Jump to content

Moot

Membre
  • Content Count

    2,290
  • Joined

  • Last visited

1 Follower

About Moot

  • Rank
    Membre
  • Birthday 08/13/1969

A propos

  • Résidence
    Parigot tête de veau
  • Intérêts
    photo, orgue, cailloux, etc.
  • Occupation
    Faire reculer l'ignorance
  • Matériel
    Dobson 600 f/3.3, C14, Hyperstar, G42+, CPC 9.25, Questar 3.5" invar, jumelles IS 15x50
    EOS 350D Baaderisé, QHY8L, tromblons Nikkor Ai/AiS et tout un bric à brac optique invraisemblable

Recent Profile Visitors

706 profile views
  1. La réflexion sur une surface de verre nu élimine 96% de la lumière incidente. Il en reste beaucoup trop pour l'œil (un filtre type AstroSolar renvoie 99,999% du rayonnement incident), mais au moins, des filtres neutres (ou pas : le Baader "continuum" est un filtre vert à bande passante étroite) ne risquent plus de se fendre à cause de l'intense chaleur qu'ils absorbent. Typiquement, il faut qu'ils absorbent les 3,999% de trop, ce qui veut dire qu'ils doivent ne laisser passer que 1/4000 du flux incident. Il n'y a aucun risque supplémentaire si l'hélioscope est vieux, mais je le répète : il faut l'utiliser avec un filtre (très) absorbant placé après.
  2. Bio, ça veut surtout dire que ça contient le moins possible de saloperies (résidus de pesticides, etc.). Seule la culture a respecté l'environnement, le reste (transport, emballage), ils s'en f...... ! Pour la petite histoire : une amie avait, suite à un accident, fait un long séjour en maison de repos. Des amis lui avaient apporté quelques victuailles pour mieux supporter sa situation, mais elle était assez étroitement surveillée quant à son alimentation, donc elle a redonné une partie à ceux qui venaient lui rendre visite. C'est ainsi que j'ai pu comparer des tomates en grappe du marchand de légumes tunisien de sa rue avec celles d'une marque réputée en provenance de Bretagne. Inutile de dire que les tomates du Tunisien étaient bien meilleures : elles avaient dû pousser à l'air libre et au soleil, et non dans un environnement totalement artificiel. Plaignons donc les futurs colons de la planète Mars !
  3. C'est probablement sous 3,7 V, tension nominale de l'élément au lithium-polymère (LiPo).
  4. Ce sont des tortues de Floride, n'est-ce pas ? Un jour, j'en ai vu une assez grosse, en liberté,... au parc Montsouris !
  5. J'ai le souvenir d'un article assez ancien de "Sky&Telescope", consacré à ce phénomène. Il était dit que pour admirer le ciel étoilé "à l'œil nu" (disons plutôt, sans grossissement), on pouvait porter des lunettes afin de corriger cette tendance à la contraction. Des vergences de 0,5 à 1 dioptrie (en valeur absolue : pour corriger la myopie, il faut qu'elle soit négative) étaient recommandées, et on conseillait de faire des essais pour trouver la vergence la mieux adaptée à son cas. S'il le faut, j'irai le retrouver, mais à vrai dire, je ne me souviens plus de l'année, et j'ai Sky seulement en édition papier, la recherche peut être laborieuse... Il est bien connu aussi que les viseurs des appareils photo reflex, du temps où il n'y avait pas de "réglage dioptrique", donnaient une image (virtuelle) à un mètre, et que c'était pour des raisons de confort oculaire.
  6. Non, quand même pas des noms de perdants ! Bene Tleilax plutôt.
  7. Vu la météo parisienne, je croyais vraiment que je ne la verrais jamais. Mais voilà, tout à coup, ça s'est éclairci, et comme j'avais déjà préparé le matériel (trépied dehors, le reste prêt à être posé dessus), j'ai pu profiter des quelques minutes accordées par les nuages. La moins mauvaise image, à 16h44, soit 30 minutes avant le coucher, en fait moins à cause des immeubles. Le trépied est un Manfrotto 190 PRO B (en aluminium) que j'avais acheté fin mai 2004 pour y poser le Mak (MTO 1000 mm f/10) afin d'observer le passage de Vénus, le 8 juin (il avait fait très beau), avec la rotule 410 à mouvements lents (très pratique pour faire le cadrage). En fait, c'est trop faible, ça tremblotte dès qu'on y touche (pas pratique pour faire la mise au point...) et il y avait des rafales de vent cet après-midi. Le Fuji X-T3 était muni du multiplicateur de focale X1,4 Fuji, d'un adaptateur pour monture Nikon, et du 300 mm f/4,5 ED (non-IF ; une vraie pièce de collection), avec un filtre AstroSolar 1/100.000 vissé devant (une bague de filtre 72 mm sur laquelle j'ai collé un bout de feuille, ça ne risque pas de se déboîter). Donc, en quelque sorte, une lunette 66/420, ou un télé 420 mm f/6,3. Pour éviter les tremblements à la prise de vue, j'ai mis la pose à 1/2000 s et le retardateur sur 10 s, avec l'obturation électronique. Des essais avec le retardateur à 2 s montraient que ce n'était pas suffisant pour que le bougé soit amorti après le déclenchement à la main (oui, j'aurais pu utiliser l'application "Remote" sur le téléphone). Vu que l'image n'était pas très lumineuse, les ISO ont été montés à 1600. La couleur est "naturelle" : ceci est un extrait de l'image JPEG, réduite d'un facteur 2 environ. Quand le soleil est plus haut sur l'horizon, la teinte est bleutée. La balance des blancs était réglée sur "soleil" (comme c'est étonnant !). J'ai fait quelques observations aux jumelles. Là aussi, munies d'AtroSolar. Pour ceux qui auraient comme moi des Canon 15x50 IS, les boîtes de sel "La Baleine" (en carton) ont pile le bon diamètre pour que ça s'emboîte à l'avant. Le point noir est quand même assez difficile à voir, heureusement qu'il n'y a pas de taches actuellement !
  8. Le ciel, c'est en tout 41.000°², ce n'est pas ça qui gêne, c'est le fait que ça bouge.
  9. Plis difficile encore sans arroser son interlocuteur. Il aurait pu l'appeler "Paul", ç'aurait été plus simple. Mais il craignait peut-être de faire de la publicité gratuite pour un boulanger .
  10. Le biais observationnel (échantillon trop réduit pour qu'un écart statistique important par rapport à une situation plus "banale" soit improbable) n'est pas encore écarté.
  11. Bah, rien d'étonnant : vu les résultats de la phylogénie, les piafs sont en fait des dinosaures, les seuls survivants de cet ordre.
  12. Ce ne sont pas plutôt des coassements ?
  13. Il pleut rarement sur Arrakis 😛 .
  14. Une idée bien de notre temps mais parfaitement grotesque. D'mon temps, un objet ayant une utilité devenait par chance et bien après un objet de collection (c'est le cas de bien des antiquités), aujourd'hui, on collectionne l'objet neuf, et gare à quiconque le déballe et s'en sert, ça fait baisser la cote. Ah bah non, en fait, ce n'est pas une idée grotesque, c'est une idée de merde.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.