Jump to content

Ygogo

Membre
  • Content Count

    5,629
  • Joined

  • Last visited

About Ygogo

  • Rank
    Membre

A propos

  • Résidence
    Lyon 3ème
  • Intérêts
    Histoire de l'astro et des sciences
  • Occupation
    retraité (ex prof Physique Chimie)
  • Matériel
    L 60/700 ; T 114/900 ; et Internet !

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Oui, c'était une femme exceptionnelle ! A son sujet, j'ai lu récemment : "Emilie du Chatelet et Marie-Anne Lavoisier, Science et genre au XVIIIe siècle" de Keiko KAWASHIMA (Editions Honoré Champion, 2013) Mais il y a beaucoup d'autres livres sur elle, que je n'ai pas lus… Par exemple, en "Livre de Poche", "Emilie, Emilie ; ou l'ambition féminine au XVIIIe siècle" d'Elisabeth Badinter (1984) ou une biographie plus récente : "Emilie du Châtelet, philosophe des lumières" de Pascale Debert (ED. Le Pythagore, 2018) Bonnes lectures !
  2. Bonjour Chez Dunod aussi (et dans bon nombre de bibliothèques), paru en 2002, un "pavé" de 900 pages contient beaucoup plus de textes "classiques" que de prose de Hawking. Le texte le plus long est celui des Principia : il fait 400 pages . C'est là-dedans que j'ai lu en détail les raisonnements de Newton . C'est passionnant, c'est aussi quelque peu indigeste mais évidemment ça mérite d'y investir suffisamment de temps. Bon courage !
  3. Sans vouloir me mêler de ce qui ne me regarde pas, , je constate que Yui semble faire un début de crise de quizzite addictive obsessionnelle…
  4. OUI, bravo Great Gig ! Je pensais bien à l'Observatoire de Paris, dont l'orientation fut fixée le 21 juin 1667, et dont la construction était à peu près terminée en 1671. Et la date indiquée sur le tableau de Vermeer est 1668. Yui, tu as oublié un X ! MDCLXVIII se décode en : M (1000) + D (500) + C (100) + L (50) + X (10) + V (5) + III (3) La numération romaine, c'est vraiment pas pratique… pas étonnant qu'on ne parle jamais des mathématiciens romains de l'antiquité
  5. Merci Yui ! Au Louvre, tu pourras dire bonjour a un astronome : Ce tableau a été peint par Vermeer, qui a tracé sur la porte de l'armoire les chiffres romains : MDCLXVIII Voir l'image en haute résolution là : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/1d/VERMEER_-_El_astr%C3%B3nomo_%28Museo_del_Louvre%2C_1688%29.jpg Quel bâtiment parisien bien connu des astronomes était-il en cours de construction cette année là ?
  6. Ah ah (dit-il en grec et en lui-même car il était polyglotte) tout à l'heure j'ai écrit" de mémoire", et après un petit coup de GlouGlou j'ai : IC 1101 galaxie la plus grande connue, dans la constellation du Serpent le "grand mur", un filament de galaxies dans Hercule et la Couronne Boréale… EDIT Yui, tu dis "Tu as l’air drôlement au courant Ygogo " Ben, "le grand mur", c'est quand même un truc assez connu… Re-Edit Bon, d'accord, "assez connu" est une notion quelque peu égocentrée Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_Mur_CfA2 et https://fr.wikipedia.org/wiki/IC_1101
  7. Est-ce qu'on parle - d'une part d'une galaxie géante - d'autre part du "grand mur", surnom donné à une accumulation de matière exerçant une attraction particulièrement importante sur tout le voisinage ?
  8. à moins que Czau-Kong ne soit un arrière grand-oncle de King-Kong
  9. Une nuit historique en juillet… un oiseau… j'ai vaguement le souvenir d'un satellite surnommé "Early Bird"... Vite, un petit coup de GlouGlouMagique en tapant "early bird"…. Et ça me renvoie sur Whiskypédia… YES ! Je cite : "Intelsat 1 (surnommé Early Bird)…. premier satellite de télécommunications commercial placé en orbite… le 6 avril 1965... Prévu à l'origine pour fonctionner durant dix-huit mois, Early Bird resta en service durant quatre ans et fut désactivé en janvier 1969. Brièvement remis en service en juin de la même année pour assurer les liaisons avec Apollo 11 à la suite d'une défaillance du satellite Intelsat situé au-dessus de l'Océan Atlantique il fut de nouveau désactivé en aout 1969." Merci Roger pour ton énigme fort joliment mise en récit Signé : vieux hibou alias "tardy bird"
  10. Et pendant ce temps là, au zoo de La Palmyre…
  11. Bonsoir Je viens d'admirer une restauration de lunette faite par Ouille21 (voir là : https://www.webastro.net/forums/topic/177910-restauration-admiral-60700/?tab=comments ) Et une "petite sœur" de sa lunette, qui passe plus de temps dans ma cave que sous les étoiles, fait un peu pâle à côté ! Il faut dire qu'elle est "dans son jus" comme diraient les brocanteurs... Il y a une quarantaine d'années environ, l'ainé de mes fils a demandé une lunette astro pour son anniversaire… Bonne excuse pour moi, j'allais pouvoir utiliser à Paris un instrument plus maniable que le T 200 Je me suis précipité rue de Rivoli et j'ai acheté une Admiral 60/700, qui existe encore : voir ci-dessus. Mon fils a été content, mais il n'a pas été passionné. Il n'est pas devenu astronome, mais biologiste et finalement j'ai gardé la lunette Bon, avec les années, il y a quelques petites piqures d'oxydation sur le porte-oculaires, et quelques éraflures ici ou là, mais elle reste quand même présentable. Cette lunette m'a été très utile pour des activités en milieu scolaire. Par exemple, elle a servi lors d'une éclipse de Soleil visible (en mode "partiel") en région parisienne. (je ne sais plus exactement en quelle année, mais c'était entre 1992 et 2002) C'était un samedi matin, et j'avais prévenu les familles que j'organiserais à cette occasion des activités "hors temps scolaire" pour ceux qui voudraient venir. J'avais installé le système de projection solaire (voir ci-dessous) et j'avais préparé un stock de 'lunettes d'éclipse". Naturellement, je savais que le spectacle serait vite lassant, et j'avais prévu plusieurs choses en parallèle. D'une part, mappemonde, Lune en polystyrène et projecteur pour expliquer ce que sont les éclipses. D'autre part, un "jeu du système solaire" dans la cour : - avec des élèves, un décamètre, de la ficelle et de la craie, on a d'abord tracé quelques orbites de planètes (échelle : 10 cm pour 1 million de km… la cour permettait d'aller jusqu'à Mars ) - on a posé au centre un dessin du Soleil à la même échelle - ensuite, des élèves munis de feuilles représentant les 4 planètes telluriques (à la même échelle : étonnement de voir qu'on est "tellement petits" ) ont parcouru les orbites en marchant… d'où des questions sur les durées de révolution, etc... - et pour les "planètes extérieures", il fallait chercher sur un plan du quartier à quel endroit elles se seraient trouvées, bien loin du groupe scolaire... Bref, rien d'extraordinaire, mais une matinée inoubliable. Ce sont les élèves du primaire qui étaient venus en famille (alors que j'enseignais au collège) mais leur enthousiasme faisait plaisir à voir ! Autre utilisation, dans la matinée du 8 juin 2004 : projection du passage de Vénus devant le Soleil, avec le même dispositif. Mais là j'ai été un peu déçu par le peu d'intérêt des élèves du Lycée. Bah, tant pis, je garde personnellement le souvenir d'un événement très rare Amis astrams, vous êtes priés de ne pas rigoler en voyant mon bricolage de tablette de projection ! Une planchette de contreplaqué avec un papier bien blanc et mat, un canson noir pour faire de l'ombre là où il faut, une tige filetée, un clip PVC… vite fait pas cher pas cher ! Et accessoirement, en période de forte activité solaire, on voit les taches sans problème (et sans danger, sauf pour l'oculaire si on insiste trop longtemps !) A suivre...
  12. Bonsoir Je viens de faire prendre un peu l'air à la petite sœur de ta magnifique lunette… et en voyant tes photos, j'ai un peu honte de l'avoir laissée "en état d'usage", c'est-à-dire un peu crasseuse Bravo pour cette belle restauration ! Signé : le vieux hibou un peu paresseux. (je vais mettre une photo là : https://www.webastro.net/forums/topic/183436-vieux-tubes-et-souvenirs/?tab=comments )
  13. Bonjour Great Gig Eh oui, j'ai été une victime (très consentante, il est vrai) d'une crise d'astronomite chronique, aggravée par un épisode de diamétrite mal diagnostiquée (parmi les symptômes, j'ai oublié de dire que j'avais aussi, à la même époque, suivi avec assiduité tout le cycle des conférences données par la SAF au Palais de la Découverte, et participé à quelques réunions de la commission des instruments) Heureusement, une fois guéri, ça ne m'a pas trop handicapé... Ensuite le mariage, les enfants et la vie professionnelle m'ont conduit à passer beaucoup moins de temps le nez en l'air et à satisfaire mes pulsions astronomiques par les lectures plutôt que par les observations nocturnes. Bon, pour compléter l'histoire du T 200... j'ai finalement très peu observé avec ! C'est mon père qui a le plus profité de l'engin, quand il l'a déménagé en Vendée où il passait toutes ses vacances. Je m'en servais occasionnellement, et la dernière observation dont je me souviens était exceptionnelle Fin juillet 1994, les fragments de la comète Shoemaker-Levy 9 se sont écrasés sur Jupiter, et j'ai pu voir "pour de vrai" deux des taches sombres dues aux impacts. Mon vieux T 200 méritait un . Malheureusement, le deuxième tempête de la fin décembre 1999 a fortement endommagé l'abri de jardin dans lequel se trouvait le télescope. Résultat : deux mois d'humidité et d'aérosols salés venant de la mer toute proche, déformations du bois du tube, et aluminure du miroir portant de vilaines traces de corrosion J'ai conservé les miroirs, l'araignée et le porte-oculaire, et le reste est parti à la déchèterie Je ne reconstruirai probablement pas ce télescope. Quelqu'un veut-il adopter un miroir contrôlé par Texereau et lui donner une deuxième vie ? Amis lecteurs, soyez rassurés, je me suis consolé avec d'autres tubes plus maniables A suivre...
  14. Bonsoir à tous, et merci pour vos sympathiques réactions mais allez-vous supporter que le vieux hibou continue à radoter étaler ses souvenirs ? Pendant les années du collège, j'ai continué à m'intéresser à l'astro, encouragé par mon père qui était membre de la SAF. J'ai fabriqué une "lunette de Galilée" en carton, expérience intéressante en soi, mais donnant sur le ciel des résultats décevants par rapport à la "lunette du grand-père" montrée ci-dessus. Et puis mon père a acheté d'occasion un objectif achromatique de 80 mm, focale 1200 mm. Il a construit une lunette avec des tubes de carton de récupération, sur monture alt-azimutale en contreplaqué… Un grand saut technologique et des images lunaires et planétaires tout à fait correctes Je ne parle pas du ciel profond, même dans les années 60 ce n'était déjà pas l'idéal depuis le balcon en plein Paris. Vers 16 ans, j'ai eu la chance de pouvoir observer avec les lunettes de la SAF, installées à l'époque dans des coupoles situées en plein quartier latin, rue Serpente. (cet observatoire n'existe plus, la SAF utilise maintenant la coupole de la Sorbonne). Et à 17 ans j'ai entrepris la construction d'un télescope de 200 mm, focale 1600 mm, en suivant scrupuleusement le livre de Texereau… Le projet était de l'installer chez mes grands parents, dans un hameau du Vexin sans éclairage public. Mais d'abord, ébauchage, doucissage, polissage… et plus de temps passé sur ce miroir que sur le travail scolaire Résultat de l'année : miroir avec beaucoup de "gris", notes minables, même pas admis à l'oral de rattrapage du Bac. L'année suivante, en même temps qu'une Terminale un peu plus sérieuse, j'ai pu intégrer le "groupe du samedi" de la SAF. Sous la houlette de pousseurs de verre chevronnés, et d'un membre du laboratoire d'optique de l'observatoire de Paris, j'ai terminé le polissage et la parabolisation. La construction du télescope a été achevée aux vacances suivantes, avec le tube "standard" du livre de Texereau, et installation à la campagne comme prévu. La monture équatoriale à fourche (entièrement en contreplaqué) que j'avais imaginée était assez originale… et un peu trop flexible, compte tenu du poids du tube. Mais la mise en place était facile et l'observation visuelle confortable, c'était tout ce que je demandais à l'époque. On voit sur la photo le plateau circulaire qui servait de palier Nord. Le plateau était cerclé avec un ruban d'acier pour que la tranche, qui reposait sur deux roulements à billes, ne se déforme pas. (la photo a été prise devant le local où l'engin était entreposé, pour observer je le transportais (en deux fois) avec une brouette dans le champ d'à côté ) Une belle aventure, et un instrument de bonne qualité optique et mécanique selon les standards de l'époque. Il a rendu de bons et loyaux services pendant trente ans ! A suivre...
  15. Bonsoir Le mot "antiquité" ne s'applique pas vraiment à mes vieux tubes, mais je me risque quand même à en montrer des photos... Ayant fait du ménage dans mes étagères aujourd'hui, j'ai exhumé deux instruments, les seuls à ne pas être conçus pour l'astronomie. Des jumelles, objectifs de 30 mm, avec un modeste grossissement de 4 1/2 et un champ de 3° 40'. Ces valeurs sont inscrites sur l'un des porte-oculaires, le faible champ est typique du type "Galilée". On trouve à peu près la même chose pour les jumelles de théâtre… mais là, il s'agit d'une "jumelle d'infanterie", c'est gravé sur l'autre porte-oculaire. Ayant acheté l'objet dans une brocante, je n'ai aucune indication sur son histoire mais il s'agit très probablement d'un modèle datant de l'époque de la guerre de 1914-1918. Une longue-vue "terrestre" (image non renversée), objectif de 40 mm, longueur (dépliée) 75 cm, grossissement 20. Elle a appartenu à mon grand-père paternel, et elle était le seul instrument disponible à la maison quand j'étais gamin dans les années 1950. C'est avec cette longue-vue que mon père m'a montré les cratères de la Lune mais je n'ai pas de souvenirs très précis de cette époque (très) lointaine ! Par contre, je me souviens bien avoir voulu observer davantage quand j'avais 12 ou 13 ans. Comme cette longue-vue n'a pas de support et qu'elle est assez "flexible", mon père m'avait conseillé de bricoler un pied. Je me souviens qu'il y avait un système en bois pour maintenir le tube bien droit, en forme de L, fait de deux tasseaux cloués. Le tout était articulé sur un manche à balai servant d'axe vertical. Et ça fonctionnait suffisamment bien pour mes modestes observations de l'époque ! Le vieux livre qui est sur la table n'est pas seulement là pour la déco, je suis en train de le lire. D'après son auteur Jean Bosler , ce pavé de 700 pages est "inspiré du cours professé (…) à la Sorbonne de 1919 à 1922" et tient compte "des grands progrès accomplis depuis", c'est-à-dire jusqu'en 1928. A l'époque, l'Astrophysique était une science "jeune" et le tome III de Bosler a été le premier cours d'astrophysique publié en France. J'ai d'autres vieux tubes à la cave, j'en parlerai un autre jour. A bientôt !
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.