Jump to content

lyl

Membre
  • Content Count

    1,102
  • Joined

About lyl

  • Rank
    Bzzzzz
  • Birthday 02/14/1967

A propos

  • Résidence
    Bonnimontaine
  • Matériel
    Intes MN68 special
  • A propos de vous
    ingénieur en micro-électronique et transmission du signal. Mastère en sciences télécommunication.
    Expérience fabrication et tests de composants à base silicium et autres semi-conducteurs.
    Expérience en systèmes informatiques (2eme métier)

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. c'est pour du f/D long, l'emploi de verres lourd et réduction du relief d’œil permet d'agrandir le champ. Ça vaut les anciens qui ont 52°, avec moins de tirage. Le reste du champ est flou à f/7 et s'ouvre complètement à f/15. Un beau cul de bouteille à f/4. La sortie de cette nouvelle version est, en partie, due à un renouveau des réfracteurs longs au Japon. Pour un équivalent en qualité optique et qui passeront sur un dobson + paracorr, on va dire à f/5.4 final : les erflé et les SWA de TAL. Voir la revue de Bill Paolini : https://www.cloudynights.com/articles/cat/user-reviews/the-tal-super-ultra-wide-angle-eyepieces-r2845 On peut en acquérir ici : je viens de tester les plössls et je suis bluffée pas la qualité optique. https://bearoptics.com/telescopes-tal/super-wide-angle-eyepieces-65deg/
  2. La FS128 est un doublet classique, la correction est planétaire. Faut savoir ce qu'on veut faire avant de choisir. Pour du CP, 200mm c'est une bonne base. Avec observation par l'arrière : un schmidt cassegrain.
  3. J'ai reçu les plössls. Un premier test de torture à f/5, sur un chercheur 50mm c'est excellent. Le longue focale 32mm est conçu différemment. Un défaut : la bonnette du 32mm est un peu courte à f/5, à voir à f/D12 (ça raccourcit). Kitakaru avait sorti un plössl 62° dans le même esprit il y a 3 ans. Ça n'a marché que moyennement et que les longues focales.
  4. des LOMO 55° 17mm (équivalent panoptic, antérieur avec moins de champ) des Kellners russes en 32mm (45°, flat-field) + des CZJ (Zeiss) GFPW 15,6mm 57°, j'attends un 2eme. (équivalent TMB à cette focale, qualité top) J'ai eu des orthoscopiques : vu le f/D derrière la bino, la petite dégradation ne m'incite pas à rester avec un petit champ, j'aime bien la cinquantaine de degré minimum. Le morpheus 17,5 est excellent en bino, un jour peut-être mais pas pour le moment.
  5. Un témoignage sur une soirée à Puimichel : terrasse de toit à 10m de haut http://www.astrosurf.com/topic/137477-de-400-a-500-ou-600/?do=findComment&comment=1854262 Side by Side : AstroPhysics 130 EDF f6.3 contre Scopetech 80/1000 (ça laisse pensif pour la f/15) Sur Théophilus : mont central complètement séparé en 4 et le cratère dans les gradins bien visible. La suprématie visuelle du f/D long : moins de complexité, moins de problèmes. Et pour les munchkins incrédules, c'est bien une rainure dans la vallée des Alpes, prise à 10km de Grenoble, la lune étant décalée dans l'axe Chartreuse/Vercors... 2 nuits de folies.
  6. https://www.leboncoin.fr/collection/1799149058.htm/
  7. Vu la qualité des optiques que j'ai reçu, effectivement le PO peut améliorer le ressenti, je suis sortie plusieurs fois pour la Lune Jupiter et Saturne ces derniers temps et quand il y a un peu de turbulence, on aime un peu plus de précision pour se caler dans la meilleure map, en particulier sur la Lune. Je montais à près de 220 - 250x quand même pour aller chercher le plus fin détail dans Arzachel. Je manque d'entrainement il faut le reconnaître mais je suis impressionnée. Je ne saurais que conseiller la Kaiser 80/1200 qui va vous donner plus de latitude avec le PO d'origine et probablement le petit plus de marge. J'ai repris le bricolage tout doucement (je suis en affection longue durée en ce moment, je suis très fatiguée : insuffisance surrénale) J'ai planifié de tester le 80/1200 que j'ai encore en stock pour m'assurer de la différence de confort/stabilité et j'essaye de faire un retour comparatif sur l'utilité ou non du PO plus fin. Quoiqu'il en soit, j'en ai besoin pour la photo sur la 80/1000, il y a une différence de douceur. Il faut reconnaître aussi que c'est un PO maousse au niveau du prix de l'objectif... L'équilibre du tube a changé : je suis à la limite des étiquettes et du coup, moins de variation sur la position de l'oculaire et le tube monte plus haut au dessus du sol, sans que ce soit gênant. Ca donne l'impression d'une lulu plus courte. Le poids est sans problème : c'est un tube plume. Autre remarque : la barlow Scopetech est un bijou, elle se monte en avant du renvoi coudé pour un x2.5 / x2.55. Avec le 14mm natif ortho, c'est très confortable. Pas de soucis non plus avec le Ke 25, très propre : M13 est assaisonnée d'étoiles principales. Albiréo belle double colorée, plus saturée (là j'ai du mal à piger mais bon) J'ai pas eu encore un ciel suffisamment bien pour Jupiter mais c'est déjà la claque : mon ancienne APO ES 80-ED triplet n'est pas à la hauteur de ce tube. Saturne : on voit les ombres de la planète et des anneaux, Cassini est là, pas clair mais présent avec au total 4-5 divisions de gris/bleu dans les anneaux. Des bandes aussi sur Saturne qui apparait blanc-jaune avec plusieurs zones bleues verts brunes Proche de ça, impression de confetti mais c'est quand même 205x avec un 4.9mm (ça vous fera rêver) Bref, retour au PO. Je pensais que je regretterai les 500g de plus mais ce ne sont pour le moment que des avantages. Le bafflage interne permet quelques degrés de plus en CP et j'ai pu monter à 4,5mm de pupille avec un Clavé 55. Ca vignette un peu mais un vrai bonheur. A tester prochainement : un oculaire TAL plössl 32mm, un 10mm et la barlow x2 adaptée. Le plössl qui botte le cul du Televue pour la correction couleur d'après la formule. Ce sera ma dernière comparaison avec les orthos Scopetech qui sont vraiment bons associé à ces lunettes. J'attends de poster mes graphes d'avoir vérifié ça de mes yeux. En théorie, ça ne sert pas de dépasser 22mm de field stop sur l'ancien PO : je vais valider ça. Photos http://www.astrosurf.com/topic/134587-arzachel-un-poil-dans-la-main-gauche/?tab=comments#comment-1805207 résolution optique atteinte, c'est assez rare pour le mentionner.
  8. Pas d'avis sur le 17,5mm J'ai eu un 6.5mm, avant qu'ils ne changent la bonnette inconfortable, l'optique était excellente, mais il a un délai de mise en température et il est lourd. http://www.astrosurf.com/topic/115485-oculaires-baader-morpheus/?do=findComment&comment=1486638
  9. J'ai pris celle là, le rail est dans la masse. bien sauf si tu veux les deux (Losmandy + Vixen) L'inverse est préférable mettre le gros écartement au fond et un Losmandy/Vixen GP par dessus, sauf si un vrai mécanicien vient dire l'inverse. https://www.apm-telescopes.de/en/mounts--tripods/mounts-accessories/prism-rails--dovetail-clambs/ts-optics-xl-premium-losmandy-level-saddle-plate.html Les trous sont génériques, je peux mesurer pour toi si nécessaire.
  10. Houla, c'est quand même ambitieux de vouloir tout expliquer sur les oculaires de façon réductrice, il y a pas mal de paramètres qui sont hors de contrôle. (type de verre et traitement) Déjà, expliquer quelques spécificités comme l'aplanissement de champ ça va dégoûter les gens. J'ai fait un petit essai sur Cloudy Nights, on va voir à l'usage comment ça passe ex . Graphe de champ en microscopie : 1 correspond à 50° environ, 0.707 ~36° (très proche du champ plat de l'oculaire ortho) Autre exemple, Morpheus : plössl asymétrique + 2 étages internes dont un vrai ménisque d’aplatissement (courbure égales) juste après la barlow pour compenser la courbure interne + barlow toute bête. Le ménisque non égal a des fonctions mixtes comme sur le Nikon SW : monter le relief d’œil, compenser du chromatisme, réduire l'astigmatisme. Mais par son écartement, c'est clairement séparé de la partie œil. Ça n'a pas empêché la première version du 17,5 mm de se prendre une claque sur le prototype : c'est la courbure d'instrument qui l'a mis mal dans la première version, peu de concepteurs pensent à tout du premier coup. La barlow du 17,5mm est faible, ça passait mal sur les focales courtes d'aujourd'hui. ( M'est avis qu'il faut éviter de tout compenser dans l'oculaire : un instrument merdique pour le visuel devrait apporter sa solution de correcteur pour compenser ça. En microscopie, c'est la réforme de Nikon/Olympus qui a amené ça. On en parle quasiment plus aujourd'hui : tout est quasiment "plan apo". En astro, on a seulement apo. Mais c'est clair qu'avec des objectifs à 170mm de focale arrière et moins de 10mm d'écart de travail, on était un peu obligé de compenser.) Je ronchonne après Televue mais au moins c'est un peu plus sûr chez eux aujourd'hui, Al a pourtant prit un revers sur la version du Nagler I, qu'il a compensé sur le 2, maintenant c'est difficile de contredire son expérience transmise à Paul Dellechiaie qui est un cador. Note : la couleur vert sombre sur clair, c'est un creux. Note : l'aplanissement de champ avec ces techniques + le relief d’œil augmenté ça favorise l'épaisseur des verres, pas une bonne chose pour la diffusion optique. Ça nécessite du verre optique homogène (pas toujours le cas) et, comme ça augmente le nombre de surfaces : le grand champ est l'ennemi du contraste nécessaire en planétaire. Mieux en champ = ennemi de bien en qualité de contraste. Quelques constructeurs relève la qualité des verres utilisés pour ça et le prix final prend sa baffe.
  11. Hmm je sais pas, tu peux lui demander direct, c'est une charmante personne, jamais un mot plus haut que l'autre.
  12. Je sais, on s'est un peu crêpé le chignon tantôt en MP avec un ou deux là bas, on essaye de sortir quelques critères impartiaux plutôt qu'un classement planétaire ou pas. Sans jouer les puristes bien sûr mais William Paolini a bien résumé ça. Les constructeurs n'ont qu'à bien se tenir. Un peu marre des ploucs qui mettent planétaire à toutes les sauces pour vendre de la sous-qualité et idem pour les grands champs. A la fin, après avoir entubé un max. d'utilisateur, c'est le principe offre-demande qui régule le prix et souvent à la baisse. A l'inverse, il y a tellement de frileux pendant la période d'oscillation des prix que certaines marques sont surcotées et font du blé à tout va : tant mieux pour eux mais c'est pas sain. On dirait des ventes aux enchères par moment.
  13. Yep c'est en tête de la section oculaires pour laquelle j'étais modo, Don fait le boulot tous les ans. 2020 https://www.cloudynights.com/topic/700069-2020-eyepieces-buyers-guide/ Ps : suis plus modo là-bas, j'ai claqué la porte pour avoir la paix avec la bande de fans Televue, des vrais gamins parfois, pas mieux que nous français.
  14. Attention avec les histoires de courbure de champ perçue : elle provient principalement des oculaires. Un SCT en a mais ça ne devient gênant qu'en grand champ. cf fin de cette page https://www.telescope-optics.net/eyepiece_aberrations_1.htm -> ça veut dire grosso-modo pour un oculaire de 60° de 20mm de focale peut être gêné sur un SCT. Note : 230mm de courbure ça vaut aussi pour une lunette de 600mm. Pour un télescope newton, le champ est courbé dans l'autre sens et il est moindre. pour 800/1000 de focale ça ne gêne plus. Sur un 150/750 par contre, faites attention. Sur les petites focales ça n'arrive que très peu : c'est l'oculaire qui est en cause. Par exemple les ortho-HD ont ce problème dans la conception, (effet boule) Sur les oculaires avec barlow intégrée c'est plus rare : la focale de l'instrument devient virtuelle et plus longue. Apparté : j'ai découvert récemment que Kletsov (le concepteur chez TAL) avait mis expressément au point la barlow TAL x2 pour compenser la courbure de champ des oculaires de base (plössl 50°) qui ont 1,5 dioptries de courbure à 20° hors d'axe. C'est peu mais pour les observations prolongées, ça fatique. La courbure est donc annulée ou réduite quand on met les plössls TAL dedans (ceux de 6,3 à 25mm). Les plus grandes focales ont un schéma différents. Ça a pour effet de botter le cul aux plössls Televue, ça m'a fait sourire un peu de constater que TAL avait fait au moins cher en intégrant pas la barlow dans une gamme d'oculaire de base. PS : un tableau des piqués mesurés directement sur l'oculaire. par ErnestSPB sur CN http://astro-talks.ru/forum/viewtopic.php?f=32&t=1483 La mesure est effectuée sans annuler la courbure, vaut mieux ne pas tenir compte des bords sauf pour les flat-fields. Il y a des précautions à prendre avec ce tableau : c'est du brut qu'il faut interpréter. Pour complément sur le tableau des oculaires. Cercle de diffraction à f/4 et 543nm (laser He-Ne raie verte, assez haut mais bon) : 1.22 * f/D * lambda => 1.22 * 4 * 543 D4=2.65um et à f/10 => D10=6.625um Sur un oculaire de 20mm : alpha = D / fl * 60 * 57.3 => alpha4,20 = 0.46 ' arc , alpha10,20 = 1,14 ' arc en 10mm ... alpha4,10 = 0.92' arc et alpha10,10 = 2,28' arc Grosso modo à f/10, c'est difficile de faire la différence entre 2 arc minutes et diffraction limited pour un 10mm.
  15. yep d'accord sur ça. ça dépend ce que tu vas observer, mais perso, pour la Lune, je mettrai quand même un paracorr, on a déjà regardé à focale courte sur un 730f/3, c'est assez piégeant. Pour les planètes, tu peux y allez, bien au centre c'est pas un soucis. Mais n'oublie pas que f/3.3, c'est difficile pour un oculaire,
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.