Discret68

Membre
  • Compteur de contenus

    847
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Discret68

  • Rang
    Membre

A propos

  • Résidence
    Aux environs de Colmar (68)
  • Intérêts
    Les galaxies, les trains (petits et grands)
  • Occupation
    Chef de projet en centrale nucléaire
  • Matériel
    Meade RCX400-10" f/d 8 + occ Meade SWA5000 (82°) en 24mm - CCD Moravian G2-8300 - Guidage par SCT Meade 100 en f/d 10 + cam ZWO ASI120MM.

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Discret68

    Quelle motorisation de PO ?

    Comment fais tu la MAP actuellement ? Masque de bahtinov ou autre méthode ? Dans tous les cas, note la température et la position de ton focuseur à la première MAP et refais la même chose en fin de la séance d'acquisition. Tu verras bien si tu as un changement de MAP. Pour que ça soit révélateur, il faut qu'il y ait une variation de température. Sinon, comme le mentionnait bandido, ce sont les conditions atmosphériques qui évoluent et qui modifient la MAP. Et puis, comme on a beaucoup de chance, en général, il y a les 2 phénomènes !
  2. Discret68

    Quelle motorisation de PO ?

    Certains focuser équipés d'une sonde de température peuvent corriger la MAP indépendamment du logiciel d'acquisition. A titre d'exemple, j'ai un USB_Focus sur une lunette et je peux effectivement piloter la MAP avec SGP via le driver Ascom et procéder à des reprises périodiques. Mais je peux également procéder à la reprise automatique et en continu de la MAP par le biais du petit logiciel de commande qui est livré avec l'USB_Focus. Dans ce cas, il est nécessaire de déterminer le gradient de correction (en pas moteur par degré en général) et le sens de correction et roule ma poule. Dans le cas spécifique de la lunette avec un A7S, j'utilise un masque de bahtinov qui permet une focalisation initiale beaucoup plus rapide qu'une focalisation automatique (courbe en V, que j'utilise également dans d'autres configurations que la lunette - Newton + FLI + CCD avec SGP) et puis après, ça se débrouille. Pour déterminer le gradient de correction le plus représentatif possible, il est primordial de laisser l'équipement se stabiliser en température après mise en place avant de faire la première MAP (mais ça, c'est commun à tous les systèmes). Après, l'idéal est d'avoir une variation significative de la température ambiante durant la nuit afin de déterminer une 2ème position de MAP. Ce système fonctionne sans problème, bien qu'il ne corrige effectivement que la problématique de dilatation de l'équipement vis-à-vis de la variation de température ambiante. Je ne sais pas si le changement des caractéristiques de l'atmosphère (densité de l'air , humidité, ..) ont une influence sur la MAP et dans quelles proportions. L'avantage d'une compensation en température est que la correction s'effectue en continu et pas par palier comme c'est le cas avec une MAP pilotée par soft. Il n'y a jamais de dégradation de la MAP au fil de la séquence photo. Pour conclure mes propos, une petite anecdote dont je n'ai pas encore trouvé d'explication avérée. Lors de la détermination du gradient de correction avec la lulu et l'A7S, j'ai constaté que le sens de correction de position du focuseur était inversée par rapport à ce que j'attendais. En clair, le tube de la lunette (en métal) se contacte avec la baisse de la température (jusque là, ça parait logique). Je m'attendais donc, pour maintenir la focale de la lulu, à éloigner l'APN pour compenser la contraction du tube (là aussi, ça me parait logique). C'est exactement le contraire qui s'est produit, il fallait que je rapproche l'APN pour compenser la MAP. J'ai bien vérifié visuellement le sens de déplacement du focuseur, pas d'erreur d'interprétation. Alors j'en viens à me dire que c'est peut-être l'objectif de la lulu (qui est un triplet), qui présente une variation de focale en fonction de la température, focale qui aurait tendance à se réduire avec la baisse de la température. Il faut néanmoins relativiser du fait que ces variations se comptent en centièmes de millimètre. JP
  3. Discret68

    Montures 3 axes...

    Hello J’avoue également ne jamais avoir entendu parler de ce genre de monture. Mais concretement, si on fait abstraction des éventuelles difficultés de fabrication et de pilotage, quel est l’interêt de ce type de monture par rapport à une équatoriale ?
  4. Discret68

    Se fabriquer une camera AllSky pour moins de 100 Euros c'est possible ;-)

    Je vais regarder pour voir si j'arrive à faire quelque chose avec cette commande. En tout cas, l'approche est pertinente ! Tout à fait, mais je n'utilise que Tkinter pour faire la création graphique des différentes fenêtres (exploitation et paramétrage), d'autant qu'il faut afficher entre 4 et 16 lignes de relais (par paquets de 4). Comme je disais plus haut, j'ai l'impression d'être revenu il y a plus de 30 ans en arrière quand je programmais le même genre d'interface sur Atari520. Vu que ça fait moins de 2 mois que je me suis mis au python, il y a certainement des optimisations à faire dans mes programmes, mais je suis déjà content que ça fonctionne.
  5. Discret68

    Se fabriquer une camera AllSky pour moins de 100 Euros c'est possible ;-)

    Je pense en effet qu'il faudrait une rubrique spécifique ou même plusieurs car avec une seule, ça risque peut-être de tirer dans tous les sens, vu le nombre de développements possibles avec le RPI. Concernant le capteur MLX que tu utilises, c'est un MLX90614 ou autre ? Car à priori, il n'est pas nécessaire d'utiliser un Arduino en interface. A moins que cela corresponde à une utilisation particulière ? En faisant quelques recherches sur le net, j'ai trouvé ce site avec utilisation du MLX90614 sur un RPI avec programme de test et in fine une mesure de comparaison entre ciel clair et nuageux : http://olegkutkov.me/2017/08/10/mlx90614-raspberry/ Par ailleurs, sur ce même site, l'auteur décrit plusieurs développement sur RPI dont une allsky à base d'une QHY5 connectée au RPI. Je ne connais pas Highcharts mais je vais regarder. Perso, j'ai utilisé le module Matplotlib. Tu as eu l'occasion de comparer les deux modules ?
  6. Discret68

    Se fabriquer une camera AllSky pour moins de 100 Euros c'est possible ;-)

    Pour l'instant, j'utilise Geany comme éditeur de programme. Les programmes s'appuient essentiellement sur Tkinter et Matplotlib pour les courbes. J'ai un peu l'impression de revenir 30 ans en arrière. J'ai essayé QT4 Designer en vue des développements futurs. L'approche ressemble un peu à ce qu'on peut faire avec Visual Studio sur PC. Je voudrais également tester Eric6 en tant qu'IDE, mais j'ai des soucis lors de l'installation des fichiers connexes. Mon site est verrouillé par l'hébergeur pour le moment suite à tentative de hack. Il faut que je m'occupe de régler le problème. Salut Eric. Il faudra quand même qu'on trouve un peu de temps pour se rencontrer car je t'ai fait un petit programme pour renommer automatiquement les images à partir du contenu de l'entête fit(s). Je ne l'ai pas précisé, mais celui qui est intéressé par un de mes programmes peut me le demander, il n'y a aucun problème. En attendant que mon site soit à nouveau opérationnel pour que je puisse y stocker les différents produits, il suffit de m'envoyer un MP avec une adresse mail où je peux envoyer le (ou les) fichier(s). Juste pour information car je vais être totalement hors sujet, mais pour nous, astrams qui exploitons le Raspberry Pi en astro, j'ai également développé un soft de pilotage de carte relais qui se branchent sur le port GPIO du RPI . Coût de l'opération : de 2€ (carte 4 relais) à 7€ (carte 16 relais). Il est possible de piloter de une à plusieurs cartes relais, à raison de 4-8-12 ou 16 relais. l'interface s'adapte au nombre de relais disponibles. Dans le cas ci-dessous, c'est l'option 8 relais qui est retenue, et les 2 premiers relais sont activés : Et l'écran de paramétrage qui permet de libeller chaque relais comme on le désire, et de choisir la pin du GPIO indépendamment pour chaque relais. Toutes les infos sont bien sûr sauvegardées. Bon, je n'en dis pas plus, je vais ouvrir une discussion spécifique pour ceux que ça intéresse. JP
  7. Discret68

    Se fabriquer une camera AllSky pour moins de 100 Euros c'est possible ;-)

    La mise sous vide, même partielle est assez illusoire pour nous autres amateurs. Il faut une enceinte totalement étanche, en métal ou en verre scellé, avec des traversées électriques qui, elles aussi, doivent être complètement étanches. Bref, des techniques que nous, amateurs (même éclairés pour certains), ne pouvons malheureusement pas mettre en oeuvre. A moins d'avoir une pompe à vide raccordée en permanence. On peut effectivement faire en sorte que la allsky soit le composant le plus cher de notre cher observatoire 😜 Ce point a déjà été discuté à de nombreuses reprises, mais le mieux est effectivement de "remplir" le boitier avec un gaz sec (air, argon, hélium, ...). En fait, une fois le boitier terminé, il faut réaliser un balayage de l'intérieur avec un gaz sec. Des aérosols de gaz sec existes sur le marché. Il faut néanmoins assurer une étanchéité parfaite du boitier, sinon l'humidité remontera à brève échéance. Je connais quelqu'un qui a un boitier totalement métallique et très étanche. Au bout d'un certain temps, pas très long, nous avons pu constater que le taux d'humidité remontait progressivement. Des sachets de dessicant (régénéré préalablement) étaient également présents dans le boitier. Quoi qu'on fasse, on ne peut pratiquement pas se passer de résistances de chauffage à l'intérieur du boitier. Même en imaginant un boitier dont le volume intérieur est dénué de toute humidité, n'oublions pas qu'à l'extérieur, le problème reste bien présent. Dès qu'on taquine le point de rosée, la condensation, voire le givre ou la neige se feront un plaisir de recouvrir le dôme. Et là, au revoir les étoiles. Seul le chauffage du dôme permettra d'endiguer le phénomène. De mon point de vue, les résistances restent le système le plus facile à mettre en oeuvre et à piloter. A ce sujet, et pour ceux qui utilisent un Raspberry Pi avec le script de Thomas Jaquin pour les acquisitions, j'ai développé un petit logiciel en python qui permet de contrôler les résistances chauffantes de la allsky et ce, en fonction de paramètres réglables. Le système s'appuie sur 2 capteurs type DHT22 (température et humidité) et sur un relais, pour alimenter les résistances. Ces 3 accessoires (dont le montant total est de l'ordre d'une dizaine d'euros) se branchent sur le port GPIO du RPI. Un premier capteur DHT22 doit être logé dans le boitier et le deuxième à l'extérieur. Le calcul du point de rosée interne et externe permet d'enclencher le chauffage en fonction de l'écart entre la température mesurée et le point de rosée calculé. Une petite copie écran pour vous montrer à quoi ressemble l'interface (réduit au strict minimum) : PS : vu les températures affichées, je tient à préciser que je ne suis pas sous les tropiques. Etant en train de peaufiner le soft, le RPI est sur mon bureau avec un des capteurs qui est sur le processeur du RPI. Pour ceux que ça intéresse, j'ouvrirai une discussion séparée pour éviter de polluer celle-ci. J'ai également en cours de développement, une version plus élaborée, avec tracé de courbes, enregistrement des graphes, transmission sur serveur ftp, .... toujours basée sur les mêmes capteurs :
  8. Discret68

    Se fabriquer une camera AllSky pour moins de 100 Euros c'est possible ;-)

    Je réitère la remarque que j'ai faite un peu plus haut !!
  9. Discret68

    Se fabriquer une camera AllSky pour moins de 100 Euros c'est possible ;-)

    Attention aux objectifs au tarif trop alléchant. Dans ce monde, il n'y a pas de mystère, la qualité a un prix ! Même chez les chinois. As-tu regardé les objectifs correspondant aux liens que j'avais mis dans ma réponse du 9 novembre et celui que t'as mis Xili. J'ai comme l'impression que tu poses des questions mais tu sembles ne pas t'intéresser aux réponses qu'on te fait !!! Pourquoi veux tu un repère terrestre ? A partir du moment où tu vois les étoiles, tu trouves la polaire et tu peux positionner ta caméra avec la polaire au nord.
  10. Discret68

    Punaise c'est en ligne OU OU OU !!!!

    Sur la liste de destockage, cette lunette est annoncée au tarif neuf de 5690€ alors que sur le site OU, le tarif neuf est de 5250€, ce qui fait 440€ de différence. Et la composition me semble identique 👎 L'année dernière, elle a commencé à 4100€ pour terminer à 3900€, tarif de départ de cette année. Si je considère la décote de 5690€ à 3900€, ça nous fait 1790€. A partir du tarif actuel neuf qui est de 5250€, le prix de cette lulu devrait avoisiner les 3460€ en destockage 👍
  11. Discret68

    Se fabriquer une camera AllSky pour moins de 100 Euros c'est possible ;-)

    Regardes mes réponses du 9 novembre sur cette discussion (milieu de la page 16), tu y trouveras des liens pour les objectifs correspondant aux photos présentées le même jour.
  12. Discret68

    Punaise c'est en ligne OU OU OU !!!!

    Ben oui, ils ont embauché un clone de Stephen Hawking😜
  13. Discret68

    Se fabriquer une camera AllSky pour moins de 100 Euros c'est possible ;-)

    Je me disais bien. De toute façon, il n'y a pas de copyright. Et puis, si c'est pour mettre des infos sur un site et que personne ne s'en sert ou s'en inspire, on peut tout rincer.
  14. Discret68

    Se fabriquer une camera AllSky pour moins de 100 Euros c'est possible ;-)

    Je crois qu'on doit avoir le même fabricant 😜
  15. Discret68

    Se fabriquer une camera AllSky pour moins de 100 Euros c'est possible ;-)

    Surtout pas ! Les résistances vont cramer et le reste avec. Avec 4 résistances de 4,7 ohms en série, la puissance dissipée est de 7,6W. Il est normal que ça ne se sente pas trop. Je pense que c'est une puissance adéquate. Avec les 4 résistances en parallèles, la puissance serait de 122W !! Début d'incendie assuré ! Pour être convaincu de l'adéquation de la puissance actuelle de 7,6W, il faudrait mesurer la température interne du boitier de la allsky avec les résistances hors et en service. L'idéal serait de mesurer également l'hygrométrie de manière à valider la marge par rapport au point de rosée. C'est pour cette raison que je demandais à Romain quel type de capteur il pense utiliser. Vu de chez moi, le DHT22 serait un bon choix.