Moot

Membre
  • Content Count

    2,211
  • Joined

  • Last visited

1 Follower

About Moot

  • Rank
    Membre
  • Birthday 08/13/1969

A propos

  • Résidence
    Parigot tête de veau
  • Intérêts
    photo, orgue, cailloux, etc.
  • Occupation
    Faire reculer l'ignorance
  • Matériel
    Dobson 600 f/3.3, C14, Hyperstar, G42+, CPC 9.25, Questar 3.5" invar, jumelles IS 15x50
    EOS 350D Baaderisé, QHY8L, tromblons Nikkor Ai/AiS et tout un bric à brac optique invraisemblable

Recent Profile Visitors

545 profile views
  1. Moot

    Equipement solaire.

    L'ERF arrête (réfléchit, en fait, car c'est un filtre interférentiel) tout ce qui n'est pas rouge, et transmet la quasi-totalité de ce qui arrive dans un domaine de longueurs d'onde autour de H-alpha. L'hélioscope arrête (ou plutôt, ne réfléchit pas) la plus grande partie (pas loin de de 95%) des rayonnements quelles que soient leurs longueurs d'onde, donc il laisse passer quelque chose de l'ordre de 5% de la lumière H-alpha. Par conséquent, derrière un hélioscope d'Herschell, on ne verra pratiquement rien avec un Quark, parce qu'il n'y aura pas assez de lumière.
  2. Moot

    Oculaire défaillant ?

    C'est parce que le foyer-objet est à l'intérieur (c'est ça, un oculaire "négatif" ; il est quand même convergent). On ne peut pas y placer un réticule non plus. Autres exemples : les oculaires à très grand champ (Nagler, Ethos).
  3. Une évidence : on n'a pas le droit d'éclairer chez toi (lumières intrusives). C'est la Loi. Quant aux pépés-mémés, ils sont stupides : les barbares assoiffés de sang vont là où ils peuvent voir où ils posent leurs petons, donc ils préfèrent que ce soit éclairé.
  4. En effet, le verre ordinaire est opaque à l'IR dans la bande des 10µm : la seule chose que je vois en pointant une caméra thermique vers l'extérieur quand les fenêtres sont fermées, c'est le reflet de l'intérieur. Les matériaux utilisés dans ce domaine sont vraiment spécifiques. Parmi eux, le silicium, le germanium (opaques dans le visible), l'arséniure de gallium (encore un semi-conducteur, donc opaque dans le visible), le séléniure de zinc (transparent mais jaune), certains cristaux hygroscopiques (NaCl, KCl, NaBr, voire plus exotiques, incolores).
  5. Moot

    Présentation Eric

    Il y a une trentaine d'années, un ami avait eu en main une de ces photocopies, me l'avait confiée et j'en avais fait, pour ma plus grande joie, une encore plus mauvaise photocopie. Depuis, j'ai téléchargé le PDF et acheté la réédition...
  6. Moot

    Oculaire Jimbo .

    Le seul qui a des retours, c'est le responsable de la boîte, qui nous a présenté son appareil sur ce forum. Attention, le tarif est très élevé (il ne s'en cache pas : 6000 € minimum !), et de nos jours, un bon capteur CMOS à faible bruit en mode "visuel assisté" fera aussi bien.
  7. Vu la photo, c'est un pas de 2 mm (donc 5 par centimètre), et il y a peu de chance que ce soit autre chose, vu que les tours sont conçus pour produire des pas standard. Attends d'avoir la jauge pour vérifier (sur une photo, il y a toujours des effets de parallaxe, à moins d'avoir une optique spécialisée - télécentrique en l'occurrence - qui ne se trouve ps à tous les coins de rue) : les crans doivent tous entrer dans les filets, et comme il y a beaucoup de filets sur la pièce, la mesure sera fiable. Quant à confier la réalisation d'une pièce à un usineur, il vaut mieux trouver un amateur dans le coin parce que les professionnels sont rarement intéressés par un travail à l'unité et capables de traiter ça comme la dernière roue du carrosse (expérience vécue). Cela dit, il y en a qui se sont spécialisés dans l'astronomie ; je ne ferai pas publicité ici. Et pour une vis (techniquement, c'en est une), il est obligatoire de lui confier l'écrou pour que l'assemblage fonctionne. Bref, à ne pas prendre à la légère.
  8. Rien de tel que la jauge pour mesurer le pas, la moindre différence entre la jauge et le filet se "voit" très facilement. Et pour les filetages standard, le diamètre au fond des filets est égal au diamètre extérieur moins le pas.
  9. Moot

    Jumelles à bas coût

    Des prismes plus petits que le faisceau lumineux censé passer au travers. Le résultat, c'est un fort vignettage dans le meilleur des cas, voire un diamètre effectif inférieur au diamètre des objectifs parce que les prismes font office de diaphragme.
  10. Si c'est en faisant le point sur quelque chose de relativement proche, ce n'est peut-être pas anormal. Avec les focales habituelles des télescopes (on peut imaginer que c'est de l'ordre de 1200 mm), le tirage pour faire la mise au point peut être assez grand. Par exemple, un objet à 15 m obligera à allonger le tirage de presque 10 cm. Qu'est-ce que ça donne sur une cible vraiment éloignée (astre) ? Quant au réalésage, je ne me prononcerai pas, mais des questions malgré tout me viennent : en dehors des poignées de cabestan, la pièce que l'on voit sur la dernière photo est-elle monobloc ? Et quels sont le diamètre du filetage de mise au point et son pas (en fait, la question, c'est : quel est le diamètre en fond de filets ?). S'il y a assez de matière de ce côté, tant pis pour la "face avant", on peut l'araser au niveau de l'épaulement. Mais à mon avis, il vaut mieux conserver ce télescope et seulement le "rafraîchir" sans modifier irréversiblement les pièces.
  11. Moot

    collimateur laser

    Il y a une mire qui fait un quadrillage (utile pour centrer le secondaire ; double emploi avec les cercles si ce n'est que ça couvre un peu plus large pour les télescopes à f/D court), celle qui fait les cercles concentriques, la lentille divergente dite "barlow", le trou simple qui fait filtre spatial. Cherchant de quoi collimater mon engin à f/3,3 , j'avais trouvé d'occasion un lot avec tous les accessoires sauf la mire de cercles concentriques.
  12. Moot

    collimateur laser

    La "barlow" (une lentille divergente) n'est pas livrée avec, il faut l'acheter en plus. Le seul accessoire inclus sans supplément est le trou qui permet de nettoyer le faisceau en bloquant la lumière diffractée qui part sur les côtés. Un laser "barlowté" donne, si on le pointe vers un mur, une tache assez large au lieu d'un tout petit point. Quant au mode d'emploi, il est simplissime et la précision est censée être excellente : il faut avoir une marque en forme d'anneau (éviter la pastille pleine) sur le primaire, bien centrée ; on utilise le laser sans "barlow" et on actionne les vis de réglage du secondaire pour que le faisceau arrive pile au centre de l'anneau sur le primaire (c'est à dire au centre du primaire) ; on met la "barlow", on s'occupe de la tache lumineuse (dans laquelle il y a l'ombre de l'anneau du primaire : c'est toute l'astuce de la méthode) renvoyée vers la face arrière blanche du collimateur (c'est pour ça qu'elle est blanche) ; on actionne les vis de réglage du primaire pour que cette ombre en forme d'anneau soit bien centrée sur la face arrière (avec le trou de la "barlow" au milieu). Remarque : le "tublug" (plus cher que la "barlow" simple) est conçu pour que l'on voie plus facilement la tache à centrer quand on a un tube de télescope fermé, sinon, il fonctionne comme la "barlow" simple. Cela ne permet pas de régler le centrage du secondaire mais seulement son orientation. Et cela n'a pas grande importance : ce centrage se dérègle peu si on n'a pas démonté l'araignée, et un léger décentrage n'affecte en rien la qualité des images. Le plus important est réalisé, à savoir que l'axe optique coïncide avec l'axe du porte-oculaire.
  13. Moot

    Les perles du bac.

    Extrait de sa fiche Ouiquipédia : "Dans son livre Non, le masculin ne l'emporte pas sur le féminin ! Petite histoire des résistances de la langue française, Éliane Viennot démontre comment les règles de la langue française — en particulier la règle « le masculin l'emporte sur le féminin » — ont été imposées au terme de vifs et longs débats témoignant plus d'un rapport de force défavorable aux femmes que d'une démarche linguistique scientifique". Ouf, le titre dit bien que le masculin ne l'emporte pas sur le féminin, donc il n'y a rien à modifier, tout est déjà pour le mieux dans le meilleur des mondes égalitaires possible. Quant à la "démarche linguistique scientifique" au XVIIè siècle, on se tient les côtes tellement c'est ridicule. On a beau être agrégé et docteur ès Lettres, ça n'évite pas de sortir une hénaurmité en plaquant les modes de pensée du XXè siècle (oui, ils existaient avant l'an 2001) sur le XVIIè. Quant l'écriture "inclusive", c'est la création d'une agence de communication, et ça rend les choses illisibles (essayez de la faire à voix haute). Et je n'ai jamais vu dans les production "militantes" (feuilles de chou syndicales, tracts, etc.) cette "écriture" appliquée sans faute, il y avait toujours un emploi partiel, voire plusieurs variantes au sein du même texte, comme quoi ça brouille les esprits plus qu'autre chose, y-compris parmi ses partisans, incapables eux-mêmes d'écrire selon des règles cohérentes. Étant donné par surcroît que ça ne fera pas progresser la condition féminine (ça ne rendra pas moins cons les gros cons sexistes), que ça émane d'une obscure officine aux motifs inavoués, tout ce qui me passe entre les mains dans ce code inepte va directement aux oubliettes.
  14. Moot

    Les perles du bac.

    J'ai trouvé ceci dans une copie cette année : "le mouvement de la fusée est horizontal, du bas vers le haut".
  15. Moot

    astrographe grand champ

    Oui, un dénommé Floastro :