Jump to content

LucaR

Membre
  • Posts

    678
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

LucaR's Achievements

  1. Bah oui suffit de les tester toutes sur les mêmes brutes et comparer ensuite, c'est pas compliqué en fait 🙂 N'hésite pas à donner tes résultats ça en intéressera plus d'un! Par contre l'autre jour je me suis planté sur un stack, j'ai laissé sur "Normalisation multiplicative" au lieu de "Additive avec rejet". J'ai restacké comme il faut ensuite, j'ai comparé les deux par curiosité et ma fois c'était... bah pas tellement différent au final! Même genre de légère différence que mon test entre Winsorized et Linear. J'ai l'impression que ça se joue à très peu entre les différents algos en fait, tous étant très performant objectivement. Ce sera ptet significatif dans des cas un peu extrèmes, genre pour rattraper des soucis de prise de vue ou pour récupérer du signal extrèmement ténu... Ou alors dans des cas très particuliers: comètes, spectro... Mais dans des cas "normaux" ça n'a pas l'air de beaucoup changer. A tester toutefois.
  2. J'ai comparé une fois le "Linear fit clipping" vs le "Winsorized Sigma Clipping" avec beaucoup d'images à l'empilement (plus de 100) et j'avais trouvé un léger mieux sur le "Linear fit clipping" (étoiles un poil plus fines, contraste légèrement meilleurs). Ca tenait à pas grand chose, mais c'était réel. Les autres méthodes j'ai jamais essayé. D'après ce que dit Siril, le Linear est effectivement conçu pour beaucoup d'images à l'empilement. Ton image est bien!! Ce qui lui manque à mon goût ce sont les belles couleurs qu'on peut tirer dans cette nébuleuse en HOO ou HHO, ce que le L-Extreme permet de faire avec une caméra couleur. Puisque tu cherche un axe d'amélioration ça pourrait être celui-ci 🙂 Pour ça il faut ne pas débayeriser au pré-traitement. Juste après le pré-traitement, séparer les canaux Ha et Oiii dans Siril - ça te crée deux séquences à traiter séparément (pour chaque: extraction de gradient, alignement avec drizzle pour récupérer la bonne taille d'image, empilement). Après sur les deux images Ha et Oiii tu fais un éventuel extraction de gradient supplémentaire s'il en reste, et une monté d'histo. Enfin tu fais une composition RGB en HOO ou HHO, auquel tu peux adjoindre la Ha en luminance, un étalonnage manuel, et une petite saturation; puis tu peux passer sur Photoshop pour peaufiner. Moi je fais deux version HOO et HHO et c'est sous Photoshop que je combine avec la Ha en luminance et les HOO et HHO en couleur avec des % selon mon goût. Attention, si ta caméra n'est pas très sensible dans le bleu à la base (c'est le cas de mon APN) il faut exagérer un peu la monté d'histo sur l'image Oiii si tu veux récupérer assez de bleu dans ta composition. Enfin, pour récupérer les couleurs d'étoiles j'ajoute quelques poses sans filtres (genre 20x30s) que je stack et que j'utilise en couche couleur dans Photoshop avec un masque d'étoile. Je suis justement en train de travailler la même cible avec cette méthode et un filtre équivalent du l-extreme (le STC astroduo) sur mon APN et ma lunette triplet. Pour le moment ça me donne ça mais je dois encore ajouter des poses car ya que 5h, c'est pas énorme pour un APN donc encore très bruité🙂 Work in progress! Avec ta caméra refroidie et le l-extrème je pense que tu devrais pouvoir obtenir des choses très belles avec ce genre de méthode!
  3. Alors si ton objectif c'est de faire de l'observation scientifique - tu parles de mesures, quantification, etc... c'est plutôt par là que ça se passe, tout type de matériel confondu: https://www.webastro.net/forums/forum/51-lastro-autrement/ Il est vrai que c'est moins actif qu'ailleurs sur les forums, mais c'est qu'il y a moins de monde dans ce domaine un peu "rêche", forcément. Par exemple moi je compte faire quelques essais à droite à gauche - je tenterais bien une mesure d'occultation planétaire par exemple, mais ce que j'aime avant tout c'est faire des belles photos donc les aspects scientifiques resteront un à côté 🙂
  4. Il y a eu beaucoup de débats globalement stériles entre certains qui s'imaginaient "révolutionner l'astro" avec ces appareils et d'autres qui surréagissaient aux premiers. Au final il apparait que ces appareils ouvrent une troisième voie qui n'est ni de l'observation, ni de l'astrophoto, ni même un entre-deux, mais encore autre chose. S'ils marchent et se démocratisent ce seront des outils excellents pour les démonstrations en public, les club et associations, la pédagogie, l'apprentissage. Dans la sphère privée ils permettront de se balader dans le ciel sans difficulté et d'en conserver des photos souvenirs, idéal par exemple pendant une soirée entre amis ou avec la famille. Et le plus scientifique des eVScope, qui peuvent être utilisés pour des campagnes d'observation initiés par des chercheurs (occultations planétaires, astéroïdes, etc...) est bien sympa aussi. S'il n'y pas encore de sections de forum très actives sur ce sujet (en dehors des polémiques...) c'est déjà parce qu'il n'y a pas encore beaucoup d'utilisateurs - pour le moment ça reste un objet cher et expérimental; ensuite parce que le public visé n'est pas, en moyenne, celui qui va se sentir l'envie ou le besoin de partager sur des forums spécialisés astro. Si on vient sur ces forums c'est d'abord pour apprendre des techniques complexes, puis partager ses connaissances et ses résultats. Quand il suffit de poser l'engin dehors et de taper sur quelques boutons sur son téléphone pour obtenir ses photos souvenirs, on n'a pas spécialement besoin d'apprendre - le principe du truc c'est justement d'être extrêmement simple d'utilisation. Et quand la prise d'une photo ne nous demande pas plus d'effort que ça, on n'a pas non plus spécialement l'envie de la partager fièrement et de demander des avis. Et donc pas besoin de venir sur un forum spécialisé.
  5. Hello! Je me suis fendu d'un petit tutoriel sur une méthode de réduction d'étoile sous Photoshop (mais transposable ailleurs) que je trouve particulièrement propre (pas de halos noirs ni d'étoiles grisâtres) mais que je n'ai pas trouvé sur les forums ou sur youtube - elle a donc sa place ici je pense: N'hésitez pas à commenter !
  6. Prérequis pour ce tuto: connaître les bases sur le travail avec calques et masques sous Photoshop. Il y a beaucoup de méthodes de réduction d'étoiles sur les forums ou youtube, qui donnent des résultats plus ou moins satisfaisant. Celle-ci je l'ai trouvée un peu par hasard en jouant avec les calques sous Photoshop... Je ne doute pas avoir réinventé l'eau chaude! Toutefois je n'ai pas trouvé de tuto qui la présente. Or de toutes les méthodes que j'ai essayé c'est la plus "propre", dans le sens où elle ne produit pas de halos noirs disgracieux, et qu'elle ne rend pas les étoiles grisâtres. Je pense donc qu'elle a sa place ici. Elle est sûrement transposable ailleurs que sur Photoshop. Voici un résumé rapide de cette méthode - si vous êtes déjà très à l'aise avec Photoshop ça vous suffira, pas la peine de lire la suite 🙂 : Le principe d'une réduction c'est d'abord d'isoler les étoiles puis de leur appliquer un traitement à part qui va réduire soit leur taille, soit leur luminosité, soit encore les deux. Pour isoler les étoiles, le plus souvent on crée une version starless de l'image, et on en fait la différence. Moi j'utilise Starnet++, logiciel gratuit qui donne de très bons résultats - voir ici: Mais il existe d'autres outils plus ou moins performant, tel que le filtre anti-poussière sous Photoshop, ou divers plug-ins. Récemment est sorti StarXTerminator qui semble donner des résultats similaires voir meilleurs que Starnet++, mais qui est payant. Donc avant de commencer, il faut créer une image starless. Pour illustrer, je me suis basé sur une image noir et blanc Halpha de la nébuleuse du Lion, mais ça marche aussi bien sur une image RGB. Et sa version Starless que j'ai créé dans Starnet++ puis importé dans un calque : Starnet++ a tendance à rendre l'image starless plus lumineuse que l'image originale, je ne sais pas pourquoi... Peut-être un réglage à faire que je ne connais pas. En attendant, je rattrape le coup avec un calque d'effet "Niveau" et en créant un petit masque circulaire sur l'image originale (la Ha ici) pour comparer les deux et régler finement: Ce qui donne: Plus qu'à régler le niveau (curseur des tons moyens, celui du milieu) jusqu'à ce que la frontière du cercle devienne invisible: Ensuite on fusionne le calque de niveau avec le calque Starless et on supprime le masque. Une fois la starless bien à niveau, on duplique les deux calques (image de base et starless) et on place la starless au dessus, qu'on mets en mode "Différence". Ca ne conserve que les étoiles: On fusionne les deux calques du dessus, ce qui donne un calque étoiles que je renomme en "STARS". Enfin on place le calque STARS au dessus du calque de la starless et on le mets en mode "Densité couleur -" et là Tadaaa ! On retrouve l'image de base mais avec les étoiles réduites: Si on zoom pour comparer l'image originale avec l'image réduite: AVANT: APRES: Les étoiles les plus faibles ont disparu, les plus fortes ont juste vu leur luminosité un peu réduite. Pas de halo noir, pas d'étoiles grisâtre: c'est très propre, à mon goût en tout cas. Si vous trouvez que ce n'est pas encore assez réduit, vous pouvez baisser l'opacité du calque d'étoile. Si vous trouvez que c'est trop réduit, vous pouvez remettre le calque de l'imagine originale par dessus et jouer sur son opacité, jusqu'à obtenir la valeur qui vous satisfasse: Et voilà ! Le hic de cette méthode réside dans le principal défaut de starnet++: des artefact pas très jolis sont parfois créés à la place des très grosses étoiles. Quand ça arrive et que c'est vraiment laid, il m'arrive de faire des petites corrections locales sur la version starless pour rattraper le coup - même si ce n'est pas très "nature" comme traitement. Sinon, il semble que le nouvel outils StarXTeminator produise moins de ces artefacts mais je ne l'ai pas encore testé donc à voir!
  7. Par contre attention, à confirmer mais je crois qu'il faut ajouter une année quand on est dans les années négatives. J'ai cru comprendre que l'année 0 n'existe pas en histoire: on passe de 1 av. JC à 1 tout court, n'est-ce pas? Or Stellarium, lui, a bien une année 0 qui correspondrait donc à l'année 1 av. JC, si je ne me trompe pas (mais à confirmer). Et donc ça décale tout: si on veut le ciel en 800 av. JC il faut mettre -799 dans Stellarium. Celà dit pour les étoiles ça ne changera pas grand chose. En revanche ça change pour les planètes et la Lune. Au passage, marrant de voir à quel point le pôle céleste était alors éloigné de l'actuelle Polaire 🙂
  8. EDIT: j'avais pas lu les derniers messages, le mien est donc caduque
  9. Par contre mon portefeuille lui il va me maudire de pas le faire après jamais😄
  10. Bah je m'attend à passer bien plus de temps avec ma future caméra mono à poser sur chaque filtre, qu'avec mon apn Mais en effet la caméra couleur si on a le budget d'emblée et la possibilité de la brancher à un ordi c'est encore mieux même pour débuter.
  11. Bah preuve qu'avec une taka et une 2600 ya pas besoin de poser autant qu'avec un APN quoi 😄 Bravo!
  12. Hé oui c'est cher, je suis en train de m'équiper pour une cam mono justement après un an passé sur un APN, et pour avoir un capteur de même taille que mon APN je dois débourser un budget de 4300 euros tout compris 😄 (Caméra Zwo 2600mm pro à 2800 euros, le reste en filtres...) Attention aussi à la marche d'apprentissage. Une caméra mono avec filtre c'est beaucoup, beaucoup plus de complexité mais aussi de temps consacré à une cible, puis au traitement. Il est rarement conseillé de commencer directement par ça si tu débute. Mieux vaut débuter tranquille avec un APN, ou éventuellement une caméra couleur. J'ai débuté il y a un an avec un APN non défiltré. Puis je l'ai fait défiltrer il y a 6 mois. Maintenant je me sens prêt à passer à la caméra mono, mais je ne l'aurais pas fait y a un an 🙂
  13. Enfin une nébuleuse qui porte bien son nom! La nébuleuse du Lion Sh2-132 🙂 On peut en effet y voir des pattes, une queue, une belle crinière rousse... Il s'agit d'un immense nuage de gaz et poussières, situé à quelques 10.000 années lumières de nous - on le voit donc tel qu'il était il y a 10.000 ans, bien avant que l'homme ne construise des pyramides! Le gaz est ionisée par les vents stellaires de deux étoiles extrêmement puissantes et actives - des étoiles dites de Wolf-Rayet, très massives et à la durée de vie courte, où se déroulent certains des phénomènes les plus extrêmes de l'univers, et qui terminent leur vie en d'énormes explosions supernova. La couleur rouge indique une zone à dominante de gaz hydrogène, alors que le bleu révèle plutôt de l'oxygène. Il y a peu de temps encore ce nuage était le siège de créations d'étoiles - une pépinières, comme beaucoup de nébuleuses - mais on pense que le processus est désormais terminé. La nébuleuse du Lion n'est pas souvent prise pour cible par les astrophotographe, car elle a la réputation d'être difficile du fait de sa faible luminosité. Ca a longtemps été vrai je suppose, mais avec les technologies et méthodes actuelles elle devient plus accessible et se révèle une très jolie cible d'automne. Elle reste cependant, en effet, peu brillante: il m'a fallu presque 10h de poses, en deux sessions, et ça ne suffit pas encore à tout en révéler! 196x180s=9h48 en deux nuits les 09/10/2021 (pas de lune) et 17/10/2021 (lune 93%) + 20x60s RGB pour la couleur des étoiles. Canon 650D (APS-C) défiltré partiel, ISO 800 Filtre STC duo-narrowband H+O version EOS-Clip, APO triplet 102 f/5 avec réducteur Monture AZEQ6 Guidage chercheur + Zwo ASI178mc, Ciel Bortle 4 dans le Vexin Température moyenne 9°C et 8°C Logiciels : Kstar/Ekos sur Stellarmate RPI4, PHD2, Siril, Photoshop
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.