Discret68

Membre
  • Content Count

    977
  • Joined

  • Last visited

About Discret68

  • Rank
    Membre

A propos

  • Résidence
    Aux environs de Colmar (68)
  • Intérêts
    Les galaxies, les trains (petits et grands)
  • Occupation
    Chef de projet en centrale nucléaire
  • Matériel
    Meade RCX400-10" f/d 8 + occ Meade SWA5000 (82°) en 24mm - CCD Moravian G2-8300 - Guidage par SCT Meade 100 en f/d 10 + cam ZWO ASI120MM.

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Discret68

    Télescope flou

    Je suppose que lorsque tu dis que tu arrive en butée, c'est lorsque le porte oculaire est sorti au maximum. Tu peux faire un petit essais rapide même en pleine journée en visant un objet au loin (arbre, immeuble, ...). Attention néanmoins à ne pas viser le soleil, ton oeil n'y résisterait pas. On ne le répétera jamais assez. Avec ton oculaire de 25, tu mets ton porte oculaire en butée puis tu libère l'oculaire (desserrage des vis de maintien de l'oculaire) et tu sors progressivement l'oculaire du porte oculaire. Lorsque tu auras une image nette, tu pourras avoir une idée de la longueur qu'il te manque pour faire la mise au point. Et comme l'écrit Subwoof, tu peux dans ce cas, utiliser un tube allonge, bien sûr plus long que la cote que tu auras mesuré de manière à pouvoir rentrer le porte oculaire et permettre la mise au point à l'aide des molettes. Un exemple parmi tant d'autres que tout magasin d'astronomie propose : https://www.pierro-astro.com/materiel-astronomique/accessoires-astronomie/tubes-allonge/tube-allonge-50-80-longueur-50mm_detail
  2. Discret68

    Cache poussière motorisé

    Sur la première version (lulu), les rainures sont faites par perçage puis finition à la lime. J'ai commencé par tracer une ligne qui symbolise l'axe de la rainure. Puis, pour une rainure de 5mm de large, j'ai pointé plusieurs trous à environ 4 mm d'entraxe. J'ai percé les trous avec un forêt de 4mm. J'ai continué avec des limes (ronde et plate) pour obtenir chaque rainure. J'utilise des petites limes au diamant qui permettent de travailler finement. En y allant doucement, on obtient le résultat escompté. Maintenant, j'ai une fraiseuse CNC, ça facilite le travail. Mais pour les 2 systèmes de la lulu, tout à été fait à la main. Scie manuelle, marteau, limes, ... Faut juste être un peu manuel.
  3. Discret68

    Cache poussière motorisé

    Salut Bemo. Je vais faire une réponse rapide car je suis en vacances et je n'ai que mon téléphone pour saisir les messages. Je pense que pour un newton de 200, un seul moteur est largement suffisant. Pour un miroir, ça doit te faire un obturateur d'environ 250 de diamètre. En alu d'1mm d'épaisseur où en plastique de 3mm, le poids est faible. Le motoréducteur que je préconise sur mon site a un couple largement suffisant. Pour pouvoir positionner l'obturateur le long du tube, il faut utiliser le 2eme motoréducteur dont je parle et qui a le réducteur dans le prolongement du moteur. Par contre, il faut ajouter une petite platine supplémentaire pour placer le fin de course ouverture. Côté IPX, v3 ou v4, l'utilisation est identique. Le premier support que j'ai réalisé a été fait avec de la tôle alu que j'ai découpé et plié dans un étau. Entre temps, j'ai trouvé des profilés alu qui ont facilité la fabrication de l'ensemble. Il doit être possible de réaliser les pièces en impression 3D, mais comme je n'ai pas ce type d'imprimante, je n'ai pas pu faire l'essai. Il faut peut être augmenter l'épaisseur des pièces. Si tu le souhaite, je peux mettre les plans des pièces sur mon site pour te faciliter la tâche.... mais il faudra attendre un peu que je rentre chez moi.
  4. Discret68

    Pied colonne fixe dans le jardin

    J'ai décapé mes pièces alu à la soude à température ambiante et cela n'a jamais posé de problème, y compris les pièces anodisées. Avec une mesure à l'ohm-mètre après décapage d'une pièce anodisée, il y avait bien une conductivité totale en surface alors qu'avant décapage, la surface était totalement isolante, preuve que le décapage avait bien détruit la couche d'alumine.
  5. Discret68

    Pied colonne fixe dans le jardin

    Qu'est-ce que tu veux blanchir avec ces produits sympathiques ?
  6. Discret68

    Réflexion poste fixe

    Tu ne peux peux pas dire que tu n'as pas été prévenu que tu allais avoir des problèmes de condensation avec ta cahute en tôle !!! Mais comme tu as voulu persister dans cette voie .... Maintenant, tu te rends compte par toi même de la problématique. Le premier problème et que ta cabane est directement sur la terre. Même si la terre te parait sèche, elle ne l'est en fait jamais, sauf au Sahara et dans l'Atacama ! Lorsque la température extérieur monte, avec la tôle, ça devient un vrai four à l'intérieur. L'air contenu dans l'abri se charge en humidité qui vient du sol et lorsque la température baisse, ça condense et ça ruisselle. Tu as bien le phénomène auquel on s'attendait. Le métal est le pire matériau à utiliser (seul) pour un abri car la conductivité thermique de l'acier est excellente et les cyclages thermiques dans l'abri se suivent et agissent comme une pompe à humidité. Le bois était nettement préférable. A titre d'exemple, tu peux regarder cet embryon d'article sur mon site (article en cours de rédaction) qui explique brièvement le pourquoi de la condensation dans un volume clos, ou à peu près : http://astrowick.fr/index.php/bricolages/developpement-informatique/20-developpement/86-gestion-conditionnement-allsky Tu peux ventiler ton abri en permanence, non pas comme tu l'écris pour "virer la condensation", car quand la condensation est là, c'est trop tard et seul le chiffon est efficace, mais pour remplacer l'air intérieur chargé en humidité par de l'air extérieur qui l'est moins. Par contre, il faut un débit très important. A titre d'exemple, j'ai installé un ventilateur de "petite" VMC de 100mm de diamètre dans mon abri (un de ceux dont morbli a mis le lien). Qu'il soit en route ou pas, je ne vois aucune évolution significative de l'hygrométrie dans l'abri, et j'ai 2 capteurs qui mesurent en permanence la température et l'hygrométrie. Mais il est vrai que j'ai une dalle béton qui isole le sol et que finalement, l'air qui est à l'intérieur est quasiment de l'air extérieur en permanence car j'ai des ouvertures sur chaque coté qui permettent de faire circuler l'air naturellement. Si tu persiste à ne rien mettre au niveau du sol pour isoler la terre de l'air ambiant, prévois un gros ventilateur et de belles ouvertures pour l'extraction. Dans la situation actuelle, l'isolation ne te sauvera pas, un chauffage pas plus. Il n'y aura plus de condensation au niveau des murs et du toit, mais tout le reste (monture, instrument, ...) va ruisseler quand même, peut-être pire qu'avant car vu que l'humidité ne se condensera plus sur les murs mais sur ton équipement. La première chose à faire est réduire le taux d'hygrométrie et donc, d'isoler le sol. Pour éviter les remontées d'humidité, il faut un plancher (en bois par exemple pour que ça reste démontable), avec des trous de ventilation sur tout le pourtour des murs entre le sol et le niveau du plancher pour qu'un courant d'air puisse se former et balayer l'espace humide entre le sol et le plancher. Après, tu peux réfléchir à isoler les murs et le toit avec des matériaux adaptés. Ton histoire de paille, ça va pas être facile à mettre en oeuvre et pas forcément très efficace, et puis les mulots, ils aiment bien. Mais bon, vu que tu as construit ta cabane comme le 2ème des 3 petits cochons (profites en pour revoir tes classiques 😀), tu peux utiliser de la paille comme le 1er des 3 petits cochons. L'idéal aurait été de prendre le 3ème petit cochon en exemple pour construire ton abri ! Je pense que le polystyrène extrudé (pas l'expansé car il part en sucette) en 30mm d'épaisseur, collé par points sur la tôle pourrait te rendre le service attendu. C'est moins écolo que la paille collée à la bouse de canasson, mais faut savoir ce qu'on veut. Prévoir quand même des ouvertures sur chaque coté de l'abri pour permettre les courants d'air naturels. La colonne béton n'était elle pas la première solution que je t'avais proposé ? Vu ton cahier des charges initial (locataire vs propriétaire), c'était la solution minimale à mettre en oeuvre vu de chez moi. De toute façon, ton retour d'expérience t'amènera à termes à mettre un pilier fixe (métal ou béton). Mais maintenant que tu es conscient (à priori) que tes choix ne sont pas forcément les meilleurs, il faut quand même partir vers une amélioration de la situation actuelle plutôt que de repartir de zéro.
  7. Discret68

    Réflexion poste fixe

    Comment peux tu dire que tu as failli griller un pc éteint ??? J'ai un pc qui tourne 24h/24 dont le processeur est à plus de 80 % dans le un abri où la température est montée frequement à plus de 40° les jours de canicule, aucun problème.
  8. Discret68

    Bonjour d'Alsace

    Salut VaporTrails. C’est quoi un pharmacien metalleux ? Tu es dans quel secteur en Alsace ? Tu peux nous préciser ce qui t’attire plus particulièrement en astro (observation visuelle, astrophoto, ...) ? As tu un équipement ?
  9. Discret68

    Pied colonne fixe dans le jardin

    Avec la météo qu'on a, ce sera effectivement beaucoup plus utile 😀
  10. Discret68

    Pied colonne fixe dans le jardin

    IL n'y a pas de risque avéré en pratiquant de la sorte. Dans le bâtiment, c'est une pratique quasi systématique, les ferrailles sortent des fondations ou des dalles avant de continuer la construction. Il n'y a que dans des ouvrages très particuliers qui doivent avoir une résistance très importante (ex : barrage) que les coulées se font en continu. Ce qui est plus "gênant" à mon sens, c'est que sur la photo où on voit le ferraillage dans le trou, les fers semblent être au contact de la terre, ou tout au moins très proche. En général, on laisse une distance d'au moins 4cm entre le ferraillage et le bord du béton. En dessous de cette cote, l'humidité va pénétrer dans le béton et va corroder les fers tors, qui vont gonfler et fissurer le béton, et ainsi de suite. Mais bon, vu le volume de la fondation, il n'y a pas péril en la demeure, la dégradation se fera, mais prendra son temps. Il y aura bien longtemps que trasher aura abandonné l'astro avant que ca lui pose problème.
  11. Discret68

    Pied colonne fixe dans le jardin

    Tu as laissé les tiges filetées droites dans le béton ? Il aurait été pertinent de les tordre un peu en partie basse pour éviter tout risque de rotation. Il faudra être prudent lors des serrages ou desserrages d'écrous car les tiges filetées risquent de se desceller. Contrairement aux fers tors qui ont des aspérités qui permettent éviter toute rotation, les tiges filetées présentent une surface lisse et il est tout à fait possible qu'elles se dévissent bien que scellées dans le béton.
  12. Discret68

    Zoom avec Sony A7S

    Tu dois avoir le mode HDR qui est activé.
  13. Tu n'aurais pas une petite photo de la monture dans ta configuration pour qu'on essaie de comprendre ? Je parle pour ceux qui n'ont pas cette monture !!
  14. Discret68

    Réflexion poste fixe

    Il me semble que ce sont des tapis qui se roulent et dont l'épaisseur est relativement mince. Je pense qu'il va être difficile de faire propre (je veux dire plan) avec ce genre de tapis, et il faudra pas mal de colle pour que ça se tienne à peu près. Le polystyrène extrudé est bien rigide et quelques points de colle (colle spécifique en cartouche ou silicone) suffisent à le maintenir. En plus, avec la surface que tu as, ça ne devrait pas te couter un bras. Et puis, ça te fera une meilleure isolation vis-à-vis du soleil qui va taper dur sur le toit de ton abri. De toute façon, avec un abri entièrement en tôle, ça va vite se transformer en four. Si tu ajoutes un ventilateur, tu auras un four à chaleur tournante. Prépares un tourne broche et des poulets, on arrive pour l'inauguration 😂 Mais c'est comme tu le sens !
  15. Discret68

    Réflexion poste fixe

    Tu peux coller du polystyrène de 20 à 30mm d'épaisseur (voire plus si tu peux) pour isoler un peu ton toit. Prendre du polystyrène extrudé qui est de bien meilleure qualité que l'expansé, qui part en petits morceaux dès qu'on le touche. Si je peux me permettre de te donner un petit conseil, tu devrais traiter le risque de pénétration de pluie battante par l'interstice entre le toit et la structure fixe. Il faudrait un profilé (ex : une bande) fixé sur le chevron horizontal du toit et qui recouvre la partie fixe de l'abri de quelques cm. Prévoir un peu de jeu pour éviter que ce recouvrement ne frotte sur rapatrie fixe lors des manoeuvres du toit.