Jump to content

yapo

Membre
  • Posts

    247
  • Joined

  • Last visited

About yapo

  • Birthday 11/12/1971

A propos

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

yapo's Achievements

  1. ce qui est bien dommage : je me suis auto-limité pendant trente ans à cause de l'a priori "pupille maximum=7mm et moins avec l'âge", pour découvrir à près de 50 ans que (dans mon cas bien sûr) je dépasse les 8mm. J'aurais pu profiter de pupille de sortie large sur des objets étendus bien avant... Il est de salubrité publique de connaître sa pupille dès lors qu'on s'intéresse plus sérieusement à l'observation visuelle. Et un simple bandeau de papier cartonné style "star gauge" suffit pour une bonne approximation. Et reste le ! Car grande pupille signifie aussi certainement davantage d'aberrations au moins à l’œil nu...
  2. Je partage mes données sans connaître le pourquoi, savoir que ça peut être utile à qq'un suffit à mon bonheur 😃 écart inter pupillaire = 59mm pupille nocturne = 8.2mm (mesurée en pièce noire, pas sous le ciel nocturne, mais pas sûr qu'il y ait une différence significative, hormis celle de l'adaptation physiologique rétinienne; l'ouverture de la pupille s'adapte quasi-instantanément aux conditions lumineuses -sinon on serait mal en voiture lors de l'entrée dans les tunnels). magnitude limite (ciel préservé alpes du sud) = 6.8 dans la Petite Ourse (étoile visible 25% du temps en vision décalée proche).
  3. Tu peux rejoindre Jean-Raphael : https://www.jrgilis.com/index.php?page=oumejoindre bon il est moins actif l'hiver (du coup, son spot est libre), mais avec le passage des gens, adieu la tranquillité (et bonjour l'animation).
  4. L'expérience joue beaucoup en ciel profond. J'ai passé à mes débuts une semaine à chercher M42 dans Orion avec mon 115/900, pour ne découvrir au bout du compte qu'un infâme voile faible. Maintenant, je la trouve comme le nez au milieu du visage : vraiment brillante. Donc en handicap #0 pour compléter Bruno, je dirai qu'il faut persévérer, que c'est un excellent début et qu'il faut multiplier expériences et tentatives pour s'améliorer soi-même (si si, c'est possible!) avant le matériel.
  5. J'avais pris ça en 2020 pour le vieux PC portable dont je me sers lors d'observations du ciel profond et c'est impeccable en jouant bien sûr sur la brillance de l'écran : https://www.decoupe-plexi-sur-mesure.com/plexiglass-sur-mesure/11079-decoupe-plaque-sur-mesure-pmma-plexi-rouge-brillant-altuglas-100-12000-ep-3-mm.html
  6. J'ai le nagler et si tu dégages la vis à droite (en dévissant complet), la jupe externe est au coulant 50.8mm .
  7. Pour du ciel profond, tu peux avoir besoin d'1.5° de champ si tu veux taquiner les voiles des pléiades mais aussi de grossir 400x pour de petites nébuleuses planétaires. Donc en gamme de focale d'oculaire, il faut aller de 3mm à 30mm dans l'absolu (sans passer par chaque mm non plus). Après on se retrouve souvent sur un grossissement moyen "à tout faire" vers 1.5-2.0mm de pupille de sortie qui permet de repérer les petites galaxies faibles ou bien les détails dans des grands objets soit un oculaire de 7-8mm dans ton cas. C'est sans doute vers cette focale qu'un premier investissement serait intéressant (sauf si d'autres types de cibles du ciel profond ont ta préférence). Investir vers 20-25mm de focale améliorera ton potentiel de repérage, mais l'intérêt (à mes yeux du moins) est de grossir pour glaner des détails supplémentaires.
  8. En UHC je sais pas trop, mais pour les filtres interférentiels, je conseillerais plutôt d'acheter chez des fabricants un peu spécialisés (Astronomic, Baader, Lumicon, DGM) plutôt que les distributeurs de filtres plus décevants et moitié moins efficaces (car au final moins sélectifs). Certes, il faut casser plus vigoureusement la tire-lire mais le gain en vaut la chandelle (j'ai été très déçu par des filtres chinois premier prix).
  9. Tant que tu n'observes que des nébuleuses à émission (planétaires ou diffuses), aucun inconvénient. Mais si tu croises une galaxie ou une nébuleuse par réflexion dans ton cheminement, elle ne va pas aimer l'UHC. 😉 L'arme ultime est le passe-filtre (mais c'est facile à dire quand on en possède un).
  10. Pas forcément besoin d'attendre une escapade aux toilettes, la pupille se dilate très rapidement dans le noir. Sans appareil photo, tu peux aussi prendre une bande de papier un peu épais (pour qu'il demeure rigide en climat nocturne) de largeur croissante (3 à 9mm en pente douce) et par nuit claire, tu la passes devant un de tes yeux en regardant une étoile, en commençant par le côté le plus étroit. Lorsque l'étoile disparait complètement, c'est que la largeur de papier équivaut à ta pupille. Faut repérer l'endroit et tu connais à 0.5mm près ta pupille max. A F/4.5, je vais jusqu'à 40mm (un maxvision) sans problème, j'ai une pupille d'oeil de l'ordre de 8mm (et je viens de passer la cinquantaine tout fraîchement).
  11. Ôte toi déjà d'un doute : mesure ta pupille dans le noir.
  12. Je viens de recevoir le dernier pavé (et je pèse mes mots) de l'auteur allemand Wolfgang Steinicke: 4 kg, format A4 et 576 pages… Le papier est vraiment épais, étonnamment d'ailleurs, l'auteur s'est fait plaisir, à la limite du livre d'art. Il est présenté sur l'image à côté de l'autre bible de cet auteur consacré au catalogue NGC. Si vous lisez l'anglais et que les nébuleuses et leur découverte vous passionnent, ce se seront pas 85€ de gâchés. Je vous confirme ça dès que j'aurai pu le dévorer.
  13. Et oui, je pense d'ailleurs avoir cédé à une velléité commune chez un jeune débutant : pointer l'astre le plus brillant accessible. Et la probabilité de tomber sur Vénus, Jupiter ou Saturne est forte !
  14. Pareil dix ans plus tard: un beau soir d'été 1987, il était temps d'étrenner ce premier télescope (115/900) offert par mes parents en guise de cadeau d'anniversaire. Pointage de l'étoile la plus brillante disponible depuis ma vallée alpine, laquelle trônait au dessus de la crête montagneuse au Sud-Ouest: une étoile entourée par un anneau? Whaaaa, Saturne !...... J'étais piqué. Un dépucelage astro, c'est beau.
  15. A un moment, ça peut être utile de vérifier le diamètre de sa pupille nocturne. Jusqu'à il y a environ 2 ans, je faisais comme tout le monde, me limitant à 6mm pour être conservateur. Et depuis que je me suis découvert une pupille de plus de 8mm, finis les complexes : j'ai un 40mm/68° sur un Dobson 445mm à F/4.5 sans problème particulier (pour du ciel profond, grand champ). Cela dit, je n'exige pas particulièrement un champ stellaire piqué de bout en bout et une grande confortabilité. Mais pas d'ombres volantes du secondaire à 8.9mm de pupille… Donc à voir ce que supporte ta pupille !
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.