Jump to content

chrismlt

Membre
  • Posts

    330
  • Joined

  • Last visited

Recent Profile Visitors

1,076 profile views

chrismlt's Achievements

  1. Salut Vohu, J'ai constaté la même chose. Les pas de vis sont différents entre l'av et l'ar. As-tu essayé d'intervertir les vis av/ar ? C
  2. Merci Sevun, ça date un peu, mais c'est très intéressant !
  3. Pour en rajouter une couche, le mak127 SW est très nettement en retrait par rapport au 150 intes. J'ai pu comparer les deux à de multiples reprises. D'une manière générale, le matos chinois .... Attention au mk 180, le poids du tube risque de gréver les possibilités d'une monture ordinaire.
  4. Le mak 150 donne des images identiques à celles délivrées par une fs102, par exemple. J ai fait le test. Après, pour un tarif équivalent, je suis convaincu qu un c8 ne sera pas plus encombrant et sera plus polyvalent, tout en offrant davantage de performances.
  5. Juste deux trois considérations : Le Mak 150/1800, il faut bien compter deux heures pour la mise en température, si on le sort de la maison sans avoir pris les devants. La parade : le garder au froid en permanence, dans le garage en hiver, ou à l'ombre, au nord de la maison, en été ; après ça va beaucoup plus vite. Pas de chromatisme sur le Mak. Un mak 150 est beaucoup plus efficace qu'un 127, il n'y a pas photo. Mais sera très vite surclassé par un T200 - un c8, par exemple. Le 150, ce serait l'équivalent d'une ED ou apo 100 mm, côte à côte. Et enfin, ne pas négliger la monture, car un mak 150, c'est déjà bien lourd, même si le tube est plutôt court. Compter un champ réel de deux degrés avec un oculaire de longue focale. Si l'oculaire est de bonne qualité, en pur visuel, ça peut être un excellent instrument pour du ciel profond, aussi bien sur les champs larges (dentelles) , que sur de petites planétaires de faible mag - en gardant à l'esprit que ce ne sera jamais qu'un 150, et non un dob de 300. Enjoy, c
  6. Le truc, mon ami, c'est que chacun voit et fait le truc comme il peut. Toi tu as un plancher avec un 200 dessus. Un autre a un projet à 50000 boules dans son chateau, et moi je fais de l'astro depuis presque 40 ans et je vis au milieu des arbres, dans la vraie vie, et j'en ai assez de faire soixante bornes pour observer une comète sur l'horizon, d'avoir une heure de montage et autant de démontage de matos à chaque fois, et ça devrait suffire sans que j'ai à me justifier ni à subir les leçons désobligeantes et les sarcasmes de quiconque, procédures militaires en vigueur, ou pas. Et si tu n'as rien de plus interessant à dire, ou quoi que ce soit qui ait à voir avec la question posée, une autre fois, passe ton chemin peut-être, si tu le peux ; ça nous évitera la lecture d'autant d'inutiles persiflages et la rédaction des réponses qui vont avec. Ceci pour extraire le clou. Juste détestable de se faire enfoncer le clou, comme ça - ou quoi que ce soit d'autre - par le premier venu. En tout cas, merci pour cette intervention aussi aimable qu'efficace. ****** Merci, Ney, je vais regarder ça sérieusement.
  7. Oulah ! J'a commencé à visionner les vidéos de Goupilastro ... Humm. La réalisation est impressionnante. Mais j'imagine que le budget l'est également. Alors déjà, faut que je commence par me trouver un chateau ... 🙃
  8. Bonsoir tous, Je dubite également, Ney, d'où le post. Quant à faire faire une étude complète par un architecte ou un bureau d'étude, c'est malheureusment très certainement au-dessus de mes moyens, sans compter que l'architecte du coin n'y connaîtra peut-être pas grand chose à la problématique astrophoto ... Je dubite, je dubite 😉 Je vais regarder la série de reportages avec le plus grand intérêt. Merci de m'avoir passé le lien. MErci pour ton avis Charpy, qui m'encourage un peu. j'avais aussi pensé à appuyer le haut de la colonne sur le haut de l'abri, avec une poutre béton horizontale, afin d'éviter tout risque de mouvements latéraux, mais si la structure bouge en son entier avec le vent (coups de mistral fréquents par ici), je ne serais pas plus avancé. Le sol sous l'abri est très sec et très costaud. le mélange argile sable n'a pas reçu une goutte d'eau depuis plus de quinze ans et c'est presque aussi dur que du béton ; à la pioche, tu entames à peine. Dessous il y a de la molasse, une sorte de grès, que tu attaques soit à la pelle mécanique, soit au marteau piqueur. C'est une bonne assise. Fred, toutes les maisons du secteur sont construites sur la molasse et ça ne bouge pas. Dans le coin les anciens creusaient même des caves, qui étaient de véritables grottes parfois, de plusieurs dizaines de mètres de long, qu'on appelle "baumes" ou "balmes" ; certaines ont été creusées il y a plus de 200 ans et c'est seulement la couche externe, exposée à l'air depuis longtemps, qui devient pulvérulente et se décompose en sable avec le temps. Si certains astrams passant par ici ont monté ce genre de colonne haute, ça m'intéresserait d'avoir des avis directs. Merci par avance. Christophe
  9. Salut tous, Après 30 ans de nomadisme, la décision de poser (un peu) les valises, pour enfin disposer d'un matériel près à imager dans les cinq minutes à fini par s'imposer. Recruter l'abri à voiture / bois qui est déjà construit en bout de terrain apparaît comme une solution possible. Avec 5x5 m au sol, il y a de la place, et pas de permis de construire à solliciter, ni taxe d'aménagement à redouter. Le problème qui pourrait se poser, c'est la hauteur. Le faïte culmine à 3,60 m sous la charpente, et il faudrait donc envisager une colonne de béton d'environ 2,50 à 2,75 m pour amener la monture et l'instrument au niveau de la toiture, avec, évidemement une sorte de mezzanine pour travailler à hauteur, à construire ensuite, autour du pilier. La question que je me pose, c'est de savoir si, une telle colonne, admettons en 40 cm de diamètre, sera suffisamment stable, en dépit de sa hauteur, avec 100/150 kg d'instruments dessus, ou si ça risquer d'osciller, rendant l'imagerie délétère. Le sol est consitué d'une argile sablonneuse extrêmement dure quand elle est sèche (il faut attaquer à la barre à mine pour creuser, en été - la pioche ne suffit pas) ; et en dessous, vers 50 à 80 cm de profondeur, ça dépendant des endroits, il y a de la molasse. On peut descendre jusque là pour bien assoir le pilier, et même couler une sorte de pyramide béton sous le sol pour être certain que ça ne bougera pas. L'abri voiture est ainsi contruit, autour de 4 piliers béton de 40 cm, et 2,10 m de haut montés sur des cubes de béton de 60cm, renforcés par une ceinture de béton de 30 cm en haut. Avez-vous déjà construit/utilisé de tels piliers ? A partir de quel hauteur de pilier risque-t-il d'y avoir des vibrations/mouvements et instabilités ? Vos avis éclairés me seraient précieux, Merci par avance, Christophe
  10. Salut tous, Pour les observateurs d'occultations d'astéroïdes, la participation des amateurs est sollicitée pour la préparation de cette mission. Voir C&E Février mars 2022, et lire, en particulier ce fil, posté chez les amis d'en-face : http://www.astrosurf.com/topic/151578-occultations-dastéroïdes-mission-lucy/ C.
  11. Salut tous, Petit update au sujet de ce projet. Peu de temps avant le message précédent, j'ai amendé la conception du trépied, et suis passé à des jambes carrées de 80mm de diamètre, épaisseur 2 mm. La demie colonne est également conçue autour de tels tubes carrés de 80mm., avec des tubes en 40x25 épaisseur 1.5 pour renforcer. Cela donne un surcoît de rigidité avec un leger gain de poids, ce qui a permis d'ajouter des entretoises entre les jambes. Le poids total est un peu supérieur à 20 kg. Coté budget, on est à 100 euros pour l'acier découpé, 40 euros de frais d'emballage et de port (ils font leur bénef là-dessus, a priori), et environ 50 euros de supplément : visserie, tige filetée, ferrures de volets pour les entretoises, disques à découper et meuler, un paquet d'électrodes, et peinture. Bon, c'est moche, c'est mal soudé, je ne suis qu'un piètre bricoleur du samedi ... mais ça fonctionne et c'est bien moins cher qu'un HD de chez Losmandy, qui est vendu à 1300e et des. Bien à vous, C
  12. Salut tous, J'ai récupéré - enfin ! - le laser 303 commandé mi-février (pour l'autre, il va falloir attendre encore apparemment, la période semble peu propice aux importations lointaines. Il fonctionne parfaitement ; le faisceau se voit très bien. Je ne l'ai pas encore testé dans le froid, en revanche. Après m'être documenté un peu, il semble important de savoir que, même "éteint" par le froid, n'importe que laser émet malgré tout un très puissant pinceau infrarouge susceptible de griller une rétine. Or donc, ne jamais chercher à regarder la sortie lumière pour vérifier s'il "sort" quelque chose. Il existe de nombreux tests sur youtube, suffisant pour s'en convaincre. Merci à tous les astrams qui m'ont apporté leur aide.
  13. salut, Je fais de l'imagerie en pleine cambrousse depuis une trentaine d'année, généralement je ne dors pas, et je peux te dire que la nuit, je n'ai jamais eu aucun visiteur. Aucun. Par définition, tu cherches un coin tranquille, là où le pékin moyen ne va pas la nuit. Une fois, à l'aube, j'ai eu des employés municipaux qui passaient par là, on a observé Mars un moment, ils étaient ravis. C
  14. Ne boudons pas notre plaisir ... c'est le MOMENT de revoir ... Docteur Folamour, du génial Stanley. Disponible dans toutes les bonnes crèmeries. C. ps : oui, je sais ce n'est pas tout à fait un sujet "Actu du ciel" .... quoi que ; on ne sait jamais ce qui peut nous tomber dessus, alors je persiste et signe 🤪
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.