Jump to content

gastropode

Membre
  • Posts

    501
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Everything posted by gastropode

  1. Le second numéro du magazine comportait un "exercice" faisant appel au raisonnement du lecteur. Voici une proposition de solution qui fait utiliser la loi de Hubble-Lemaître. https://lerautal.lautre.net/journal/Gratte/numero2/leda.html Commentaires : - L'accès aux deux premiers numéros se fait maintenant depuis un accès unique et simplifié : https://lerautal.lautre.net/journal/Gratte/site_simple/site.html - Le corrigé a été généré automatiquement en utilisant le langage de marquage Markdown, la moulinette Pandoc et une feuille de style css. Me demander le source de la page source si intéressé.
  2. Le numéro 1 est paru !!! Il est accessible (ainsi que le numéro zéro) depuis la page : https://lerautal.lautre.net/journal/Gratte/site_simple/site.html Vos réactions m'intéressent.
  3. Parmi les retours obtenus, ailleurs qu'ici, il y en a un qui m'a fait plaisir. Quelqu'un qui écrivait "Il y en a pour tout le monde" (non francophone, elle écrit les choses simplement). Le fait de démarrer par l'observation visuelle, sans matériel compliqué, fait aussi partie des à-priori adoptés. La Lune, en cela est un bon sujet. Les celles-et-ceux peuvent agacer, je suis d'accord. Mais la moitié du lectorat possible est féminin. Je crois même qu'en France les postes d'astronomes professionnels sont majoritairement occupés par des femmes. Donc là-dessus je continuerai à ne pas écrire "ceux" seulement, quand il y a des "celles". Parce que l'évolution d'une société doit se traduire dans la façon dont je rédige. Tout en reconnaissant que, si j'avais d'avantage relu et soigné ma rédaction, j'aurais probablement trouvé une autre formulation grammaticale qui évitait ces lourdeurs. J'ai suivi, juste avant le développement de la pandémie, un MOOC sur la "recherche reproductible" https://www.fun-mooc.fr/fr/cours/recherche-reproductible-principes-methodologiques-pour-une-science-transparente/ qui donnait accès à différents outils et démarches méthodologiques. Cela a généré quelques travaux mis en ligne, en particulier sur l'exploration des bases de données et les diagrammes HR : https://lerautal.lautre.net/journal/AAI/seformer/premierHR.html https://lerautal.lautre.net/journal/AAI/seformer/astropy01.html https://lerautal.lautre.net/journal/AAI/autrement/informatique_et_catalogues.html Le plus intéressant (et pas trop long à lire étant probablement celui-ci qui compare les populations stellaires de deux amas globulaires : https://lerautal.lautre.net/journal/AAI/autrement/m3_m13_02.html Et celui-ci qui était une "farce" autour d'un OVNI supposé. https://lerautal.lautre.net/journal/AAI/autrement/vaiss/ieee.html Mais ce travail, intéressant de mon point de vue, parce qu'il montre une autre facette possible de l'astronomie d'amateur, comment on le "vend" à des gens qui sont à des années lumières de ces préoccupations ? Comment éveiller leur curiosité ? L'article sur le chercheur méritait d'être plus soigné et, je suis d'accord, les illustrations manquent d'une partie de la "force de l'évidence" qui serait bien utile. Mais je suis frappé d'une chose : il se vend de plus en plus d'instruments avec Goto et bases de données préenregistrées. Qu'y a-t-il dans ces données ? du Messier, du NGC, des objets du ciel profond... quasiment pas de variables. Quelques doubles. Si la partie réservée aux objets personnels est trop réduite ou difficile à programmer... cela fait encore plus de gens mis sur des rails uniques. Seul le chercheur permet d'ouvrir une fenêtre sur autre chose. Encore faut-il qu'il ne soit pas trop mauvais, et que son propriétaire en comprenne l'utilité. Je reprendrai plus tard la suite de mes arguments. Merci aux personnes qui ont lu jusqu'ici.
  4. Tout d'abord, merci d'avoir consacré du temps à lire puis critiquer ce travail. Dans un premier temps, les critiques non élogieuses sont toujours difficiles à lire... mais c'est la règle du jeu : quand on s'expose, il faut accepter d'entendre les arguments des autres. (cf LH44) Et puis, comment progresser si l'on reste dans une tour d'ivoire en étant persuadé que ce que l'on fait est parfait ? Je vais laisser passer du temps avant de répondre à certains des arguments avancés ici. Le temps de les comprendre, et de voir comment en tenir compte ou pas. Cela étant, se pose la question du "lectorat visé" par le magazine. Un exemple : j'ai expérimenté plusieurs modes d'interrogation de la base Simbad : en direct, via une bibliothèque Python, avec Aladin. Les astronomes amateurs avec qui j'ai pu échanger sont restés "de glace" : cela ne les intéressait pas. Pour eux c'était le domaine des "pros". Le parti pris adopté dans Gratte est d'entrer progressivement, au fil des numéros, dans la complexité, en démarrant par une approche naïve, adaptée (???) au "total non initié" un peu curieux. En pariant sur le fait que cela pourrait l'amener à envisager de pratiquer des activités qui ne lui seraient pas venues à l'esprit. Un peu comme dans un feuilleton, une histoire à suivre. Quant à savoir si ce lectorat existe et s'il acceptera de me suivre au fil des parutions... c'est une autre histoire. À suivre donc...
  5. Merci. Si vous réalisez quelques dessins, cela m'intéresserait de les voir. J'ai été très déçu de constater que mes yeux contrariaient mes envies de bien faire et suis curieux de voir ce que quelqu'un d'autre parvient à faire. J'ai prévu de publier une (ou deux) page(s) de dessins de la Lune à l'oeil nu dans le numéro 1. Si les vôtres sont plus réussis que les miens, ils m'intéressent beaucoup (si vous m'autorisez à les publier, bien-sûr). J'ai, pour le moment, tiré un enseignement de l'expérimentation : l'oeil est moins défaillant quand le fond de ciel n'est pas encore trop sombre. Ce constat gagnerait à être contredit ou conforté par les observations d'autres personnes. Gratte est "ma chose" mais l'astronomie, considérée comme science, est une activité collective...
  6. Bonjour, Les motivations des astronomes amateurs sont diverses et leurs choix également. Il est souvent difficile de trouver des correspondants avec lesquels on a suffisamment d'affinités pour pouvoir échanger de façon enrichissante. Le petit magazine suivant expose une "vision" de l'astronomie d'amateur probablement très minoritaire, mais qui rencontrera peut-être un écho ici ou là. http://lerautal.free.fr/gratte/zero.pdf Tout fait avec du logiciel libre.
  7. Ne serait-ce pas à elle de protester si elle considère que d'une façon ou d'une autre, - je me sois montré agressif vis à vis d'elle, - j'ai fait preuve d'irrespect ou d'absence de courtoisie. Un forum est un lieu d'échange et comme tel il ne signifie pas que l'on s'enferme dans une vision unique d'un sujet. Respect, courtoisie... oui. C'est une évidence. Là comme dans la Cité. Unanimité, de façade ? Non.
  8. Puisque vous citez mes mots, ce dont je vous remercie, je vais vous répondre à mon tour. Je ne sais si vous connaissez le site de Jean-Baptiste Auroux, appelé Photon Millenium : https://millenniumphoton.com/ L'auteur y expose un travail remarquable, faisant la synthèse entre différentes disciplines : - Une recherche documentaire approfondie, - des efforts de rédaction et de présentation, - une sensibilité artistique (quoi que chacun mette derrière ces mots) dans l'intention, pour présenter ses sujets astronomiques. Même si ce n'est pas "ma" vision de l'astronomie d'amateur, j'ai beaucoup d'estime pour son travail qui va très au-delà de... (modération). "Il faut du temps pour constituer un travail sérieux" écrivez-vous. Et là, nous nous rejoignons. L'intention, qu'elle aille vers la science ou vers l'expression d'un ressenti du beau, n'a rien de mécanique. Elle ne se résume pas à "cent clics" et "cent oublis". Souvent, je contrarie les gens quand ils annoncent, réjouis : "On va avoir un nouvel instrument. - Oui;. Mais pour quoi faire ?" Si vous percevez la pertinence de cette interrogation, j'aurais eu raison de vous répondre. Sinon... on m'interdira de contredire. Et, sans contradicteurs, l'avenir risque de devenir très ennuyeux.
  9. Ce serait bien, en plus, si vos clichés étaient plus originaux que ceux qui reproduisent, à l'infini, les mêmes sujets archi rabâchés. Peut-être un espoir, via le "regard féminin" (si cette expression a un sens quelconque et est autre chose qu'un fantasme de la société patriarcale). S'il vous plaît : étonnez-nous, rien qu'un petit peu. Sinon, à quoi bon ?
  10. Je suis d'accord avec ce qui précède.
  11. Sur un raspberry Pi 4 cela tourne bien. Les 4 Go de mémoire vive sont bien utiles.
  12. Salut Nicolas, C'est vrai que mon argumentation peut sembler décalée. La logique est la suivante : - Si l'on suppose qu'il y a des extraterrestres qui "nous rendent visite", on peut parier sur le fait qu'ils sont "intelligents". - Si l'on est tenté d'entrer en relation avec eux, il faut apprendre à communiquer avec des êtres intelligents. - Mais comment "s'entraîner" ? Connaissons-nous d'autres êtres intelligents ? - D'où l'interrogation : savons-nous communiquer avec ce que nous avons sur place ? - Pas trop. Comment progresser ?...
  13. Dans un des messages précédents, j'ai introduit la notion d'évolution sélective, avec une conséquence potentiellement dommageable : le plus fort capte la totalité des ressources. L'humain, prédateur sans prédateur apparent, semble s'imposer de façon définitive, pour "Un empire de mille ans", pour parodier les discours ampoulés de plein de gens pleins d'illusions, par le passé. Mais le mécanisme de la sélection joue-t-il, peut-il encore jouer, quand le gagnant invente des techniques telles que l'intelligence artificielle ? Ce que nous sommes en train d'inventer va-t-il nous donner une chance de dépasser l'épuisement des ressources, d'inventer des logiques collaboratives moins mortifères et de partir à travers l'espace si vaste... pour y découvrir, NOUS, d'autres mondes, d'autres êtres vivants... À nous voir, on ne le croirait pas. Ce qui n'est pas une raison pour désespérer.
  14. Là-dessus, je ne peux rien pour vous : c'est le monde Windows et je ne suis plus que sous Linux depuis 2002. (J'ai abandonné Microsoft après Windows 98 ....) Il se trouvera bien quelqu'un ici qui saura vous guider.
  15. Probablement un problème de bibliothèque graphique et donc lié à la façon dont la carte graphique est prise en charge. Y a-t-il un processeurs graphique ou deux sur la machine qui pose problème ? Si deux -> s'assurer que le bon pilote est activé.
  16. Je suis allé voir chez le "concurrent", ici : http://www.astrosurf.com/topic/137550-atlas-virtuel-de-la-lune-version-7/ Un des intervenants, "Petit Ours" explique comment il a fait. Vous pouvez toujours essayer. Je relève, tardivement, cette information rassurante. Carte du Ciel est un très BON logiciel, avec beaucoup de fonctionnalités utiles, en particulier si on s'intéresse : - aux étoiles doubles, - aux étoiles variables. En plus j'aime bien "l'esprit" de ce logiciel, moins dans le paraître que dans l'adaptation aux besoins de l'utilisateur praticien. Je vois mal comment je pourrais m'en passer
  17. Moi, je suis sous Linux et j'ai la même impossibilité. L'auteur de ce logiciel libre et gratuit (il nous donne le résultat de son travail) explique que c'est un problème de pilotes graphiques qui sont "différents" (formulation très approximative) d'un système à un autre. Et il reconnaît que c'est un problème très compliqué à résoudre... et conseille dans ce cas de rester à AVL 6. Le passage d'un ancien Windows à un Windows moderne génère peut-être le même problème. Voir avec Direct X (je crois).
  18. Intéressant. Je remarque, en passant, que la notion de concurrence sort du contexte moral (c'est bien, c'est pas bien) pour être un mécanisme de "tri" entre ce qui marche bien et ce qui ne marche pas bien. Dans les œuvres de fiction d'après guerre, au moment où la peur des "Rouges" a engendré beaucoup de témoignages sur les "soucoupes volantes", la concurrence entre les humains et les "du dehors" dégénère souvent en conflits épouvantables. Certains intellectuels reconnus s'opposent actuellement aux tentatives de communication avec les extra-terrestres, avec cette arrière pensée : la concurrence sera inévitable et aboutira à des conflits, voire à l'extermination des humains. "Nous ne sommes pas prêts, encore, à..." Mais le serons-nous jamais, avec notre planète surpeuplée dont les ressources, forcément limitées, sont en cours d'épuisement ? À se demander si, avec son mécanisme d'adaptation+sélection, la nature ne s'est pas trompée, puisqu'elle conduit la vie vers une impasse tragique. Exemple : https://www.youtube.com/watch?v=uCOlLt4SdTQ
  19. Avec plus de recul, on peut s'interroger sur le "comment on en est arrivé là" ? Tant que l'on reste dans le domaine des sciences (et non des croyances), on peut argumenter autour du mécanisme de l'évolution et de la sélection qui en découle. L'adaptation aurait ainsi favorisé l'espèce de corbeau qui avait "un plus", les canidés qui chassaient en meute,.... Chacun de ces êtres vivants, ayant trouvé l'avantage "qui va bien" a pu s'installer dans "sa niche écologique". L'homme y compris... Sauf qu'il est en train de tout saccager. Revenant dans le sujet, on peut s'interroger : ce mécanisme d'adaptation + sélection existe-t-il aussi sur les autres planètes habitées (s'il y en a) ? Existe-t-il d'autres mécanismes qui ont permis d'amener "leurs habitants" au niveau de "compétences" qui permet de se déplacer à travers l'univers (tel qu'il est et pas forcément tel que nous l'imaginons). Nul n'a pu prouver encore qu'il y avait des "visiteurs". Mais absence de preuve, n'est pas preuve d'absence.
  20. Cette aptitude est, en principe, l'avantage décisif que l'évolution nous a donné. Et nous en sommes persuadés. Comme cela nous singularise par rapport au reste du vivant présent sur cette terre, nous considérons que les aptitudes des autres, jugés inférieurs, sont négligeables, méprisables, sans objet (selon l'époque et le contexte dans lequel l'humain vit). Il est vrai que la nature (et les hasards de l'évolution) nous ont donné une fabuleuse machine "à réfléchir", à inventer du nouveau, à générer des merveilles. Notre drame étant que cet avantage... bien souvent nous n'en faisons rien. Que nos raisonnements subtils, nous ne les écoutons pas. Que notre héritage culturel, censé marquer notre supériorité d'humains, nous l'ignorons... Quiconque passe une après-midi devant une télévision commerciale se rendra compte que nous débranchons notre "intelligence", pour n'être, le plus souvent, que des êtres primitifs, instinctifs, bestiaux. Un comble pour qui se moque de l'animal. Pour revenir sur la communication avec les extra-terrestres (le sujet de l'échange), les "posts", mais aussi les oeuvres de fiction considèrent très souvent qu'elle est à leur initiative. Comme si nous ressentions un complexe d'infériorité. Alors que nous ne devrions pas : quand nous nous décidons à être humains, à utiliser nos aptitudes, nous sommes des interlocuteurs respectables. Peut-être devrions-nous nous préparer, créer une "chaire" de communication avec les non humains, pour apprendre à prendre cela au sérieux . Peut-être alors verrons-nous qu'ils sont déjà là... et qu'ils attendent, tranquillement, que nous devenions adultes.
  21. De mon point de vue, c'est plus grave : c'est de l'arrogance. L'humain, au sommet de la "création" (ou au bout de la chaîne de l'évolution), fixe les normes. Il invente un concept : l'intelligence conçu de telle façon qu'il corresponde, et lui seul, aux critères pour la détenir. On invente les règles qui nous arrangent. Puis on les applique. Dans ces conditions, pas d'opposition possible. Si cela se trouve, nous avons déjà rencontré des extraterrestres... mais ne les avons pas reconnus parce que hors critères.
  22. Sur notre planète vivent d'autres êtres intelligents. Mais dialogue-t-on avec un éléphant ? un corbeau ? Quand on s'approprie tout, peut-on établir un dialogue ? Les religions anciennes, puis les idéologies d'enrichissement entretiennent l'idée que tout, le vivant compris est à notre disposition, en notre pouvoir... Que savons-nous de "l'intelligence" (ou de ce qui en tient lieu) des arbres ? Notre aveuglement infantile de toute puissance rend impossible quelque chose qui nous ferait peut-être progresser, faisant de nous autre chose que des prédateurs suicidaires. Les "visiteurs extraterrestres" sont une des excuses commodes, ajoutée à quelques vieilles rengaines : - les animaux ont de l'instinct, mais surtout pas d'intelligence... - les plantes sont des machines, - Les arbres sont à Ikéa, - et Dieu (ou le Kapital) m'a mis tout en haut pour en tirer jouissance.
  23. J'apprécie beaucoup cet article. Vous avez réussi a faire du journalisme, là où beaucoup se perdent dans le nombrilisme, ... sans pour autant négliger de présenter votre travail. Bravo pour cette réussite... qui suppose du travail de documentation, de rédaction, en plus de ce que font les autres : parler technique photo et traitements d'image.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.