Jump to content
patry

Astronomie et résolution

Recommended Posts

C'est certain vincent.

En général, les optiques très ouvertes ont une coma, une courbure de champ, du chromatisme, ... parfois un peu de tout à la fois, qui vient vite perturber la résolution qui est bonne sur l'axe.

L'observation (hors accessoire comme un paracorr) va rapidement infliger une torture visuelle à l'utilisateur. Les étoiles, ponctuelles au centre, deviennent des hirondelles au bord du champ. L'étalement induisant en plus de la perte évidente de résolution, une perte de magnitude limite énorme.

 

Certains oculaires se sortent mieux que d'autres sur cet exercice, et les naglers (pour ne parler que d'eux) mais si la définition au bord est un peu améliorée, la distorsion en prend un énorme coup (la lune ronde au centre est une poire sur le bord). Sur un fond d'étoiles ce n'est toutefois pas un problème.

A l'inverse certains oculaires sont quasi orthoscopiques (un angle droit reste un angle droit en tout point du champ) mais, évidement, la définition n'est pas assurée au bords.

 

Du coup prendre un oculaire "grand champ" et "bien corrigé" sur le bord est bien sur intéressant sur un dobson. L'absence de suivi permettant de disposer d'une plus grande tolérance de "temps".

Avec un suivi, le problème est différent évidement car on a tout loisir de contempler pendant des heures si besoin, l'objet dans son environnement.

 

Maintenant un telescope ouvert à 8 ou 10 n'aura pas les mêmes contraintes pour les oculaires qu'un autre ouvert à 4 ! Et généralement le second instrument coute plus cher à fabriquer (et à réussir) mais aussi nécessitera des oculaires plus élaborés. C'est un peu la double peine coté finance du coup !

Share this post


Link to post
Share on other sites

bonjour

 

c'est avec émotion que je prends la suite 8 ans après le dernier message pour exprimer une chose, relative à la résolution, qui me taraude : à quelle la distance d faut-il placer une étoile artificielle de diamètre b pour vérifier la qualité d'un instrument en utilisant la figure d'Airy.

 

j'ai lu, par exemple, qu'il faut qu'elle soit au moins distante de 150 x D (dia objectif) de l'étoile. 

 

le pouvoir séparateur de l'instrument est     r = 1,22 x lambda / D             avec lambda = 0,587 microns par exemple

une étoile artificielle de diamètre b est vue à une distance d de l'objectif sous un angle a tel que           b/2 = d x tg(a / 2) 

 

pour vérifier la qualité de l'instrument il faut que a soit au plus égal à la résolution. s'il est égal on a         

b / 2 = d x tg(1,22 x lambda / D / 2) 

soit d = b / 2 / tg(1,22 x lambda / D / 2)

 

application numérique pour une lunette de 102 mm (bresser 102 x 1350, comme par hasard, j'en ai une)

 

D (m)     r (rad)                b (microns)    d (m)    d/D
0,102    7,02098E-06    200                  28,5       279   
0,102    7,02098E-06    107,5              15,3      150   
0,102    7,02098E-06    100                  14,2      140   
0,102    7,02098E-06    50                      7,1        70   
0,102    7,02098E-06    20                      2,8        28   
0,102    7,02098E-06    10                      1,4        14   

 

on voit que la distance mini n'est pas proportionnelle à D mais dépend notamment du diamètre de l'étoile artificielle.

 

la loi est d'ailleurs         d (m) = 1396375 x b x D   ce qui donne

 

D (m)         r (rad)                b (microns)    d= 1396375 x b x D  
 0,060       1,19357E-05    50                     4,2   
 0,102       7,02098E-06    100                  14,2   
 0,102       7,02098E-06    50                     7,1   
 0,150       4,77427E-06    50                     10,5   
 0,200       3,5807E-06       50                    14,0   
 0,250       2,86456E-06    50                     17,5   
 0,300       2,38713E-06    50                     20,9   
 0,350       2,04611E-06    50                     24,4   
 1,000       7,1614E-07      50                      69,8   
 

on est loin des centaines de mètres annoncées ici et là

ou me suis-je grossièrement trompé ?

Edited by tournevase

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tous calculs faits, lorsqu'on veut que l'étoile artificielle ait une grandeur apparente inférieure au pouvoir séparateur de l'instrument, on trouve :

 

a > 1,5 x D x b (avec a et D en mm et b en microns)

 

Pour un 250 mm, ça donne : a > 1,5 x 250 x 50 = 18750 mm 

En gros, la distance a (de l'étoile artificielle de 50 microns) doit être supérieure à 19 mètres.

Edited by Toutiet

Share this post


Link to post
Share on other sites

ça colle

ce qui me permet de voir que ma formule                          d (m) = 1396375 x b / D

est mal écrite il faut lire                                                            d (m) = 1396375 x b x D

en revanche les chiffres du tableau sont bons

 

si d est en microns et D en m

cette formule devient                                                                 d (m) = 1,396375 x b x D

 

nous sommes bien d'accord

Edited by tournevase

Share this post


Link to post
Share on other sites

mis à part observer des étoiles doubles pour vérifier le pouvoir séparateur de son instrument, existe-t-il d'autres moyens non tributaires de la turbulence atmosphérique ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.