stephrac74

mise en station et autoguidage

Recommended Posts

Bonjour,

 

J'ai un C8 que je possède depuis plusieurs années avec un chercheur 9x50 et une lunette 60mm. Jamais réussi à faire une mise en station correcte avec le viseur polaire. 😞 On ne voit rien dedans...

 

Je souhaite faire de l'astrophoto et j'ai acheté l'an dernier une caméra ZWO ASI 224C que j'ai du mal à régler aussi mais c'est un autre sujet.

 

J'avais l'ambition de faire de l'autoguidage et de la capture avec cette seule caméra mais il semble que cela ne soit pas bien possible. Aussi je me dis est-ce que je peux déjà utiliser la caméra pour m'aider à faire une mise en station correcte  ? Existe t'il un logiciel pour ca ?

Une fois la mise en station correcte, je pourrais utiliser la caméra comme imageur principal et si ma mise en station est correcte, firecapture devrait s'en sortir pour aligner les images si l'astre que je vise ne sort pas du champs...

Qu'en pensez vous ? C'est crétin comme approche ?

 

Merci

Stéph

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce n'est pas idiot , mais on a pas besoin quand on débute de camera pour la mise en station .

Sur le fofo il y a pas mal de tuto pour la MES , juste pour info , ce n'est pas le tube que l'on met en station mais la monture( dont tu ne nous parles pas ) , et pour ce faire il faut souvent mettre le tube a 90° sinon l'axe visuel du viseur polaire est obstrué ( monture équatoriale SW )

Tu as la plateforme ASCOM avec EQMOD qui peut t'aider pour gérer la monture , ou sinon des appli sur smartphone qui te donnent la position de la polaire ( mais il faut la voir )

 

alain

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 30/06/2019 à 18:43, stephrac74 a dit :

Bonjour,

 

J'ai un C8 que je possède depuis plusieurs années avec un chercheur 9x50 et une lunette 60mm. Jamais réussi à faire une mise en station correcte avec le viseur polaire. 😞 On ne voit rien dedans...

 

 

Bonjour,

j'utilise également le viseur polaire pour effectué la mise en station de la monture et effectivement c'est pas facile de voir quelque chose dans le noir . 

moi j utilise mon téléphone pour éclairer légèrement l’intérieur du viseur polaire afin de voir les marquages sur le viseur .

pour récupérer l heure de la polaire j utilise l'appli  Synscaninit gratuit sur téléphone 

  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

1. Le viseur polaire est un peu juste pour réaliser une mise en station pour l'astrophoto sauf sur des montures un peu évoluées donc un tantinet plus chères (EM Takahashi).

 

2.  Le C8 possède d'excellentes qualités notamment sa simplicité de conception qui permet de le démonter simplement pour régler quelques problèmes d'intendance (nettoyage des miroirs ou de la lame de Schmidt).

     L'option est de la focale un peu longue (2 m) qui fonctionne bien avec une Barlow (x2 ou plus) et un Red (6.3).

   

    Ce n'est pas le Roi du grand champ.  Encore qu'il dispose d'un cercle image (25 mm) tout à fait compétitif avec des équivalents beaucoup plus huppés (et plus chers type Taka Mewlon 210, 18 mm).

    Ce n'est pas un point trivial car il vaut mieux utiliser un matériel pour ce pourquoi il a été conçu.

    Par parenthèses, l'utilisation de tubes allonges pour obtenir une mise à point correct créé régulièrement par effet de tirage une modification des focales annoncées.

    Son problème majeur (comme beaucoup de Schmidt Cassegrain) est sa grande facilité à se dérégler (collimation) notamment du fait que le miroir primaire est mû par un dispositif de traction qui n'est pas dans l'axe. 

    c'est pourquoi il ne faut pas hésiter à le munir d'un focalisateur externe qui lui évite de shiffter lors de l'utilisation du bouton rotatif de mise au point - certains vont ensuite jusqu'à souder ce dernier. 

   

   C'est vraiment le 4x4 de base pour débutant.

 

   Personnellement j'utilise une version qui a douze ans d'age et qui me permet d'accrocher parfaitement de petits objets sympas (Arp) sur des focales longues.

   A condition d'avoir une monture à la hauteur. De ce point de vue l'EQ5 qui va souvent de pair avec le C8 me parait un peu faiblarde - encore que certains s'en accommodent parfaitement.

   L'EQ6 si possible (à courroies) modifiée fait un meilleur job.

 

3. Choisir un modèle de VP éclairé aide beaucoup la nuit car il permet de mettre en relation le ciel réel et les différents repères du viseur.

    Cela dit faire un rétro-éclairage n'est pas toujours pratique mais fonctionne généralement bien.

 

4.  La 224 est une bonne caméra ; sorti du réglage du gain et de l'offset, elle devrait fonctionner sans souci.

     Encore faut-il que le tirage soit réglé correctement sinon on a un souci de mise au point.

     Pour cela, il faut consulter les charts de ZWO.

     De manière générale, le rapport qualité / prix semble tourner en faveur des CMOS au détriment des CCD. Encore que tout n'est pas dit.

     

     Personnellement, j'utilise une 1600 PRO monochrome pour l'imagerie et une 290 mini pour l'autoguidage.

     Sur ma FSQ 106, c'est du Top Moumoute.

 

5. Certaines caméras (SBIG) permettent l'autoguidage et la capture mais elles sont rares et chères.

    Elles ne semblent pas faire florès chez les constructeurs habituels (Atik, ZWO ...)

 

6. la mise en station consiste à faire coïncider l'axe du télescope et l'axe de rotation de la Terre.

    L'utilisation d'une caméra n'est nécessaire que si tu utilises un logiciel de MES un peu élaboré qui te permette d'utiliser des méthodes de grande précision (King ou Bigourdan par exemple).

 

7. Il y a des tas de logiciels qui le font le job.

     Les deux musts gratuits sont EQMod pour la Mise en Station et PHD pour le guidage. 

     Dans un premier temps la trousse à outils s'appelle donc EQMod qui t’amènera en moins de 5 minutes de temps à moins de 10 arcmin du Pole Nord Céleste.

     Attention : petit problème de collision possible avec le pied de la monture, quand la Polaire est au Nord.

    Ce sera suffisant pour de la pose rapide (Caméra CMOS comme la 224) mais un peu court pour de la pose longue (CCD).

   

     D'autres logiciels sont plus ou moins gratuits mais n'effectuent généralement qu'une partie du job.

     Beaucoup parmi eux sont très remarquables.

 

     D'autres encore sont payants mais remarquables d'efficacité (PRISM, PixInsight...) et surtout ils sont très pédagogiques ;

     ça n'est pas trivial lorsque l'on se trouve un peu loin d'un club.

     

Deux stratégies sont possibles :

 

- Soit un logiciel qui fait "papa-maman" en général payant qui prend en charge l'intégralité des actions (automatiquement si le matériel correspondant est là) : mise au point, astrométrie, calibrage (calage des caméras, calibrage de l'autoguidage ...), mise en station, recherche de cibles et pointage automatique (ce qui est quasi-indispensables pour de petits objets petits et/ou peu lumineux), prise de vues (programmée ou non), prétraitement (DOF, addition, recalage avec options diverses et variées ...) et traitement et plus si affinités. Ce qui n’empêchera pas les esthètes de conclure avec des programmes spécialisés dans le traitement d'images (Photoshop ou des versions plus lights comme LightRoom).

 

- Soit une collection de logiciels plus ou moins compatibles qui demande une plus grande dextérité dans son maniement mais qui offre généralement l'avantage d'être gratuits (mais pas toujours)

   

C'est un choix.

    

8. Si ta MES est correcte c'est la qualité de ta monture qui va décider de celle de ton suivi. 

 

9. Si tu autoguides, il n'y a aucune raison que ta cible sorte du champ (FoV) mais l'autoguidage est à lui seul une technique qu'il convient de maîtriser.

 

 

Au final, l'essentiel est la méthode, la patience et l'obstination.

 

Bon ciel.

Edited by Luc Cioni

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci à tous pour les retours et d'avoir pris le temps de me conseiller.

 

Alors pour approfondir, j'ai donc un C8 avec monture HEQ5 Pro. Quelques oculaires Hyperion (8, 13, 5 mm) et quelques accessoires. (renvoi d'angle, collimateur électronique, bla bla bla)

J'ai mis très longtemps à avoir une image nette. Le C8 était fortement décollimaté et cela m'a pris pas mal de temps pour atteindre une image correcte. Néanmoins la collimation sera à affiner lorsque j'aurai monté le setup complet et que je serai capable de pointer autre chose que la lune !

 

J'ai monté une lunette de 60mm à la place du chercheur car je n'avais pas de queue d'aronde 300mm pour fixer la lunette. Je dois absolument en monter une car pour le moment la stabilité mécanique sur la petite queue d'aronde du chercheur est insuffisante et je n'ai plus de chercheur. C'est un détail que je dois régler.

 

J'ai déjà piloté la monture avec EQmod et c'est opérationnel. Par contre n'ayant jamais fait une bonne mise en station, EQmod n'est d'aucun secours.

 

Avec le viseur polaire qui est rétroéclairé, je vois bien la sérigraphie, mais je ne vois pas d'étoile ! donc pas réussi à régler quoique ce soit. Pour autant j'ai veillé à ce que l'obturateur de sortie soit bien dans l'axe et la monture ne gène pas...

C'est la raison pour laquelle je pensais possible de soit remplacer ce viseur polaire par une caméra et un soft pour aider, soit.... incanter un dieu quelconque pour m'aider à être moins sot et parvenir à utiliser la mienne !

 

Le setup complet que je vise devra être sans fil aussi. C'est à dire soit des liens wifi entre le PC et la monture+camera, soit équiper le telescope d'un mini pc raspberry ou autre que je peux piloter à distance. mais c'est l'étape suivante.

 

pour revenir au guidage, ma caméra a un port ST4 pour autoguider la monture mais je pense préférable de passer un par un PC pour le faire pour avoir plus de souplesses de réglages.

 

J'ai testé la ZWO ASI224 et en image terrestre de jour, impossible d'avoir une image avec des couleurs normales ? C'est à la fois sombre et les couleurs délirantes. Est-ce que cela vient du fait qu'il n'y a pas de filtre IR ?

 

 

En conclusion :

1. mise en station : il faut que j'essaie à nouveau avec mon viseur polaire pour comprendre pourquoi je ne parviens pas à la régler

2. Matériel : je dois encore trouver une queue d'arronde pour fixer proprement la lunette guide de 60mm afin de remettre également mon chercheur

3. Trouver un moyen de déporter en wifi la caméra et la monture (raspberry en remote desktop ou pont wifi-uart vers réseau wifi de la maison, à étudier)

4. Mettre au point la prise de vue avec l'ASI224 (pour le moment sur une image terrestre je ne parviens pas à avoir des couleurs normales)

5. finaliser réglage de collimation si nécessaire

 

Question : est-il préférable de garder l'ASI224 comme imageur principal et acheter autre chose pour le guidage ou utiliser le port guidage interne de l'ASI ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 57 minutes, stephrac74 a dit :

 

Avec le viseur polaire qui est rétroéclairé, je vois bien la sérigraphie, mais je ne vois pas d'étoile ! donc pas réussi à régler quoique ce soit. Pour autant j'ai veillé à ce que l'obturateur de sortie soit bien dans l'axe et la monture ne gène pas...

 

 

Salut,

est-ce que tu es sûr que le viseur polaire soit bien en direction de l’étoile ? 

Le viseur polaire n’est-il pas trop rétroéclairé  qui fait que l’étoile ne sois pas visible dans le viseur ? 

As tu essayé de choper une étoile plus brillante pour voir si elle se trouve dans le viseur ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

"Le C8 était fortement décollimaté" : en fait le problème du C8 est justement la collimation : c'est un défaut de ses qualités (simplicité de montage et rusticité).

Pour ne pas perdre trop de temps la nuit, j'ai fait l'acquisition d'un petit laser de collimation. Je peux donc le faire de jour comme de nuit.

 

"J'ai mis très longtemps à avoir une image nette" : souvent c'est une question de montage et d'utilisation d'accessoires comme des tubes allonges.

Consulter les notices (les charts notamment) du constructeur peut présenter certains avantages.

 

"J'ai monté une lunette de 60mm à la place du chercheur " : j'avais une eq-5, j'ai monté en piggy back sur mon C8, une Kepler 80/400 d'autoguidage.

Résultats : backlash énorme et au bout d'un mois de fonctionnement l'eq-5 a rendu l'âme à cause de la surcharge.

Désirant faire de l'astrophoto, j'ai privilégié la monture (Avalon) et je ne le regrette pas.

 

"Je n'ai plus de chercheur" - quand on progresse un peu et que l'on s'appuie sur des outils comme l’astrométrie, le chercheur devient relativement inutile.

 

"Par contre n'ayant jamais fait une bonne mise en station, EQmod n'est d'aucun secours"  : en fait, EQMod sert précisément à faire la mise en station et approcher trés rapidement le Pôle Nord Céleste à 7 ou 8 arcmin - ce qui est largement suffisant pour le visuel et la pose rapide (10s) avec une caméra CMOS mais tout à fait insuffisant pour les poses longues (15 ou 20mn) avec une caméra CCD.

 

"Avec le viseur polaire qui est rétroéclairé, je vois bien la sérigraphie, mais je ne vois pas d'étoile !"  si, comme tu l'as vérifié, le télescope n'est pas tourné à 90° (horizontal) et que le capuchon n'est pas resté en place, c'est probablement un petit manque d'habitude passager qui te fait mal positionner le trépied. Il faut dire qu'au voisinage du Pôle Nord Céleste (PNC), il n'y a pas foule. Attention, à quelques encablures de la Polaire, il y a quelques étoiles avec lesquelles on peut la confondre.

 

"Remplacer ce viseur polaire par une caméra"   : ça n'est pas une idée généralement reconnue ; peut-être est-ce une fausse bonne idée ? "et un soft pour aide"r pour piloter quoi ?

 

liens wifi entre le PC et la monture+camera", : PC / monture, pourquoi pas. Mais caméra / PC, ce n'est pas gagné surtout si tu choisis une bête (genre ZWO 1600PRO) qui demande une USB3 pour travailler confortablement.

 

"ou autre que je peux piloter à distance ": si tu a un vieux PC qui traîne monte dehors prés du scope en duo avec ton PC qui lui est à l’intérieur. Pilotes le premier à partir du second. Je fais ça avec un avion de chasse genre gaming (OMEN) avec un vieux Tosh des familles.

 

"pour revenir au guidage, ma caméra a un port ST4 pour autoguider la monture mais je pense préférable de passer un par un PC pour le faire pour avoir plus de souplesses de réglages" : personnellement j'ai laissé tomber le ST4 depuis longtemps d'autant que je gère tout avec Prism.

 

"Est-il préférable de de garder l'ASI224 comme imageur principal et acheter autre chose pour l'autoguidage " La caméra d'autoguidage a un job simplissime : trouver une étoile non saturée dans le champ et s'y accrocher grâce à un logiciel type PHD qui pilote la monture en conséquence. Une lunette d'entré en gamme, portant une caméra  premier prix savent faire ça. Par contre si tu veux chiader un peu, la 224 peut atteindre du top moumoute mais bon, compte tenu des performances du C8, faut pas rêver. Personnellement, j'image avec une 1600PRO monochrome sur une Taka FSQ 106 et j'autoguide avec la 290 mini sur une Kepler 80/400. C'est du sérieux.

 

"J'ai testé la ZWO ASI224 et en image terrestre de jour" : ces outils sont des caméras ultra-sensibles faites pour la nuit qui offrent la possibilités de régler deux paramètres : le gain et l'offset dont les incidences ne sont pas neutres (dynamique notamment). Les tester hors des conditions pour lesquelles elles ont été conçues ne peut qu'apporter des résultats mitigés.

 

Bon ciel.

 

 

 

 

 

Edited by Luc Cioni

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, Jonathan5 a dit :

 

Salut,

est-ce que tu es sûr que le viseur polaire soit bien en direction de l’étoile ? 

Le viseur polaire n’est-il pas trop rétroéclairé  qui fait que l’étoile ne sois pas visible dans le viseur ? 

As tu essayé de choper une étoile plus brillante pour voir si elle se trouve dans le viseur ?

 

Effectivement je n'ai pas essayé de couper le rétroéclairage pour voir si cela change ni viser une autre étoile. Si la météo le permet je regarde dans la semaine

 

Il y a 13 heures, Luc Cioni a dit :

Bonjour,

 

"Le C8 était fortement décollimaté" : en fait le problème du C8 est justement la collimation : c'est un défaut de ses qualités (simplicité de montage et rusticité).

Pour ne pas perdre trop de temps la nuit, j'ai fait l'acquisition d'un petit laser de collimation. Je peux donc le faire de jour comme de nuit.

 

 

J'ai acheté un laser de collimation également mais jamais réussi à vraiment l'exploiter. Perso cela ne m'a pas aidé beaucoup. Mais là aussi peut être par manque d'expérience. D'ailleurs j'avais lu quelques part que les SC se pretaient mal à la collimation laser.

 

Pour le viseur polaire je pensais que l'on pouvait trouver un soft qui permettait d'avoir sur écran PC le réticule et avec une caméra la polaire à mettre dedans. Néanmoins ce serait une opération plus longue que de viser directement avec la polaire j'en suis convaincu. Bref, il faut que je m'entraine avec ce viseur polaire.

 

 

Pour la partie Wifi, oui un miniPC ou Raspberry au pied du telescope fixé sur la monture et une connection en remote desktop pourrait le faire. A tester. C'est secondaire mais augmenterait considérablement le confort ainsi que la durée de mes observations.

 

Pour l'ASI224 dès que j'ai fait une MES correcte je commencerai à faire quelques acquisitions. J'envisageai d'utiliser FireCapture + Registax.

Il me faudrait néanmoins une 2e petite caméra pour l'autoguidage. Je vais regarder les petites annonces.

 

Le C8 est vieux, même si c'est l'un des derniers je pense (XLT, tube carbone) et j'imagine qu'il y a eu de considérables progrès depuis dans les optiques et tubes. N'ayant pas de budget énorme à y consacrer pour le moment, pour de l'astrophoto serait il plus intéressant de choisir un modèle plus récent avec diamètre plus petit ce qui facilite un peu tout (transport, installation, efficacité monture, ... ) ? Ou puis-je espérer faire quand même de jolies choses avec le C8 ?

Je vois des photo faites avec un C8 qui trainent sur le net et si je parviens déjà à ça ce serait pas mal.

 

Néanmoins l'été dernier en visuel j'ai observé saturne mars et jupiter et j'avoue que je n'avais pas été impressionné par mes observations. Les meilleures observations étaient faites avec l'occulaire hyperion 8mm. Le 5mm donne des images trop sombres et au piqué pas terrible, le 13mm ramène saturne à un truc minuscule difficile à observer.

Par ailleurs, ayant une focale de 2000mm, y aurait il un intérêt en astrophoto à utiliser un réducteur de focal ? Mais si tel est le cas les astres que j'observerai seront encore plus petit non ?

 

Autre petite question de débutant en astrophoto. Est-ce utile de mettre des filtres devant la caméra couleur pour révéler les détails comme on le ferait en visuel ou est-ce le traitement de l'imageur qui permet de le faire après coup ?
 

Il y a 14 heures, Luc Cioni a dit :

Par contre si tu veux chiader un peu, la 224 peut atteindre du top moumoute mais bon, compte tenu des performances du C8, faut pas rêver.

 

Tu veux dire que le C8 est vraiment pas l'outil adéquat ? En dehors de sa collimation difficile, quel est sa limitation à ce C8 ?

 

Merci

Stéph

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

D'ailleurs j'avais lu quelques part que les SC se pretaient mal à la collimation laser

Pour mon exigence personnelle (rapidité de collimation), je trouve que ma collimation laser donne de bons résultats d'autant que lorsque l'affaire devient un peu chaude (exemple : sur Arp 273)  j'utilise à titre de contrôle CCD Inspector.  Mais bon.

 

il faut que je m’entraîne avec ce viseur polaire:

Youtube donne des tétrachiées d'exemples de MES. Quoiqu'il en soit, la mise en station est une opération essentielle pour de la pose longue et moindre pour de la pose courte. Mais, à moins de faire du nomade tous les soirs - ce qui rare (ou alors gare au divorce), en général, on peut opter pour du semi-nomade ; exemple : chez soi, on fait une MES le premier soir puis on ne touche plus au trépied du scope pendant une ou deux semaines ;  la MES du premier soir n'en sera pas détruite pour autant.

 

 l'ASI224: 

Même si elle n'est pas refroidie, même sa dynamique ne la prédispose pas forcément aux objets faibles, même si elle ne performe pas non plus sur de la nébuleuse diffuse étendue.  c'est une caméra très polyvalente ; son coût est abordable ; elle excelle dans le planétaire et plus généralement dans le petit objet lumineux. Donc, si on l'utilise pour les tâches pour lesquelles elle a été conçue, c'est un excellent choix.

 

Est-ce utile de mettre des filtres devant la caméra couleur :

Le pré-traitement, le traitement et et le post-traitement me paraissent plus indiqués - ne serait-ce que pour une raison : le filtre va faire une correction globale et uniforme en montant ce qui est dans sa couleur et atténuant ce qui est dans sa couleur complémentaire alors qu'au traitement tu pourras travailler de manière à la fois locale et différentielle. Au pixel, près.

 

FireCapture + Registax

Ce sont deux très grands classiques.

 

ayant une focale de 2000mm, y aurait il un intérêt en astrophoto à utiliser un réducteur de focal:

Avec le C8, l'option red 6.3 est assez classique. Il existe une option 3.3 (inefficace pour le visuel), mais, à l'usage, je le trouve assez peu convainquant. De toutes manières, une focale native de 2m incline plutôt vers de la focale longue. A trop vouloir la réduire, on entre rapidement dans des dysfonctionnements optiques notamment du fait que le cercle image du C8 est de l'ordre de 25 mm et qu'aller au-delà en travaillant sur du champs trop ouverts ou de la focale trop courte, expose immanquablement à des clichés merdiques.

 

Au fond, l'idéal - hors considérations budgétaires - est de travailler avec deux instruments :

- un, trés ouverts (< F/5) genre astrographes

- l'autre, plutôt fermé (> F/10)

et de faire le raccord grâce à un système de Réducteurs et d'Extendeurs.

 

Lunette ou télescope ? C'est selon son choix en sachant que la course au diamètre pour une lunette devient très rapidement onéreuse.

Encore une fois, ne pas sortir des limites de son setup. 

 

si tel est le cas les astres que j'observerai seront encore plus petit non : 

Je raisonnerais différemment : Il me semble que la motivation principale d'un réducteur ou d'un extendeur (une Barlow) est d'adapter le champ (FoV) à l'objet convoité même si on peut le redimensionner (crop) pour exploiter au mieux le cercle image. Accessoirement, la focale influence directement "ce que voit" un pixel de ta caméra (échantillonnage), donc en dernier ressort, ce que tu décides de montrer sur ton cliché final.

 

puis-je espérer faire quand même de jolies choses avec le C8 ?

Tu veux dire que le C8 est vraiment pas l'outil adéquat ? En dehors de sa collimation difficile, quel est sa limitation à ce C8 ?

Il me semble que le C8 dans la version un peu ancienne dont nous parlons, n'était pas exempt d'imperfections mécaniques ou optiques. Cf http://www.bbayle.com/page_modif_c8/

au delà de la collimation, c'est l’extrême variation de la distance focale en fonction d'une tout petite petite action sur le bouton de focalisation (x 80) - encore qu'avec un focalisateur externe, on limite les dégâts.

ainsi que sa sensibilité aux variations thermiques - encore qu'avec un tube carbone, on limite les dégâts.

 

mais pour débuter (et pas que), c'est l'un des instruments offrant l'un des meilleurs rapports qualité / prix / facilité d'utilisation.

Personnellement, même si je suis passé à la lunette FSQ Takahashi, je continue de l'utiliser pour de petits champs et/ou des focales longues.

 

Si l'astrophoto est l'option principale, investis plutôt dans la monture : un vieux tromblon sur une bonne monture donne de meilleurs résultats qu'une lunette ou un scope tip-top sur une monture à la rue ;   

Progressivement, tu viendras certainement au pilotage grâce à des logiciels spécialisés (C2A) ou plus complets (Prism, MaximDL ...). Si ta monture n'est ni fidèle ni précise, le gain de ce genre d'outils serait détruit.

 

Bon ciel.

Edited by Luc Cioni

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour tous ces éclaircissements.La HEQ5 Pro n'est pas la plus mauvaise des montures je pense, mais à ne pas charger trop non plus. Mon setup doit avoisiner les 7kg ce qui semble dans une bonne fourchette pour cette monture.

Cependant, je ne l'ai encore jamais caractérisée. Elle est dotée de son mécanisme d'origine qui semble bien graissé mais dont j'ignore pour l'instant les imperfections. La lunette guide avec PHD2 devrait me permettre d'en apprendre plus et voir s'il est nécessaire soit de l'upgrader avec transmission par courroie, soit de la remplacer à terme. J'avais acheté cet ensemble il y a 12-13 ans environ et n'ai jamais trop eu le temps de l'exploiter. Aujourd'hui je l'ai ressorti et il trone dans mon salon. Je peux le sortir facilement et ma maison se prête bien aux observations. La polaire est accessible depuis un coin de ma terrasse bétonnée. Je peux donc marquer un emplacement et y revenir. Je suis dégagé du nord est au sud-ouest environ. Cela ne vaut bien entendu pas un setup nomade dans un coin hors pollution lumineuse, mais cela peut me permettre déjà de gagner en expérience de manière plus simple.

 

Pour le matériel je peux bricoler aisément un refroidissement pelletier lorsque j'en serai là pour mesurer le gain sur la caméra. Ca m'amuse étant électronicien. J'ai aussi accès à l'azote et l'hélium    😉  donc descendre en température est possible.

 

Je pense que je dois encore acquérir quelques accessoires pour peaufiner mon ensemble. Il me manque une queue d'aronde plus longue pour fixer la lunette guide, un renvoi coudé ayant une mécanique décente, et probablement un focus démultiplié et piloté.

La partie EQmod fonctionne bien, bien que je souhaite rendre le tout wireless comme indiqué plus haut, mais ça c'est une étape de confort qui n'empêche pas de jouer en attendant

 

Ce soir j'ai regardé ma monture de près. En réglance l'ascension droite sur ma latitude (46°), et la déclinaison à la verticale, le trou de la polaire à travers la monture est partiellement masqué. Il semble que j'ai au moins 15-20° d'écart. Cela ne me semble pas normal mais je ne vois pas comment ajuster ça ? A moins peut être que l'on peut desserrer les vis du support de queue d'aronde et le faire tourner en place ? Me confirmez vous que le trou de sortie du viseur polaire devrait être aligné avec l'axe d'ascension droite lorsque en position de park ?

 

 

Steph

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.