Jump to content

clouzot

Membre
  • Content Count

    523
  • Joined

  • Last visited

Recent Profile Visitors

1,341 profile views
  1. On croise les doigts. Si ça ne marche pas n'hésite pas à leur faire un retour, ils font généralement de leur mieux pour régler les soucis (ça peut prendre du temps ceci dit !)
  2. @picaroba Celestron a publié sur teamcelestron.com (forum de beta test, accessible sur inscription) un logiciel beta pour la CGX il y a une douzaine de jours. Il semblerait qu'il règle un souci entre cette monture et la Starsense. Je ne crois pas qu'il soit public mais ça peut valoir le coup de regarder.
  3. Et j'ai répondu, mais tout semble OK...jusqu'au pilote ASCOM SW qui n'affiche pas le port COM. Là je sèche, car je ne connais pas spécifiquement ce pilote (étant en Celestron de A à Z ici)
  4. Sur l’aspect refroidi / non-refroidi j’ai deux avis complètement antogonistes : - la cam refroidie c’est des enquiquinements en plus. Il faut l’alimenter. C’est lourd donc attention à la flexion de l’axe optique ou à l’équilibrage suivant les cas. Quand tu es en mode nomade commando à repousser des sangliers d’une main tout en stackant de l’autre, ça peut compter. - il arrive que le VA-tiste soit encore plus inconséquent qu’on ne le craignait et travaille avec des gains très élevés, ne serait-ce que pour avoir assez d’étoiles pour la registration à la volée. Dans ce cas, une caméra non refroidie comme ma 183 sort une image très bruitée même avec 5-10s de pose. Ma 294 à -10 ou -15° se tient bien mieux dans ces cas-là. sans compter que l’été il fait parfois 25-30° en pleine nuit, ce qui donne une caméra qui tourne à 35-40°
  5. C’est d’ailleurs à peu près ce qu’on lui a demandé. Le SDDS, Steph Deep Sky Survey
  6. clouzot

    sharpcap et D/F

    Il ne le fait pas pour les darks car tu peux changer de gain ou de temps d’exposition (et alors le dark doit changer lui aussi). Par contre un flat SC reste valable quelque soit l’expo ou le gain (enfin en théorie...). Mais quand tu as fixé expo et gain, un appui sur browse t’amène directement au bon dark
  7. Tu as aussi l'option d'une petite lulu pour avoir le grand champ. Perso, j'utilise mon chercheur EvoGuide 50mm avec un correcteur et une de mes deux caméras dès que je veux taper dans les champs de 3-4°. Ce n'est pas la solution la moins chère (il y a les objectifs photo pour ça) mais c'est léger et ça marche pas mal. Sur le forum spécialisé VA tu auras d'autres exemples en tout genre pour ce type de setup ultra portable, avec de la récup très bricolo, des trépieds fixes... On a même un exemple de VA en avion, par le hublot, en plein vol !
  8. Effectivement ça aurait plus sa place en rubrique matériel (mais t'inquiète, on répond quand même ) Pour les soucis de finances, pense aussi à l'occasion : je sais que je prêche pour ma paroisse, mais un bon vieux C8 orange peut se trouver à pas cher, il aura la focale qu'il faut pour tes petits objets, il ne nécessite pas une monture de l'espace pour faire des poses de 15-30s (c'est un tube court et relativement léger, et une petite monture suffit, certains bossent même avec une vieille Vixen Polaris). Et sans taper dans l'ultra grand champ, un réducteur de focale x0.63 (lui aussi en occase tant qu'à faire) permet d'avoir un champ de 0.8° avec l'Explore Scientific que tu citais plus haut
  9. J’avoue ne pas connaître cette caméra ExploreScientific (le capteur fait penser à ce qu’on a dans la ASI1600 ceci dit ?) je ne sais plus si je l’ai déjà posté mais le site astronomy.tools propose un outil FoV mode imagerie très pratique pour tester plusieurs combinaisons de matériels
  10. Oui c'est ça. En gros il faut trouver la combinaison correcte, qui dépend : la focale et la taille des pixels (qui te donne l'échantillonnage atteignable avec cette caméra et ce scope) la résolution atteignable, soit l'une ou l'autre des valeurs suivantes le pouvoir résolvant théorique du scope (donné par le diamètre) le seeing, qui limite le pouvoir résolvant du scope à un instant donné Avec des poses longues, c'est le seeing qui détermine la résolution atteignable, l'étoile se baladant un peu partout lors de la pose Avec des poses courtes, c'est moins tranché et ça dépend de ce qu'on fait des images. Si on stacke sans se poser de question, on en revient au seeing qui limite la résolution. Si on empile en choisissant ses images, on peut parfois approcher la résolution théorique de l'instrument, mais c'est hors-cadre du VA pour l'instant. Bref, le seeing te limite. Tu choisis donc ta caméra en fonction du meilleur seeing envisageable lors de tes observations : 0.9" par exemple ? Tu veux donc que ta caméra te donne au minimum 0.45" par pixel (et si tu écoutes nos amis AP, plutôt même 0.3" par pixel, mais bon). Tu peux ensuite prendre le problème à l'envers : combien te faut-il de focale pour atteindre cet échantillonnage de 0.45" par pixel avec une des trois caméras possibles (183, 294, 533) ? avec une 183, il te faudrait un scope avec 1100mm de focale avec une 294, un scope avec 2100mm de focale avec une 533, un scope avec 1740mm de focale Ce qui m'amène à .... Tu pourrais très bien te dire que tu ne feras QUE de la mini nébuleuse planétaire, et en ce cas tu pourrais choisir un bon vieux Mak ou un RC, avec une 533 par exemple. Mais ma crainte est que tu galères avec un instrument spécialisé à longue focale, que tu ne peux pas facilement réduire sans en passer par des réducteurs coûteux et qui vont te faire la misère (vignetage, coma etc) dès que tu voudras voir autre chose qu'un trou de serrure. C'est pour cela que je pense qu'il vaut mieux que tu prennes un instrument plus polyvalent (le 200/800 que tu as cité par exemple), et que tu rajoutes la Barlow x2 ou x2.5 qui va bien pour aller chercher tes tâchouilles quand tu le souhaites. C'est plus polyvalent, plus souple, et ça te permet de te faire la main sur le VA avec un champ plus accommodant, avec une focale plus courte, sans emmerdes type guidage etc. Je parle d'expérience car j'ai commencé au C9 sans réducteur (2350mm de focale). Le champ était de 0.2°, il fallait pousser le gain et espérer qu'il y aurait assez d'étoiles dans le champ pour stacker, sans trop maîtriser le processus à la base. Pas évident. Comme tu as vu plus haut, sa taille de pixel te permet d'avoir une focale plus courte donc oui, elle est mieux adaptée. La 183 ferait aussi l'affaire mais impérativement en version refroidie, et c'est une caméra moins sensible et plus bruitée que la 533, difficile de la recommander maintenant que la 533 est sortie !
  11. Il est vrai que les débuts peuvent être parfois un peu rudes, mais ce n'est pas non plus la mer à boire hein, même un pur dobsonien comme @Stephane Idir s'accommode bien d'une caméra sur son Dobson manuel Et vous-autres avez, avec les Dobsons, un avantage énorme sur quelqu'un comme moi qui n'utilise plus qu'un goto : votre connaissance du ciel. Le pointage de tel ou tel objet improbable à coup de "ah je me souviens il y a 3 étoiles disposées comme ci ou comme ça à 20 minutes d'angle du truc", ça m'impressionne à chaque fois. @paradise comme kiwi est disposé à te faire une démo, c'est la meilleure des façons de te mettre le pied à l'étrier car il pourra te montrer tous les petits "trucs" pour se simplifier la vie et bien démarrer sans prise de tête. Une fois que c'est intégré et que tu sauras où cliquer quand tel ou tel truc se produit, toute la technicité deviendra transparente pour toi, et tu pourras passer à des choses plus acrobatiques, à coup de barlowtage et compagnie.
  12. @moebius9 c’est une solution simple (et puissante car le capteur du Sony est très sensible) effectivement mais notre ami n’aura pas ce qu’il souhaite : ses nébuleuses planétaires vont faire 1/2 pixel
  13. J’ai deux caméras : une 183MC « normale » et une 294c refroidie. Pour ce genre d’objets j’aurais surtout dû bosser avec de la focale ! le seeing limitant la résolution accessible une caméra encaissant bien le gain et avec des pixels de 3 ou 4 était convenable. Une 533 aurait fait l’affaire par exemple. par ailleurs c’est aussi le genre d’objet où le diamètre pur (et donc la résolution) aura son importance, peut-être même plus que le f/d. A voir avec ton programme mais tu vas faire le grand écart entre un 200/800 parfait pour les nébuleuses un peu grandes, et tes mini NP qui mériteraient probablement 2m de focale. Un SCT, peut-être ?
  14. Je fais comme un sauvage pour les quelques tests que j'ai faits récemment : le gain à bloc, et j'empile des poses de 1 à 2 secondes (voire moins). Le bruit est redoutable au début mais l'empilement finit par le lisser un peu. Le gain fort est nécessaire car on ne peut empiler qu'en se basant sur les étoiles voisines (qu'il faut donc pouvoir voir dans le champ de la caméra). Exemple avec l'Eskimo un soir de pleine lune et de très mauvais seeing (4 arsec de FWHM mesurées pendant la soirée) On peut probablement faire bien mieux que ça (caméra avec gros pixels ici alors qu'il faudrait plus petit, réducteur x0.63 alors qu'il fallait bosser à f/10), mais au moins ça prouve que ça peut marcher en mode punk sans avoir à empiler a posteriori comme en "lucky imaging"
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.