Jump to content

francheu

Membre
  • Content Count

    590
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by francheu

  1. Non non, un verre ED est un type de verre, pas un traitement. C'est juste une recette particulière qui donne un verre de faible indice et faible dispersion. Je pense que tu parles du type et du nombre de traitements appliqués : 1 : traitement mono-couche sur les dioptres externes uniquement 2 : traitement multi-couches sur les dioptres externes uniquement 3 : traitement mono-couche sur tous les dioptres (« fully coated ») 4 : traitement multi-couches sur tous les dioptres (« fully multi-coated ») Sinon pour les traitements en eux-mêmes, il en existe une infinité, entre le nombre de couches et les matériaux utilisés il y a de nombreuses possibilités. Là encore clairement non. Les traitements AR ne corrigent jamais le chromatisme. Le traitement est là pour éliminer plus ou moins bien la réflexion de Fresnel sur chaque dioptre, ce qui améliore d'une part la perte en transmission, et évite d'autre part les images parasites dues aux doubles réflexions entre tous les dioptres.
  2. Erasmus observée ce matin entre 6h et 6h30 heure locale. Pas facile au premier abord car très basse, mais sa localisation du côté du Corbeau fait que le repérage est grandement facilité. Vue comme une petite boule floue d'environ 1 à 2' aux jumelles de 100 mm. Mieux vue à 37x qu'à 20, mais elle reste assez faible, il faut un ciel bien propre comme hier ou aujourd'hui. J'appuie les recommandations de @Alexandre Renou, il ne faut vraiment pas tarder car elle plonge inexorablement vers le Soleil. (C'est marrant pour elle on dit Erasmus, et pour d'autres on utilise le petit numéro, comme pour M3 par exemple)
  3. Ben comme pour les galaxies en fait, on parle de la magnitude totale, et vu qu'elle est très diffuse sa magnitude surfacique est finalement assez élevée, et un brin de PL suffit pour la doucher définitivement. D'autres ont-ils tenté de l'observer ?
  4. Salut, Alors je confirme, mon observation du 6 ne correspondait visiblement pas du tout à M3. Je l'ai observée de manière certaine hier soir, et clairement elle n'est pas évidente la bougresse, surtout sous mon ciel bien pollué. Au T200 elle apparaît péniblement sous la forme d'une tache circulaire et très ténue, sans condensation centrale visible. J'ai été obligé de grossir un peu (92x) pour réussir à vraiment l'extirper du fond de ciel. Elle ressort un peu mieux, et surtout gagne en diamètre en utilisant un filtre UHC-E (qui a le bon goût d'être assez large et un peu favorable pour les comètes). Petit dessin de circonstance, les étoiles les plus faibles sont à plus que magnitude 12 tout de même :
  5. Salut, Bon, au risque de doucher ton enthousiasme, elle n'est pas si facile que ça... Tentée ce matin à 2h au T200, eh ben c'était pas folichon, aspect ponctuel autour de m9,5-10. Et encore je suis tellement pas sûr de mon coup que je vais allez retourner dans le même coin pour voir si je n'ai pas confondu avec une étoile de m11... Le problème est que la Lune gibbeuse complique énormément en imposant un fond de ciel hyper lumineux, même dans les coins épargnés par la PL Tente quand même, tu ne perdras rien, et au pire tu pourras te rabattre sur la belle nébuleuse d'Orion, mais à mon avis de simples juju ne seront pas suffisantes pour M3 (j'ai tenté avec les Miyauchi de 100 mm, circulez ya rien à voir).
  6. Beau travail ! Observé hier, c'était de la méga-bouillie, turbulence digne d'une chaude journée d'été...
  7. Salut, De manière générale, le profil de diffraction se résume à la transformée de Fourier (TF) de ton ouverture. Dans le cas d'une fente, cela correspond à faire la TF d'une fonction porte, qui donne un sinus cardinal (sin(ax)/x) où a est la pseudo-période des ondulations autour du lobe central (l'ordre 0), la valeur de a est inversement proportionnelle à la largeur de la fente. Attention, ceci est valable pour l’amplitude de l'onde électro-magnétique. L'œil étant sensible à l'intensité, il faut prendre le carré du sinus cardinal. Bienvenue dans le monde merveilleux de l'optique de Fourier
  8. Réponse inutile car l'initiateur du sujet est déjà parti loin loin loin, mais bon si ça peut répondre à la question : https://www.franceinter.fr/emissions/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-15-octobre-2020 Vers 45'
  9. Petite animation de M3 par Michael Jaeger : https://spaceweathergallery.com/indiv_upload.php?upload_id=169110 Les étoiles les plus brillantes sur l'image sont à m8-8,5, cela donne une bonne idée de la luminosité du noyau, et cette couleur verte
  10. T'inquiète pas, elle continue à monter dans les jours qui viennent. À son pic de luminosité (en novembre) elle sera dans Orion, donc largement assez haute.
  11. On se réveille, M3 est en train d'assurer : Bon j'avoue il faut courageusement se lever à pas d'heure pour l'attraper, et vu le temps plutôt bof et le couvre-feu, ceux qui l'épingleront seront des héros
  12. Et la queue de poussières suit l'orbite de la comète (au vent solaire près qui les pousse un peu).
  13. Oyez oyez ! C/2020 M3 ATLAS, inspirée par le départ du tour de France, vient de prendre sa ration d'EPO Michael Mattiazo (le découvreur de F8 SWAN en avril dernier) est le premier à avoir noté cette hausse, il prédit une magnitude de 8 en novembre (sans crevaison bien évidemment). Elle sera très bien placée en milieu de nuit en novembre, en plein dans Orion à son maximum. Petite carte pour se préparer :
  14. "La lame de Schmidt sert à corriger l'aberration chromatique du Cassegrain" "Le Schmidt-Cassegrain qu'il y a ici il a bien un miroir primaire parabolique et un miroir secondaire hyperbolique" "Je pense que certains Newton ont plus d'aberration chromatique que celui-là" Ça pourrait passer s'il n'était pas aussi virulent, mais là... Et désolé d'être un "as de l'optique".
  15. Toutes les planètes, plusieurs centaines d'astéroides, plusieurs milliers de galaxies, une bonne centaine d'amas globulaires, plusieurs centaines de nébuleuses planétaires, plusieurs centaines de nébuleuses, un bon gros millier d'amas ouverts... Ça fait plus de 20 ans que j'ai un 200/1200, et je suis loin d'avoir fait le tour. En ce moment vise plein sud pour voir Jupiter et Saturne assez bas sur l'horizon, et attends minuit pour voir Mars se lever plein est.
  16. Retour en 1997. Après le feu d'artifice offert par Hale-Bopp vient la comète « française » : Meunier-Dupouy. Alors forcément elle n'arrivait pas à la cheville de Hale-Bopp, mais à l'époque c'était tout de même un petit événement, et vu que je venais de recevoir mon Newton 200 (celui de ma signature !), il fallait bien que j'aille la chercher. 07/09/1997
  17. Un poil hors-sujet, mais comment ne pas faire référence à celle qui illumina le ciel un an plus tôt : Hyakutake ! Bien que son passage ait été beaucoup plus bref, elle reste pour moi à égalité avec Hale-Bopp. C'était ma première comète, donc déjà ça marque un peu, et surtout je l'ai « découverte » Je m'explique : j'étais ado, un vendredi soir je reviens du sport, et bien évidemment je lève les yeux au ciel (plutôt bon dans ma petite ville), et là... un truc flou, évident, pratiquement au zénith, « bordel c'est quoi ce truc ??? ». Je file dans ma chambre, sors le dernier Ciel & Espace, avec en gros titre un truc dans le genre « Hyakutake arrive ». Ok, donc ben forcément je sors le 115/900. Elle était là, très haute, une belle boule cotonneuse, avec une queue immense qui traversait le ciel, vraiment incroyable. En plus avec sa proximité avec la Terre son mouvement apparent était diablement rapide, quelque chose comme 0,5° ou 1° par heure, il suffisait de l'observer cinq minutes en grossissant un peu pour noter le déplacement. 27/03/1996 soit deux jours après le périgée, les jets lui donnaient une drôle de forme en Y au niveau du noyau
  18. Salut, À mon tour de déterrer le sujet Tous les dessins sont faits en négatif sur Canson, aux crayons 2H/HB/2B si mes souvenirs sont bons, et estompe au doigts et au Canson je crois... Scan + désaturation + inversion, quelques retouches çà et là pour éliminer du texte tronqué, rien de plus. Observations faites à l'œil nu, aux jumelles 10x50 et au bon vieux 115/900. 16/01/1997, dans la constellation de l'Aigle 06/02/1997 26/02/1997 27/02/1997 07/03/1997 le dessin dont je suis le plus fier 11/03/1997 les fameux jets en spirale, un régal 29/03/1997 30/03/1997 01/04/1997 13/04/1997 02/05/1997 11/05/1997
  19. Un peu oui, mais je te laisse volontiers la première marche du podium. Tout à fait, ce à quoi j'ai répondu : En fait je reviens là-dessus parce qu'en relisant tout le fil je me suis rendu compte que tu es passé d'abord par « l'oculaire ne grossit pas », puis un long suspense pour nous dire que si en fait, puis me traiter d'incompétent en optique parce que je disais que non, puis sortir des photos de loupes accompagnées de « alors machin ça veut dire quoi l'inscription ??? », pour finalement ajouter : Bref, tout ce combat inutile où tu manies l'inverse et son contraire pour décrédibiliser un intervenant... Le pire finalement pour moi est que je me suis laissé embarquer là-dedans, au moins je suis prévenu pour les prochaines fois.
  20. Eh mais attends ! Je me disais bien que tu étais complètement d'accord avec moi en fait.
  21. Effectivement, j'ai modifié mon commentaire en conséquence. Je ne suis pas expert en loupe, au temps pour moi, c'est visiblement ta spécialité. Le problème est que la notion de grossissement commercial résulte d'une définition arbitraire, ce qui n'est pas le cas dans la définition utilisant le rapport des angles en configuration afocale. Toute cette condescendance et cette agressivité latente dans tes interventions, comme c'est agréable... Pas étonnant que @NGC6543 ait pris la mouche en cours de discussion.
  22. Le problème avec ta définition du grossissement est que la valeur obtenue dépend de la position de l'objet par rapport à la lentille (pas forcément sur le plan focal), et surtout de la distance de référence pour laquelle tu calcules le pseudo-grossissement. Dans ta définition du donnes G = 25/F. Tes exemples de loupes sont parfaits, le premier annonce x20/18mm, et le second x10/21mm. 18 et 21 sont de toute évidence les focales des lentilles, ce qui devrait nous donner d'après ta formule des pseudo-grossissements de 13,9 et 11,9 respectivement, donc pas vraiment 20 et 10. Et là on comprend que le pseudo-grossissement gravé sur la loupe dépend de la distance de référence utilisée par le fabricant, soit 20x1,8 = 36 cm et 10x2,1 = 21 cm. On peut donc mettre à peu près n'importe quoi comme valeur sur la loupe ! Donc je maintiens, annoncer un grossissement pour une loupe est un abus de langage, et ce même en donnant sa focale. Au pire peut-on parler de pseudo-grossissement, si ça peut de consoler. T'as fait quoi comme études déjà ?
  23. Un système a forcément un élément qui va limiter l'ouverture. Si on prend l'exemple de la loupe, la pupille correspond à celle de l'œil. Celle-ci se situe dans l'espace image (on va faire abstraction de l'œil comme dernier système optique), il s'agit donc de la pupille de sortie. Par définition, la pupille d'entrée est l'image de la pupille vue depuis l'espace objet (donc avant la lentille). Il y a donc bien une pupille d'entrée, qui est en l'occurrence virtuelle.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.