Estonius

Expressions exaspérantes

Recommended Posts

1. qui va bien = dans « Mets-moi le p’tit graphique qui va bien dans la prez’ ». Employé très abusivement dans le milieu de la com’. Expression à vomir.

 

2. « juste » = comme dans « C’est JUSTE exaspérant ! »

 

3. être à l’aise / en phase / confortable avec… = associer des mots de cocooning au jargon pro, pour plus de douceur dans ce monde de brutes ?

 

4. deadline = jour après lequel si t’as pas fini ton taf t’es mort.

 

5. ça fait du sens = abominable utilisation de la langue française qui semble signifier que ça A du sens, voire que ça en fabrique. Littéralement traduit de l’anglais « to make sense ».

 

6. asap = as soon as possible = expression complètement has-been qui s’enracine malgré tout = « J’attends ton retour asap »

 

7. charrette = comme asap, « charrette » est vieux comme le monde et veut dire « être en retard » comme dans « Je suis charrette sur ma prez’ ». Expression d’architecte à l’origine.

 

8. sous l’eau = charrette = tellement submergée de trucs à faire qu’on se noie. Souvent utilisé comme excuse aux copines pour ne pas avoir répondu à un mail : « Sorry je te réponds tard mais je suis SOUS L’EAU ».

 

9. le pipe (prononcé « païpe ») = « avoir des projets dans le pipe » = dans les tuyaux

 

10. la To-do = « C’est sur ta To-Do ? » = To-do liste = liste où tu notes indéfiniment les mêmes trucs que tu dois faire depuis des semaines.

 

11. au jour d’aujourd’hui = atrocité du langage courant actuel. Qu’on retrouve l’auteur initial et qu’on l’embroche !

 

12. next step = « quelles sont les prochaines étapes du projet ? »= assez désagréable, utilisé sans introduction ni rien. Juste : « Alors, next step ?! »

 

13. prendre le lead = se positionner en chef sur un projet = « Je vais prendre le lead si ça t’ennuie pas » Euh…

 

14. faire un retour = « Tu me fais un retour là-dessus ? » = utilisation totalement incorrecte !

 

15. LMK (Let Me Know) = à la fin d’un mail ou sur une note = Fais-moi savoir ce qu’il en est / ce que tu en penses. Très snob. (à associer à TBD = to be done, to be determined).

 

16. à date = « on fait un point à date »

 

17. merci de… = tournure à la mode qui fait soit disant gagner du temps aux utilisateurs de smartphones mais reste excessivement autoritaire

 

18. drafter = faire un brouillon. Bref, ébaucher, faire un truc vite fait pas très bien fait.

 

19. pres’ = présentation = « Tu m’envoie ta prez’ asap stp ?

 

20. brainstormer = réfléchir ensemble parce qu’à plusieurs y’a plein d’idées qui fusent et d’où vont jaillir des concepts innovants = se branler la nouille

 

21. revenir vers = « Tu reviens vers moi avec une proposition ? » = c’est à toi de me contacter, et ne reviens pas seulement VERS moi mais JUSQU’A moi. (« Sisi, je suis revenue vers toi mais je me suis arrêtée en chemin… »).

 

22. mutualiser = regrouper les savoirs-faire pour dépenser moins = expression de rapiat

 

23. googliser = chercher sur Google = « Tu l’as googlée la nouvelle stagios ? »

 

24. best practices = bons usages comme dans « Merci de partager vos best practices »

 

25. faire atterrir une proposition = la terminer (Baaaaaaam !)

 

26. updater = mettre à jour = « J’ai pas été updaté sur le dernier projet »

 

27. full = full time, full acess, full tout et n’importe quoi pour rendre sa phrase chic et riche

 

28. feed-back = retour = « J’attends ton feed-back asap ». Utilisée également pour dire « impression» dans « J’ai pas eu ton feed-back sur la nouvelle stagios ».

 

29. FYI = For Your Information = Jette un coup d’œil à ce doc mais de toute façon ça ne te concerne pas vraiment.

 

30. dans mon scope = de mon ressort

 

31. deal-breaker = « J’espère que notre devis que constituera pas un deal-breaker » = rupture d’accord mais évoquer un « deal-breaker » est moins angoissant pour les deux parties, ceux qui essayent de conclure le deal.

 

32. brief = topo = instructions. Peut également désigner une réunion de début de projet. « On se voit au brief ? »

 

33. REX = retour d’expérience

 

34. donner son go = dire qu’on a bien tout vérifié et que quand on a dit GO si y’a un problème malgré tout on est mort.

 

35. clivant = confusant (n°44)

 

36. shooter = « shooter un mail » = l’envoyer mais à plein de gens comme avec une mitraillette

 

37. conf call = conference call = conversation téléphonique à plusieurs. Une horreur où seules deux personnes parlent pendant que les autres se font les ongles ou dessinent des arabesques sur leur cahier.

 

38. a minima = le « au minimum » 2012, manifestement jugé has been après des siècles de bons et loyaux services.

 

39. être force de proposition = prendre des initiatives, être créatif

 

40. out of the box = dans « Laissez fuser vos idées, mêmes les plus out of the box ». Utilisé dans les réunions de brainstorming (voir n°20) pour parler d’une pensée non conventionnelle, différente, originale.

 

41. compiler = « On compile nos notes ? » = ajouter les unes aux autres pour en faire une synthèse.

 

42. collecter = récupérer

 

43. BTW = By the Way = très snob, comme unique phrase dans un transfert de mail. A rapprocher de FYI (voir n°29)

 

44. confusant = « est-ce que ce wording ne risque pas d’être confusant ? » = qui embrouille au lieu d’expliquer

 

45. itération = allers-retours (dans des mails)

 

46. from scratch = version anglaise de notre « ex nihilo » lucrécien = démarrer un projet à partir du grand néant

 

47. provoquer une réunion = la monter (voir n°49)

 

48. cascading = transmission comme dans « Les managers doivent cascader la vision et la stratégie de l'entreprise et partager leurs best practises »

 

49. monter une réunion = l’organiser = envoyer un mail aux personnes présentes pour leur demander si elles sont dispos. Bref, une tâche compliquée !

 

50. rencontrer un impondérable (« Je n’ai pas pu venir ce matin j’ai rencontré un impondérable »)… Euh… du genre « Hello, ravi de vous rencontrer je suis un impondérable » ??

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une grande majorité m'étaient inconnues (ça a du bon la vie d'hermite en montagne finalement:be:), mais bien d'accord avec toi, la 11 est insupportable:mad:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tiens, cela me rappelle des choses d'un temps lointain... On voit que tu es en plein dans le vrai milieu... ;)

 

Les anglicismes permettent de faire passer la brutalité des propos (ce n'est pas notre vraie langue, il y a distanciation). Pour le reste, on reste dans le vocabulaire militaire, mais socialisé, adoucis, la encore, pour faire passer la sauce.

 

J'aime bien la 21 (reviens vers moi- et ne t'arrête pas en chemin) et aussi la 50 (l'impondérable).

 

Un autre truc exécrable qui se dit désormais même dans la rue ou au supermarché: "y a pas d'soucis"... (parce que "problème", c'est un mot à bannir! Positivons, mes frères!)

 

Egalement l'abus du lénifiant "un peu": c'est un peu énervant, c'est un peu scandaleux, c'est un peu grotesque... les mieux éduqués (anglicisme), diront "quelque peu".

Edited by PierreDesvaux

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non, chuis overbockée... et même carrément charrette d'ailleurs!

:p

 

Non, sans rire, il y a des mots comme "deadline" ou "brainstorming" que j'ai entendu dans des milieux où l'anglais était la langue courante et où on perdait la correspondance française du mot.

Idem quand je dois faire un ajustement de courbe à un modèle: c'est un "fit"... l'anglais sort tout seul, pas le français... :confused:

 

Mais alors pour la 2, je suis à 100% d'accord!!!!!!!!!!

Edited by Lasilla

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n'ai pas tout lu, certaines expressions sont tellement insupportables... Pour moi (pour moi, hein), employer des expressions en anglais sans raison est ridicule, et quand quelqu'un le fait, je me sens ridicule rien que d'être à côté (ou rien que de le lire, si c'est sur le Web). Une sorte d'empathie qui fait que je ne supporte pas, même si ce n'est pas moi qui passe pour un débile. Et je ne comprends pas : à quoi ça sert d'imiter J.-C. Van Damme ? Surtout que les gens qui font ça se prennent au sérieux.

 

Au moins, les expressions erronnées mais en français, elles ont le mérite d'une certaine cohérence : c'est erronné, mais dans la langue du discours.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les micro langages, et le recours aux anglicismes, ont longtemps permis de créer une reconnaissance dans un milieu spécifique (pub, marketing, finance). Cela permet de croire que l'on est tous ensemble, que l'on fait partie d'un petit groupe spécial et soudé, puisqu'on utilise un langage pour "happy few", que ne partagent pas les autres.

 

L'anglicisme en lui-même n'est pas nécessairement un problème, ce qui est énervant, c'est la brutalité du sens des expressions, derrière leur coté lénifiant et abstrait, qu'a bien vu Estonius.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Heu... moi c'était dans la recherche astro que j'ai vécu ça, hein?

 

Les "deadline", c'était pour remettre nos articles à temps pour être publié... ET d'ailleurs, j'ai toujours un "preprint" du mien qui est plein de mes "fits".

 

Et je suis désolée, mais si j'essaie de le dire en français, je n'y arrive pas sans réfléchir longuement à l'expression à employer.

 

C'est l'abus qui est insupportable.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, tu as raison, c'est l'abus qui est insupportable. Mais pour moi, l'abus, c'est aussi utiliser des anglicismes sans raison, comme ça, en passant - ce qui arrive souvent.

 

Et je suis d'accord avec Pierre : ces anglicismes font partie d'une jargonisation de la langue qui, évidemment, sert à exclure (il ne l'a pas dit comme ça, mais c'est comme ça que je le dis, na ! :))

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis assez d'accord sauf concernant l'expression “être charrette” qui est absolument magnifique, et qui a, en plus, de profondes racines dans notre magnifique langue. Pour moi, cela chante autant qu'“être gros Jean comme devant”.

 

Vive la belle langue !!!!

 

Bon, allée, faux qu'j'y vais ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Estunius,

 

avec ces 50 expressions, je comprends ton exaspération. Quelques unes d'entre elles, me rappellent tout le ridicule de certains utilisateurs.

Share this post


Link to post
Share on other sites

N'allez pas si loin!

"au jour d'aujourd'hui", c'est pas une répétition beaufesque ça?

 

Pourquoi pas "nous verrons ça demain du jour d'après maintenant" tant qu'on y est!

:)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au jour d'aujourd'hui elle est bien naze cette expression en effet !!! Très rependu en plus

Share this post


Link to post
Share on other sites

Heureusement que la langue française est une langue vivante et donc soumise à influences, avec certains on pourrait l'enterrer demain...

 

Edited by Poussin38

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bien sur qu'il faut que la langue évolue, elle le fait depuis longtemps, en s'enrichissant d'expressions ou de mots étrangers. La langue française en est pleine, venue de l'italien, espagnol, arabe, ou anglais, allemand, etc... Et le fait que ce soient là des anglicismes n'est pas la question.

 

Mais les expressions, anglicismes ou autres (et bien réelles et effectivement utilisées) retenues par Estonius sont ridicules , parce qu'employées dans des milieux bien spécifiques, où elles témoignent d'un pseudo snobisme "managérial" soit disant fondé sur l'efficacité, mais qui montrent la vacuité de ce même type de management, fondé sur le stress (euh, non , la pression...), l'humiliation, la militarisation soft (euh non... douce).

 

Il y a 20 ou 30 ans, c'était le langage d'une minorité de cadres de groupes internationaux, tous fiers de leur MBA flambant neuf, et singeant leurs collègues d'outre atlantique. C'est devenu une novlangue passepartout...

Edited by PierreDesvaux

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bien sur qu'il faut que la langue évolue, elle le fait depuis longtemps, en s'enrichissant d'expressions ou de mots étrangers. La langue française en est pleine, venue de l'italien, espagnol, arabe, ou anglais, allemand, etc... Et le fait que ce soient là des anglicismes n'est pas la question.

 

Mais les expressions, anglicismes ou autres (et bien réelles et effectivement utilisées) retenues par Estonius sont ridicules , parce qu'employées dans des milieux bien spécifiques, où elles témoignent d'un pseudo snobisme "managérial" soit disant fondé sur l'efficacité, mais qui montrent la vacuité de ce même type de management, fondé sur le stress (euh, non , la pression...), l'humiliation, la militarisation soft (euh non... douce).

 

Il y a 20 ou 30 ans, c'était le langage d'une minorité de cadres de groupes internationaux, tous fiers de leur MBA flambant neuf, et singeant leurs collègues d'outre atlantique.

Là au moins le jugement de valeur est argumenté mais même dans ce cas je ne partage pas l'approche du "jugement de valeur" d'un vocable, quel qu'il soit. A ce titre, on peut tout autant subjectivement considérer par exemple le langage de banlieue comme trivialement ridicule.

 

Le langage d'une personne fait partie de sa dignité, stigmatiser l'autre est très facile et manifestement une mode que je considère nauséabonde ("l'enfer c'est...").

Edited by Poussin38

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir Estonius,

 

Excellent ! Je suis dans un milieu professionnel où la plupart de ces expressions ou abreviations sont malheureusement couramment utilisées par les cadres de l'entreprise. Tout ce jargon utilisé ''au quotidien'' est effectivement assez terrifiant :rolleyes:

 

Il y a aussi des modes. Je trouve par exemple que 'faire du sens' est beaucoup moins utilisé maintenant qu'il y a 1 ou 2 ans.

 

Dans ma collec, j'en ai des pas mal non plus :

 

- 'I am OOO' pour Out Of Office (dans les auto reply d'emails , pour dire que l'on est en déplacement ou en congé)

 

- Reboucler : Pour regarder à nouveau, vérifier : 'Je reboucle et je reviens vers toi' étant un must.

 

- La 'vue Bottom Up' (Le point de vue des opérationnels) qui s'oppose à la 'vue Top Down' (le point de vue du management)

 

- 'SteerCo' pour Steering Committee (Reunion de pilotage de projet) et autre 'staff meeting'

 

- faire un 'Exec Sum' pour Executive Summary (faire un résumé d'un compte rendu de réunion ou d'un rapport pour la hierarchie qui n'a pas le temps de se taper tout le rapport à lire)

 

- 'Booker' pour réserver une salle par exemple

 

- 'Finaliser' ou 'conclure' pour terminer un rapport, un boulot...

 

- YE (year end) pour fin d'année, Q1 à Q4 (Quarter) pour 1er à 4eme trimestre , H1/H2 pour 1er et 2eme semestre.

 

- 'Appeler le cash' voire même l'affreux 'invoicer' (pour facturer le client).

 

- Monter une 'task force' voire même une 'war room' dans le cadre d'un 'crash program' bien sur.

 

- 'Burn-out' pour les personnes qui font une dépression suite au stress au boulot, devient malheureusement tristement à la mode dans certaines entreprises.

 

- Pour finir sur une note plus gaie et moins balai dans le c. : 'Vendredi midi on se fait un 3P' (Pain Paté Pinard :be: ) , expression plus utilisée sur les sites de province qu'au 'Siège' parisien, bien entendu.

 

Le language des forums n'est pas mal non plus, à commencer par le '+1' qui dénote une rare et authentique richesse linguistique des astrams. ;)

 

Jean

Share this post


Link to post
Share on other sites
Et tu te bases sur quelle loi pour dire ça, cette présentation péremptoire est tout autant du grand n'importe quoi.

Ce n'est pas moi qui ai commencé, je répondais à une remarque tout aussi péremptoire. L'idée comme quoi la langue a besoin d'être enrichie par les langues étrangères est trop souvent une excuse pour justifier les dérives. Oui la langue évolue en empruntant aux autres, mais pas n'importe comment.

Edited by 'Bruno

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ce n'est pas moi qui ai commencé' date=' je répondais à une remarque tout aussi péremptoire. L'idée comme quoi la langue a besoin d'être enrichie par les langues étrangères est trop souvent une excuse pour justifier les dérives. Oui la langue évolue en empruntant aux autres, mais pas n'importe comment.[/quote']

 

 

Ensuite, a contrario d'un soi disant "laxisme" (à partir de quoi juger de l'utilité ou non d'un vocable utilisé par un autre...), des positions aussi radicales, sont toutes aussi défavorables à une langue car servent trop souvent d'excuses pour en limiter l'influence extérieure.

 

A l'opposé de toi, je préfère une langue trop ouverte que trop corporatiste, quitte à être peut-être parfois caricatural (et tu l'auras compris, j'utilise certains de ces vocables au quotidien, même d'autres termes japonais par exemple qui n'ont pas été cités, je n'ai pas l'impression de snober qui que ce soit, c'est simplement ma façon de m'exprimer).

 

Bref, encore une belle preuve d'ouverture d'esprit, mais ça ne m'étonne pas (quoique de toi...), c'est l'époque et très à la mode de s'insupporter de tout et n'importe quoi (et c'est ça qui m'insupporte, chacun son trip).

 

(autosignalé + étude nature du sujet vs charte)

Edited by Poussin38
complément sur autosignalement

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'est bien d'avoir mis " Expressions exaspérantes" en 0: c'est tout ce que ça vaut :D

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Julie Charland

C'est genre que

Ça fait que

Ça fait du sens... on dit surtout: ça a ben d'allure

C'est capoté

C'est ben cool

De késsé

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je crois qu'à la place de "au jour d'aujourd'hui" maintenant je dirai "au lendemain d'hier et la veille de demain" : vous ne trouvez pas que ça sonne pas mal ? ? Par contre , peut-être un peu long à dire.

Déjà aujourd'hui , c'était un gros pléonasme puisque hui vient du vieux français qui vient du latin "hodie" qui signifiait déjà " ce jour" donc aujourd'hui c'est textuellement "au jour de ce jour" ce qui nous fait avec "au jour d'aujourd'hui" : au jour du jour de ce jour. quand on entend ça de la bouche de personnalitées, moi ça me fait toujours rire mais c'est un rire jaune.

Quant à toute la liste , j'ai l'impression de me retrouver dans les réunion de direction avec les pontes de la boite et moi , petit delegué du personnel qui semble être le seul à parler français et non franglais.

Edited by Poussin38
suppression des propos incriminants

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Julie Charland

Je me souviens, quand j'étais enfant, je disais sans arrêt ''OK''. Je ne m'en rendais même pas compte. À un moment donné, ma grand-mère s'est mise à répondre ''OK'' à chaque fois que je disais ''OK''. C'était drôle, ça nous faisait rire.

 

Au jour d'aujourd'hui, je l'aime moi cette expression. Aujourd'hui même. En cet instant présent...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sujet réouvert suite à éclaircissement par mp entre participants.

 

Les stigmatisations envers certaines populations, que le sujet a pu induire de par son contenu, ont été supprimées et seront rédhibitoires pour la participation à la suite du fil, voire pour sa poursuite tout court.

 

Les récriminations induites sont aussi supprimées.

 

 

Edited by Poussin38
complément origine fermeture

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi, une expression que j'entends souvent c'est :

"là, on est sur..." dans la bouche d'un vendeur qui explique son produit...

 

Il suffit de dire "c'est un..." ou "il s'agit de..."

 

Autre tic de langage courant, mais cette fois dans la bouche des hommes politiques :

"je veux dire que..." ou "je veux vous dire..."

à toutes les sauces!

 

Beurk

Share this post


Link to post
Share on other sites

Toutes les expressions publiques d’exaspération... :cool:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.