Ron

Membres association
  • Content Count

    54
  • Joined

  • Last visited

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Argh, pas là ce soir. Je pense que je vais essayer d'y aller demain soir.
  2. Ron

    Aide pour un club

    Voilà comment on fait... People on the Street React to the Moon in the Most Awe-inspiring Way | Short Film Showcase
  3. Ron

    NEAF 2019 - Compte rendu

    En effet, je reconnais que j'ai été totalement dépassé par les évènements. Je courais de stand en stand et j'ai même pas pensé à prendre des infos pour légender mes photos. C'est le métier qui rentre... 🙂 Si j'y retourne l'an prochain je vais essayer de mieux m'organiser et de faire plus d'interviews.
  4. Ron

    NEAF 2019 - Compte rendu

    J'ai mis les vidéos en mode public...
  5. Voici un petit compte rendu en photos et en vidéos du NEAF 2019 (Northeast Astronomy Forum) qui s'est déroulé les 6 et 7 avril 2019 à Suffern, dans l'état de New York. J'ai fait trois interviews filmés. Je débute en prise de vue, en prise de son, en montage, en YouTube et en journalisme. Donc c'est pas gagné d'avance pour la qualité 😀... Voici d'abord une vidéo d'ambience Voici l'alum photo (des photos jetées en vrac sans aucune idée de classement) Astrophoto et gestion d'observatoire : L'interview de Prism (en anglais) L'interview de The Sky (en anglais) Recherche amateur d'exoplanètes : Interview du projet Panoptes (en français) Si des gens veulent venir au NEAF 2020, on peut faire un tir groupé...
  6. Ron

    Reports de bugs

    Pourquoi on ne peut pas signaler du spam dans les forums ? Y'en a un en ce moment qui pollue à fond et impossible de signaler...
  7. Sur ce qui se passe après l'horizon des événements, c'est difficile à dire puisqu'on ne peut pas y aller voir. Par contre lorsqu'on parle de rayonnement du trou noir, ce n'est pas que de la matière s'en échappe, ça contredirait beaucoup de choses, c'est qu'il y a un autre effet quantique en limite de l'horizon des événements qui se produit. Il s'agit ici des fluctuations quantiques qui font que dans le vide surgissent du néant des paires particule/antiparticules virtuelles, qui normalement s'annihilent rapidement. En limite d'un trou noir, il peut arriver qu'un élément de cette paire passe de l'autre côté de l'horizon des événements et y reste piégé, rendant impossible son annihilation par sa paire, qui alors continue d'exister et constitue le rayonnement en question. Comme une telle création de particules ex nihilo reviendrait à ce que l'Univers produise de la matière gratuitement, et que rien n'est jamais gratuit, le trou noir perd l'énergie ainsi créée et l'équilibre est rétabli. Ce que je viens de décrire reprend des concepts qui sont généralement utilisés dans la littérature de vulgarisation, mais qui n'offrent qu'une vague représentation candide des choses. J'ai mis en italique les parties qui ne correspondent à aucune réalité physique (les particules virtuelles ne sont pas des particules réelles), mais qui sont des artifices de langue pour tenter d'expliquer des concepts purement mathématiques qui ne veulent rien dire pour des gens qui ne sont pas physiciens et auxquels je serais bien infichu de donner un sens. Et c'est là le problème lorsqu'on touche aux limites de la physique quantique et de la relativité. On arrive rapidement à un point où les choses deviennent tristement mathématiques et où nos sens ne nous servent plus à grand-chose. Un électron ou un photon sont des particules que l'on considère pour le moment comme élémentaires, réunies ensemble elles constituent le clavier qui se trouve devant nous et qui nous semble bien réel, mais qui prises individuellement ne sont pas les billes tangibles qu'on représente dans les dessins. Elles n'ont même pas de position observable. Leurs propriétés, comme la masse ou le spin, ne correspondent à rien auquel on pourrait se référer, ce ne sont que des propriétés purement mathématiques. Ce qui pose question sur la nature même de la réalité.
  8. L'idée, et c'est comme ça que la théorie sur la matière noire est arrivée, c'est qu'il n'y a pas assez de masse dans une galaxie pour l'empêcher de se disloquer et pour empêcher les étoiles qui la composent d'aller se balader dans tous les sens. La matière noire c'est ce qu'on a trouvé de mieux pour expliquer cette incohérence. Mais il s'agit d'une approximation. On l'a appelé matière parce que si on ajoute arbitrairement une certaine quantité de matière à la galaxie, on arrive à la bonne masse, celle qui permettrait de créer un champ gravitationnel assez fort pour retenir les étoiles qui composent la galaxie. Et on a appelé cette matière noire, parce qu'on ne la voit pas. Mais la vérité c'est qu'on a pas la moindre idée de quoi il s'agit.
  9. +1 C'est un concept difficile à saisir car la courbature de l'univers est un concept purement mathématique qui ne nécessite pas de dimension spatiales supérieures dans lesquelles l'espace serait courbé. Pour les anglophones (et je m'excuse auprès de ceux qui ne le sont pas, j'ai que dalle en français 😧), je vous invite à regarder cette vidéo : Bending both Space and Time - Ask a Spaceman! (YouYube)
  10. Si certains scientifiques exhibent les torts que tu énumères, je ne pense pas qu'ils soient les seuls responsables de la prolifération des crétineries. Il y a d'autres facteurs qui entrent en jeu. Parmi ces facteurs figure le fait que certaines personnes n'ont pas les capacités pour accéder à la vulgarisation scientifique. S'il existe bien une tendance élitiste morbide dans le milieu des sciences, il n'en est pas moins vrai que les ressources de vulgarisation sont aujourd'hui largement disponibles. Mais tout le monde ne s'y intéresse pas et tout le monde n'est pas équipé pour les comprendre. On est tous différents. Les gens qui n'ont pas les capacités, ou pas l'envie de s'intéresser aux choses, à ces personnes Facebook offre un assortiment de savoir prémâché. C'est un extraordinaire forum pour tous les diffuseurs de théories foireuses, animés soit par l'ignorance, soit par des motifs religieux et/ou politiques.
  11. Il y a plein de scientifiques qui s'engagent pour la vulgarisation de la science. Le terme de vulgarisation n'a rien de péjoratif d'ailleurs, mon dictionnaire le définit comme : Action de vulgariser, de mettre des connaissances techniques et scientifiques à la portée du grand public. Après, lorsqu'on parle de science il convient d'être précis et un parfois un certain vocabulaire s'impose. Cependant, un physicien ayant un peu le sens de la vulgarisation ne parlera pas de la même manière à l'un de ses étudiants qu'à quelqu'un qui n'a pas de bases solides en physique, par exemple. Maintenant, tout le monde ne dispose pas de la pédagogie ni de l'aisance nécessaires pour expliquer simplement des concepts complexes, j'en conviens. J'ai été trésorier d'une assoc, et j'ai jamais rien capté à ce que me racontait l'expert comptable. Il était totalement incapable de se mettre à mon niveau. C'était énervant 😀 ...
  12. Ça n'a rien de mystique ni de tape à l'oeil, c'est tout au contraire parfaitement conforme à la relativité générale. Tu trouveras des équations avec lesquelles jouer ici : - https://physics.stackexchange.com/questions/29082/would-time-freeze-if-you-could-travel-at-the-speed-of-light Bien que tu n'aimes pas les articles de vulgarisation, Ethan Siegel, un astrophysicien a écrit un très bon article sur le sujet dans Forbes : How Do Photons Experience Time? Et tu trouveras également le principe mentionné dans une série de Q&A autour de la sonde Gravity Probe B : Does time stop when you travel at the speed of light?
  13. Je suis désolé, mais j'ai rien en français, tout ce que j'ai est en anglais : http://wwwphy.princeton.edu/~steinh/ph111n/Chapter11p.htm Notamment la section intitulée Massless particles have no time : Et aussi : Does light experience time?
  14. C'est une excellente question mais je crois que ça se complique. Le photon a absolument un mouvement dans les trois dimensions spatiales, autrement il se déplacerait également dans le temps. La distance sur l'axe temporel est contractée à zéro, mais pas sur les trois autres axes.
  15. Ça a déjà été dit mais j'aimerais insister sur ce point, les photons ne se déplacent que dans l'espace, pas dans le temps. Un photon ne subit pas de changement en raison du temps puisque de son point de vue, le temps n'existe pas. Einstein a démontré que l'espace et le temps étaient un même espace qui comporte quatre dimensions. Trois dimensions spatiales (x, y, z) et une dimension temporelle (t). Un objet se déplace à une vitesse qui est l'addition de sa vitesse dans chaque direction. Puisque le temps est une direction (presque) comme les trois autres dans cet espace à quatre dimensions, et que 100 % du mouvement de la lumière est affecté à son déplacement dans les trois autres dimensions, il ne lui reste plus rien à dépenser pour se déplacer dans le temps.