Jump to content

OrionRider

Animateurs
  • Content Count

    21,627
  • Joined

  • Last visited

7 Followers

About OrionRider

  • Rank
    Non peut-être?

A propos

  • Résidence
    St-Truiden, Belgique
  • Intérêts
    Astrophoto, plongée, aéromodélisme,...
  • Matériel
    Astrographe T200/800 sur monture Vixen GP2 en poste fixe.
    Nikon D70s défiltré, Nikon D7000, QHY5L-IIc, Datyson T7.
    Dob 200, T130/900 sur Vixen NP.
    Jumelles Vixen Ascot 8x42

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Bien lire tout le message: Bonjour, Merci de nous avoir contacté. Nous sommes en train de la finaliser, nous annoncerons la date sur la première page du site et notre page Facebook d'ici fin janvier. Attention il y a moins d'articles cette année, vu les très fortes demandes qu'il y a eu tout 2020. En plus, vu la pénurie, chaque article restant sera vendu de plus en plus cher à chaque nouvelle liste, en commençant par le prix habituel + 20%. 😲
  2. Ah, oui, bien sûr... C'est quoi 'IG'? Et pourquoi il faut un abonnement? Désolé, j'ai un peu la tête dans les étoiles, quand je ne suis pas dans la Lune... 😉
  3. Merci pour ces images. Tu peux donner le lien vers le site qui les publie?
  4. Dernières nouvelles: SuperHeavy ne se posera pas au sol mais sera attrapé en vol par la tour de lancement et d'atterrissage! L'atterrissage se passera donc comme suit : le Super Heavy descend lentement le long de la tour. Quand les moteurs sont assez bas, deux bras semi-circulaires à mi-hauteur de la tour se ferment comme une pince et emprisonnent la fusée. Celle-ci continue à descendre jusqu'à ce que les 'grid fins' reposent sur le bras, provoquant l'arrêt des moteurs. La fusée pend alors exactement au bon endroit pour le prochain lancement. Dans ce scénario, la précis
  5. Je reposte ici ce message du fil sur le Starship: Le premier étage 'Super Heavy' pourrait faire ses premiers 'hops' d'ici quelques mois, d'après E.M. Le premier prototype 'BN1' serait équipé de seulement 8 supports de moteurs (contre 28 pour la version 'de série'). Pour les premiers tests statiques, SpaceX installerait seulement deux moteurs. Le montage avance bien mais il semble que le 'bottleneck' se trouve au niveau de la production en masse des moteurs. Les anneaux formant la structure sont déjà visibles sur le site de Boca Chica. https://www.teslarati.com/spacex
  6. Le premier étage 'Super Heavy' pourrait faire ses premiers 'hops' d'ici quelques mois, d'après E.M. Le premier prototype 'BN1' serait équipé de seulement 8 supports de moteurs (contre 28 pour la version 'de série'). Pour les premiers tests statiques, SpaceX installerait seulement deux moteurs. Le montage avance bien mais il semble que le 'bottleneck' se trouve au niveau de la production en masse des moteurs. Les anneaux formant la structure sont déjà visibles sur le site de Boca Chica. https://www.teslarati.com/spacex-first-super-heavy-booster-hop-elon-musk/
  7. Rien n'empêche le véhicule de se mettre d'abord en orbite terrestre. On peut aussi imaginer que le Starship reste en orbite et que l'équipage retourne sur terre avec une capsule Dragon. Le scénario des années '60 où la même fusée réalise toute la mission n'est plus incontournable. Désormais les technologies permettent une grande flexibilité. On peut assembler les vaisseaux en plusieurs vols de Starship ou de Falcon9/heavy, ravitailler en orbite, convoyer les équipages juste avant le départ, etc. Il reste beaucoup d'obstacles mais le principal, c'est la volonté
  8. Après, ils n'ont pas grand-chose à perdre. C'est probablement moins coûteux de le lancer que de le recycler, et beaucoup plus rigolo... 😉
  9. D'après Teslarati, le prochain prototype, SN9, sera déjà posé sur son pas de tir ce lundi! Il serait même possible qu'il vole encore en 2020, si tout se passe bien. SN9 est en grande partie identique à SN8. La correction du problème d'alimentation des moteurs serait relativement simple.
  10. C'est l'application à l'aérospatiale (et à l'ingénierie en général) des concepts de développement informatique modernes.
  11. Chez nous aussi l'abonnement est théoriquement par famille, mais partager un abonnement est courant chez les étudiants, dans les communautés, les cités ou simplement entre personnes qui ont un revenu modeste. Et puis d'ici que Starlink soit actif dans tous ces pays-là, les prix auront déjà bien diminué. Pour revenir au sujet du fil, les vaisseaux de type Starship/Super Heavy, s'ils aboutissent, vont changer l'espace de façon spectaculaire. Il sera désormais possible d'installer en orbite des masses inconcevables jusque là. Avec une diminution des coûts de deux ordres de g
  12. Starship + Superheavy sont une menace énorme pour l'aérospatiale 'établie' de part le monde. Si SpaceX arrive à ses fins, tous les autres lanceurs deviendront instantanément obsolètes: trop coûteux, pas assez ambitieux. L'espace va d'un coup devenir une ressource commerciale exploitable et non plus seulement un sujet d'étude ou une démonstration géopolitique. Si la connection équipe un immeuble d'une dizaine de ménages, ça fait moins de $10 par mois par ménage. Pour un service qui ne peut pas être interrompu et sans aucune interférence politique! Imagine le succès de S
  13. Oui, c'est déjà prévu. La société parle d'une version suborbitale (donc probablement munie de moteurs 'atmosphériques'), d'une version capable d'atteindre à vide l'orbite terrestre (probablement munie des deux types de moteurs) et d'une version lancée par le premier étage 'Super Heavy' (probablement munie de moteurs optimisés pour le vide). Il y aura aussi les versions cargo, passagers, ravitailleur, longue durée, etc. Donc toute une panoplie de configurations possibles, selon la mission. Par exemple la navette LEO-Lune n'aura pas besoin de moteurs atmosphériques puisqu'elle n'opérera que
  14. L'arrêt des moteurs pendant la montée est normal. Au fur et à mesure que le vaisseau s'allège, SpaceX coupe les moteurs dont la poussée n'est plus nécessaire. En revanche, l'arrêt du second moteur pendant l'atterrissage est causé par un manque de pression de carburant. Le moteur restant passe en régime 'pauvre' en carburant, avec trop d'oxygène, ce qui fait fondre le cuivre de sa tuyère (flamme verte à la fin). A ce moment la fusée va beaucoup trop vite pour se poser. Une autre vidéo:
  15. D'après E. Musk, le crash serait causé par un manque de pression dans le 'header tank'. Sur la vidéo on voit que deux des trois moteurs s'allument pour l'atterrissage, mais brièvement après un des deux se coupe, ce qui n'était probablement pas prévu. En gros, on a l'impression de revoir les premières tentatives avec Falcon9. Si ça se passe pour Starship comme pour F9, alors Musk a bien raison de dire: "Mars, here we come!" BRAVO!
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.