espèce de Mv et Mb, mais en absolu. Histoire de savoir l'éclat que nos yeux pourraient percevoir si nous étions à 10 parsecs, au hasard. Donc, j'avoue qu'il me faudrait quelques explications sur ta réponse parce que, là, je nage...
  8. Je te remercie, Kains1, pour ta réponse. Dans le document que tu m'as transmis, il est question de la magnitude visuelle de cette étoile observée grâce au HST, et 26, wahou ! C'est chaud à observer ! Mais ce que je cherche plus exactement, ce n'est pas la magnitude visuelle que j'aimerais connaître, qui d'ailleurs dépend de trop de paramètres (distance, environnement poussiéreux, ...), mais bien la magnitude absolue... Et là, c'est le désert. Une piste ?
  9. Bonjour, Une question à laquelle je ne trouve aucune réponse sur le net, malgré quelques recherches poussées : quelle est la magnitude absolue d'une étoile à neutron ? Ne répondez pas "ça dépend de l'étoile à neutron" , je me contenterai largement d'une fourchette ! Je n'ai strictement aucune idée de la valeur. On est plutôt dans les -10, -5, 0, 5, 10, moins ?? Merci à tous ceux qui se creuseront la cervelle pour essayer de me répondre
  10. BBBenj

    Régulateur pour résistance chauffante

    Stéphane, D'où mon "minimaliste" pour la taille des vis. Il doit y avoir un moyen facile de remplacer ce mini potentiomètre par un beaucoup plus gros, déporté, manipulable avec tes moufles ! Et là, bingo. Mais je suis en train de rechercher un système de régulation automatique à un prix raisonnable sur un forum spécialisé. Si ça aboutit (ça existe bien pour le chauffe-eau solaire...), je ferai partager aux copains.
  11. BBBenj

    Régulateur pour résistance chauffante

    Coucou Stéphane, Je ne sais pas ce qu'il y a à l'intérieur. - si c'est un potentiomètre = dissipation sous forme de chaleur. - si c'est un circuit électronique = sans doute un découpage ou un abaisseur de tension. Il existe une alternative économique à ce boîtier, sous une forme minimaliste : http://www.ebay.fr/itm/351500294666 Pour 1 tout petit euro, port compris ! Il y a aussi une version plus complète avec un voltmètre intégré : http://www.ebay.fr/itm/LM2596-DC-3A-4-0-40V-Power-Module-1-25V-37V-voltmetre-reglable-Step-Down-PC7W-/321868862383?hash=item4af0e113af:g:tcAAAOSwQPlV-mfi Pour 2,96 €. Pas la ruine. Le seul inconvénient : un micro vis pour régler la sortie, d'où l'intérêt du voltmètre pour régler finement la sortie.
  12. Merci Stéphane. Effectivement, ça s'en rapproche, à un détail près : le prix ! Waouh ! 160 € ! À ce prix-là, il existe d'autres solutions sur le marché, toutes faites et moins cher. De plus, ça me coûte environ le prix de 2 batteries de voiture neuve... Donc vraiment pas intéressant.
  13. Re... OK, j'ai essayé de comprendre comment fonctionne le système que tu me suggères. On détecte l'arrivée au point de rosée et ça met en route le chauffage. Très bien pour automatiser la mise en route. Mais il me manque le contrôle de la température du miroir, qui doit rester légèrement supérieure à la température ambiante. Et c'est plutôt ça qui m'intéresse. Au pire, la détection du point de rosée peut rester manuelle : "Et flûte ! Mon secondaire est plein de buée. Grrrrrrrrr !" Pas besoin de dépenser 45 € pour ça, mais surtout sans compter la consommation électrique du système à éviter le "Et flûte...". Finalement, au fur et à mesure de la réflexion, je reste convaincu que maintenir le miroir secondaire 2° au dessus de la température ambiante me suffit amplement, la mise en route du système restant manuelle quand le besoin commence à se faire sentir. Maintenant, la solution à base d'un Arduino ne m'effraie pas.
  14. Waouh ! Euh... Il n'y a rien qui existe tout fait ? Je n'y connais strictement rien en Arduino. Je vais faire tourner Google pour en apprendre plus en attendant. Par contre, ça a l'air vachement bien avec la détection du point de rosée ! Une question fondamentale : quelle est la consommation électrique de ce dispositif ??? Parce que le but est de minimiser au maximum la consommation en sortie. Si c'est pour consommer plus qu'une résistance alimentée plus ou moins à fond, l'intérêt est moindre...
  15. Coucou ! Je trouve vos discussions particulièrement intéressantes, mais il serait sans doute utile d'essayer d'"automatiser" la partie résistances chauffantes, non ? L'idée serait de mesurer en permanence la température de l'air et de chauffer le miroir pour le maintenir 1 ou 2 degrés au dessus. Par contre, j'ai beau chercher un thermostat différentiel, je n'ai rien trouvé. Mais comme on dit : "mieux vaut un qui sait que dix qui cherchent", non ? Vous auriez une piste ?