Jump to content

RIGEL33

Membres association
  • Posts

    11,452
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    28

Everything posted by RIGEL33

  1. Re… découverte du ciel nocturne avec OVNI Night Vision Beaucoup de monde à cette sortie officielle du samedi 26 février 2022 dédiée à la découverte des oculaires à intensificateur de lumière OVNI Night Vision… Du forum, étaient présents : ASTRO33, Astropierre, Denis, DUDUGAZ, Iriya, Ju, Patou, Petrus, Sebastien D., Thomastro et moi-même. Beaucoup d’astrams, certains de clubs amis, d’autres en électrons libres, plus ou moins avertis, sont venus partager ce beau ciel nocturne au Mémorial, pour certains, y compris moi-même, curieux de voir ces fameux oculaires à intensificateur de lumière. Les visiteurs n’étaient pas en reste avec une bonne dizaine de curieux, avec leurs enfants. Le mémorial affichait « complet » ! C’est Denis et moi qui nous sommes garés les premiers sur le site. A peine le dobson 400 installé, un vol de grues retardataires commençait à se rapprocher de nous. Au vu de leur comportement, elles semblaient vouloir passer la nuit dans les champs des alentours. Malheureusement un ULM se rapprocha au même moment, ce qui les effraya et les firent reprendre de l’altitude pour poursuivre leur route… sûrement à la recherche d’un site plus calme. Puis ce fut Jonathan Kobs d’OVNI Night Vision qui arriva avec sa compagne. Ils s’installèrent près de nous alors que le Soleil se couchait sur l’horizon ouest. Au fur et à mesure que la lumière du jour laissait la place à l’obscurité, d’autres astronomes amateurs et des curieux arrivèrent. Ceux qui n’avaient pas d’instrument étaient invités à se garer sur le pré-parking, afin de laisser les places autour du monument aux astrams équipaient de télescopes et lunettes. Crédit photo : Michel Favret Nous avions convenu avec Jonathan de faire une soirée de découverte des oculaires à intensificateur de lumière dont il est le concepteur, en particulier les OVNI-M et les OVNI-B. Pour plus de détails sur ces oculaires, cliquez ICI. Bien que connaissant déjà Jonathan, c'est grâce à Michel Favret, président du club Astro24 Mussidan, que j'ai appris que des soirées de démo pouvaient avoir lieu. Crédit photo : OVNI-Night Vision Crédit photo : OVNI-Night Vision Alors que la nuit venait de s’installer, les observations débutèrent. Jonathan rencontra un vif succès mais occupée par l’initiation d’un jeune astram sur son 114/900, je n’avais pas encore eu l’occasion de mettre l’œil dans ces oculaires. Denis non plus, car il s’occupait des familles venues profiter de la belle météo que nous offre cet hiver 2022. Et même si les températures étaient basses, un petit vent continu sur site empêchait l’humidité de se déposer et d’induire un ressenti plus désagréable. Seul inconvénient, la centrale RTE au sud-est du Mémorial était à nouveau allumé. Cela faisait 5 ans quelle ne nous gênait plus. Il me fallait penser à envoyer un mail aux responsables… ils avaient sûrement oublié d’éteindre après un contrôle ou un entretien. En revenant vers Denis pour l’aider, je passais devant le coin « OVNI Night Vision » où les discussions allaient bon train. Là Michel Favret m’arrêta et m’invita à regarder la constellation d'Orion à l’oculaire OVNI-M. Quelle surprise ! Je pouvais voir la bouche de Barnard !! En tournant un peu sur la gauche, c’est la Rosette qui s’imprimait comme une tache épaisse sur le fond du ciel qui, lui, semblait pétiller. Jonathan m’indiqua qu’on pouvait régler le gain, ce qui avait pour effet de limiter ce scintillement mais au détriment de la vision de ces nébuleuses habituellement invisibles sauf en photo. Puis Michel me suggéra d’aller voir, toujours avec le monoculaire, dans le pied de Persée pour découvrir la nébuleuse Californie. Là aussi, ce fut une claque… jamais je n’aurais pensé cela possible avec autant de facilité. J’appelais alors Denis pour qu’il profite du spectacle. Il s’excusa auprès de son public et vint me rejoindre pour profiter à son tour de cette vision hors du commun. Nous retournâmes ensuite tout deux vers les curieux pour une découverte du ciel plus classique. Je profitais de la présence d’enfants pour conter les histoires mythologiques associées aux constellations visibles : Andromède, Persée, Cassiopée et Céphée en furent les personnages principaux. Au fur et à mesure que j’avançais dans l’histoire, je montrais en même temps les constellations associées au laser vert. Apparemment les enfants appréciés. On fit un final sur la découverte ou la redécouverte de la Grande Ourse. Alors que les curieux retournèrent auprès de Denis, je repartis voir le jeune Lubin et son papa pour savoir s’il s’en sortait bien et lui indiquer quelles cibles il pouvait pointer. Puis les familles nous quittèrent. J’invitais Lubin et son père à venir voir dans les oculaires à intensificateur de lumière. Jonathan pointa à ma demande la grande nébuleuse d’Orion. Il l’avait déjà fait mais je n’étais pas là pour en profiter. Encore une fois, je pris une claque émotionnelle. Quelle vision !! Ce fut fantastique de voir cette nébuleuse ainsi, comme si on regardait une photo. Bien sûr, pas de couleur à part le vert dominant. Mais tous les détails étaient là. J’appelais ceux qui n’avaient pas encore profité de la démonstration, surtout les astrophotographes qui s’étaient regroupé, créant ainsi un « coin astrophoto ». Les conversations allaient bon train. Je me retrouvais à la table de réconfort pour boire un bon café chaud. Certains avaient même porté du chocolat chaud. Je n’avais toujours pas froid… j’étais bien. Je repensais aux visions que j'avais eu dans ces oculaires et j'en discutais avec les astropotes et astropotesses. Alors que je voulais revenir vers le « coin démonstration », je vis Jonathan qui commençait à ranger. Je l’entendis discuter avec Jean-Pierre sur la vision décevante qu’avait eu ce dernier sur les galaxies. Jonathan expliqua qu’avec différents réglages, on pouvait adapter l’intensité des oculaires. Dommage que je n’ai pu les voir aussi. J’invitais alors Jonathan et sa compagne à venir faire une nouvelle démonstration lors des Rencontres d’Astronomes Amateurs du Grand Sud-Ouest (RAAGSO) en septembre à Ambeyrac dans l’Aveyron. Ils me donnèrent un oui de principe. On verrait plus tard pour les disponibilités. En consultant le site OVNI Night Vision, on peut voir les dates où ils iront en France pour faire des démontrations et des conférences sur ces oculaires. Même si ces oculaires sont hors de portée de ma bourse, je suis sûre que certains astrams casseront la tirelire pour en acquérir. Et peut-être qu’un jour, avec les lois du marché, je pourrais m’en offrir un. Il était déjà minuit quand la plupart des astrams nous quittèrent. C’est à partir de ce moment-là que je commençais à sentir le froid. Nous restâmes encore une bonne heure. Le rangement fini, ce furent les discussions qui prirent le dessus. Ayant rangé mon bonnet, j’eus de plus en plus froid. Il était vraiment temps de rentrer. Un dernier au revoir et chacun remonta dans sa voiture, espérant que la météo sera encore assez belle samedi prochain pour nous retrouver autour du Mémorial de la Ferme de Richemont de Saucats et profiter du ciel nocturne que nous offre la nature.
  2. Hier, la migration des grues cendrées s'est intensifiée... gros gros passage au-dessus de la Gironde.
  3. Pourtant ma mère qui a regardé le match jusqu'au bout, a trouvé le jeu de nos bleues plus agréable qu'avec les garçons.
  4. Merci Dédé Enfin... presque ! En fin de matinée du mercredi 9, oui... à force de chauffer au Soleil, on a posé les vestes... perso, je ne me serais pas mise en tee-shirt comme Bernard par contre
  5. J'ai pu suivre la première mi-temps... mais la fatigue m'a poussée vers le lit... je n'ai pas vu la seconde. Ce matin, j'ai écouté quelques commentaires encourageant à la radio
  6. Effectivement... je n'ai eu droit qu'aux flash du journaliste mais pas d'interview... ni mes camarades d'AG33
  7. Lune et Soleil en février dans les centres aérés Le mardi 8 février 2022, 4 animateurs d’ASTRONOMIE GIRONDE 33 ont répondu à l’appel à l’aide des FRANCAS DE LA GIRONDE pour une animation astronomique qu’ils avaient organisé pour les centres aérés qu’ils gèrent. Cette soirée s’inscrivait dans une thématique de vulgarisation scientifique autour de l’astronomie, engagée depuis la rentrée. Un de leur animateur, prénommé Ronan, avait été formé et avait obtenu sa « petite ourse ». Les Francas 33 avaient aussi investi dans des lunettes astronomiques et un petit dobson pour que les enfants puissent s’y aiguiser les dents. Deux des six lunettes avaient d’ailleurs bien soufferts de leurs manipulations. Ronan avait montré à des animatrices des centres aérés les manipulations de base pour viser la Lune. Ils semblaient toutes et tous prêts à accueillir les enfants (et leurs parents) de trois centres aérés impliqués dans la thématique au parc Midsomer Norton. Mais au vu de l’affluence des inscriptions, ils comprirent qu’ils ne pourraient pas gérer le flux. C’est donc le samedi précédent l’animation que la responsable demanda si des animateurs d’AG33 pouvaient intervenir dans l’urgence. Bien sûr, ils répondirent présents, ravis de pouvoir animer auprès de ces enfants d’Ambarès-et-Lagrave avides de connaissances et d’intérêt pour notre belle passion. Malheureusement, les demandes d’extinction des luminaires ne furent pas entendues par la mairie de la commune proche de Bordeaux. Et c’est sous les lampadaires que les animateurs ont dû se résigner à ne montrer que la Lune car même les amas d’étoiles ouverts restaient bien pâles. Il y a eu quand même un final sur la grande nébuleuse d’Orion (M42) qui, vers 22h30, s’élevait au-dessous du grand chêne du parc. Environ 200 visiteurs mirent leur œil dans les oculaires prévus à cet effet. Un des télescopes fut relié à un ordinateur qui, par le biais d’une webcam, projetait l’image de la Lune. Le X et le V lunaires furent bien visibles et cela permit une piste de recherche de détails pour les enfants. C’est un peu avant 23h30 que les derniers visiteurs nous quittèrent. Les organisateurs étaient ravis de la réussite de la soirée malgré la pollution lumineuse qui n’autorisa pas une exploration du ciel profond plus poussé. S’il n’y avait pas eu cette Lune en premier quartier, peut-être aurions-nous pu râler un peu plus ? Cette soirée eut droit à un article dans le quotidien Sud-Ouest. . . . . Le lendemain matin, mercredi 9 février, c’est une animation solaire qui attendait les animateurs d’AG33. Cette animation était prévue depuis quelques semaines déjà auprès du centre aéré d’Ambarès-et-Lagrave, section maternelle. Les 4 bénévoles de la veille arrivèrent donc quasiment à la même adresse mais avec des instruments un peu différents sauf pour la grande lunette bleue de Bernard. Le beau temps était de la partie et le soleil présentait taches et éruptions assez marquées. A 10h, ce fut d’abord à la vingtaine de « grands » (5-6 ans) de venir croquer le soleil. Avec des couleurs, ils devaient tenter de reproduire ce qu’ils observaient, guidés avec patience et douceur par les astronomes amateurs, aidés par les animateurs du centre de loisirs qui les connaissaient bien. . . A 10h45, ce fut le tour des 25 « petits » (3-4 ans). Trop jeunes pour tenter de reproduire la vision qu’ils avaient de notre étoile, on souhaitait quand même qu’ils puissent observer et comprendre ce qu’ils voyaient. . . Quand tous les enfants furent passés, on attaqua le tir des fusées vers 11h05 ; Pendant que les grands étaient avec nous, les petits avaient préparés des capsules spatiales à base de papier cartonné. Ils devaient colorier leur capsule et, sous la houlette des animateurs du centre, découper et coller le bout de papier pour en faire un cône. Le carburant des fusées : des cachets d’aspirine associés à de l’eau. Le corps de la fusée (réutilisable) : un tube de Doliprane effervescent. Le réservoir à carburant : le bouchon du tube de Doliprane débarrassé de son dessicant. Un quart de comprimé dans le réservoir additionné d’eau (à l’aide d’une seringue), le corps de la fusée replacé à l’envers sur le réservoir, il suffisait alors d’inviter l’enfant à venir placer sa capsule sur le tube, puis de faire un pas en arrière… Quelques secondes de patience et le décollage s’effectué avec plus ou moins d’intensité, sous le rire aigu des participants. Quand tous les tirs des petits étaient effectués, il était déjà 11h25. On passa aux plus grands qui venaient juste de finir leur capsule. Une photo de chaque groupe immortalisa la séance des petits ingénieurs en herbe. A midi, il était temps pour les enfants d’aller manger… et pour les animateurs d’AG33 de tout ranger avec l’idée d’avoir pu insuffler à ces jeunes esprits une curiosité pour les sciences et, en particulier, pour l’astronomie. D’autant que certains enfants étaient déjà avec nous la veille lors de l’animation nocturne. ;)
  8. Voici une série spéciale "meilleurs amis de l'homme" (et de la femme)
  9. Non malheureusement... mais heureusement que tu es là 😘
  10. Wep... j'ai pas mal soutenu les copines en revenant de soirée
  11. Bienvenue sur webastro Manue
  12. Bourrée... je ne sais pas qui est le plus bourré des deux... le mec s'allonge sur le lit sans même se déshabiller... si la nana a bu (ce qui semble être le cas sur la première image), elle tient sur ses jambes pour se défroquer
  13. Tu aurais dû faire une photo et la poster sur les réseaux ou l'envoyer à son organisme écolo...
  14. Attention aux images sorties de leur contexte... Je n'ai pas le temps de faire une recherche mais je pense que la photo de la Tesla est trompeuse. Le gars est en ville... il peut trouver une prise assez facilement. Pour le reste, voici un article intéressant : 20 minutes
  15. Voici mon résultat sur 4P/Faye... en grand champ !
  16. Dans la tête de la Licorne avec 4P/Faye Partie pour faire cette cible lors de notre sortie de la Saint-Sylvestre 2021 au Mémorial de la Ferme de Richemont à Saucats, j’ai dû renoncer à cause d’un manque d’énergie. Notre prise électrique était HS et mes batteries d’APN insuffisantes. C’est donc dans le jardin que je remis de couvert 5 jours plus tard mais cette fois avec le filtre antipollution lumineuse. La tête de cet équidé céleste est riche en nébuleuses, dont la plus célèbre est bien la nébuleuse à émission de la Rosette. Elle resplendit à droite de l’image avec, en son sein, l’amas d’étoiles ouvert naît il y a environ 8 millions d’années, catalogué comme NGC 2244. Ce sont les radiations ultraviolettes des étoiles de cet amas qui ionisent l'hydrogène de la nébuleuse et qui lui donnent sa teinte rouge. Cette rosette céleste se situe à 4700 années-lumière de nous. En bas à gauche, tout aussi connu que la Rosette, c’est l’amas d’étoiles ouvert du Sapin de Noël. Cet amas, âgé de 9 millions d’années, se situe à environ 2080 années-lumière de nous. C’est la répartition des étoiles de l’amas qui font penser à un arbre céleste dont la base est l’étoile 15 Mon (la plus brillante) et, à l’autre bout, le sapin de noël se finit par la nébuleuse obscure du Cône (nom qu’elle doit à sa forme). Cet amas possède bien d’autres nébuleuses mais il est difficile d’en voir le détail sur cette image grand champ. Au-dessus du Sapin de Noël, se trouve la petite nébuleuse par réflexion d’IC 2169 qui se situe à environ 1500 années-lumière de nous. Peu connue, comme effacée par ces célèbres voisines bien plus brillante et plus populaires auprès des astronomes amateurs, elle gagnerait toutefois à ce que je m’y attarde avec la lunette. Je la mets donc dans la liste des objets à imager en 2022. Pour finir, entre la Rosette et IC 2169 se trouve la comète 4P/Faye. C’est une comète périodique qui revient nous voir tous les 7 ans environ. Elle a été au plus proche de la Terre (périgée) le 5 décembre 2021. Bien que peu brillante, c’est elle qui a aiguillé mon intérêt pour la tête de la Licorne. Le 31 décembre 2021, elle était pile poil au milieu du trio de nébuleuses et amas. Honnêtement, je ne pensais même pas la voir sur cette image du 5 janvier 2022… sa magnitude et le filtre anti PL ne jouaient pas en sa faveur. Mais au final, elle est bel et bien visible. Voilà, ce n’est pas la photo du siècle mais j’en suis assez fière ;) Photos prises le 5 janvier 2022 à Ayguemorte-les-Graves (33) – Canon 40D défiltré partiel (+ filtre clip EOS L-enhance) avec objectif Sigma DG APO 70-300, focale à 119 mm , ouvert à f/5.6, sur monture StarAdventurer (sans goto ni autoguidage). 85 poses de 87 s –ISO 1600 – 23 DOF – Iris et Toshop, image cropée + réduction d’étoiles. Version annotée
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.