Jump to content

OrionRider

Animateurs
  • Content Count

    21,564
  • Joined

  • Last visited

7 Followers

About OrionRider

  • Rank
    Non peut-être?

A propos

  • Résidence
    St-Truiden, Belgique
  • Intérêts
    Astrophoto, plongée, aéromodélisme,...
  • Matériel
    Astrographe T200/800 sur monture Vixen GP2 en poste fixe.
    Nikon D70s défiltré, Nikon D7000, QHY5L-IIc, Datyson T7.
    Dob 200, T130/900 sur Vixen NP.
    Jumelles Vixen Ascot 8x42

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Le retour de NEOWISE, c'est par ici: http://splendeursducielprofond.eklablog.fr/la-comete-c-2020-f3-neowise-commence-son-show-a194781814
  2. Non, ça ne marchera pas. Ce tube sur la HEQ5, avec une focale de 2,4m et une ouverture de f/12 c'est à la fois trop sombre et trop long pour l'imagerie du ciel profond avec un APN. Si tu utilises un correcteur/réducteur 0,63 tu vas obtenir une focale de 1,5m et une ouverture de f/7,6. C'est encore fort long et fort sombre. Même en autoguidage, avec un échantillonnage de 0,8" sur une monture chinoise légère comme la HEQ5, le résultat n'est absolument pas garanti. Surtout avec un tube de 8kg, plus tous les accessoires. Par ailleurs, ce matériel ne peut pas éclairer tout le capteur d'un APN 'full frame' comme le tien. Seule la zone centrale sera correctement éclairée et corrigée. Le reste sera flou et sombre. En revanche ce tube sera vraiment très bien pour imager la Lune et les planètes avec la petite caméra T7 au foyer. Euh non, pas du tout! Avec un échantillonnage de 0,5" ou 0,8" (en utilisant un correcteur/réducteur 0,63x), ce n'est pas la mise en station qui empêchera de faire les photos en longue pose, mais l'erreur périodique (les imprécisions mécaniques) de la monture.
  3. Bon, ben ça règle totalement tes soucis: avec ce matériel tu n'as absolument pas besoin d'autoguidage! Ce boîtier récent possède un capteur CMOS sensible et peu bruité. Avec une ouverture de f/4 ou f/5.6 (préférable pour avoir des étoiles bien ponctuelles et un bon contraste), tu ne devras jamais dépasser 30 sec de pose unitaire. C'est le temps de pose total qui déterminera la qualité de l'image, il n'y aura rien à gagner à faire des poses plus longues. Or, à 200mm avec de gros pixels de presque 5,8µ tu vas imager avec un échantillonnage de 5,9" très 'facile' en termes de suivi. Autant dire que sur une monture comme la HEQ5 les étoiles seront parfaitement rondes sans autoguidage. L'autoguidage ne serait nécessaire qu'avec un télescope, et encore, même avec un T150/750 ou un T200/800 pas trop lourd, tu t'en sortirais très bien sans autoguidage. Après, la caméra n'est pas perdue. Si tu ne veux pas la revendre, elle marche bien en planétaire, sur un petit télescope genre Mak 127 par exemple. Pollution lumineuse causée par le 'glow' des lampes au sodium. Trop, c'est trop...
  4. Excuse-moi mais ça me semble incroyable! A cette heure, Spica est à 15° d'élévation. Donc même si tu n'as pas de bâtiment en face pour la cacher, elle est totalement perdue dans la pollution lumineuse, au même titre que Antares au sud. Dans cette orientation il y a Arcturus à 48° d'élévation, donc bien visible, même d'un balcon. Et plus au nord, tu disais plus tôt que tu voyais Phecda. Donc tu dois aussi voir Alkaïd. Tu es en zone blanche sur les cartes Avex de pollution lumineuse, donc avec un gain et un temps de pose importants, tout ce que tu auras c'est un écran tout blanc. Pour que ça marche, il faudrait viser assez haut vers 2h du matin. Après, c'est pas pour te décourager mais essayer d'autoguider en région parisienne depuis un balcon orienté à l'Ouest, c'est comme faire de l'astro pendant ses vacances d'été en Norvège... Tu espères imager quoi au juste? Et avec quel instrument, sur quelle monture? Comment fais-tu la mise en station sans voir la Polaire?
  5. Tu as fait ça à quelle heure? Parce que Spica depuis la France, c'est soit perdu dans les lueurs du couchant vers 23h, soit très bas sur l'horizon vers minuit. Alors forcément, ça ne doit pas marcher très fort... Donc essaie avec une étoile bien haute dans le ciel, après minuit (la nuit noire pour le moment, c'est à partir de ±1h). Tu prends une étoile pas trop forte non plus sinon tu risques de 'griller' le champ. Avec des réglages automatiques, comme dans PHD, tu ne verrais que celle-là. En fait, le mieux c'est de faire une première MAP sur une grosse étoile, Sadr par exemple, puis de pointer à côté. Comme c'est dans la Voie Lactée, il y aura à coup sûr de très nombreuses étoiles présentes. Tu affines la MAP sur les petites étoiles. La MAP est parfaite quand les plus petites étoiles se dévoilent. Le filtre UV/IR ne devrait pas avoir un effet aussi dramatique. C'est surtout sur la netteté des étoiles qu'il joue. Note qu'un filtre UV/IR vu de face est bien transparent, sans effet notable à l’œil.
  6. Quelques nouvelles intéressantes: Les prototypes SN5 et SN6 sont quasi terminés. Les réservoirs de SN5 ont déjà passé les tests de pressurisation. Par ailleurs, le stand de test, qui avait été détruit dans la dernière explosion, est reconstruit. Les essais devraient donc reprendre très bientôt: tests d'intégration, pressurisation, essais moteur(s), ombilical, etc. Le premier vol était prévu pour être un saut de puce de 150m, mais à la place SpaceX a demandé et obtenu l'autorisation pour un vol 'suborbital', ce qui ne limite plus l'altitude. Donc s'il survit à ses tests au sol, SN5 pourrait dépasser 150m.
  7. OrionRider

    M57

    Ben voilà, ton secondaire est donc mal placé et mal orienté. Il devrait être parfaitement rond et concentrique par rapport au trou du PO quand tu mets ton œil bien devant, dans l'axe. On règle ça 'à vue', à peu près. Actuellement, ton secondaire n'est pas au milieu et il est légèrement tourné sur son axe (il ressemble à une ellipse oblique, pas à un cercle). Oui. Ce que tu vois c'est le support du secondaire (en noir) et la tranche en verre du miroir (le reflet semble 'métallique' mais c'est bien du verre). Ton secondaire devrait être comme le cercle vert sur cette image: Pour le tourner correctement, tu peux déserrer la vis centrale de maintien du secondaire, tourner le miroir à la main, puis resserrer. La profondeur du secondaire dans l'intérieur du tube (déplacement gauche-droite sur l'image) se règle aussi avec la vis centrale (il y a normalement une contre-vis de verrouillage). En vissant/dévissant, le secondaire avance ou sort à l'intérieur du tube. Le déplacement haut-bas sur l'image se fait en réglant les branches de l'araignée qui maintiennent le secondaire. On peut ajuster la longueur et la tension des lames. Enfin, si la forme est bien au milieu mais toujours pas parfaitement ronde (tu obtiens une ellipse horizontale ou verticale), tu peux ajuster les trois vis creuses de collimation, qui modifient l'inclinaison du petit miroir. Ce sont ces trois vis creuses qui permettront aussi, après avoir correctement placé et orienté le secondaire, de mettre la tache du laser au centre du miroir primaire.
  8. Ce ne sera vrai que quand (si?) il sera lancé. Si ça continue, le prochain télescope spatial lancé par une fusée américaine sera pour un client de SpaceX.
  9. Les plastiques, le caoutchouc, les batteries, l'électronique, la pyrotechnique, etc. Tout ça se dégrade petit à petit. Et puis on va lancer du matériel obsolète, trop lourd et moins performant. Imagine qu'en 2005 tu voulais débuter en astrophoto CP avec du matériel ultramoderne. C'est l'année de lancement du Canon Eos 350D. Comme monture il y avait l'ancienne EQ6 et un T150/750 aurait été très bien. Tout ça accompagné d'un PC avec processeur Pentium 4 sous Windows XP et 1GB de mémoire. Une lunette 80/400 pour l'autoguidage, avec une des toute nouvelles Webcam Philips: le top du top! Et puis tu change d'avis: trop de boulot, pas le temps,... Hop, le matos au grenier pendant 15 ans! En 2020 tu ressors ton matos et tu t'inscris sur WA pour montrer tes belles photos et demander des conseils... Non seulement tu vas être déçu par rapport aux images des copains, mais ça va être dur-dur de trouver les programmes et les pilotes qui vont bien pour ton matos. Sans parler des cartes-mémoire et de l'aide en ligne...
  10. SpaceX va débuter les travaux de construction d'un hall d'assemblage géant pour le 'Super Heavy'. A force de parler du Starship, on en oublierait que ce n'est que la plus petite partie du vaisseau. Le nouveau 'High Bay' fera 81m de haut. Cela signifie aussi que la société sera bientôt prête à assembler des éléments de 'Super Heavy'.
  11. Pas forcément car ça ne servirait à rien d'en ajouter. Au contraire, il y en aura de moins en moins car les satellites et les récepteurs deviendront plus performants. En revanche, quand le prix du kilo en orbite aura encore diminué d'un ordre de grandeur (comme il l'a fait dans les 10 dernières années), les mégastructures orbitales deviendront possibles. Des stations gigantesques et de plus en plus nombreuses, des usines orbitales, des hôpitaux, des hôtels, des raffineries, des chantiers navals, de la sidérurgie, etc. L'ISS fait une centaine de mètres de long. Imaginez l'effet dans le ciel d'une structure kilométrique. Je pense d'ailleurs qu'à terme, l'avenir de l'astrophoto est là-haut. On installera des fermes de télescopes en L2, comme on le fait aujourd'hui au Chili. Pour les paysages de nuit, pas vraiment de souci car les capteurs seront assez sensibles pour donner une belle image en pose courte.
  12. L'ombilical n'est pas supposé se détacher tant que la fusée n'a pas décollé. Le reconnecter n'est pas une procédure prévue et normale. Cette situation n'est arrivée que parce que SpaceX a volontairement déconnecté l'ombilical pour le tester, sinon il serait resté branché. L'explosion ne pourrait donc pas se produire pendant un test ou un lancement normal. Je suis d'ailleurs étonné que le QD soit conçu pour se reconnecter alors que c'est inutile, vu que ce scénario est impossible. Cette capacité n'a été ajoutée que pour pouvoir tester la partie 'déconnexion', ce qui explique aussi la position illogique du mécanisme. Il est probable que pendant les lancements les ombilicaux seront des tuyaux étagés sur la hauteur, comme pour Falcon9 et toutes les autres fusées. Sur cette vidéo on voit bien que tout reste branché, même après allumage des moteurs. C'est le décollage de la fusée qui provoque le QD.
  13. Bah, ça c'est ce que tu penses mais ce n'est en tout cas pas ce qu'il dit. Sa version depuis des années est qu'il a besoin de l'exploitation commerciale pour réaliser son but, qui est de coloniser Mars. Ses activités commerciales, comme Falcon9, Tesla, Starlink, Boring, Starship suborbital (bientôt) etc. doivent financer le projet. Beaucoup de gens sont bien mieux assis dans leur voiture que dans leur salon. Et beaucoup de gens ont faim smartphone en main. Pour beaucoup, l'internet est devenu plus important que le pain. Va-t'en comprendre...
  14. La différence, c'est la masse! Pour Crew Dragon la masse est relativement faible (12T). Le premier étage va moins vite au moment de revenir au sol et il lui reste assez de carburant pour freiner longtemps au moteur. Du coup, la rentrée dans l'atmosphère peut se faire à vitesse réduite, avec moins de freinage aérodynamique et moins d'échauffement. Dans le cas d'un lancement de satellites à pleine charge (15,6T), la fusée utilise au maximum l'atmosphère pour freiner car il ne lui reste que très peu de carburant pour freiner au moteur. C'est un profil de vol bien plus éprouvant pour le matériel.
  15. Une photo du premier étage B1058 se posant après avoir lancé les astronautes. Comme son périple a été relativement peu éprouvant en termes de 'delta-v' (par rapport à un lancement de satellites), il devrait être remis en état de vol rapidement pour assurer les prochaines missions. D'après SpaceX, la version 5 de la fusée ne demande que peu de reconditionnement entre les vols mais le record de la compagnie est actuellement de 62 jours entre deux vols de la même fusée. Si SpaceX assure les 5 (!) missions prévues en juin, ou même 4 des 5, alors ce délai devra être fortement réduit car il ne leur reste que trois fusées disponibles.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.