Webastro
La communauté de l'astronomie


M
E
N
U


Précédent   Forums d'astronomie Webastro > Discut' > On fait une pause
Mot de passe oublié? S'inscrire

On fait une pause Oyez, noble Webastram ! Fatigué de votre périple ? venez donc vous reposer dans la taverne et narrer vos exploits à l'assistance ébahie...

Astro
Quizz
Jouer
Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
Vieux 17/09/2017, 18h02   #51
JR45
Membre
Géante rouge
 
Avatar de JR45
 
Date d'inscription: juin 2016
Localisation: Orléans
Messages: 73
Par défaut

Je vais tenter de trouver ce book de Paul Couteau, à la biblio d'Orléans il propose toute une liste mais Le Ciel est mon jardin n'est pas dans le lot mais je vais me débrouiller autrement.
Pour le moment je suis encore sur Le Ciel d'Alphonse BERGET.
Quand à Antoine Brun j'ai regardé une description de ce Monsieur sur internet. Ce Monsieur pourrait correspondre à l'image que je me suis faite. Polyvalent, amateur, mais son travail fut très utile et remarqué. Il fabriqua même des miroirs. Un homme humble apparemment.
JR45 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 02/10/2017, 21h50   #52
merzhin
Membre
Supernova
 
Date d'inscription: mars 2013
Localisation: Essonne
Messages: 437
Par défaut

Citation:
E. Hubble faisait de l'observation visuelle ?

Mais c'est vrai que c'est l'observation visuelle dans de grands télescopes d'observatoire qui fait rêver...

Un astronome dont la carrière me fait rêver, c'est Clyde Tombaugh.

Jeune, il dessine les planètes dans un télescope qu'il a construit lui même. Ses observations sont tellement convaincantes que l'observatoire de Flagstaff l'embauche pour une corvée : chercher la planète que Lowell, le fondateur de l'observatoire, qui vient de décéder, a prédit par le calcul et que personne n'a trouvé. Et puis Slipher (le nouveau patron) s'en fiche, il a mieux à faire : ses premiers spectres de galaxies montrent des vitesses radiales énormes, surtout sur les galaxies les plus faibles qui sont, elles, systématiquement décalées vers le rouge. Il y a peut-être un truc de fondamental à découvrir (c'est Hubble qui le découvrira car il peut, lui, prendre des spectres de galaxies lointaines donc faibles).

Bref, Tombaugh prend son boulot au sérieux. Il invente une méthode de recherche rationnelle et systématique, et au bout d'un an trouve une planète (il ne l'a pas trouvée par hasard, comme certains le croient parfois, mais grâce à une méthode précise et efficace qu'il a inventée : il ne savait pas où elle était, mais avec sa méthode, il était sûr de la trouver). Mais elle n'est pas au bon endroit. On l'appelle Pluton (avec les initiales de Percival Lowell) mais il faut continuer à chercher au cas où la planète calculée par Lowell existe vraiment.

Alors, pendant une dizaine d'années, Tombaugh reprend ses recherches. C'est ce travail que je trouve fascinant : il est le premier à effectuer une « survey » du ciel, pas complète mais pas loin (il part de l'écliptique puis s'en éloigne peu à peu), et jusqu'à la magnitude 17. La moisson est exceptionnelle : il a prouvé que la planète de Lowell n'existait pas, qu'il n'y a rien dans le Système Solaire jusqu'à la magnitude 17 qui ne soit désormais connu (les planètes naines plus lointaines sont beaucoup plus faibles), il découvre une multitude d'étoiles variables, d'astéroïdes, quelques comètes. Mais les deux principales contributions, pour moi, sont :

‒ Sa collection de plaques photos de presque tout le ciel va re-servir quarante ans plus tard, avec R. Burnham (l'auteur du fameux livre ‒ sa vie est fascinante et on pourrait en faire un film ; mais je ne voudrais pas avoir son destin, qui est tragique : il est mort SDF et oublié de tous). Burnham reprend exactement les mêmes clichés, ce qui permet de mesurer le mouvement propre d'une multitude d'étoiles, et ainsi d'identifier les plus proches (celles qui ont le plus fort mouvement propre). C'est grâce au travail initial de Tombaugh qu'on connaît notre voisinage stellaire.

‒ Tombaugh observe sur ses plaques des dizaines de milliers de galaxies et se rend compte qu'elles sont regroupées en amas ‒ ce qu'on savait ‒ mais aussi que les amas sont regroupés en filaments. Personne ne va le croire, notamment Hubble qui attaque ses résultats, et pourtant il avait raison. Il est vrai qu'à l'époque la cosmologie est basée sur l'hypothèse que l'univers est partout homogène, et Einstein et ses successeurs l'ont modélisé comme un gaz de galaxies, puis un gaz d'amas de galaxies. Si les amas se regroupent en filaments, on croit qu'alors l'univers risque de ne plus être homogène, et alors on ne saura pas le modéliser. (Aujourd'hui on dit que c'est un gaz de filaments d'amas et voilà tout.)

Tombaugh a vécu très longtemps et est resté un astronome amateur jusqu'à la fin de sa vie (invité prestigieux dans tous les grandes "star parties" de son pays).

Pour moi il représente l'astronome à l'ancienne, celui qui observe (par la photo mais c'est pareil), par contraste avec l'astrophysicien moderne qui modélise et calcule.
Sympa cette petite histoire 'Bruno ! Je ne connaissais pas Robert Burnham, merci pour ce partage.

Pour ma part, ce serait Kepler, surement parce que je ne suis pas très fort en mathématiques et qu'il semblait très à l'aise avec cette matière de son côté.
__________________
WSH : Important is to make observations with what one can, with what one have, where it is.
merzhin est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 03/10/2017, 14h17   #53
etoilesdesecrins
Membre
Amas globulaire
 
Date d'inscription: décembre 2010
Localisation: Monts du Lyonnais
Messages: 4 217
Par défaut

Sans vouloir "être comme lui", de façon idolâtre, j'avoue en ce moment une certaine curiosité pour Halton "Chip" Arp et sa fameuse controverse sur les quasars et leur redshift. Je n'irai pas comme lui jusqu'à remettre en cause le Big Bang mais force est d'avouer que le paradoxe qu'il a mis en lumière est troublant (des quasars semblent liés physiquement à des galaxies alors que leur redshift discordant semble les placer à des distances fort différentes).
Sans parler des "peculiar galaxies" et de son Atlas, sujet fort intéressant !

Dernière modification par etoilesdesecrins ; 03/10/2017 à 16h21
etoilesdesecrins est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 03/10/2017, 17h28   #54
'Bruno
Admirateur du ciel
 
Avatar de 'Bruno
 
Date d'inscription: mai 2005
Messages: 21 446
Par défaut

Un jour, je parcourais un catalogue de quasar, et j'avais été surpris : pas mal d'entre eux forment des sortes d'amas de quasars qui se regroupent (en apparence ?) autour d'une galaxie connue, genre M77. Je pense que c'est eux qu'a étudiés Arp.

Mais ça ne m'avait pas donné l'idée de contredire la théorie dite du big bang ni même de contredire l'existence de quasars extrêmement lointains. Plutôt, je m'étais demandé si, parmi tous les objets qu'on catalogue comme quasars, il n'y aurait pas autre chose, un autre chose qu'on trouve souvent autour des galaxies ?

N'oublions pas, en tout cas, que l'une des premières missions du Télescope Spatial avait été de rechercher si les quasars sont bien situés au cœur de galaxies, et que la réponse était oui : le Télescope Spatial avait pointé un grand nombre de quasars et, systématiquement, avait mis en évidence la petite galaxie extrêmement faible (en comparaison) au cœur de laquelle chaque quasar nichait. Il me semble que ce sont ces observations qui ont jeté les interrogations d'Arp dans l'oubli. (Mais avait-on étudié aussi les quasars groupés (en apparence ?) autour de galaxies ? J'imagine que oui, mais je ne sais pas.)
'Bruno est déconnecté   Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 08h19.