Benoît

CURIOSITY - Mars Science Laboratory

Recommended Posts

Salut

 

Dans les deux forages (John Klein et Cumberland) effectué dans la couche de fond qui est la plus ancienne (Sheepbed) de Glenelg, le rover a trouvé des traces d'argiles à la hauteur de 20% dans chacun des échantillons. Cette époque sembles très ancienne (fin Phyllosien quand mars était plus chaude et humide sous une atmosphère plus dense), et une partie de l'argile (à base d'aluminium : montmorillonite) viens peut-être d'avant la création du cratère par la dégradation de roche ignées (qui ont peut-être aussi été dégagé lors de la collision avec l’impacteur qui a formé Gale). Les argiles à base de silicate de fer et de magnésium (Nontronite et saponite) sont peut-être originaire des époques plus récente juste après la formation du cratère avec l'écoulement de Peace Vallis et autre (remonté des nappes phréatiques et période de débâcle !) par l’érosion de matériau basaltique comme l'olivine (stratification oblique de Shaler par exemple qui dévoile une formation dans un faible courant). La couche de Gillespie est plus récente, deux ou trois milliard d'années ou moins, et la couche de Glenelg est la dernière (gros bloc, éjecta) a s’être mise en place avec les dunes de sable. Ces trois couches recouvrent tout le plancher du cratère. Les roches et les pavées d'affleurement des escarpements sont en gros des grès silicatés (sable cimenté) avec des matériaux basaltique et ignés (venant des profondeurs comme les feldspaths rencontré à Rockness). Les roches initiales ont été altéré et éroder par l’eau et le vent et ont fini par former des grès de surface sous forme de pavés d’affleurement en faible profondeur et les dunes de sable.

 

Le site de Glenelg se trouve à l'embouchure d'un cône de déjection ou delta dont la source proviens de Peace Vallis, mais aussi de d'autre source venant de plus loin au sud-est comme sur les pentes de Sharp, et comme le démontre les différentes lignes de flottaisons qui indiques également des époques différentes. Et là Curiosity a trouvé des conglomérats de gravier (observés également ailleurs) et plein d'autre indice de l'écoulement d'un fleuve non pérenne et formation d’un lac peu profond avec faible vagues. Cette période correspond à une époque tardive qui correspond à des périodes inondables dont l'origine est externe au cratère Gale, vers ses débuts à l'époque de la mise en place de la couche intermédiaire du dépôt de Gillespie ! Il faut aussi tenir en considération la vitesse de l'érosion éolienne qui a été estimée à environ 1 mètre par million d'années.

 

(plus en détail ici : https://sites.google.com/site/lespanoramiquesmartiens/sharp-2)

 

Plus loin vers la base du mont Sharp, vers où se dirige présentement Curiosity (troisième site de forage Kimberlay et point d’entré vers le sommet), correspond aux périodes inondable associé à la formation des vallées profondes qui se trouve sur le flanc nord-ouest de Sharp et creusé par des torrents puissant, avec ses mesa au sommet plats qui tapis le flanc des parois à proximité et à la base près des zones de débâcles. La fonte des glaciés des sommets est associé à ces époques de débâcle. Les vallées ont été creusées en bonne partie à ces époques là (période transitoire entre la couche Glenelg et Gillespie), mais en des temps différents ! Le déferlement de l’eau des pentes abruptes de Sharp a creusée et érodée les vallées et dégagées les couches plus profondes (Gillespie et Sheepbed) et comme l'ateste les zone d'éboulis le long des vallées. C’est pour cela que les analyses effectué au forage de kimberlay sont attendu avec impatience. En plus, si les échantillons contiennent encore des traces de dichlorométhane et de chlorométhane (molécule carbonée et chloré), et ceci même avec les différents tests qui ont été effectuer pour en évaluer la non contamination par les solutions de nettoyages des instruments du rover, et de la pertinence de l’action destructive des perchlorates pour expliquer leur présence à John Klein et Cumberland, et bien, cela sera une toutes autres histoire !

 

(les deux dernier paragraphes ici : https://sites.google.com/site/lespanoramiquesmartiens/sharp-3)

 

C'est juste une théorie qui tente d'expliquer la lithologie et les caractéristiques physiques rencontré sur le trajet du rover !

 

Gilles

Edited by Gilles98

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonsoir,

Merci pour cette thèse Gilles98 :)

J'ai trouvé ceci qui me semble intéressant.

 

http://www.cnes.fr/web/CNES-fr/10227-st-2012-des-crateres-exhument-des-preuves-de-l-action-de-l-eau-sous-les-highlands-martiens.php

 

Altération en profondeur de matériaux mafique datant du Noachien, par des nappes hydrothermale ou phréatiques pour finalement former des phillosilicates de type serpentine par serpentinisation, et qui ont été par la suite mis en surface lors de collision plus récent. L'arctique date un peut, mais....

 

La serpentinisation libère des ion hydrogène (et du carbone) favorable pour des organismes de type chimiolithiautotrophe !

 

Et ici, une analogie avec la formation de la croûte océanique à partir de l'océan magmatique.

 

http://planet-terre.ens-lyon.fr/article/serpentinisation-oceanique-vie-primitive.xml

 

Et ici une conférence a ce sujet lors des rencontres exobiologiques pour doctorants 2014 :

Edited by Gilles98

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

Merci Gilles98 pour ces liens que je vais lire attentivement :)

J'ai apprécié les différentes simulations faites en laboratoire pour reproduire à

petite échelle le mécanisme de la serpentinisation à l'aide d'autoclaves et les

différentes procédures employées ,pression, température, types d'autoclaves

et j'en passe .......

c'est un superbe travail de recherche ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au Sol 657 (ausold'hui donc), Curiosity a parcouru la 2nde distance la plus importante de sa mission en couvrant 121 mètres environ ! Il faut dire que le terrain y est plutôt pour quelque chose, avec peu de grosses pierres.

 

Sol657_pano_b.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
Au Sol 657 (ausold'hui donc), Curiosity a parcouru la 2nde distance la plus importante de sa mission en couvrant 121 mètres environ ! Il faut dire que le terrain y est plutôt pour quelque chose, avec peu de grosses pierres.

 

Sol657_pano_b.jpg

 

Ouf, cela veut dire que curiosity reprends un peu de vitesse, après l'incident des roues il avancait deux fois moins vite...Le Mont Sharp n'est peu être pas si loin finalement :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonjour !

 

Hé oui, je poste un message ici :)

 

C'est bien simple : Je me barre d'Astrosurf pour une durée indéterminée. Je ne m'y sens plus safe… L'idée de fréquenter des gens qui sont à des années-lumières de mes convictions me rends malade.

 

Mais je sens que rapidement l'envie de poster mes images de Curiosity (et d'Opportunity) reviendra :D Je reviendrai ici de temps en temps partager tout ça avec vous :)

(...)

J'ignore si c'est un retour définitif sur Webastro, seul le temps me le dira…

 

Damia

Bonjour Fourmi103, :)

 

Je suis très heureux de constater que tu es de retour sur Webastro. :be:

 

Si cela ne t'ennuie pas trop, j'aimerais que tu participes au "QAC" (Quizz Alternatif Convivial) de Webastro (http://www.webastro.net/forum/showthread.php?t=58669). Je suis sûr que tu pourrais nous concocter des énigmes intéressantes (sur Mars et sur ailleurs :p ).

 

Roger le Cantalien. :rolleyes:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui donc sinon Curiosity avance.

 

Au Sol 669, en plus de franchir la barre des 8 km parcourus sur Mars, le rover fêtait sa 1ère année martienne. Panorama de ce sol un peu spécial :

 

Sol669_pano_b.jpg

 

Nous sommes par là, juste en bordure de l'ellipse d'atterrissage :

 

PIA18392_Sol663map-large-br2.jpg

 

Pis au Sol 672, rencontre avec un petit champs de dunes. L'occasion d'avoir un joli paysage :)

 

Sol672_pano_b.jpg

 

Détail en couleur, avec une trace de roue :

 

Sol672_Mastcam34_b.jpg

 

Je termine avec ce panorama du Sol 674, qui date d'hier soir. Le rover doit sans doute tester la consistance du sable avant d'effectuer une traversée.

 

Sol674_pano_b.jpg

 

Bref tout roule pour Curiosity :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Coucou !

 

Ouaip ! Il ne faudrait pas qu'il s'enlise, ça serait ballot...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut,

 

Merci pour ces images. Ça fait du bien de changer un peu de paysage ;).

Les dunes ne sont pas très impressionnantes, le rover ne devrai pas trop avoir de problèmes à priori, et puis ça soulagera un peu ses roues :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut

 

Un nouveau panorama couleur est entamé au Sol 647 à l’aide de la MastCam de gauche de 34 mm fixée au sommet du mât (Figure 74). Trois jours plus tard le 4 juin, l’astromobile réussi pour la première fois à observer le transite à peine visible de la planète Mercure devant le disque solaire. Il s’agit de la toute première observation de ce genre à être mené par un engin spatial se trouvant à la surface d’une autre planète que la Terre. Les nouvelles planifications d’entrainement et de roulement, qui exploite l’imagerie à longue distance pour économiser l’usure des roues, permet désormais de franchir des distances quotidienne beaucoup plus grande. La nouvelle stratégie d’entrainement consistent à faire régulièrement des petites pauses durant le trajet, le temps de prendre des photos numériques du terrain avec les caméras stéréoscopiques de navigation (HazCam et NavCam), qui sont par la suite converties en carte virtuelle 3D, qui fait ressortir les détails du relief, pour êtres analysées et interprété par les différentes procédures de l’intelligence artificiel de bord afin d’identifier automatiquement les dangers. Ce qui permet au robot d’aller plus loin en toute sécurité, car la planification séquentielle de petits déplacements va ajuster automatiquement la trajectoire du rover sur le terrain, et selon les difficultés et les obstacles qui seront rencontrés avant chaque déplacement. Le rover franchis pour une dixième fois le cap des cents mètres parcourus en une seule journée à la surface de la planète Mars, en franchissant sa troisième distance la plus longue avec 119,49 mètres au Sol 657 à une vitesse moyenne de 4 cm par seconde. Un nouveau panorama couleur de 360 degré est entamé au Sol 659 avec la MastCam de gauche de 34 mm (Figure 75), sur lequel on peut voir le magnifique paysage martien traversé par le robot le long de son trajet sur Mars.

 

L’astromobile dépasse de 5 mètres la distance totale parcourus par le rover Spirit lors de sa mission à la surface de la planète Mars au Sol 663, avec au compteur plus de 7 735,85 mètres franchie en l’espace d’un peu moins de deux ans, contre 7 730.5 mètres pour le rover Spirit franchis en six ans et 77 jours. En plus des mesures journalières effectuées avec les instruments REMS, RAD et NAD, le rover entame un nouveau panorama couleur de 360o avec la MastCam de gauche de 34 mm au Sol 663 (Figure 76). Curiosity franchis le cap de sont huitième kilomètres parcourus à la surface de la planète Mars au Sol 668 à la hauteur de « Lolt’s Ledge », et le lendemain au Sol 669 le 23 juin après avoir fait un nouveau panorama des lieux avec ses caméras de navigations NavCam (Figure 77), le robot fête son premier anniversaire martien de 687 jours terrestre, dépassant ainsi la période nominale qui avait été initialement attribuée pour la durée de la mission du rover sur Mars. Un dispositif de sécurité interrompt quelque peu le déplacement de l’astromobile, lorsque que ce dernier a rencontré un petit glissement de ses roues en cherchant à traverser un petit champ de dune au Sol 672 le 27 juin au site dénommé « Radcliff » (Figure 78). Après l’étude des traces de roues laissées sur le sol martien, le rover fait marche arrière sur une courte distance pour contourner le champ de dune au Sol 674, puis reprend sa route vers le sud-est. Au Sol 687 le 12 juillet, l’imageur microscopique de haute résolution Mahli a réussit à capturées en image l’étincel du panache de plasma et les mouvements turbulants de poussières qui ont été généré lors d’une série de plus de cent tirs du laser LIBS de ChemCam sur une cible se trouvant sur la roche « Nova » (Figure 79). Les analyse ont révéler la présence de silicium, de sodium, et d’une concentration croissant d’aluminium en fonction de la profondeur.

 

http://www.spaceflight101.com/msl-mission-updates-8.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour la piqure de rappel Gilles98 :)

 

Curiosity se rapproche des zones sabloneuses, et aussi de son objectif :

 

2678449_orig.jpg?447

 

Ça commence à devenir impréssionant !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Curiosity a fait marche-arrière, l'entrée dans Hidden Valley était peut-être une mauvaise idée, comme l'atteste cette image :

425757faff.jpg

 

The plan for Sol 713 is to do some brief ChemCam and Mastcam observations of a target called Thorndike, and then drive. The goal of the drive is to move the rover a short distance back in the direction we came from to get out of the sand that has been causing driving difficulties recently. Once we’re on more stable ground, we will weigh science and engineering considerations and decide what our driving strategy will be: do we keep trying to drive in the sand in Hidden Valley, or do we drive on the rocky surface of Zabriskie plateau ?

Source : USGS

Vous pouvez également suivre son chemin depuis ses deux ans maintenant :

http://curiosityrover.com/rovermap1.html

 

A suivre...

Edited by Space

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pourquoi y'a de la pente ?

 

Pourtant il a été aussi éprouvé sur le sable sur le sable.

Un problème de roue percée ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, redirection du rover vers un point plus haut afin de planifier une prochaine route.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En effet, la route au sud passe proche des dunes de sable noir, c'est donc un potentiel risque d'enlisement. La route plus au nord est semblable à ce que Curiosity a pu traverser. Le chemin n'est plus très long, vaut mieux peut être prendre le chemin plus rocheux...

 

Ps : Pour les passionés de Mars, un excelent dossier "pour la science" est sorti depuis un moment déja, y paraissent des articles de Michel Cabane du Latmos ou encore Pierre Thomas (ENS Lyon)

Tout est vu, et en profondeur : atmosphère, ce que va nous apprendre Maven, les glaciers, les cycles climatiques anciens...Personnelement j'y apprends beaucoup de choses ;)

Edited by alfred78

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://mars.jpl.nasa.gov/msl/news/whatsnew/index.cfm?FuseAction=ShowNews&NewsID=1695

 

Nouveau forage en vue pour Curiosity (en attente de validation)

Ce serait le 4e forage.

Le terrain change semble t-il. Les ingénieurs veulent notamment savoir quel en sera l'impact sur les roues du rover.

Durant cette campagne de forage, l'équipe va reflechir à la nouvelle route à suivre par Curiosity, suite à son demi tour.

 

Photo du site candidat pour le forage :

 

Mars-Curiosity-rover-drilling-Bonanza-KingSol717-Left-Mastcam-PIA18601-br2.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

 

Un article d’Emily sur le Planetary Blog fait un point complet sur la dégradation des roues de Curiosity :

 

http://www.planetary.org/blogs/emily-lakdawalla/2014/08190630-curiosity-wheel-damage.html

 

La longueur de ce papier me dissuade d’en tenter une traduction. ;)

Je rappelle à toute fin utile qu’un traducteur automatique peut servir de béquille aux estropiés linguistiques, ou à ceux d’entre vous qui auraient pris ouzbek première langue, et navajo en seconde. :p

 

Les raisons de ces dommages sont exposées et les moyens d’y remédier aussi.

Pourtant, un point semble rester ambigüe, à savoir le renoncement, ces derniers jours à franchir la zone dunaire de Hidden Valley.

En effet, si on en croit ce qui nous est dit là, les capacités de franchissement des dunes de Curiosity, avaient été grandement améliorées par rapport à celles des MER’s et, pour minimiser l’usure des roues, les pilotes vont privilégier les terrains sablonneux pour le futur parcours du rover !...

Autrement dit, un terrain avec juste un petit tapis de sable, mais surtout pas trop épais au risque de devoir faire demi tour.

Pourquoi pas de la moquette aussi ?... :confused:

 

Alors d’accord, les objectifs de la mission ne sont pas encore compromis. Mais je trouve que la NASA continue à minimiser singulièrement les conséquences négatives de cette obsolescence non programmée.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour ces informations Quetzalcoatl :)

C'est vrai que cette histoire de roues mal conçues est navrante. Pour le prochain coup ils ne se feront certainement plus avoir.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah, bien vu Space !

 

Curiosity a fait le ménage avec sa petite brosse :D

 

J'ai balancé l'article d'Emily Lakdawalla sur google trad, je me suis bien fendu la pêche ! ça marche plus ou moins bien. Faut avouer sur ce coup là que c’était pas trop dégueulasse quand même.

La "Roue avant gauche de la curiosité" (traduc google:be:) a bien morflé !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Merci pour ces informations Quetzalcoatl :)

C'est vrai que cette histoire de roues mal conçues est navrante. Pour le prochain coup ils ne se feront certainement plus avoir.

 

Salut Yui,

 

Dans l’article d’Emily, le directeur de l’équipe en charge du problème des roues de Curiosity, Jim Erickson, nous dit principalement deux choses au sujet des solutions pouvant être mises en œuvre pour le rover de MSL 2020 :

 

D’abord, qu’il n’est pas directement en charge de la conception des roues du futur rover martien. :cool:

(Cependant, puisque qu’il est chef du projet qui doit évaluer les conséquences et les solutions des actuels problèmes de roues de Curiosity, je n’ose imaginer que la NASA, ne le consulte pas quand il s’agira de valider les modifications à leurs apportées pour garantir une plus grande solidité sur le rover MSL 2020.)

 

Ensuite, il aborde une solution toute autre qu’une amélioration technique.

 

Il nous parle de l’importance, pour le choix du futur site à explorer, de le sélectionner en fonction du critère d’objectifs scientifiques directement inclus dans l’ellipse d’atterrissage.

Ainsi, le rover 2020, n’aurait plus à s’éloigner significativement de son point d’atterrissage pour atteindre les endroits importants à explorer.

Bien vrai qu’un rover ayant à rouler seulement quelques km pour remplir sa mission n’aurait pas forcément besoin d’avoir des roues très robustes.

On pourra cependant objecter que cette solution à un fort impact restrictif sur le nombre de sites intéressants sur le plan scientifique pour MSL 2020…

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir.:)

 

La nature est un exemple.

 

Prenez un Rover faite le atterrir sur le mont Sharp il n’aura plus à y grimper.

 

Pour la descente, voir le lien et cliquez sur l’image pour apprécier la technique à pratiquer.

 

http://www.cieletespace.fr/node/12345

 

Six menhirs suffiraient pour Curiosity.

 

Si on arrive à faire atterrir Philaé sur GC 67 P la NASA devrait pouvoir affiner ses cibles d’atterrissage sur Mars.

 

Ah ces roues dont on a déjà discuté.... ce n’est pas une prouesse.11.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le plus étrange dans tout ça c'est que Curiosity soit finalement encore revenue juste au pied de Hidden Valley pour y examiner l'affleurement ... bizarre aussi le coup de l'affleurement pourquoi s'être éloigné pour finalement retourner au point de départ et examiner cet affleurement ... :?:

Ça me fait penser à moi lorsque j'allais au boulot et une fois arrivé à l’entré je faisais demi-tour pour cloper un peu plus loin histoire de retarder l’échéance :D

 

En tout cas, après avoir lu en diagonal l'article d'Emily la logique voudrait que MSL se doive finalement de traverser Hidden Valley pour économiser les roues... :?:

Malgré ces problèmes de roues je fais confiance au ingénieur du JPL pour amener Curiosity au moins jusqu'au pied du mont sharp.

 

Sinon pour faire une petite rétrospective des 2 ans de Curiosity sur Mars j'ai trouvé ça:

:)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il nous parle de l’importance, pour le choix du futur site à explorer, de le sélectionner en fonction du critère d’objectifs scientifiques directement inclus dans l’ellipse d’atterrissage.

Ainsi, le rover 2020, n’aurait plus à s’éloigner significativement de son point d’atterrissage pour atteindre les endroits importants à explorer.

Bien vrai qu’un rover ayant à rouler seulement quelques km pour remplir sa mission n’aurait pas forcément besoin d’avoir des roues très robustes.

On pourra cependant objecter que cette solution à un fort impact restrictif sur le nombre de sites intéressants sur le plan scientifique pour MSL 2020…

Je pense que le sample caching obligera de toute façon à viser une région où l'intérêt scientifique se trouve à l'intérieur de l'ellipse. C'est simple, on ne peut pas rouler et faire des prélèvements en même temps. Le faible nombre de forages faits par Curiosity (celui en cours n'est que le quatrième) le montre clairement. Or, il s'agit pour Mars 2020 de stocker au moins une vingtaine d'échantillons dans la durée de la mission nominale.

 

Il y a des très bons sites qui ne sont pas "go to" (pour les MER aucun ne l'était), donc je pense que parler d'un "fort impact négatif" est un peu exagéré. ;) Et l'ellipse pourrait être encore un peu plus petite que pour MSL.

 

Le plus étrange dans tout ça c'est que Curiosity soit finalement encore revenue juste au pied de Hidden Valley pour y examiner l'affleurement ... bizarre aussi le coup de l'affleurement pourquoi s'être éloigné pour finalement retourner au point de départ et examiner cet affleurement ... :?:

Ça me fait penser à moi lorsque j'allais au boulot et une fois arrivé à l’entré je faisais demi-tour pour cloper un peu plus loin histoire de retarder l’échéance :D

 

En tout cas, après avoir lu en diagonal l'article d'Emily la logique voudrait que MSL se doive finalement de traverser Hidden Valley pour économiser les roues... :?:

Oui, la logique voulait cela et c'est ce qui était prévu. Mais le rover a patiné beaucoup plus que dans les dunes de sable précédemment rencontrées, et comme Hidden Valley n'offre pas beaucoup de portes de sortie, c'était le piège idéal. :confused:

 

La non-traversée d'Hidden Valley a compromis le planning qui prévoyait un forage une fois arrivé à Pahrump Hill. L'équipe a dû réagir rapidement pour ne pas perdre cette opportunité de faire un forage. Remonter la rampe d'Hidden Valley a permis d'évaluer les cibles potentielles à proximité et le choix s'est finalement porté sur Bonanza King.

 

Ça me fait penser que j'ai oublié de vous signaler cet article où je fais le point sur Curiosity, Oppy, Mars 2020 et ExoMars. http://pioneer-astro.fr/2014_08_2.php

 

Amicalement,

Edited by pioneer6014

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Pioneer :)

je comprends maintenant (bien que ce ne soit pas très rassurant :confused:)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Rassure-toi, il n'y a rien d'alarmant dans tout cela. Ce sont les aléas "normaux" d'une mission de ce genre, il n'est pas toujours possible d'anticiper comment le rover va se comporter sur tel ou tel terrain. Mais globalement Curiosity a moins de risques que Spirit et Oppy de rester coincé dans le sable.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.