pancho61

Achromat Scopetech STL80A-L

Recommended Posts

Posted (edited)

Bonsoir a tous,

 

Chose promise, petit retour suite a la réception de la lunette. Elle est bien arrivée en fin de semaine dernière, j'ai pu déjà faire quelques essais uniquement en lunaire le boulot étant assez prenant en ce moment. Je complèterai ce test avec des essais en planétaires puis doubles et quelques gros objets du ciel profond.

 

- Quelques détails sur la marque Scopetech.

 

Scopetech est une société Japonaise une des dernière ayant le courage de se lancer dans la fabrication (a contre courant) d'achromat longue même si je ne suis pas parfaitement objectif ayant un de leur matériel. Ils ne vendent que des achromats, dans leur catalogue plusieurs modèles:

 

- Deux lunettes diamètre 60mm, Focal 1000 et 1200mm

Muramasa 60MAXI

Nagamitsu  60MAXI

 

- Deux lunettes diamètre 80mm, Focal 1000 et 1200mm

STL80A-L

STL80A-MAXI

 

Le lien avec tous les modèles :

http://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=auto&tl=fr&u=https%3A%2F%2Fscopetown.co.jp%2FSHOP%2Fg148781%2Flist.html

 

- Le design des lulu est réalisé par scopetech, le corps des lunettes est fabriqués par des OEM, les lentilles sont polis par  une société au Japon.

Quelques photos de l'usine au Japon réalisant les lentilles:

http://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=auto&tl=fr&u=https%3A%2F%2Fscopetown.co.jp%2FSHOP%2Fg148781%2Flist.html

 

- La lunette:

 

Depuis quelques temps, je recherchais une achromat en complément de mon matériel pour faire du planétaire, lune et quelques objets CP bien brillant. je suis tombé sur cette marque par hasard sur webastro (en partie grâce a olivier) et un post qu'il avait ouvert sur forum. Ayant la chance d'en récupérer une d'occasion pour un bon prix j'ai décidé de faire un test pour faire connaître cette marque qui il faut le dire, assez rare dans nos contrées.

 

Le modèle reçu est une STL80A-L

IMG_1280.thumb.JPG.351ac515dac33486e5721f508bcbde47.JPG

 

Caractéristiques données par le fabricant:

Diamètre: 80mm

Focal:1000m

F/D:12.5

Poids: 2kg

 

Le pack:

Lunette ( évidemment) + cache

chercheur 6X30

Paire de collier

Adaptateur 36.4 vers 31.7

 

- Détails de la lunette:

 

Encombrement:

Avec 2 kilos sur la balance, elle est très légère et malgré son mètre aucune gêne pour la transporter ou pour la fixer. La monture ci-dessus est une monture de Pentax J80 ( KENKO) relativement simpliste mais robuste, aucun tremblement ou de faiblesse de la monture pour la supporter malgré le bras levier.

 

IMG_1285.thumb.JPG.d270f72711501bec83ca51feb80fdf7b.JPG

 

Le focuser:

 

Il s'agit d'un simple focuseur avec une crémaillère malgré cela la mise au point est vraiment très douce aucun point dur et en aucun cas, je n'ai ressenti le besoin d'une démultiplication malgré les grossissements  ( X200).

 

IMG_1284.thumb.JPG.fd53b28b873b908039654c7c6e02526c.JPG

 

- La formule optique:

 

N'étant pas un fin connaisseur des formules optiques, je laisse les experts me corrigeaient. Il s'agit d'un doublet BK7 ( CROWN)+ F2 ( Flint) d'après la plaque signalétique et entière traité ( pas de multicouche a priori).

IMG_1283.thumb.JPG.acf30b5b7b95b90e39714cd17721180b.JPG

 

Petite précision qui peut s'avérer problématique pendant le transport ( j'entends par transport, importation du japon), le doublet n'est pas collimatable par des VIS comme les pentax ou autre achromat ancienne génération. Il est dans la lignée des Vixen, espacé par des cales a 120°. Après vérification et malgré le très long et sûrement tumultueux trajet qu'elle a subi je n'ai pas pas constaté de décollimation ni au star test ni au cheshire la cellule semble être bien conçu. Elle est entièrement en métal ( peux être aluminium). Au passage scopetech revends des cellules a l'unité soit en 80/1000 soit 80/1200.

IMG_1288.thumb.JPG.0d2fdd0c99195395a4cdae81a612e252.JPG

 

Petite photos comparatives avec une TS102/714:

IMG_1282.thumb.JPG.079bc5550e70069f8983893a551508e4.JPG

 

Impressions globales:

 

La lunette est vraiment bien fini, l'ensemble donne un très bon niveau de qualité pour le prix. La peinture est propre, le tube est entièrement baflé a l'intérieur.  il n'y a pas de problème d'assemblage excepté le fait d'avoir peint le filetage du pare buée a l’intérieur, résultat quand vous le retiré des dépôts de peinture volent un peu partout😦. Dès que j'ai un peu plus de temps, je continue le compte rendu avec les ressentis en visu.

 

IMG_1291.thumb.JPG.0d577358e4195dd741a9fba667fa7948.JPG

 

Edited by pancho61
  • J'aime 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une 80f15 tel que je la ferai (focus : planétaire, grand champ, solaire H-alpha)

A droite, le résiduel champ profond en bleu profond 460 et bleu violet 435, mieux qu'une Zeiss E110, ça fait des auréoles en violet sur du très lumineux c'est "normal".

80-1200-spots.jpg.ab5c913ed730e08262905fd548f0dfd4.jpg80-1200-bleu-violet.jpg.8581fa4f9ac2b569931274e8431b32ef.jpg

FH-80-1200mm-e6.len

--------------------------------------

Comparaison : la version 60-900 est meilleure que la Telemator C63/840 sauf pour les 3mm de différence et le fait que la "TM" a un objectif collé qui réduit encore un cran au-dessus la diffusion en planétaire. On arrive a des critères de pro.

La 80-1200 avec son RC 2.8 est à peine en-dessous d'une Telemator RC2.4 en plage chromatique corrigée, mais ... elle diffusera moins dans le bleu-violet (verre F2) et apporte 60% de lumière en plus.

 

Seul le point encombrement et un bon oculaire planétaire moderne° de 5mm diffusant peu à disposition me ferait choisir une 80-1000.

Mais il faut savoir que ces pauvres 200mm en plus, amenant à f/15, apporte facilement le dernier saut de grossissement x200. Il est accessible avec les oculaires simples anciens : 6 mm orthoscopique ou plössl asymétrique dont l'ergonomie est, par expérience, sans difficulté.

 

Malheureusement, avec un porte-oculaire 1"1/4, cela limite l'accès au champ profond, exprimant la démultiplication de luminosité apportée par le diamètre. Un 32mm plössl par exemple apporte un champ de 50° apparent mais seulement 2.13mm de pupille de sortie. La 80/1000, avec un 40mm permet d'atteindre les 3mm de seuil mais le champ apparent est quand même restreint à 40° à l'oculaire mais 1.6° sur le ciel, efficace pour de gros objets galactiques comme M31, le double amas de Persée... f/12 me semble la limite supérieure dans ce format pour que l'instrument exprime le diamètre de l'objectif.°°

Historiquement, pour donner accès au champ profond et rendre utile des oculaires de plus longue focale pour les instruments à f/15, Zeiss équipait d'un porte-oculaire avec 38mm d'ouverture libre (pareil que format T2) au lieu des 28mm du format 1"1/4 et fournissait un Kellner ou un Huyghens pour le grand champ, ce qui permet un 45mm agréable à 48/50° et les 3mm de pupille.

 

Au final, pour cet instrument, tout est dans la qualité de réalisation pour chatouiller ces limites. La formule optique étant un Fraunhöfer, elle offre une certaine tolérance au désalignement barillet/tube/porte-oculaire du fait de la correction avancée de la coma. Une cellule non collimatable mais de bonne qualité avec peu de pièces dé-réglables est probablement suffisante, Vixen le fabrique ainsi pour la 102M.

Et sans hésiter, ça passe devant une apo 80f6 en planétaire.

 

° c'est un autre sujet.

°° en 1"1/4 (28mm utile dans le tube) et un critère de 48° (ex. plössl Clavé) de champ géométrique apparent qui fut longtemps considéré suffisant, on arrive un oculaire de 33,5mm, ce qui donne f/D <= 33.5mm/pupille. Un ortho à 44° était la génération avant, f/D=12 convient pour ceux qui se restreignent à ce champ apparent.

  • Merci / Quelle qualité! 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sauf erreur de ma part, 80/1000, cela donne un f/d de 12.5...😀

Sinon j'aimerais bien observer dans une longue achromat.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai mis la meilleure des deux.

Pour comparer avec du moderne, l' APM 152 f8 de Gerd Düring, c'est pas une apo mais une lunette très apréciée en visuel, il n'y a quasiment qu'un seul spot entre CP et planétaire.

Rien à envier :p

APM152-GD.jpg.29500f1d3e2a336febd845f2a13425ef.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Bonsoir Lyl, merci pour ton compte rendu. Je suis en train de faire des essais en planétaires malgré la météo qui ne veut absolument pas. Mais d'après les premiers jets, je confirme tes affirmations dans ton post plus haut. Je ferai une petite synthèse quand j'aurai engranger plusieurs heures d'observations et récupéré un prisme a la place de mon RC miroir...

 

autre chose tu as un quelques liens pour décrypter tes diagrammes cela m’intéresserai de pouvoir progresser sur ce point là.

Edited by pancho61

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 17/05/2019 à 00:56, pancho61 a dit :

Elle est entièrement en métal ( peux être aluminium). Au passage scopetech revends des cellules a l'unité soit en 80/1000 soit 80/1200.

 

Intéressant :) 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça va être un peu touffu

 

A) Généralités sur quelques aberrations

On commence par une petite vidéo de base pour distinguer les principales formes d'aberration près de l'axe optique, celles qui font la différence en planétaire.

Le carré sur le point focal permettra de comprendre la représentation des spots au point focal

"de l'objectif parfait à la lentille réelle"

 

Voir aussi : http://www.takahashi-europe.com/fr/TSA-102.optics.spots.htm

 

B ) Le diagramme d'aberration sphérique.

Note : à droite c'est pour un doublet, il y a repliement contrairement à une lentille simple : rouge et bleu sont du même côté maintenant.

Aberration-Spherique.JPG.301f2437c249b8028800c963ed3e89f4.JPGBresser90-vert-cale.jpg.4f06a92dd038475f15c4874ea1bb07d8.jpg

 

En position x=f0 sur l'axe optique, on trace le diagramme de convergence de chaque rayon d'une couleur en fonction de là ou il traverse la lentille.

Chaque rayon a pour propriété sa distance sur l'axe des y à l'entrée de la lentille et le point sur l'axe x (y=0) où il converge, il croise à la distance fn.

On en fait une représentation compacte : l'aberration sphérique longitudinale. On utilise la symétrie pour ne représenter que la moitié : le rayon de la lentille.

 

Pour le comportement suivant les couleurs, c'est  intégré dans le diagramme LSA (ci-dessus) sous la forme d'une ligne pour chaque couleur.

Mais on a aussi une représentation séparée du chromatisme sur l'axe.

 

C) Le diagramme de dispersion chromatique (chromatic focal shift) ou spectre chromatique secondaire :

 

Le f0 devient f(0, λ) différent pour chaque couleur. 2 manières de représenter le décalage de f0, avec la couleur sur l'axe y ou sur l'axe x

CHR.JPG  prisme-doublet.jpg.4e536091e36c5e5f0bd0877914225894.jpgZeissChromatic-Shift.JPG.74d0f89cd353bb2a17b7c7cf929e2a5f.JPG.20ffa271849f49746dd9078422cbf160.JPG

On se sert de la représentation horizontale pour montrer le calage (Note : la plage F-B était utilisé au 19eme siècle pour les lulus planétaires de grand diamètre, une autre, qui a été corrigée et utilisée par A.Danjon, la 487/7000 de l'observatoire de Strasbourg est calée à 573nm)

Les préconisations de Danjon et Couder date de 1935, premiers retours d'expériences et théorie.

 

Note historique : à f/15 et plus, l'aberration sphérique est faible, elle influence le calage mais c'est limité, celle au-dessus est à f/10, c'est beaucoup plus courbé.

Un exemple de d'aberration sphérique faible à f/15 qui sert en spectrométrie pour bien calculer les fréquences suivant le décalage du spot qui sera tout petit.

http://atom.lylver.org/AstroSurf/Design Optique/DOUBLETS/Gauss-Ob-90f15.JPG

 

925035413_chromatism_longitudinal2.PNG.14a2935e2a541b8935f7b529223302e5.PNG

 

On accompagne ce diagramme ou on le remplace par la notion de résidu chromatique ou RC il sert à quantifier le spectre secondaire. (le premier coefficient est éliminé par le doublet : repliement) . La référence haute des achromats standards est la Zeiss E110 avec RC~3.72 , la grande sœur en 130mm est vers 4.4, La TAL 100/1000 est à 4.53.

RC-index-2017-10-09%2002-10-10.pngsekundSpektrum01.jpg

 

D) Maintenant la corrélation avec les spots.

En cas d'un taux d'aberration sphérique longitudinale non nulle : les rayons ne peuvent converger en un point unique.

Il en résulte un disque de taille qui dépend de la position x à laquelle ont le mesure.

 

Pourquoi le cercle noir vers le milieu des dessins de spot :

Du fait de la théorie de la diffraction, du à la nature ondulatoire de la lumière, le cercle de confusion minimal ou disque de diffraction ou disque d'Airy a une taille dépendant de la longueur d'onde : ce n'est pas un point unique non plus.

Sa taille dépend de l'ouverture de l'objectif airy.JPG.f4a9e35064d69b3e7af241122577aead.JPG                          # N=longueur focale divisé par diamètre.

 

En planétaire, actuellement on prend 555nm comme référence (pour se rapprocher des lulu apo., avant, c'était plutôt la raie D 589nm ou d)

En champ profond on prend le pic de sensibilité à 507nm.

C'est une référence dont on se sert pour qualifier la qualité du spot.

Même sur la Takahashi TOA : la raie qui est choisie en "jaune" sur le LSA converge avant le point choisi pour regarder le spot. le "jaune" diverge en un disque plus gros.

 

chromatisme-et-sphero.jpgTOA130.JPG.dfadcd5464efb4b10b38910d473cb061.JPG

 

E) Le besoin de qualité du spot :

en photo : en échantillonnage normal => on fait une adéquation taille photosite ~ taille de spot

en visuel on arrose plus de récepteurs dans le fond d’œil. => L’œil construit le contraste par analyse de la différence d'éclairement entre deux cônes L et M. Il faut de nombreux cônes (plus de 30) pour évaluer des nuances. Un œil entrainé pourra évaluer les subtilités d'un grossissement de 2,6D : 13um sur la rétine, encore plus.

Il faut pour cela que la concentration d'un spot dans le disque d'Airy soit ténue pour examiner le même détail, sinon c'est dilué et l'instrument a atteint le pic de ce qu'il peut restituer.

sur-echantillonage-oeil_hexagonal.jpg.b5647910affb60f4048ecf982d1e4c4f.jpg

 

Pour le strehl a une couleur donnée : attention.

Une raie bleue 486 dont le spot est de la même taille qu'un spot rouge 656 aura un strehl bien plus faible.

Pour l’œil c'est la taille de spot qui va compter.

 

-------------------

C'est rare que j'ai à faire un schéma papier, je ne trouve pas forcément tout.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Merci Lyl pour ta réponse complete, je vais regarder tout cela.

Edited by pancho61

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.