olivdeso

Animateur
  • Compteur de contenus

    13 342
  • Inscription

  • Dernière visite

2 abonnés

À propos de olivdeso

  • Rang
    vieux geek

A propos

  • Intérêts
    astro, ski
  • Occupation
    carpe diem
  • Matériel
    tout est bon
  1. attention au poids. Le 150F/D4 est plus lourd, 5.3Kg contre 4Kg pour le 130 F5 TS recommande d'ailleurs une EQ5 pour ce tube pour une utilisation photo. Et je suis complètement d'accord avec eux. Pour débuter, je prendrais plutôt le Skywatcher 130 F/D5. et ça sera quand même limite pour EQ3, il ne faudra pas mettre plus. Une bonne alternative sur EQ3 pour l'astrophoto, est la lunette 80ED. Là le tube ne pèse que 2.4Kg. En ajoutant le correcteur dédié x0.85 et l'APN, ainsi qu'un autoguidage au chercheur, on reste dans des limites raisonnables pour l'EQ3.
  2. en bin 2 ça fait plus que 80
  3. Mak 200/2400 M42 optic

    Bon j'ai pas du être assez clair... les Mak Chinois (Bosma) Il ont été testés, par ciel et espace. Jamais vu un qui arrive à la cheville d'un simple Newton skywatcher. Tu pense bien que si ce tube était génial, ça se saurait depuis longtemps... En plus c'est pour faire de l'imagerie de la lune, aucun intérêt de prendre une lunette achro. -> prends le tube avec le plus de diamètre et une optique reconnue qui passera sur ta monture.
  4. Mewlon 210 vs Newton 200/1000 avec miroirs artisanaux

    plus le F/D augmente, moins c'est sensible au défocus du à la turbu. Mais bon... en photo planétaire tu va travailler avec le même F/D quel que soit le tube en ajoutant la bonne barlow
  5. Anti franges solaire ?

    De mon côté j'utilise une bague de tilt T2 TS que j'avais en stock. ça marche très bien. Mais comme beaucoup, ça oblige à déminter pour régler les vis. Le top est la bague de tilt de Skyméca : les vis sont latérales et accessibles sans démontage.
  6. Mewlon 210 vs Newton 200/1000 avec miroirs artisanaux

    En visuel, le Mexlon ne pourra jamais offrir une pupille de sortie aussi large que le Newton. Le seul avantage du Mewlon, c'est la position d'observation. Bien pratique l'arrière. En contrepartie, il faut un F/D long pour garder une obstruction raisonnable. Du coup le champ est plus petit sur le ciel (le champ corrigé d'un DK sans correcteur est de toutes les façons assez petit) et surtout on ne peux pas atteindre la pupille max avec des oculaires grand champ. Sur le Newton on peut mettre par ex, un Nagler 31 et atteindre à la fous une large pupille, un large champ sur le ciel et une large champ apparent. Alors que sur le Mewlon il faudra un occulaire de focale 2x plus longue pour arriver à la même chose donc évidemment, même avec un coulant 2" on aura un champ apparent bien plus réduit. Bref ce sont deux instruments complètement différent. Pas vraiment le même programme d'observation. Si le but est le grand champ en visuel, les dentelles, le Newton est le seul des deux le permettant correctement. Pour le reste du programme, ça se vaut je pense. ça va dépendre aussi du F/D du Newton: F/D 6 : tube long, mais petite obstruction qui permet un très bon contraste F/D 5 le tube à tout faire. Plus encombrant que le Mewlon. F/D 4 : tube relativement compact, grand champ. Bien pratique pour la photo ciel profond. l'obstruction peut être similaire à celke du Mewlon suivant le secondaire choisit : si on ne fait pas de photo ciel profond, on peut réduire un.peu les secondaire et rester en dessos de 33% d'obstruction. Mais bien sur on.aura intérêt a en avoir le moins possible en visuel, pour un.meilleur contraste, surtout en planétaire. Idéalement,25% ou moins.
  7. optimiser mon skywatcher 200

    Les planètes sont basses cette année, la turbulence est forte. En plus si il n'est pas collimaté, aucun espoir d'avoir quelque chose de correct dans les rares trous de turbulence. Il faut aussi le mettre à température, 2 bonnes heures sans ventilateur. Sinon pareil, ça donne rien en planétaire. Pour M31: il faut utiliser l'oculaire de plus longue focale et faire ça quand la lune est couchée. Mais un 200 reste un 200. Il ne faut pas s'attendre à voir ce qu'on a sur les photos et de loin. Même avec beaucoup plus gros, en ciel profond on est très loin d'avoir à l'oeil ce qu'on a sur les photos.
  8. Mak 200/2400 M42 optic

    Un Newton 200 skywatcher est très bien et pas cher.
  9. j'ai aligné une WO triplet ZS66. l'objectif est en fait constitué d'un doublet cémemté plus une autre lentille indépendante. Ben c'est une plaie à alligner avec les vis plastiques noires. Pas assez de pression ça bouge dans tous les sens, trop de pression, on voit la contrainte tout de suite. Perso ça m'a pris la nuit au winroddier. Et ce n'est qu'une 66 avec en plus 2 lentilles solidaires. Un autre point à signaler, c'est qu'en plus les vis ne sont pas forcément au bon endroit non plus. Teleskop Autria avait publié une analyse là dessus : ils ont du déplacer les vis afin d'appuyer à un endroit de la tranche qui ne torde pas la lentille à la moindre pression.
  10. Oculaires bino planetaire

    j'aime bien les ortho et plossls. (après quelques années de recherche, j'ai enfin une paire de zao2 10 et 16) j'aime beaucoup les pentax XW mais vraiment du mal à fusionner en bino. par contre bonne surprise avec les maxvision 18mm 82degrés. top en solaire, même champ que les pano 24, mais plus de grossissement et au moins aussi confortable. les 18mm 82deg sont assez énorme, mais pourtant ça passe bien pour moi. comme quoi, c'est pas une science exacte, faut vraiment essayer pour voir si on est confortable avec. Je ne prendrais pas en dessous de 10mm. Plus difficile d'avoir des oculaires parfaitement concentriques. bref en planétaire sur dobson, soit les 10 doit les 16, avec soit la barlow apm x2.7, soit la powermate x4
  11. Officina Stellare Telescope RiFast 300/1140

    connais pas, mais à vu d’œil je suis un peu septique sur la rigidité de l'araignée vs la taille du secondaire et l'exigence de rigidité parfaite nécessaire au maintient parfait d'un miroir de cassegrain convexe comme celui ci. Méfiance méfiance...bien vérifier à réception que ça tient bien la collimation suivant l'orientation du tube. C'est le point faible sur ces Cassegrain à gros secondaire. esthétiquement, j'y trouve comme un petit coté steampunk avec toutes ces vis... et pourquoi pas un RH Astrophysics ?
  12. choix de mirroir : OO ou GSO???

    Ah bon tu trouves? Finition oui, mais matériaux je suis beaucoup moins sur, pour moi c'est exactement la même chose. EQ5vs SPV par testé en détail, mais pour la grande sœur que je connais bien, les vis sans fin des EQ6 sont exactement les mêmes que celles des Atlas et on les retrouve même sur les CGEM. Même erreur périodique au test. Pas constaté de différence au démontage. Après peut être qu'Orion a un cahier des charges plus sévère pour le réglage des jeux? Mais je préfère la peinture des Atlas c'est vrai. Elle est magnifique et plus solide je trouve. Bon on s'éloigne du sujet... Pour revenir au Télescope Orion Optics 300 F4 que vends Lantha en ce moment et qui a été testé par AiryLabs ici on remarque 2 choses: - le test de contraste de phase est très propre, nettement mieux que les miroirs industriels - la forme est très correcte : attention ici on a une erreur sur le front d'onde de 174nm PTV (ce qui est déjà correct en soi pour un F4 de ce diamètre) et un strehl de 0.9. Mais on voit bien que le miroir est affecté par l'astigmatisme, du au test en position sur la tranche. AiryLab supprime d'ailleurs cet astigmatisme dans les test plus récents, après vérification par rotation : si l'astigmatisme ne suit pas la rotation du miroir, c'est bien du à une pliure à cause de la position de test sur la tranche. Aussi le PTV (peak to Valley) est assez trompeur. Bref le miroir est encore meilleur sur le ciel que dans ce test. Le 300 F5.3 testé est très correct aussi : excellent en forme https://www.airylab.com/contenu/mesures/astro/rapport 2012-10001.pdf ils savaient faire des bon miroirs à l'époque... après c'est parti en vrille : Le 400 F4 plus récent est franchement mauvais à tous les niveaux : l'état de surface est très rugueux (contraste de phase), l'astigmatisme tourne avec le miroir, donc gros défaut et on a même 100nm de mamelonnage. Bref mauvais d'un bout à l'autre. Un skywatcher fait bien mieux sur tous les plans et de loin. https://www.airylab.com/contenu/mesures/astro/rapport 2012-19002-a.pdf
  13. Test caméra ASI183MM Po

    Pas du tout la même taille de capteur...ni la même taille de pixels. Pour faire quoi? de la spectro?
  14. Poses longues ou compilations de poses courtes ?

    Oui c'est faisable uniquement parce que le bruit de lecture des CMOS récentes est extrêmement faible. De l'ordre de 1e- à grand gain. C'est là la majeure différence qui permet les poses courtes en ciel profond, ce qui était complètement impossible avec les CCD dont les bruit de lecture sont 5 à 10 fois ou même plus important. Après il faut quand même accumuler du photon, et là c'est le temps de pose total qui compte. Comme dit Christian, sur les objets faible, il faudra poser longtemps, on n'y coupera pas. (à moins d'exploser le temps de pose total en poses courtes) Sur ce point la 290 a aussi un très bon rendement quantique, on gagne encore 20% par rapport à la plus part des CCD. Mais en pose longues les CCD restent compétitives car si le bruit de lecture est plus important, le bruit thermique lui est beaucoup moins important. Au final, c'est similaire, voir meilleur pour la CCD. voir cette comparaison de FLI entre une CCD KAF16803 et un CMOS GSENSE KL4040 https://www.flicamera.com/kepler/16803vs4040.html à 1 fois 900s, la CCD a un rapport signal à bruit encore assez correct . le KAF16803 a un bruit de lecture de 9e- contre 3.7 e- au CMOS (au gain mini) Par contre à 5 fois 180s et 10 fois 90s le CCD est coulé, alors que le CMOS reste tout à fait correct : -> le CMOS fait même mieux à 10x 90s que le CCD à 1x 900s dans cet exemple. dans cet autre exemple de FLI, l'écart de bruit de lecture entre la CMOS et la CCD est encore plus grand : 1.6e- pour la CMOS et 13e- pour la CCD -> résultat le SNR ne change quasiment pas pour la CMOS si on fiat des poses 10x plus courtes alors qu'il s'écroule complètement pour la CCD. Par contre en pose longue la CCD tient encore la route dans ce cas précis, la CMOS n'offre pas un meilleur SNR, car si le bruit de lecture est plus faible, le bruit thermique est bien plus important. Au final ça se vaut. https://www.flicamera.com/kepler/23042vs400.html
  15. Ritchey Chrétien GSO 350 mm ou plus

    Le RC a : - plus de focale - encombrement réduit - pas de coma - champ exploitable sans correcteur assez grand -> donc possibilité d'achromatisme total - plus rigide : la CCD et tout le train optique lourd est fixé sur la même pièce que le barillet du primaire. Plus facile à rigidifier qu'un tube de Newton Par exemple : avec un réducteur correcteur on peut arriver à un F/D similaire à un Newton autour de 5 pour un encombrement bien plus réduit, tube plus court et aussi moins de moment d'inertie, car beaucoup de poids est concentré au niveau du barillet arrière, donc moins contraignant pour la monture. Par contre comme tout les casse-grains à F/D relativement court, l'obstruction est très importante, cee qui limite grandement l'usage en visuel et planétaire.