Jump to content

About This Club

Un appareil photo, un objectif grand angle et un trépied, c'est tout ce qu'il faut pour entrer dans le monde merveilleux des paysages de nuit (nightscapes chez les gibies). Quand vous postez, n'oubliez pas de préciser le tag [Paysage] dans la case "Étiquettes"...

  1. What's new in this club
  2. Désolé, la réponde est facile à trouver pourtant...
  3. Merci pour cette idée bien détaillé, a essayé quand la météo le permet 😉 A quoi correspond la moitié de la vitesse sidérale sur la SA ? Tu aurai un Tuto sur les étapes que tu décris pour le traitement ? Ce sont des logiciels que je ne maîtrise pas trop (voir jamais utilisé pour Sequator)
  4. Bonjour, Il y a du travail sur la balance des blancs. Mais au delà de ça, tu peux améliorer le rendu en posant 36 s à 800 ISO mais en mettant ta monture à la moitié de la vitesse sidérale. Ces 36 s sortent de la règle NPF qui donne le temps de pose sans suivi. Si tu fais un suivi à la moitié de la vitesse sidéral, tu garderas des étoiles nettes, ainsi que le paysage lointain, en doublant le temps de pose donné par la règle NPF. Cumule de nombreuses poses mais pas trop (une 20aine max). Les étoiles seront nettes et le paysage lointain aussi. Il faudra éventuellement baisser les ISO à 400 si le paysage est surexposé. Ensuite il te faudra aligner les photos en 2 étapes : 1. sur le paysage avec Lightroom ou Photoshop (tu peux aussi faire la correction du vignetage, de l'exposition, de la balance des blancs, mais surtout ne pas toucher à la correction de distorsion), et exporter les images alignées en TIF 16 bits, 2. puis aligner sur les étoiles en figeant le paysage avec Sequator. Tu pourras ensuite sauver le résultat en TIF 16 bits et le peaufiner sous LR ou PS. Ca paraît compliqué mais en pratique ça ne l'est pas tant que ça !
  5. Oui sur le bas du cadre j’ai pas mal de PL (atténué grâce au filtre Astronomik mais présente quand même) Il faudrait que je refasse un test dans un coin plus sombre, faire un essai en une prise et en empilement Je pense que l’objectif est correct mais je pense je ne connais pas trop les capacités du 40D en astro... Il faut aussi que j’améliore ma MAP, je vais essayer de trouver une solution pour être plus précis 😉 Pareil pour le diaph, ça devrait pas poser de problème de fermer un peu vu que je peux poser longtemps avec la SA 👌 Si tu as d’autres conseils je suis preneurs 😉
  6. Bon je n'y arrive pas, trop de pollution lumineuse, trop peu de signal
  7. https://we.tl/t-R9s3kmrnNZ Le lien avec 3 brutes de cette soirée Oui je pensais à empiler plusieurs prises mais comme je débute en traitement de photos, je voulais commencer par maitriser les bases avant de m'attaquer au prétraitement (empilement, DOF...)
  8. Bonjour, je pense déjà que la prise de vue est perfectible (mise au point) fermer le diaph permet aussi de gagner en piqué (mais demande d'augmenter le temps de pose). Effectivement la Bdb ne va pas, le lien vers le RAW ne fonctionne pas. Après je pense que avec un 40D il sera préférable d’empiler les prises pour pouvoir contenir le bruit lors du traitement. Pour la brute, tu peux donner un lien wetransfer
  9. Bonjour, Voilà mon premier essai en astropaysage ainsi qu'avec mon 14mm f2.8 Canon. Temps de pose: 180s, 800ISO, ouvert à f2.8 Monture: Star adventurer APN: 40D défiltré partiel Lieu: de mon jardin en Isére Aucun DOF Traitement sous lightroom (je débute avec celui-ci) Le but était juste de tester l'objectif pour voir ce qu'il donnait et ce que je pouvais obtenir de chez moi en OS en me focalisant uniquement sur le ciel et absolument pas sur le reste de la photo (d'où le flou) Je pense ne pas faire un bon traitement: teinte rosé de la photo et ne pas faire ressortir assez de détail (pourtant j'avais l'impression d'avoir quelques nébuleuse sur ma brute...) Evidemment avec un temps de pose plus élevé j'aurai plus de signal et je réduirai le bruit général de ma photo ! En ajoutant des DOF j'aurai ieux aussi (surtout vu les poussières !!!)IMG_2902.CR2 Je prends tout vos conseil et si quelqu'un pouvait traiter ma brute pour me montrer ce qu'il est possible de faire avec ce ciel, je suis preneur !! En vous remerciant, Edit: je n'arrive pas à insérer la brute, passer en privé si vous la voulez 😉
  10. C'est un peu tard dans la saison pour ce spot, plus tôt la voie lactée sort derrière les tours, lorsque les conditions météo sont bonnes le ciel y est exceptionnel
  11. C'est un peu tard dans la saison pour ce spot, plus tôt la voie lactée sort derrière les tours, lorsque les conditions météo sont bonnes le ciel y est exceptionnel
  12. Estimation du temps de pose maximal sans autoguidage L'autoguidage permet de corriger l'erreur périodique et donc de poser très longtemps. Mais comment faire si on ne fait pas d'autoguidage, car si l'on combine cette erreur avec la dérive causée par l'erreur de mise en station, on arrive à des étoiles qui forment un chapelet de spermatozoïdes. Sur cette image, la dérive des étoiles de droite à gauche est la conséquence de la mauvaise mise en station (où d'un suivi à la mauvaise vitesse), et les mouvements en yoyo de haut en bas la conséquence de l'erreur périodique. Ce qui suit ne va traiter que de l'erreur périodique, pour la mise en station, voir l'autre article qui décrit la précision requise pour éviter trop de filé. L'erreur périodique Elle provoque une dérive en ascension droite qui va-et-vient autour d'une position d'équilibre. L'amplitude dépend de la qualité de fabrication de la monture, de l'usure des pièces, de leurs tolérances de fabrication, de leur ajustement, de leur graissage, de la température, bref de plein de facteurs. Son amplitude ne se calcule pas, elle se mesure, et pour la Star Adventurer, on trouve typiquement des valeurs de l'ordre de +/-45 arc sec, parfois moins, parfois plus. L'erreur périodique de la SAM est de l'ordre de +/-90 arc sec. Ce qui se calcule ce sont les périodes principales, de l'ordre de 10 minute pour la SA et 20 min pour la SAM. Temps de pose maximal L'idée est de considérer que l'évolution de l'erreur de suivi à cause de l'erreur périodique est sinusoïdale. On peut alors en déduire une vitesse de variation qui, appliquée à la dimension d'une étoile sur le capteur et à une tolérance d'ovalisation de cette image (règle NPF pour k=1), permet d'avoir un ordre de grandeur du temps de pose maximal au delà duquel il faudra s'attendre à du déchet. Si on pose : pµm : la taille d'un photosite, en µm Fmm : la focale, en mm N : l'ouverture de l'objectif Ps : la période de l'EP, en secondes A' : l'amplitude de l'EP, en secondes d'arc ts ~ Ps x (80xN + 0.5xfmm + 65xpµm)/(fmmxA'') C'est vraiment une estimation haute car l'erreur périodique est loin d'être une sinusoïde. On peut raisonnablement ne retenir que 75% de ce temps de pose et on arrive à cette approximation pour un capteur couleur : ts ~ Ps x (60xN + 0.35xfmm + 50xpµm)/(fmmxA'') pour un capteur N&B : ts ~ Ps x (60xN + 0.35xfmm + 25xpµm)/(fmmxA'') Tout cela est très théorique car l'EP est par nature plus complexe qu'une simple sinusoïde, mais ça donne des ordres de grandeur. On réduit le taux de déchet avec l'autoguidage. L'EP étant uniquement sur le mouvement de rotation de la monture, un autoguidage en AD suffit pour la corriger. Exemples Par exemple, l'EP commune de la Star Adventurer est de +/- 45'' (A'' = 45'') et sa période de 10 minutes (Ps = 600 s). On image avec un Canon 1000D (pµm=5.71 µm) et un objectif de 200 mm de focale ouvert à 4. Le temps de pose maximal sans autoguidage devrait être de l'ordre de : ts ~ 600 x (60x4 + 0.35x200 + 50x5.71)/(200x45) ~ 40 s. Avec le même équipement mais sur une Star Adventurer Mini dont l'erreur périodique a généralement une amplitude de 90'' et une période de 20 min (1200 s), on trouvera : ts ~ 1200 x (60x4 + 0.35x200 + 50x5.71)/(200x90) ~ 40 s. On note que malgré une erreur périodique plus importante, la période plus grande de la SAM la rend à peu près aussi précise que la SA. La différence entre les deux montures est leur capacité de charge et la possibilité d'autoguider avec la SA, ce que la SAM ne permet pas. Maintenant, on utilise un Canon 500D (p=4.68µm), avec un objectif 135/2.8 sur une Star Adventurer Mini : ts ~ 1200 x (60x2.8 + 0.35x135 + 50x4.68)/(135x90) = 44 s (avec mon 500D débayérisé, donc N&B, je trouve 33 s en remplaçant 50 par 25 dans la formule). Puis un Sony A7S II (p=8.35µm), avec une RedCat 51/4.9 (f=250 mm, N=4.9) sur une Star Adventurer : ts ~ 600 x (60x4.9 + 0.35x250 + 50x8.35)/(250x45) = 43 s Application sur du matériel plus performant Il s’agit ci-dessus d’une EQ6 non optimisée. L’erreur périodique est de l’ordre de +/40 secondes d’arc avec une période de 480 secondes. Si on image avec un Newton de 750 mm de focale ouvert à f/5 (dia=150 mm), et un Canon 1000D, on obtient un temps de pose maximal sans autoguidage et avec très peu de déchet de l’ordre de : ts ~ 480 x (60x5 + 0.35x750 + 50x5.71)/(750x40) = 13.5 s. On a tout intérêt à optimiser les réglages de la monture qui peut alors raisonnablement atteindre une EP de +/-15’’. ts ~ 480 x (60x5 + 0.35x750 + 50x5.71)/(750x15) = 36 s.
  13. Aucune idée. Tu devrais ouvrir un sujet spécifique dans la rubrique Support debutants de Webastro. Cela dit en faisant une simple recherche sur Google avec « montage timelapse » ce ne sont pas les tutoriels qui manquent... par exemple : https://apprendre-la-photographie.net/comment-faire-un-time-lapse/
  14. Bonjour Fred Je recherche un logiciel de montage timelapse pour une série de photos de la VL prises avec la mini SAM et je patauge ! J'ai PS CS5 pour le traitement d'image mais après ? Faut il passer par Lightroom ou SiriL que je n'ai pas ou autre ? Je ne trouve pas Merci Docteur .
  15. Comment calculer les vrais méga pixels de votre appareil photo ? Le calcul est simple, à partir de la résolution des images RAW : Les chiffres indiqués par les constructeurs sont souvent curieux. Par exemple le Canon 6D sort des images de 5 472x3 648 pixels et pourtant Canon indique que le capteur fait 20,2 M Pixels effectifs (et 20,6 M Pixels total). Or ce capteur délivre des images de 19,96 MPixels. Mais on ne va pas chipoter, ces écarts ont une incidence négligeable sur le calcul du temps d'exposition avec la règle NPF.
  16. Comment calculer le facteur de crop ? On le trouve généralement facilement sur Internet. Mais si vous êtes toujours réfractaires à Internet (et vous êtes toujours là ?), voici une façon de le calculer. Pour la plupart des capteurs, le rapport largeur/hauteur est de 1,5 (la largeur est 1,5 fois plus grande que la hauteur, on parle aussi de format 3:2) : Par exemple, le Canon 1000D a un capteur de 22,2 mm de large et est au format 3:2. On a donc : Si le capteur a un format différent, le calcul est un peu plus complexe, c'est le rapport de la diagonale du format 24x36 par la diagonale du capteur : Si vous ne connaissez pas les dimensions du capteur, prenez les facteurs de crop suivants : capteur µ4/3 : crop = 2,00 capteur APS-C Canon : crop = 1,62 capteur APS-C autres marques : crop = 1,53 capteur plein format : crop = 1.00
  17. Comment calculer la taille des pixels ? La règle NPF a besoin de la taille des pixels en µm (micro-mètres). Le calcul est TRÈS simple : Par exemple, le Canon 6D fait 35,6 mm de large pour 5472 pixels : On trouve les dimensions de son capteur en cherchant 30 s sur Internet. Si Internet n'est pas votre ami (que faites-vous là ?), alors utilisez les valeurs suivantes : capteur plein format : 36 mm capteur APS-C Canon : 22.2 mm capteur APS-C autres marques : 23.6 mm capteurs µ4/3 : 17.3 mm Les autres formats de capteurs plus petits (1'', 2/3'', 1/1.7'', 1/2.5''...) ne sont pas adaptés pour la photo de paysages de nuit, je n'en parle donc pas. Si vous ne connaissez pas le type de capteur de votre appareil photo, lisez son manuel !
  18. Mode d’emploi : - en italien : https://www.skywatcher.it/wp-content/uploads/2019/10/Manuale-Sky-Watcher-Star-Adventurer-Mini.pdf - en hongrois : https://tavcso.hu/egyeb/manual/StarAdventurer_Mini_hu.pdf - en suédois : https://m.astro.astrosweden.se/images/1.2621.1912131630/bruksanvisning-star-adventurer-mini.pdf - en russe : https://altair.ru/certificates/60-SW-Star-Adventurer-mini-Mount-UM-ru - en suisse allemand (uniquement réglage du viseur polaire et mise en station) http://www.aokswiss.ch/d/pdf/Polsucher_SAM.pdf - en anglais : https://inter-static.skywatcher.com/downloads/7511376e62cf64c9ddeec72a38d9775da797e68e.pdf - en français : c’est chasse gardée Optique Unterlinden. Si vous n’achetez pas votre Sam chez eux, vous n’aurez pas la notice en français...
  19. La règle NPF pour des étoiles ponctuelles J’ai développé en 2010 une règle qui permet de calculer (assez) facilement le temps de pose maximal pour prendre un ciel étoilé en photo sans que les étoiles ne filent trop. La première publication se trouve sur la page de la Société Astronomique du Havre. Cette règle se substitue à l’antique « règle des 500 » qui donne des résultats trop incertains. La règle NPF est un peu plus complexe que la règle des 500. Mais elle a le mérite de donner immédiatement et à coup sûr le temps de pose idéal pour avoir des étoiles bien ponctuelles quand on prend des photos sans suivi. La règle NPF est implémentée dans diverses applications, par exemple PhotoPills, PlanIt!, qDSLRDashboard, Pin Point Stars, et d'autres encore. Je propose deux formulations du temps d'exposition, exprimé en secondes (à arrondir à la valeur la plus proche que permet votre boitier) : Si vous connaissez N, l'ouverture de l'objectif à la prise de vue, p la taille des pixels de votre boitier (en µm) et f, la focale de l'objectif (en mm) : Si vous cherchez une formule simple, mais meilleure que la règle des 500. Je l'ai appelée "Règle des 4-crop" : elle revient à une règle des : 200 pour les capteurs µ4/3, 240 pour les capteurs APS-C Canon, 250 pour les autres capteurs APS-C 300 pour les capteurs pleins format Des formulations complémentaires, dont une plus précise, sont aussi disponibles ci-dessous, mais vous n'êtes pas obligé de les appliquer. La règle des 500 Il était une fois, au temps jadis quand l’argentique était roi, un photographe de paysages de nuit qui avait constaté que lorsqu’il divisait 600 par la focale de l’objectif (en mm), il obtenait un temps d’exposition qui lui permettait d’avoir des étoiles ponctuelles sur la photo. Un peu plus tard, il constatait qu'avec 500 au lieu de 600, ça fonctionnait encore mieux quand il faisait des grands tirages. À cette époque, les films avaient un format de 24x36 ou de 6x6 et la règle donnait des résultats assez fiables, quoique certains réduisaient déjà le chiffre à 450 voire 400. Mais avec l’apparition des capteurs numériques, la course à la résolution et l'amélioration de la qualité optique des objectifs, force a été de constater que la règle des 500 surestimait souvent largement le temps de pose et les étoiles filaient irrémédiablement. Diverses solutions ont été données, en tenant compte du « crop factor », en changeant 500 par 350 ou même 150, ou en déduisant quelques secondes au résultat… tout cela sans aucune autre justification que "ça marche pour moi donc...". Voilà pourquoi j’ai voulu repartir des fondamentaux de la physique de l’image et du déplacement des étoiles sur le capteur pour comprendre comment estimer de façon fiable le temps de pose pour avoir des étoiles bien ponctuelles : des « pin point stars » comme le disent les anglo-saxons. Démonstration de la règle NPF Attention, indigeste 🤢 vous n'êtes pas obligés de lire ça !!! La règle des 500 revisitée Je veux bien reconnaître que la règle NPF peut rebuter ceux qui sont mal à l’aise avec les calculs (et oui 2+3x4 ne fait pas 20 mais 14). Sur la base d'une liste de près de 250 boitiers APSC, µ4/3 et Plein Format de 10 MPix ou plus, j’ai recherché une loi simple qui, bien que moins précise que la règle NPF, reste meilleure que la règle des 500. La plus simple que j’ai trouvée est : Ce tableau compare sa précision moyenne avec celle de la règle des 500 par rapport à la règle NPF pour diverses combinaisons de focales et d’ouverture. On se rend compte que cette règle fonctionne plutôt bien pour des ouvertures de f/2.8, très largement utilisées en paysages de nuit. Elle a tendance à un peu sur-estimer le temps de pose pour les objectifs plus ouverts et à le sous-estimer pour les objectifs plus fermés. A contrario, la règle des 500 est très mauvaise pour les objectifs ouverts, notamment sur les capteurs pleins formats. Elle est moins pire avec les capteurs µ4/3 et les objectifs fermés (f/4.5 ou plus). Exemples On utilise un Canon 6D avec un objectif Sigma 14 mm f/1.8. Le 6D a des pixels de 6.55 µm, un facteur de crop de 1 (c'est un plein format), et 20 MPix. On considère qu'avec cette focale, le champ cadré contient toujours des étoiles situées sur le plan équatorial, donc δ = 0°, et cos δ = 1. règle NPF précise (k=1) : règle NPF précise (k=2) règle NPF simplifiée (avec taille des pixels) elle donne une valeur légèrement différente de la règle précise, ce qui est normal règle NPF (avec crop facteur et MPix) ça tombe bien, on retrouve le même résultat que précédemment règle des 4-crop , c'est proche de la règle NPF règle 500 normale , c'est carrément 2 fois plus que la règle NPF !!!
  20. Allez, encore un petit tour là haut avant que la dure réalité du travail reprenne... Voici la galaxie du petit nuage de Magellan, notre voisine (le petit nuage au milieu), et juste au dessus (le gros point blanc) le célèbre amas d'étoiles du Toucan. A l'horizon, les lumières de St Joseph. Et un lever de lune qui vient juste caresser le rempart au fond, pour signifier qu'il est temps d'arrêter de photographier les galaxies, que la lumière ambiante va devenir trop importante... Mais c'est pas le moment de ranger l'appareil photo, c'est l'heure des filés d'étoiles... Nikon D750, Samyang 35, 2 mn de suivi sur SAM, 4 mn pour le paysage, iso 800. Traitement LR / PS Ile de La Réunion. Piton de La Fournaise. Alt 2200 m.
  21. Merci Fred, je suis parti sur le Cokin a 50€ en 77mm (en solde sur Digixo), le peu de différence de prix entre les 2, le fait que ce soit un 77mm et qu'il puisse aller sur tout mes futurs objectifs ainsi que le traitement anti-reflet qui risque d'être bien utile dans bon nombre de situation m'ont convaincu. J'aurai bien aimé l'avoir pour ce weekend car je vais aller shooter la VL sur le bord du lac d'Annecy en direction du massif des Bauges et la PL risque d'être très présente... Du coup je l'utiliserai pour commencer en Ardèche la semaine prochaine puis du côté de Vallouise et du Vercors la semaine suivante. J’essaierai de vous faire un retour rapide sur l'utilité et l'efficacité de ce filtre.
  22. Le Hoya n’a pas de traitement antireflet. Le Cokin Nuances Clearsky a le même traitement que le Nisi (c’est vraisemblablement le même). J’opterai donc pour le Cokin.
  23. Bonjour à tous, Qu'est ce que vous conseillez entre le Hoya RA54 à 40€ et le Cokin Clearsky à 50€ ? J'avoue qu'entre les 2 j'ai du mal à voir vraiment une net différence et vu le prix, je pense que c'est clairement le moment de tenter ma chance avec un de ces fameux filtre juste avant de partir en vacances !
  24. Allez, une circumpolaire australe pour changer Depuis le Piton de La Fournaise, histoire de se réchauffer un peu durant l'hiver chez nous les sudistes. Et soyons fous, animons la un peu en vidéo notre circumpolaire 450 pauses de 30 sec, iso 200, pleine lune 100%, Nikon D750, Samyang 14 mm, 2200 m d'altitude. Ile de La Réunion.
  25.  

×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.