yves piette

Membre
  • Compteur de contenus

    477
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de yves piette

  • Rang
    Membre
  • Date de naissance 06/12/1958

A propos

  • Résidence
    Belgique
  • Occupation
    Informaticien
  • Matériel
    Orion XT10,
    Strock 250
    T400 de voyage (fabrication personelle)

Visiteurs récents du profil

318 visualisations du profil
  1. yves piette

    Soir du jeudi 4 octobre 2018 en Seine-et-Marne.

    Bonjour Xavier, Comme d'habitude, je suis impressionné par les détails que tu arrives à percevoir sur des objets faibles .... mêmes avec le Strock 250 ! Yves
  2. yves piette

    Strock 200 en construction :)

    A voir. On peut probablement faire la même manœuvre avec un chelsire. Pour rattraper les éventuels écarts, on a un peu de marge en hauteur avec la vis de collimation de l'axe optique. En refaisant ou en adaptant les pattes d'araignée (petites cornières qui arriment les branches à la cage du secondaire), on peut aussi rattraper pas mal de défauts de positionnement ....
  3. yves piette

    LaTête de Cheval est un objet vedette, mais son environnement ausi !

    Très intéressant .... surtout pour moi qui ne suis pas encore arrivé à la débusquer malgré de nombreux essais sous très bon ciel (Haut Atlas marocain) au Dob 250 et filtre HBeta. Yves
  4. yves piette

    Strock 200 en construction :)

    J'avais fait un peu différemment pour m'assurer que le miroir secondaire était en bonne position (centré sur le PO, centré par rapport au miroir primaire et bien orienté en rotation). Tracer sur un papier le contour de la cage du secondaire et son centre optique Placer le papier sur le plan de travail avec la cage posée dessus et bien centrée. Centrer le miroir par rapport au PO (manœuvre de louispaul avec miroir à +/- 45°). Mettre le collimateur et régler la collimation du secondaire ( non seulement le faisceau doit tomber sur le centre optique du miroir mais il doit ensuite être réfléchi sur le centre optique tracé sur le papier). Enfin, placer un petit miroir plan sur le papier (par exemple, récupéré dans un poudrier) à l'emplacement du centre optique. Le faisceau doit rebondir sur ce miroir, revenir au centre optique du miroir secondaire puis au centre du collimateur. Lorsque tout est OK, on est certain que la cage du secondaire est au point avec un miroir secondaire orienté à 45° et on peut passer au réglage (longueur) des tiges de carbone. Pour bien faire, elle doivent être strictement de même longueur avec un trait de coupe bien orthogonal (entourer d'adhésif l'emplacement de la coupe, utiliser une petite scie à métaux avec lame neuve, donner quelques coups de scie puis faire tourner la tige de quelques degrés et recommencer). Les butées doivent être placée exactement au même endroit sur chaque tige. Ceci permet que les tiges soit interchangeables même si, un jour, on décide de les couper en deux parties égales pour les placer dans une valise avion. Yves
  5. yves piette

    Fêtes boréales

    Merci Will. Les photos d'aurores sont prise avec un A7s ouvert à 2,8; mode ISO automatique et des pauses de 2 secondes. L'objectif est un 14 mm.
  6. yves piette

    Fêtes boréales

    Bonjour à tous, "Une fois dans ma vie, j'aimerai voir une aurore boréale", répétais-je souvent à mes proches. Alors, pour fêter mes 60 ans, ma douce et tendre m'a offert un séjour au nord de la Finlande. Nous sommes parti entre les fêtes, du 26 au 30 décembre, en pleine nuit polaire à Inari. Il y a, là bas, un établissement "Lake Inari mobile cabins" qui a développé un concept assez original. Le "base camps" est un petit bâtiment comportant douches, WC et cuisine mis à la disposition des clients. Les logements sont constitués de cabines mobiles montées sur de grands skis. Elles sont chauffées (pétrole) et comportent un petit WC chimique et un grand lit placé sous une verrière. Vers 20 heures, avec sa motoneige, le patron remorque les cabines sur le lac gelé et on peut passer la nuit, bien au chaud sous la couette, mais avec les yeux dans les étoiles et, si on a de la chance, sous les aurores boréales ! La première nuit, les prévisions d'aurores étaient mauvaises et nous nous sommes endormi. Nous apprendrons le matin qu'une aurore s'était déclenchée. Sans doute avons-nous eu beaucoup de chance mais nous avons vu des aurores les trois nuits suivantes. L'apothéose fut la dernière nuit où le ciel s'est dégagé vers 23 heures et s'est embrasée aux alentours de minuit ! Place aux images: Le soleil ne se lève jamais à cette période mais, de 10 à 15 heures il fait assez clair. Vers midi, on sent bien qu'il ne manque pas grand chose pour que le soleil montre le bout de son nez. Le "Base camp" et trois des six cabines mobiles. La journée elles sont alimentées en électricité. Lorsque la grande ourse (et un début d'aurore) paraît, les cabines vont être remorquées en motoneige sur le lac gelé . Sur le lac, vue dégagée à 360°. Le spectacle peut commencer .... Et bien sur, même si la température est de -10°, on veut quitter le nid douillet pour prendre les photos !!!! Bonne années à tous avec une petite vidéo (accélérée 10 fois) ... Cliquez ici pour visualisation via You Tube Yves
  7. yves piette

    Strock 200 en construction :)

    Magnifique. Comme chaque fois qu'un instrument est prêt, le temps va être pourri pendant trois mois mais après tu vas t'éclater 😉 A toi les voyages proches ou lointains vers les cieux d'exceptions ! Yves
  8. Je n'y connais que dalle..., mais je me laisserai peut-être tenter un jour et le sujet m'intéresse 😊 Yves
  9. yves piette

    Dormir éveillé.

    Oui, mais il n'y a pas de formule miracle. Chaque système à ses avantages et ses inconvénients. En visuel, le facteur le plus important de l'instrument, c'est le diamètre du miroir primaire. A budget égal, ce sont les montures Dobson qui donnent les plus gros miroirs. Leur principal inconvénient: ils sont peu adaptés pour la photo (surtout s'ils ne sont pas motorisés). Si la transportabilité est aussi un facteur important, il vaut mieux qu'il soit léger et démontable. Inconvénient: il faut le monter/démonter entre chaque transport (pour un 250, une dizaine de minutes suffises). Remarque: Jusqu'à 250 mm, un Dobson non démontable se transporte relativement facilement en voiture mais, s'il s'agit de partir en vacance, il ne reste pas grand chose comme place pour les valises. Intermédiaires entre les Dobson "non démontable et les "full démontable", il y a aussi les tubes télescopiques "flex-tube" ... Pour moi, le top dans la catégorie transportable avec un volume minimum , ce sont les "Strock" (ils passent mêmes en bagage cabine dans les avions) mais il faut les fabriquer soit même (ou en trouver un d'occasion). Ils ont des équivalents "artisans" généralement de très bonne qualité ... mais qui coûtent beaucoup plus cher. Pour du visuel transportable, l'Explore Scientific me semble être un bon compromis diamètre/transportabilité/prix. (Si tu as le budget, un 300 serait encore mieux tout en restant très facilement transportable....) Yves
  10. yves piette

    Dormir éveillé.

    Si tu dois te déplacer pour avoir un bon ciel et que ce n'est pas la photo qui t'attire, pense aussi à un Dobson transportable. Tu verras un peu plus de détail qu'avec un 200 et ce sera plus facile à transporter. Par exemple l'Explore Scientific N 254/1270 Ultra est à peu près dans le même budget ....
  11. yves piette

    nouveau site de l'ESA pour les "kids"

    Merci pour l'info. J'ai une petit-fils de 5 ans, je vais tester ... Yves
  12. yves piette

    Strock 200 en construction :)

    Je pense que louispaul parle des clous que tu as utilisés pour l'assemblage de la cage du secondaire (et non des vis utilisées pour l'embase du Quick Finder). La tête des clous "tête d'homme" s'enfonce aussi dans le bois et ne se voit plus une fois que c'est mastiqué et peint ... mais c'est du détail de finition. Il est très "propre" et la première lumière se rapproche à grands pas 😊 !!! Je te souhaite autant de plaisir avec ton Strock que j'en ai avec le mien. Le mois passé, il était dans le haut Atlas marocain et en mars, il repart une semaine à Ténérife Yves
  13. yves piette

    Quel scientifique êtes-vous ?

    Galilée...
  14. yves piette

    NGC6946 le feu d'artifice !

    Je n'y connais rien en photo et suis bien incapable de te dire s'il y a des défauts mais je suis content car je l'ai observée avec mon Dob 250 au Maroc le mois passé. Je ne suis arrivé qu'à voir le bras du dessous mais, pour cette partie, mon dessin correspond assez bien ....
  15. yves piette

    Comète 38P/Stephan-Oterma

    Bonsoir Rigel, Une dizaine de jours plus tôt, j'étais dans le haut Atlas marocain et la comète était alors très proche de la nébuleuse de l'esquimau. J'avais tenté un dessin: champs de 0,5° et grossissement de 113 fois + un petit "zoom" sur l'esquimau grossis 285 fois ....