Jump to content

lyl

Membre
  • Posts

    1,746
  • Joined

  • Days Won

    3

Everything posted by lyl

  1. C'est parce qu'elle est réglée FC "on foot", plus haut que la Telementor. qui est réglée Oiii-C. Le f/D joue également ainsi que le diamètre. J'ai essayé de la refaire mais le verre K5 et F1 sont difficiles à obtenir à prix raisonnable maintenant. Le design définitif est equiconvexe K5, verre F1 collé, arrière plat. r1=r2=r3, r4=0. Simplissime. Son optimal est en observation solaire. Suffit d'aller regarder mon vieux post , on ne peut pas la traiter anti-reflet : il faut décoller d'abord et franchement, c'est pas une chose à faire.
  2. Sachez que je dois remercier vos compatriotes japonais : les manufacturiers de Scopetech. A propos des détails de la correction d'aberration sphérique : en m'explicant avec quelle précision ils contrôlaient les optiques. Et leur obstination à me dire que ça fonctionnait mieux avec les accessoires. (leurs accessoires) Tout cela a remis en question les bases que j'avais.
  3. Comparaison photo & vision. Un exemple de réglage d'un autofocus suivant l'ouverture de l'objectif : on tient compte du chromatique et de l'aberration sphérique sur un objectif photo moderne (Sigma 50mm f2.8 sur Nikon D700SLR) A forte ouverture, on s'aperçoit que l'objectif est calé chromatiquement à 500nm dans le bleu : c'est un objectif photo terrestre. Le chromatisme est très faible, on retrouve le diagramme A mis à une échelle différente dans le diagramme C. Diagramme B : à f/10, son piqué (diagramme central) est excellent sur tout le spectre et sa mise au point presque parfaite. Sur le diagramme de droite, l'auteur prend en référence la raie jaune ~570nm pour comparer avec l'oeil humain. Une idée de la perte d'acuité suivant le taux de défocalisation : c'est comme observer une cible à une distance donnée dans le jaune et estimer le ressenti en piqué bleu et en piqué rouge. Voilà qui devrait calmer quelques personnes sur l'aspect "indispensable" d'utiliser des apochromats en visuel. Autant c'est indispensable pour le capteur photo, autant c'est inutile et du gaspillage en visuel. 0.75 dioptrie correspond à l'acuité du bleu 480nm et 0.5dioptrie au rouge le plus lointain, On est pas si loin que ça du H-alpha. Sur ce vieux diagramme : le réglage chromatique de la fluorite FS80 Takahashi comparé à la Vixen 80M. Pour rappel, toutes les fluorites ne sont pas apochromatiques mais on va le voir ci-dessous quel est leur avantage dans leur conception : le minima du focus positionné vers 470nm, ce qui n'est pas toujours possible quand on fait un apochromat photo. Le piqué principal est sensiblement le même, seule la pureté chromatique de l'image diffère en dehors de la bande Oiii-C. En champ profond par contre, ce défocus négatif entre e et "z" est utile sur la fluorite : il compense partiellement le défaut de l'oeil dans la plage e-Oiii et permet un très beau rendu des nébuleuses en vision mésopique/scotopique. "z" est le début approximatif de notre zone de très mauvaise perception colorée, combinaison du contraste et de sensibilité : "le trou indigo" entre le bleu pacifique et la sensation de violet. Note : ce document a déjà servi pour d'autres explications, la partie du bas est un peu inutile ou redondante avec l'explication au-dessus.
  4. Oui. La sous-correction "normale" est de l'ordre de quelques nanomètres. Historiquement, on prend la référence par rapport à l'invariant couleur humain jaune qui est autour de 573nm. (570-575). Cet invariant est connu depuis le 19eme siècle, à une époque à laquelle la compréhension du mécanisme de perception visuelle était encore méconnu. On mélangeait contraste et perception couleur. Les réglages empiriques ont été ensuite affinés. Suite à une étude de 1955, la sensibilité des récepteurs de l’œil a été déterminée. Comme le contraste principal est sous contrôle des cônes L et M, il est possible d'estimer une plage de contraste maximal. En particulier sur la fovéola (2°), la plage descend plus bas, c'est du à une forme et organisation particulière : cônes plus petits et absence de cône S. La formule d'approximation chromatique de l’œil est expliquée ici : http://www.cvrl.org/ On peut voir que les maximas encadrent des longueurs d'ondes fréquemment utilisées comme référence. C'est une bonne approximation formalisée à la fin du 19eme siècle dans les ateliers d'optique que de dire qu'un bonne chaine optique sur un instrument multi-usage optimise la correction de la résolution d'image de la raie e à environ la raie d pour du visuel. C'est totalement différent en photographie. La chaîne optique doit donc positionner le minima d'aberration sphérique au mieux pour cette plage. La perturbation due à l'oculaire est minime dans les f/D qui concerne les réfracteurs vintages. Zeiss pour ses réfracteurs f/15 a fait le choix de le positionner sur la raie D (589nm) : soit seulement 16nm de sous-correction. Et Zeiss préconisait en relation avec ce choix des oculaires orthoscopiques Abbe pour les forts grossissements. Sous 2mm (maximum 2.5mm) de pupille de sortie, ou 32mm de focale oculaire, on peut y voir une justification. Dans la pratique, c'est rare que les orthoscopiques aient été utiles au-delà de 25mm de focale. 25 et 32mm en binoculaire, plus pour des raisons de distorsion / coma / couleur latérale / champ plat pour les mesures astrométriques que vraiment l'aberration sphérique, la formule de Kellner est très bien adaptée. Ce positionnement peut varier suivant le f/D mais plus précisément de la formule optique. Pour les réglages : positionner le piqué maximum dans le bas de la plage e-d est tout à fait pertinent. Le contrôle visuel des images de diffraction, avec l'oculaire dans la chaîne optique, ainsi que le renvoi coudé prisme/miroir, permet de valider le réglage final. Personnellement, je recommande systématiquement l'utilisation d'un renvoi coudé à prisme et je fait mes réglages en lumière Krypton : deux raies à 557nm et 587nm. On est ainsi à peu près sûr que si le réglage est bon sur une image photographique, l'association prisme + oculaire sera très proche vu qu'elles sont antagonistes. prisme BAK4 => légère sous-correction à f/15 oculaire => sur-correction. Des précautions plus grandes sont à prévoir sur des plus grands diamètres ou des usages particuliers (solaire, champ profond, photographie).
  5. Cette 90M a été remise au meilleur niveau (réglage optique°/mécanique) que je sache faire. Un très bon tube bien bafflé. vendue, emballée et attends le transport. ° : elle était sous-corrigée, ça semble systématique sur les Vixen de cette génération, antérieure aux ED -> adaptation aux oculaires estampillé de la marque et meilleure fusion des couleurs. Elle supporte maintenant un 5mm (x200) sans problème en lunaire avec un oculaire de type SPLER. ou un ortho Abbe ou Kellner+barlow ------------ Ah avant d'oublier, je confirme que les objectifs M (80M, 90M, 102M) sont à considérer comme des objectifs améliorés pour le chromatisme ; je dirais façon notation Istar : de R10 à R15. Le prix plus élevé par rapport à du classique est parfaitement justifié. La mise en température est courte. Les objectifs L sont du BK7-F2 classique (minimisation de l'aberration sphérique résiduelle : piqué/grossissement) J'ai eu beaucoup de difficulté à le caler : outillage obligatoire, ça se fait difficilement sur étoile naturelle. (cf ce post )
  6. Pièces pour gros RC à prisme, pas eu le temps de dire ouf, il n'y en a déjà plus : J'avais un petit besoin pour un équivalent flat, c'est aussi bien qu'un mirroir dans certaines contitions (décalage de la source de 5cm sur le côté) Quand j'ai vu que ça partait en masse, j'ai arrêté de tergiverser, j'ai pris les deux restants. Surplus militaire russe 39x40x55 et 45x45x65 encré, matériau BK10 Schvabe (=BAK4) Ouverture claire recommandée à f/6 (vignettage & pas d'image fantome due au reflet latéral) : 32 et 38mm. à f/8+ : compter sur 35mm et 42mm respectivement. surplus russe : c'est de la qualité type Z, en particulier le petit. Idéal pour bricoleur, capable de retailler l'intérieur du renvoi, prix ~25€ ! Oups, j'oublie : c'était là https://www.ebay.fr/itm/254659885733?var=554421808211
  7. https://www.jauce.com/auction/j1021655573 Pas d'accessoires et du boulot de remise à neuf mais ... ---------------- Bon, l'enchère arrivait à sa fin et j'ai un collègue qui souhaite une petite lulu pour son fils (et lui aussi je parie) J'ai attrapé ça à 3300yens juste pour le vendeur (25€) La facture à l'arrivée va tripler quadrupler rien que pour la ramener (ou plus) et il faudra s'en occuper mais bon c'est extrêmement rare, la première vue en plus de 9mois, pour sauter dessus. Pancho61 me dit qu'il en avait une pas trop maitrisée en chromatisme : on verra ça de près, normalement c'est une planétaire à cause de l'équatoriale.
  8. Cas particulier : une difficulté fréquente sur quelques objectifs fait à la machine. *** Pour information, c'est issu de la belle Vixen 90M *** *** Note : Je fais comme si je ne le savais pas à l'avance *** Soit la formule, soit le polissage a provoqué une irrégularité "zonale" dans l'aberration sphérique. Ça varie en bosse(clair) et creux (sombre) suivant les couleurs. Evidemment, c'est mieux si c'est équilibré de part et d'autre du jaune 😊 : c'est réussi. Explication : la limite 0.707 (racine de 2 sur 2) correspond à un ratio de surface ou vis à vis du flux à 50% dans la partie extérieure (couronne extérieure) et 50% à l'intérieur de cette limite. En cherchant le point focal moyen rms de la zone 70% à 1 (couronne extérieure de l'objectif) elle converge plus près (ou respectivement plus loin) que celui de la zone centrale (0 -70%). Au bout de quelques anneaux, on a la sensation de l'interférence secondaire en sombre ou en clair dans la figure principale, mais si le delta est faible (<<lambda/4) ça ne brouillera pas la figure standard. Tu auras une bosse sur une plage (ici le bleu/vert) et un creux sombre pour les rouges. (image extra-focale ci-dessus, c'est rare que ce soit dans l'autre sens) Pour régler ce type de combinaison de verre ou contourner ce défaut, il faut que les images intra et extra devienne non brouillée, c'est le signe d'un bon équilibre visuel. On tire alors un peut la map, ça fait un paquet de chevauchement et au final ça se normalise avec un peu de perte de netteté sur les anneaux. En visuel, l'essentiel c'est qu'en lumière d'étoile artificielle verte ou rouge proche (620) on soit le plus net possible sur les deux. En photo, ça devient compliqué, l'étoile verte 532nm doit être la plus nette possible, elle compte double dans le poids des pixels. La vixen 90M a un petit peu de sphéro-chromatisme, c'est inhérentà la combinaison de verres, mais rien à voir avec une lunette courte type apochromat photo. ----------------------------- De jour, avec un filtre Baader 495nm sur la cam, la confirmation : Ex intra-focale, c'est presque plat sur l'intensité dans le vert-jaune. Le halo bleu est calé autour du halo rouge : ce n'est pas du F'C' terrestre mais bien un calage astro un peu plus bas. En extra-focale, elle a un dégradé de couleur extérieur->centre et au finale le centre qui se rassemble bien en blanc. On est au mieux de ce qu'on peut en tirer. Pour la petite histoire, j'ai constaté 10mn de mise en température hier (21°->5° dehors) Et on a un point blanc visible au centre, le chromatisme est bien groupé. Pour que ce soit blanc il faut quand même qu'on ait un équilibre bleu-jaune vis à vis du spot. C'est ce qui correspond au critère de Sidgwick qui est à 1 lambda. C'est d'autant mieux équilibré que la sensation de blanc se prolonge sur plusieurs extra-focales. Celle de gauche ressemble assez à ce qu'écrivent Danjon & Couder dans Lunettes & Telescopes quant au réglage agréable à l'oeil. "Une image blanche un peu orangée qui correspond à la superposition du vert et du rouge /.../ enfin la large auréole violette qui parait un peu plus bleue" Donc, comme critères pratiques : Chromatisme Sur une lunette visuelle de qualité, conforme au critère de Sigwick, on peut distinguer ce mélange blanc assez loin dans le défocus extra-focal. Ca prouve un équilibre suffisant des convergences des rayons de couleur complémentaires qui font ce blanc. Ceci peut importe la personnalisation du calage voulu par l'opticien. Le chromatisme ne viendra pas gêner en observation astronomique. Il pourra rester un reliquat "distractif". Cela ne préjuge pas du piqué de l'instrument. Si ce n'est pas le cas, ça peut être un lunette dédiée (non générique) ou un défaut du réglage du chromatisme. Aberration sphérique le bon contraste en monochromatique (ou faible largeur de bande), depuis un petit nombre des anneaux générés jusqu'à un bon nombre (une dizaine) est un bon indicateur du PtV (écart Pic to Valley) de l'aberration sphérique. Si il n'y a pas d'interférence secondaire lors du décompte de 4 anneaux, on a un piqué extra-ordinaire, probablement meilleur que lambda/8 pour cette couleur. Il est difficile de juger mieux de visu, il vaut mieux un Ronchi double passe ppour estimer l/10 ou un masque de Hartmann et/ou des mesures interférométriques se basant là-dessus pour différencier mieux. L/8 reste excellent 0.95 strehl et plus *** Pour cette 90M, le critère mettrait f/D >10.6, je ne pense pas qu'on puisse distinguer aussi nettement cette séparation avant f/12-13) Ce qui classe cet objectif parmi les R10 à R15 suivant la notation d'Istar Optical ***
  9. Comme il n'est plus fabriqué mais abondamment copié, je poste ici. J'ai trouvé le grand frère qui est plus adapté à mes tests sur optiques rapides (moins de f/5) en remplacement. Ce fut assez long. En théorie, c'est le meilleur modèle de la série, le verre d'œil est en lanthane pas comme sur les copies. Il y a peu d'exemplaire : c'est avant le changement qui a fait que Thomas et Bill Burgess se sont brouillés. Il sera utile sur les vintage. 65€ fdp compris et prioritaire pour les membres du club.
  10. Il serait judicieux de nous montrer quelques images brutes et traitées. C'est peut-être l'objectif qui a un problème de calage (aberration sphérique) As-tu le pic et la largeur de bande ? ou alors confirme que c'est celui-là pour certains des tests.
  11. Ah, ben j'avais pas vu le compteur de membres, là je suis impressionnée. Je reste sur mes souvenirs d'enfance, des débuts de soirées avant le film, allongés dans l'herbe, mon père ou mon grand-père, tel des Saint-Ex, la cibiche du soir au coin des lèvres en train de me montrer les dessins des constellations dans le ciel tel des navigateurs revenant du bout du monde. Et moi qui passait devant la boutique que mes parents fréquentaient pour les lunettes de vue. La gentillesse de l'opticien qui me laissait regarder "dedans" les tubes avec la paire de rayure verte et rouge. La paire de jumelle piquée à Papy, ensuite l'appareil photo à soufflet (prise de guerre de papy à l'officier allemand en déroute) mais aussi la belle claque au cul pour ne pas avoir demandé la permission. Le printemps qui a suivi ; la famille entière des deux côtés qui se sont cotisés pour ma lulu de 60mm offerte pour la Pâque. C'est bien le seul cadeau que ni mon frangin ni ma soeur ne m'a jamais piqué sans me demander d'abord et qui tronait religieusement déployée prête à viser par une des fenêtres J'avais double vue Est et Sud et, personne ne courrait dans ma chambre, lieu de science et de rêverie sage.
  12. f/11 ce n'est pas long f/D : d'où son nom 90M, de plus l'objectif de la 90M n'est pas en BK7-F2 : il est capable de gérer les bleus assez court en longueur d'onde, Je n'ai pas de halo avec l'hypérion 36. 2.5mm de pupille c'est ce que l'on a en éclairage de bureau, ce n'est pas du mixte (mésopique) pour la perception des couleurs : ça change énormément la façon dont l'œil choisit son calage couleur ! (on reste sur l'invariant jaune en mode Y-B, les bâtonnets sont inhibés) C'est un peu technique mais je vous invite à essayer sur les tromblons moyens similaires, vous risquez d'être déçus. **** C'est dommage de ne pas profiter de la supériorité de la Vixen là-dessus : un palliatif à trouver une tourelle oculaire d'époque M36.4 + les oculaires vissants d'époque C'est du tour de force... **** --------- Je préfère être factuelle, même si ça pollue le sujet car c'est du général. Sur les réfracteurs 60-110mm (en général) l'accès au champ profond est préservé jusqu'à 1m50 de focale (Zeiss M43 : 38mm sur le plan focal sur la E110/1650) : - champ profond 3-5mm de pupille et - entre voir les Pléïades (110' d'arc) en entier Orion 65x60' sans vignettage ++ : 1"1/4 en 1m de focale c'est 90' d'arc, OrionM42 rentre. ---------- Le PO permet 27-29mm d'ouverture claire 100% lumière, donc à coup sûr compatible 1"1/4 et bafflage OK même si très serré sur le plan focal. Pour le 2" : je dois vérifier précisément ce bafflage pour vérifier à quel diamètre se trouves les 50-70% d'illumination au bord de champ savoir si c'est utile Honnêtement en vision directe (sans le RC) l'hypérion 36 donne un champ agréable en terrestre (45mm field stop) mais je suis pas sûre que les 72° soient bien visibles. Il y a des solutions sans découpe avec les renvois Baader T2 (mais certainement pas celui à prisme), c'est ce que j'avais fait sur la 102M il y a quelques années. http://www.astrosurf.com/topic/116030-vixen-102m-1000/?do=findComment&comment=1484875 --------------------- Fin des questions : elle ne sera pas coupée.
  13. J'y ai pensé : l'objectif est dans un piège à lumière assez lourd, comme l'astro, ça ne gêne pas, au contraire ça rééquilibre. J'ai revérifié le chromatisme de la 90M, rapide à la lampe spectrale : elle est proche de FC. Il vaut mieux attendre un peu, la soirée d'hier n'était pas bonne et ce sont toujours les f/D plus courts qui morflent en premier. Elle est bien avec le plössl TAL 32mm en 1"1/4, le backfocus c'est celui de la photo dans ce coulant, c'est court aussi mais ça passe et j'ai 27mm du coulant sans assombrissement au bord. Je vais fureter un peu, d'autant que j'ai réparé son PO cet après midi. Il y a vraiment des gens peu soigneux, c'était corrodé, sec sans graisse et le proprio avait enfoncé une vis de tension dans le carton. Bref, PO aligné laser l'hypérion 36 en vision directe est net bord à bord, ça fonctionne bien, démontage-remontage sans que ça se mette de travers sur le contrôle laser. Reste une barre à mettre en plus des anneaux (moi j'en ai pas besoin en vissant sur la Polaris, mais ça le prochain proprio pourrait l'acquérir. Je vais essayer de préserver les sticker quand je ferai la peinture. Quand je vois le prix de la A81M en neuf je sens qu'elle partira assez vite.
  14. Prochainement en vente, j'ai besoin d'un avis, (c'est une 90M dont j'ai calée correctement l'aberration sphérique de l'optique) Pour l'adapter en 2" (j'ai un coulant 2" et l'adaptateur M43/M42 qui va bien), j'ai besoin de raccourcir le tube de 5cm. Elle pourra ainsi faire du 24.5, 1"1/4, 2". Pas d'impact bafflage mais je perds un sticker d'avertissement sur l'observation du soleil. Vous en dites quoi, je coupe ? Faut que je me décide avant de remettre un peu de peinture.
  15. Démontage du 2eme PO Vixen, plus moderne je pense. Autre système : le tube est moins lisse (soyeux) moins lourd : c'est de l'alu Même système de réglage de freinage mais les guides sont recouverts d'un tissu tressés empoisé et collé. Mais même problème de positionnement de la crémaillère vs pignon, j'ai rajouté des rondelles pour que l'effort ne soit pas sur le pignon. La différence de poids est conséquente entre les deux : 520g vs 660g. La fixation : par trois vis parker (auto-perçante). Là, franchement, ça m'a déçu même si c'est franchement plus durable pour la fatigue de l'alu (pas plus large). On dirait que le taraudage est une étape qui prend trop de temps.
  16. C'est un KometenSucher donc bon en CP : calage Fd Probablement des verres un peu plus lourd comme fait Istar car la combi de Zeiss (BK7-SF2) ne fonctionne pas à ce f/D
  17. Adaptateur 1"1/4 ce soir et oculaire moderne, de l'humidité, j'ai eu de la buée en rangeant les instruments. Je saute les préliminaires, j'ai fait un passage sur la vallée de Schröter que j'ai vue en relief mais la zone est presque au zenith pour le soleil, pas assez de contraste. De l'autre coté : là ou l'ombre arrive. Suprise au 7mm : j'ai eu de la turbu rapide qui se manifeste comme du papillotage/scintillement chromatique jaune-violet. J'allais abandonner mais je me dis que je peux éliminer du violet si c'est que ça. Je passe un filtre jaune Baader et là c'est comme si on avait nettoyé mon pare-brise un jour de brouillard. Fahrenheit (gauche) et Cléomèdes (droite) au rendez-vous, les petites montagnes au fond, c'est "croustillant" et, surtout, les reliquats (cratère ?) en dessous et les nuances des poussières, des rides... Je ne m'attarde pas, la Lune va passer dans les arbres et je veux chausser la 90M Vixen pour comparaison. Je n'ai pas eu ça avec la 90M Vixen, le PO est trop dur, faudra que je le remette à jour aussi . J'ai du mal à attraper autant de détails. Pourtant, c'est plus lumineux mais ça papillotte/scintille encore plus (turbu rapide), le filtre n'y fait rien. Bon ... M80 vainqueur par KO sur 90M ce soir. L'Astro donne des images douces, elle commence à peine à grincer à 170x avec ce scintillement. Le liseré lunaire est alors ... violet. Suis restée bête, j'aurais parié bleu mais c'est sans compter notre décalage de couleur en faible éclairage pas rapport aux mesures photos. On atteint des détails grâce à ça douceur et les nuances de terrain sur la mer des Crises sont un régal. Et dernier étage de propulsion, le coup du filtre jaune qui donne un dernier coup de pied au cul, suis pas au maximum mais je confirmerai cela un autre soir. C'est pas dans le même registre que la TAL 100 qui sortait les grandes orgues quand je pointais la Lune mais curieusement ç'est tranquille. Elle pèse lourd mais la monture Polaris tient bien, faut juste penser à bien faire l'équilibre quitte à lui mettre un poids côté PO. Je n'en ai pas tiré le maximum ce soir et pourtant c'est déjà supérieur à beaucoup. Phase suivante : récupération du PO d'origine, alignement divers. 2 matches encore à faire contre la 90M. ------------ Impression Jupiter Saturne entre la 80 et la 90 au niveau de détail/couleur : la 80-1200 et la 90M (plus pâle) Les bandes blanches Jupi et jaune Saturne frappent immédiatement. La 90M c'est plus fouillé mais difficile, c'est un peu terne sauf si on baisse le grossissement. Saturne est nettement quadricolore sur la 80 dominante jaune et Jupiter une bonne dizaine de bandes, dominante blanche/rose saumon et du bleu au pole. Ce qui frappe sur la 80 longue, c'est que quand tu mets le 16/12mm, c'est riche en couleurs, vraiment attrayant.
  18. Le chercheur est réparé : lentille frontale remplacée. La map est pile sur l'infini (ouf)
  19. Essaye déjà de filtrer la rouge-orange dans la même situation, on peut tomber sur quelque chose d'exploitable quitte à extrapoler ensuite.
  20. C'est compliqué de faire des étoiles artificielles pour de la mesure de gros instruments, tu te retrouves souvent avec des distances impossibles. Déjà pour faire une mesure sur un instrument de qualité 0.98+, j'ai besoin d'une vingtaine de mètre pour une 80/1200mm Ex : étoile verte 532nm intra-focale à 10m, l'aberration sphérique est déjà compensée. lampe spectrale hydrogène : 20m nécessaire Ceux qui ont des bancs optiques simulent des étoiles positionnées à l'infini ou s'arrangent pour produire correctement les interférences avec une référence connue. Sur un SCT, ça sert à affiner la collimation : id est centrer l'aberration de coma. Pour le reste, c'est assez compliqué. Quant à la taille de l'étoile, elle dépend à la fois de la distance et du diamètre de l'instrument. Ma 9um convient bien au réfracteur long que je collimate. Pouvoir de résolution, Rayleigh : Dans mon cas à L=10m, lambda = 532.10-9 , D=0.08 : deltaR = 1.22*10*532.10-9 / 8.10-2 => 811.3 10-7 ou ~81 um => mon étoile est 9 fois plus petite. Si je mets plus petit ça devient trop sombre, pas assez de lumière. Si je mets une 50um, je vais obtenir un image faussée par un début des mélanges d'interférences due à la taille du trou et une perte de contraste. Donc il vaut mieux prendre le critère de Shuster qui est double de Rayleigh voire encore plus quand on est sur un achromat. Un bon ratio de taille me semble être 1/4 au minimum quand on le fait en couleur sur un achromat. J'ai déjà fait des Ronchi à 1/5, c'est déjà limite, mais ça devrait être correct sur une apo ou un C8. ----------------- Un petit exemple dans de bonnes conditions : les mêmes que l'image rouge et bleues au-dessus C'est une lampe au Krypton : 3 raies fortes 557-587-474 le reste est résidu négligeable. (edit) : je perce des trous avec un épingle dans un opercule de yaourt que je place le plus près possible du tube. Je peux discriminer 474 (couleur blanche, canal bleu) mais 557 et 587 (canal vert + rouge) ont un focus proche et on a certains anneaux net et d'autres mélangés avec apparition d'orange (du 587) et de vert (du 557) (j'ai un filtre raie He 588 assez étroit que j'utiliserai la prochaine fois, ça m'apprendra...) Pour le C11, tu tombes sur ce cas en lumière blanche pour une des deux images. Il a malgré tout un peu de chromatisme, il ne faut pas être surpris. D'ou mon conseil de l'étoile monochrome mais dans le rouge. Les sources jaunes et oranges sont rares et chères... Sur ton C11, il faut essayer plutôt de prendre une image d'étoile orange ou rouge, filtrer les IR ainsi que le bleu et le vert, genre un filtre Baader rouge interférométrie. Tu vas capter 40nm de bande passante et ça peut être pas trop mal comme indication. C'est un pis-aller mais c'est l'idée la plus proche pour pouvoir trouver un résultat.
  21. Donc le front d'onde est à l/10, le miroir secondaire étant sphérique, on peut considérer qu'il ne contribue pas.° Quelle couleur d'étoile ? Un C11 d'après les formules que j'ai (site telescope optics, reprise de chez Célestron par Vla) mesure à l/10 : il faut 270m de l'étoile mesure à l/20 : il faut 540m de l'étoile en lumière verte 532nm, tu peux difficilement espérer faire une mesure interprétable à mieux de l/5.5 du à l'aberration sphérique de la bête. Il serait judicieux de le mesurer en HeNe 633nm ou laser rouge équivalent, je pense qu'il existe des étoiles rouges chez Géoptik Les célestron standard sont contrôlés comme ça, les edge c'est dans le vert, correcteur installé. °: (edit) parce qu'il est facile d'avoir un meilleur état de surface sur le secondaire sphérique plus petit, pas parce qu'il est sphérique mais surtout à cause des dimensions plus raisonnable.
  22. L'oculaire ES 28mm ou 34mm 68° sont dans ton budget. A choisir suivant l'obstruction de ton télescope et la pollution lumineuse là ou tu observes. En ciel de campagne sans lumière parasite : le 34. Le 28 est plus sûr.
  23. Quelles sont les conditions de ton star test ? distance et type de l'étoile artificielle ? Pour passer dans la moulinette de winroddier il faut la même distance intra et extra-focale et un disque d'environ 200 pixels de côté, image non retouchée et non empilée. Si ton C11 est effectivement à lambda / 2 il n'est pas diffraction limited et c'est un instrument défectueux. Par contre, lambda/10 sur un célestron à f/10, faut pas déconner, j'en ai jamais vu.
  24. Euh non Frank, c'est à toi d'amener des éléments pour étayer ton propos. « Un mensonge répété dix fois reste un mensonge; répété mille fois, il devient alors une vérité » Joseph Goebbels, ministre de la propagande Je compte 4 pour le moment. Charte Webastro :
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.