jackbauer

«*SpaceX Mars colonization architecture*»…

Messages recommandés

Le statoréacteur, ce n'est pas de la SF, c'est de la science-tout-court !

 

C'est un mode de propulsion aérobie basé sur le principe d'action-->réaction (mais ça nous le savons... de Marseille :break::break::bras::cheesy: ) dépourvu de toute pièce mobile (mais ça nous le savons... aussi :be: ).

La post-combustion d'un avion de chasse est basée sur ce principe puisqu'on injecte de kérozène directement dans le souffle brûlant de la tuyère, ce qui a pour effet d'augmenter la poussée de façon considérable à tel point que la "réchauffe" est considérée comme étant l'équivalent d'un moteur supplémentaire.

 

Certains avions ont de véritables turbo/statoréacteurs. C'est le cas du Griffon, capable de voler à mach 2+ et de supercroisière, mais c'est aussi et surtout le cas du Blackbird. En effet, en régime trissonique, le flux d'air vient directement alimenter la réchauffe, ce qui fait qu'à mach 3, le moteur de SR-71 se transforme en statoréacteur.

 

Ce même principe est repris et "gonflé" pour le Skylon, car à mesure que l'avion progresse en vitesse et en altitude, les moteurs fonctionnent tour à tour comme turboréacteurs, statoréacteurs et ensuite moteurs fusées (l'air se raréfiant quand on s'approche de l'espace).

 

Les statoréacteurs sont gourmands, certe, mais pas autant que les fusées, et à poussée égale, un ramjet, ou scramjet, sera toujours moins lourd qu'une fusée, ce qui permet d'emporter des charges similaires à moindres coûts que leurs alter-ego anaérobie. :rolleyes:

 

Autres concepts que l'avion tout-en-un,

Pour qui la complexité laisserait chagrin...*

 

Un avion porteur amène le lanceur à haute altitude et haute vitesse, mettons mach 2,5, en imaginant un porteur type XB-70 ou plus gros. Le lanceur se détache à vitesse et altitude voulue, allume son scramjet pour accélérer en régime hypersonique, jusqu'à mach 10 par exemple, et tout en accélérant, monte en altitude et son scramjet se transforme en fusée "normale", comme pour le Skylon, alternative aux fusées aéroportées qui emmène moins de carburant puisque la première phase du vol du lanceur se passe en régime aérobie. Une fois la charge placée, le lanceur rentre dans l'atmosphère pour planer à un endroit où le récuperera, genre un gros aéroport ou en pleine pampa, si on l'équipe d'un parachute de cellule.

L'avantage de la formule, c'est que les deux "étages" du lanceur sont réutilisable bien plus facilement, surtout dans le cas du porteur.

 

Autre possibilité pour les ennemis du statoréacteurs, c'est de mettre tout simplement un avion fusée sur le dos d'un porteur du même type que celui cité précédemment, car une grande partie du carburant d'une fusée traditionnelle est utilisé pour soulever l'énorme masse du lanceur. D'autant plus qu'avec un avion porteur, on peut mettre le lanceur directement dans la direction que l'on souhaite à la latitude et longitude désirée et cela sans aucune contrainte de temps... Si ce n'est celle de l'aéroport d'où décollent porteur et lanceur orbital. A noter que Dassault Aviation avait planché à une époque à un tel système (avion porteur subsonique type long-courrier avec fusée profilée en corps portant), qui portait alors le nom de Vehra.

 

Encore une autre possibilité, celle du lanceur monoétage, type Venture Star, qui aurait vu le jour s'il n'y avait pas de coupes budgétaires... Des investisseurs trop pressés et un programme long et complexe à développer ne généralement pas compatibles. :p

 

Dans un autre paragraphe, Orion citait les missiles qui sont les seuls à ce jour à utiliser les scramjets, mais les militaires n'ont aucun intérêt à utiliser des fusées lourdes pour balance en pleine poire un gros pruneau qui fait mal... :b:

 

En guise de conclusion, on peut dire que : non ! Les statoréacteurs supersoniques et hypersoniques ne sont pas de la SF et ont maintes fois prouvés leurs valeurs en tant que mode de propulsion dont l'efficacité rivalise avec celle des moteurs fusées anaérobies.

En revanche, il relève bien plus de la science-fiction (voire du foutage de gueule médiatique) de prétendre vouloir faire décoller** la Tour Eiffel pour l'envoyer dans l'espace et la faire se poser là où elle partie pour la réutiliser plusieurs fois de suite...

 

Sinon, je trouve le fait de reprendre un Saturn V et de l'affubler de deux boosters pour en augmenter la poussée bien plus réaliste que le bidule à Space X, n'en déplaise aux fans d'Elon Musk.

 

P.S : je serais curieux de voir comment se comporterait un 747-VTOL de plus 300 T avec 4 boosters de navette spatiale orientés à la verticale et cela 6 ou 7 fois d'affilée ; la fiabilité va en prendre un sacré coup dans le ragout, c'est moi qui vous l'dit !! :be::be:

 

*oui, c'est un alexandrin !

** wow, quatre infinitifs d'affilée, ça pique les yeux !! :rolleyes::b:

 

Sinon, un F1 sur un ULM pendulaire, c'est plus efficace, non ? :cool:

Modifié par AlphaCentaury

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le projet 'Skylon', contrairement aux fusées de SpaceX, n'existe que sur papier (depuis 1989).

Par définition, c'est donc de la Science fiction. ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout comme ITS. :be:

 

Et c'est le point commun avec Skylon.

Skylon => papier

ITS ===> papier

 

fusées réutilisable => réalité

superstatoréacteurs > réalité

 

Les technologies sont là et ne demandent qu'à être utilisée, mais je pense qu'un lanceur de ce type est plus réalisable qu'un super-Saturn V qui se pose là où il est parti et pour l'utiliser encore plusieurs fois de suite. Il faut rappeler que le premier étage de la Saturn V était tellement puissant qu'une fois utilisé, il était bon pour la casse.

 

Si on attends un peu, peut-être que les technologies pourront évoluer, et alors ITS comme Skylon seront tout aussi faisable. A ce moment, il faudra choisir :

 

Soit un lanceur lourd, capable de placer directement de très grosses charges, que l'on pourra utiliser peut-être 2 ou 3 fois, 4 au max.

 

Soit un lanceur, plus complexe et plus petit, mais que l'on pourra utiliser un plus grand nombre de fois, et qui pourra peut-être un peu moins cher (rien est sûr par contre).

 

EDIT : Avant de voire ITS voler (ce qui n'est pas demain la veille) j'aimerais déja voire la Falcon Heavy pleinement opérationnelle. Et j'aimerais qu'on m'explique ce que fout là cette maudite baie vitrée, à l'avant du vaisseau interplanétaire de Space X, pile à l'endroit où les températures dues aux frottements sont les plus forte !!! :b:

Modifié par AlphaCentaury

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le concept de l'ITS, c'est la concrétisation (au moins espérée) du rêve d'E. Musk de commencer à coloniser Mars.

Vu le personnage ... peu de chance qu'il en démorde. Il met des équipes d'ingénieurs au travail, et il compte sur la cagnotte que lui rapportera les vols de F9 et FH pour financer.

 

On va donc attendre de voir sortir des ateliers, un engin comme le lanceur, dont le seul travail est de permettre de lancer vers le LEO, la navette (version cargo ou habitable) et la citerne d'ergols pour la ravitailler avant son départ vers Mars.

Proposer d'autres techniques dans ce sujet ... n'a finalement pas la moindre chance d'être écouté par le visionnaire.

Vu la taille, les difficultés techniques à résoudre et le prix .... il va falloir être patient pour voir un de ces engins sur un pas de tir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Et j'aimerais qu'on m'explique ce que fout là cette maudite baie vitrée, à l'avant du vaisseau interplanétaire de Space X, pile à l'endroit où les températures dues aux frottements sont les plus forte !!! :b:

 

Cela parait naïf en effet.:be:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ITS ===> papier

Ben non, pas seulement:

Le moteur Raptor existe vraiment:

Certaines pièces critiques de l'ITS existent aussi: http://www.spaceflightinsider.com/wp-content/uploads/2016/11/IMG_4198.jpg

 

pile à l'endroit où les températures dues aux frottements sont les plus forte

 

Ben non. Il n'y a pas de frottements dans l'espace. Et au décollage, la fusée est hors de l'atmosphère avant d'atteindre une vitesse critique. A l'atterrissage, l'ITS entrera à relativement faible vitesse (freinage par les moteurs et non pas par le frottement de l'air) et avec les moteurs en premier, comme le premier étage de Falcon 9.

 

Le Concorde était plein de fenêtres et le Mig-25 en a aussi, en plein devant. Mach 3 à plus de 20.000m d'altitude, pas de souci.

Modifié par OrionRider

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Pour ce qui me concerne ... j'attends déjà de voir le moteur Raptor en grandeur réelle fonctionner plusieurs fois , puis son assemblage par 36 ...... pour mesurer les progrès accompli. Idem pour les réservoirs qui contiendront les ergols.

its_3610.jpg

 

 

Tiens ils ont repompé le concept du premier étage de feu la N1 :

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/N-1_(fus%C3%A9e)

 

http://www.space-news.be/2015/jul-aou/050815a.html

 

 

Albéric

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le moteur Raptor existe vraiment:

 

Oui le développement avance.

Il reste quand même à savoir si la poussée annoncée est effectivement atteignable (le premier test sera bien sûr suivi d'autres).

Et aussi si les cycles d'allumage, poussée maximale, poussée contrôlée pour les opérations de retour au pas de tir, répondent aux espérances.

Donc des jalons positifs et il reste du travail.

 

Certaines pièces critiques de l'ITS existent aussi

Le prototype de réservoir en matériau composite (taille réduite) a subi des essais de résistance à la pression lors d'un test effectué en mer.

dypart10.jpg

 

Il n'est pas revenu en entier ...

 

remain10.jpg

 

mais c'était peut-être voulu avec une pression maxi jusqu'à rupture ?

 

Il faut aussi gérer le revêtement de la paroi interne du réservoir, car les fibres de carbone tressées et l'oxygène liquide ne font pas bon ménage.

Il faut aussi tester la résistance à des cycles de remplissage/vidage rapprochés vu le nombre de tirs rapprochés pour que la navette soit prête à prendre la direction de Mars

Donc un petit jalon .... mais encore beaucoup de travail.

 

On suivra lorsque toutes ces mises au point seront réalisées et testées si un ITS est assemblé avec tous ces éléments opérationnels et se dirige vers le pas de tir.

Wait and see. Sans dénigrer .... mais sans enthousiasme qui serait prématuré.

Modifié par montmein69_2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ITS ressemble d'avantage à un piège à investisseurs qu'à un véritable projet sérieux de lanceur, tout du moins, dans l'état actuel du lanceur. Je pense que si Space X développe un lanceur classe Saturn V, aucun doute sur le fait que les ingénieurs remanieront le concept pour qu'il soit plus réaliste. Peut-être un lanceur à 3 ou 4 étages tous récupérables. Il me semblait que c'est ce que voulait faire SpaceX avec des lanceurs moins lourds.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

 

Ben non. Il n'y a pas de frottements dans l'espace.

 

Heu, je parlais des phases de rentrées atmosphériques. Avec des températures supérieures à 2000°C, cette baie vitrée me paraît être davantage un fantaisie d'artiste. Rien à voir même avec un parebrise de navette spatiale, qui est davantage un ensemble de petites lucarnes qu'une verrière.

 

Je suis fortemment sceptique quand à la faisabilité d'un tel concept. Mais s'ils arrivent malgré les difficultés énormes que doit donner la conception d'un tel lanceur, je serais le premier à traverser l'Atlantique pour voire le décollage d'un ITS.

Croix de bois, croix de fer, si je mens, je vous paye des Nagler ! :be::be::be:

 

Mais je pense que ce n'est pas important, cette question de baie vitrée. J'espère qu'ils ont prévu d'intégré un module d'habitation avec pesanteur artificielle, auquel cas, les premiers pas sur Mars vont être pénible, malgré le poids plus faible à porter.

 

Pour ce qui est des scramjets, Lockheed a officiellement annoncé il y a 3 ou 4 ans je crois son projet d'avion hypersonique de reconnaissance, et il reprend le principe du turbo-statoréacteur. C'est même un scramjet puisque l'avion est prévu pour voler dans le domaine hypersonique.

 

sr72-20170608-1.jpg

 

https://en.wikipedia.org/wiki/Lockheed_Martin_SR-72

 

Pour l'instant, c'est encore de la science-fiction, mais connaissant les faits d'armes de Lockheed, aucun doute qu'il volera, à savoir s'ils réussiront à le rendre oppérationnel, ce qui est une autre histoire. Quoiqu'il en soit, cela contribue à faire du scramjet, non plus un mode de propulsion réservé aux romans et films de SF, mais une réalité. A rappeler aussi le X-51 waverider qui a tenu plus de 5 minutes à Mach 6.

 

Les majestueuses fusées de maintenant on été développé par les militaires américains (et allemands...) dans les années 40, avaient une taille et des caractéristiques de vols très modestes en comparaison de celles d'aujourd'hui. Les statoréacteurs en sont encore à ce stade et l'on peut imaginer que de grands scramjets pourront être une alternative très intéressante aux lanceurs classiques, sinon leur être complémentaire.

Modifié par AlphaCentaury

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Heu, je parlais des phases de rentrées atmosphériques. Avec des températures supérieures à 2000°C, cette baie vitrée me paraît être davantage un fantaisie d'artiste.

 

Tu n'as pas compris le principe utilisé par SpaceX pour le retour dans l'atmosphère.

 

Jusqu'ici, tout ce qui rentrait dans l'atmosphère (terrestre ou autre) le faisait en utilisant le frottement des gaz pour freiner, d'où les températures élevées, l'usage d'un bouclier thermique, de 'tuiles', etc.

Pense à la capsule Apollo ou aux navettes spatiales. Note que même ces engins avaient des fenêtres, simplement celles-ci n'étaient pas à l'avant lors de la rentrée.

 

SpaceX fait ça autrement: le vaisseau se retourne et allume ses moteurs dans la direction d'avancement pour freiner. Pendant la descente, les moteurs sont pointés vers le bas. Le freinage aérodynamique est beaucoup moins intense, puisque l'essentiel du boulot est fait par les moteurs. Du coup, pas de hautes températures. :)

C'est comme ça que le premier étage de Falcon9 revient sur Terre. Pour l'ITS ce sera pareil, mais avec une vitesse de départ plus élevée.

 

Théoriquement, en supposant une réserve de carburant suffisante, une lente descente strictement verticale est possible, depuis l'orbite jusqu'au sol, à une vitesse 'air' négligeable.

 

J'espère qu'ils ont prévu d'intégré un module d'habitation avec pesanteur artificielle

Non, certainement pas. L'avantage d'un habitat en apesanteur c'est que pour un même volume, la surface habitable est bien plus importante (on peut vivre et dormir au 'plafond' et même sur les murs). Sans ça, on ne pourrait pas embarquer 100 personnes dans l'ITS pendant plusieurs semaines/mois.

SpaceX compte contourner le problème de l'apesanteur en utilisant plus de carburant de façon à raccourcir la durée du vol. De cette façon, les passagers subiront moins les effets néfastes de la microgravité.

Modifié par OrionRider

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai peut être mal lu, mais j'ai du mal à comprendre cet engouement pour les statoreacteurs porté par AlphaCentauri sur ce post... étant donné qu'ils... ne fonctionnent pas dans le vide..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les étages qui rentrent actuellement pénètre l'atmosphère en régime hypersonique ?

 

@Julien3146 en fait, je voulais simplement dire que le stato, c'est pas d'la SF. Concrètement, le concept permettrait d'emporter moins de carburant, car la phase de vol atmosphérique permettrait d'utiliser directement l'O2 de l'air, en le brûlant simplement dans la tuyère. On emporterait que l'O2 nécessaire à la propulsion hors atmosphère, ce qui fait gagner du poids. Pour un lanceur léger, et moyen, ça peut-être intéressant. Et pis, fallait pas dire que tuyau de poêl propulsif, c'est d'la SF !!! :be::be::be:

 

Pour reparler de la rentrée atmosphérique, je me demande s'il est faisable de faire une rentrée le "bec en avant", avec 0° d'incidence. Après tout, c'est ce qu'on fait les américains avec le HTV ?

Modifié par AlphaCentaury

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tu n'as pas compris le principe utilisé par SpaceX pour le retour dans l'atmosphère.

.../cut/....

 

SpaceX fait ça autrement: le vaisseau se retourne et allume ses moteurs dans la direction d'avancement pour freiner. Pendant la descente, les moteurs sont pointés vers le bas. Le freinage aérodynamique est beaucoup moins intense, puisque l'essentiel du boulot est fait par les moteurs. Du coup, pas de hautes températures. :)

 

Pour aller encore plus dans le souci de précision, lors de la rétropropulsion supersonique, les gaz émis par les moteurs créent un bouclier qui dévie les flux d'air et les éloigne des parois. Cela protège les parois qui sont préservés de frottements et d'échauffement excessifs. Voir ce schéma de principe :

 

ssrp11.png

 

C'est comme ça que le premier étage de Falcon9 revient sur Terre. Pour l'ITS ce sera pareil, mais avec une vitesse de départ plus élevée.

 

Théoriquement, en supposant une réserve de carburant suffisante, une lente descente strictement verticale est possible, depuis l'orbite jusqu'au sol, à une vitesse 'air' négligeable.

 

Pour l'ITS .... il faut distinguer :

  • le lanceur (qui revient sur Terre)
  • la navette de transport (qui atterrit sur Mars .... et au retour sur terre mais ce n'est pas clair (?)
  • la navette en version tanker d'ergols qui fait des A-R vers l'orbite basse pour ravitailler la navette de transport afin de permettre son départ vers Mars et les opérations de rentrée atmosphérique et d'atterrissage là-bas.

 

AMHA, pas évident que la solution adoptée puisse être unique sur tous ces vaisseaux, le freinage atmosphérique une fois la phase initiale de rentrée effectuée et la vitesse réduite, peut être un atout (surtout sur Mars où les ergols seront précieux et leur fabrication en ISRU complexe)

 

SpaceX compte contourner le problème de l'apesanteur en utilisant plus de carburant de façon à raccourcir la durée du vol. De cette façon, les passagers subiront moins les effets néfastes de la microgravité.

Tout ceci reste à préciser .... brûler de grandes quantités d'ergols ce n'est pas évident pendant le voyage et une fois dans l'environnement de la planète et même au sol.

 

Donc, les protections contre tous les inconvénients du vol spatial long (ostéoporose, perte musculaire, effets sur les yeux, nocivité des rayonnements, etc ....) sont loin d'avoir une solution du genre "yakafokon" ..... donc gardons-nous d'un optimisme sans réserve, beaucoup de solutions techniques restent à développer même après les années d'expérimentation réalisées sur MIR ajoutées à celles d'ISS.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On peut imaginer des espaces de course à pied, comme sur Skylab, pour faire marcher les gambettes.

 

D'un autre côté, le vaisseau interplanétaire me semble assez grand pour incorporer un module rotatif interne, à la manière du carrousel du vaisseau de 2001.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Les étages qui rentrent actuellement pénètre l'atmosphère en régime hypersonique ?

Non, ils freinent assez pour une 'simple' entrée supersonique.

 

Pour reparler de la rentrée atmosphérique, je me demande s'il est faisable de faire une rentrée le "bec en avant", avec 0° d'incidence. Après tout, c'est ce qu'on fait les américains avec le HTV ?

Le HTV est japonais et se désintègre à la rentrée. Je suppose que tu parles d'une entrée 'façon shuttle', avec le 'nez haut'. D'après les vidéos, l'ITS devrait effectivement freiner au moins en partie de cette façon, donc avec les hublots du côté protégé.

Sur les images d'artiste, on voit un ventre noir, indiquant la présence d'un revêtement de protection thermique, qui complémentera l'action des moteurs.

 

les protections contre tous les inconvénients du vol spatial long (ostéoporose, perte musculaire, effets sur les yeux, nocivité des rayonnements, etc ....) sont loin d'avoir une solution du genre "yakafokon" .....

Effectivement, c'est le gros point faible du plan d'E. Musk. Pour les rayonnements pendant le voyage, il semble que la masse importante du vaisseau suffise à protéger les passagers. Mais quid du séjour sur place, Mars ou même la banlieue jovienne comme on le voit sur les vidéos de SpaceX? Il existe très peu d'études sérieuses à ce sujet. Pareil pour toute l'infrastructure nécessaire à destination: usine ISRU, réacteurs nucléaires compacts et sûrs, habitats, psychologie des expéditions, fermes hydroponiques, protection contre la poussière, combinaisons qui ne prennent pas trois heures à enfiler, etc. Tout cela est bien moins développé que les vaisseaux spatiaux.

 

Cela dit, aucun de ces problèmes n'est à priori insurmontable alors que le voyage lui-même l'était jusqu'à l'arrivée de SpaceX.

 

le vaisseau interplanétaire me semble assez grand pour incorporer un module rotatif interne, à la manière du carrousel du vaisseau de 2001.

De nouveau, ça n'a pas de sens car si tu créés de la gravité artificielle, tous les objets 'tombent' sur le sol: les passagers, leurs matériel, les tables, les lits, la nourriture,... Du coup, il n'est plus possible d'exploiter toute la surface du vaisseau. :o

Rester en apesanteur est bien plus rentable. ;)

 

Imagine un réfectoire dans une pièce de 4mx4m avec une hauteur de 3m. Tu peux y asseoir au maximum une vingtaine de personnes à la fois.

Le même réfectoire dans l'espace peut être occupé par 20 personnes et 20 autres au 'plafond', plus au moins une dizaine de personnes par 'mur', soit au total 80 personnes en même temps. :cool:

Modifié par OrionRider

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais va t'il vraiment le faire ( envoyée des hommes dans l'espace ) où tout ça c'est juste une énième propagande commerciale ! :confused::confused: et une désillusion habituelle

 

Mais va t'il vraiment le faire ( Projet homme sur Mars ) où juste propagande commerciale !

 

je veux dire et j' veux pas paraitre cynique, mais va t'il vraiment essayer !!!!! !:confused:, où il sait déja que comme dab c'est du pipo :gne: , et se résumer a ravitailler l'iss et lancer des satellites

Modifié par tictactoc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir.

 

Rester en apesanteur est bien plus rentable. ;)

 

 

Commercialement ...

 

ça n'a pas de sens car si tu créés de la gravité artificielle,

 

Si le record actuel passé dans l'espace...est de 878 jours,pour Mars probablement plus, quant on connait les effets néfastes de l'apesanteur,sans parler des autres problèmes à résoudre on peut se dire que si t'envoies des Kamikazes, la gravité artificielle serait superficielle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout dépend de la durée du vol aller. Plus de 3 mois à 0G, ça passera mal, c'est clair.

Une fois sur place, plus trop de soucis. 1/3G devrait être suffisant. Ils mourront probablement d'autre-chose: manque d'air, d'eau, de nourriture, froid, radiations, virus, empoisonnement alimentaire, etc. :confused:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:gne: Je parles du Hypersonic Techologie Vehicle, le HTV-2 Falcon testé par la DARPA il y quelques années. Jamais entendu dire qu'il était japonais, étant donné que Lockheed est américano-américain *hymne US*. Peut-être ont-ils "emprunté" quelques technologies d'origines nipones, ce que ne m'étonnerais pas venant de leur part. :be:

 

Pour la rentrée atmosphérique, le HTV-2 l'effectuait le bec en avant, à 0 degré d'incidence, contrairement aux navettes qui rentraient avec une 20aine de degrés d'incidence.

 

Contrairement à la navette qui présente son ventre durant la phase de rentrée, à la manière d'une capsule, le HTV-2 pénètre l'atmosphère et planant comme un avion (un planeur ultra-rapide cependant :rolleyes::rolleyes:). Une image est plus parlante.

 

300px-Speed_is_Life_HTV-2_Reentry_New.jpg

 

Allez, une deuxime. Celle-là est plus spectaculaire :

 

HTV2Highres.jpg

 

Je crois qu'il survécut une dizaine de minutes à mach 20 (!) en étant manoeuvrant, avant de plonger dans le Pacifique, ce qui était prévu. Voici la vidéo du vol.

 

 

Sources ici : https://en.wikipedia.org/wiki/Hypersonic_Technology_Vehicle_2 pas terrible, mais c'est ce qu'il y a de mieux moins mauvais je pense...

 

A la longue, il se pourrait qu'il y ait émergence de deux types de véhicules orbitaux réutilisable :

 

Les fusées normales à étages revenant sur Terre

et

Les avions ultra-rapides orbitaux, combinant sans doute réacteurs(turbo et/ou stato) + moteurs fusées.

 

Je pense que l'un ne remplacera pas l'autre, mais ils seront complémentaires.

 

EDIT : Le HTV-2 fût lancé depuis Tanegashima, au japon, mais la fusée et le planeur restent bien américain.

Modifié par AlphaCentaury

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

lol, je parlais de l'HTV, véhicule orbital qui ravitaille l'ISS. ;)

http://iss.destination-orbite.net/htv.php

 

Le HTV dont tu parles a un équivalent chinois qui est le DF-ZF, à ma connaissance le seul véhicule hypersonique fabriqué en série.

Mais ils n'ont pas de moteur, ce sont des bombes planantes.

Modifié par OrionRider

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, j'en ai entendu parler.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
:gne:

EDIT : Le HTV-2 fût lancé depuis Tanegashima, au japon, mais la fusée et le planeur restent bien américain.

 

:gne: (une nouvelle façon de dire bonjour à faire figurer en début de message ?)

 

Les militaires US ne lancent pas leurs prototypes secrets depuis le Japon.

source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Hypersonic_Technology_Vehicle_2

Lancé par une fusée Minotaur IV depuis Vandenberg Air Force Base

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
:gne: (une nouvelle façon de dire bonjour à faire figurer en début de message ?)

 

Les militaires US ne lancent pas leurs prototypes secrets depuis le Japon.

source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Hypersonic_Technology_Vehicle_2

 

Ah, bah pourtant, j'étais bel et bien tombé sur une vidéo de lancement depuis le japon justement, je ne l'invente pas... :b:

 

EDIT : NON NON NON !!!!! L'auteur de l'article en question a lui aussi confondu les HTV !!!!! :be::be::be::be::be::be:

 

Les cargos japonais partent bien du japon, mais les hyper-planeurs partent des US ! Grrrr, ça m'apprendra à ne pas vérifier les sources des articles !

Modifié par AlphaCentaury

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas directement lié à Mars, quoi que... Voici quelques nouvelles du plan commun à Google et SpaceX pour distribuer l'internet sur toute la panète.

 

"In March 2017, SpaceX filed with the FCC plans to field a constellation of more than 7500 "V-band satellites[...] it would consist of "7,518 satellites to follow the [earlier] proposed 4,425 satellites that would function in Ka- and Ku-band."

 

"SpaceX a introduit une demande au FCC pour déployer plus de 7500 satellites de communication dans la bande V. La constellation compterait 7518 satellites, en plus des 4425 satellites déjà prévus en bande Ka et Ku."

 

Soit un total de 11943 satellites! :b:

 

"SpaceX intends to develop and deploy a version of the satellite communication system that would be used at Mars. In the mid-term, SpaceX is interested in the satcomm system on Earth generating revenue that would be helpful in providing capital for the company's Mars transport project."

 

"SpaceX compte déployer une version de cette constellation autour de Mars. A plus court terme, les revenus de la constellation terrestre sont destinés à appuyer les plans de la société pour son projet de transport vers Mars."

 

Clairement, toutes les activités de SpaceX sont axées sur la mission vers Mars, ou la génération de revenus afin de faciliter cette mission.

 

http://spacenews.com/fcc-gets-five-new-applications-for-non-geostationary-satellite-constellations/

https://en.wikipedia.org/wiki/SpaceX_satellite_constellation

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"In March 2017, SpaceX filed with the FCC plans to field a constellation of more than 7500 "V-band satellites[...] it would consist of "7,518 satellites to follow the [earlier] proposed 4,425 satellites that would function in Ka- and Ku-band."

 

"SpaceX a introduit une demande au FCC pour déployer plus de 7500 satellites de communication dans la bande V. La constellation compterait 7518 satellites, en plus des 4425 satellites déjà prévus en bande Ka et Ku."

 

Soit un total de 11943 satellites! :b:

 

Un projet vraiment TRES ambitieux. Mais si on veut que les baleines de l'Arctique jouent en réseau avec celles de l'Antarctique ... il faut se donner les moyens :p

 

Il faudra estimer le nombre de lancements qui seront nécessaires (en espérant que la taille et la masse permettront un lancement en grappe de 10 ? de 100 ? satellites à la fois.) et quels lanceurs seront utilisés pour cela F9 ? F9H ? ou la version cargo de l'ITS (pour corser la beauté du projet) ?

 

"SpaceX intends to develop and deploy a version of the satellite communication system that would be used at Mars. In the mid-term, SpaceX is interested in the satcomm system on Earth generating revenue that would be helpful in providing capital for the company's Mars transport project."

 

"SpaceX compte déployer une version de cette constellation autour de Mars. A plus court terme, les revenus de la constellation terrestre sont destinés à appuyer les plans de la société pour son projet de transport vers Mars."

 

Clairement, toutes les activités de SpaceX sont axées sur la mission vers Mars, ou la génération de revenus afin de faciliter cette mission.

 

Oui c'est le "rêve" permanent d'E. Musk cette colonie martienne. Et annonces et twits ... se multiplient.

Mais .... la réalité et le montant des "bénéfices" déjà réalisés reste un secret d'entreprise. Et ceux que permettront d'engranger les lancements à venir ..... sont pour l'instant totalement virtuels et si on lui souhaite le meilleur, il ne faut pas trop s'emballer sur ce déploiement martien.

 

Cette constellation martienne est seulement une des possibilités offertes par la "psycho-histoire" (mais Elon n'est pas le Hari Seldon imaginé par Isaac Asimov dans Fondation) :rolleyes:

Modifié par montmein69_2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
en espérant que la taille et la masse permettront un lancement en grappe de 10 ? de 100 ? satellites à la fois.

 

Hélas, compte-tenu de la bande passante monstrueuse, de la taille courante des satellites de communication et de leurs besoins en énergie, on parle d'au moins 3 tonnes par engin.

 

...au total 36.000 tonnes en orbite polaire (l'équivalent de 80 ISS!)... :b:

 

J'ai beau être optimiste, là ça me dépasse vraiment! :p

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai trouvé plus fou que l'ITS !

 

Le Sea Dragon !! :be:

 

 

Sinon, y a Kerbal...

:be:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce n'est resté qu'une divagation, et pour cause. S'il suffisait de mettre un réservoir sous pression pour alimenter une chambre de combustion et aller en orbite, tout le monde le ferait.

Hélas, pour ça il faudrait un volume de gaz sous pression incroyable, et surtout des réservoirs extrêmement lourds pour résister à la pression.

 

C'est tout simplement impossible.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.