Jump to content

OrionRider

Animateurs
  • Content Count

    21,519
  • Joined

  • Last visited

7 Followers

About OrionRider

  • Rank
    Non peut-être?

A propos

  • Résidence
    St-Truiden, Belgique
  • Intérêts
    Astrophoto, plongée, aéromodélisme,...
  • Matériel
    Astrographe T200/800 sur monture Vixen GP2 en poste fixe.
    Nikon D70s défiltré, Nikon D7000, QHY5L-IIc, Datyson T7.
    Dob 200, T130/900 sur Vixen NP.
    Jumelles Vixen Ascot 8x42

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Beaucoup de bruit avec 40 minutes de poses sur des galaxies, tu m'étonnes! Pour ce genre de cible si tu veux moins de bruit il faudra capturer beaucoup plus longtemps, il n'y a pas de miracle! En fait, je trouve même le résultat étonnamment bon pour si peu de temps de pose. Le halo ressemble à une entrée de lumière parasite; ça arrive quand on a un lampadaire quelque part devant le télescope, un éclairage derrière le tube ou un grosse étoile (ou la Lune) proche du champ imagé.
  2. Si je peux me permettre un petit conseil, quand on shoote en RAW, il vaut mieux utiliser un réglage ISO raisonnable. Le signal capté est le même, l'ISO ne fait que le multiplier. Avec par exemple 800 ISO tu peux encore 'sortir' les détails au traitement, en jouant sur les niveaux, le contraste, etc. Mais si tu as capturé à 6400 ISO, toutes les parties claires (les nébuleuses) seront irrémédiablement cramées et tu ne pourras pas les améliorer au traitement. Tu peux faire les darks et offset par après, la journée. Les darks se conservent d'ailleurs très bien dans une 'bibliothèque de darks', arrangés par durée et température. 😉
  3. Parce qu'ils ont une caméra astro monochrome à capteur CCD. La règle des 3 sigmas quand on image à la CCD avec des filtres interférentiels et sous un bon ciel recommande des temps de pose plus longs, parfois plus de 10 minutes. Avec un APN récent à capteur CMOS et un ciel moyen, ça tourne plus souvent autour d'une minute. Il y a aussi ceux qui ne connaissent pas cette règle et qui font des poses (trop) longues alors que ce n'est pas nécessaire. C'était mon cas au début.
  4. Oui. Il m'est arrivé de capturer un objet sur 2 nuits. La seconde était un peu voilée et au final l'empilement de toutes les images donnait une moins bonne photo que seulement les images de la première nuit... Bref, il ne faut pas hésiter à ne garder que les meilleures brutes. Parce que ça ne sert à rien. Tu n'auras pas un meilleur rapport signal/bruit avec 10x 10 minutes qu'avec 100x 1 minute. En revanche, tu risques plus d'avoir des étoiles en patates, des passages d'avions, des nuages, coups de vent, coups de pieds dans le trépied, etc. Sans parler d'un fond de ciel orange vif. Voir la 'règle des trois sigmas' postée plus haut.
  5. C'est donc que les darks et offset ne sont pas bons, pardi! Déjà, faire seulement 17 offset, ça ne sert qu'à ajouter du bruit dans ton image. Il en faudrait beaucoup plus! Comme ça ne prend que quelques secondes, pourquoi se priver? Quant aux darks, il faut les faire dans les mêmes conditions que les images: même ISO, même durée, température similaire, etc. Après, peut-être que ton Olympus applique lui-même un traitement sur les images brutes. Ce ne serait pas la première fois. Dans ce cas, les darks ne feront qu'ajouter du bruit.
  6. Comme dit Ursus, essaie de privilégier les cibles stellaires: amas, portraits d'étoiles, étoiles doubles/multiples, etc. Ces images nécessitent moins de temps de pose global et le contraste avec le fond de ciel est plus grand, le traitement est plus facile. Utilise un temps de pose unitaire court, pour limiter le flou de bougé. Les nébuleuses et galaxies, c'est mort... Mais tu as aussi la Lune, qui peut faire un sujet sympa pendant quelques soirées. Pas assez de signal, trop de bruit: temps de pose insuffisant! Si tu avais par exemple 2h de temps de pose global, essaie de compléter avec encore quelques soirées de chacune 2h. Avec 8h au total, même en ville tu dois pouvoir sortir un bel amas. Depuis un balcon de toute façon les cibles ne restent pas beaucoup plus longtemps visibles. Il faut donc accumuler les images sur plusieurs nuits. Bon ciel!
  7. Des nouvelles des technologies mises en oeuvre pour diminuer l'impact de ces satellites sur l'astro. (en anglais) https://www.teslarati.com/spacex-starlink-darksat-coating-reduce-brightnesss/ Il est question du déploiement d'une sorte d'ombrelle pour cacher le satellite.
  8. A voir si l'enquête sur l'explosion d'un moteur lors du dernier lancement ne va pas encore retarder ce vol...
  9. Ce n'est pas tout à fait vrai, les satellites ont une mobilité suffisante pour esquiver un débris, s'orienter précisément ou rétablir leur orbite. Par ailleurs, tous les impacts ne détruisent pas les satellites en millions de petits morceaux. Dans beaucoup de cas, l'engin fonctionne encore assez pour être désorbité ou rangé sur une orbite 'cimetière'. Dans d'autres cas, il ne fonctionne plus et finit par retomber. Entre-temps il devient lui-même un débris mais dont la trajectoire est parfaitement connue et prévisible.
  10. On peut installer une antenne par rue, par cité ou bloc d'appartements, par école, sur une île, une ferme isolée, un navire, un hôpital, une PME, une base en Antarctique,... Le prix de l'installation va chuter quand elle sera produite en très grande série. On peut aussi imaginer que les clients individuels pourront louer le matériel s'ils ne veulent pas partager une antenne. D'ailleurs, il semblerait que cette installation au sol soit moins spectaculaire qu'on le croyait (tiré du lien ci-dessus) : "Starlink customers will receive internet connection from space via a small terminal that "looks like a thin, flat, round UFO on a stick," meaning it is a circular shape antenna attached on a stick to lift the unit up."
  11. Quand on voit les bosses on se dit que c'est pas possible, que c'est du 'fake'.
  12. Le premier fuselage de Starship (SN01) vient d'arriver sur le pas de tir, non loin de l'ancien 'hopper', après seulement quelques semaines d'assemblage. Prochaines étapes: tests de pressurisation, intégration des moteurs et test de mise à feu. Selon NASASpaceflight.com, le premier décollage est déjà prévu pour le mois prochain!
  13. As-tu une idée de combien d'avions volent à tout moment en orbite très, très basse, dans une couche minuscule allant de 10 à 12 km d'altitude? Entre 10.000 et 20.000 pour un volume de vol de ±1.000.000.000 km³. Donc si tu comptes que les satellites internet seront répartis entre 250 km et 650 km d'altitude (une couche de 400 km d'épaisseur), ça fait un volume de 210.000.000.000 km³. Les satellites auront 210 fois plus de volume pour évoluer que les avions. Par ailleurs, les avions sont en moyenne au moins cent fois plus volumineux qu'un satellite. Au final, il faudrait lancer 420 millions de satellites pour obtenir la même 'saturation' que celle des avions en vol actuellement. Sans compter que les satellites (et débris en orbite) ont une trajectoire parfaitement prévisible et connue et qu'ils peuvent bien plus facilement esquiver un obstacle qu'un avion piloté par un humain. Bref, cet argument-là ne tient pas la route.
  14. Je ne vois vraiment pas comment! Pas besoin d'infrastructure terrestre lourde: pas de fils, pas d'antennes, pas de serveurs, pas d'électricité,... C'est une économie gigantesque! Et bien sûr, toute la planète est couverte, même dans les endroits les plus reculés (un marché jusqu'ici non touché). Cerise sur le gâteau, l'internet tombé du ciel empêche un état ou une organisation de forcer un monopole ou de contrôler le contenu. C'est le cauchemar des dictateurs et des fournisseurs d'accès pourris. En revanche, Starlink pourra influencer le comportement commercial (et politique?) de milliards de personnes. Même en offrant le service gratuitement, ils pourront se faire un pactole monstrueux rien qu'en retombées commerciales. Ce truc-là, c'est le jackpot, encore mieux que Google.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.