Jump to content

lyl

Membre
  • Posts

    2,016
  • Joined

  • Days Won

    3

Everything posted by lyl

  1. Sur le Mak 127/1500, j'avais fait le calcul tantôt : les RKE Edmund Optics sont les plus adaptés (mais c'est pas donné)
  2. Non, pour ma part je débute auprès d'une personne plus expérimentée et qui a un tour d'opticien. A mon avis, on peut continuer à l'utiliser en noircissant la partie ébréchée, vu la surface en cause c'est un moindre mal. La perte en performance est proportionnelle.
  3. Repolir la face endommagée mais il y a des conditions, en particulier que l'éclat n'ait pas enlevé trop d'épaisseur.
  4. Oui c'est un autre débat, parce que vu la puissance de celui que j'utilisais : c'est faux. C'est bien inférieur à un lampadaire au sodium de ville, on ne voit pas le trait de lumière sauf si tu es en zone sombre. Je dis ça je dis rien, j'ai eu ma petite expérience au labo de physique des lasers. Un 5mW en bleu 450nm ça diffuse plus (la diffusion de Rayleigh et en puissance 4 de la fréquence, ~2 fois plus diffusé par l'air que le 532nm, et par conséquent moins de portée) et ce n'est pas hors norme, il faut quand même en trouver et ne pas faire l'imbécile de le collimater trop serré. 20-30m de trait c'est très largement suffisant. Par contre c'est comme tout, il y a une question de responsabilité si tu le gicles dans l’œil de quelqu'un. Comme dis au-dessus, ça reste un outil comme un autre pour connaitre son ciel, on pouvait faire autrement et on peut toujours.
  5. Bonjour j'ai utilisé ce laser par le passé, la fréquence est parfaite pour la diffusion et donc la visibilité pour pointer, mieux qu'un laser vert. J'ai du le rentrer suite à un contrôle de gendarmerie, pas d'amende mais une question sur la puissance. Il était alimenté par deux piles rechargeables, les gendarmes ont laissé couler. Il faut dire qu'il faisait un joli trait visible par dessus le Semnoz (les Rochers Blancs) vers le plateau des Grières et pour l'avoir vérifié, on le voyait avec le télescope sur la montagne.
  6. Bravo pour ton achat, j'étais sur le coup mais je fus occupée ces jours derniers et j'ai laissé filer. Quand on sépare les canaux couleurs (BVR ci-dessous) le piqué est effectivement excellent. Personnellement je serais allée regarder si on ne peut pas limiter la couleur latérale avec un oculaire de Kellner. Je ne sais pas ce qu'ils ont mis avec, probablement un plössl de la série. Pour une 60f/5, ce n'est pas approprié. Voilà ce que cela donne sur un chercheur 50/200 bien corrigé direct au foyer.
  7. Une journée triste, décès du fils spirituel d'Albert Nagler Repose en paix Paul Dellechiaie https://televue.com/televueopticstalk/2022/06/15/remembering-paul-dellechiaie/
  8. Lumicon était un revendeur (peut-être aussi fabricant) de la côte Ouest à l'époque de Cave Optical et d'autres fabricants avant que ça s'industrialise à tout va avec Meade. Il a eu des hauts et des bas, faut savoir dénicher les meilleurs produits. De mémoire c'est, à l'origine, une conception spéciale pour chercheur guide d'au moins 60mm à l'époque ou l'on guidait avec une lunette secondaire. le prédécesseur avait perdu le réticule chromé sur verre d'après ce que j'avais lu. ---------- C'est un bon complément aux orthos Scopetech qui s'arrêtent au 20mm pour un réfracteur bien corrigé. Probable qu'il allait avec une 60/600 ou 60/900
  9. Merci j'avais perdu le lien de Joerg Voici une extra-focale normale pour un réfracteur 80-1200 calé astronomie (ceci avant l'apparition du premier anneau) Ici il existe une partie centrale blanche car il y a suffisamment de raies (toutes entre F et C) avant 1 lambda d'écart (critère de Sidgwick, ici c'est ~0.67 lambda, pour le critère Conrady il faut 0.625) La LSA visuelle (minima focal en général près de e jusqu'au plus loin entre F ou C) doit faire moins de 1 longueur d'onde d'écart ou 8.N2.lambda(555.5nm) Photo exclusive (~10x10 photosites -> empilement + dithering x2) sur la "caustique" à 0.55mm du focus vert (espace intérieur de la LSA) illustrant la TSA "polychromatique" : un réfracteur Astro Tokyo "Royal" modèle M80. Je vous laisse imaginer la difficulté : le disque de diffraction est sur la limite du rouge, le grossissement équivalent est élevé. (Images prise à environ 20-22m en ville, cela modifie de l/20 environ l'ab. sphérique) Le réfracteur en question est "Text Book" les images vertes correspondent à intra et extra sur une étoile verte à 532nm . On peut estimer < l/16 d'aberration sph. à cette longueur d'onde, les seuls défauts sont de la turbulence, le polissage est excellent. Les images suivantes sont en lampe spectrale Hydrogène (raie F=H-beta qui déborde un peu autour de C=H-alpha) puis Helium (3 raies dont jaune-orange 588,rouge profond 668, bleu ciel 502)
  10. Comme dit Michel les batteries GEL se comportent de façon similaire à celle au plomb, la différence est l'entretien. A ce que tu dis en plus tu as la version avec entretien, c'est mort aussi à ce niveau de tension. Fin de l'histoire.
  11. La Free Spectral Range des Lunt fait 10 angstroms chez eux d'après Andrew Lunt. Faire des faces parallèles avec des défauts faibles de moins de 1um c'est pas simple. https://fr.wikipedia.org/wiki/Interféromètre_de_Fabry-Perot Parmi ses tests, Fabry a utilisé des plaques micas minces de 110um et 130um fabriquées par clivage Les cristaux de mica sont généralement de forme hexagonale et montrent un clivage basal parfait qui permet de les débiter en feuillets très minces et élastiques. Signes distinctifs: minéraux à reflets micacés se séparant facilement selon un plan de clivage basal, les micas sont élastiques lorsque qu'ils sont séparés en feuillets minces.
  12. explication ici : https://luntsolarsystems.com/whats-an-etalon-and-how-do-i-make-one/ Oui, à f/D court le cône θ varie trop pour le filtre qui a quand même une certaine épaisseur plus grande que la longueur d'onde. On ne parvient pas à maitriser le phénomène d'interférence si le θ minimum chevauche le θ maximum. Je vous laisse calculer la précision (défaut et parallélisme sur la taille) de l'épaisseur nécessaire pour d à f/10
  13. facile Batterie ULTRACELL 100Ah 12V GEL, 1200Wh de stockage Durée de vie : 1200 cycles pour 50% de décharge Il ne faut pas la décharger en dessous de 50% pour maintenir la spécification de 1200 cycles, si tu l'a épuisée, l'électrolyte emprisonné dans le gel n'est plus homogène et elle est morte. La tension "à vide" (sans activité) d'une batterie ne veut rien dire. Quand elle est morte, effectivement elle affiche moins du nominal. Quand elle est presque morte, le voltmètre ne consommant rien en courant, le voltage reste au-dessus du nominal. Le voltage se mesure en cours d'utilisation. Une batterie GEL doit être remise en charge après chaque utilisation (ici 2400 cycles pour utilisation de 30% du contenu) et contrôlée/rechargée tous les 6 mois (et surtout après la fin de l'hiver dés qu'on a 10-15° en permanence) Elle s'use 4 x plus vite si on tire trop dessus.
  14. Bien vu Michel, j'avais cette sensation de déjà vu sur un post ou l'on parle du décès d'ED Byers Le ressenti est de pire en pire sur cette annonce.
  15. ... lol Demande donc à Lunt et "mets un cierge", je doute que ça ne répondra plus vu que Teleskop Austria ne vend plus en pièces séparées, si ça ça n'est pas du rappel à l'ordre pour les bricolos. bricoleurs (dsl c'est condescendant pour quelqu'un qui s'implique et veut comprendre) Ils veulent préserver leur marge.
  16. Le fait de ne pas mettre le prix véritable ne respecte pas le contrat de tiers de confiance LBC ne fait que mettre la somme de côté, récupérable, c'est une nouvelle façon de mettre en relation. La monture Byers n'est pas de D&G, autant dire que le vendeur raconte n'importe quoi. Blablabla... C'est une 12" f/15 au moins ? L'annonce mérite d'être signalée, je l'ai fait.
  17. Une 80/400 ne fonctionnera pas correctement : peu importe la composition du doublet, il est illusoire de vouloir le modifier même en se croyant malin à dissoudre la colle des cales collées. De plus, une lunette grand champ comme la SW 80/400 a vraiment peu de chance d'être conçue avec des espaceurs larges car ce ne serait pas efficace pour sa spécialisation grand champ. A noter que Zeiss qui respecte certains critères de piqué n'a pas osé faire aussi court avec les KometenSucher dont le C-80-500 qui a un verre flint lourd SF2 et certains diamètres (<=63) sont en version doublet collé en particulier pour cette raison. Le Zeiss C-80-500 a potentiellement 0.95 strehl en H-alpha. En pratique .93/.94 pour Q1 (top qualité). En 80/400 ça chute fort. Avec des espaceurs larges de 2mm+ en conception de type doublet "Baker°" : cela provoque de la couleur latérale d'autant plus que le champ observé est large. C'est la première aberration que l’œil constate pour l'observation champ profond avant même l'augmentation de la taille de spot (ponctualité des étoiles). L'espacement sur un doublet moderne est plutôt faible (0.2mm). On peut quand même espérer d'être proche de la limite de diffraction sur la 80/400 en observation H-alpha. la 70/500, elle, se suffit à elle même sans modification, donnant de meilleures performance que la 80mm. On passe une limite f/D2 qui est un seuil pour l'aberration sphérique soit ~1/10 pour 500/(70x70). Ex. la Tak FS60 fonctionne en solaire. Une remarque également : faire attention aux prérequis f/D en entrée des filtres interférentiels. Le risque est qu'à f/D trop court il ne soit pas efficace, c'est à dire que leur largeur de bande effective ne soit pas celle des spécifications. Divers phénomènes peuvent se produire dans ce cas comme une "pastille" efficace eu centre et une perte de netteté sur les détails au bord du champ. °Bresser a adopté la formule optique pour ses doublets à f/10 et plus.
  18. La barlow APM x2.7 est modulaire (grossissement variable) et sont traitement anti-reflet est garanti 99% de 400 à 700nm.. Cette information est gratuite et je n'ai pas d'intérêt sur sa vente. En alternative tu as peu de solutions anciennes à cause du ratio f/5 de ton télescope. Un barlow classique vendue avec les réfracteurs vintage japonais serait bon marché (elle a un traitement anti-reflet simple couche qui ne pose pas de problèmes) mais c'est la coma de ton télescope qui va gêner. Comme tu l'as compris, il vaut mieux utiliser les filtres à bande étroite à f/D très élevé sinon tu risques qu'ils ne soient pas efficaces sur tout leur ouverture.
  19. Tiens ça me rappelle une discussion avec un instituteur du Mas d'Azil il y a plus de trente ans. Un lycée est compétent pour offrir des locaux et un site d'observation. Le choix de matériel lui est plutôt douteux mais vu le budget... Vous pouvez monter une association loi de 1901 avec pour localisation le lycée à titre gratuit et ajuster vos statuts en fonction. Evitez les instruments qui soit trop courant ou trop spécialisé. Le Mak 90 ou l'evostar 90/900 c'est trop peu corrigé. Evostar 90/900. C'est pour du lunaire : pas assez puissante pour du CP, trop peu corrigé couleur pour du planétaire. Le Mak 90 : l'inverse trop spécialisé lunaire / planétaire. Autant choisir un équipement sur monture motorisée 1 axe avec un diamètre correct que tout le monde ne peut pas avoir. Un catadioptre de 6" genre SCT d'occasion sur une monture équatoriale ça fera tout, pas forcément top mais sans décevoir.
  20. C'est intermédiaire, le HM 9mm était cassé, la lunette est tombée dans la boue apparemment, sur le PO. J'ai récupéré le prisme mais par l'oculaire. ------------ Essai concluant malgré de la brume ce soir, c'est une lunette d'exception, réglée pour du lunaire. Le HM 6 dépasse mon Radian 6mm sur un point de détails : cratère Hadley visible et des détails dans les gradins d'Arzachel et le mur droit à x150. x2.5D est utile face à x2D
  21. Opto-Mécanique. Je suis étonnée de la quantité de pièces qui sont en laiton chromé dés qu'un filetage est présent. 3 matériaux cohabitent avec bonheur et permettent à cette lunette soignée de reprendre du service plus de 50ans après. Mais je ne suis pas au bout des surprises. A) le PO est en sortie M36.4 : là on est carrément plus dans le mode jouet des 60/700 chintawak. J'ai pu fièrement lui adjoindre le renvoi coudé M36.4 Vixen et profiter de mon 30mm TAL à plein champ. C'est étonnement lumineux. Le tirant avec le gros RC est pile au milieu (62mm infocus, 62mm restant en tirant supplémentaire). La map minimale est de 15m environ Le démontage du PO révèle un tube chromé, bafflé assez large au 1er tiers (25mm, très classique comme ma 80mm) et 3 cales bakélite pour la tenue du tube PO (alignement et rigidité). La molette révèle un mini-hélicoïdal entre 14 et 20 dents. C'est clairement le PO le plus précis que j'ai croisé. J'ai passé du temps à redresser l'axe de la molette qui avait pris un choc et à ajuster la tension par les deux vis longitudinale près de la plaque constructeur. ... Ca se fait vite oublier à l'usage, le PO est ferme, précis et facile. On notera l'espace sous la crémaillère, assurant une élasticité (effet ressort). Bafflage et traitement anti-reflet. A noter, la cellule est collimatable : 3 doubles vis tirant-poussant à 120°. Le pare-buée est assez grand, faisant penser à un tube d'une 80mm. Le bafflage est complet : mini-tulipe pour la cellule, 2 baffles tube et une baffle PO. Et ... surprise des surprises, hier je croyais l'objectif non traité, pas de reflet bleu en rasant comme la plupart des MgF2. mais là ... j'ai failli avaler mon café de travers en voyant le reflet. C'est un multi-couche genre : orange-rouge / jaune-vert / bleu-ciel / bleu profond Je pense que c'est du à de multiples reflets spéculaires obliques. C'est en effet possible qu'un équivalent du T3M Zeiss soit disponible à cette époque, ça reste hallucinant. Les accessoires : je passe le renvoi coudé 24.5 qui est de bonne qualité mais crado et les accessoires de projection solaire. Je pensais mettre ça de côté mais quand j'ai vu le rendu à l'oculaire et la comparaison avec des orthoscopiques de qualité, j'ai revu mon jugement. A première vu ça paye pas de mine Au retourné ça surprend : du 100% serti/vissé, là je m'interroge et le démonte tout pour nettoyage à l'alcool Au final, c'est conforme à la réputation de la marque. Tous sont à tomber : le surcroit de luminosité et l'absence de diffusion me questionne. Le HM 6mm m'a mis la claque face à un ortho de qualité équivalente : c'est plus lumineux. (edit) C'est une impression qui est en fait due à la saturation des couleurs : meilleure correction couleur / piqué <=> adaptation à l'objectif. Le H20 par contre se doit d'être nickel propre car on peut ressentir les poussières résiduelles de la lentille extérieure On peut espérer mieux que la R63 (60/700) de Lukasz quand Jupi pointera son nez.
  22. La mécanique Embase trépied rotatif (blocage par molette en bas), vis de blocage de l'axe dans l'écrou de tension de l'axe AD => pas de jeu. La tige est en acier, l'écrou en laiton chromé + peint. Vis enterrée en acier carbone. A droite réglage de latitude. (mwarf, vais décrasser ça aussi) Trous filetés pour le moteur AD (option absente) Un regard dans la fusée de DEC pour bloquer l'écrou et figer la tension longitudinale d'axe (@%^! j'ai mis 1/4h à comprendre qu'il fallait débloquer 2 vis ici pour sortir l'axe DEC) Mouvement fin DEC : ça donne une bonne amplitude dépassant 20° je pense. Axe fileté en bronze chromé et son bloc écrou de translation, la petite vis glisse dans une fente sur le maneton désolidarisé du frein. (orange) entretoise/cale filetée et écrou de positionnement pour pousser la tige fileté et régler le jeu (rouge) C'est sur-dimensionné par rapport au besoin. Toutes les pièces mobiles avaient été sur-graissées à tort et tout avait sêché : complètement bloqué. Dégraissage complet : bain alcool puis tamponnage à l'acétone et nettoyage au liquide vaisselle. Le graissage nécessaire est léger à la graisse rouge Velox.
  23. La petite soeur de ma M80, complètement encrassée à l'arrivée, quelques visseries manquantes. Déjà, elle a sa boîte et vu les accessoires elle ressemble à une S-6 du catalogue de 1958, la présence de polystyrène la met après 65-66 et la présence de vis M4-M5 incompatible avec les boulons et écrous européens la date autour de 1967 (à peu près de mon âge). Des vrais flexibles, un régal. Egalement la présence de trous de visserie laisse présager une motorisation un axe. Les pièces sont en bronze chromé, top qualité. Les embouts sont un peu plus gros, ça ne mégotte pas sur les 3-4 tours de filetage obligatoire et la friction semble plus efficace L'axe de la vis sans fin est porté par des paliers/entretoises excentriques dont l'angle est réglable pour ajuster le mordant/jeu avec la grande roue. Le palier est en cône avec un rebord et est maintenu par deux vis à 90° pour ne pas bouger latéralement. Les deux picots pour ajuster l'angle de l'excentrique et les vis pour emprisonner le cône. Réticule du chercheur refait, c'est moins joli mais plus stable que le fil de laiton car les cheveux sont élastiques : une fois aligné collé, ça reste en position. Note, c'est un bon chercheur 6x30, achromatique, l'oculaire est un vrai Ramsden à réticule. L'image est de très bonne qualité (la photo est pas terrible mais je voulais surtout montrer le réticule.
  24. On utilise la raie e par convention, c'est en relation avec la réalisation des achromats. Certaines raies "étalon" sont plus compliquées à fournir. Le pic de sensibilité quant à lui est dépendant des variations humaines mais il est très proche de cette valeur de 555nm, la plage de haute sensibilité est très constante. Un organisme : le Comité International de l'Eclairage collecte et parfois parraine des tests et des études statistiques sur des groupes de population dans des conditions d'illumination bien définies, ce sont eux qui ont les données les plus précises. Attention : la notion de pic de sensibilité varie suivant l'intensité de l'éclairage. En cas de baisse de luminosité ou de forts grossissements (le grossissement diminue l'illumination dans l'oculaire, le pic a tendance à remonter vers 507nm à cause de l'activation de nos récepteurs de vision de nuit : les bâtonnets) A gauche, la compilation statistique, à droite des essais de détermination de la sensibilité des 3 cônes S M et L. On a même réussi à déterminer des "invariants" ou plutôt des zones de forte discrimination des teintes même dans les sensibilités plus faibles. La discrimination du bleu clair et du bleu foncé par exemple n'est pas anodine, de même que la sensibilité aux teintes des fruits pour reconnaître si ils sont mûrs. Héritage de millions d'années de vie sur Terre et d'évolution/sélection. Je ne m'étends pas plus sur le sujet.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.