Jump to content

den

Membre
  • Content Count

    6,113
  • Joined

Everything posted by den

  1. Hmm, un mini télescope à f8 en monture strock, ça ne va pas être facile à fabriquer/équilibrer/ manipuler et comme tu dis " l'investissement ne vaut peut-être pas la qualité de ce qu'on peut en tirer... " Pourquoi ne pas "strocker" ton 250 mm. C'est fait pour voyager en avion et ce ne sera pas plus difficile à faire que la manip avec le 114. Sinon une bonne paire de 10x50 ou une petite lunette ornitho sur pied peut être sympa pour voyager léger.
  2. J'ai trouvé une petite carte et la position exacte au final et donc mag 15,5 et inaccessible je pense au 250mm, Sauf ciel d'exception peut-être et terriblement difficile. Edition de ma précédente réponse.
  3. On n'en trouve que des image en rayons X et je ne pense pas qu'il soit perceptible pour nos "petits" télescopes. J'ai trouvé une étoile mag 15,5 à sa position qui correspond. Ce quasar est 2' environ au WSW de la galaxie PGC 115278 un topic avec quelques observations de quasar : https://www.webastro.net/forums/topic/148337-le-club-très-select-des-milliardaires un site avec quelques quasar observables : http://quasar.square7.ch/fqm/fqm-home.html Le plus lointain que j'ai observé au 250mm, mais pas une observation facile : http://quasar.square7.ch/fqm/1634+706.html
  4. Vi, et en cherchant un peu plus sur les cigognes, on s'aperçoit qu'elles sont embauchées en tant que recycleuses bien plus au nord que leur territoire de migration habituel Voir : https://recherchecigogne.ch/files/Download/166/En-savoir_plus_Routes_migratoires.pdf
  5. Étonnant et bizarre... En me dirigeant cet AM vers 16h45 vers mon atelier au fond du jardin en ville de Rennes donc, je remarque deux oiseaux à très haute altitude en train de tournoyer tranquillement pas loin d'un nuage. Je pense sur le moment à deux goélands mais leur allure me semblant inhabituelle, je retourne à la maison attraper mes jumelles et surprise, il s'agit en fait de deux cigognes. je confirme ensuite avec ma petite lunette en grossissant un peu plus, mais aucun doute. Elle ont continué à tournoyer tranquille en se laissant dériver vers le Nord Est jusqu'à ce que je les perde de vue. Pas pu prendre de photo, elles ont disparu derrière les branches de mon cerisier assez rapidement. J'en avais déjà vu depuis mon kayak(on a parlé aussi un moment d'échappées d'un parc ornitho), il y a bien longtemps, mais jamais à cette saison. Sur google on en trouve de passage en Bretagne vers fin mars ou avril. Peut-être le petit coup de chaud de la semaine dernière qui les a fait monter vers chez nous un peu plus tôt ?
  6. Petite mise à jour du premier post Les constellations de satellites. Groupe de satellites aux caractéristiques communes et destinés à des fonctions spécifiques. Il en existe déjà pas mal, GPS, Iridium, globalstar parmi d'autres et destinés à divers usage, localisation et communication principalement, leur position en orbite permettant une couverture mondiale. Un problème qui se pose à l'heure actuelle est que pas mal de grands groupes spatiaux, industriels et commerciaux ont décidé de fournir une couverture internet mondiale via des constellations de plus en plus importantes et ces constellations vont rapidement concurrencer les étoiles, car ils sont lancé sur des orbites basses et ceci par millier voire dizaines de milliers (projet starlink de Space X, par exemple qui a demandé des autorisations de lancement pour 42000 satellites au total à des altitudes allant de 350 jusqu'à 1200 km), et donc une gêne conséquente pour tous les observateurs du ciel, professionnels, amateurs ou amoureux de la nature et du ciel nocturne. Les magnitudes relevées peuvent être assez diverses, varient de 3 à 6,5 suivant les conditions d'éclairage donc et angle au soleil ou aux observateurs. Les trains de satellites. Une autre gêne aussi très conséquente est que ces satellites sont lancés par dizaines à la fois (60 starlinks par lancement), sont libérés ensuite du lanceur à la queue leu-leu à une assez faible altitude avant de rejoindre leur altitude nominale de fonctionnement. Cela leur prend quelques semaines voire quelques mois pour rejoindre cette altitude pendant lesquels ils restent très lumineux et gênants du fait de leur groupement qui attire immanquablement l'attention dans le ciel nocturne. Ajoutons à cela quelques flares ou flashs sous certains angles de vision et ces groupements donc le nombre ne cessent d'augmenter (2 à 3 lancements par mois) vont vite devenir une plaie aussi gênante que les satellites en orbite finale. Deux vidéos au hasard pour montrer l'ampleur du problème : https://www.youtube.com/watch?v=4LzkYrrj5Wg https://www.youtube.com/watch?v=cycLZQtM8HU
  7. Eh oui, manifestement un problème de lentille, plus exactement de reflets dans les lentilles de l'objectif
  8. Disons sur la libellule fraichement émergée et cela vire ensuite plus vers le jaune. Les organes de reproduction du mâle.
  9. Au printemps, les mésanges longues-queues construisent de magnifiques maisons de mousses et lichens dans les buissons bordant la rivière
  10. La pince annale du mâle qui lui sert à maintenir la femelle par la nuque pendant l'accouplement
  11. Tentative de grossissement sur les articulations des ailes, mais cela n'en dit pas plus sur leur fonctionnement
  12. Et celui-ci qui s'est manifestement échappé du tournage de jurassic park, séquence vélociraptor.
  13. Chez les hérons j'aime bien les jeunes et leur coiffure punk
  14. Et puis le déploiement commence...
  15. Comment faire tenir les grandes ailes des libellules dans les petits fourreaux sur le dos de la larve ? Juste avec un pliage soigné La nature est quand même une sacrée artiste
  16. Et quand on se promène chez les hérons, il arrive de tomber sur un héron pourpré, que je n'ai malheureusement croisé qu'une fois, mais quel magnifique oiseau. Et quel plumage !!
  17. Après, il faut penser agrément d'emploi et de ce coté les jumelles IS sont imbattables, en astro dans la chaise longue, c'est un de mes grands plaisirs et en observation animalière c'est la même chose et on attrape tellement de détails sur les oiseaux, qu'on ne peut même pas penser repasser à autre chose. Et pour le diamètre, eh bien on a le diamètre que l'on peut s'offrir et on essaie d'en tirer le meilleur J'ai possédé des miyauchi 20/30x77mm en parallèle des canon 10x42, mais j'ai revendu les miyauchi au bout d'un an et j'ai toujours les canon.
  18. Bon, ils se sont ratés et juste trouvé une petite vue du croisement : https://twitter.com/juliancd38/status/1222670217601601540
  19. Pour ma part, c'est plus avec les quelques autres marques que j'ai utilisé que j'aurais eu besoin du SAV. 15x cela implique l'usage d'un pied en astro et comme dit plus haut c'est vite galère. Les canon12x36 IS tiennent aussi dans le budget
  20. On peut parfois se permettre des cadrages audacieux sur des photos de hérons
  21. Quand la libellule commence à s'extraire un peu plus de l'exuvie, les trachées se détachent laissant alors la libellule autonome. Et les pattes se libèrent aussi dans le même temps et se tiennent prêtes à agripper le premier brin d'herbe à proximité pour poursuivre l'extraction. Ce qui se produit dans la minute.
  22. S'il y a quelque chose qui n'est pas un gadget, c'est bien la stabilisation. Partir sur zeiss, swaro ou leica va juste te faire payer la marque sans rien de plus en qualité optique que les 10x42 IS. J'ai eu l'occasion de quelques comparaisons entre ces marques et mes 10x42 et chaque fois le bilan était en faveur des canon et même parfois sans prendre en compte la stabilisation. Mais après tout c'est toi qui paye et qui observera avec, enfin qui essaiera parce que observer à main levée dans des 10x56 c'est loin d'être le pied, ca bouge et on ne détaille rien. Et observer sur pied, ben je ne connais rien de plus pénible avec des jumelles droites et cela ne dure jamais très longtemps
  23. https://twitter.com/LeoLabs_Space/status/1222547865567887361?s=20 La distance nominale est maintenant passée de 24 à 12m, sachant que l'un des deux sats possède un mat de 18m de long... faudra qu'il soit orienté dans le bon sens s'ils veulent se rater. A 53000 km/h de vitesse relative, ça va faire de la poussière s'ils se touchent. Par ailleurs Marco Langbroek tempère un peu en faisant remarquer que la précision des TLE est généralement donnée pour 2km et que même avec des distances nominales extrêmement faibles, les probabilités de rencontre restent bien faibles aussi. On aura certainement des vidéos du croisement ou de la rencontre, pas mal de monde de mobilisé sur ce coup apparemment.
  24. Ce sont les discussions du moment sur AS : http://www.astrosurf.com/topic/132450-les-méga-constellations-de-satellites-starlink-etc/?do=findComment&comment=1769233
  25. Un autre site de visualisation de satellite : https://celestrak.com/NORAD/elements/supplemental/ Bon, peu convivial pour qui ne manie pas bien l'anglais et n'a pas trop l'habitude des observations de satellites, mais celui-ci permet de visualiser tous les starlinks en orbite. Cliquer sur l'oeil dans le deuxième groupe et ensuite rentrer votre localisation de la manière qu'il vous plaira, puis ensuite expérimentez La petite maison vous envoie en vue de l'espace au dessus de chez vous, l'horloge lance le temps réel, la croix ou le petit satellite permet d'effacer ou afficher les données du bas.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.