• kiwi74

      Participez au plus fabuleux des rassemblements astro !!!   11/06/2018

      Venez vivre quelques jours avec les membres de votre forum favori aux Estivales de Webastro. Il vous reste quelques jours pour vous inscrire !   Pour plus de renseignements, cliquez sur le lien suivant : http://estivales.webastro.net   Si vous avez des questions, venez en discuter ici :    
roger15

1957 - 1972 : les premières années de l'astronautique.

Messages recommandés

1957 - 1972 : les premières années de l'astronautique.

 

 

Bonjour à toutes et bonjour à tous, :)

 

J'aimerais, du moins si ça vous intéresse, évoquer dans ce sujet les quinze années entre 1957 et 1972 qui ont vu les débuts puis l'apogée de l'astronautique dans le monde.

 

Mais tout d'abord, voyons les préparatifs soviétiques de la "conquête de l'espace" (bien la "conquête" et non "l'exploration" car à l'époque la sinistre "guerre froide" était hélas d'actualité) entre la fin de 1953 et le début de septembre 1957.

 

 

I) L'astronautique soviétique entre fin 1953 et début septembre 1957 :

 

 

* 1.1) fin 1953 : le vice-Premier ministre soviétique Viatchelav Malychev demande à Sergueï Korolev de concevoir un missile balistique intercontinental capable de propulser une charge thermonucléaire de 5,6 tonnes depuis le territoire soviétique sur les villes de New-York ou de Washington. A cette époque Sergueï Korolev travaillait sur des missiles R-5, lointains dérivés des V-2 allemands. Ces missiles R-5 avaient une masse au décollage de 28,6 tonnes qui ne leur permettait d'emporter qu'une charge de 1,5 tonne (représentant une charge nucléaire de 80 kilotonnes ; soit quatre fois la puissance de la bombe d'Hiroshima) à seulement 1 200 km de distance.

 

Cette demande du vice-Premier ministre soviétique survenait 3 mois après la première explosion thermonucléaire soviétique (bombe à hydrogène, dite bombe H) le 12 août 1953. La première bombe atomique soviétique (bombe A) avait explosé le 29 août 1949.

 

 

* 1.2) début 1955 : les militaires soviétiques commencent les travaux d'aménagement (jusqu'à 15 000 m³ de terre seront dégagés chaque jour) du nouveau site pour les tirs d'essais des fusées et missiles. Le lieu choisi s'appelle Tiouratam, qui est rebaptisé Baïkonour, près de Kzuk-Orda dans le Kazakhstan. Jusqu'à présent, depuis 1945 c'est à Kapustin Yar (le "trou aux choux") près de Stalingrad que korolev avait effectué tous ses tirs de fusées et missiles. Le nouveau site de Baïkonour a été choisi en plein milieu de l'URSS pour pouvoir se soustraire à l'espionnage aérien américain.

 

 

* 1.3) 30 janvier 1956 : Le gouvernement soviétique confie à Korolev la responsabilité de mettre en orbite un satellite artificiel à l’aide du missile intercontinental dont la construction vient de commencer.

 

 

* 1.4) début 1957 : le nouveau pas de tir soviétique à Baïkonour au Kazakhstan est enfin opérationnel.

 

 

* 1.5) vendredi 15 mars 1957 : A 19h05 (heure locale) a lieu le premier tir d'essai du missile intercontinental soviétique à deux étages (la R7-Sémiorka), [267 tonnes de poids au décollage, 29 m de hauteur, 20 tuyères qui développent une poussée totale de 500 tonnes] à partir de la base de Baïkonour, au Kazakhstan. Malheureusement la fusée explose après seulement 103,6 secondes de vol. :o :o :o

 

 

* 1.6) dimanche 9 juin 1957 : Deuxième tir d'essai du missile intercontinental soviétique depuis la base de Baïkonour. C'est encore un échec, dû à une fuite importante de carburant. :( :( :(

 

 

* 1.7) vendredi 12 juillet 1957 : Troisième tir d'essai du missile intercontinental soviétique depuis la base de Baïkonour. C'est toujours un échec, dû à un court circuit dans une batterie de bord. :confused: :confused: :confused:

 

 

* 1.8) mercredi 21 août 1957 : Quatrième tir d'essai du missile intercontinental soviétique depuis la base de Baïkonour. Cette fois-ci c'est enfin le succès. :be: :be: :be: A 15h25 (heure locale) le missile intercontinental soviétique à deux étages (la R7-Sémiorka) décolle impeccablement et s'oriente vers l'Est. Son ogive se détachera au large du Kamtchatka où elle sera détruite à 10 kilomètres d'altitude. Ce jour-là, pour la première fois de l'histoire, un missile balistique a été lancé. L'URSS possède l'arme absolue : un missile intercontinental capable de transporter une bombe atomique thermonucléaire !... :o :o :o

 

 

* 1.9) mardi 27 août 1957 : l'agence soviétique d'information Tass annonce enfin, avec six jours de retard, aux Soviétiques et au monde entier la nouvelle du lancement du premier missile balistique intercontinental.

 

 

* 1.10) samedi 7 septembre 1957 : Cinquième tir d'essai du missile intercontinental soviétique depuis la base de Baïkonour. C'est de nouveau le succès. :) :) :)

 

 

Voici le missile balistique intercontinental "R7-Sémiorka" avec ses 20 tuyères :

 

 

R7-32engines.jpg

 

 

 

II) Les deux exploits de l'astronautique soviétique à l'automne 1957 :

 

 

* 2.1) vendredi 4 octobre 1957 :

 

 

Ce vendredi là, à 19h 28m 34s (Temps Universel), soit à 22h 28m 34s (heure de Moscou), à l'occasion du mois du quarantième anniversaire du mardi 24 octobre 1917 en calendrier Orthodoxe [donc en calendrier Julien, soit le mardi 6 novembre 1917 en calendrier Grégorien ; la Russie révolutionnaire passera du calendrier julien au calendrier grégorien à minuit, heure locale de Moscou, la nuit du mercredi 31 janvier 1918 (julien) au jeudi 14 février 1918 (grégorien)], qui vit le parti Bolchevique prendre le pouvoir en Russie, l'Union Soviétique lança de nouveau, pour la sixième fois, depuis Baïkonour la fusée "Vostok-K", dérivée du missile intercontinental à deux étages (la R7-Sémiorka) qui, cette fois-ci emportait le premier satellite artificiel de l'histoire : Spoutnik ("compagnon" en russe). Cinq minutes et 14 secondes plus tard (à 19h 33m 48s Temps Universel - 22h 33m 48s heure de Moscou) Spoutnik est satellisé !!!... Pour la première fois de l'histoire l'homme a réussi à doter la planète Terre d'un "compagnon", un "satellite artificiel"... :be: :be: :be:

 

 

Voici Spoutnik 1 :

 

 

220px-Sputnik_asm.jpg

 

 

Spoutnik 1 mesurait 58 cm de diamètre et avait une masse de 83,6 kg. La sphère du satellite était munie de quatre antennes permettant à deux émetteurs radiophonique d'émettre des signaux dans la bande Ondes Courtes des 15 mètres (20,005 MHz) et dans la bande des 40 mètres (40,022 MHz). Au début Spoutnik 1 faisait une révolution autour de la Terre en 96,2 minutes. Sa hauteur au-dessus de la surface terrestre variait entre un minimum de 226 km et un maximum de 950 kilomètres. Son inclinaison sur l'équateur était de 65° (ça signifiait que Spoutnik 1 passait au zénith sur tous les territoires situés entre 65° de latitude Nord et 65° de latitude Sud).

 

La fusée porteuse de Spoutnik s'est consumée dans les hautes couches de l'atmosphère terrestre le dimanche 1er décembre 1957, donc après 58 jours de satellisation au cours de laquelle elle a effectué 879 révolutions autour de la Terre.

 

Quant à Spoutnik 1 lui-même, il s'est désintégré en retombant dans l'atmosphère terrestre, après 1 400 révolutions et un parcours de 70 millions de kilomètres, le samedi 4 janvier 1958. Spoutnik 1 a donc tourné autour de la Terre pendant 92 jours.

 

Bien entendu cette première spatiale de l'Union Soviétique fut ressentie par les Américains comme un véritable camouflet, ils ont alors évoqué pour la première fois un "Pearl Harbor technologique" !...

 

 

Voici la "une" de "La Pravda" du dimanche 6 octobre 1957 :



 

 

pravda_sputnik.jpg

 

 

* 2.2) dimanche 3 novembre 1957 :

 

 

Ce dimanche là, soit seulement 30 jours après le lancement de Spoutnik 1, l'Union Soviétique lance Spoutnik 2 avec le premier être vivant à partir pour l'espace, l'adorable petite chienne Laïka :

 

 

img_1193849670842.jpg

 

 

Le site Internet http://www.espace-sciences.org/archives/jsp/fiche_pagelibre_70930572.html donne les précisions suivantes sur la chienne Laïka : « Laïka était une petite chienne bâtarde d'environ trois ans et pesant environ 6 kg trouvée dans les rues de Moscou. Le personnel qui s'occupait d'elle lui avait donné plusieurs noms et surnoms, parmi lesquels « Koudryavka » (qui signifie : petite boucle ou peu bouclé »), « Zhoutchka » ou « Limontchik ». Mais comme « Koudryavka » était trop difficile à prononcer pour des non soviétiques, le choix s'est porté sur le nom Laïka. Ce mot russe signifie « aboyeur » et il est également un nom désignant des chiens bâtards ressemblant à un husky. Cet animal était extrêmement calme et d'une très grande docilité, c'est d'ailleurs pour ces raisons qu'elle avait été repérée. Son véritable pedigree est bien évidemment inconnu, mais il est quasi certain qu'il s'agisse d'un croisement entre un husky (ou autre race nordique) et un terrier. »

 

Ce même site ajoute : « Laïka fut installée dans la capsule de Spoutnik 2 le 31 octobre 1957, mais le lancement n'eut lieu que le 3 novembre 1957. Elle fut lavée soigneusement et désinfectée aux endroits où se trouvaient installées les électrodes. Laïka était sous haute surveillance ! De nombreux fils émanant de son costume devaient informer les scientifiques de son rythme cardiaque, de sa fréquence respiratoire, de ses activités motrices et de sa pression artérielle. Une caméra et un émetteur radio permettaient, au travers d'un hublot de verre, d'observer ses faits et gestes. Évidemment, d'autres instruments de mesure calculaient la température de la cabine ainsi que la pression atmosphérique. Des spectromètres évaluaient l'émission de rayons X et d'ultraviolets émis par le Soleil. »

 

Les caractéristiques techniques de Spoutnik 2 étaient les suivantes :

  • période de révolution initiale : 103,3 minutes (1h 43,3m) ;
     
  • périgée initial : 224 km ;
     
  • apogée initial : 1 670 km ;
     
  • inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 65,33° ;
     
  • masse : 508 kg.

 

Spoutnik 2 effectua 2 368 révolutions autour de la Terre en 162 jours au cours desquels il parcouru 120 millions de kilomètres. Il s'est consumé au-dessus des Antilles le lundi 14 avril 1958. Sa destruction fut fortement photographiée. Voici par exemple deux photographies prises alors de cet exceptionnel "météore" :

 

 

img_1193849796932.jpg

 

 

img_1193849834914.jpg

 

 

Et Laïka dans tout ça ? Eh bien, ce fut la plus grande erreur des communicants scientifiques soviétiques. Dans un premier temps ils firent croire aux journalistes américains - qui étaient très curieux sur le sort réservé à cette chienne - que tout avait été prévu pour la ramener saine et sauve sur Terre. Ensuite, ils durent admettre qu'en réalité rien n'avait été prévu pour cela... Mais le plus gros - et le plus scandaleux !!!... :mad: :mad: :mad: - mensonge des Soviétiques fut de cacher la fin de Laïka : ils affirmèrent qu'elle était morte après dix jours de vol spatial (ils précisèrent même que la chienne était morte par un poison mélangé à sa nourriture afin de ne pas la faire souffrir lors du retour dans l'atmosphère). En réalité - et cela ne sera révélé seulement qu'en 2002 par le docteur Dimitri Malachenkof - la pauvre Laïka est morte dès la cinquième heure du deuxième vol spatial ; les Soviétique eurent le culot de diffuser le son des battements de son cœur pour prouver qu'elle était toujours vivante plusieurs jours après sa mort !!!... :mad: :mad: :mad:

 

Permettez-moi de faire état d'un souvenir personnel : à l'époque (j'avais tout juste huit ans) j'écoutais avec attention les explications données par le journaliste scientifique de Radio-Luxembourg, Lucien Barnier, sur le vol de Laïka, et lorsque j'ai appris - sans doute au troisième ou quatrième jour de la mission - que rien n'avait été prévu par les Soviétiques pour récupérer la pauvre Laïka j'ai détesté les Soviétiques qui n'étaient que des scientifiques sans aucune parcelle de chaleur humaine au fond de leurs cœurs... Je ne fus sans doute pas le seul petit garçon à avoir été ému par le sort tragique de la pauvre chienne Laïka. :cry: :cry: :cry:

 

Pardonnez-moi ce souvenir personnel, mais ça m'a fait du bien de ressortir cela 54 ans après le vol de Spoutnik 2. ;)

 

Sinon, par rapport à Spoutnik 1, Spoutnik 2 avait un "plus" : un appareil de détection des radiations cosmiques. Seulement il n'avait point d'appareil enregistreur pour les garder en mémoire et ne faisait que de les diffuser en direct par des signaux codés que seuls les Soviétiques pouvaient interpréter. Or lorsque Spoutnik 2 survolait le territoire le l'Union Soviétique il était proche du point le moins élevé de son orbite (le périgée) à 212 km environ et alors il ne détectait aucune radiation et donc ne transmettait rien, alors que quand il était proche de son apogée (vers 1 160 km) il captait parfaitement les radiations (qu'on appellera ensuite les "ceintures de Van Allen", qui seront découvertes lors du vol du premier satellite artificiel américain "Explorer 1" lancé le 1er février 1958) et transmettait cette information par radio. Cela fut parfaitement capté en Australie et en Amérique du Sud mais les scientifiques de ces pays ne pouvaient pas les interpréter, ignorant la "clef de décodage" de ces signaux... Eh oui !... Il ne faut jamais oublier qu'on était alors en pleine "guerre froide" et que la "conquête de l'espace" en était un élément essentiel. :( :( :(

 

Deux à zéro, après les succès soviétiques de Spoutnik 1 et de Spoutnik 2 les officiels américains pressèrent donc l'US Navy d'envoyer très rapidement leur premier satellite artificiel, et en tout cas avant la fin de 1957 !… Cette pression lui fut hélas fatale…

 

 

* 2.3) vendredi 6 décembre 1957 : le lancement raté de "Vanguard 1A". L'Amérique est humiliée !...

 

Le vendredi 6 décembre 1957 allait être la journée de la revanche des États-Unis : non seulement ils allaient réussir eux aussi à envoyer un satellite artificiel, mais, certains de la fiabilité de leur technologie, ils allaient convier le monde entier à y assister (alors que les deux lancements soviétiques s'étaient effectués dans le plus grand secret, et révélés seulement dès qu'on était certain de leur succès). Et, cerise sur le gâteau, les caméras de la télévision américaine étaient invitées à diffuser ce lancement en direct depuis Cap Canaveral (Floride).

 

A 16h 44m (Temps Universel) les moteurs de la fusée emportent vers l'espace le satellite "Vanguard-1A" une sphère en aluminium de 15,2 cm de diamètre et pesant 1,36 kg. Les trois réseaux télévisés américains (ABC, CBS et NBC) diffusent en direct ce magnifique décollage. Mais, deux secondes après avoir quitté le sol et après s'être élevée d’environ un mètre et vingt centimètres, la fusée composée de trois étages perd de la poussée et commence à retomber en penchant vers l’arrière. Ayant touché violemment la rampe de lancement, les réservoirs de carburant se rompent et explosent, détruisant entièrement la fusée et endommageant gravement la rampe de lancement !… Toute l'Amérique assiste en direct à la télévision à ce désastre technologique sans précédent !… :o :o :o Les États-Unis ont été humiliés par la stupide US Navy, dont les responsables ont alors rasé les murs du Pentagone dans les jours suivants… :confused: :confused: :confused:

 

Une véritable hystérie secoue alors les États-Unis : les Russes peuvent leur envoyer des fusées porteuses de bombes atomiques et eux se révèlent incapables d'envoyer une fusée à plus de deux mètres de hauteur !…

:o :o :o

 

Le seul gagnant de ce désastre fut le satellite Vanguard-1A lui-même : éjecté de la fusée lors de l'explosion, sa coque a bien résisté et ses émetteurs ont bien fonctionné !… ;) L'émotion causée par cet échec aux États-Unis sera telle que la presse américaine la comparera une deuxième fois à Pearl Harbor… :( :( :(

 

L'Américain le plus vexé par cet échec fut bien sûr le Président des États-Unis Dwigth David Eisenhower. Quatre jours après ce nouveau Pearl Harbor technologique, le mardi 10 décembre 1957 il ordonna au ministre de la défense de lever immédiatement l'embargo qui frappait l'équipe de Wernher von Braun et de lui donner l'ordre de procéder le plus vite possible au lancement d'un satellite artificiel américain.

 

 

Voici deux vidéos, avec des commentaires américains, de ce lancement raté : d'abord une vidéo en noir et blanc, puis une vidéo en couleur.

 

 

"http://www.youtube.com/watch?v=JK6a6Hkp94o&feature=player_embedded" via YouTube
ERROR: Si vous lisez ce texte, YouTube est hors-ligne ou vous n'avez pas installe Flash

 

 

"http://www.youtube.com/watch?v=zVeFkakURXM&feature=related" via YouTube
ERROR: Si vous lisez ce texte, YouTube est hors-ligne ou vous n'avez pas installe Flash

 

 

L'année 1958 verrait-elle la revanche des États-Unis ? :?: :?: :?:

 

Roger le Cantalien. :rolleyes:

Modifié par roger15
rectification d'une faute de frappe...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Roger pour cet excellent article extrêmement intéressant et fort bien documenté. J'attends la suite avec grande impatience ;).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Holàlà, le bide du lancement de Vanguard 1A. :D

 

En plus, ça ne pouvait pas être plus ridicule: un petit pet, le lanceur qui s'élève à peine, et qui retombe comme une pauvre crotte.:be:

 

Ce vendredi là, à 19h 28m 34s (Temps Universel), soit à 22h 28m 34s (heure de Moscou), à l'occasion du mois du quarantième anniversaire du mardi 24 octobre 1917 en calendrier Orthodoxe

 

Quelle précision.:be:

 

Dans un premier temps ils firent croire aux journalistes américains - qui étaient très curieux sur le sort réservé à cette chienne - que tout avait été prévu pour la ramener saine et sauve sur Terre. Ensuite, ils durent admettre qu'en réalité rien n'avait été prévu pour cela... Mais le plus gros - et le plus scandaleux !!!... - mensonge des Soviétiques fut de cacher la fin de Laïka : ils affirmèrent qu'elle était morte après dix jours de vol spatial (ils précisèrent même que la chienne était morte par un poison mélangé à sa nourriture afin de ne pas la faire souffrir lors du retour dans l'atmosphère). En réalité - et cela ne sera révélé seulement qu'en 2002 par le docteur Dimitri Malachenkof - la pauvre Laïka est morte dès la cinquième heure du deuxième vol spatial ; les Soviétique eurent le culot de diffuser le son des battements de son cœur pour prouver qu'elle était toujours vivante plusieurs jours après sa mort !!!...

 

Permettez-moi de faire état d'un souvenir personnel : à l'époque (j'avais tout juste huit ans) j'écoutais avec attention les explications données par le journaliste scientifique de Radio-Luxembourg, Lucien Barnier, sur le vol de Laïka, et lorsque j'ai appris - sans doute au troisième ou quatrième jour de la mission - que rien n'avait été prévu par les Soviétiques pour récupérer la pauvre Laïka j'ai détesté les Soviétiques qui n'étaient que des scientifiques sans aucune parcelle de chaleur humaine au fond de leurs cœurs...

 

+1.

 

Dans son malheur, cette pauvre bête a eu "la chance" de mourir rapidement (quelle est la vraie cause d'ailleurs?)

 

Imagine qu'elle ait survécu plusieurs jours, prisonnière de sa combinaison, bardée de capteurs, ne pouvant pas bouger, s'alimenter ou boire correctement... :( Horrible rien que d'y penser.

 

Je ne fus sans doute pas le seul petit garçon à avoir été ému par le sort tragique de la pauvre chienne Laïka.

 

Pardonnez-moi ce souvenir personnel, mais ça m'a fait du bien de ressortir cela 54 ans après le vol de Spoutnik 2.

 

Bah, encore aujourd'hui, une pauvre bête innocente qui ne comprenait pas ce qu'on lui faisait... Et le personnel qui s'est occupée de l'animal, avec certainement un attachement de la petite chienne pour ses maîtres, et ces derniers qui l'envoient à une mort certaine... horrible derechef.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore un bel article à ton crédit Roger :). Oui, on attend la suite ! Que va-t-il se passer ?? ;)

 

Pour cette pauvre petite chienne Laïka, je crois qu'elle est morte de chaleur. Toute mort est dramatique, mais de plus cette chienne avait une bonne petite bouille ! :confused:

 

Une chose m'étonne ; depuis la chute du mur de Berlin, énormément d'archives secrêtes soviétiques ont été dévoilées. Laïka était on le sait maintenant grace à ton excellent article Roger, filmée à travers un petit hublot. En visionnant les images, on saurait comment elle trouva la mort.

Modifié par Will

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Toute mort est dramatique, mais de plus cette chienne avait une bonne petite bouille ! :confused:

 

Plus un être est beau, plus sa mort est dramatique ?... Bon, c'est sûr moi aussi je préfère voir une araignée crever plutôt qu'une petite chienne, mais quand même il me semble que ce point de vue n'est pas très... égalitaire :-_-:.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

T'as pas tout compris le sens de ce que j'ai dit Kef ! ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

j'étais écolier, et de ce 4 octobre 57 je m'en rappelle encore ( si, si, sans déc.......):)

 

depuis, je n'ai pas cessé d'être passionné pour tout ( ou presque) ce qui parle du ciel.

 

Merci Roger ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Julie Charland

Encore bravo Roger,:1010:

Tu comptes t'arrêter en 1972, donc sans doute avec la sonde Pionner 10?

Mais il nous faudra un autre poste après parce qu'il y a tellement à dire:wub:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci à toutes et à tous pour vos commentaires. :)

 

Tu comptes t'arrêter en 1972, donc sans doute avec la sonde Pionner 10 ?

Julie : j'ai choisi comme terme de ce sujet l'année 1972 parce que c'est à la fin de l'année, avec le retour sur Terre (ou plutôt dans l'Océan Pacifique !... ;) ) de la mission lunaire Apollo 17 le mardi 19 décembre 1972 (6ème et dernière mission à avoir permis à deux astronautes de fouler le sol de notre satellite), que l'astronautique a cessé de me passionner comme durant les quinze années qui venaient de s'écouler. :confused:

 

D'ailleurs, une petite confidence : j'ai regretté qu'à partir de décembre 1968, avec l'extraordinaire mission Apollo 8, l'Union Soviétique ait abandonné aux Américains la "course à la Lune"... :(

 

Roger le Cantalien. ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Julie Charland

Bonjour Roger,

je me souviens lorsque j'étais aux études secondaires (1984 à 1989) que la guerre froide nous faisait peur. Le Canada est situé géographiquement juste entre les USA et l'URSS. Alors, ça me faisait peur un peu ces histoires de guerre froide et de course à l'armement nucléaire. Mon coeur penchait évidemment du côté des USA vivant juste à côté.

 

J'ai toujours trouvé cette guerre idiote. Les deux superpuissances auraient du s'unir pour la science et pour d'autres causes qui me tenaient à coeur plutôt que de se diviser. Ne dit-on pas que l'union fait la force?

 

Je t'offre ce lien sur la course vers l'espace. On y parle aussi de la guerre froide.

http://www.guerrefroide.net/pages/espace

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Julie Charland

re-bonjour Roger,:)

 

Juste pour dire qu'avant 1957, il y a eu la Chine qui a inventé les premières fusées au XIII siècles. Elles servaient d'armes mais il s'agit bel et bien des premières fusées même si le but de leur création n'avait rien à voir avec l'exploration spatial.:p (je te taquine)

 

Et il ne faudrait pas oublier non plus celui qui a lancé la toute première fusée en 1926. Il s'agit, bien sur, de l'Américain Robert Goddard. Sa fusée à ergol liquide a toute son importance dans la conquête de l'espace;)

 

Bon, je te laisse continuer:cool:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Excellent nouvel article de Roger, j'attends moi aussi la suite avec impatience. C'est absolument passionnant, d'autant que je connais mal cette période.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Juste pour dire qu'avant 1957, il y a eu la Chine qui a inventé les premières fusées au XIII siècle. Elles servaient d'armes mais il s'agit bel et bien des premières fusées même si le but de leur création n'avait rien à voir avec l'exploration spatial.:p (je te taquine)

Bonjour Ma Chère Julie, :)

 

Certes, j'aurai pu faire la "préhistoire" de l'astronautique. A cet effet le très volumineux (401 pages) et très lourd (2,5 kg :o :o :o ) livre "Le Grand Atlas de l'Espace" paru aux éditions Universalis en 1989 sous la responsabilité de Jean-Claude Falque indique à la page 12 : « Des flèches à feu propulsées par des fusées firent preuve de leur efficacité à la bataille de Kaifeng (appelé alors Bianjiing) en 1232. Une relation de ces faits de guerre est donnée par le père Antoine Gaubil dans son "Histoire de Gentchiscan [Gengis-kkan] et de toute la dynastie de Mongous, ses successeurs, coquérants de la Chine" (1739). Cinq ans après la mort de Gengis-khan en 1227, la ville de Kaifeng, située au sud du fleuve Jaune, est assiégée par des hordes mongoles. Le gouverneur de la ville, Jiangiin, organise la défense depuis le palais de Longdegong. Sa stratégie permet aux défenseurs de résister pendant de longs mois aux assauts d'au moins trente mille agresseurs. Les Mongols se retirent, se regroupent et déclenchent une nouvelle offensive. Selon le père Gaubil, c'est à ce moment qu'apparurent les fusées. Les Chinois mirent en œuvre une nouvelle arme dont l'effet sur les Mongols fut considérable : « Quand on mettait le feu, cela faisait un bruit semblable à celui du tonnerre, et s'entendait de cent li (environ cinq lieues). L'endroit où elle tombait se trouvait brûlé et le feu s'étendait à plus de deux mille pieds... » Un autre missionnaire, le père Joseph-Anne-Marie de Moyria de Maillac, écrit, dans le volume IX de son Histoire générale de la Chine (publiée entre 1777 et 1784), traduction des annales chinoises Tongiangangmu, œuvre collective rédigée sur une très longue période (du XIe au XVIIe siècle) : « De plus, les assiégés avaient à leur disposition des flèches à feu volant (fei-ho-tsiang). » Une fois allumées, elles décollaient rapidement, décrivaient une trajectoire tendue et, au point d'impact, mettaient le feu sur une étendue de dix pas.

Dans la seconde moitié du XIIIe siècle, les Mongols vont propager l'invention chinoise, ils attaquent les peuples en adoptant et perfectionnant rapidement les fusées. Il en est ainsi du Japon, de la Corée, des Indes... Les Arabes semblent avoir pris connaissance des fusées lors de la prise de Bagdad par les Mongols en 1258. »

 

Voilà, Julie : tu sauras que c'est exactement en 1232 que les fusées chinoises ont été utilisées pour la première fois. ;)

 

Un peu plus loin, l'ouvrage que je cite indique que Jeanne d'Arc se servit de fusées contre les Anglais pour repousser le siège qu'ils menaient contre la ville d'Orléans (la dernière grande ville française qui leur résistait encore) le dimanche 8 mai 1429. Jean d'Orléans, comte de Dunois, Grand Chambellan de France, se servit également de fusées contre les Anglais lors de la décisive bataille de Formigny le mercredi 15 avril 1450. Les Anglais y furent vaincus et furent contraints d'évacuer toute la partie Nord de la France. :be: :be: :be:

 

Roger le Cantalien. :rolleyes:

Modifié par roger15
rectification d'une erreur de frappe....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Et il ne faudrait pas oublier non plus celui qui a lancé la toute première fusée en 1926. Il s'agit, bien sur, de l'Américain Robert Goddard. Sa fusée à ergol liquide a toute son importance dans la conquête de l'espace;)

 

Puisqu'on parle des précurseurs de l'astronautique, n'oublions pas d'en citer trois autres :

 

  • Konstantin Tsiolkovski, le véritable père de l'astronautique qui a le premier établi les équations qui régissent le mouvement d'une fusée.
     
  • Hermann Oberth, qui démontra en 1923, à travers une étude scientifique, que le vol spatial est possible.
     
  • Robert Esnault-Pelterie qui prononça en 1927 un discours très remarqué : L'exploration par fusées de la très haute atmosphère et la possiblité des voyages interplanétaires et qui publia trois ans plus tard un ouvrage intitulé L'astronautique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Julie Charland

Roger,

Très bien raconté, j'adore!:wub:

Mais il ne faut pas passer à côté de Robert Goddard;)

 

Kef,

Wow!

Je vais lire

merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Puisqu'on parle des précurseurs de l'astronautique, n'oublions pas d'en citer trois autres :

 

  • Konstantin Tsiolkovski, le véritable père de l'astronautique qui a le premier établi les équations qui régissent le mouvement d'une fusée.
     
  • Hermann Oberth, qui démontra en 1923, à travers une étude scientifique, que le vol spatial est possible.
     
  • Robert Esnault-Pelterie qui prononça en 1927 un discours très remarqué : L'exploration par fusées de la très haute atmosphère et la possibilité des voyages interplanétaires et qui publia trois ans plus tard un ouvrage intitulé L'astronautique.

Bonjour Kef, :)

 

Certes, tu cites trois pionniers essentiels dans les débuts de l'astronautique, mais il y a un grand vulgarisateur de l'astronautique qu'il ne faut pas passer sous silence (hélas, il est assez peu connu... au point que Wikipédia ne le mentionne même pas !!!... :cry: :cry: :cry: ) : le professeur Alexandre Ananoff (1910 - 1992) qui publia en 1950 un remarquable ouvrage intitulé sobrement "Astronautique"

 

 

60673298_p.jpg

 

 

Voici, grâce à l'INA (Institut National de l'Audiovisuel), ce que ce grand spécialiste de l'astronautique disait à propos du lancement du premier satellite artificiel le mercredi 9 octobre 1957 (donc seulement cinq jours après la mise sur orbite de Spoutnik 1) sur l'unique chaîne, noir et blanc, de la télévision française : http://www.ina.fr/media/entretiens/video/I05165238/alexandre-anatoff-l-astronautique-au-service-de-la-paix.fr.html.

 

Mais, il faut surtout écouter cet extraordinaire lien audio de l'INA qui reproduit l'émission diffusée sur la "chaîne nationale" de la radiodiffusion française (la future chaîne de radiodiffusion "France III nationale" puis "France Culture") le mercredi 12 novembre 1947 sur le thème "Le voyage interplanétaire est-il possible ?". Cette discussion, menée par Paul Guimard, réunit les intervenants suivants : Gérard Lefèvre (de la revue "Science et avenir"), Albert Ducrocq (professeur de physique électrique), Georges Jabert (médecin), André Cléry (rédacteur scientifique du quotidien "France Libre"), et Alexandre Ananoff (directeur de la section astronomique des aéroclubs de France) : http://www.ina.fr/economie-et-societe/justice-et-faits-divers/audio/PHD85011484/le-voyage-interplanetaire-est-il-possible.fr.html. C'est assez long (17 minutes et 18 secondes), mais c'est essentiel pour comprendre comment on voyait les voyages interplanétaires dix ans avant Spoutnik 1. :)

 

 

Pour moi, le nom d'Alexandre Ananoff restera pour toujours associé à la merveilleuse soirée du dimanche 20 juillet 1969. Voir ce que j'en ai dit sur Webastro : http://www.webastro.net/forum/showthread.php?t=48645.

 

Je vais vous raconter comment j'ai vécu cette nuit historique.

 

Le dimanche 20 juillet 1969, à partir de 19 heures (heure française, soit 18 heures Temps Universel), la station de radio Europe n°1 avait décidé de faire une émission exceptionnelle pour cet événement, avec surtout la participation d'Albert Ducrocq, son célèbre chroniqueur scientifique.

 

Ah, Albert Ducrocq !!!… :be: :be: :be: Que de merveilleux souvenirs à l'écouter sur Europe n°1 nous expliquer inlassablement, avec sa fougue habituelle, pourquoi tel vol habité ou telle mission spatiale était tellement importants. :D

 

Et lors de cette fameuse nuit historique du dimanche 20 au lundi 21 juillet 1969 je regardais les images transmises par la première chaîne de la télévision française, en ayant coupé le son, et écoutais en même temps sur mon poste de radio à transistor les explications passionnantes de ce cher Albert…

 

Et, au commencement de son émission spéciale, Albert Ducrocq a tenu à rendre hommage solennel au professeur Alexandre Ananoff (dont j'avoue à ma grande honte que j'ignorais alors même l'existence...) en lui rendant un hommage appuyé : « Professeur Ananoff, ce que nous allons vivre cette nuit, c'est en grande partie à vous que nous le devons !... »

 

 

Roger le Cantalien. :rolleyes:

Modifié par roger15
rectification d'un passage suite à la remarque très judicieuse de Christel au message #25.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

1958 : les États-Unis à la traîne de l'URSS.

 

 

En 1958 les États-Unis entrent enfin en piste mais leur astronautique est très en retard sur celle de l'Union Soviétiques.

 

 

* 1.1) vendredi 31 janvier 1958 : Le premier satellite artificiel américain, Explorer 1, est lancé avec succès à 22h48 (heure de la Côte Est des États-Unis, soit 03h48 Temps Universel le samedi 1er février 1958) depuis Cap Canaveral par une fusée Jupiter C, développée par une équipe de l'U.S. Army dirigée par Wernher von Braun. Explorer 1, d'une masse de 13,9 kg, découvrira les ceintures les ceintures de radiation de Van Allen.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Explorer 1 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 114,3 minutes (1h 54,3m) ;

* périgée initial : 354 km ;

* apogée initial : 2 555 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 33,2°

* masse : 14,0 kg.

 

 

Explorer 1 cessa de transmettre des données par radio le vendredi 23 mai 1958 (donc après 113 jours de vol) ses batteries étant épuisées. Mais ce premier satellite artificiel américain continua à tourner autour de la Terre pendant douze ans et deux mois puisqu'il qu'il s'est consumé dans l'atmosphère terrestre le mardi 31 mars 1970 au-dessus de l'Océan Pacifique.

 

Explorer 1 est resté surtout célèbre pour avoir permis de découvrir les ceintures de radiations cosmiques autour de la Terre dite "ceintures de Van Allen" mises en évidence par James Alfred Van Allen, professeur à l'Université de l'Iowa, qui avait demandé à l'US Army d'embarquer un compteur Geiger à bord d'Explorer 1.

 

Explorer 1 a également permis aux Américains de prendre à leur tour leur place dans la course à l'espace.

 

 

Voici Explorer 1 :

 

 

290px-Explorer1.jpg

 

 

* Mardi 3 février 1958 : L'URSS essuie un échec lors de sa première tentative de lancement de Spoutnik 3. La première tentative de mise en orbite de Spoutnik 3 échoua car un des boosters tomba en panne et le lanceur s'écrasa 88 secondes après le lancement, après s'être élevé d'une douzaine de kilomètres. Le problème c'est que, certains de la fiabilité de leur fusée de lancement des satellites après les succès des deux premiers Spoutnik les Soviétiques avaient annoncé à l'avance ce troisième lancement d'un satellite et même convié certains journalistes russes et étrangers à venir y assister. Furieuse de cet échec devant témoins l'Union Soviétique reviendra définitivement au secret des lancements vers l'espace : désormais plus aucun lancement ne sera annoncé à l'avance... :( :( :(La première tentative de lancement de Spoutnik 3 sera officiellement le seul échec astronautique soviétique. ;)

 

* Mercredi 5 février 1958 : Le satellite américain Vanguard 1B de l'US Navy est détruit à Cap Canaveral dans l'explosion du lanceur Vanguard TV-3BU.

 

* Mercedi 5 mars 1958 : Le satellite américain Explorer 2 de l'US Army ne peut être placé sur orbite à la suite d'une défaillance du quatrième étage du lanceur Jupiter C.

 

* Lundi 17 mars 1958 : Le satellite américain Vanguard 1C (études géodésiques) de l'US Navy est placé sur orbite par un lanceur Vanguard TV-4. C'est enfin le succès, à la troisième tentative, pour un satellite Vanguard.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Vanguard 1 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 134,2 minutes (2h 14,3m) ;

* périgée initial : 654 km ;

* apogée initial : 3 965 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 34,3°

* masse : 1,5 kg.

 

Sa durée de vie est d'environ 240 ans, donc il devrait cesser de tourner autour de la Terre vers 2198 !!!... C'est à l'heure actuelle le plus ancien satellite en orbite terrestre. Au départ sa durée de vie était même estimée à 2 000 ans, mais à cause des tempêtes solaires l'augmentation de la densité des hautes couches atmosphériques a ralenti le satellite et a fortement baissé son altitude moyenne, et donc réduit son espérance de durée de satellisation.

 

Vanguard 1 était équipé de deux émetteurs radio : un premier émetteur d'une puissance de 10 milliwatts (fréquence : 108 MHz) alimenté par une batterie au mercure et un second émetteur de 5 milliwatts alimenté par six batteries solaires. Le premier émetteur a cessé d'émettre en juin 1958 et le second en mai 1964. Depuis lors ce satellite est suivi par les radars du Norad (North American Aerospace Defense Command ou Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord).

 

 

Voici Vanguard 1 :



 

 

290px-Vanguard1.jpg

 

 

* Mercredi 26 mars 1958 : Le satellite américain Explorer 3 de l'US Army est placé avec succès sur orbite par un lanceur Jupiter C.

 

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Explorer 3 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 115,x minutes (1h 55,3m) ;

* périgée initial : 187 km ;

* apogée initial : 2 800 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 33,3°

* masse : 14,1 kg.

 

Explorer 3 devait étudier les particules énergétiques dans l'espace.

 

Explorer 3 est retombé dans l'atmosphère terrestre le samedi 28 juin 1958.

 

* Lundi 28 avril 1958 : Le satellite américain Vanguard 2A de l'US Navy ne peut être placé sur orbite à la suite de la défaillance du troisième étage du lanceur Vanguard TV5.

 

 

* Jeudi 15 mai 1958 : L'URSS place sur orbite Spoutnik 3, d'une masse considérable pour l'époque de 1 327 kilogrammes !!!... :o :o :o D'ailleurs, dans la presse de l'époque on l'a appelé d'abord "le grand satellite".

 

L'échec de la première tentative de lancement de Spoutnik 3, le 3 février 1958, était lavé brillamment trois mois et demi plus tard. ;)

 

Plus qu'un simple satellite Spoutnik 3 était un véritable observatoire scientifique automatique, doté de douze instruments différents. Ces instruments devaient fournir des informations sur la densité de la haute atmosphère, les rayons cosmiques, les rayonnements solaires, la présence de particules de haute énergie et de micrométéorites. Mais l'objectif principal de la mission Spoutnik 3 était l'étude des ceintures de radiations cosmiques (les "ceintures de Van Allen"), découvertes peu de temps avant par le premier satellite américain Explorer 1.

 

Spoutnik 3 a également permis de mieux cerner la nature de l'ionosphère et des phénomènes dits "aurores polaires".

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Spoutnik 3 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 106,0 minutes (1h 46,0m) ;

* périgée initial : 226 km ;

* apogée initial : 1 879 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 65,2°

* masse : 1 327,0 kg.

 

Spoutnik 3 s'est désintégré (apparemment sans causer de dommages au sol, malgré son poids considérable pour l'époque) dans la haute atmosphère terrestre le mercredi 6 avril 1960.

 

 

Voici Spoutnik 3 :

 

 

44009736_p.jpg

 

 

Permettez-moi de rappeler ici un autre souvenir personnel, concernant Spoutnik 3, que j'ai déjà évoqué sur Webastro : http://www.webastro.net/forum/showthread.php?t=33005 (message #18).

 

 

* Mardi 27 mai 1958 : Le satellite américain Vanguard 2B de l'US Navy ne peut être placé sur orbite à la suite de la défaillance de son lanceur Vanguard SLV-1.

 

* Jeudi 26 juin 1958 : Le satellite américain Vanguard 2C de l'US Navy ne peut être placé sur orbite à la suite de la défaillance de son lanceur Vanguard SLV-2.

 

* Samedi 26 juillet 1958 : Le satellite américain Explorer 4 (étude des radiations Argus) de l'US Army est placé avec succès sur orbite par un lanceur Jupiter C.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Explorer 4 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 110,2 minutes (1h 46,0m) ;

* périgée initial : 262 km ;

* apogée initial : 2 210 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 50,3°

* masse : 1 327,0 kg.

 

La mission confiée au satellite américain Explorer 4 fut l'étude des particules énergétiques émises lors d'essais nucléaires dans l'espace (l'opération ultra-secrète "Argus" ; voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Argus).

 

Explorer 4 est retombé dans l'atmosphère terrestre le jeudi 22 octobre 1959.

 

* Mardi 29 juillet 1958 : Dwight David Eisenhower, 34ème Président des États-Unis, signe la loi instituant l'agence gouvernementale National Aeronautics and Space Administration (NASA). Dorénavant, l'US Navy, l'US Army et l'US Air-Force devront transférer toutes leurs activités spatiale à cette nouvelle NASA.

 

* Dimanche 17 août 1958 : Échec au lancement d'une sonde américaine lunaire Pioneer (Pioneer 0, d'un poids de 84 kg), par la fusée Thor Able 1. La fusée a explosé à 16 km d’altitude. C'était la première tentative de l'histoire d'un tir vers la Lune.

 

 

* Dimanche 24 août 1958 : Échec au lancement du satellite américain Explorer 5 de l'US Army.

 

 

* Vendredi 26 septembre 1958 : Le satellite américain Vanguard 2D de l'US Navy ne peut être placé sur orbite à la suite de la défaillance de son lanceur Vanguard SLV-3.

 

 

* Samedi 11 octobre 1958 : Lancement réussi de la sonde américaine lunaire Pioneer 1, d'un poids de 84 kg, par la fusée Thor Able 2. Cette sonde retombe le lundi 13 octobre 1958 sur la Terre, dans le Pacifique sud, après s'en être éloignée à 113 830 km. C'était la deuxième tentative de l'histoire d'un tir vers la Lune.

 

 

Voici la sonde interplanétaire Pioneer 1 :

 

 

290px-Pioneer_able.png

 

 

* Samedi 8 novembre 1958 : Échec au lancement de la sonde lunaire américaine Pioneer 2, d'un poids de 39 kg, par la fusée Thor Able 3. Cette sonde retombe sur la Terre, en Afrique centrale, après s'en être éloignée à seulement 1 550 km. C'était la troisième tentative de l'histoire d'un tir vers la Lune.

 

 

* Samedi 6 décembre 1958 : Lancement réussi de la sonde américaine lunaire Pioneer 3, d’un poids de 6 kg, par la fusée Juno 2. Cette sonde retombe sur la Terre le dimanche 7 décembre 1958, également en Afrique centrale, après s'en être éloignée à 108 700 km. C'était la quatrième tentative de l’histoire d'un tir vers la Lune.

 

Source principale utilisée : le livre "L'exploration de l'espace" par Kenneth Gatland, encyclopédie Bordas, février 1986 ; complété par l'excellent article de Jean Meeus "Astronautique 1957-1960" paru dans la revue astronomique belge francophone "Ciel et Terre" de 1960 aux pages 291 à 316 (http://articles.adsabs.harvard.edu/cgi-bin/nph-iarticle_query?1960C%26T....76..291M&data_type=PDF_HIGH&whole_paper=YES&type=PRINTER&filetype=.pdf).

 

Roger le Cantalien. :rolleyes:

Modifié par roger15

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour l'article ;)

 

Quand a Leika ce n'est ni le premier ni le dernier animal de laboratoire qui sera mort pour faire progresser la science ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir Roger,

Tu n'as jamais songé à faire publier tes articles dans Astronomie Magazine par exemple?

Il me semble qu'ils seraient preneurs de telles narrations...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bonsoir Roger,

Tu n'as jamais songé à faire publier tes articles dans Astronomie Magazine par exemple?

Il me semble qu'ils seraient preneurs de telles narrations...

Bonjour Fiontus, :)

 

Non, je préfère présenter les quinze premières années de l'astronautique entre 1957 et 1972 selon ma manière qui ne serait sans doute pas celle que voudrait une revue telle que "Astronomie Magazine".

 

Je rédige un tel sujet uniquement pour les Webastrams et cela me suffit amplement. ;)

 

Roger le Cantalien. :rolleyes:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Roger :),

 

Tu as entièrement raison. Il vaut mieux raconter tes histoires à la sauce :be: Roger (excellente :D) que de proposer tes sujets à n'importe quelle revue.

 

Partout, ce serait la même chose, pas vraiment censure, mais relooking :be:, rewriting :be:, suppression du non-indispensable :be:.

 

L'avantage d'un forum comme webastro, c'est que tu peux raconter tes sujets de la manière qui te plaît :p, avec ton style :p et les documents qui te paraissent les meilleurs. Quand on publie des photos ou des figures dans une revue, il faut pleurnicher pour avoir "l'autorisation" de les publier, même si on précise bien la nature du cliché ou de la figure. Internet s'est débarrassé de cette obligation, et c'est une très bonne chose. Cela n'enlève en rien la paternité du cliché ou de la figure à celui qui est est l'auteur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Mon Cher Whiston. :be: :be: :be:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Quand on publie des photos ou des figures dans une revue, il faut pleurnicher pour avoir "l'autorisation" de les publier, même si on précise bien la nature du cliché ou de la figure. Internet s'est débarrassé de cette obligation, et c'est une très bonne chose. Cela n'enlève en rien la paternité du cliché ou de la figure à celui qui est est l'auteur.

 

pas tout à fait, les droits existent aussi sur le net, du moins chez nous... mais c'est un autre sujet qui n'a rien à faire ici :)

 

par contre Tsiolkovski n'était un "pionner de la vulgarisation de l'astronomie" mais bien un des pères fondateurs de l'astronautique russe... c'est pas pareil :p7

 

et il y a eu aussi côté américain Robert Goddard qui fit une fusée à essence et à oxygène liquide... qui effectua un vol libre le 16 mars 1926

Modifié par christel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Merci pour ce post Roger.

 

Sur ce sujet, je suis comme les enfants, je connais la trame de l'histoire mais j'adore l'entendre à nouveau ! Cela dit, avec tous les détails que tu mentionnes on ne peut qu'en apprendre davantage à chaque fois !

 

En clin d'oeil, une de mes vieilleries déjà postée :

 

Crédit Paris Match N°449 du 16 nov 57 - Manif de chiens devant l'ONU contre Spoutnik II (Vol de Laïka)

 

3743463271_6f913ce80f.jpg

 

Jeannot

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

1959 : l'Union Soviétique se lance à son tour dans la "course à la Lune".

 

 

Nous avons vu qu'en 1958 les États-Unis avec les deux sondes Pioneer 1 lancée le 11 octobre 1958 et Pioneer 2 lancée le 6 décembre 1958 ne se sont plus contentés de satelliser des engins autour de la Terre mais ont affiché leur désir d'atteindre l'environnement lunaire. L'URSS va s'engager également dans cette voie en 1959 et atteindre des résultats considérables, bien supérieurs à ceux des Américains.

 

 

* Vendredi 2 janvier 1959 : Lancement réussi à 16h41 (Temps Universel) de la sonde soviétique lunaire Lunik 1, d'un poids de 1 472 kg (dont 361 kg d'instruments), par la fusée à trois étages A 1. Cette sonde, après 34 heures de trajet, passe à seulement 5 995 km du sol de la Lune le dimanche 4 janvier 1959 à 3 heures (TU), avant de s’engager dans une orbite solaire. Lunik 1 est donc devenue la première planète artificielle du système solaire. C’était la cinquième tentative de l’histoire d’un tir vers la Lune. La planète artificielle Lunik 1 devint alors “Mechta” (le rêve). :)

 

On ignore ce qu'est devenue Lunik 1 : tourne t'elle toujours autour du Soleil ? S'est-elle écrasée sur la Lune ou contre un astéroïde proche de la Terre ? La retrouvera t'on un jour ? Nul ne le sait... :?:

 

 

Voici Lunik 1 :

 

290px-Luna_1.jpg

 

 

Un petit point d'appellation : de nombreux sites Internet et même de livres modernes sur l'astronautique nomment cette sonde lunaire "Luna 1". C'est totalement anachronique !... :mad: :mad: :mad: Le nom dans les médias français et dans les publications scientifiques francophones des trois premières sondes lunaires soviétiques, en 1959, fut "Lunik" : "Lunik 1", "Lunik 2" et "Lunik 3". Ensuite, à partir de la quatrième sonde on a commencé à parler de "Lunik 4" et "Luna 4" indifféremment et ceci jusqu'à la sixième sonde lunaire soviétique "Lunik 6" ou "Luna 6". Ce n'est qu'à partir de la septième sonde lunaire soviétique que tout le monde en France s'est rallié à l'appellation "Luna" avec "Luna 7" (en octobre 1965).

 

Voici par exemple l'article de l'Astronomie (la revue mensuelle de la Société Astronomique de France) de janvier 1960: "Au-delà des satellites Pionniers et Luniks" (http://articles.adsabs.harvard.edu/cgi-bin/nph-iarticle_query?1960LAstr..74....1C&data_type=PDF_HIGH&whole_paper=YES&type=PRINTER&filetype=.pdf) et surtout l'article (très documenté) de Paul Muller (1910-2000) astronome à l'Observatoire de Meudon, le spécialiste de l'astronautique à la SAF dont il était alors Vice-Président, paru dans l'Astronomie de février 1960 "Au-delà des satellites Pionniers et Luniks (Suite)" : http://articles.adsabs.harvard.edu/cgi-bin/nph-iarticle_query?1960LAstr..74...49M&data_type=PDF_HIGH&whole_paper=YES&type=PRINTER&filetype=.pdf

 

 

* Mardi 17 février 1959 : Le satellite météorologique américain Vanguard 2 est placé sur orbite à 16h05 (Temps Universel). C'est donc le premier satellite météorologique. C'est seulement le deuxième succès, en huit tentatives, pour un satellite Vanguard, de l'US Navy.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Vanguard 2 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 125,7 minutes (2h 05,7m) ;

* périgée initial : 558 km ;

* apogée initial : 3 320 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 32,9° ;

* masse : 9,7 kg.

 

Le satellite Vanguard 2 tourne toujours autour de la Terre, sa période de vie est estimée à 300 ans.

 

 

Voici Vanguard 2 :



 

 

p12-225.jpg

 

 

* Samedi 28 février 1959 : Le satellite-espion américain Discoverer 1 est lancé depuis la base militaire de l'US Air Force de Vandenberg en Californie (jusqu'ici tous les engins spatiaux avaient été lancés depuis la base de Cap Canaveral en Floride) et placé sur une orbite polaire, c'est-à-dire qu'il peut survoler au zénith tous les endroits de la Terre (URSS et Chine en priorité) et les photographier. C'est donc le tout premier satellite militaire espion. Il pouvait photographier des objets avec une résolution de 7,50 mètres. Les photographies prises par ce satellite étaient retournées sur Terre dans une capsule, appelée "buckets", conçue pour endurer la chaleur de rentrée dans l'atmosphère terrestre et déployer un parachute à une altitude d'environ 18 000 mètres. La capsule était alors récupérée en vol au-dessus de l'Océan Pacifique près des îles Hawaï par des avions conçus spécialement à cet effet. Par prudence, cette capsule était programmée pour couler après quelques jours pour éviter d'être récupérée par d'autres nations éventuellement hostiles en cas de dysfonctionnement.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Discoverer 1 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 95,5 minutes (1h 35,5m) ;

* périgée initial : 280 km ;

* apogée initial : 830 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 90° ;

* masse : 500 kg.

 

Discoverer 1 est retombé dans l'atmosphère terrestre le mardi 17 mars 1959.

 

 

* Mardi 3 mars 1959 : Lancement réussi à 17h11 (Temps Universel) de la sonde américaine lunaire Pioneer 4. Cette sonde, d'un poids de 6,1 kg, est passée à 60 500 km de la Lune quatre jours après son lancement avant de s'engager dans une orbite solaire. Pioneer 4 est donc devenue la deuxième planète artificielle du système solaire. C'était la sixième tentative de l'histoire d'un tir vers la Lune.

 

 

* Jeudi 2 avril 1959 : la NASA (créée le 29 juillet 1958) sélectionne sept "astronautes" pour le futur programme spatial habité "MERCURY" :

 

  • Alan Shepard Junior (de l'US Navy) [futur astronaute du premier vol suborbital Mercury 3 le vendredi 5 mai 1961] ;
  • Virgil Grissom (de l'US Air-Force) [futur astronaute du second vol suborbital Mercury 4 le vendredi 21 juillet 1961] ;
  • John Glenn (des Marines) [futur astronaute du premier vol orbital américain Mercury 6 (3 orbites terrestres) le mardi 20 février 1962] ;
  • Scott Carpenter (de l'US Navy) [futur astronaute du deuxième vol orbital américain Mercury 7 (3 orbites terrestres également) le jeudi 24 mai 1962] ;
  • Walter Schirra Junior (de l'US Navy) [futur astronaute du troisième vol orbital américain Mercury 8 (6 orbites terrestres) le mercredi 3 octobre 1962] ;
  • Gordon Cooper Junior (de l'US Air-Force) [futur astronaute du quatrième vol orbital américain Mercury 9 (22 orbites terrestres) le mercredi 15 mai 1963] ;
  • Donald Slayton (de l'US Air-Force) [pour raison de santé il sera écarté et ne volera pas lors du programme "Mercury" :( :( :( ; il devra attendre le 15 juillet 1975 pour participer à la mission "ASTP", Apollo-Soyouz].

 

480px-Project_Mercury_Astronauts_-_GPN-2000-000651.jpg

De gauche à droite :

à l'arrière : Alan Shepard, Virgil Grissom, et Gordon Cooper ;

à l'avant : Walter Schirra, Donald Slayton, John Glenn et Scott Carpenter.

 

 

* Lundi 13 avril 1959 : Le satellite américain Vanguard 3A de l'US Navy ne peut être placé sur orbite à la suite de la défaillance de son lanceur Vanguard SLV-5.

 

 

* Ce même jour du lundi 13 avril 1959 : Le deuxième satellite-espion américain Discoverer 2 est lancé depuis la base militaire de l'US Air Force de Vandenberg et placé sur une orbite polaire.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Discoverer 2 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 90,4 minutes (1h 30,4m) ;

* périgée initial : 240 km ;

* apogée initial : 360 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 90° ;

* masse : 635 kg.

 

Discoverer 2 est retombé dans l'atmosphère terrestre le lundi 27 avril 1959.

 

 

* Lundi 22 juin 1959 : Le satellite américain Vanguard 3B ne peut être placé sur orbite à nouveau à la suite de la défaillance de son lanceur Vanguard SLV-6.

 

 

* Jeudi 16 juillet 1959 : Échec au lancement du satellite américain Explorer 6A.

 

 

* Vendredi 7 août 1959 : Le satellite américain Explorer 6 est placé sur orbite à 14h23 (Temps Universel) ; sa mission : l'étude des radiations terrestres, et la prise des premiers clichés de la Terre en très haute altitude (42 000 km).

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Explorer 6 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 765 minutes (12h 45m) ;

* périgée initial : 250 km ;

* apogée initial : 42 000 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 47,0° ;

* masse : 64 kg.

 

 

Voici Explorer 6 :



 

 

290px-Explorer_6_paddles_up.jpg

 

 

Explorer 6 est retombé sur la Terre le samedi 1er juillet 1961.

 

 

* Jeudi 13 août 1959 : Le troisième satellite-espion américain Discoverer 5 [donc on peut supposer que les satellites Discoverer 3 et Discoverer 4 ont eu des problèmes pour être mis sur orbite :?: ] est lancé depuis la base militaire de l'US Air Force de Vandenberg et placé sur une 80°.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Discoverer 5 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 94,1 minutes (1h 14,1m) ;

* périgée initial : 218 km ;

* apogée initial : 722 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 80° ;

* masse : 635 kg.

 

Discoverer 5 est retombé dans l'atmosphère terrestre le lundi 28 septembre 1959.

 

* Mercredi 19 août 1959 : Le quatrième satellite-espion américain Discoverer 6 est lancé depuis la base militaire de l'US Air Force de Vandenberg et placé sur une 84°.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Discoverer 6 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 95,3 minutes (1h 15,3m) ;

* périgée initial : 222 km ;

* apogée initial : 864 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 84° ;

* masse : 635 kg.

 

Discoverer 6 est retombé dans l'atmosphère terrestre le mardi 20 octobre 1959.

 

 

* Samedi 12 septembre 1959 : Lancement réussi à 06h 39m (Temps Universel) de la sonde soviétique lunaire Lunik 2, d'un poids de 390 kg, par la fusée A 1. Cette sonde s'écrase sur la Lune, au voisinage de Mare Vaporum (Mer des Vapeurs) le lundi 14 septembre 1959 à 22h02m24s (TU). L'instant de l'impact a pu être déterminé à la seconde près grâce au radiotélescope de Jodrell Bank près de Liverpool, en Angleterre, dont le directeur était Sir Bernard Lovell entre 1945 et 1980 (Bernard Lowell vit toujours aujourd'hui, il est né le 31 août 1913, il a donc 98 ans !!!... :o :o :o ). Ce fut la grande astuce des Soviétiques : comme ils savaient qu'en pleine période de guerre froide l'Occident ne croirait jamais à la réussite de leurs essais spatiaux ils y ont associé un radiotélescope britannique, donc non soupçonnable d'être à la solde de la propagande soviétique. ;)

 

 

Lunik 2 est donc devenue le premier engin spatial a atteindre un autre astre du système solaire. C'était la septième tentative de l’histoire d'un tir vers la Lune, et le premier succès.

 

Lunik 2 a révélé que la Lune n'a pas de champ magnétique (ou alors très faible) et qu'elle n'est entourée par aucune zone de radiation.

 

Voici Lunik 2 :

 

 

290px-Luna_2.jpg

 

 

* Jeudi 17 septembre 1959 : Échec au lancement du satellite américain de géo-localisation (l'ancêtre du GPS) Transit 1A (d'une masse de 119 kg).

 

 

* Vendredi 18 septembre 1959 : Le satellite américain Vanguard 3 est placé sur orbite (étude des radiations solaires X et des météorites). C'est le troisième succès, en onze tentatives, pour un satellite Vanguard.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Vanguard 3 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 130,1 minutes (2h 10,1m) ;

* périgée initial : 510 km ;

* apogée initial : 3 750 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 33,4° ;

* masse : 45,4 kg.

 

Vanguard 3 tourne toujours autour de la Terre.

 

 

* Jeudi 24 septembre 1959 : Échec au lancement de la sonde lunaire américaine Pioneer-Orbiter (d'un poids de 375 kg), la fusée Atlas-Able ayant explosé lors d’un essai au sol.

 

 

* Dimanche 4 octobre 1959 : Lancement réussi à 02h24 (Temps Universel), donc deux ans exactement après le lancement de Spoutnik 1, de la sonde soviétique lunaire Lunik 3 (d'un poids de 278,5 kg), par la fusée A 1. Cette sonde s'est approchée à 60 000 km de la Lune d'où elle aphotographié, pour la première fois de l’histoire, 70 % de la face cachée de la Lune. Lunik 3 continua alors sur une orbite terrestre de très longue période. Lunik 3 a donc permis de découvrir la face cachée de la Lune. C'était la huitième tentative de l’histoire d’un tir vers la Lune, et le premier succès pour en photographier la face cachée. Au total, 29 photographies furent réalisées couvrant 70% de la face cachée de la Lune.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Lunik 3 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 15 jours et demi ;

* périgée initial : 41 000 km ;

* apogée initial : 471 000 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 75° ;

* masse : 278,5 kg.

 

Lunik 3 est retombée dans l'atmosphère terrestre le vendredi 20 mai 1960.

 

 

Voici Lunik 3 :



 

 

290px-Lunik_3.jpg

 

 

Et voici un timbre soviétique consacré à Lunik 3 :

 

 

220px-Soviet_Union-1959-stamp-photo_of_moon.jpg

 

 

* Mardi 13 octobre 1959 : Le satellite américain Explorer 7 est placé sur orbite (étude du champ géomagnétique et des protubérances solaires).

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Explorer 7 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 101,3 minutes (1h 41,3m) ;

* périgée initial : 558 km ;

* apogée initial : 1 090 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 50,3° ;

* masse : 50,3 kg.

 

Je n'ai pas retrouvé la date où le satellite Explorer 7 est retombé sur Terre... :?: Quelqu'un le sait-il ?

 

* Samedi 7 novembre 1959 : Le cinquième satellite-espion américain Discoverer 7 est lancé depuis la base militaire de l'US Air Force de Vandenberg et placé sur une 81,6°.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Discoverer 7 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 94,7 minutes (1h 34,7m) ;

* périgée initial : 167 km ;

* apogée initial : 830 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 81,6° ;

* masse : 635 kg.

 

Discoverer 7 est retombé dans l'atmosphère terrestre le jeudi 26 novembre 1959.

 

 

* Vendredi 20 novembre 1959 : Le sixième satellite-espion américain Discoverer 8 est lancé depuis la base militaire de l'US Air Force de Vandenberg et placé sur une 80,7°.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Discoverer 8 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 103,7 minutes (1h 43,7m) ;

* périgée initial : 186 km ;

* apogée initial : 1 680 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 80,7° ;

* masse : 635 kg.

 

Discoverer 8 est retombé dans l'atmosphère terrestre le mardi 8 mars 1960.

 

 

* Jeudi 26 novembre 1959 : Échec au lancement de la sonde lunaire américaine Pioneer-Orbiter (d'un poids de 373 kg). La sonde fut détruite dans l'explosion de la fusée Atlas-Able 45 secondes après le décollage. C'était la neuvième tentative de l'histoire d'un tir vers la Lune

 

Roger le Cantalien. :rolleyes:

Modifié par roger15
rectification d'erreurs de frappe...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

Roger, juste une petite digression sur la version de R-7 Sémiorka qui a lancé les Spoutnik 1 & 2 fin 1957.

 

(la R7-Sémiorka), [267 tonnes de poids au décollage, 29 m de hauteur, 20 tuyères qui développent une poussée totale de 500 tonnes] à partir de la base de Baïkonour, au Kazakhstan.

 

J'ai un 'Que sais-je' sur les satellites artificiels de Charles Noel Martin datant de 1965 (2eme édition).

 

Les paramètres orbitaux des Spoutniks étaient connus très précisémment, mais les caractéristiques du lanceur semblaient nous être totalement inconnues à l'époque !? Intox des ricains ou leur agence de renseignement était vraiment complèment à la rue ?

 

'' De source américaine la fusée lanceuse devait avoir 3 étages, constitués à la base d'une fusée de 120 t de poussée à laquelle étaient adjoints deux boosters à combustible solide ajoutant 50t de poussée ; le second étage avait une poussée de 35t, le troisième étage à combustible solide; le tout devait peser 70t au sol et mesurer une trentaine de metres.

 

Les 508,3 Kg donnés comme masse n'étaient pas ceux qui furent satellisés, comme on l'a constamment imprimé dans la presse, mais le poids des appareils scientifiques, des sources d'électricité, et de la cabine avec Laïka. Le tout était fixé au sommet du dernier étage de la fusée et y est resté , il n'y a pas eu largage, l'ensemble utile restant solidaire du corps métallique, lequel contenait d'ailleurs une partie de l'appareillage; en particulier les détecteurs de rayonnement cosmique étaient fixés sur les parois de la fusée. Tout le satellite devait peser 3200 à 3500 kg au sol.

 

Remarquons une nouvelle fois que le rapport de masse (73 t totales devant 3,5t satellisés) est d'environ 20, valeur étonnante à l'aurore de l'ère spatiale, alors que les théoriciens avaient prévus initialement des rapports allant de 100 à 1000... Nous savons maintenant qu'en réalité ces valeurs ont été obtenues par simplification extrême et surtout allègement maximum des corps métalliques de la fusée.''

 

C’est une version biétage (8K71PS) qui lance les premiers Spoutniks, le 3eme étage a été ajouté pour les tirs vers la Lune et les vols habités.

 

Le premier étage et le 2eme étages sont accolés et non superposés comme habituellement (définition russe). Les 2 étages sont allumés simultanément, le 2ème étage fonctionnant plus longtemps (320s). Ils brulent un mélange Kerozène et oxygène liquide.

 

Avantage de cette configuration : Diminuer la hauteur du lanceur et par là même diminuer les problèmes de rigidité ainsi que les vibrations (effet Pogo). Le premier étage est composé de quatre blocs distincts situés autour du second étage, légèrement inclinés à cause de la disposition originale en faisceau. Le second étage est central. (Guide des lanceurs spatiaux – Serguei Grichkov)

 

Un lien vers Capcom Espace : http://www.capcomespace.net/dossiers/espace_sovietique/lanceurs/lanceurs_A.htm

 

Liste des lancements de R-7 : http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_R-7_launches_(1957%E2%80%931959)

 

Jean

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Julie Charland
[* 1.1) vendredi 31 janvier 1958 : Le premier satellite artificiel américain, Explorer 1, est lancé avec succès Les caractéristiques techniques de l'orbite de Explorer 1 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 114,3 minutes (1h 54,3m) ;

* périgée initial : 354 km ;

* apogée initial : 2 555 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 33,2°

* masse : 14,0 kg.

 

Bonjour Roger,

Paraîtrait aussi qu'il tournait au moins à 28 000 km/heure.

Bon,je continue ma lecture:cool:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

1960 : l'aventure spatiale continue !...

 

 

Deux petites remarques préliminaire d'abord :

 

  • vous constaterez que les échecs lors des lancements de fusées américaines commencent enfin à diminuer très légèrement vers la fin de 1960. Etait-ce dû à un coup de baguette magique ? Nullement, cela est dû en grande partie à la très sage décision du Président américain Dwight David Eisenhower (nom que l'on oublie assez injustement dans la conquête de l'espace ;) ) prise le 29 juillet 1958 de regrouper dans le cadre de la toute nouvelle NASA les chercheurs et techniciens en astronautique des trois armes des États-Unis (l'US Navy, l'US Army et l'US Air-Force) afin de réaliser une synergie nécessaire. Grâce à cette synergie les échecs lors des lancements de fusées américaines furent enfin progressivement en très légère diminution...
     
     
  • impossible en revanche de savoir si ce fut également le cas des Soviétiques qui suite à l'échec du premier lancement de Spoutnik 3 le 3 février 1958 furent intransigeants sur le secret absolu des échecs sur le lancement de fusées défectueuses. Vous avez cependant, si vous avez ouvert le lien Internet que je vous ai indiqué au message #27, pu constater que Paul Muller, lorsqu'il évoque la sonde soviétique Lunik 3 dans l'Astronomie de février 1960 à la page 52 (http://articles.adsabs.harvard.edu/cgi-bin/nph-iarticle_query?1960LAstr..74...49M&data_type=PDF_HIGH&whole_paper=YES&type=PRINTER&filetype=.pdf) confirme que l'URSS a connu alors un échec lorsqu'il écrit : « La "troisième fusée cosmique" soviétique (succédant probablement à un lancement manqué dont ni la date ni la nature exacte n'ont été précisées, mais avoué en soi par les savants les plus qualifiés en U.R.S.S.) ». Si quelqu'un savait si un site Internet a révélé tous les échecs spatiaux de l'URSS avant son remplacement par la Russie (le 21 décembre 1991) il serait sympathique de nous l'indiquer. ;)

 

 

* Jeudi 4 février 1960 : Échec au lancement du satellite-espion américain Discoverer 9 depuis la base militaire de Vandenberg (Californie).

 

 

* Vendredi 19 février 1960 : Échec au lancement du satellite-espion américain Discoverer 10 depuis la base militaire de Vandenberg (Californie).

 

 

* Vendredi 26 février 1960 : Échec au lancement du satellite américain Midas 1 ("Midas" signifiait : MIssile Defense Alarm System) chargé de détecter les lancements de missiles balistiques nucléaires soviétiques à destination des États-Unis.

 

 

* Vendredi 11 mars 1960 : Lancement, à 13h00 (Temps Universel) par une fusée Tor-Able, de la première sonde interplanétaire américaine pour l'espace lointain Pioneer 5 (d'un poids de 43 kg) destinée à l’étude des radiations émises par le Soleil depuis une orbite solaire. Pioneer 5 est donc devenue la troisième planète artificielle du système solaire (après Lunik 1, lancée le 2 janvier 1959 ; et Pioneer 4, lancée le 3 mars 1959). Pioneer 5 était une sonde spatiale chargée surtout d'étudier l'espace interplanétaire entre la Terre et la planète Vénus, à cet effet cette sonde a renvoyé des informations jusqu'au 26 juin 1960 (elle était alors à une distance de 36,5 millions de kilomètres de la terre) où le contact radio a été perdu... (on n'avait pu capter les signaux radio de Pioneer 4 que jusqu'à 650 000 km).

 

Pioneer 5 est passée au périhélie le 10 août 1960, cette sonde se trouvait alors à 12 millions de kilomètres de l'orbite de Vénus, mais la planète elle-même était ce jour-là de l'autre côté du Soleil, à 230 millions de kilomètres.

 

 

* Mercredi 23 mars 1960 : Échec au lancement du satellite américain S-46 (Explorer 8A).

 

 

* Vendredi 1er avril 1960 : Lancement du satellite météorologique Tiros 1 ("Tiros" signifiait : Television InfraRed Observation Satellite). Durant les 78 jours de sa vie satellitaire Tiros 1 a envoyé à la Terre 22 592 photographies qui furent utilisées par les météorologues américains pour la prévision quotidienne du temps.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Tiros 1 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 99,2 minutes (1h 39,2m) ;

* périgée initial : 689 km ;

* apogée initial : 752 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 48,4° ;

* masse : 122 kg.

 

Le satellite Tiros 1 est retombé sur la Terre plusieurs années après la fin de sa mission. J'ignore la date précise...

 

 

Voici Tiros 1 :

 

 

800px-TIROS.jpg

 

 

Voici la première photographie météorologique transmise par Tiros 1 le 1er avril 1960 :

 

 

537px-TIROS-1-Earth.png

 

 

* Mercredi 13 avril 1960 : Lancement du satellite de géo-localisation (l'ancêtre du GPS) Transit 1B.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Transit 1B étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 95,9 minutes (1h 35,9m) ;

* périgée initial : 372 km ;

* apogée initial : 750 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 51,3° ;

* masse : 121 kg.

 

Transit 1B est retombée dans l'atmosphère terrestre le jeudi 5 octobre 1967.

 

 

* Samedi 15 avril 1960 : Le septième satellite-espion américain Discoverer 11 est lancé depuis la base militaire de de Vandenberg et placé sur une 80,1°.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Discoverer 11 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 92,2 minutes (1h 32,2m) ;

* périgée initial : 167 km ;

* apogée initial : 589 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 80,1° ;

* masse : 635 kg.

 

Discoverer 11 est retombé dans l'atmosphère terrestre le mardi 26 avril 1960.

 

 

* Vendredi 13 mai 1960 : Échec au lancement du satellite de télécommunications Echo 1 depuis Cap Canaveral (Floride).

 

 

* Dimanche 15 mai 1960 : L'URSS lance depuis Baïkonour le satellite Spoutnik 4, devait servir de test pour le programme de vols habités soviétique Vostok ; il était destiné « aux dernières expériences qui doivent précéder l'envoi d'un homme dans l'espace ». Très peu de temps après son lancement il devait redescendre vers la Terre, mais par suite d'une défaillance d'un des appareils du système d'orientation la vitesse de ce satellite au lieu de réduire augmenta légèrement et il prit une orbite trop élevée. Il ne rentra dans l'atmosphère que le mercredi 5 septembre 1962 avant de se désintégrer au-dessus de la ville de Manitowoc dans l'état américain du Wisconsin où une pièce de ce satellite a été retrouvée.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Spoutnik 4 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 93,3 minutes (1h 33,3m) ;

* périgée initial : 307 km ;

* apogée initial : 690 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 64,9° ;

* masse : 4 540 kg au départ, mais le 18 mai 1960 il a éjecté une cabine pressurisée de 2 500 kg et donc il ne pesait plus que 2 040 kg.

 

 

* Mardi 24 mai 1960 : lancement du satellite américain Midas 2 chargé de détecter les lancements de missiles balistiques nucléaires soviétiques à destination des États-Unis.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Midas 2 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 94,4 minutes (1h 34,4m) ;

* périgée initial : 482 km ;

* apogée initial : 511 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 33,0° ;

* masse : 2 270 kg.

 

Midas 2 s'est désintégré dans l'atmosphère terrestre le jeudi 7 février 1974.

 

 

* Mercredi 22 juin 1960 : Lancement depuis Cap Canaveral du satellite américain de géo-localisation Transit 2A.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Transit 2A étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 101,7 minutes (1h 41,7m) ;

* périgée initial : 626 km ;

* apogée initial : 1 046 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 67,2° ;

* masse : 101 kg.

 

Il se pourrait que le satellite Transit 2A tourne encore autour de la Terre (à vérifier).

 

 

* Mercredi 22 juin 1960 : Lancement du satellite américain Greb 1 (Galactic Radiation Experiment Background).

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Greb 1 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 101,7 minutes (1h 41,7m) ;

* périgée initial : 626 km ;

* apogée initial : 1 046 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 67,2° ;

* masse : 19 kg.

 

Il se pourrait que le satellite Greb 2 tourne lui aussi encore autour de la Terre (à vérifier).

 

Les satellites américains Transit 2A et Gleb 1 ont été lancé à Cap Canaveral par une même fusée (Thor-DM21 Able-Star), ce qui représentait une grande première mondiale !... :o :o :o

 

 

* Mercredi 29 juin 1960 : Échec au lancement du satellite-espion américain Discoverer 12 depuis la base militaire de Vandenberg (Californie).

 

 

* Mercredi 10 août 1960 : Le huitième satellite-espion américain Discoverer 13 est lancé depuis la base militaire de Vandenberg (californie) et placé sur une orbite de 83°.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Discoverer 13 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 94,2 minutes (1h 34,2m) ;

* périgée initial : 258 km ;

* apogée initial : 698 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 83° ;

* masse : 635 kg.

 

Discoverer 13 est retombé dans l'atmosphère terrestre le lundi 14 novembre 1960, après 1 498 orbites terrestres.

 

 

* Vendredi 12 août 1960 : le premier satellite américain de télécommunication Echo 1 est lancé depuis la base de cap Canaveral (Floride).

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Echo 1 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 118,3 minutes (1h 58,3m) ;

* périgée initial : 1 518 km ;

* apogée initial : 1690 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 47,2° ;

* masse : 74,7 kg.

 

Echo 1 est retombé dans l'atmosphère terrestre le lundi 24 mai 1968, après 36 031 révolutions autour de la Terre. :o :o :o

 

Echo 1 était un immense ballon en Mylar métallisé de 30,1 mètres de diamètre. Il permit la transmission intercontinentale de communications téléphoniques, radio et télévisées (qualité technique déplorable...). Depuis le sol, Echo 1 apparaissait comme une étoile de première grandeur. J'ai eu personnellement le grand plaisir de le voir passer une bonne cinquantaine de fois en huit ans dans le ciel d'Antony, généralement deux à trois heures après le coucher du Soleil :wub: :wub: :wub: (chaque fois ce fut par hasard...).

 

A noter que dès jeudi 18 août 1960 le CNET (Centre National d'Études des Télécommunications) à Issy-les-Moulineaux a reçu, à 4h 30 du matin, le premier signal radioélectrique ayant franchi l'Atlantique grâce à un satellite. Ce signal radioélectrique est réfléchi par le ballon américain récemment mis en orbite, Echo 1, dans le cadre des premières transmissions expérimentales entre les Bell Labs américains d'ATT et les Télécommunications en Europe.

 

Voici Echo 1 :



 

 

Echo-1.jpg

 

 

* Jeudi 18 août 1960 : Échec au lancement du satellite militaire américain expérimental de télécommunications Courrier 1 A depuis Cap Canaveral.

 

 

* Jeudi 18 août 1960 : Le neuvième satellite-espion américain Discoverer 14 est lancé depuis la base militaire de Vandenberg (Californie) et placé sur une orbite de 80°.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Discoverer 14 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 97,5 minutes (1h 37,5m) ;

* périgée initial : 178 km ;

* apogée initial : 810 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 80° ;

* masse : 635 kg.

 

Discoverer 14 est retombé dans l'atmosphère terrestre le vendredi 16 septembre 1960.

 

 

* Vendredi 19 août 1960 : L'URSS lance depuis Baïkonour le satellite Spoutnik 5, qui était (après Spoutnik 4) le deuxième vol d'essai du programme Vostok. Ce fut le premier satellite qui ramena ses occupants vivant après un voyage en orbite. :be: :be: :be:

 

Le vaisseau spatial Spoutnik 5 comprenait deux chiennes (Belka et Strelka), 40 souris, 2 rats, des mouches et plusieurs plantes et champignons. Le vaisseau spatial revint sur Terre le lendemain avec tous ses passagers vivants. :be: :be: :be: Le vaisseau spatial comportait également une caméra de télévision qui filma les deux chiennes durant le voyage. Peu de temps après l'atterrissage, un des chiots de la chienne Strelka, nommé Pouchinka a été envoyé en 1961 à la jeune Caroline Kennedy par Nikita Khroutchev comme "présent de l'Union Soviétique".

 

Par ce vol Spoutnik 5 l'URSS rattrapait son erreur de communication lors du vol Spoutnik 2 (Laïka). ;)

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Spoutnik 5 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 90,7 minutes (1h 30,7m) ;

* périgée initial : 293 km ;

* apogée initial : 326 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 65° ;

* masse : 4 600 kg.

 

 

* Jeudi 18 août 1960 : Le neuvième satellite-espion américain Discoverer 15 est lancé depuis la base militaire de Vandenberg (Californie) et placé sur une orbite de 81°.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Discoverer 15 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 94,3 minutes (1h 34,3m) ;

* périgée initial : 209 km ;

* apogée initial : 759 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 81° ;

* masse : 635 kg.

 

Discoverer 15 est retombé dans l'atmosphère terrestre le mardi 18 octobre 1960.

 

 

* Dimanche 25 septembre 1960 : Échec au lancement de la sonde lunaire américaine Pioneer-Orbiter (d'un poids de 388 kg). La sonde fut détruite suite au dysfonctionnement du système d'alimentation en comburant du deuxième étage de la fusée Atlas Able 5A. C'était la dixième tentative de l'histoire d'un tir vers la Lune

 

 

* Mardi 4 octobre 1960 : Lancement du satellite militaire américain expérimental de télécommunications Courrier 1 B depuis Cap Canaveral.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Courrier 1 B étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 106,9 minutes (1h 46,9m) ;

* périgée initial : 946 km ;

* apogée initial : 1 237 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 23,8° ;

* masse : 227 kg.

 

Après avoir effectué sa première orbite, Courrier 1 B transmit un message du président américain Eisenhower à l'Organisation des Nations Unies.

 

Après 17 jours de vol et 228 orbites, le satellite s'arrêta brusquement de répondre aux sollicitations du sol le vendredi 21 octobre 1960. On a estimé que son horloge interne, sur laquelle était basé son système de code d'accès, se désynchronisa, causant ainsi le refus de toute demande de connexion depuis le sol qui fut alors considérée comme non autorisée. :confused:

 

 

Voici Courrier 1 B :

 

290px-Courier-1A.jpg

 

 

Courrier 1 B doit sans doute toujours tourner autour de la Terre. Quelqu'un peut-il préciser ce point ? :?:

 

 

* Lundi 10 octobre 1960 : Échec pour le lancement depuis la base de Baïkonour de la sonde soviétique Mars 1960 A (d'un poids de 640 kg) par une fusée A-2. Cette sonde devait être lancée en direction de la planète Mars. Ce fut un échec car la sonde Mars 1960 A n'a pas pu atteindre l'orbite terrestre. C'était la toute première tentative de l’histoire du lancement d'un engin vers une autre planète du système solaire.

 

 

* Mardi 11 octobre 1960 : Échec au lancement à la base américaine de "Point Arguello" (près de la base de Vandenberg en Californie) du satellite-espion américain Samos 1.

 

 

* Vendredi 14 octobre 1960 : Nouvel échec pour le lancement depuis la base de Baïkonour de la sonde soviétique Mars 1960 B (d’un poids de 640 kg) par une fusée A-2. Cette sonde devait également être lancée en direction de la planète Mars. Ce fut un nouvel échec car la sonde Mars 1960 B n'a également pas pu atteindre l’orbite terrestre. C'était la deuxième tentative de l’histoire du lancement d'un engin vers une autre planète du système solaire.

 

 

* Mercredi 26 octobre 1960 : Échec au lancement du satellite-espion américain Discoverer 16 depuis la base militaire de Vandenberg (Californie).

 

 

* Jeudi 3 novembre 1960 : Lancement à Cap Canaveral du satellite américain Explorer 8 (destiné à mesurer la composition atmosphérique de l'ionosphère, entre 60 et 800 kilomètre d'altitude).

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Explorer 8 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 112,7 minutes (1h 52,7m) ;

* périgée initial : 414 km ;

* apogée initial : 2 277 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 50,0° ;

* masse : 41 kg.

 

J'ignore la date de retombée dans l'atmosphère du satellite Explorer 8.

 

 

* Samedi 12 novembre 1960 : Le dixième satellite-espion américain Discoverer 17 est lancé depuis la base militaire de Vandenberg (Californie) et placé sur une orbite de 81,9°.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Discoverer 17 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 96,5 minutes (1h 36,5m) ;

* périgée initial : 190 km ;

* apogée initial : 990 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 81,9° ;

* masse : 816 kg.

 

Discoverer 17 est retombé dans l'atmosphère terrestre le jeudi 29 décembre 1960.

 

 

* Lundi 21 novembre 1960 : Échec au lancement à Cap Canaveral par une fusée Redstone de la capsule spatiale inhabitée Mercury 1 (mission MR-1) à cause d'un problème électrique.

 

 

* Mercredi 23 novembre 1960 : Lancement à Cap Canaveral du satellite météorologique américain Tiros 2.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Tiros 2 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 98,2 minutes (1h 38,2m) ;

* périgée initial : 623 km ;

* apogée initial : 726 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 48,6° ;

* masse : 126 kg.

 

J'ignore la date de retombée dans l'atmosphère du satellite Tiros 2.

 

 

* Jeudi 1er décembre 1960 : Lancement par l'URSS depuis la base de Baïkonour (Kazakhstan) du satellite Spoutnik 6, qui était (après Spoutnik 4 et Spoutnik 5) le troisième vol d'essai du programme Vostok. Hélas, la rentrée dans l'atmosphère le lendemain (vendredi 2 décembre 1960) s'est très mal passée et Spoutnik 6, à cause d'une erreur dans l'angle de l'orbite de rentrée, fut consumé dans les hautes couches de l'atmosphère tuant ses deux occupants... :( :( :(

 

Le vaisseau spatial Spoutnik 6 comprenait deux chiennes (Ptchelka et Mouchka), ainsi que "d'autres animaux", des insectes et des plantes (en raison de l'échec de la mission l'URSS ne donna pas plus de précisions que cela).

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Spoutnik 6 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 88,6 minutes (1h 28,6m) ;

* périgée initial : 187 km ;

* apogée initial : 260 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 65° ;

* masse : 4 563 kg.

 

 

* Mercredi 7 décembre 1960 : Le onzième satellite-espion américain Discoverer 18 est lancé depuis la base militaire de Vandenberg (Californie) et placé sur une orbite de 81,5°.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Discoverer 18 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 93,7 minutes (1h 33,7m) ;

* périgée initial : 230 km ;

* apogée initial : 680 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 81,5° ;

* masse : 816 kg.

 

Discoverer 18 est retombé dans l'atmosphère terrestre le vendredi 28 avril 1961.

 

 

* Lundi 19 décembre 1960 : Lancement réussi à Cap Canaveral par une fusée Redstone de la capsule spatiale inhabitée Mercury 1 (mission MR-1A).

 

 

* Mardi 20 décembre 1960 : Le douzième satellite-espion américain Discoverer 19 est lancé depuis la base militaire de Vandenberg (Californie) et placé sur une orbite de 83,4°.

 

Les caractéristiques techniques de l'orbite de Discoverer 19 étaient les suivantes :

 

* période de révolution initiale : 93,0 minutes (1h 33,0m) ;

* périgée initial : 208 km ;

* apogée initial : 634 km ;

* inclinaison de l'orbite sur l'équateur : 83,4° ;

* masse : 950 kg.

 

Discoverer 19 est retombé dans l'atmosphère terrestre le lundi 23 janvier 1961.

 

 

* Mercredi 21 décembre 1960 : Échec du lancement par l'URSS depuis la base de Baïkonour (Kazakhstan) du satellite Spoutnik 7, qui devait être un nouveau vol d'essai du programme Vostok. Un des étages latéraux de l'accélérateur SL-3 s'arrêta prématurément, faisant échouer le lancement. La cabine du Vostok avec les deux chiennes Jemtchoujnaya et Joulka est récupérée intacte dans les montagne de l'Altaï, en Sibérie occidentale, donc assez loin du site de lancement.

 

 

Voilà, l'année 1960 s'achève. La question que tout le monde se pose alors est : quelle nation, des États-Unis ou de l'Union Soviétique, arrivera à envoyer le premier homme dans l'espace ? :?: Cela sera-t-il pour 1961 ou pour une autre année plus lointaine ? :?:

 

Roger le Cantalien. :rolleyes:

Modifié par roger15

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.