Jump to content

clouzot

Membre
  • Content Count

    435
  • Joined

  • Last visited

Recent Profile Visitors

768 profile views
  1. Bien sûr qu'on peut toujours faire mieux avec plus de traitement. Certains ne s'empêchent pas de le faire d'ailleurs, de façon plus ou moins automatisée ! Ceci dit il n'est pas vrai que de faire un traitement de déconvolution ou autre extraction de fond de ciel prenne aussi peu de temps que la calibration telle qu'on l'utilise dans Sharpcap en mode LIveStack. Concrètement, mettons que je sorte ma caméra, que je décide de poser à tel gain unitaire et telle exposition : - je cherche dans ma bibliothèque de darks le master dark correspondant à ce gain, à ce temps d'expo et à la température voulue (je les ai faits une fois pour toute, dans la douleur) - un clic, et il s'applique désormais à toutes les images entrantes. En tant qu'utilisateur, c'est comme si la calibration n'existait pas, je n'ai rien d'autre à faire Pour les flats, même combat : - une fois la MAP faite, je sors mon écran à flats, je demande à Sharpcap de capturer et d'empiler X flats (ce qu'il fait très gentiment) - un clic sur la case à cocher "appliquer le flat", et Sharpcap va appliquer ledit flat à toutes les images entrantes dans la soirée, sans action de ma part - rien d 'autre à faire Dans les faits, ça prend une minute en début de séance. On pourrait rajouter d'autres choses que Sharpcap sait faire tout seul en quelques millisecondes : réjection en fonction du seeing, du passage de nuages, stacking sigma-clipping pour virer les passages de satellites, et même sharpening (eh oui, mais pas de la déconvolution PSF, trop lente). Mais si je veux appliquer, comme tu le proposes à Mika, un workflow PI complet à chaque stack fini, je doute fort que ce soit aussi rapide et automatique qu'une calibration sauce VA. Evidemment, le jour où ce sera possible en 1 seconde sans intervention de ma part et que ça améliorera les détails observables, je ne vais pas me gêner Par exemple, quand tu fais tes excellentes poses uniques de 5 minutes à f/10 sur du ciel très profond, il est probable, même si tu ne l'as pas précisé, que tu autoguides (une technique d'imagerie s'il en est, vu le nombre de messages à ce sujet ici et ailleurs). Et pourtant personne ne viendra dire que tu fais (ou que tu devrais faire) de l'astrophoto, car tes images sont loin des "canons" esthétiques en vigueur (il y a du grain, des donuts, un fond de ciel pas forcément propre etc) et qu'il est très apparent que le but de la manip, c'est d'atteindre tel ou tel objet rarement vu (car trop petit, trop faible en magnitude pour intéresser la plupart), pas d'avoir un fond de ciel nickel au 1/4 de pixel près. En somme, utiliser telle ou telle technique d'imagerie ne fait pour autant de notre Mika un astrophotographe qui s'ignore. Ou alors il le cache bien !
  2. Christian : je pense que faire du traitement après coup n’est absolument pas le but de la manœuvre. Mais tu le savais déjà Surtout s’agissant de deconv Lucy-Richardson qui a un léger désavantage quand on observe : ça prend des plombes
  3. Le secret c’est de binner l’image avant de faire Tools/Hyperleda. Ça se trouve dans la fenêtre avec plein d’onglets, dans pixel math 1 ou 2 (je sais plus lequel). Tu peux binner du rapport que tu veux, il y a une liste de presets
  4. Ça a été la grande discussion de la fin 2019 : quel est le temps d’intégration maximal pour pouvoir poster une image dans le forum EAA (VA) ou plutôt l’envoyer dans le forum Astrophoto. Une polémique somme toute assez familière De premières règles ont été décidées qui limitaient ce temps à 5 minutes maximum, de façon peut-être un peu arbitraire. S’en est suivie une grande discussion sur le bien fondé d’une telle limite, en particulier pour ceux qui font du VA ultra-profond (on parle de quasars, d’observer le jet relativiste de M87, et de lentilles gravitationnelles, hein, pas de mes piteux tests sur de petites galaxies). Finalement la modération a décidé intelligemment de couper la poire en deux. Dans un sujet spécifique, le temps de stack n’est finalement pas limité tant que l’image est accompagnée d’un vrai CROVA. Dans tout autre sujet du forum, c’est 5 minutes max.
  5. Ce sera fait ! Je n’ai aucune idée de la différence de sensibilité entre ton KAD et mon CMOS mais il me semble que (1) c’est dans ce genre de cas que la mono prend tout son sens : peu ou pas de couleurs sur cet objet déjà fort lointain et ainsi une sensibilité accrue. (2) Et que les CCD gardent un avantage certain dès que les poses sont longues de part leur excellente sensibilité. J’essaierai donc d’optimiser autant que faire se peut le rapport signal/bruit sur cinq minutes d’empilement maximum afin de me placer dans les mêmes conditions que toi.
  6. Quand je vois ce genre d'image, je me dis que la longue focale, ça a du bon. Jusqu'au moment où je me rappelle que j'ai une monture légère qui vibre au moindre passage de sanglier
  7. Et en plus, tu es compatible avec les règles CloudyNights, si c'est pas beau ça (excellentissimes observations, mais ça, tu le savais déjà)
  8. Merci Christian, eh bien il n'y a pas photo (si je puis dire) ! Voici mon résultat local. Je n'ai quasiment capturé que la partie centrale (on peut y deviner un semblant de structure, mais bien moins détaillée que sur ton exemple) et on ne voit que très faiblement la partie externe diffuse (le signal est bien là mais la Lune le couvre ce qui m'a obligé à "tailler" dans le gras). Je la retenterai dans de meilleures conditions (sans Lune) et peut-être au foyer normal f/10, si mon guidage décide de fonctionner ! Données d'observation : instrument: C9 XLT avec réducteur Celestron x0.63 (focale résultante 1480mm) monture AVX, pas de guidage caméra Altair 294c ProTec à -10°, en théorie 0.64 arcsec par pixel couleur à cette focale pas de filtre conditions de prise de vue: lendemain de pleine Lune, le 11/01/2020. Zone AVEX orange. Seeing moyen donné à 2 arcsec par Meteoblue. Forte humidité. Température extérieure oscillant entre 5 et 2°C, mais j'étais confortablement installé dans un cabanon avec mon portable (et un radiateur soufflant sous les pieds), laissant le C9 souffrir seul dehors. dans Sharpcap : 120 poses unitaires de 15s sans réjection de prise dark soustrait à la volée, flats appliqué à la volée empilement et réglage à la volée de l'histogramme (black mid white levels et c'est tout), unsharp mask "sauvé tel que vu" (save as seen)
  9. C’est justement la question que je me pose, disposant d’un matériel similaire (un C9). Quels seraient les temps de pose avec un CMOS dont les pixels plus petits que ta CCD permettraient de travailler au réducteur de focale sans (trop) perdre en résolution. J’ai essayé NGC2681 pour un « challenge VA » à F/D=6.3 et le signal était très faible avec 30s de pose unitaire. Après 30 minutes à empiler (sans aucun post traitement bien sûr) je la distinguais vaguement, sans plus. N’ayant pas une monture capable de suivre 5 minutes à ces focales, je suis de toute façon obligé d’empiler... A l’occasion, si tu peux la tenter avec ton setup et ta méthode de la pose unique@christiand, j’apprécierais énormément car ce serait un excellent point de comparaison !
  10. Je rajouterais aussi que si ton matos est susceptible de se prendre de bons chocs (genre route défoncée, attaque de sangliers...), ma solution n'est pas suffisante, et dans ce cas il vaut mieux se tourner vers les flight-cases que @martial_julian utilise (on y stocke parfois du très fragile comme des instruments, du matos pour les lumières...). Mais pour l'instant, je n'ai pas eu de problème, avec plusieurs couches de tapis de yoga autour, en haut et en bas.
  11. Le gros sac de sport Décathlon de 100l permet de faire rentrer mon Evo 9.25 avec sa monture (mais pas le trépied !). J’ai depuis rajouté quelques protections en plus mais ça fait le job et c’est le moins cher que j’aie trouvé. http://www.astrosurf.com/topic/122050-sac-box-de-transport-c9/?do=findComment&comment=1588736
  12. Starizona m’a conseillé soit le IDAS LPS D2, soit le Optolong L-Enhance. J’ai pris les deux Ils ne posent pas de problème à f/2.3 sur mon C9 (pas vu de décalage de bande spectrale puisque c’est le principal souci avec un angle d’incidence aussi élevé) mais par contre ils mangent beaucoup de signal, ce qui oblige à revoir ses gains, ses offsets, et surtout ses temps de pose (avec tout ce que ça implique). C’est particulièrement le cas avec l’Optolong qui est vraiment brutal (mais efficace : la pleine Lune ne lui fait absolument pas peur). Selon ton niveau de PL, un filtre laissant passer un peu plus (par exemple le L-Pro) sera peut-être plus facile à travailler ? Edit : le format 2 pouces se visse sans problème dans mon Hyperstar v4, c’est prévu pour, mais pour certaines versions plus anciennes il faut le tiroir
  13. il y a des années de ça, j’ai travaillé de loin sur le projet Globalstar (porté à l’époque par Motorola) qui visait à déployer une constellation de satellites pour l’accès au GSM (et un peu de data) partout dans le monde. Commercialement c’a été un échec retentissant, mais justement parce que la clientèle était dans des zones denses plus faciles à équiper en terrestre. Est-ce différent en 2020 ? Je ne sais pas qui est le public visé, mais qui pensait en Europe qu’une diffusion de radio via satellite (SiriusXM) allait marcher commercialement ? Personne, car il fallait considérer les spécificités américaines (territoire immense non couvert par la FM, gens qui font beaucoup de voiture) pour piger que ça allait marcher. Alors en France on n’est probablement pas client de ce cher Elon, mais ailleurs ?
  14. Tes images unitaires ne sont pas debayerisees : elles apparaissent en N&B mais la plupart des logiciels peuvent afficher les couleurs. C’est aussi pour ça qu’il est préférable de sauver dans un format non compressé (FITS)
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.