Jump to content
Anthony59

Préparation d'une liste d'observation.

Recommended Posts

Bonjour

 

Une question me turlupine : comment faite vous pour choisir les objets à observer quand vous préparez une soirée d'observation :

 

Attention, cette réflexion est théorique dans le sens où je ne tiens pas compte de l'état du ciel. Je mène pour l'instant cette réflexion dans le cas idéal d'un ciel bien noir, sans couverture nuageuse, sans turbulences, sans pollution lumineuse, un horizon bien dégagé sur 360°, … etc

 

  • Géographiquement : Prenez vous par exemple une constellation donnée pour en observer tous les objets qu'elle contient (dans la limite des possibilités de l'instrument bien sur)

  • Sur le plan de la magnitude, laquelle privilégiez vous ? Je m'explique : Mon dobson 200mm à une magnitude limite de 14. Si je prends un objet de magnitude 11, il sera théoriquement visible, mais si cet objet est assez étendu et que sa magnitude visuelle est par exemple de 16, le sera -t-il tout de même ? De quelle magnitude faut il tenir compte ?

  • Utilisez vous des préparateurs de soirée ? Si oui lesquels ? J'ai déjà testé le planificateur de Webastro, Coelix, Astrogenerator, etc... Tous ont bien sûr les avantages et inconvénients mais rarement, ils donnent des listes similaires pour une même soirée avec un même instruments.

     

Perso voici comment je pratique jusqu’à présent : je compile les listes d'objets sorties des softs cités ci dessus, plus éventuellement de livres ou de guide (style le ciel mois par mois). Je retire les objets avec une magnitude visuelle > 14, puis les objets trop bas, les objets qui sont dans un azimut auquel je n'ai pas accès du site que j'ai choisi. Bref je supprime tous les objets pour laquelle il y a une raison technique bien identifiée pour laquelle je sais que je ne pourrai pas l'observer.

Malgré cela, il me reste souvent une multitude d'objets dont une grande partie que je sais que je ne verrai pas pour d'autre raison (magnitude surfacique trop faible ,... ) Dans ce cas je risque soit de passer la soirée à chercher des objets invisibles à mon instruments soit je risque d'observer toujours les mêmes objets.

 

J'aimerais donc échanger avec vous (enfin si vous le vouez bien) sur votre façon de préparer votre liste d'observation ( et surtout sur le choix des objets à y inclure).

 

Merci d'avance pour votre participation.

 

Bon ciel

 

Anthony

Share this post


Link to post
Share on other sites

De manière générale je préfère les listes qui ont été compilées et validées par des observateurs plutôt que sorties d'un logiciel, de cette façon j'ai l'assurance que l'objet a un intérêt à être observé :) Personnellement je me suis fait une feuille de calcul dans laquelle j'ai mis plusieurs listes bien connues (Messier, Caldwell, RASC, celles de Bruno sur le forum, etc..), j'ai supprimé les objets de déclinaison inférieure à -35°, j'ai organisé le tout selon un ordre qui me convient (par région du ciel, en gros), et j'ai imprimé le tout sous forme de livret que je consulte avant une sortie et ramène à côté du télescope.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'utilise de temps en temps le site dso-browser.com qui permet de filtrer en fonction de la magnitude, la déclinaison et l'intérêt.

Ce site présente également l'avantage de pouvoir simuler ce que l'on verra exactement à l'occulaire ou sur le capteur d'un appareil photo en fonction de la focale, ...

J'utilise pas mal le logiciel Stellarium également.

Sinon, lorsque je regarde des images des autres astrams, je note sur une liste les objets que je souhaiterais voir.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut,

 

je me suis fait mes listes depuis un bon moment, que j'essaie de parcourir de façon exhaustive à chaque montée en diamètre (sauf qu'elles étaient adaptées niveau mag limite aux lunettes de 80 et 100 mm, et qu'elles ne le sont donc plus au 300).

C'est une compil de divers atlas : elles recensent tous les objets de "Nebuleuses et galaxies" de Brunier, de la Revue des Constellation, du Gilis, et des Splendeurs du Ciel profond. C'est un premier niveau. Ensuite j'ai un second niveau de liste qui contient tous les objets du PSA. Déjà cela occupe des années. En général je ne repasse pour le moment guère sur le même objet avec le même instrument.

Quand j'aurai éclusé cela au 300, je rajouterai les objets du Night's Sky Observer Guide, ou bien je choisirai des zones précises de l'Interstellarium Deep Sky Atlas et je farfouillerai. Une autre piste aussi est de suivre les traces de Sue French dans ses descriptions d'observation dans Deep Sky Wonders.

 

A supposer que le ciel est parfait et qu'aucun nuage ne nous dicte où observer, je choisis en général la zone de saison la plus au méridien et je picore quelques objets de mes listes dans les 2 ou 3 constellations qui s'y trouvent. Avant j'avais tendance à être encore plus systématique en balayant le max d'objets d'une constellation.

Parfois je choisis aussi des constellations proches de se coucher, ou nouvellement levées.

Sur le type et la mag des objets, pas vraiment de règle, j'essaie de varier, je fais rarement des soirées thématiques genre "que des NP". J'aime bien mettre un ou deux challenges de mag 14.

A l'avenir j'essaierai de développer plus le dessin, combinée à l'observation d'objets plus "challenge" (ex : Abell, Arp ...) une fois que mes listes d'objets plus classiques auront à peu près été vues.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour

Je me suis fait un fichier Excel en partant du catalogue Messier puis enrichi de nouveaux objets que j'ai glanés de-ci de-là et que je continue à enrichir.

Je les ai classés par mois d'observation, en retenant le mois où la constellation où ils se situent est le plus haut dans le ciel.

Le fichier Excel me permet également de mettre des commentaires et des comptes-rendus d'observation des différents objets.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce topic rejoint un peu celui-là il me semble ou un fichier exel est disponible avec un tas d'objets intéressants. Je suis d'ailleurs en train de créer à partir de ce fichier des skylists pour ceux qui utilisent skysafari. Elles seront bientôt disponibles

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, Anthony59 a dit :

Mon dobson 200mm à une magnitude limite de 14.

 

Attention, c'est la magnitude limite stellaire. Elle ne concerne pas les objets étendus. (Et 14, c'est une valeur qui dépend de la magnitude limite à l'œil nu.)

 

Il y a 9 heures, Anthony59 a dit :

De quelle magnitude faut il tenir compte ?

 

Pour le ciel profond, je dirais :

 

− Pour les amas ouverts, on ne regarde pas la magnitude globale de l'amas mais la magnitude de ses étoiles les plus brillantes. Les catalogues ne la donnent pas. Après, si on regarde juste la magnitude globale, on a une indication quand même : si l'amas est globalement brillant, on peut se douter qu'il possède des étoiles assez brillantes. Mais ce n'est pas précis. Une remarque pour se donner une idée : un amas de 100 étoiles de magnitude 15 aura une magnitude globale de 10.  Un 200 mm ne permet pas de voir ses étoiles (ou alors à la limite sous un très bon ciel), donc soit on ne verra pas l'amas, soit on verra une tache floue s'il est suffisamment condensé (rare). Un amas de 10 étoiles de magnitude 12,5 sera lui aussi de magnitude globale 10, et là ses étoiles seront aisément visibles au 200 mm.

 

− Pour les amas globulaires, la magnitude globale indique si on le verra comme une tache floue (mais ça dépend aussi de degré de condensation), et la magnitude de ses étoiles les plus brillantes indique si on le résoudra en étoiles. Par exemple M2 est de magnitude globale 6,5 dont est aisément visible au chercheur comme une petite tache floue, et la magnitude moyenne des 25 étoiles les plus brillantes est de 14,1 : ces 25 étoiles sont visibles faiblement dans un 200 mm (à la campagne, en grossissant assez fort, on atteint 14 et demi).

 

− Pour les nébuleuses diffuses il n'y a pas de règle tant leur brillance de surface varie d'un objet à l'autre. D'ailleurs on connaît rarement leur magnitude globale (notion peu pertinente pour ces objets à mon avis).

 

− Pour les petites nébuleuses planétaires, je dirais qu'on peut viser une magnitude sous la magnitude stellaire, surtout si on possède un filtre UHC (ou parfois OIII). Au 200 mm, je viserais donc la magnitude 13 (globale). Mais je parle des petites nébuleuses. Si elles sont plus grosses, on ne pourra pas aller aussi loin.

 

− Les galaxies sont relativement homogènes. En gros il existe des galaxies lumineuses (magnitude surfacique dans les 12 et quelques par minute d'arc carrée : M51, M104), des galaxies moyennes (13 et quelques : M31, M81) et des galaxies faibles (14 et quelques : M33, M101). Au délà (15 et quelques) on tombe sur des objets dont la visibilité dépend plus de la qualité du ciel que du diamètre (exemples : NGC 4395, NGC 4236, immenses et fantômatiques...) Pour la plupart des galaxies, je dirais que la magnitude (globale) limite est de deux unités sous la magnitude stellaire, un peu plus ou un peu moins selon la magnitude surfacique. Donc 12,5 pour un 200 mm (pour moi la magnitude limite stellaire est 14,5 plutôt que 14,0).

 

Tu peux regarder sur mon site : cette liste http://www.astrosurf.com/bsalque/cpselect1.txt et le texte expliquant comment elle a été réalisée : http://www.astrosurf.com/bsalque/cpselect-p.txt , ça détaille ce que je viens d'écrire. La liste a été fait pour un petit instrument. Pour un 200 mm, il faut ajouter +1,5 magnitude à mes critères (ce qui revient à doubler le diamètre).

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

On parle souvent des listes amont, mais rarement de la post-observation.

Me concernant, je reboucle avec mes notes précédentes (et je jubile de voir la différence offerte par le 300 par rapport à mes réfracteurs !), les atlas déjà indiqués plus haut, mais aussi les articles correspondants de feu Astro Magazine, d'Astrosurf, de Ciel Extrême, Astrodessins, le catalogue Arp éventuellement, ainsi que les sites de A. Gérard et de Bruno :

http://www.astrosurf.com/agerard/observ.html
http://astrosurf.com/bsalque/

 

On peut encore en ajouter si on veut (y a aussi tous les guides de Faintfuzzies), mais ça fait déjà pas mal de boulot, et les jours qui suivent une observation faut jongler avec les tâches ménagères !

En tous cas ça permet de se familiariser avec les objets, de voir ce que l'on a loupé et ce que l'on a trouvé.

Edited by etoilesdesecrins
  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 19 heures, yves65 a dit :

 

Je vois qu'on a les mêmes références 😉, ça fait des années que ces deux liens sont accessibles en clic direct sur ma barre de favoris 😊.

 

Eh oui ! Comme j'ai déjà mes listes, je leur reste en général fidèle, et les sources que j'ai citées me servent surtout en débriefing après une observation, pour comparer avec ce que j'ai vu

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi, je possède un livre depuis plusieurs années qui a été écrit par celui qui m'a enseigner l'abc de l'astronomie.

Je le consulte et je note quelques objets à observer puis je pars à la chasse ;)

Je ne perds pas de temps avec des observations trop difficiles. J'aime atteindre facilement mes objectifs.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.