Rhodopsine

Membre
  • Compteur de contenus

    114
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Rhodopsine

  • Rang
    Membre

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. 2019, on ne lâche rien : Je soutiens Tu soutiens Elle/il soutient Nous soutenons Vous soutenez Elles/ils soutiennent…
  2. Rhodopsine

    Faut-il mettre fin au changement d'heure ?

    Bonjour, Oui, la vie sur Terre est rythmée ! Le cas général : l'évolution dont nous sommes issus s'est faite avec l'alternance jour/nuit, ce depuis toujours. Le rythme circadien est majeur pour l'horloge biologique interne du règne animal. En cas d'horaires décalés et/ou environnement lumineux artificiel, l'altération des cycles de sécrétions hormonales qui en découle a des conséquences plus ou moins lourdes sur la santé. Que des préférences individuelles existent et subissent un certain degré de contrainte est admissible pour la vie sociale. Mais, que cela sied ou non aux partisans de "l'horreur économique" 24/7 et de ce projet d'unique fuseau horaire pour l'ensemble de l'Europe, une abondante littérature médicale aborde les enjeux sanitaires de la chronobiologie.
  3. Rhodopsine

    Faut-il mettre fin au changement d'heure ?

    Le maître des horloges nous sollicite. Ma position : heure solaire, plus précisément temps solaire moyen, point barre ! • Pour quelles raisons : Pour préserver la santé et les rythmes biologiques Autre : Hora stat ad imperium solis ( l’heure est placée sous l’autorité du soleil ) • Indiquez, sur une échelle de 1 à 10, l’importance qu'aurait pour vous, pour les relations entre l’Union européenne et les citoyens européens : Le maintien du changement d'heure La fin du changement d'heure J'ai beau chercher, mais je ne dois pas avoir le niveau pour comprendre le sens de cette question. • Si le changement d’heure est supprimé, que choisissez-vous? Toujours rester à l'heure d'hiver Toujours rester à l'heure d'été Pas d'opinion L'exemple même de question orientée, le choix de l'heure solaire n'est pas offert. • Selon vous, en cas de suppression du changement d’heure, quel fuseau horaire la France métropolitaine doit-elle choisir ? Ma réponse : UTC+0 Mais sans illusion car ce questionnaire est clairement orienté pour que l'on choisisse UTC+1 ou UTC+2
  4. Rhodopsine

    Grand rapport sur la pollution lumineuse en France

    @ Marko : tu as tout à fait raison en faisant, plus que d'autres, ta part. Mais ne faut pas rester tout seul face à ses élus. L'isolement et le chacun pour soit sont les problèmes de ceux qui tentent de lutter à leur manière pour sensiblement plus de prise en compte de la pollution lumineuse. Et, plus généralement, de l'ensemble des externalités négatives des éclairages extérieurs ; incluant l'éclairage public. Des LEDs, des LEDs, des LEDs… Si on en reste là, on a toutes les chances de se contenter du verdissage d'image (greenwahsging) ambiant qui fait reculer en prétendant avancer ! Il suffit d'en mettre. Ponce-Pilate, lui, se lavait les mains… Un projet de rénovation respectueux de la nuit ne devrait pas s'improviser en se contentant de changer les sources point par point sans, a minima, se poser les questions suivantes : 1) a-t-on une perception claire de tous les paramètres de l'existant ? La réflexion sur l'éclairage nocturne risque d'être abstraite si on se contente, comme souvent, de réunions à la table, de rapports ou devis plus ou moins bidons et particulièrement d'informations commerciales parcellaires. 2) a-t-on pensé à dédensifier ? En cherchant un peu on découvre toujours des points lumineux moins pertinents dont la suppression est bénéfique. Certes au prix d'une petite perte d'uniformité. C'est précisément cette volonté d'uniformité une des causes principales des dommages. 3) a-t-on pensé à revenir aux niveaux d'éclairement raisonnables que les pratiques contemporaines ont progressivement fait oublier ? Tous à nos luxmètres, on verra que la première source d'économie est souvent là. Actuellement le lobby tolère, un peu, l'extinction pourvu qu'il arrive à fourguer sa salade : les LEDs ! N'importe lesquelles, prioritairement les pires. Or elles n'ont UN SEUL avantage : bien supporter la commande par détection de présence. Un surcoût mais efficace, à plusieurs points de vue, car cette technologie supporte le ON/OFF autant de fois que voulu. La modulation de puissance ? Bof ! Souvent un prétexte pour faire perdre de vue la solution la plus simple, la moins chère et la moins impactante ( qualité d'un paysage et son ciel nocturnes ) : éteindre carrément en lieux et horaires pertinents. 4) envisage-t-on un spectre d'émission le plus "chaud" possible ? Le plus étroit serait le mieux. Ce que le fond de catalogue LED ne propose quasiment pas, ou alors à prix prohibitif. Sachant que plus le spectre est vertueux moins le rendement lumineux est intéressant. 5) a-t-on pensé à proscrire toute émission lumineuse proche de l'horizontale et SURTOUT au dessus ? Ainsi pas de gaspillage de photons, ni éblouissements ou lumières intrusives. On doit obtenir la fiche technique des matériels envisagés. Des diagrammes photométriques complets sont indispensables. On cherche à les comprendre, ou on se fait expliquer. Et on va constater in situ de nuit à quoi ça correspond. 6) a-t-on la volonté forte de progresser dans la durée en s'informant ? Tant pour les citoyens que les élus au pouvoir qui ont la compétence éclairage public qui va avec mais rarement l'expertise. Leur première responsabilité est de vraiment peser TOUS les enjeux de leurs décisions. Quand on est aux affaires, la tentation du "business as usual" est grande pour éponger la pile de dossiers dont on a la charge. Le contexte et le lobbying poussent à céder par facilité au mirage technico-commercial. À chaque fois on privilégie le court terme, au détriment de l'avenir. Toutes les alertes environnementales devraient faire prendre conscience qu'on ne peut plus continuer comme ça ! Pour conjuguer réduction réelle et tangible de la pollution lumineuse et progrès social on doit se presser les boyaux de la tête et se cracher dans les mains. Il n'y pas de solution simple et résumée; sans effort, volonté et engagement collectifs.
  5. La pollution lumineuse : combien de divisions ? Moins de 400 contributions à l'heure actuelle sur cette consultation publique inédite ! Je crains que la moulinette de la synthèse ne soit trop aisée entre : copier-coller pas foulants, délires individuels et équipementiers lobbyistes qui noyautent immanquablement le truc. Pour ceux qui ont des yeux, un cerveau et un cœur connectés, je me permets d'appeler à un sursaut d'effort avant l'échéance du 16 novembre, en rameutant ET des contributeurs ET tous les enjeux. À nos claviers citoyens…
  6. Rhodopsine

    Un livre parlant de la pollution lumineuse ?

    Mission Economie de la Biodiversité - ANPCEN
  7. Rhodopsine

    Tout un quartier de Bordeaux à l'IoT

    "Toute la difficulté pour la collectivité est de maîtriser la technologie (…)" selon le technicien de l'article. J'ajouterais que toute la difficulté, pour nous le peuple, est de maîtriser l'élu, pour qui toute la difficulté est de maîtriser le technicien, pour qui toute la difficulté est de maîtriser la technologie…
  8. Les résultats complets de " Villes & villages étoilés 2017 " viennent d'être publiés sur le site de l'ANPCEN.
  9. La commune de Villenave d'Ornon, faisant partie de Bordeaux-Métropole, lance une consultation publique en 2 questions (!), jusqu'au 15 avril, sur leur récente extinction en seconde partie de nuit. Pour l'instant une large majorité de "braves gens" veut qu'on lui rende la lumière.
  10. Rhodopsine

    Bonne nouvelle à Bouliac ( 33)

    Actualité : une association a besoin de faire connaître sa démarche et d'être soutenue dans sa volonté de préserver l'héritage et le site de l'observatoire de Bordeaux-Floirac
  11. Adhérons, renouvelons une précédente adhésion, faisons adhérer, en 2018. Pour remettre le dossier de la lutte contre les "nuisances lumineuses" ( c'est le terme de la Loi ) sur le dessus de la pile de Monsieur Hulot, par exemple. Les lucioles nous remercierons…
  12. Rhodopsine

    Réserves Internationales de Ciel Etoilé (RICE)

    Le logo de l'IDA est en bas à droite de la page d'accueil du site de l'ANPCEN. L'IDA c'est mieux que rien mais leur réflexion est incomplète Sachant la portée des sources lumineuses mal orientées ( au delà de la centaine de kilomètre ) les réserves, pour vertueuse que puisse être leur exemplarité, risquent d'être l'alibi des auto-satisfaits de tous poils. Comme les zones de silence forestières cernées par les routes et survolées par les avions. Comme les corridors d'obscurité qui exonèrent les urbanistes de leur obligation de sobriété lumineuse. Le label RICE est une certification nord-américaine. Rappelons nous du sort des amérindiens parqués dans des réserves…
  13. Rhodopsine

    Fin du pointeur laser ?

    Respect de l'accommodation de la vision nocturne et sobriété lumineuse = canne à pêche télescopique. Humilité technologique et bambou pour les intégristes environnementaux.
  14. En cas d'extinction, totale comme partielle, il est toujours bienvenu d'activer ses réseaux pour que de multiples messages de remerciement et/ou de félicitation parviennent aux élus à l'œuvre. Ça ne peux que favoriser le maintien dans la durée de ce progrès environnemental et les changera des seuls râleurs et grincheux qui prendraient mal la chose.
  15. Dernière ligne droite pour les retardataires : clôture des inscriptions dans une semaine… édition suivante pas avant 2019 !