Jump to content

'Bruno

Animateurs Observation
  • Posts

    23,282
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    8

A propos

  • Matériel
    - Dobson Lukehurst 495/2032.
    - Dobson Orion Optics 300/1200.

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

'Bruno's Achievements

  1. Je pense que c'est une bonne idée de viser immédiatement le 200 mm. Dans un premier temps il manquera des oculaires, mais ça permet d'avoir un bon diamètre d'entrée. Car les oculaires peuvent toujours s'acheter plus tard, pas le diamètre. Après, si tu peux te le permettre, tu pourrais ajouter un oculaire de 6 à 8 mm pour voir la Lune, Jupiter ou Saturne en détail. Pour découvrir le ciel profond, le 25 mm suffit dans un premier temps. Un achat d'occasion peut aider.
  2. Un miroir de 115/900 n'a pas besoin d'être parabolique : la sphère est suffisamment proche de la parabole parfaite. Avec un 150/1200, la sphère est déjà un peu plus éloignée et il vaudrait mieux que le miroir soit parabolique, même si on peut encore se contenter d'une sphère. D'ailleurs il me semble qu'en pratique il est sphérique. C'est le 150/750 qui est parabolique, et là il y a intérêt ! (et je crois que c'est ce qui a été dit plus haut). Un porte-oculaire de 50,8 mm (soit 2 pouces qui ceux qui utilisent les unités d'avant la Révolution) n'a pas grand intérêt sur un petit télescope (en fait je pense surtout au 115/900, je me demande même si ce serait optiquement compatible). Est-ce que tu peux utiliser un télescope de 16 kg (en deux morceaux séparés) ? Si oui, je ne vois aucune raison de ne pas opter pour le 150/1200. Si vraiment le poids (ou la taille) rendait les observations impossibles, tu serais obligé de te contenter du 115/900. Ce serait dommage !
  3. Hypothèse : un reflet. La Lune est tellement brillante qu'il y a un reflet sur les lentilles de l'oculaire. Si on bouge le télescope, ça bouge le reflet. Par contre ça doit être immobile si on ne bouge pas le télescope (du moins si on néglige le mouvement de la Lune).
  4. L'astrophoto demande un budget élevé. On peut sûrement en faire avec 500 €, mais ce sera très limité et pas sûr que ça corresponde à ce qu'attends ton conjoint.
  5. Je vois sans problème la limite de mes Nagler, et je vois aussi la limite d'un Ethos (100°). Et quand bien même on ne verrait pas la limite des oculaires, ce serait justement l'intérêt : en ne voyant plus le contour du hublot, on croit qu'on est dans l'espace, immersion complète ! (Malheureusement ça ne marche pas pour moi.) Mais effectivement, en cas de budget réduit, mieux vaut privilégier la qualité optique au champ. Après, je trouve que ça vaut le coup de faire une folie, une fois dans sa vie : choisir un oculaire très haut de gamme pour sa focale préférée.
  6. Ah, voilà le genre de photo qui m'attire ! Un « bête » 150/750, une caméra à 300 €, et voilà de belles nébuleuses en couleurs !
  7. J'aime bien cet atlas : http://www.astrosurf.com/bsalque/batlas.htm (Forcément, c'est le mien, c'est pour ça que je l'aime bien...)
  8. Bizarre, ta question : à voir plus clair et net les mêmes objets qu'un Newton de 400 mm, justement ! (Ainsi que voir plein de choses invisibles dans un 400 mm. En effet, un télescope de 127 cm de diamètre capte 10 fois plus de lumière qu'un 400 mm. C'est pas rien !)
  9. Ce sont des oculaires d'entrée de gamme, sur un télescope d'entrée de gamme. Je ne pense pas qu'utiliser un oculaire haut de gamme permettra de mieux apercevoir les astres (pour ça il faut plutôt changer de télescope). Par contre c'est intéressant si on recherche plus de confort, ou plus de champ, ou un grossissement plus adapté (là, je crois qu'il te manque un fort grossissement). De bons oculaires ont un certain coût, qu'on aurait peut-être mieux fait d'employer pour acquérir un plus grand diamètre, d'un autre côté on les conservera longtemps, y compris avec le futur gros télescope. Si j'avais un 130/900 muni de ses 25 et 10 mm, je pense que je chercherais d'abord un 6 mm (pas un Plössl qui sera inconfortable, mais un modèle un peu au-dessus) puis un 12 mm (qui remplacera le 10 mm) avec un assez grand champ (au moins 60°).
  10. Il ne faut pas oublier que la pollution lumineuse (l'éclairage parasite de l'atmosphère au-dessus de nous) provient des lampadaires de toutes les agglomérations situées à des kilomètres à la ronde. Utilisent-elles aussi des lampes à sodium haute pression ?
  11. Bonjour ! Un Dobson motorisé permet de faire de l'astrophoto en courtes poses. La longue pose est en général impossible pour deux raisons : Le suivi azimutal (sauf avec une table équatorial) permet de conserver l'astre dans le champ, mais ne conserve pas l'orientation de l'image : il y a une rotation de champ. En patique, la monture et le moteur ne sont pas assez précis (parce que ça a été conçu pour le visuel (*)). Pour du ciel profond, on peut accumuler de nombreuses courtes poses et les additionner ensuite, ça peut donner un résultat intéressant, même si pas aussi performant qu'une image basée sur de plus longues poses. ---- (*) En visuel, on demande que l'astre observé reste dans le champ. En photo, il doit rester sur le même pixel. Ça demande une précision de suivi d'un autre niveau. Je sais que sur certaines montures, les roues dentées sont usinées au micron près. On ne fait pas ça sur un Dobson. Mais on pourrait (simplement, ça coûterait bien plus cher). D'ailleurs les télescopes professionnels modernes sont tous azimutaux (pour compenser la rotation de champ, il y a une rotation du tube optique).
  12. Au Pic du Midi, à travers la lunette-guide 130/2000 du T60, on avait pointé Saturne à plus de 600 fois : image merveilleuse, historique, que je n'oublierai jamais. Saturne était si finement découpée qu'on aurait dit un dessin placé devant le ciel. Oui, devant le ciel. En plaine, j'ai un souvenir de Mars par temps brumeux, grossie là aussi plus de 600 fois, cette fois avec un Mewlon 210 mm : figée, blanchâtre, avec plein de détails faciles. Hélas, c'est une nuit parmi des centaines. Un ciel parfaitement stable change tout. Plus on observe souvent, plus on a de chance d'en connaître un de temps en temps...
  13. Ça me paraît assez juste pour un site moyen, par exemple chez moi. Il existe des endroits où le ciel est en moyenne plus stable, et alors on pourra (si le diamètre du télescope le permet) dépasser ces grossissements plus souvent. Au Pic du Midi, on les dépassera presque toujours.
  14. Toutes ces choses là ne dépendent pas de Dobson vs équatorial, mais de chaque modèle. Il existe des Dobson plus ou moins maniables, des petit et des gros, des légers et des lourds, des avec une bonne qualité optique et des avec une qualité optique médiocre, certains sont faciles et d'autre pas, etc.
  15. Avec 1000 € de budget tu peux te payer un Dobson 300 mm chinois, qui fait 1m50 de focale donc ne sera pas trop bas. Et avec 300 mm, à toi les bras spiraux de M51 ! (Bien entendu, ça ne sera pas aussi facile à transporter que le petit 130 mm. Je signale cette possibilité que par rapport au problème de hauteur.)
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.