Jump to content

alpheratz06

Membre
  • Content Count

    76
  • Joined

  • Last visited

About alpheratz06

  • Rank
    Membre

A propos

  • Résidence
    Alpes-Maritimes
  • Intérêts
    photographie
  • Occupation
    (jeune) retraité
  • Matériel
    Du matériel photo classique ( Nikon et Fuji )
    une monture légère Sky adventurer motorisée en AD +
    une GM11 Losmandy
    Depuis peu une caméra ASI294MM et bientôt (je l'espère!) une lunette.
  • A propos de vous
    Observateur du ciel amateur depuis toujours, je me lance dans la photo astro.

Recent Profile Visitors

322 profile views
  1. Bonjour Je ne pense pas que l'argenture d'un miroir de télescope soit sensible aux vapeurs d'hydrocarbures, au moins en concentration raisonnable. Bon, faut pas mettre non plus le dobson au-dessus de la friteuse, hein? Dans ton cas le risque de pollution par redéposition me parait faible voire nul Et ce d'autant plus que les instruments sont emballés (protection anti-poussière : caisse, housse, sac plastique, etc). L'humidité permanente me semble un risque plus important pour les argentures, d'où l’intérêt d'emballer dans un contenant avec un dessicant si le local peu
  2. Je tente une synthèse des deux excellents commentaires qui précèdent : un flat sert à ajuster l'uniformité de l'éclairement du champ (par exemple en cas de vignettage) et à réduire les taches dues au poussières. En général on ne se preocvupe pas de colorimétrie L'ajustement de colorimétrie via une balance de blanc se fait en photographiant un objet blanc ou gris éclairé par la source de lumière que l'on veut équilibrer . En astrophoto le choix relève plutôt d'une approche esthétique, du fait qu'on a des sources de differentes couleurs.
  3. Je me pose la même question (avec le même matériel). Je pense que le diamètre des filtres est un peu critique, en particulier s'il y a un léger excentrement de la roue. Je regrette un peu de ne pas avoir "tapé" sur la taille au-dessus (36 mm je crois).
  4. https://www.leboncoin.fr/sports_hobbies/1985734357.htm?ac=2404136686 Bonjour Prix delirant par rapport au neuf 1200€ Il y a des photos d'un tube réel, donc materiel possiblement volé.
  5. Merci à vos deux réponses qui ont bien éclairé ma lanterne. Je résume ce que j'ai compris : - sur le capteur de ma ASI294MM Pro, il faut ne pas trop s'éloigner du "gain magique" du mode HCG, soit 120, pour lequel on a un bruit de lecture de 2e et un gain de 1e/adu d'après les données constructeur. Et où on est près de la dynamique maximum. Après , il faut trouver un compromis en terme de longueur de pose en fonction de la qualité du fond du ciel et de la pollution lumineuse. Un grand merci
  6. Bonjour Un lien très utile (lumineux) Question béotienne : est-ce que le raisonnement change si on fait du binning ? Je suppose qu'on fait la même manip (on compare un morceau de brut "binné" avec un offset "binné") mais je dirais qu'on obtient peut-être alors un ratio différent? Je pense que le ratio ne doit pas changer (on compare le bruit de fond photonique du cel avec l'offset du capteur) merci de la réponse pour rejoindre celle de Drase, le RON correspond au niveau qu'on mesure sur une image offset si j'ai bien compris.
  7. Bonjour Je tente de passer à la vitesse supérieure en photo avec une camera refroidie que j'ai déjà utilisé quelques heures cet hiver. Le but est de faire du ciel profond. Je voulais savoir comment choisir (et s'il existe une martingale) le couple gain / temps de pose ? Est-ce qu'on procède seulement par tâtonnement, ou bien y a t-il une logique plus poussée? Je soupçonne que chaque caméra doit avoir un gain optimal qui correspond au meilleur rendement du capteur ? Tous vos conseils , liens , suggestions sont bienvenues ...
  8. Là aussi, il faut connaitre le tirage (l'ajustement de la mise au point ne fdoitpas avoir une grande amplitude) Vu que l'adaotateur vient de celstron, il ya quand même de grandes chances que ça marche. Pour le C8, le backfocus (voir le site de celestron) https://www.celestron.com/blogs/knowledgebase/what-are-the-optimum-back-focus-distances-for-celestron-scts https://www.celestron.com/blogs/knowledgebase/what-are-the-optimum-back-focus-distances-for-celestron-scts Back focus distance from primary mirror baffle tube lock ring (in) ( := interface de sortie du tube en arrière)
  9. Ah, le backfocus ! a) avec un instrument non corrigé (sans aplanisseur ni réducteur de focale), le capteur doit être au foyer de l'objectif (couple M1/M2 sur un SCT) ou lunette. Le backfocus , c'est la distance entre le plan d'interface de l'instrument (filetage circulaire, porte oculaire) et le plan du capteur. b) derrière un correcteur , la distance correcteur /capteur est imposée par la formule optique du correcteur et doit être indiquée dans la notice de celui-ci . On trouve souvent des correcteurs "calés" entre 55 et 63 mmm. Sur le site de Pierro astro, le cor
  10. deux remarques a) usure de l'obturateur : la remarque de Bruno est pertinente, un obturateur mécanique classique sur un boîtier milieu de gamme "tient" autour de 100 000 déclenchement. Dans la vie de tout les jours , c'est énorme, mais dès que l'on fait du stack (en macro focus stacking ou en astro), on a vite fait d'accumuler des milliers de poses. A mitiger quand même par le fait que certains boitiers récent ont des obturateurs électroniques qui ne "s'usent" pas : on peut choisir le mode d'obturation M ou E (par exemple sur les hybrides Fuji, même en milieu de gamme) b) en théorie
  11. L'idée est bonne, de chatouiller la limite du filé en empilant des pauses courtes 1° on peut effectivement récupérer une image correcte par empilement, mais le procédé a des limites. Le gain en rapport signal sur bruit augmente comme la racine carrée du nombre de pauses, ce qui fait (je pense) qu'en pratique il n'est pas très utile d'aller au-delà de quelques (2à 4 je dirais) dizaines de pauses. Il a sûrement une justification théorique précise qui explique la limite, mais que je connais pas. 2° pour faire le test n'importe quel champ d'étoile autour d'une étoile brillante peut fai
  12. Merci pour vos réponses ... effectivement, sauver les images individuelles permet de ne pas " insulter l'avenir " 🙂
  13. "à la grosse" le range d'oculaire pour 1000mm va de 5mm à 30/35. Donc 9 mm va grossir 110 fois et on va chatouiller les 200+ fois avec la barlow. Le second oculaire nécessaire pour avoir un champ large serait un 30 ou 35 mm, qui pourra aussi "raccourcir" avec la barlow. un lien utile : https://www.stelvision.com/simulateur-telescope/simulateur-telescope.php pour faire des simulations.
  14. Difficile de faire un diagnostic. Personnellement je ferais un essai sans dithering , pour tenter de caractériser la géométrie de la trame (largeur en pixel). Après , peut être faire des essais avec différentes valeurs de largeur de dither, mais inutile de mon point de vue de d'aller au delà de la largeur de la trame
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.