Jump to content
bubu11e

Choix oculaires

Recommended Posts

Bonsoir,

 

Je vais dans les prochains mois faire l'acquisition de Explore Scientific ultra light 305/1525. J'ai beaucoup de mal à choisir les oculaires à utiliser avec ce télescope. Je souhaite avant tout utiliser ce télescope pour observer le ciel profond.
 
Aussi, je pensais faire l'acquisition du Televue Ethos 21mm dans un premier temps qui semble faire référence dans ce domaine et attendre que mes finances me permettent d'acheter le 10mm de la même gamme plus tards (Je ne souhaite pas multiplier les oculaires et privilégie la qualité à la quantité.)
 
Cependant, d'après cette page, le 21mm ne serait pas optimum sur ce type d télescope et disons que dans cette gamme de prix, je préfèrerais ne pas me tromper... :

https://www.pierro-astro.com/faq-tests/106-comment-choisir-ses-oculaires
 
Bref, ma question est la suivante, avec quelle(s) focale(s) d'oculaire(s) équiperiez-vous ce télescope pour du ciel profond ?

 

Par ailleurs, pensez-vous qu'un Paracorr soit nécessaire à un rapport F/D de 5 ?

 

J'ai déjà eu l'occasion d'essayer le 21mm sur un 300 sans paracorr et cela m'a semblé très correct avec mes yeux de débutant !
 
Merci d'avance.

Edited by bubu11e

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

Les ethos sont franchement plus qu'excellent.

Le 21 te donnerais un grossissement de 72x pour un champ de 1,38° et une pupille de sortie de 4,2 mm. Cela permet de caler pas mal d'objets dans ce champs. La pupille de sortie n'est pas super élevée, en fonction de l'âge de l'observateur, il faudrait plus arriver à 5/6 mm

Le meilleur moyen de savoir si tu accroche c'est d'en tester un sur ton futur tube et voir si l'ensemble te convient. Tu as les RAP et NAT qui se déroulent en mai prochain et cela peut t'aider dans ton choix final

 

Il y a 2 heures, bubu11e a dit :

Par ailleurs, pensez-vous qu'un Paracorr soit nécessaire à un rapport F/D de 5 ?

Ca reste encore correct à f5. Ce n'est pas prioritaire.

 

D'autres avis vont certainement arrivés

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

entièrement d'accord avec @sun,

sauf que je dirai, que pour ton premier télescope, pourquoi ne pas commencer avec des oculaires de bonnes qualité comme des ES 82°, bien moins onéreux, pour "te faire la main" et par la suite apprécier des oculaires de type Ethos ou autres Pentax XW, Delos, Nikon ...ect... Et cela te permettra de 'essayer plusieurs type d'oculaires et plusieurs focales différentes.

 

Ceci dis, si le budget n'est pas un problème, fais toi plaisir.

 

Avec mon Dob, j'avais une gamme en 82°( que j'ai adoré:wub:), J'avais un 24 mm, 11 mm, 8,8 mm et 6,7 mm + Powermate 2X. Je prendrai, avec le recul plus un 14 mm qu'un 11 mm, sur un Dobson de 305 mm.

Et quand je suis passé à l'Ethos et le Nikon, cela m'a changé complètement l'image de mon instrument (j'avais l'impression d'avoir changé de Dobson). 

Toutefois, même avec une ouverture à 5, je conseillerai fortement le Paracorr, même si je suis d'accord avec @sun, ce n'est pas prioritaire.... Mais tant qu'à faire! ;) Le paracorr améliore grandement l'image, je trouve, même à 4,8 en ce qui me concerne.

 

Donnez vos avis et impressions, Messieurs, Dames, merci :be:

 

Bonne journée

Patrice

  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

Merci pour vos réponses qui sont très intéressantes, mais j'ai toujours autant de mal à me décider (le temps de ces derniers mois n'aide pas beaucoup...).

 

Sur cette page, ils parlent du grocissement minimum théorique : https://www.pierro-astro.com/faq-tests/106-comment-choisir-ses-oculaires

 

Il est mentionné qu'il est difficilement utilisable car il manque de contraste ? C'est pourtant un grossissement que je trouve souvent recommandé (Par exemple 24mm + paracorr -> 27.6, ce qui est supérieur à ce grossissement minimum théorique)

 

Qu'en pensez-vous ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut ! 

 

Je possède presque tout la gamme Ethos, du 21 au 6. Perso ils sont très bons. J'ai eu aussi les Nikon HW, que mentionne Pat. Je les trouvent très très confortables, mais c'est une question de goût, certains n'aiment pas la bonnette, et ce n'est plus le même budget (même si avec un seul oculaire tu en as deux. Car une lentille supplémentaire peu se visser au cul de l'oculaire. Donc le 17.5 peut devenir un 14, et le 12.5 peut devenir un 10.)

 

Actuellement utilisé avec un ES 400, le 21mm c'est celui qui est le plus souvent dans le porte oculaire avec le paracorr T2. J'aime beaucoup aussi le 17. Sur certaines cibles je préfère l'un que l'autre et vice versa. Difficilement utilisable je ne suis pas du tout d'accord...

Le 17 aura un peu plus de contraste (on descend en focale), mais moins de champ.

 

Si tu as le budget, fais toi plaisir. Si tu prends autre chose, puis le revends pour partir sur ethos par la suite, tu vas y perdre des sous. 

 

A toi de faire ton propre choix ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

  Bonjour

 Tu auras le même GR avec un 24 + Parracor qu' avec un 21 . PS 4.2.

 Si tu est jeunes avec un ciel pas trop mal , tu as le Pentax 30 qui vient de ressortir et tu aurais une PS de 6 .

 A f 5 la coma reste quand même discrète .

  JM

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut !

 

Le ‎16‎/‎02‎/‎2020 à 21:04, bubu11e a dit :

Cependant, d'après cette page, le 21mm ne serait pas optimum sur ce type d télescope et disons que dans cette gamme de prix, je préfèrerais ne pas me tromper... :

https://www.pierro-astro.com/faq-tests/106-comment-choisir-ses-oculaires

 

Il n'y a rien d'optimal dans l'absolu, un choix d'oculaire dépendra toujours des objets, de ton instrument, de tes conditions d'observations et de tes préférences personnelles. Fixer une valeur limite haute et basse pour les focales dépendra du contexte. Avec ton futur 300 f/5 visant à faire du CP, la question qu'il faudra surtout se poser est quel sera l'oculaire de plus faible grossissement que tu utiliseras et étager le reste de la gamme en conséquence. Suivant ton ciel (s'il est bon), ton âge (et oui, désolé ça compte), le champ apparent recherché (les 100° vont plafonner en focale et en prix), … cette limite tourne souvent autour des 24 à 32mm. Si t'as des critères qui te poussent vers un 21mm à très grand champ c'est pas choquant non plus mais ça semble assez clair que tu ne le complèteras pas par quelque chose de plus faible et qui ferai quasi doublon. Si pour une raison quelconque tu pourrais avoir besoin d'une plus grosse pupille de sortie ou d'un plus grand champ réel qu'avec ton 21mm, c'est sur cet autre oculaire (un 30mm 82° ?) qu'il faudrait alors calculer ton étagement. Et là c'est peut être plutôt un ethos 17 voir même un 13 qu'il faudrait alors prendre (si on reste dans les ethos). Perso pour moi ce serait alors ce 13 + un 30 (genre nagler 31 si t'as le budget pour rester en televue) et finir par compléter par deux oculaires forts grossissements CP et planétaires.

 

Le ‎16‎/‎02‎/‎2020 à 21:04, bubu11e a dit :

Par ailleurs, pensez-vous qu'un Paracorr soit nécessaire à un rapport F/D de 5 ?

A toi de voir si tu la ressentiras, c'est en tout cas pas une priorité. A f/5 la majorité des utilisateurs tournent sans correcteur de coma.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut,

Je complète avec mon expérience, histoire de te faire hésiter encore un peu plus 😉

 

J'ai un télescope avec les mêmes caractéristiques que toi: un 300mm à F/D=5.

Et je me suis posé exactement les mêmes questions au début, j'ai finalement opté pour les choix suivants :

- un NIkon HW 12,5mm (c'est là que j'ai craqué ^^) 

- un Nikon SW 5mm

- un ES 24mm à 82° (je me suis fait le même raisonnement que certain t'on proposé à savoir, plutôt que de tapper un Naggler cher, j'ai pris un occualire à un prix plus raisonnable)

 

A l'usage:

- je suis hyper-super-satisfait du Nikon HW 12,5mm. Exceptionnel est le mot, 

=> mon conseil et mon expérience est qu'il s'agit de "L" oculaire pour le CP: 50' de champ pour 120x, c'est l'oculaire que j'utilise le plus et de très loin pour le CP. Pour toi, j'aurai tendance à te "conseiller" , quitte à craquer pour un oculaire, d'envisager de prendre l'Ethos 13mm : il y a peu d'objet qui nécessite d'avoir plus de 50' de champ en CP (les pléïades, le double amas, M31, America ...), et tu seras rapidement content de ce 120x sur quasi tous les objets du CP: Galaxies,  AG etc...

- le ES 24mm (60x pour 82' de champ) = [Rem= à 50ans, je ne cherche pas (ou plus), une pupille de sortie de plus de 5mm]. Il est très bon, je n'ai pas vu une énorme différence avec le Nagler 22mm et est bien moins cher (240€). Je n'irai pas chercher un Ethos ou autre oculaire à 100° sur cette focale pour les raisons exposées au dessus: le 12,5mm de Nikon répond à 95% de mes besoins (et tout est crroooo-jouli avec 🤩)

- j'ai été déçu par le Nikon SW 5mm, même si la pupille est à 1mm, je pense que 300mm est un peu trop, j'ai pris en complément un Pentax XW 7mm quand ma cible CP est un peu trop petite (NP ou autre) ou pour le planétaire et j'en suis super content, j'attends de croiser un Astram qui a un Pentax XW 5mm pour tester l'effet grossissement vs la qualité de l'oculaire entre le Nikon et le Pentax,

 

Une piécette de plus à tes réflexions: quitte à prendre un 100°, considère plutôt l'Ethos 13mm que le 21mm

 

Bon courage dans ton choix !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 19/02/2020 à 08:13, bubu11e a dit :

Sur cette page, ils parlent du grocissement minimum théorique : https://www.pierro-astro.com/faq-tests/106-comment-choisir-ses-oculaires

 

Il est mentionné qu'il est difficilement utilisable car il manque de contraste ? C'est pourtant un grossissement que je trouve souvent recommandé (Par exemple 24mm + paracorr -> 27.6, ce qui est supérieur à ce grossissement minimum théorique)

 

Je suis d'accord avec ce qui est présenté sur cette page. Quel est l'intérêt du grossissement minimum ? En général, c'est avoir le plus de champ possible. Or il existe un champ maximum qui dépend de la focale (*). En gros, un Ethos 21 mm donnera le même champ qu'un Nagler 26 mm ou un Panoptic 35 mm ou un Plössl 45 mm (valeurs plus ou moins prises au hasard), et c'est le champ maximum que peut délivrer le télescope.


Vaut-il mieux avoir ce champ maximum avec un faible grossissement et un petit champ apparent, ou avec un plus fort grossissement et un grand champ apparent. Pour moi, la question est archi facile :

− Mieux vaut un plus fort grossissement, ainsi on aura plus de résolution et une meilleure magnitude limite (par contraste avec le fond du ciel).

− Mieux vaut un plus grand champ apparent, c'est plus spectaculaire.

 

(Il est vrai qu'un faible grossissement, en soi, est intéressant pour l'utilisation avec un filtre interférentiel. Mais je ne trouve pas ça indispensable,et ça ne représente pas assez de sujets d'observation pour choisir un 30 mm à plus petit champ au détriment d'un 21 mm à très très grand champ, je trouve.)

 

Pour moi, ton choix de l'Ethos 21 mm est le meilleur choix possible. C'est probablement le plus cher, c'est pourquoi ce ne sera pas le choix de tout le monde.

 

Et je suis aussi partisan de limiter les oculaires. Un 10 mm et un 5 mm feront une gamme cohérente. (Mais le printemps arrive, c'est la saison des galaxies, et pour elles un grossissement moyen est souvent plus utile, du coup ne vaudrait-il pas mieux commencer par le 10 mm ? Le 21 mm sera très bien en été, par contre...)

 

-----

(*) Sans rentrer dans les détails, le produit A×f, où A est le champ apparent de l'oculaire, et f sa focale, est un nombre qui a une limite absolue dépendant uniquement du coulant. Le A×f du coulant 50,8 mm est de l'ordre de 2600. Le champ apparent maximal du télescope est (A×f)maxi / F, c'est-à-dire 2600/F où F est la focale du télescope. Avec l'Ethos 21 mm, le A×f est un poil en-dessous donc on pourrait faire un peu mieux. Je sais que le Nagler 31 mm, lui, est au taquet.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, 'Bruno a dit :

Quel est l'intérêt du grossissement minimum ? En général, c'est avoir le plus de champ possible.

 

Citation

Vaut-il mieux avoir ce champ maximum avec un faible grossissement et un petit champ apparent, ou avec un plus fort grossissement et un grand champ apparent. Pour moi, la question est archi facile :

− Mieux vaut un plus fort grossissement, ainsi on aura plus de résolution et une meilleure magnitude limite (par contraste avec le fond du ciel).

− Mieux vaut un plus grand champ apparent, c'est plus spectaculaire.

 

Sauf que dans le cas d'un objet étendu, le grossissement conditionne la clarté (Plus fort grossissement = moins de lumière).

A mon sens on peut donc faire le choix inverse : Celui de maximiser la pupille de sortie.

Ca donne : Pupille de 6,5mm -> oculaire de 32mm.

 

On peut aussi faire un choix budgétaire. 

J'ai un 40mm Maxvision sur ce même télescope. Ce ne sera jamais un Ethos ... je diaphragme mon diamètre ... certes ce n'est pas idéal. Mais le mieux est parfois l'ennemi du bien. 

J'ai donc un sacré champ pour un budget sacrément plancher.

 

Je dirais en somme qu'il faut vraiment savoir ce qu'on veut faire.

 

En tout cas avec ce même télescope j'ai testé et approuvé en ciel profond : 

- 40mm 68° (choix extrême mais c'est mon choix) -> On est à 38x. Le double amas rentre en entier

- Pano 24 (Car je suis en bino)

Je fais tout avec ces 2 là. 

 

J'ai quand même testé : 

Ethos 13 : à 110x pour moi c'est un maximum en ciel profond. Mais là encore c'est mon choix.

 

J'ai très envie : 

- D'un 32mm -> à 47x on fait tout le ciel profond avec une pupille de sortie de 6,5mm et un filtre au besoin.

 

Après les Ethos ... y a pas grand chose de mieux.

Edited by Foldedol
  • J'aime 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Foldedol a dit :

Après les Ethos ... y a pas grand chose de mieux.

 

Les nikon HW ? 🙈

 

Best confort ever pour ma part. Pas impossible que je troque deux Ethos contre deux Nikon HW. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Foldedol a dit :

A mon sens on peut donc faire le choix inverse : Celui de maximiser la pupille de sortie.

Ca donne : Pupille de 6,5mm -> oculaire de 32mm.

Indiqué de la sorte, sans mise en garde, sous-entend que tu sais que notre ami n'est pas spécialement âgé et dispose d'un bon ciel. Hors je ne vois cela écrit nulle part… C'est donc potentiellement un mauvais conseil...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,
 

Dsl, je mets un temps fou à répondre (il y a la grippe à la maison et je suis un peu débordé).

 

J'ai rencontré d'ailleurs quelques soucis pour poster ce message et je remercie chaleureusement le support du forum pour sa réactivité.

 

En ce qui concerne mon âge, j'ai 31 ans (et selon toutes considérations, je vais vieillir...) Pour ce qui est de ma pupille... Ben il faut que je test, un membre du club astro du coin m'a parlé d'une technique qui consiste à masquer son oeil avec des forêts de taille successive en regardant une étoile, je fais ça un de ces soirs et je reviens avec une estimation de ma pupille à 0.5mm près !

 

Si je comprends bien, le grossissement minimum du télescope est dicté par le diamètre du porte oculaire ici 50.8 (Si A*f < 2600) on pourrait utiliser un oculaire de 100° et de 26mm pour atteindre la limite théorique de l'instrument. Bien sur cela induit un pupille de sortie de 26/5 soit 5,2 ce qui vut mon âge est probablement acceptable (à vérifier). Par ailleurs je suppose que cette limite du porte oculaire est prise en compte par les fabriquants d'oculaires justement.  
 
Je suppose également que le manque de contraste mentionné çà et là sont dû à une pupille de sortie > pupille réelle lors de faibles grossissements ?
 
 
Merci pour toutes vos réponses

 

Edited by bubu11e

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui c'est pour ça que le Max possible en 100 degrés est l'ES25. Et encore il va vignetter à court F/D.

 

Chez Télevue ils ont estimé que le max raisonnable en 100 degrés était l'ethos 21.

 

En entrée de l'oculaire il y a moins de 50,8mm : le diamètre interne du coulant est plutôt autour de 48 sans filtre. Avec un filtre ça tombe à 46mm.

 

Or sur une large pupille de sortie, il y a de très fortes chances qu'on utilise un filtre OIII ou Hbeta ou UHC.

Donc c'est pour ça qu'on.prend plutôt 46mm utile en entrée d'oculaire dans les calculs.

 

31 ans, pupille de 7mm probablement voir plus, mais ça varie autant d'une personne à l'autre que avec l'age.

Pour savoir : tu te prends en photo dans une glace avec un double décimètre juste en dessous des yeux et 30min d'obscurité. tu n'as qu'un.seul essai, mais ça marche bien. Il faut préparer l'apn à l'avance avec la mise au point déjà faite en manuel pour éviter la lumière de mise au point. Il faut désactiver le préflash anti-yeux rouges aussi.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, bubu11e a dit :

En ce qui concerne mon âge, j'ai 31 ans (et selon toutes considérations, je vais vieillir...) Pour ce qui est de ma pupille... Ben il faut que je test, un membre du club astro du coin m'a parlé d'une technique qui consiste à masquer son oeil avec des forêts de taille successive en regardant une étoile, je fais ça un de ces soirs et je reviens avec une estimation de ma pupille à 0.5mm près !

C'est pas la peine de mesurer, en tout cas très peu de gens s'amusent à faire ça. A ton age là et malgré que chaque utilisateur soit différent, tu devrais sans problème pouvoir aller jusqu'au 30-32mm. Tu nous aurais dis que tu as 70 ans, là ça aurait été différent.

 

Il y a 11 heures, bubu11e a dit :

Si je comprends bien, le grossissement minimum du télescope est dicté par le diamètre du porte oculaire ici 50.8 (Si A*f < 2600) on pourrait utiliser un oculaire de 100° et de 26mm pour atteindre la limite théorique de l'instrument.

Dans le principe il n'y a pas de grossissement minimum. Sauf que moins tu grossis, plus tu élargies la pupille de sortie qui finira par devenir plus large que ce que ton œil peut accepter. Si tu te faisais greffer un œil de calamar géant tu pourras utiliser un oculaire de 50 ou de 80mm sur ton instrument. Si tu gardes tes yeux humains, on fixe généralement la limite à ce qui donne une pupille de 6mm (un peu plus si t'es jeune, un peu moins si t'es vieux), ce qui donne comme calcul "F/D" de l'instrument multiplié par +/- 6 = focale de l'oculaire à ne pas dépasser. Si tu dépasses ce que ton œil peut encaisser, cela revient à perdre de la lumière. Ca s'appelle diaphragmer.

Pour le champ réel maximum là c'est une autre question qui mêle à la fois le champ apparent de l'oculaire et le grossissement. Plus le premier est grand et plus le second est faible, plus ton oculaire devra intercepter le faisceau de lumière en amont lorsqu'il est plus large. La limite c'est la taille max de la lentille de champ, la première lentille à l'entrée de l'oculaire. Et elle est forcément conditionnée par le coulant de ton porte oculaire. Ce sont les 46/48mm "disponibles" indiqués par Olivdeso lorsque l'oculaire est au coulant 2". C'est aussi le sens de ton calcul A*f < 2600 indiqué plus haut même si en pratique le seuil sera un peu plus bas. Si ton calcul donne une valeur inférieur à 1700, on peut normalement rester 1.25" (17mm82°, 24mm70°, 32mm52°, …). Ca implique que pour ton calamar, l'oculaire de 80mm s'il n'a pas un champ rikiki sera surement d'un coulant supérieur au 2". Pour les humains ça existe mais c'est rare, pour rester dans une pupille de sortie raisonnable ça se réservera aux instruments à f/d très élevés généralement les vieilles lunettes d'observatoires. Exemple https://agenaastro.com/masuyama-3-inch-eypiece-80mm.html

 

Il y a 12 heures, bubu11e a dit :

Par ailleurs je suppose que cette limite du porte oculaire est prise en compte par les fabriquants d'oculaires justement.  

Normalement oui mais y'a des pièges (rares quand même). Par exemple les oculaires hyperion 31 et 36mm 70° sont vendus par le fabricant comme pouvant basculer du coulant 2" au 1.25". Si tu fais ton calcul tu verras que le 1.25" ne devrai pas pouvoir passer. C'est pas qu'on ne pourra pas les mettre sur un telescope en 1.25" mais une partie de la lumière va rester bloquée, il y aura du vignetage.

 

Il y a 12 heures, bubu11e a dit :

Je suppose également que le manque de contraste mentionné çà et là sont dû à une pupille de sortie > pupille réelle lors de faibles grossissements ?

Le contraste dépend de la luminosité : plus tu étales la lumière en grossissant fort, moins tu percevras les différentes de luminosité en particulier sur les objets diffus. La perte de contraste est plus souvent liée à un fort grossissement. En faibles grossissements si tu dépasses la pupille max normalement la luminosité va plafonner (diaphragme certes, mais objets diffus plus petits aussi donc moins étalés) sauf que tu perdras la lumière captée par le pourtour de ton miroir (comme s'il était plus petit) ce qui revient à augmenter l'obstruction centrale (en %, puisqu'en valeur elle elle va rester idem). Et ça c'est pas bon pour le contraste. Mais faudra quand même bien dépasser la limite pour s'en rendre compte (pupille de 8? ou plus ? je n'en sais rien), c'est pas un truc qui doit te stresser.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 16 heures, bubu11e a dit :

Si je comprends bien, le grossissement minimum du télescope est dicté par le diamètre du porte oculaire ici 50.8 (Si A*f < 2600) on pourrait utiliser un oculaire de 100° et de 26mm pour atteindre la limite théorique de l'instrument.

 

Il ne s'agit pas du grossissement minimum, mais du champ sur le ciel maximum. Un oculaire de 26 mm et 100° donne le même champ sur le ciel qu'un oculaire de 52 mm et 50°. Mais le premier a un grossissement deux fois plus important que le second.

 

Concernant les faibles grossissements, il y a deux problèmes :

 

1) Si on grossit en-dessous du grossissement équipupillaire, la faisceau de lumière qui rentre dans notre pupille ne rentre pas entièrement, on ne reçoit pas toute la lumière. Exemple : un télescope de 200 mm avec un miroir secondaire de 50 mm. Supposons que ma pupille fasse 6 mm maximum. Avec une pupille de sortie (= diamètre du faisceau en sortie d'oculaire) de 8 mm, je capte la lumière provenait des 6/8 du miroir primaire (et je perds le reste). C'est comme si j'observais avec un télescope de 150 mm (les 6/8 de 200 mm) muni d'un secondaire de 50 mm. Si maintenant la pupille de sortie est de 10 mm, je ne capte que les 6/10 du miroir primaire, comme si j'observais avec un télescope de 120 mm muni d'un secondaire de 50 mm. Bref : on perd en diamètre équivalent, et en plus on a une plus grosse obstruction centrale.

 

2) Si la pupille de sortie est grande, sans être supérieure à la pupille de l'oeil, on ne perd pas de lumière mais il reste des inconvénients :

 

- Le faisceau en sortie d'oculaire passe par une grande partie de (voire toute) notre pupille. Or l'oeil est souvent moins performant à l'extérieur. Au contraire, avec une petite pupille de sortie le faisceau traverse seulement le centre de l'oeil, qui est presque toujours bon (ce n'est pas pour rien que les myopes rétrécissent leurs yeux). Moi, par exemple, je vois de l'astigmatisme avec un oculaire de 20 mm, pas avec un oculaire de 16 mm (l'astigmatisme vient de mon oeil, j'ai testé).

 

- Les étoiles, en-dessous du grossissement résolvant, se comportent comme des objets ponctuels (la taille angulaire du disque d'Airy grossie par l'oculaire reste inférieure à la résolution de l'oeil). Par contre, le fond du ciel est un objet étendu. Il faut faire l'analogie avec une bassine d'eau : l'eau, c'est le fond du ciel, et les étoiles sont de petits bâtons verticaux qui émergent ou non de l'eau. Quand on grossit deux fois plus, on double le diamètre de la bassine, et comme l'eau est toujours en même quantité, son niveau baisse (un objet étendu, comme le fond du ciel, est donné par sa brillance de surface : la quantité de lumière par unité de surface, donc lorsque la surface est grossie, la lumière se dilue). Par contre, les bâtons gardent la même taille. Conséquence : les plus petits bâtons peuvent cette fois émerger. C'est bien ce qu'on observe sur les étoiles lorsqu'on grossit : grossir plus fait apparaître de plus faibles étoiles, qui émergent du fond du ciel. C'est bien visible sur les amas globulaires : il faut grossir pour bien les résoudre en étoiles. Un faible grossissement va plutôt montrer l'aspect de boule floue. Bref : moins on grossit, moins on voit d'étoiles car les plus faibles sont noyées dans le fond du ciel. En gros, je trouve que le grossissement équipupillaire fait perdre ~1 magnitude (mais ça dépend probablement de la luminosité du fond du ciel). Voilà pourquoi, à champ sur le ciel égal, je préfère grossir plus : ainsi je verrais plus d'étoiles, le champ stellaire sera plus spectaculaire et le fond du ciel sera plus noir.

 

Mais ce n'est pas valable pour les grandes nébuleuses qui sont comme le ciel des objets étendus. Une grande nébuleuse, surtout si elle est uniforme, sera mieux visible à faible grossissement. Si elle n'est pas uniforme et présente des détails, il vaut mieux grossir pour voir ces détails.

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.