Jump to content

alpheratz06

Membre
  • Posts

    175
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by alpheratz06

  1. quelques humbles remarques en complément de celles des experts de l'astrophoto : - bien affiner la mise en station, puisqu'il n'y a pas de guidage... mitigé par le fait que les poses seront plutôt courtes - empiler plus de photos - vérifier à quelle sensibilité le rendement du capteur du canon est le meilleurs - faire des darks (au moins une fois et les garder en bibliothèque) et des flats (toujours un peu de vignettage sur les objectifs photo à pleine ouverture, plutôt moins sur les télés que sur les G-A) Pour les traitements , j'utilise (honte à moi) un "siril payant" (APP) avec lequel je fais tous les traitements astro (empilement, corrections DOF, etc) et je booste les couleurs de l'image finale (qui est en principe peu saturée) avec un logiciel photo style GIMP, en ne jouant que sur l'histogramme de chaque canal. Pour passer à la vitesse supérieure, il faudra sans doute trouver une optique plus pointue, en évitant les zooms.
  2. Là, il faut un spécialiste du schmidt-cassegrain. Il doit y avoir des martingales de collimation où on commence par aligner le primaire par rapport à l'axe du tube (en regardant par exemple la symétrie des images de l'araignée et / ou des baffles. Je pense qu'on doit pouvoir trouver de la doc la dessus sur le net. Il y a tant de poussière que ça à l’intérieur ?
  3. Bonjour, je met mon grain de sel pour avoir fait beaucoup de photo terrestre et un peu d'astro photo. J'ai commencé avec une bonne monture, des apn (Nikon et Fuji) et toute une gamme d'objectifs. Pour faire du champ très large, pas de problème, tout se passe très bien. Avec les longues focales, cela se complique un peu : les problèmes que j'évoque ci dessous ont été vu avec des gros télé (500mm F4) et des zooms (genre 200-500mm) - la mise au point automatique ne marche pas facilement (voire pas du tout) en fonction du champ observé : les résultats sont parfois décevant ( flou au moment du déclenchement) - la bague de MAP manuelle est peu sensible à l'infini, dès qu'il y a un peu de jeu les réglages fins deviennent frustrants, parce qu'on essaie de travailler à pleine ouverture ... on finit par "bouffer" un ou deux diaphs pour ne plus être embêté. - si on veut mettre une caméra astro derrière un objectif, on peut tomber sur d'autres galères (limitation du back focus...) et toujours la mise au point ! - avec un peu de pratique on peut faire des photos très correctes, mais il faut être très rigoureux sur la mise au point, et penser à vérifier entre deux images, ça peut bouger. Pour un usage occasionnel ou expérimental, pas de problème. J'avoue ne pas avoir eu le courage de persévérer avec mon 500mm et je me suis orienté vers une lunette. La qualité finale penche en faveur de la lunette ... y'a pas photo ! De la même façon, on peut mettre en œuvre une lunette en guise de télé en photo terrestre, avec moins d'agilité qu'un télé équipé d'un autofocus. Mais en affût avec des sujets pas trop mobiles, on peut faire des photos sympas. Mais je ne me voit pas crapahuter avec ma TSA 120 sur l'épaule en billebaude.
  4. AMHA, il vaut mieux faire les deux opérations en même temps : si on dépose un des deux miroirs, la collimation sera probablement à reprendre de toute façon ...
  5. juste un petit grain de sel : pour limiter les itérations sur ce type de réglage, il est utile (si on en a une sous la main) de serrer les vis de blocage avec une clef dynamométrique. Beaucoup plus reproductible que le traditionnel "serrage au pif", toujours un peu hasardeux sur les petits diamètres.
  6. Des débuts prometteurs en tout cas ! Bonne photo avec le 14 mm
  7. Bonjour Deux images sympa du Calern ( le bâtiment est caractéristique...), celle en direction du nord avec le bâtiment sur l'horizon est très sympa, celle d'Orion aussi , on voit les nébulosités, le taureau et les pléiades . Conseil : - y aller doucement sur la traque des saletés, il vaut mieux ne pas nettoyer le capteur sauf si on est sûr qu'il est effectivement sale. Je ne pense pas qu'on puisse "voir" des saletés de l'autre côté du capteur (pas de lumière de ce côté là !) - on doit facilement trouver en ligne les largeur de champ des objectifs, je pense qu'il y a une différence importante entre un 18 et un 14 (probablement pas loin d'une vingtaine de degrés, 95 pour un 18 et 115 pour un 14mm... à vérifier. 100% d'accord avec l'option jumelles (pas forcément avec un grossissement énorme), c'est très pratique pour se familiariser avec la voûte céleste et on voit déjà pas mal de jolies choses. Et puis usage dual avec l'observation de la faune, etc Pour les filés d'étoile, il faut plutôt viser vers le Nord, axe de rotation oblige, et un grand angle s'impose pour avoir la courbure des traces . On peut obtenir des résultats sympa en empilant des poses de 30s par exemple. La première photo ferait une composition sympa. Le logiciel Starmax permet de faire ça plutôt qu'une pose très longue (1H et plus) qui est aléatoire avec un APN à cause de la montée du bruit. Et pourquoi pas , à terme, une petite monture genre star adventurer qui pourrait embarquer l'APN et un petit télé ? Cela permet de faire des poses jusqu'à une minute ('pas avec un 500mm, ok...)
  8. Pas mal, l'idée de l'écran à flat. J'en ai acheté un (usb) à un personne qui en proposait sur le bon coin avec système de clip sur le tube ou le pare buée, c'était assez astucieux (fabrication en 3D printing) . Je posterai se coordonnées si j'arrive à les retrouver. On trouve aussi beaucoup d'articles avec des solution DIY, on peut vraiment faire du très rustique avec quelques leds et un diffuseur en mousse de polystyrène.
  9. Toujours AMHA, Tout à fait en ligne avec les remarques précédentes; Par contre je rebondis sur le fait d'apprendre à mettre en oeuvre un logiciel d'astrométrie (même si on ne fera pas de goto avec ce logiciel et une SA) : cela peut être très pratique pour savoir ce qu'on cible, et arriver à cadrer pas trop mal des objets peu visibles sur du champ assez large.
  10. C'est déjà pas mal ! La prochaine tentative sera sans doute la bonne.
  11. Correct dans le principe... La somme sera toujours meilleure en rapport S/N que chaque photo prise individuellement. Après, il existe des "ruses" dans les algorithmes de stacking, qui font un traitement statistique pour écarter les pixels trop loin de la moyenne de l'histogramme. Par contre, il est vraiment indispensable de faire des darks et des flats, qui permettent déjà d'enlever beaucoup de défaut.
  12. Bonjour Pourriez vous préciser en quoi ce système consiste? C'est un Crayford? S'agit-il de motoriser la mise au point? Si oui, je ne pense pas que la question soit pertinente sur un instrument de ce type dans cette gamme de prix....
  13. Comme discret68 : il faut retirer du chemin optique une longueur équivalent à l'épaisseur du tiroir. Avec un APN, les bagues style T2 sont peu épaisses (le backfocus du capteur est déjà important) donc pas ou très peu à gratter du côté bague. La solution est effectivement de voir du coté PO si on peut gagner en épaisseur en supprimant l'adaptateur 2". Il faudra une bague intermédiaire qui se visse directement sur le corps du PO côté lumière et sur la bague du boîtier côté APN. (à vérifier) je pense qu'en enlevant l'adaptateur coulant, on a accès à un filetage M54x1mm On doit pouvoir monter une bague du genre de celle ci : https://www.pierro-astro.com/materiel-astronomique/accessoires-astronomie/accessoires-t2/bague-t2-pour-porte-oculaires-skywatcher_detail ... en perdant 2,5mm de tirage optique par rapport au bord du PO Pour aller + loin, il faudrait (toujours comme déjà dit par Discrte68) un petit descriptif des choses que tu empiles sur le trajet optique.
  14. Je pense que le plus simple est de monter un rail Vixen sous le boitier dans l'axe de l'objectif, il me semble qu'on peut "pincer" ce genre de rail sur la monture en L de la SA. La solution du collier d'objectif est pas idiote non plus, sauf qu'elle va ^tre spécifique à un objo donné. Après , on ajuste la position du rail dans la pince pour mener le CG de l'appareil photo au dessus de l'axe de la barre et on ajuste ensuite avec le contrepoids pour avoir un équilibre indifférent. J'ai déjà utilisé ma SA ancien modèle avec un fuji XT-20 et un zoom 55-140 , c'est limite mais ça passe ric-rac. De mon côté j'ai pas mal de rails/pince arca (je suis photographe au départ) et donc pas de soucis pour faire ce genre de montage. J'essaierais avec un truc comme ça : https://www.pierro-astro.com/materiel-astronomique/autoguidage/queue-daronde-mâle-vixen-arca-long-150mm-altair_detail ... qui fait à la fois Vixen et arca donc compatible avec un pied ou un étau photo.
  15. Bonjour Je vais dans le sens de Kaelig : il faut dégrossir ce genre de réglage de jour, sur une cible assez lointaine, pas la peine de se casser la tête à y passer trop de temps la nuit. Je crois que sur ce tube le foyer est à 5" en arrière de la face arrière du tube (pas du porte-oculaire!) Donc il faut calculer la chaîne de cotes avec la longueur du porte oculaire, la position du capteur en arrière de plan de pose de la caméra . Et effectivement il est fort probable qu'il te faille ajouter un tube allonge... qui est peut être fourni avec la caméra ?
  16. Bonjour A mon humble avis, comme toujours... Juste une idée, mais il me semble que l'équilibrage n'est possible que si le centre de gravité de l'ensemble est à peu près sur une ligne qui prolonge la queue d'aronde et la barre? Je pense que dans le cas de la photo, le poids de l'optique "tire" le centre gravité en dehors de la ligne idéale. Comment l'APN est fixé sur la monture? Est-ce via un "petit bout" de rail vixen vissé dessous ?
  17. ... pas mal de bagues T2 pour appareils photo donnent 55mm de BF, non?
  18. Tout à fait d'accord. Pour piloter l'axe de déclinaison, sur des poses longues, il faut (au plus simple) disposer d'une caméra guide qui va se "verrouiller" sur une étoile et envoyer des corrections quand l'étoile guide se décale. C'est suppporté aujourd'hui ,par des logiciels qui sont "relativement" simples , mais cela complique tout de suite le matériel. Que celui qui n'a jamais confondu les deux lance le premier contrepoids (Losmandy 7 livres, faut être raisonnable ...) !
  19. Petite confusion, c'est l'AD qui compense la rotation de la Terre. C'est l'axe aligné avec la barre de contrepoids. Et c'est bien celui à motoriser en priorité. La motorisation de l'axe de déclinaison va permettre de compenser plus efficacement l'erreur d'alignement sur la polaire et des defauts mécaniques de la monture. Il permet d'allonger les temps de pose avec du guidage. La décision dépend beaucoup de la focale utilisée : plus elle augmente, et plus le contrôle de la monture doit être précis.
  20. Bonjour La "norme" T2 suppose une distance de 55mm entre le capteur et le plan de pose de la bague côté lumière. Une bague T2 vissante ( filetage M42 côté lumière) 4/3 devrait donc te donner un BF de 55mm Le back focus est la distance entre le plan de pose en arrière d'un tube et la position du plan de netteté . La question est de savoir quel est le backfocus du skymax ? Sur les mak et les SC, le plan de netteté se déplace quand on fait varier la distance entre les mirroirs, ce qui dopnne une capacité de mise au point importante. Je pense qu'il faut viser une distance en gros de 100 MM en arrière de la face arrière du télescope. A partir de là, en gros, deux possibilités - une bague à vis qui se visse à l'arrière du porte oculaire , si celui ci possède un filetage accessible .... plus stable mécaniquement -( variante) déposer le poirte oculaire et venir se visser directement sur l'arrière du tube avec l'adaptateur ad hoc - ( le plus simple) une bague à vis T2 vissée sur un adaptateur T2 vers coulant 2" dans le porte oculaire. Pour l'adaptateur coulant-T2 je prendraios un modèle avec rallonge pour pouvoir reculer l'apn par rapport au porte-oculaire.
  21. Bonjour Je ne suis pas un spécialiste des dobson, mais le temps de pose max est lié au grossissement de l'instrument. Je ne suis pas sûr de comprendre si ta monture peut faire du tracking (suivi d'un objet) mais je pense que oui. Sur une monture altaz, la rotation du champ vient du fait que les axes de rotation ne sont pas alignés sur l'axe de rotation de la Terre. J'ai trouvé là https://www.astrociel.net/rotation_de_champ_theorie.php la formule de la vitesse de rotation de champ : La vitesse angulaire de rotation de champ (fr) est donnée par : fr = w * cos(lat) * cos(az) / cos(hau) Avec : fr = La vitesse angulaire de rotation de champ pour l'objet observé w = La rotation angulaire de la Terre (15,04 degrés par heure) lat = La latitude de l'observateur az = L'azimut local de l'objet observé hau = La hauteur locale de l'objet observé La bonne nouvelle, c'est que cette vitesse s'annule effectivement à l'est et à l'ouest aussi (azimut +- 90°) Sur la durée du temps de pose max, cela va dépendre de la qualité d’entraînement de la monture et de la focale du tube qui est dessus. Le plus simple est de faire des tests avec des durées croissantes, mais la qualité de poursuite liée à la monture ne permettra probablement pas de dépasser la minute.
  22. Question complexe... Quels sont les attentes d'un capteur pour le CP ? Capacité à faire de la pose longue, ce qui veut dire pas trop de bruit, et si possible pas trop d'amp glow (signal parasite causé par l'électronique du capteur) Pas trop de filtrage dans le rouge pour garder de la sensibilité en H alpha : cela varie un peu d'une marque à l'autre. C'est pour cela qu'on utilise souvent des capteurs défiltrés, mais le defiltrage a un coût Une haute résolution n'est pas indispensable, même si les capteurs APS récent tournent autour de 20 Mpixels : la taille optimale du pixel dépend de l'optique qu'on utilise Question : quelle optique sera utilisée ? Avec des objectifs photo avec des focales relativement courtes, on pourra travailler avec des temps de pose assez courts qui ne poseront pas de pb sur des capteurs récents. Avec des focales plus longues, il va falloir poser plus long sur des objets moins lumineux, ce qui sollicitera davantage le capteur. Dans le budget évoqué, ne pas hésiter à penser à un boitier APN défiltré d'occasion.
  23. Pas d'accord. La taille idéale dépend bien du rapport F/D et pas seulement de F F influe sur le grandissement angulaire D sur le pouvoir de résolution. A F identique, un instrument plus ouvert aura une plus grande résolution angulaire et "méritera" donc d'utiliser des pixel plus petits. Tout cela bien sûr limité par la qualité du ciel. ... et on peut aussi utiliser un réducteur à 0.7 qui fera passer de 7,5 à 5,25 de F/D sauf erreur...
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.