Jump to content

'Bruno

Animateurs Observation
  • Content Count

    22,590
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by 'Bruno

  1. La question est trop subjective. Tu ne pourrais poser une question précise ? Par exemple : − Est-ce qu'on voit plus de choses dans un 250 équipé de ses oculaires basiques que dans un 200 équipé de meilleurs oculaires ? Là la réponse est facile : oui, on voit plus de choses dans le 250 même avec des oculaires basiques. − Est-ce les images sont plus esthétiques dans un 250 équipé de ses oculaires basiques que dans un 200 équipé de meilleurs oculaires ? Je dirais que non, elles seront plus esthétiques dans le 200, grâce aux meilleurs oculaires (le champ bien sûr, et peut-être aussi la finesse des étoiles − si du moins le télescope a une bonne optique). Mais je ne sais pas s'il vaut mieux un plus grand nombre d'objets et de détails dans les objets, ou s'il vaut mieux des images plus esthétiques. Elle est du même ordre que la différence entre 200 et 250. Je suis sûr que ma réponse ne te satisfera pas, et en même temps j'estime que c'est une excellente réponse. En gros, la différence ne saute pas aux yeux la première fois, mais elle existe indéniablement. La différence n'est ni minime ni énorme ; elle est sensible. Comme entre 200 et 250.
  2. Si tu comptes déménager dans un village à 20 ou 30 km de Saint-Nazaire, je suis d'accord (à condition de ne pas avoir Saint-Nazaire au sud). Mais si tu déménages dans l'agglomération, aïe aïe aïe. Je fais cette remarque parce que le choix du télescope dépend en grande partie du fait que tu doives l'emmener en rase campagne ou pas. Si tu comptes habiter en ville, c'est probablement ce qu'il faudra faire, et l'encombrement peut être un critère important, mais dépend si tu as un garage, ou si tu peux te garer juste à côté, s'il faut grimper plusieurs étages, etc.
  3. Si l'unique site possible est la terrasse, et si elle est orientée vers le sud, il sera possible d'observer la Lune les soirs où elle est visible, et alors un petit Maksutov me paraît un bon choix. Et si tu peux rejoindre un deuxième site d'observation, mieux situé, il sera facile à transporter. Ah ben finalement tu avais fais le bon choix dès le début ! (Il faut donc vérifier l'orientation de la terrasse.) Je pense qu'il vaut mieux ne pas prendre en compte le futur déménagement, c'est loin et, apparemment, encore un peu flou. Si tout va bien pour toi (maison à la campagne, finances correctes), tu peux envisager dans quelques années un plus gros télescope pour bien profiter du ciel de la campagne, mais ce sera dans un deuxième temps. En tout cas c'est mon point de vue.
  4. Ah OK, donc en fait la photo n'est pas représentative du problème ! Mais oui, on dirait que c'est un oculaire 50,8 mm qui est sur la photo, du coup en me basant sur la photo je ne comprenais pas pourquoi il manquait un réducteur.
  5. Sans la bague allonge, alors que pour atteindre le foyer avec la bague-allonge il faut sortir le porte-oculaire au maximum et encore reculer l'oculaire ? Mais après tout, ça ne coûte rien d'essayer...
  6. Apparemment c'est le contraire puisqu'il faut encore plus sortir les oculaires. Tourloupe : question bête mais on ne sait jamais... Tu as bien tourné les molettes de mise au point ? (D'après la photo oui, puisque le porte-oculaire a l'air complètement sorti.) − Si non, eh bien il faut les tourner. − Si oui, c'est peut-être le miroir primaire qui est trop avancé (suite à la collimation inutile ?). Ou alors il faut une bague-allonge encore plus longue, mais ça m'étonnerait (normalement il faut même l'enlever...) Surtout que le porte-oculaire est déjà complètement sorti. C'est un Newton optimisé pour la photo ? C'est bien sur la Lune que tu as fait la mise au point, pas sur un objet terrestre proche ? (Je cherche, je cherche...) (Si c'est vraiment prévu ainsi que le foyer doive être sorti aussi loin, eh bien j'ai jamais vu un truc pareil.)
  7. Si tu ne vois pas quoi ? Tu ne vois pas la moindre étoile ?
  8. Non non... C'est Cassini. Copernic n'est pas encore visible, mais le sera peut-être demain soir. (En tout cas les photos sont réussies ! Elles montrent bien que photographier la Lune est possible avec un Dobson.)
  9. Le vert, c'est en vision nocturne. En vision diurne, elle serait plutôt blanc-jaunâtre je pense - la même teinte que le Soleil a priori. Les couleurs des appareils photos sont celles de la vision diurne (à moins d'utiliser un filtre qui simule la vision nocturne ?)
  10. Est-ce que tu as déjà vu d'autres planètes : Mars, Jupiter ou Saturne ? Si ce n'est pas le cas, je comprends que tu sois surpris (mais Gérard33, au 4ème message, avait déjà montré à quoi Vénus doit ressembler − tu avais vu son message ?). Les planètes, vues au télescope, sont minuscules, et ça surprend souvent les débutants, probablement trompés par les photos (où on peut redimensionner comme on veut). Vénus ne fait que 25" de diamètre, mais son diamètre sera le double après la mi-mai, alors qu'elle se rapprochera du Soleil et présentera un fin croissant très esthétique.
  11. Ça ressemble en effet à un 76/700. J'ai eu l'occasion d'observer à travers un télescope de ce type et, optiquement, j'étais plutôt satisfait (par contre je n'avais pas trop aimé la monture, plutôt instable). Il est vrai qu'un Newton avec un petit diamètre et un F/D de presque 10 ne peut pas être raté (un miroir sphérique suffit amplement). Bref, je suis sûr qu'on doit avoir de belles images de Vénus. Vénus, en ce moment, est en quartier : la moitié de la planète est éclairée, l'autre moitié ne l'est pas (en fait la portion éclairée vient juste de passer sous les 50 %, mais c'est à peine perceptible). Ce quartier doit être accessible à un petit télescope avec un grossissement d'environ x100. Mais attention : quand il fait noir, Vénus est « trop » lumineuse, et elle est basse. Du coup elle « danse », elle bouillonne, parfois son image se démultiplie... Pour moi, Vénus ne doit pas s'observer de nuit, mais devant un ciel bleu, par exemple au coucher du Soleil (voire avant). Après, si même dans de bonnes conditions Vénus n'est pas un quartier mais un disque, il faudra peut-être penser à vérifier la collimation (j'ai bien dit vérifier : on pointe une étoile et on regarde si on peut faire la mise au point correctement) ou même la qualité optique (avec la même manipe). Mais bon, ce sera en dernier recours.
  12. Je pense qu'il est trop tôt pour conseiller quoi que ce soit (par exemple OK pour les jumelles si Sarahb compte quitter la ville pour ses observations, mais elle n'a pas encore répondu sur ce point). Pour l'instant, attendons la réponse de Sarahb.
  13. Quel sera ton site d'observation ?
  14. Bonsoir ! L'astrophotographie est une discipline passionnante mais complexe. Il ne s'agit pas seulement d'acheter un ou deux accessoires. C'est pourquoi je te recommande de lire un bon livre sur le sujet (ou un bon site Web ?). Mais les informations que tu trouveras vont probablement te guider vers l'achat d'un nouveau télescope puisqu'un Dobson n'est vraiment pas adapté à cette discipline (sauf exception).
  15. Spark : imagine que tu pilotes un vaisseau spatial. La direction est bloquée : tu ne peux aller qu'en ligne droite. Comme ton vaisseau est fait d'une matière insensible à la gravitation (genre c'est du contreplaqué de neutrinos, quelque chose comme ça), rien ne peut dévier sa trajectoire. Tu vas tout droit, tout droit, tout droit. Imaginons que tu es éternel. Eh bien au bout d'un moment, tu vas te retrouver à ton point de départ. Et pourtant tu as toujours été tout droit. Du moins c'est possible si l'univers est fini et sans bord. C'est possible d'après la relativité générale. (Il me semble que c'était le cas du premier modèle d'univers trouvé par Einstein, celui qui était statique.) Si tu veux vérifier, refais les calculs...
  16. Avec un télescope, il est impossible de mettre au point sur un objet proche. Le clocher est à 200-300 m, c'est tout près. (En fait on peut y arriver en reculant l'oculaire, quitte à le tenir à la main). Si la mise au point était impossible aussi sur des astres, là c'est en effet probablement une histoire de bague-allonge.
  17. (Citation corrigée après remarque de bongibong ci-dessous) Donc l'enchaînement logique est : − Les objets astronomiques baignent dans quelque chose, ils sont finis. − Puisque l'univers baigne dans rien du tout, il est au contraire infini. C'est logique ça ? Voyons... − Les requins baignent dans l'océan, ils mangent de la viande. − Je ne baigne pas dans l'océan, je suis au contraire végétarien. C'est le coup classique de la contraposée qui n'est pas toujours vraie. Parfois ça marche : − Les poissons respirent dans l'eau. − Je ne suis pas un poisson, je ne respire pas dans l'eau. Parfois non : − Les poissons ont besoin de dormir. − Je ne suis pas un poisson, je n'ai pas besoin de dormir. « A implique B » n'est pas équivalent à « non A implique non B ».
  18. Je ne trouve pas que le Maksutov 90 mm soit très orienté planétaire. Lunaire, OK, mais pour les planètes le diamètre est quand même un peu petit. Le choix d'un Maksutov se justifie surtout si on recherche un instrument compact, par exemple si on a besoin de le transporter facilement. La monture azimutale avec pointage automatique permet alors de gagner du temps (si on maîtrise bien l'initialisation) pour observer les objets. Il y a des contextes où ces critères sont importants (par exemple si on habite en ville et qu'on doit se déplacer en voiture pour aller observer, si de plus on n'a pas trop de temps à y consacrer) et d'autres où ils ne le sont pas. Bref, savoir si ce télescope est un bon choix ou pas dépend très fortement du contexte (nécessité de transporter le matériel à la campagne, voiture, garage, site d'observation, disponibilité...)
  19. Tu n'aurais pas dû ouvrir une nouvelle discussion, on perd toutes les informations que tu avais donné dans l'ancienne. Pour M42, encore une fois il n'est pas normal de ne voir que la partie centrale. Il y a donc un problème. Et il faut donc l'identifier (il y a plein de possibilités). Je crois que tu disais dans l'autre discussion être dans les Vosges. Je suis dans le département voisin, juste au nord (non loin de Neufchâteau) : le ciel était très transparent, probablement comme il ne l'a jamais été depuis l'été dernier. S'il faisait nuit et si Orion était encore assez haute, tu aurais dû voir plein de détails dans M42. Dans l'autre discussion tu parles d'un filtre UHC. Tes observations (notamment le dessin) ont-elle été faites avec ou sans filtre ? Qu'en est-il de la pollution lumineuse ? La Voie Lactée est-elle visible ? En fait, la première hypothèse qui me vient à l'esprit est que tu observes dans un agglomération. Si vraiment tu es en rase campagne, peut-être que tu es dans un endroit très humide et qu'il y a eu de la buée sur les optiques. Si c'était sec, alors il faudra envisager un gros − un énorme − problème optique. Car sous un ciel noir, en l'absence de buée et de problème optique, et si tu as utilisé un oculaire « normal » sans filtre, M42 au 300 mm est une merveille !
  20. Hooo que non ! plutôt une frontale. Il en existe des rouges et blanche chez Energizer et la Tika chez Décat', entre autres.... Moi je dirais le contraire. La lampe rouge, je la préfère sous forme de lampe torche, par exemple celle-ci (que j'utilise depuis douze ans) : https://www.astronome.fr/produit-lampes-rouges-rigel-systems-Prix-0-euro-id-183.html (C'est un exemple, il existe pas mal d'autres modèles. Ce qui est important, c'est le cordon qui permet de la tenir au cou.) Je trouve que les lampes frontales éclairent trop fort.
  21. Ce 115/900 est un télescope d'initiation. Il n'est pas adapté à l'astrophoto, en particulier le foyer sera inaccessible à l'appareil photo. C'est manifestement du matériel ancien. Les oculaires 20, 6, 4 mm, c'est ce qu'on proposait dans les années 1980. Du coup je pense que ce sont des oculaires au coulant 24,5 mm. Le matériel minimum à acquérir afin de le rendre exploitable, c'est effectivement un chercheur. Un 8x30 classique fera l'affaire. Et c'est tout. J'ai utilisé un télescope de ce type durant trois ans lorsque j'étais jeune, et je me suis bien amusé. Mais il faut être conscient de ses limites. Ce télescope offrira de belles images de la Lune, montrera la forme des planètes, et permettra de découvrir le ciel profond à travers surtout ses amas ouverts. Mes meilleurs souvenirs sont la Lune, la nébuleuse d'Orion et le Double Amas de Persée.
  22. Cette méthode sert à quantifier la turbulence, c'est trop compliqué lorsque le but est juste de savoir si on va pouvoir faire des observations planétaires ou pas. La méthode que j'utilise, c'est défocaliser à fond une étoile (par exemple Jupiter !) et regarder si ça bouillonne ou pas. Si c'est absolument figé, c'est excellent. En général ça tremblotte, parfois plus ou moins que d'autres nuits. Ainsi, nuit après nuit on peut savoir si c'est mieux que d'habitude ou pas.
  23. Si la Lune est nette, ce n'est pas un problème de collimation.
  24. Je ne crois pas que les histoires de voyage dans le temps rentrent dans l'une des quatre catégories. La patrouille du temps (P. Anderson) n'aborde absolument pas ces points. Ni Voici l'homme (Moorcock), relecture intéressante de l'histoire de Jésus : son thème central est plutôt une réflexion sur les déformations de l'histoire. L'étoile (A. Clarke) est une sorte de fable assez ironique sur les origines de la religion chrétienne. Des fleurs pour Algernon (D. Keyes) aborde le thème classique de la science qui va trop loin, un des thèmes majeurs de la science-fiction (le roman parle d'intelligence, mais ce n'est pas de l'intelligence artificielle). C'est aussi le thème de Le Parc Jurassique (M. Crichton). La trilogie Helliconia (B. Aldiss) est une sorte d'écologie-fiction. La planète des singes (F. Schaffner − je n'ai pas lu le roman) n'aborde pas non plus les quatre points. Je vois trois thèmes dans le film : la contestation de notre géocentrisme en tant qu'espèce ; le débat science-religion ; l'homme cause de sa propre chute. La clé laxienne (R. Scheckley) aborde le thème de la technologie non maîtrisée. Du même auteur, La vie de pionnier est une transposition de l'histoire des pionniers américains dans un univers interstellaire. (C'est surtout humoristique.) Une race de guerriers fait allusion aux difficultés des rencontres entre civilisations différentes. La suprême récompense aussi, tout en parlant de la subjectivité du bien et du mal. À vrai dire, je pense que si on voulait lister les principaux thèmes de la science-fiction, on en trouverait facilement dix-sept (dont les quatre), et encore, c'est parce que je n'ai lu que quelques échantillons par ci par là.
  25. L'expérience et l'observation, seules, n'ont aucune valeur. Un modèle théorique est nécessaire pour les interpréter. Et les modèles de la physique sont écrits dans le langage des mathématiques. En physique, les maths ne devraient servir qu'à ça : un langage pour décrire des modèles physique. − S'il n'y a que des maths, ce n'est pas de la science (comme la théorie des supercordes, un modèle mathématiques à peu près dépourvu de vérifications expérimentales, donc encore incomplet). − S'il n'y a que des expériences ou des observations, ce n'est pas de la science (sans le modèle, ça ne sert à rien, c'est caca poubelle). 1) Peux-tu expliquer où tu vois une contradiction ? 2) Ce n'est pas la définition de l'univers. Ah bon ? Pourquoi ? L'univers est défini à partir de la géométrie de son espace-temps − il me semble que c'est dans cette discussion que j'ai cité une définition issue d'un livre de cosmologie. Si tu utilises cette définition, il n'y a pas de contradiction. Attention : − soit tu parles de la cosmologie actuelle et tu dois accepter ses définitions (dans la cosmologie actuelle, l'univers peut être fini et sans bord) ; − soit tu parles d'une théorie personnelle, mais alors tu dois le dire explicitement et faire attention de donner un sens à des conceptions qui ont une définition précise dans la cosmologie actuelle (la notion d'univers fini a un sens précis dans la cosmologie actuelle, peut-être emploies-tu ce terme dans un autre sens ?).
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.