Jump to content

Moot

Membre
  • Content Count

    2,323
  • Joined

  • Last visited

1 Follower

About Moot

  • Rank
    Membre
  • Birthday 08/13/1969

A propos

  • Résidence
    Parigot tête de veau
  • Intérêts
    photo, orgue, cailloux, etc.
  • Occupation
    Faire reculer l'ignorance
  • Matériel
    Dobson 600 f/3.3, C14, Hyperstar, G42+, CPC 9.25, Questar 3.5" invar, jumelles IS 15x50
    EOS 350D Baaderisé, QHY8L, tromblons Nikkor Ai/AiS et tout un bric à brac optique invraisemblable

Recent Profile Visitors

966 profile views
  1. Moot

    TAK-UW

    C'est le cas de tous les oculaires à champ plan, c'est à dire de ceux qui sont le plus proche de l'idéal de perfection optique que recherchent tous les fabricants. C'est ce qui permet d'avoir des instruments polyvalents, adaptés à la photographie comme à l'observation visuelle, cas d'un certain nombre de productions de Takahashi*. L'inconvénient majeur d'oculaires imparfaits, c'est que s'ils peuvent compenser les aberrations d'un objectif, ils ne compensent pas celles de tous les objectifs.Quand il s'agit d'une paire de jumelles classiques, dont les oculaires ne sont pas amovibles, ce n'est évidemment pas un problème : le fabricant peut avoir optimisé les couples objectifs/oculaires (plus les prismes...) pour que l'image finale soit la meilleure possible. Quand il s'agit d'un télescope ou d'une lunette à oculaires interchangeables, on peut être plus dubitatif : accepterait-on qu'un oculaire soit bon sur un SC et pas sur un newton ? Voire qu'il soit impeccable avec un newton de 250 mm ouvert à f/4 et pas terrible pour un autre diamètre et une autre focale ? * : voilà que je me fais l'avocat d'un fabricant dont je possède des produits depuis... cet après-midi ! Non, je plaisante un peu : vu les résultats obtenus par les heureux possesseurs de ces instruments, je n'avais pas beaucoup de doutes quant à leur qualité ; ce qui fait que je n'en possédais pas, c'est leur prix élevé.
  2. Moot

    TAK-UW

    21,5 mm au demi-millimètre près.
  3. T600 f/3.3 (3.8 avec le Paracorr™).
  4. Moot

    TAK-UW

    Quelques détails techniques avant de relater les essais succincts que j'ai pu faire (en terrestre). Comme on l'a vu ci-dessus, plus la focale est courte, plus l'oculaire est long (et lourd, dans une moindre mesure). Les deux focales les plus courtes ont une formule plus complexe que les deux focales les plus longues. Les premières ont 10 lentilles en 6 groupes, les secondes 8 lentilles en 5 groupes, toutes intégralement traitées et aux bords noircis. Takahashi précise que l'optimisation a été faite sur les aberrations, le tirage d'anneau ("eye relief") étant passé en second. Ce dernier est le même pour toutes les focales, à savoir 12 mm. À l'essai, sans le monter sur un instrument, on se rend compte qu'il faut vraiment coller l'œil à l'oculaire pour embrasser tout le champ, même quand la bonnette est complètement rabattue. Les habitués aux longs tirages trouveront sans doute cela inconfortable, car le diamètre des oculaires étant assez important (60 mm), le nez entre en contact avec le bord. Il y a sans doute une habitude à prendre à l'usage, moi, je les ai depuis quelques heures seulement. Je les ai montés successivement (par focales décroissantes) sur une lunette 80 ED ouverte à f/7 (objectif "Astro Professional", montage perso pour le reste du tube), sans renvoi coudé (la lunette n'est pas prévue pour). J'ai pointé la tour Eiffel, laquelle est à 2900 m de mon balcon. L'atmosphère était très transparente, car quelques minutes auparavant, il y avait eu une averse avec un peu de grêle, sans doute pour saluer dignement mon acquisition. Après l'averse, le beau temps (frais) car on est en traîne de perturbation. J'avais donc des grossissements de 80x (pupille de sortie de 1 mm), 98x (0.81 mm) et 170x (0.47 mm), soient des grossissements forts à très forts. Je destine ces oculaires à un dobson ouvert à f/3.8 en tenant compte du correcteur de coma (f/3.3 sans), les grossissements seront moins importants compte tenu de l'instrument mais les oculaires seront assurément plus malmenés en raison du rapport d'ouverture plus grand. Bon, ouf, je n'étais pas certain, ça va, cette petite lunette est bonne : les images sont belles, même au grossissement le plus élevé. Et c'est ainsi jusqu'au bord du champ, autant que l'on puisse s'en apercevoir car sur ma petite monture azimutale (dont le trépied mériterait d'être plus ouvert) et avec le vent, ce n'est pas toujours bien stable, sans compter la turbulence. On pouvait presque reconnaître les gens massés au deuxième étage, le troisième étant mystérieusement vide de monde, à part un technicien que j'ai vu y arriver par l'ascenseur et franchir quelques portes pour accéder à un endroit interdit au commun des touristes. On voit les rivets, on voit le quadrillage des filets de sécurité, l'image est très détaillée, et plus loin encore, sur la tour du Regency, porte Maillot, à plus de 5 km, les haubans de l'antenne se distinguent. Pas de chromatisme gênant sur les bords, on pourrait d'ailleurs sans doute d'abord accuser la lunette d'en avoir (c'est un doublet à base de FPL51). Avec un aussi grand champ (90°), c'est la distorsion qui saute aux yeux. Elle est très forte, en "coussinet". Quand on fait défiler le champ en remontant le long de la partie sommitale de la Tour, on a l'impression qu'elle est concave, mais comme c'est net partout, il ne faut pas s'imaginer qu'il s'agirait de courbure de champ (à mon âge avancé, on a d'ailleurs un pouvoir d'accommodation réduit : j'aurais vu flou si le champ avait été courbe). Seul un essai sur le ciel (la lune par exemple) me dira si cette distorsion est apparente, car les besoins en la matière sont différents entre l'observation terrestre (une ligne droite doit être vue droite) et l'observation céleste (une planète doit être vue ronde au bord du champ), et ces deux impératifs sont incompatibles (c'est mathématique !). Et comme le précise Televue qui dit respecter quasi-parfaitement le second critère avec ses oculaires, cela correspond à de la distorsion en coussinet. Pour des essais sur le ciel, je pourrai être vite fixé, mais je n'ai pas ici d'instrument très ouvert, le plus ouvert, c'est la lunette qui m'a servi aujourd'hui ! Pour l'instrument ouvert, il faudra que je fasse ces essais avec "le monstre", mon dobson qui ne séjourne évidemment pas à Paris.
  5. Moot

    TAK-UW

    Et voilà, trois jours après un heureux coup de fil, ils sont arrivés, les "petits" ! Voici ce que donne le déballage. Les boîtes d'abord : Les focales sont discrètement indiquées sur un côté : Enroulés dans du "papier-bulles", on trouve de classiques tubes, avec de la mousse de part et d'autre, sauf pour le 3,3 (est-ce parce que ce sont des modèles d'exposition) ? Les voici donc côté pile : Et côté face. Remarquez que plus la focale est courte, plus le bestiau est long, alors que la partie supérieure est quasi-identique. Quant aux bouchons, celui du milieu n'a pas le même que ses frères, là encore, probablement, modèle d'expo oblige (sur les autres, il y a "Takahashi" en lettres d'or). Enlevons les bouchons, voici les lentilles d'œil. Les bonnettes ne se déplient pas, elle se règlent en vissant-dévissant. Le pas de vis est fin, comme un pas d'assemblage plutôt que de réglage. Et voilà le côté qui s'emboîte dans le porte-oculaire (coulant 1"1/4). Celui du milieu a un prolongement que n'ont pas les autres, et il semble que sa lentille d'entrée est plus grande.
  6. Bon, désolé, il va faire gris, des gouttes (que dis-je ? Des cordes !) vont se casser la figure et le vent sera à décorner les bœufs.
  7. Ha Ha, on regrette de ne pas avoir acquis une paire ou plusieurs ? Les opticiens de Takahashi n'ayant pas la réputation de produire des bouses, s'il y a déception, elle ne sera pas colossale.
  8. Avec plaisir (de mon côté) et patience (du tien), mais attention, ce sera certainement tendancieux : quand on claque tout ce pognon, on est peu enclin à dire du mal de son acquisition. Et j'avoue avoir longtemps hésité avant les soldes, car je cherchais désespérément des retours, et le seul qu'il y a (comparatif d'oculaires 10mm fait par J-L Dauvergne pour Ciel et Espace) est mitigé.
  9. Même pas la trouille : dès les RCE, je lorgnais dessus, nanmého ! Au tarif normal, j'en aurai pris un seul, cela va de soi. De toute façon, c'est ta valoche qui est la plus belle, moi, je me contenterai de cinq "cailloux" (en comptant ces trois-là). Plus le correcteur de coma. Et je recycle mes vieilleries (Nagler, etc.).
  10. Fait, sauf pour le 10mm (j'ai déjà cette focale, en NAV-HW). Depuis le temps que je cherchais des focales courtes... Maintenant, j'ai ma valoche "parfaite" (chacun a sa perfection) d'oculaires.
  11. Il faut les faire sauter. Les champignons gardent toute leur saveur quand ils sont sautés.
  12. Surtout, que, franchement, ce n'est pas cette publicité qui va inciter les industriels à acheter cette marque plutôt qu'une autre. C'est juste de l'épate.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.