Jump to content

maire

Membre
  • Content Count

    2,166
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by maire

  1. Un T 200 en vrai serrurier! Bravo Gérard.
  2. Perso la jupe ce n'est pas mon truc. Un bafflage autour de la cage secondaire (en face du PO) et un bafflage de la cage du primaire avec des panneaux amovibles (en plastique ondulé noir par exemple) qui tiennent avec des velcros font parfaitement l'affaire. C'est plus pratique.
  3. Oui mais là c'est vraiment important de changer cela, l'idéal étant des pastilles de téflon. L'impression que cela glisse bien est une chose mais il peut subsister un frottement lors de l'inclinaison du télescope qui peut générer des micro-tension sur le dos du miroir à certains angles. Il faut faire des essais pour s'en assurer. Décontraindre manuellement le miroir des butés latérales et voir comment le miroir se comporte en l'inclinant très progressivement, et le contrôler sur une étoile avec un fort grossissement.
  4. La fabrication barillet astatique est parfaitement à la portée d'un amateur qui à dépasser un peu le stade du "bricolage". Au passage je me demande toujours pour quoi cette rubrique s'appelle toujours "bricolage" . On parle simplement de fabrication de télescope. Le T600 que j'ai fabriqué il y a quelques années (que je n'ai plus) c'est quand même le troisième télescope fabriqué maison. Ce qui est important dans l'astatique c'est la rigidité des T et que le mécanisme coulisse sans anicroches. Et si on sait bien regarder les images, on trouve tout ce qu'il faut comme info sur le site altaz même s'il n'est plus alimenté.
  5. L'esprit dobson n'a rien à voir avec le visuel assisté. L'esprit dobson le plus communément partagé consiste en la construction personnelle (même si de très bon artisans en propose) d'un tube optique de grand diamètre qui est un système de perception d'images astronomique dont la seule interface entre l'objet observé et l’œil est une optique à miroirs pourvu d'un oculaire (avec lentille correctrice le cas échéant); et rien d'autre. L'usage d'une caméra sur le chemin optique pour assistance ou pour tout autre usage nous fait alors entrer dans le domaine de l'acquisition d'images et de ces traitements (qu'ils soient visualisés en temps réels ou en différé). Les seules variations admises avec cet esprit, qui laisse tout même la place largement à la technique, concerne le type de monture (altazimutal le plus souvent car plus à la portée d'un constructeur novice, plus rarement équatoriale - mais dans ce cas c'est fréquent que le tube soit utilisé comme un astrographe - là les bons sont en double serrurier) et les motorisations afférentes (tables équatoriales, etc). Pour le tube, cela peut être un modèle plein jusqu'à T300, au-dessus de T300 c'est plutôt du serrurier. Par ailleurs, (je ne vais pas forcément me faire des copains là...) l'esprit dobson n'a rien à voir avec un télescope "en Remote" qu'il soit au fond de son jardin que sur un site d'exception en Namibie car l'esprit dobson c'est aussi: - observer l’œil à l'oculaire - être au coté de son instrument pour profiter de la noirceur de la nuit - savoir ce que l'on observe, le cas échéant avec l'atlas astronomique à la main (même si cet atlas est numérique et en lien avec les encodeurs de l'instrument: cas du "push-to"...). - occasionnellement, on peut faire des photos astros avec un dobson (mais là on accepte d'entrer dans le champ de l'analyse d'images...) J'ajoute que j'aime aussi l'imagerie, la déconvolution d'images, les belles images planétaires,etc mais je fais la part des choses: un chat reste un chat et ne peux devenir une panthère des neiges.
  6. La théorie c'est bien mais parfois on a quelques différences en injectant les masses dans la formule..., l’idéal étant de poser le tube sur un tuyau pour en chercher l'équilibre parfait et on a le CG du tube complet au mm près avec l'oculaire que l'on compte utiliser le plus souvent (cela suppose que l'on tienne compte aussi de ses habitudes d'observation) . et de rechercher ensuite de CG du tourillon seul éventuellement pour affiner avec l'ensemble
  7. Euh je n'irai pas vers cette conclusion. Je pense sincèrement qu'on a la possibilité de ces deux focales. Simplement ma pratique d'observation me conduit à n'utiliser occasionnellement l'EIC. Et ma pratique dépend avant tout des objets du ciel profond que j'observe et du grandissement que je préfère pour mettre l'objet dans les 100° de champ. La question de la praticité intervient assez peu dans la question.
  8. L'EIC? Je dirais à la louche 20% du temps... C'est notamment le cas lors d’observation de galaxies que je veux faire entrer dans la totalité de l'énorme champ pour gagner un peu en détails, notamment pour l’observation de nodosités. C'est accessoire a pleinement son utilité. J'utilise le HW 12,5mm avec parracor T2 et T300 F/4, même si cela fait longtemps que je n'ai pas observé... Si je ne devais retenir qu'un seule oculaire c'est celui-la. Quand on y a gouté on ne s'en sépare plus.
  9. Pourquoi un 2 pouces?? Mais si on veut mettre un gros Ethos ou apparenté c'est obligatoire! La possibilité d'observer en 100° degrés de champ est un avantage qui dépasse les soi-disant inconvénients. On peut faire de l'ultra léger tout en conservant la possibilité du 2 pouces, au besoin on trouve des PO légers pour cet usage, par exemple le Feather Touch en version light. Après oui, bien entendu, un 2 pouces s'adaptera mieux sur un T300 à F/D court que sur un T250 classique (ou T200...) pour d'une part, entre autres, une question d'équilibre et d'autre part si le dit T300 ultra léger est à F/D court il lui faut conserver la possibilité d'utiliser un correcteur de coma style paracorr (et là encore 2 pouces nécessaire). L'équilibre, cela ce travail: cage secondaire en composite, tourillon (hache) plus grande, possibilité de petits contrepoids amovibles... Rien n'interdit de sortir du plan d'un strock canal historique Des oculaires parafocaux? c'est un confort mais pour ma part c'est un détail car quand j'utilise un télescope j'ai aussi du plaisir à faire la mise au point
  10. Oui un T600 ça fini par être très lourd Mais tu parles de la base, est-ce à dire que que le rocker, la cage du primaire et la cage secondaire se range indépendamment de cette base? La base roule sur des réglettes en métal pour entrer dans le coffre?
  11. J'ai vu cela sur des photos de rassemblements astro US, j'avoue ne pas avoir réussi à retrouver. En tout cas qui l’eut cru? que le levier astatique à fait l'objet d'un dépôt de brevet US en 1992 par... des japonais! .. https://patentimages.storage.googleapis.com/56/d9/25/b2b6b068f05b3d/US5115351.pdf
  12. Ici il y a des nuances qui ne semblent pas totalement appréhendées. Rien de plus faux de dire que les instruments cités relèvent de la complexité! Justement ces instruments respirent la cohérence, la simplicité d'utilisation, la beauté et l'optimisation. Je ne vais pas ici refaire la liste "des bonnes cohérences" de ce type d'instrument. Par ailleurs le barillet astatique, même s'il n'est pas répandu est également connu aux US. Après, un dobson qui sera à la hauteur à 95% du temps, je qualifie cela d'un instrument d'exception... Pour faire court, un gros dobson type industriel satisfait à 60% (faible contraste en planétaire et CP, mécanismes non durables au delà de quelques années, etc), un instrument non-industriel à 75-85%% et un instrument d'exception à 90-95%; attendu que sur une fabrication on atteint pas strictement le 100%.... il y a toujours quelques choses à discuter sur un dobson quel qu’il soit (autour d'une bière le cas échéant). Cette perception n'engage que moi, et en effet il peut s'écouler plusieurs années avant qu'un amateur (surtout quand il débute) ne soit confrontés aux limites (et qu'il les perçoivent) d'un télescope industriel. C'est pourquoi il est toujours intéressant de mettre l’œil à l'oculaire d'autres instruments pour progresser tant en termes d'acquisition d'expérience notamment pour détecter les les objets faibles en ciel profond (vision latéral par exemple) qu'en terme de possibilités et de praticité technique d'un instrument.
  13. Le grand diamètre Taurus présenté est assez classique et rien qu'à le voir, il ne vaut pas plus. Il ravira bcp d'amateurs pour la plupart des observations. La structure certes efficace ne casse pas trois pattes à un canard. C'est le cas des autres style ES et autre. On est encore loin d'une belle structure d'artisan. Dans un télescope chaque élément doit être de qualité car il s’agit d'une chaîne d'acquisition d'image jusqu'à la rétine. Si un seul élément pêche, et c'est la perception globale de l'instrument qui en pâti... à commencer par l'optique....
  14. Nan mais là il faut appeler un chat un chat... En matière de fabrication de télescope comme pour autres choses il en est de même. Il y en a qui copie (et parfois c'est mieux que l'original, bien entendu...) et d'autres qui sont sources de réelles avancées (quand on sort de sup de co. appellent cela pompeusement une innovation ) dans la précision, la qualité, la praticité, etc. Qu'il y ait une collaboration entre ces deux mondes, .... comment dire - ce n'est pas gagné... Dans ce genre d'affaire il y a souvent des questions d'ego, de préservation de revenu et de savoir-faire. En clair, l'open source, le partenariat OUI mais la copie effectué l'air de rien NON, car cela part mal pour une collaboration entre professionnels... Le bouquin de Kriege, trône en bonne place sur mes étagères. C'est lui qui m'a fait le plus avancer dans l'élaboration de mes constructions (même si j'ai raccroché les outils là) et ensuite on peaufine avec Altaz, quelques sources remarquables (Magnitude 78, etc) quelques bonnes discussions ouvertes lors de rencontres astro et on a tous les éléments pour fabriquer une structure de bon dobson.
  15. Ben pas forcément, ils n'ont pas tous vocation à mettre toute l'info directement sur la place publique. Il y a la 2 logiques qui s'affrontent celle qui consiste à diffuser quasi toutes les ficelles en inondant le web avec les images (c'est essentiellement une technique de marketing...) comme le fait DF avec l'inévitable question de la surreprésentation d'un principe technique et les autres fabricants/artisans qui veulent préserver un ou plusieurs savoir-faire et on les comprends. Mais si on est attentif à différentes réalisations des autres artisans et amateurs, on trouve tout ce qu'il faut en épluchant ce forum, celui d'en face et différents blogs. Pourquoi? Pour par exemple éviter le tropisme à vouloir réaliser un dobson type flex rocker avec la connectivité des tube sur l'entretoise entre autre. Bien entendu cela prend du temps, mais c'est aussi tout l'intérêt de construire et de finalement tenter modestement de créer un instrument qui n'est pas qu'une simple copie ou encore de choisir un artisan compatible avec les attendus d'un cahier des charges murement réfléchi.
  16. Un barillet trop complexe chez Stellarzac??! Nan mais un miroir - on va dire à la louche au dessus de 500mm de diamètre - aimera un barillet astatique car n'oublions pas qu'un miroir de grand diamètre se traite comme le lait sur le feu. Des réglages fins maitrisés (et c'est une idée reçue de considérer que l'usage d'un barillet astatique est trop complexe) permettent de tendre vers le plaisir de la finesse d'un ajustement aux petits oignons. Le frp et téflon marche bien pour un petit et moyen diamètre mais pour du plus gros la fluidité des roulements sur une piste métal est bluffant en terme de confort d'utilisation et de placement d'une étoile dans un oculaire de petite focale, justement quand on utilise pas de goto, et du reste cela permet de s'affranchir d'une usure prématurée Que les strocks soient les plus copiés c'est normal, c'est ce qu'il y a de plus optimisé et simple pour l'utilisation espérée. Que les DF soient également très copiés c'est normal aussi vu les principes de construction séduisants proposés mais il y a une raison secondaire à cela: DF a une très grande visibilité communicative via son blog pour diffuser les principes techniques par une flopée d'images. Ce qui certes rend service aux amateurs mais qui peut alors occulter d'autres principes de constructions.
  17. Quelques remarques même si je viens après la bataille. Bon je ne suis pas fan des flex rockers... mais la durabilité du mouvement de rotation peut être résolue avec une un anneau plat en inox de 2 ou 3 mm d'épaisseur constituant une bande de roulement qui repose sur les roulements. On achète en vrac une plaque inox et on la fait découper par une petite société qui si possible a une table à découper le métal à jet d'eau sous forte pression. Le coût n'est pas très élevé et on en a pour longtemps. Comme cela été dit la pièce en T est facilement améliorable avec l'utilisation de chevilles de bois (appelées tourillons au rayon bricotruc), cela se vent même au mètre. Et avec de la colle blanche bois (pour extérieur) et quelques serre-joints c'est mieux qu'une st, sinon structure tout en vis. Après si on est pressé on peut toujours mettre quelques vis pour "faire tirer" la colle associé à l'utilisation de serre-joints. Pas besoins de pâte à bois pour un joint ... si on en est là c'est que la rigidité souhaité n'est pas atteinte. La pâte à bois ne sert uniquement que pour des écailles ou des accidents esthétiques dans le bois (un couteau qui tombe, un ethos 31 qui tombe sur le bois :D, etc..) et en aucun cas ne doit être utiliser comme contribution de rigidité. Les rotules, ça marche mais je n'aime pas sauf à aimer l'incertitude de serrage. Un trou dans une terminaison de tube avec une mannette indexable à visser, on sait vraiment ce qu'on fait. Pour finir concernant la cage secondaire, un mono-anneau peut être très rigide si sa section est en T ou L. Le plus facile si on construit en bois est de faire un octogone comme forme globale.
  18. Si c'est très utile de faire costaud pour une raison simple: on ne sait pas qui va manipuler le télescope Le fabricant c'est clair il en prendra soin mais les autres faut voir... Et parfois c'est intéressant dans les rassemblements astros de pouvoir partager l'observation avec un instrument sans devoir passer une consigne du style "fait surtout attention à ce truc" La cage secondaire est très belle! L'araignée ne me pose pas de problème, bien au contraire, c'est le genre de bestiole qui aura zéro problème! Quand à la température accumulée ce sera un pouième de chouilla vu les trous dans les branches. Et en plus ce genre d'araignée peut s'agrémenter d'un équipement comme la chauffe anti-buée du secondaire. Et cette araignée en profil au dessus de la cage secondaire permet (si bien optimisé ) de réduire la hauteur des tubes serrurier. Bon personnellement j'aurais fais une araignée pyramidale mais là ça revient quasiment au même. Et associé à une connexion au sommet d'une caisse du primaire taille basse comme ici c'est l'assurance d'une triangulation qui permet une excellente rigidité. Et en plus la connexion est à l'intérieur de la caisse du primaire et symétrique. Cela évite la connexion des tubes avant au sommet des tourillons nécessitant une forte entretoise de rigidité au lieu d'un simple tube comme ici. Après pour le serrage des tubes serrurier j'aurais mis des poignées/bouton indexables. Mais bon c'est de la détaillite aigüe. Bref cet instrument en plus d'être beau respire la cohérence. Bon après comme d'hab... le flex rocker c'est affaire de goût et surtout la jupe peut être avantageusement remplacée par des bafflages amovibles qui évitent de transformer un télescope en cheminée. En tous cas félicitations pour cet instrument.
  19. L'astronomie est une façon de vivre puisqu'on apprend progressivement à se situer dans l'espace (au sens générale du terme). La musique. Quand ce n'est pas du bruit ( càd: musique contemporaine prétendument comme étant un prolongement temporelle de la musique dite classique..., ultra hard rock, etc), adoucit les mœurs et permet une projection dans l'avenir. Jouer aux échecs. Le seul truc à peu près indispensable. Le roman est inutile sauf ceux de JMG Le Clézio. La biographie historique est autrement plus intéressante car la vérité la plus crue dans ses tenant et ses aboutissant (surtout géopolitiques) est largement au dessus des pires scénarios romanesques. Glander: Salutaire. Admirer des tableaux: Mis à part quelques pinacothèques où on peut voir quelques peintures historiques... je n'ai pas ressenti le fait de passer quelques instants devant la Joconde comme un moment transcendant de ma vie.
  20. Essaye la graisse au téflon, pour glissement plastifié
  21. Absolument, une CNC pour construire un dob, voire une imprimante 3D ... c'est d'un certain point de vue prendre une massue pour écraser une drosophile Et comme dit pour une bonne finition des ponceuses à bandes à pas cher peuvent très bien faire l'affaire. Et il y a aussi le ponçage manuel Mais notre ami n'est pas mal outillé puisque une perceuse à colonne, une dremel est utilisé, il fait simplement un dob avec de très bonne fonctionnalités à grande vitesse pour pouvoir observer au plus vite, c'est aussi une démarche tout à fait compréhensible.
  22. Le contreplaqué (CTP) peut être très bien mais il en faut d'une certaine qualité. En général ce qu'on trouve chez Bricotrucdéporama ne convient guère pour de la finition et je dirais même pour faire un télescope... Après il y a le CTP bouleau, c'est un peu plus cher mais cela se travail très bien. Et puis ce que je trouve très bien pour faire de l'Ultra Léger (UL) en bois, c'est le CTP bouleau aviation que l'on peut trouver chez un bon modéliste (ou sur le web). C'est lamellé plus fin et plus rigide. Idéal pour faire des sandwichs avec du polystyrène extrudé, etc. Après quelque soit le CTP utilisé pour la finition, je pratique (enfin je pratiquais car ça fait quasi deux ans que je n'ai plus fait de télescopes même si j'ai encore une idée en tête ) avec deux outils (voire 3) dont je ne me sépare jamais (c'est à dire remplacé immédiatement si casse!): 1) une ponceuse à grande bande que l'on peut fixer le cas échéant à un établit de manière à travailler comme une rectifieuse. Après si on a un peu plus de moyens il y a la ponceuse lapidaire. 2) Une ponceuse à micro bande (lime électrique) qui convient aussi à la finition des pièces en alu... C'est sans doute l’outil le plus indispensable quand on en a l'habitude. 3) La dremel et ces nombreux outils rotatifs à poncer de tous diamètres pour des arrondis impeccables pour les trous! Les trous c'est bien pour l'UL mais aussi pour l'esthétique mais ça c'est assez personel. Éventuellement 4): une scie en cloche (passage de PO, axe bois, etc) et finition à réaliser avec 3). Le coût de ces 3 outils? 1) entre 50 et 100. 2) 100 mais en ce moment il y a des soldes, donc 50. 3) 50 (pas la peine de prendre le modèle le plus cher). Donc ... pour faire un très bon télescope de garage 200 roros à peine plus... Bon après, les bandes à poncer là faut pas lésiner sur la qualité... Mes encouragements.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.