Jump to content

lancelaflotte

Membre
  • Content Count

    117
  • Joined

  • Last visited

1 Follower

A propos

  • Résidence
    Montaigu-Vendée
  • Matériel
    Tube optique : Celestron C11 XLT - Monture : iOptron CEM60 sur Tri-Pier
    Oculaires : Explore Scientific 82° 30 mm, 92° 17 mm & 12 mm
    Imagerie : Canon EOS 7D

Recent Profile Visitors

762 profile views
  1. Ce matin, j'ai mis le réveil à 3h sur mon téléphone portable. Je ne l'ai pas loupé ! Le réveil fut dur, mais motivé comme j'étais, je n'ai pas traîné. Je me suis levé et je suis parti me préparer : sac à dos, jumelles, appareil photo et trépied. J'avais déjà préparé mon vélo hier soir avec les éclairages ainsi que mon gilet jaune et mon casque. J'avais prévu de rejoindre un point d'observation avec un horizon Nord-Est complètement dégagé, à 2,5 kilomètres de chez moi, à travers les chemins de campagne. Le VTC était mon meilleur ami ! 3h20, départ de chez moi. La Lune éclaire mon chemin. Cela fait tout drôle de pédaler dans la nuit. Mais c'est jouissif ! 10 minutes plus tard, je trouve mon point d'observation idéal, dans les hautes herbes bien humides. Je commence à installer mon trépied et mon appareil photo, règle quelques paramètres (temps de pose, retardateur, sensibilité, etc...). Je galère un peu au début, mais finit par retrouver mes marques. J'essaie une photo vite fait et je distingue au premier coup la comète sur l'écran de l'appareil, alors que je n'arrive pas à l'observer au ras de l'horizon ! Je sors ma paire de jumelles et il me faut la réparer aussitôt. J'avais oublié qu'elle n'avait pas du tout aimé le voyage en avion au Chili l'année dernière. Je maintiens comme je peux ma paire de jumelles pour voir aussitôt la comète, dorée, lumineuse et avec une petite queue bien visible. Quel plaisir de revoir une comète ! Il y a bien longtemps que je n'en avais pas observé. L'humidité s'installe et je commence à craindre pour l'objectif de mon appareil photo. Mais je m'inquiète pour rien. A partir de 4h du matin, je commence à bien distinguer la comète à l’œil nu. Quelques petits nuages passent sans gêner. La Lune, Jupiter et Saturne sont derrière moi. J'aperçois Mars au Sud-Est. Les planètes sont au rendez-vous. Il me tarde d'obtenir ma Barlow et de les observer au C11 ! Neowise se pointe comme une petite boule dorée suivi d'une trainée juste au-dessus des éoliennes. Je distingue de mieux en mieux la queue. Le ciel commence à rosir. L'humidité commence à bien se faire sentir à travers mes chaussures pourtant étanches. J'enchaîne différentes poses et différents cadrage, à 800 ISO, entre 8 et 4 s. J'ai dû intervenir une fois pendant quelques minutes pour régler manuellement la mise au point en m'aidant de Vénus qui pointe son nez à à travers les arbres. Le paysage est magnifique. Les couleurs prennent un dégradé du rose/orange au bleu nuit au zénith. Les planètes et la Lune m'accompagnent dans ce moment de solitude que je savoure pleinement, en harmonie avec la nature. Vers 5h du matin, je range tout mon matériel et je me plante devant le spectacle avec méditation, incrustant dans ma mémoire ces instants magiques. Il y a un an tout juste, j'étais dans le désert d'Atacama, à toucher le bleu du ciel au-delà de 5600 m d'altitude et à observer ensuite dans les nombreux télescopes d'Alain Maury à San Pedro d'Atacama. Je me dis que cette journée aussi bien que celle d'aujourd'hui sont de merveilleux moments qui marquent à jamais notre vie. Je passe 10 bonnes minutes, immobile dans les hautes herbes, à contempler le panorama avec Neowise et Vénus, me remémorant au passage cet extraordinaire voyage au Chili l'année dernière. 5h10, la comète est moins visible. Je décide de rentrer, chevauchant mon vélo la selle détrempée. Le retour est rapide. Sur la route, une voiture me dépasse. J'ai une pensée pour le/la conducteur/trice, me disant qu'il/elle est peut-être passé/ée à côté d'une splendeur de la nature qui se ballade dans les cieux. Je commence à avoir froid sur la route. Arrivé chez moi, je tente une dernière observation. Neowise se distingue difficilement à l'aube naissante. De 4h30 à 5h00, c'était le meilleur moment. Vivement que j'arrive chez moi pour me préparer un bon chocolat chaud. Je pense me recoucher aussitôt, mais il me faut apposer ces mots avant. J'en éprouve un réel besoin de partager ces moments. Bonne journée !
  2. Question peut-être bête. Mais je n'ai pas trouvé de réponse actuellement... Quelle signification le nombre après IMX apporte-t-elle ? IMX533, IMX290, etc. Que veulent dire 533, 290, etc., ici ? Si c'est seulement le numéro d'un modèle, je n'en vois pas la logique pour l'instant. Merci d'avance pour la réponse.
  3. En ce qui concerne les feux d'un avion, ce pourrait être possible. Le temps de clignotement, il passe juste dans le champ de la caméra. Du coup, on ne visualise pas les moments ou les feux sont éteints avant et après ce champ. Ce n'est qu'une hypothèse.
  4. Ce ne serait pas des feux de positions d'un avion ?
  5. Incroyable !!! Bluffé par la qualité des images en si peu de temps de pose... 🤩
  6. Question peut-être bête, mais il faudra demander une autorisation à la mairie ? Ce ne sera peut-être pas possible de remplacer le toit par une coupole vu le bâtiment qui a l'air assez ancien, à cause de la conservation du patrimoine.
  7. C'est impressionnant. Cela correspond à quelle durée en temps réel sur l'animation gif ?
  8. Superbe. Les nuages de poussière ressortent vraiment bien !
  9. Vraiment magnifique ! Bravo. La pollution lumineuse venait-elle d'une petite bourgade ?
  10. Merci pour ton retour, @chinois02. Et chouette image ! J'ai la monture sans les encodeurs. Je trouve qu'elle suit très très bien. Mon dernier essai à 2800 mm de focale (C11) avec mon Canon EOS 7D (taille du pixel : 4,29 µm) le montre : https://www.webastro.net/forums/topic/183566-m13-18052020-c11-eos-7d/ En ce qui concerne la "position zéro", j'ai toujours un peu de mal à comprendre son intérêt et aussi comment la déterminer avec précision. Jusqu'à présent, je faisais un "Search Zero Position" avant de commencer ma soirée. La monture effaçait toutes les données d'alignement, puis partait pour faire un quart de tour sur l'axe horaire et revenir à sa position initiale (ou presque car il est impossible de le vérifier sans marquage). L'axe de déclinaison semblait avoir fait un petit mouvement de va et vient, mais là encore, sans repère visuel efficace, impossible de le confirmer. Ensuite, la nuit tombée, je vais la mise en station avec le viseur polaire et après, je fais l'alignement avec trois étoiles. Je trouve que cela fonctionne parfois de manière aléatoire. Certaines soirées, c'était très efficace et je retrouvais tous les objets avec le Go To dans le champ de mon C11 avec un ES 82° 30 mm. D'autres soirées, cela ne fonctionnait correctement que sur la moitié Est du ciel. Et parfois, le néant total. Dans les cas "catastrophiques", les étoiles à aligner sont très loin du centre du chercheur (9x50), malgré une mise en station que je pense soignée. Peut-être que l'horizontalité de la monture n'est pas précise avec le niveau à bulle de la monture. Je serais curieux de connaître le "process" de mise en station et d'alignement que vous effectuez avant de rendre opérationnelle la monture.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.