Jump to content
Alexandre Renou

Au méridien d'Astromag ailleurs...

Recommended Posts

Bonjour à tous,

J’ai le plaisir de vous annoncer ma collaboration avec Astrosurf Magazine qui me permet de vous retrouver dans l’exploration du ciel profond avec mon article sous le nouveau titre de « Balade dans le ciel ».:)

Dans le numéro de sept-oct, la balade va de Saturn nebula à Hélix, dans les constellations du Verseau et du Capricorne.

La forme est conservée avec les descriptions dans différents instruments, des jumelles jusqu’aux gros Dobson, avec les tableaux et les cartes de repérage bien sûr.

Bonnes observations.

PS : la rubrique de Raymond Sadin consacré à la Lune de la feue revue Astronomie Magazine est elle aussi dans le nouveau Astrosurf magazine.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ahhh !! tu remues le couteau dans le plaie !! :D

Le dit numéro que j'ai reçu ces jours-ci attend patiemment sur l'étagère que j'ai fini de mettre à jour mes notes d'observations de cet été (je viens notamment de mettre à jour celles de ma dernière observation, justement le Capricorne et les objets faciles du Verseau)

 

Vite vite, pressé je suis de le lire ! :wub:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Je viens de m'abonner à la revue et c'est avec plaisir que je retrouverai ta rubrique. Bravo.

Bon courage.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Content de te retrouver Alexandre :).

 

Pourquoi ne pas s'abonner également après tout ;)?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Fabrice.

Toujours à l'AAA ? et pourtant basé dans le 79 ?...

 

Oui je continue l'aventure pour du bon dans Astrosurf, tous les 2 mois maintenant...

Avec quelques objets plus exotiques dans la veine des Astrosurfeurs du magazine.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Merci Fabrice.

Toujours à l'AAA ? et pourtant basé dans le 79 ?...

 

 

 

Oui, j'y suis toujours officiellement. J'ai prévu d'y passer une fois tous les 2 mois :p. Par contre, je regrette que tu n'y sois plus :confused:. Si tu le souhaites, j'aimerais que l'on s'organise une soirée chez moi, dans le nord des Deux-Sèvres avec Sylvestre et toutes la compagnie :cool:. Les gars sont déjà venu une fois d'ailleurs. De là où j'observes, on voit très bien la voie lactée :wub:! Que du bonheur !

 

A bientôt j'espères.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Fabrice et aux autres de "la compagnie",

Cela serait une bonne idée mais difficile à mettre en place avec l'époque (médiocre météorologiquement) qui arrive... Ainsi j'ai moi-même pas mal de difficulté à observer en novembre décembre depuis pas mal d'années.:cry:

S'organiser au dernier moment (pour être à peu près sûr des conditions météo) et plutôt en semaine (ce qui m'arrange fortement pour moi), est difficile.

C'est un peu pour cela que j'observe quasiment toujours en solo, sautant sur une petite éclaircie (vraiment valable quant à la pureté du ciel) depuis chez moi (je suis bien outillé :rolleyes:)... en semaine. Et puis en solo, comme cela, je n'embête personne pour voir une minuscule petite nébuleuse planétaire faiblarde ou un champ de 2 ou 3 galaxies de mag 14 ou 15 ou une comète du même cru ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah oui, je me souviens que les quelques soirées que nous avions eu l'occasion de partager ensemble s'étaient jusqu'à présent dérouler en semaine. Du coup, je peux essayer d'organiser une soirée pendant les vacances de noël, même si j'admets que cela risque d'être effectivement compliqué à organiser :confused:.

Edited by astro49

Share this post


Link to post
Share on other sites

Petite remontée de post car je viens de recevoir le premier numéro de mon abonnement et bien sûr la rubrique 'Balade dans le ciel' a été ma première 'cible'! ;)

 

Merci à 'Saint Messier' de t'avoir permis de poursuivre dans AS magazine!

Et merci à toi pour ces moments de rêve toujours très appréciés! :)

 

 

J'ai une petite remarque à la lecture de l'article. Les instruments 'de référence' pour les observations sont une L90, un TN120, un TN250, un TN400 et un TN560.

 

Je soupçonne que ces instruments sont les tiens, et qu'ils sont bien supérieurs aux optiques habituellement croisées sur le terrain. Par exemple, rien que le diamètre peu courant du TN120 me fait penser à un instrument haut de gamme plutôt qu'au classique 115/900 chinois si courant chez les débutants. Je me trompe?

 

Cette impression se renforce en lisant les observations, qui ne correspondent pas du tout à mon expérience, ni à ce que j'entends ou lis autour de moi. Chez moi comme chez la majorité des Belges et beaucoup de copains français, il faut un Dob 200 pour observer quelques galaxies, M33 est difficile à repérer aux jumelles et M101 ne se devine que quelques rares nuits par an. :confused:

 

D'une part, c'est frustrant de lire que la nébuleuse de la Flamme se dévoile dans une L90 alors que dans un Dob 300 on n'y voit rien de rien. On se demande quelle lulu il faut, avec quels oculaires, sous quel ciel et surtout avec quels yeux!

D'autre part, mettre la barre si haut nuit à l'utilité du CROA car il n'est pas représentatif de ce que le lecteur moyen peut espérer. On a l'impression que c'est écrit pour un club très sélect d'astrams perchés chaque nuit en haut de leur Dob d'artisan, bardés d'Ethos sous un ciel où M31 sert de lampe frontale. :p

 

Serait-il possible de penser à la grosse majorité des astrams qui sortent de temps en temps leur SkyWatcher muni d'oculaires Hypérion sous un ciel moyen?

 

:beer:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hello OrionRider,

Je ne suis pas d'accord avec toi, mon primaire est un Orion et j'observe souvent depuis le jardin des parents d'un ami et souvent ce que je lis correspond à ce que j'ai vu (ou moins parfois) par exemple abell 12 colle nickel

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah, mais tu ne connais pas le ciel de la Belgique.

En revenant un soir du Danemark vers la France en avion, je faisais remarquer à un passager assis en place copilote que l'éclairage était d'une rare densité et sacrément violent au sol et le passager m'a signalé qu'il devait y avoir une panne vers l'avant car on ne voyait plus de lumière passé une certaine limite...

C'était juste la frontière avec la France qui approchait ;)

 

Je suis toujours admirateur des astrams Belges qui arrivent à "extirper" quelques observations de leur ciel :rolleyes:

Edited by den

Share this post


Link to post
Share on other sites
C'était juste la frontière avec la France qui approchait ;)

 

:D

 

Là, c'est mon horizon sud:

 

get.jpg

 

Bien sûr il y a le ciel, mais aussi l'expérience et le matériel qui aident bien.

 

J'ai eu l'occasion d'observer dans les Alpes, au Restefond, ainsi qu'à Tenerife et dans les montagnes espagnoles, c'est un autre monde.

J'ai aussi rencontré pas mal d'astrams et essayé du matos, je vois bien qu'avec un miroir d'artisan et une valise de Nag, c'est plus facile qu'avec un Seben et deux Kellner. ;)

 

Et puis il y a l'oeil aussi, ça s'éduque et à chaque observation on en voit un peu plus que la dernière fois. Le cerveau 'construit' l'image au cours du temps, un peu comme les poses qui s'empilent pour améliorer l'image en astrophoto.

 

Je pense qu'avec son expérience, son ciel et aussi un matériel optimisé de longue date, Alexandre voit des choses que la grande majorité des astrams ne devinent même pas.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Orionrider,

 

la problématique que tu soulèves est très intéressante !

Tu as raison d'insister sur l'aspect relatif de la qualité du ciel, cela introduit une notion de plus que le sacro-saint diamètre instrumental.

Ce paramètre devrait toujours être mentionné, on devrait parler d'un couple (diamètre, qualité du ciel). Cela permettrait de se situer mieux, de ne pas se forger de faux espoirs, notamment pour les débutants. Ce n'est pas parce qu'ils dépenseront de quoi acheter tel gros diamètre qu'ils verront forcément bien tel objet, même si c'est souvent le cas.

Je me doute qu'en Belgique au vu des cartes de pollution lumineuse ce doit être chaud pour les objets diffus et étalés.

Et je pense qu'effectivement Alexandre présente à peu près ce à quoi l'on peut s'attendre dans des conditions bonnes à très bonnes, c'est à peu près la limite haute.

Perso je retrouve dans mon site (collines entre Lyon et ST Etienne, 550 m, aucun éclairage public) avec mes lunettes de 80 et 100 mm ce qu'il décrit aux 90 et 120 à peu près, et je pense qu'en montagne on peut aller plus loin encore. Je confirme que chez moi NGC 2024 est perceptible à la 80ED, 2 vagues parties ovales N/S peut-être renforcées à l'UHC, je ne sais plus.

Idem pour M33 ou M101 à la jumelle, évidentes dès qu'il fait clair.

Je ne connais pas exactement ses spots d'observation, mais il lui faudrait les dédoubler s'il voulait refaire ses descriptions dans un site plus pollué, difficile d'extrapoler. Donc plus d'inertie, plus de boulot.

En visuel (extrême), la qualité du site, du ciel, mais aussi des oculaires et l'expérience comptent énormément ! Si on a cela, nul besoin je pense d'appartenir à une élite perchée, les objets deviennent par miracle bien plus évidents.

A contrario, je suis étonné par certains CROA faits en villes, cette situation semble brider fortement les capacités de 200 ou 300 par rapport à une petite lulu sous un ciel très noir.

 

En tous cas, je viens de lire hier soir le topo du dernier Astrosurf sur Orion, c'est très intéressant !

Edited by etoilesdesecrins

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour ces infos; ça confirme - en pire! - ce que je pensais.

 

M33 ou M101 à la jumelle, évidentes dès qu'il fait clair.

:wub:

Mon échelle SQM, c'est la Petite Ourse. Quand je compte 7 étoiles, c'est une bonne nuit. ;)

 

Je ne connais pas exactement ses spots d'observation, mais il lui faudrait les dédoubler s'il voulait refaire ses descriptions dans un site plus pollué

J'ai un bouquin de Phil Harrington ('Star Watch') que j'apprécie beaucoup. Pour 125 objets courants, l'auteur donne une description de ce qu'on voit réellement dans divers instruments. Ce que j'apprécie c'est que ses instruments de référence vont des jumelles jusqu'au 'gros' Dob 250 ou 300, ce qui correspond à la panoplie la plus courante chez les Astrams moyens. Dans ses CROA, il insiste souvent sur l'importance de la qualité du ciel, du genre: "En banlieue, même dans un gros télescope on ne devine qu'une large tache diffuse alors qu'un soir d'hiver en montagne, j'ai pu voir les bras de cette galaxie à l'aide d'une simple paire de jumelles 10x50!".

 

Je trouve ce genre de commentaire très 'parlant'. :)

 

Peut-être qu'Alexandre pourrait préciser les conditions de ses CROAs? Par exemple, "Par une nuit bien sombre en Ardèche" ou "Lors d'un voyage en Namibie, sous un ciel de rêve".

 

je viens de lire hier soir le topo du dernier Astrosurf sur Orion, c'est très intéressant !

Oui, tout à fait, même si la majorité des objets sont invisibles depuis mon emplacement. M78 est une vague tache de buée et le 'Running man' ne se devine que les meilleures nuits dans le Dob 200. En revanche, M42 présente parfois de belles couleurs subtiles.

 

C'est avant tout pour ça que je fais des photos: pour contrer la PL.

Le jour où on vivra dans les montagnes espagnoles comme Fred, on aura aussi un Dob 500. :be:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous,

Pour répondre à certains lecteurs, je vous fais part de mes instruments, de mon site et de mes observations qui servent à alimenter mes rubriques de ciel profond dans Astrosurf Magazine (et anciennement Astronomie Magazine).

Mon matériel :

Ma L 90 est une ED que j’ai acquise il y a qq années auprès d’une marque qui a disparu en France, peu de temps après son apparition !? C’est une 90 ED f/5,5 de bonne qualité optique, mais pas aussi parfaite qu’une Takahashi de même diamètre (je l’avais testé sur le terrain en comparaison et ma lunette se montrait un peu moins bonne en grossissant plus fortement sur Jupiter par exemple).

Mon vénérable TN 120 f/6 est un Mizar, un vrai, pas les copies des années 1990. Il est en très bon état malgré son âge : je l’ai depuis 1984 ! L’optique est encore très bonne, c’était avec un vrai miroir parabolique de bonne facture. J’ai juste changé le porte-oculaire qui avait bien souffert après les innombrables photos au foyer que j’avais fait à ces débuts.

Le TN 250 f/5 est à l’origine un dobson Képler, mais il y a qq années, j’ai changé les optiques (primaire et secondaire) pour des optiques italiennes Zen. Sans atteindre les top des tailleurs de verre, l’optique est cependant meilleure que l’optique d’origine et ça se voit bien !

Le TN 400 f/5 est celui de l’association auquel j’appartenais et avec laquelle j’ai pris de très nombreuses notes d’observations. L’optique était correcte, ce qui n’était pas le cas du tout de la motorisation Valméca complétement défaillante depuis pas mal d’années !

Le TN 560 f/4 dobson est mon nouvel instrument que j’ai fabriqué entièrement avec une optique anglaise Nichols. Sa qualité est très correcte aussi mais certainement en deçà des miroirs top niveaux français Mirro-sphère.(c'est pas le même prix aussi !)

J’ai aussi des jumelles de 80mm Vixen anciennes (sur ces dernières, j’ai remplacé les oculaires d’origine par des Plossl de 25 mm me donnant un grossissement un peu plus élevé de 15 fois) et aussi d’excellentes Hawke de 43 mm de dimètre.

Le site où j’observe : c’est depuis chez moi en Anjou, à 15 kms environ à vol d’oiseau de la grosse ville d’Angers (150000 hbts) dans la direction du Nord-Ouest, zone vers lequel je n’observe jamais sauf une éventuelle comète dans le coin. Même si mon site est seulement en « cyan » sur la carte de pollution lumineuse de Avex, les horizons Sud et Est et le zénith sont très corrects. La voie lactée est évidente, ainsi que M 31 évidemment). Je ne sors pas le matos si le ciel ne me permet pas de voir correctement toutes les étoiles de la Petite Ourse. Par exemple, depuis un mois, au mieux avec tous les voiles et brumes plus ou moins présentes dans ma région, je voyais au mieux avec bien du mal les étoiles entre la Polaire et les 2 du bout ; la magnitude limite était de 5 environ. Et bien sous ce ciel : pas de sorti ! En temps normal, un minimum de mag 5,5 sur cette région du ciel est requis pour que je juge le ciel comme valable. Je suis un peu difficile ! Au mieux, je dépasse difficilement la mag 6. Très exceptionnellement plus ! A titre de comparaison, pour avoir observé en montagne par exemple, je dépassais allègrement la magnitude 6 à l’œil nu et même atteint la mag 7,5 il y a bien longtemps dans le Queyras lors des meilleures nuits !!

Ma vue est bonne mais j’ai connu qq observateurs d’exception qui me dépassaient en performances purs, même dans ma jeunesse (maintenant avec mes 50 ans, je vois bien que j’ai plus de concurrence avec les « jeunes »). Toutefois, l’expérience joue effectivement pour niveler (tout au moins en partie) la différence avec les « meilleurs ».

Dans tous les cas, il faut bien s’acclimater à l’obscurité (je vois avec l’âge que c’est plus long maintenant pour mon « meilleur » œil mais au final ça va bien et j’arrive à dénicher de pâles et faibles comètes par exemple, sujets préférés pour moi), choisir un site correctement « noir » (pas de pollution lumineuse tout au moins dans le quart du ciel visé) et suffisamment limpide (voir plus haut ma remarque sur la Petite Ourse) et sans Lune évidement.

Avec des observateurs lambdas conscients de ces problèmes, les termes de visibilités que je donne dans mes rubriques sont alors à peu près respectées. C’est ce que constatent bon nombre d’observateurs. Ouf !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un grand merci Alexandre pour ces précisions! :beer:

 

Malheureusement, ça confirme que mon ciel est vraiment mauvais (ou alors c'est moi! :be: ).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Orionrider> C'est marrant, j'ai toujours trouvé Alexandre très mesuré voir conservateur dans ses descriptions. Ce doit être parce que ses conditions angevines sont à mi-chemin entre mes queyrassines et tes belges ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Là, je suis carrément dégoûté! :b:

Désormais, je ne ferai plus que du planétaire. :(

 

:cry:

Edited by OrionRider

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non, je pense qu'en ciel pollué tu as de quoi faire quand même en ciel profond : amas globulaires, petites nébuleuses planétaires brillantes, amas ouverts, voire étoiles doubles.

Mais c'est vrai qu'il faut alors rechercher les soirées sans turbulence notamment pour les 2 premiers types d'objets, et le dernier.

 

Par contre j'ai du mal à croire que l'on puisse voir des bras de galaxies aux 10X50 !

 

Yann, en comparant mes sites vers Laragne (05) et dans les Monts du Lyonnais, je dirais que la supériorité du 05 se trouve partout mais surtout près de l'horizon : le ciel y est clair et pur comme plus haut et n'est pas affecté d'une sorte de brume mêlée à la pollution lumineuse. C'est impressionnant et très flagrant sur des trucs comme NGC 253, les petits globuleux d'Ophiuchus, etc ...On a l'impression d'avoir 2 X le diamètre ! Et encore ce n'est pas en altitude.

Par contre curieusement j'ai vu cet automne que le delta n'était pas si important que cela sur des petites galaxies haut placées vers Pégase et Andromède, malgré un ciel qui paraît bien plus pur et transparent à l'oeil nu.

 

Je trouve qu'il existe une sorte de paradigme de ce que l'on "doit" voir avec tel diamètre. Sans en arriver à l'extrémité de voir les bandes d'Uranus à la 127, j'ai très souvent constaté qu'avec un (très) bon ciel, de la ténacité, la connaissance des objets, je parvenais à localiser voire un peu mieux de faibles objets communément admis pour être visibles avec plus gros diamètre, ou percevoir de faibles détails. Se pose alors la crédibilité et la preuve que l'on peut donner de ce que l'on a vu ...Pas évident, surtout quand on n'est pas un "cador" reconnu.

Il y a aussi la question de l'habitude de se frotter à de faibles cibles, qui permet de voir une infime tâchouille où d'autres moins rodés n'y verront rien. C'est subjectif.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai de la "chance" je suis juste de l'autre côté de la frontière, mais il est vrai qu'au delà de mag 12, je ne cherche pas, du temps perdu !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous et merci à Alexandre pour ces articles As.

 

Orion : tu devrais faire une mesure de SQM sur ton ciel, c'est vraiment LA mesure qui permet de faire des comparaisons entre observateurs. La photo de ton site postée un peu plus haut ne veut pas dire grand chose, je veux dire que l'on peut insister sur la couleur orangée pour montrer une pollution.

De la région Lilloise je peux te faire une image de mon ciel qui sera à peine orangé et faire une autre image avec un ciel complètement rouge. Je ne t'apprends rien sur la façon de traiter une image..;)

 

Un bon truc également qui permet d'évaluer une pollution très handicapante : la vision ou non de la Voie Lactée au Zénith dans les meilleures conditions de transparence et d'humidité. C'est un bon test.

Pour en avoir discuté avec quelques amateurs il semble que la limite de perception soit vers 19.5 -19.7 SQM. Au delà de ces valeurs on commence à voir "quelque chose" de laiteux au zénith.

 

Ici sous un ciel à 19.3 - 19.4 je ne vois jamais la Voie Lactée, neanmoins j'arrive à observer avec mes grosses jumelles 25 x 100 les principaux Messier et même Ngc 772 du Bélier ! Je n'y croyais pas trop et pourtant elle était visible.

 

 

Christian

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ici sous un ciel à 19.3 - 19.4 je ne vois jamais la Voie Lactée, neanmoins j'arrive à observer avec mes grosses jumelles 25 x 100 les principaux Messier et même Ngc 772 du Bélier ! Je n'y croyais pas trop et pourtant elle était visible.

 

 

Christian

 

Et c'est pas la plus facile ! En fait son accessibilité pourrait être un bon test de la transparence du ciel, car avec la même petite lulu je le trouve de très pâlotte à bien évidente

Share this post


Link to post
Share on other sites

etoilesdesecrins> entièrement d'accord avec toi sur tous les points

Pour les paradigmes de cador, cela n'existe pas (ne devrait pas exister). Le cador peut penser qu'un collègue dans des conditions analogues obtiendra sensiblement les mêmes résultats, mais l'équation personnelle vient brouiller les cartes, forcément. J'essaye (sans être un cador j'espère) de dire à chaque fois dans mes comptes-rendus, articles, etc., "J'ai vu la nébuleuse XYZ de telle manière avec tel instrument dans de telles conditions" et "je pense qu'on doit pouvoir voir tel détail avec tel diamètre". Dans la seconde affirmation, c'est un pari qui peut réussir ou pas... Généralement je suis optimiste sur les performances des autres, c'est-à-dire que je me place dans la moyenne en pensant qu'il existe nécessairement plus talentueux/performant que moi.

 

Dans les années 1990, ma bible c'était "Nébuleuses et Galaxies" de Serge Brunier : et chaque psaume était une vérité inaltérable. Jusqu'au jour où je suis parvenu à voir un objet dans mon 115 que Serge n'avait pas réussi à observer dans le 125mm. Ce jour là, le ciel profond m'a appris une grande leçon : ce n'est pas parce qu'on vous dit que c'est impossible à voir que c'est vrai (et vice versa), il faut le vérifier par soi même. Comme tu dis, de toute façon, c'est subjectif.

Edited by yapo

Share this post


Link to post
Share on other sites
Orion : tu devrais faire une mesure de SQM sur ton ciel

 

Merci Christian!

 

La photo de mon jardin, c'est juste un 'clin d'oeil'. ;)

 

Le souci de la mesure SQM c'est que je ne connais personne qui possède un SQM-meter. Les astrams qui sont passés chez moi pour observer n'en avaient pas. Est-il possible de mesurer le SQM photographiquement?

 

il semble que la limite de perception soit vers 19.5 -19.7 SQM. Au delà de ces valeurs on commence à voir "quelque chose" de laiteux au zénith.

 

Quand je vois 7 étoiles dans la Petite Ourse, la VL d'été est visible. Pas 'évidente', mais visible. En hiver, c'est très rare.

Quand M31 est au méridien, je la devine en vision décalée. Pareil pour le double amas.

 

Ici sous un ciel à 19.3 - 19.4 je ne vois jamais la Voie Lactée, neanmoins j'arrive à observer avec mes grosses jumelles 25 x 100 les principaux Messier et même Ngc 772 du Bélier ! Je n'y croyais pas trop et pourtant elle était visible.

 

Pour moi, au 150/750 les messiers principaux sont visibles mais pas les galaxies. Par exemple, je n'ai jamais trouvé M51. Avec le Dob 200, pas de souci, je vois par exemple le couple M108 et M97 et 7 galaxies dans la chaîne de Markarian.

 

772, je n'ai jamais essayé, merci du tuyau! :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

M51, je la voyais avec mon 115 ! Markarian, je n'ai jamais essayé ici, mais pendant les RAP, j'avais 8 galaxies (autour de M84 et M86) dans le champs de mon 26 mm et LB300 !

Share this post


Link to post
Share on other sites

D'après cet article, j'estime mon ciel à ± SQM 19 - 19,5 pendant les 'bonnes' nuits.

 

http://www.skyandtelescope.com/astronomy-resources/rate-your-skyglow/

 

18,8: "experienced observers can see the Double Cluster and the Andromeda Galaxy fairly easily without optical aid. For most galaxies, only the cores are visible through telescopes."

 

18,8 - 19,8: "experienced stargazers can see [the Milky Way] fairly easily when it's high in the sky, on (Northern Hemisphere) summer nights. Galaxies are pretty lackluster through telescopes"

Edited by OrionRider

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.