Jump to content

Les causes du réchauffement climatique.


Pyrene
 Share

Recommended Posts

Un peu d'hydrogène vert!

Inauguration du plus grand électrolyseur PEM au monde | Air Liquide

 

2ans de construction... et ll nous faudrait 4éoliennes a plein régime pour alimenter ce truc... (combien de temps de construction) tout ça pour 2000 voitures (a construire)!

je pense que ca fait économiser par mal de temps et d'énergie d'alimenter directement des voitures élec.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 18 heures, Albuquerque a dit :

 

Sur un forum scientifique il faut vérifier les ordres de grandeur.

 

Bien Msiou !

 

Une base de 100 000 camions de plus de seize tonnes roulant à l'hydrogène , parcourant environ 160 000 Km/ans , necessiteraient 92,4 TWH (Terawattheures) , ce qui équivaut à quinze réacteurs ou 910 Km2 de panneaux solaires .

 

Maintenant sachant que le parc camion s'élève à trois millions d'unités : 156 réacteurs nucléaires ou 10 000 Km2 de panneaux solaires ..

 

Une seule usine = 33 Km2 de panneaux photovoltaïque soit 4622 terrains de football .

Edited by kerozene
  • Merci / Quelle qualité! 1
Link to comment
Share on other sites

Le 11/11/2021 à 13:52, kerozene a dit :

A l'heure actuelle , 100 000 camions de seize tonnes tournant a l'hydrogène , nécessiteraient un parc nucléaire d'une surface comparable à l'île de France ..

 

 

La surface de l'Île-de-France était pour du nucléaire, ce qui ferait quelques milliers de centrales, et puis maintenant voilà que ben non c'est pour du solaire.

Tu es fiable.

Je reste dans le nucléaire puisque c'est de cela que tu parlais. Aussi

Voudrais-tu détailler ton calcul ? Sinon c'est moi qui le ferai.

Tu vois, je te laisse le choix de ta dure épreuve. 

Edited by Albuquerque
Link to comment
Share on other sites

Ce jour sur France-Inter à l'émission écologique de 14 heures "la terre au carré" un auditeur à laissé sur répondeur un message que l'émission n'a pas craint de passer. C'est un argument antinuc que je donne gratuitement à ceux qui n'auraient pas écouté.

Alors voilà : le nucléaire, avant d'être de l'électricité, c'est déjà de la chaleur, du thermique.  Or qu'est-ce qu'on va faire des voitures thermiques ? On va les arrêter. Donc il faut arrêter le nuc.

CQFD.

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, Albuquerque a dit :

Ce jour sur France-Inter à l'émission écologique de 14 heures "la terre au carré" un auditeur à laissé sur répondeur un message que l'émission n'a pas craint de passer. C'est un argument antinuc que je donne gratuitement à ceux qui n'auraient pas écouté.

Alors voilà : le nucléaire, avant d'être de l'électricité, c'est déjà de la chaleur, du thermique.  Or qu'est-ce qu'on va faire des voitures thermiques ? On va les arrêter. Donc il faut arrêter le nuc.

CQFD.

Si les anciens, tous les anciens, faisaient honorablement leur devoir de transmission de la connaissance aux plus jeunes générations, ce genre de sornettes ne seraient pas.

 

Que chacun fasse alors son examen intérieur.

 

Ney

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Alors que la COP26 approche de sa fin, la principale avancée semble être la popularité nouvelle d'une boisson spécifiquement écossaise, dite Irn-Bru.

Les seules nouvelles du climat restent largement voisines de celles connues avant, soit le fait que les 10% plus riches génèrent à eux seuls la moitié du réchauffement planétaire, tandis que les 50% plus pauvres en meurent, bien qu'ils ne soient responsables que de quelques 12%. Les pays pauvres s'appuient sur ce constat pour exiger des riches qu'ils tiennent leurs engagements de réduction des émissions, ainsi que leurs engagements financiers envers les pays en développement.

Les riches continuent à promettre.

Comble du désespoir, on constate qu' @Albuquerquene fait toujours pas recette, ni auprès des politiques ni auprès des scientifiques : le Working Groupe III du GIEC, en charge des propositions d'adaptation techniques ou économiques au réchauffement, n'évoque la géoingénierie que d'une phrase soulignant ses risques, et le fait que ces techniques n'abordent pas le problème majeur de l'acidification des océans, qui impose une réduction des émissions de CO2.

C'est bien triste, alors que cela aurait l'immense avantage de permettre de continuer à ne rien faire.

Nous partageons la détresse de la Vox Clamentis in Desertio et sa nouvelle devise :

il y a 27 minutes, Albuquerque a dit :

Mais ce que dit Albuquerque ou de la ..... c'est pareil !

Link to comment
Share on other sites

Un océan d'eau Perrier serait chouette.

Seulement, il n'y a pas le choix entre réduction des émissions de CO² et géo-ingéniérie. Il faudra les deux, sauf si toutes les émissions s'arrêtent ce soir.  Il est sans effet de déplorer la part d'acidification des mers due aux émissions qui viendront encore. 

Edited by Albuquerque
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, 22Ney44 a dit :

Si les anciens, tous les anciens, faisaient honorablement leur devoir de transmission de la connaissance aux plus jeunes générations, ce genre de sornettes ne seraient pas.

 

Que chacun fasse alors son examen intérieur.

 

Ney

 

 

Je ne pense pas. On ne peut tout se reprocher. La bêtise est peu compressible :

 

face au Covid-19, les jeunes se tournent vers l'astrologie - Selected News

 

70% de cornichons, presque autant que de bacheliers. 

 

 

 

Il y a 1 heure, Pyrene a dit :

Vox Clamentis in Desertio 

 

clamantis in deserto.

Quand on veut se moquer d'un latiniste il ne faut pas se planter.

Edited by Albuquerque
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Albuquerque a dit :

C'est un argument antinuc que je donne gratuitement à ceux qui n'auraient pas écouté.

Alors voilà : le nucléaire, avant d'être de l'électricité, c'est déjà de la chaleur, du thermique.  Or qu'est-ce qu'on va faire des voitures thermiques ? On va les arrêter. Donc il faut arrêter le nuc.

CQFD.

 

Un scientifique aurait pu creuser un peu et dire que les cycles thermiques de carnot et autres tournent en pratique entre 20 et 40 % de rendement donc effectivement chaque machine thermique qui a besoin d'autre chose que de le chaleur a un rendement minable et merite d'etre qualifié de gouffre énergétique.

 

Voiture on veut du mouvement mais on part de la chaleur

centrale thermique qu'elle soit nuc ou autre on part de chaleur pour faire de l'elec, etc....

 

Voila c'est pas déconnant quand on prend la peine d'expliquer pourquoi. C'est d'autant plus valable quand on a besoin de chaleur et qu'on passe par l'electricite pour retrouver de la chaleur par effet joule.

Paf 70% gaspillé dans la centrale qui chaufffe 3x plus que les logements a chauffer! Le gros délire énergétique au moment ou on parle d'économies d'énergie!

Link to comment
Share on other sites

Une fois encore, monsieur Charpy, je tiens pour profondément fallacieux - pour être poli - le fait de dénoncer un gaspillage d'énergie prétendu lorsque la technique considérée a atteint le plafond probable du rendement de Carnot qu'on peut en espérer. 

En effet, ou on profite alors de cette énergie ou on la laisse en terre, et là on en obtient zéro.

(on parle ici bilan d'énergie et non questions de pollution comme pour le charbon et les hydrocarbures qu'on n'extraira pas). 

Ce type de raisonnement relève de la jonglerie propagandiste écologiste. Je n'en nie pas l'efficacité sur la grosse majorité des auditeurs (voir mon commentaire sur les jeunes et l'astrologie). 

 

Je ne vois cependant aucun inconvénient à faire du chauffage collectif avec le circuit tertiaire (ou quaternaire !) des centrales. Il paraît qu'on fait des prouesses en matière de tuyauterie à très faibles déperditions de chaleur.

 

Edited by Albuquerque
Link to comment
Share on other sites

il y a 18 minutes, Albuquerque a dit :

Je ne vois cependant aucun inconvénient à faire du chauffage collectif avec le circuit tertiaire des centrales. Il paraît qu'on fait des prouesses en matière de tuyauterie à très faibles déperditions de chaleur.

 

D'ou l'idee de certaines personnes bien avisées de reduire la taille et la puissance des reacteurs pour mes mettre en ville et faire un réseau a partir de la  chaleur dite ''fatale'' des centrales.ca vous rappelle pas quelques annonces d'il y a peu?

 

Apres reste à évaluer le cout en cas de ''spill''. Une maison sur la rochelle coutant de l'ordre de 500 000E si on doit evacuer et indemniser 2 km carrés en ville la note va etre tres tres salée! 

 

Pour mémoire le total de fukushima en 2016 etait estime a 170 milliards ,  sans parler de l'opinion publique qui risque de se retourner contre tous les ces micro reacteurs en cas de fuite sur l'un d'eux.

 

Je suis serieux, ce qui a du sens  c'est des combustibles classiques (si possible biosourcés) our faire de la chaleur ou de la cogeneration, et de l'elec (hydro, solaire, eolien, cogénération) pour le reste. 

 

Et inversement ils vont interdire d'ici peu les chaudieres a condensation (110% de rendement sur le pci) pour pousser tout le monde a l'elec d'origine thermique pour chauffer a distance a l'electrique. Pour moi c'est débile meme si c'ets facile d'un point de vue de l'utilisateur (tourner le bouton, payer la facture).

 

Ca a pour seul interet de pas se prendre la tete et prolonger un modele qu'on connait (tout pétrole en transport, tout nuc ou tout charbon pour l'élec) du très facile a piloter quitte a avoir un rendement pourri et perdre 70 de l'energie pour se faciliter la vie.

C'est un luxe qu'on ne doit plus se permettre vu les enjeux.

Edited by charpy
Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, Albuquerque a dit :

Je ne vois cependant aucun inconvénient à faire du chauffage collectif avec le circuit tertiaire des centrales. Il paraît qu'on fait des prouesses en matière de tuyauterie à très faibles déperditions de chaleur.

 

Oui mais sauf que ! Il y a plusieurs raisons qui militent contre cet emploi :

 

1) L'eau tertiaire extraite initialement de la source froide, mer ou rivière, ainsi dénommée en Sureté nucléaire ne peut pas prendre un delta supérieur à 4°C afin de ne pas impacter le biome en aval de la centrale lors de son retour, (rejet ?) dans la nature. Un delta de 4°C n'est pas suffisant pour chauffer à moins de mettre en batterie des pompes à chaleur Eau/eau. Et l'exploitant nucléaire ne veut pas de modules non exploités par lui sur son installation. On peut comprendre compte tenu des enjeux et des responsabilités.

 

2) Cette source de chaleur a cependant été  sporadiquement exploitée pour chauffer des serres, avec des résultats mitigés car si la centrale est en maintenance, la source de calories s'amenuise, imposant aux exploitants agricoles une deuxième source de chauffage selon la saison. Impossible pour eux de rentabiliser l’ingénierie spécifique à ce montage

 

3) Quand à utiliser cette source de chaleur pour chauffer directement les habitations, autant que je m'en souvienne, l'analyse de Sûreté a montré que dans des situations incidentelles de niveau 2 et plus encore en situation accidentelle, comme rupture d'une aiguille ou d'un jeu d'aiguilles dans un générateur de vapeur, la matière nucléaire peut arriver dans le circuit tertiaire pour peu qu'en même temps un brèche moyenne se soit déclarée dans le circuit primaire. Cette situation impliquerait en effet de rentrer dans une procédure de LOCA dite de "Lost Of Cool Accident". Dans ce cas des radio-nucléides arriveraient directement dans les habitations, ce qui en matière de Sûreté est inadmissible. Une procédure de Sûreté a existé (existe encore ?) pour gérer les serres où la densité de population est très faible.

 

D'où l'abandon de l'idée. Tant pis, 66% de la chaleur produite par la marmite nucléaire échappent à l'exploitation. Ce sont les petits oiseaux du coin qui s'en félicitent, les calories sont pour eux en hiver. Mais 66 % de l'énergie produite en pure perte quand même ! Donc 66 % de déchets pour rien, et trois fois plus de centrales que nécessaire si on avait un rendement tendant vers 100%.

Ça donne à réfléchir il me semble sur le principe fondamental d'une telle technologie dont on garantit la Sûreté qu'à 10-6 près pour chaque modèle d'occurrences accidentelles appliqué à chacun des composants. La combinatoire donne des xxxx de milliers de possibilités, ce qui n'est plus neutre du tout, sinon nous ne comptabiliserions pas trois accidents majeurs déjà, et une frayeur abominable au Blayais lors de la tempête de 1999 où la centrale avait perdu toutes ses roues de secours durant plusieurs heures. Heureusement qu'aucun événement incidentel ou accidentel ne s'est produit durant ce temps sur le circuit primaire, sinon c'était Ze Big Kata, adieu le vignoble bordelais et pas que ...

 

Ney

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Pour en revenir aux 600 000 camions (pas 3 millions) qui doivent couvrir de centrales nucléaires des milliers de km².

La consommation totale de carburants routiers en France vaut 42 millions de tonnes, au rendement de disons 35%.

L'hydrogène, pas bon. Le rendement (électrolyse x pile à combustible) n'est guère meilleur que le moteur à pistons. Il faut des batteries.

42 milliards de kg  x  13 kWh/kg  x 0,35  =  191 milliards de kWh mécaniques. 

A la louche 250 milliards de kWh électriques à produire, soit 22 EPR, moins la voiture de Charpy qu'il alimente de son jardin. 

(mon calcul est pour tous les véhicules, voitures comprises, pas que pour les camions)

 

Edited by Albuquerque
Link to comment
Share on other sites

Il y a 13 heures, Albuquerque a dit :

 se moquer d'un latiniste

Hu hu...

Moi qui croyais stupidement que tu trouvais tes références sur le Forum des Pilotes Privés...

Comme on peut se tromper...

Il est vrai que je suis en bonne compagnie, puisque les lugubres scientifiques du Working Group III préconisent seulement ...la reforestation comme remède à l'excès de CO2 que nous produisons. Ces vieux fossiles ignorent donc tout des prodigieuses techniques qui nous permettront de continuer sans soucis, et dont le chantre reste tristement isolé parmi nous. C'est très injuste.

Link to comment
Share on other sites

Il faut surtout se résoudre à admettre que la géoingénierie climatique ne fait pas partie des espoirs de solution, du moins celle qui consisterait à tenter d'occulter le rayonnement solaire. Et on n'est pas sur du "politiquement correct", mais sur de l'argumentaire technique : si tu en disposes, il est bien dommage que tu le dissimules au vulgum pecus.

Felix qui potuit rerum cognoscere causas (ALBVQVERQVE, XIII, XI, MMXXI)

Link to comment
Share on other sites

J'aurais plutôt écrit :  MMDCCLXXIV   (AVC ab urbe condita).

Nous pourrions même ajouter à propos de nos échanges : asinus asinum fricat.

Les raisons physiques sont les seules qu'on ne verra pas contredites.

Les raisons techniques sont soumises entre autres aux idéologies. Elles vont et viennent. 

Ne nous fatiguons pas et prenons rendez-vous en 2050.

Edited by Albuquerque
Link to comment
Share on other sites

il y a 32 minutes, Albuquerque a dit :

J'aurais plutôt écrit :  MMDCCLXXIV   (AVC ab urbe condita).

Votre calcul Anno Urbis Conditae est juste puisque la date évoquée par @Pyrene est postérieure à un 20 avril après l'ère commune. Dans ce cas il convient bien d'ajouter 753 ans à l'année du calendrier grégorien.

             MMXXI

+          DCCLIII

-----------------------------

MMDCCLXXIV

 

Il existe deux autres valeurs d'écart.

 

Ney

Link to comment
Share on other sites

il y a 9 minutes, Albuquerque a dit :

Vous mettriez un comble à vos bontés en convertissant aussi la date mois et jour. 

 

Pridie Kalendas Novembribus MMDCCLXXIV Ab Urbe Condita soit le 2/11/2774 . En calendrier julien nous serions le 31/10/2021

 

Ceci vous convient-il ?

 

Je n'ai aucun mérite de m'en souvenir. Durant mes humanités latines j'étais resté sec sur cette question durant un oral. Ce qui me valut d'être collé un week end de sortie pensionnaire, ce qui n'arrivait pas si fréquemment (la sortie pensionnaire). La punition entre autre fut d'étudier tous les calendriers et leurs conversions.

 

Ça ne plaisantait pas à l'époque chez les Jésuites. Encore aujourd'hui d'ailleurs.

 

Ney

Link to comment
Share on other sites

En déclarant publiquement qu'on ne croyait pas en Dieu je suppose qu'on se retrouvait le lendemain dans sa famille.

 

J'ai ressorti mon atlas Bouillet d'histoire et de géographie, édition 1872, où je peux trouver en effet page 41 et suivantes le calendrier romain. Il y a certainement la même chose sur l'internet, mais il faut donner la priorité aux vieux grimoires lorsqu'on en a. 

Il y en a des pas chers sur Ebay, et des chers aussi.

Edited by Albuquerque
Link to comment
Share on other sites

il y a 9 minutes, Albuquerque a dit :

En déclarant publiquement qu'on ne croyait pas en Dieu je suppose qu'on se retrouvait le lendemain dans sa famille.

 

 

Si encore .... !

 

J'eus bien volontiers user de la ruse. Mais voilà dans ces couloirs là, une âme impie qui se déclarait, était une âme à reconquérir. Pour cela il y avait les week-end sortie pensionnaire.

 

C'eût été bien pire.

 

Mais nous nous éloignons du sujet, l'urgence climatique n'attendra pas.

 

Ney

Link to comment
Share on other sites

Bon , j'ai tenté de refaire le calcul ..

 

Il faudrait un parc nucléaire produisant 7.260.000 Mw pour mitonner 1.320.000 tonnes d'hydrogène , nécessaires pour faire rouler 300.000 camions en France .

 

Sachant : qu'un poids lourd en France parcours environ 44.000 km , et consomme 10kg d' H2 pour 100 km .

 

qu'une centrale nucléaire Française de 900 Mw , produit environ 500.000 Mw , qu'elle couvre environ 1km2 .

 

il faudrait donc une superficie de production nucléaire d'environ 14,52 Km2 .

sachant que la superficie de Paris couvre environ 105 Km2 ..🤔

Edited by kerozene
Link to comment
Share on other sites

En divisant les 10 à 11 millions de tonnes de gazole consommées par 600 000 poids  lourds et 100 000 autocars par une consommation moyenne de 33 litres aux 100 (1,25 kWh mécanique au kilomètre si on veut l'électrifier), on trouve bien dans les 40 000 km par an J'ai été étonné qu'un poids lourd roule si peu. J'imaginais les besoins économiques de son exploitation rationnelle plus élevés que cela. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 25 minutes, Albuquerque a dit :

En divisant les 10 à 11 millions de tonnes de gazole consommées par 600 000 poids  lourds et 100 000 autocars par une consommation moyenne de 33 litres aux 100 (1,25 kWh mécanique au kilomètre si on veut l'électrifier), on trouve bien dans les 40 000 km par an J'ai été étonné qu'un poids lourd roule si peu. J'imaginais les besoins économiques de son exploitation rationnelle plus élevés que cela. 

Ce qui "plombe" ce calcul, ce sont les autocars, en particulier les autocars de ramassage scolaire qui font peu de km par jour et uniquement en période scolaire, soit environ 15 000 km/an. Par contre leur impact carbone est énorme car ils font du cabotage sur de très petites distances et de petites routes entrainant ainsi de fréquents changements de régime, pied au plancher pour relancer afin de gagner les précieuses minutes qui feront arriver à l'heure en hiver où les conditions de route sont parfois désastreuses. Nous sommes au strict opposé de l'optimisation de leurs moteurs, long cours avec peu de changements de régime.

 

Les candidats idéaux à la mutation seraient cette flottille, le gain carbone serait extrêmement significatif. Sauf que pour cause de rentabilité difficile, peu de kilomètres, usage intermittent, les seuls véhicules à le permettre sont les autocars en fin de carrière où l'usure intérieure n'est pas un frein à la clientèle par ailleurs captive du service.

 

Deux solutions s'offrent à nous :

 

1) Faire un effort financier énorme pour décarboner cette catégorie de véhicule, c'est à dire mettre en service des véhicules à moteur hydrogène ou électrique. Qui payera ?

 

2) Revenir à la situation où les élèves de la ville étaient externes ou 1/2 pensionnaires, ceux plus éloignés de la campagne seraient prisonniers pensionnaires et économiseraient ainsi jusqu'à 3H00 de transport quotidien avec un impact plus que certain sur la nette amélioration de leurs études. Qui osera ? Retenir un ado dans un établissement de nos jours avec des règles et une discipline inhérente à toute vie en collectivité, je n'imagine même pas la bronca pour atteinte aux libertés individuelles ...

 

Ney

  • J'aime 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Albuquerque a dit :

Le vélo me suffisait, pour 2 km 4 fois par jour. 

Hé ben vous voyez ! La manipulation a bien marché. Vous avez contribué à reculer l'échéance du réchauffement climatique à votre échelle.

 

Ney

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, 22Ney44 a dit :

1) Faire un effort financier énorme pour décarboner cette catégorie de véhicule, c'est à dire mettre en service des véhicules à moteur hydrogène ou électrique. Qui payera ?

 

Il y a un truc qui m'echappe. Pour que les 10% les plus riches d'entre nous s'achetent une voiture elec perso, juste pour leur pomme, tout le monde paie via les primes a la conversion mais pour du transport public et une cause ''internationnale'' il n'y a pas d'argent public... :waaarg:

 

Certaines choses ne cesseront de m'etonner.... ma logique sent bien qu'il y a un truc qui ne tourne pas rond!

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.