Jump to content

About This Club

Ce club est destiné à tous les passionnés et curieux d'anciens matériels astronomiques.

  1. What's new in this club
  2. Une Admiral 80/1200 complète dans le Var pour 200€. https://www.leboncoin.fr/sports_hobbies/1740633664.htm/
  3. A ton sens la 80/900 donnerait des meilleurs résultats que la vixen 81M ? Dommage que le diamètre soit limité à 80, une 100 aurait été plus "polyvalente".
  4. Bon, après les contrôles interférométriques excellents, j'ai investi dans le reste des pièces pour une 80/900 et une 80/1200.
  5. Oliver 55. C'est incroyable lorsque j'ai vu ces initiales pour la première fois j'ai immédiatement pensé à Lerebours. Staffy : merci pour le lien
  6. Comme tu as le petit-fils du propriétaire de cette lunette sous la main, tu as déjà réussi à comparer avec les initiales de son aïeul. Peut-être qu'il faut lire "E L" pour Etablissement Lerebours.
  7. Dans la "Cyclopedia of Telescope mackers" publiée en 8 parties (de 1992 à 1998) dans the irish astronomical journal, on trouve 3 instruments assez semblables à cette "lunette mystérieuse": Irish Astronomical Journal-1-.pdf - page 110 - figure 1 (a) : 2,75 inch Abraham.Bath - page 123 - figure 8 :2,3 inch Berge - page 157 - figure 28 (b) : 2,75 inch
  8. J'ai été contacté récemment par un monsieur âgé qui voulait se séparer d'une lunette ancienne. Avant de la mettre en vente il tenait à me la montrer pour voir si elle était fonctionnelle. Il comptait aussi sur moi pour la dater et estimer son prix. La description qu'il m'en faisait au téléphone attisait ma curiosité tant l'objet semblait atypique. Rendez vous fut pris. Chemin faisant j'essayais d'imaginer le mystérieux objet. Peut-être une belle lunette Sécrétan ou Manent avec son tripode en bois noble, rangée dans son vieux coffre avec ses oculaires. Arrivé sur place, le propriétaire m'attendait, assis sur un banc en pierre, le canne à la main. L'accueil fut très chaleureux. Maurice, c'est son prénom, me fit entrer chez lui pour boire un café. Par politesse j'acceptais mais cela ne faisait qu'augmenter mon impatience. Cet intermède me sembla une éternité mais je n'osais interrompre Maurice. Vint enfin le moment où il me proposa d'aller dans le cagibi. D'un geste sûr il fit sauter le crochet de la porte avec sa canne. Un cagibi, pour ceux qui l'ignorent, est un fourre tout où l'on conserve des objets que l'on n'utilise plus. Le cagibi de Maurice en était l'illustration parfaite. Tous les objets, vieux outils, bombonnes en verre, vieilles boîtes à biscuits etc, étaient recouverts d'un manteau poussiéreux. A la vue de cela je craignais le pire pour notre lunette. Maurice m'indiqua à l'aide de sa canne une cantine en fer, entreposée en hauteur et en partie rongée par la rouille. "Descends la et fais attention ça pèse." me dit-il. A bout de bras je fis glisser la cantine pour bien la saisir, mais une inclinaison trop importante me fit vieillir de dix ans en une seconde. Ma toison, enfin ce qui l'en reste, fut Blanchie de poussière. Maurice saisit un chiffon, non moins poussiéreux, pour épousseter la cantine. Résultat l'air devint vite irrespirable. "Allons dans la cuisine" dit-il en toussant. Enfin vint le moment d'ouvrir la cantine. J'étais envahis d'une étrange sensation, j'éprouvais à la fois de l'excitation, de la curiosité mais aussi de la crainte d'être déçu par l'objet ou par son état de conservation. Le couvercle de la cantine couina à son ouverture et laissa apparaître une vieille couverture de laquelle monter une odeur de renfermé, d'humidité. Cela n'augurait rien de bon. Délicatement je saisis la couverture pour dévoiler le précieux objet. Alors qu'est-ce que tu en penses ?" me demanda Maurice. J'en restais bouche bée. La lunette toute en laiton terni, en partie démontée, était dans un état plutôt bon. Pas de casse apparente, pas de pièce manquante à priori. Il s'agissait d'une lunette terrestre et astronomique dite de table. J'évaluais le diamètre du tube à 80mm et sa longueur à 1m. Donc une belle lunette qui reposait sur un pied en laiton court et massif. Je fis part de mon enthousiasme à Maurice mais il fallait encore contrôler l'état des optiques. L'objectif était protégé par un capuchon en laiton un peu récalcitrant à ôter. Par chance les lentilles n'étaient pas cassées, par contre la présence de champignons m'inquiétait beaucoup car situés au mieux sur la face interne et au pire entre le doublet. Je fis part de mon constat à Maurice, qui était embêté car cette lunette appartenait à son grand père. Lui même ne l'avait jamais utilisée. Photo montrant les Champignons sur l'objectif J'expliquais à Maurice que la lunette était invendable en l'état et que lui faire peau neuve serait une plus-value. Je lui proposais d'emporter la lunette chez moi pour la démonter, la nettoyer. Maurice semblait rassuré par ma proposition.Étant en congés je me mis à l'ouvrage sans tarder. Mon premier réflexe fut d'inspecter la lunette sous tous les angles pour trouver le nom d'un fabricant. Mais pas la moindre indication. Pour le plaisir Je ne résistais pas à l'envie de remonter l'instrument. Et c'est vrai qu'elle est belle cette lunette, elle a du cachet. Photo de la lunette remontée Mon attention fut attirée par un système de rappel fin en latitude très ingénieux.Je constatais avec soulagement le bon fonctionnement de tous les mécanismes : crémaillère de mise au point, crémaillère du rappel en latitude, coulissement des différents tubes allonge. Petit bémol : il manquait une des quatre vis du barillet, une des deux molettes de fixation du tube et deux vis de réglage sur trois du chercheur. Fâcheux mais pas trop grave. Photo du rappel fin en latitude par crémaillère Ma tâche était assez simple et consisterait dans le démontage et le nettoyage des optiques, nettoyage doux du laiton et des parties coulissantes. Faire quelques recherches sur Internet pour dater et trouver l'origine possible de l'instrument. Et je terminerais par un essai sur paysage et sur ciel avant de rapporter la lunette à son propriétaire.Les optiques ont été nettoyées au Purosol excepté l'oculaire du chercheur qui présentait comme un dépôt calcaire qu'il m'a fallu traiter au vinaigre blanc. Le barillet s'est démonté sans trop de difficulté et par chance les champignons se situaient sur la face interne. L'objectif est en très bon état. Précision importante, avant le démontage du barillet j'avais pris soin d'apposer des repères pour le fixer à l'identique. L'objectif après nettoyage au Purosol Pour rafraîchir le laiton le vinaigre blanc a été utilisé. Ce procédé nettoie en douceur sans supprimer la patine. En tous cas il faut beaucoup insister si on veut le lustrer. Le laiton n'était pas trop terni, la différence après nettoyage ne se note presque pas. Photo après nettoyage Les caractéristiques exactes de la lunette sont : 80mm /1100mm pour un poids de 10 kg. L'oculaire redresseur est contenu dans ce qu'on a coutume d'appeler le véhicule, c'est à dire un tube assez long dans lequel sont disposées quatre lentilles plan convexe. Le véhicule est constitué de deux tubes coulissant l'un dans l'autre et chacun contient deux lentilles. Le coulissement des tubes change le grossissement. Inconvénient du système, pour changer le grossissement il faut sortir entièrement le véhicule du tube allonge, procéder au changement et remettre le véhicule. Pas très pratique mais c'était un oculaire zoom avant l'heure. Tubes coulissants séparés Système oculaire démonté Schéma du système optique Malheureusement cette belle lunette de table n'est pas signée. Après l'avoir scrutée sous tous la angles j'ai découvert à l'intérieur de l’œilleton une mystérieuse signature apposée au crayon à papier. Est-ce la griffe du fabriquant ou du propriétaire. Je pencherais plus pour la première possibilité. Hélas le mystère reste entier. La fameuse signature. On peut y lire un "L" majuscule marqué au crayon et un "VIII" gravé. En observation cette lunette délivre de très bonnes images terrestres mais reste très peu pratique pour l'observation du ciel en l'absence d'une vraie monture sur trépied. Les tests sur ciel n'ont pas été encore effectués pour cause de mauvais temps. Mais il est à parier que cette lunette, installée sur une monture équatoriale et équipée de bons oculaires, devrait donner de très bonnes images, dans la limite de ses caractéristiques. Dans sa conception d'origine on peut regretter l'absence d'un système de rappel en azimut qui aurait grandement amélioré le suivi des astres. Il n'en reste pas moins que cette lunette, que je date de la moitié du XIXème siècle, constitue un bel ensemble qui témoigne du grand savoir faire de cette époque. Instrument qu'il faut conserver, montrer et pourquoi pas utiliser. Quant à Maurice, il est ravi du résultat et a été heureux d'observer pour la première fois dans la lunette de son grand père. N'ayant pas de descendants il va la mettre à la vente et m'a chargé de cette mission.
  9. Pour des amateurs en région parisienne , une Perl Vixen 80/910 sur Super Polaris des années 90 vendue 150 € : https://www.webastro.net/petites_annonces/perl-vixen-80-910-annee-1990_55001.htm Pour info, cette lunette 83 (80 de diamètre utile)/ 910 figurait déjà dans le catalogue Perl Médas 1984. En complément, le manuel de la Super Polaris : https://w.ww.f1telescopes.co.uk/wp-content/uploads/2014/10/Vixen_Super_Polaris_Manual.pdf; Trop tard, lunette déjà achetée.
  10. Un plus à mes yeux pour cette TASCO 13 V qui n'est pas revêtue du rouge usuel TASCO . Un (petit) descriptif de cette lunette (et de sa monture Vixen Polaris) dans ce catalogue : Tasco_1984_Catalog_(German).pdf
  11. Belle lunette, j'ai oublié de te répondre pour les anneaux dsl. Effectivement c'est bien une Vixen rebadgé, tout d'abord le petit V sur l'étiquette l'indique, le PO avec la grosse vis de réglage de dureté dessus ( même que les Perl halley) et la fixation du chercheur sur le châssis du PO a l'ancienne similaire a la Vixen newplanet et consœur. Le doublet est réglable ou espacé par des cales? Bon ciel
  12. Bonjour à tous Astrophotographe avec une TS 102Q mais toujours attiré par le visuel, ayant possédé un dob 250, un mak 180, j'ai racheté il y a peu de temps un mak 127/1900 (très bon) et je voulais mettre un oeil dans une achromatique. Après avoir pas mal réfléchi sur le sujet et hésitant entre des chinoises Bresser j'ai commencé à regarder du coté de Vixen et de la 80M voir 81M en neuf puis je me suis dit pourquoi pas un modèle ancien ? A force de lecture notamment sur WA, j'ai fais l'acquisition d'un modèle TASCO 13V copie du Vixen 80M, les connaisseurs m'en diront plus. La lunette est arrivée d' Allemagne aujourd'hui en parfait état pour ne pas dire excellent pour un instrument de plus de 30 ans, elle est presque neuve. L objectif est nickel. Je suis surpris par la qualité de la fabrication...ce n'est pas étonnant que le matériel vieilli bien, c'est parfaitement fini et assemblé sans économie de bout de chandelle. Le PO est fluide tout en gardant la consistance qu'il faut, j'ai hâte de mettre un oeil dedans. Voici quelques premières photos , je vais récupéré des colliers en 90 vendredi et j'ai commandé quelques oculaires japonais et un adaptateur pour passer en 1,25. Pour le moment elle tournera sur mon azeq6 avant de lui trouver une monture alt az plus "appropriée" à son âge. Bon ciel.
  13. Pour faire suite à Pancho61 et un petit complément. J'ai fait rentrer les objectifs de 80/900 et 80/1200 pour les tester et les finaliser en lunette avec les mêmes composantes que d'origine sauf le tube. C'est ceux là qui ont le certificat ou le test un peu plus simplifié. Je n'ai pas trop envie de les passer par les PA. Je pense en faire un lot avec/sans les oculaires qui passent le mieux dessus. Pour l'instant ce n'est pas prêt, les tubes sont commandés, j'ai vu à l'instant avec mon voisin/propriétaire qui est modéliste et qui dispose d'une imprimante 3D pour faire les baffles internes du tube. J'espère finir pour fin février. Il suffit de me contacter ou de poster à la suite si elle vous intéresse, je ferai les totaux des pièces et un petit plus pour le bricolage du tube. L'idée c'est d'en faire un kit qui fonctionne sans que l'assemblage soit une galère immonde. Mais il faut bien que je le monte au moins une fois.
  14. - la deuxième solution est d'utiliser un intermédiaire Japonais chargé d'acheter votre place ( via prélèvement de commission bien sûr, rien n'est gratuit dans la vie :=). Il y a plusieurs sociétés qui peuvent faire office, je ne vais pas toutes les détaillées cela serait trop long mais je peux en conseiller une j'ai utilisé pour acheter les oculaires et certains matériels sur le site de Scopetech. Le site neokyo achète donc a votre place sur n'importe quel site de votre choix ( cela peut donner des idées de cadeaux 😁). Ce ne sont pas les moins chères du marché mais leur service est efficace pour l'avoir tester et il parle Français. En dessous, un exemple de test d'achat effectué pour vérifier le sérieux de la société. Le premier imprim écran concerne uniquement l'achat. Le deuxième imprim écran concerne les frais de port intra Japon et Japon=>France. Le prix d'achat brut est de 3583 Yen, avec les frais de "dossier" 4663 Yen ce qui fait environ 25% de frais d'achat. Avec les ports le prix total est de 5868 Yen, Conseils: si vous ne souhaitez pas passer par Barry ou pour d'autres raisons vous pouvez utiliser ce site. L'idée est toujours la même, regrouper vos commandes cela diminue de beaucoup les frais. En arrivant en France ne pas oubliez les frais de douanes et la TVA. Je vous laisse regarder plus en détails pour les frais mais si vous avez des questions n'hésitez pas 👍. Lien du site => https://neokyo.com/fr
  15. Merci à toi . Un achat groupé , si vous en faites un je ne suis pas contre 😉
  16. Pour commencer dans ce premier post, je vais traiter de l'importation du matériel Scopetech. A l'heure actuelle, il est impossible d'acheter en direct chez eux et n'espérez pas les biaisé en utilisant le traducteur de Google pour passer quand même commande, le site est équipé d'un détecteur de localisation de CB dès que c'est en dehors du Japon l'achat est refusé/ remboursé rien a redire ils sont redoutables les Japonais ( test effectué par mes soins 😂). L'importation du matériel peut se faire par deux voies. - La première maintenant connu, est de prendre contact avec Barry via son email que nous pouvons communiquer par MP pour les personnes intéressées Barry nous ayant donné son accord pour cela. Pour information, barry est maintenant en retraite depuis deux ans mais auparavant il était chargé des transactions internationales ( exportations) chez Kokusai khoki via sa société Magellan science donc si vous recevez une facture ou un email avec le logo Magellan science pas de panique c'est normal 😁. Tarifs=> Prix d'achat de l'objet + TVA nippone 10% + TVA française + frais de port France + douane + commission Barry 10%/15% ( a voir avec lui) + frais PayPal si paiement par cela Conseils : Si vous souhaitez commander via Barry, essayer de regrouper vos commandes en un lot, Barry est quelqu'un d'hyper serviable et ira jusqu'au bout de la démarche pour vous aider mais ne pas oublier qu'il est en retraite. Pour l'importation de lunette complète, je conseille fortement de passer par Barry en effet le colissage de Scopetech est fait pour un transport intra-Japon pas pour un voyage autour de la planète. Barry peut faire refaire un colissage entourant le carton d'origine, si il n'avait pas proposé cela m'a lunette serait sûrement arrivé avec un bel impact vu le trou dans le sur-carton quand je l'ai reçu. Attention si vous souhaitez commander la maxi, a cause de la taille le calcul est en masse volumétrique pour DHL et Fedex ( coût d'environ 250 euros), il vaut mieux utiliser EMS équivalent Chronopost 80 euros. Enfin, il y a pour les lunettes l'aspect service lors de la réception Barry contrôle l'état de celle-ci avant de vous là renvoyer cela peux être utile...
  17. Sur Webastro : https://www.webastro.net/petites_annonces/perl-jpm-115-900_55798.htm
  18. Le côté obscur de la force va heureusement m'aider à rétablir l'ordre dans ce sujet
  19. Du super vintage pour inaugurer ma participation ici : un petit télescope Gregory à mon avis https://www.interencheres.com/meubles-objets-art/belle-vente-dhiver-265904/lot-23084966.html?utm_source=alertes&utm_medium=email&utm_campaign=daily-Sat-2020-01-18 Les miroirs doivent être en métal poli à mon avis.
  20. Attention à l’orthographe, tu as malencontreusement inversé les 2 s, une faute très commune mais impardonnable...
  21. Quand le disciple dépasse maître Staffy.
  22.  

×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.